Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#1 29-08-2008 14:15:00

Osi007
Membre
Message n°4743
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

07-08-2012
On trouve de tout:
- La possession d'un compte anonyme
- Blanchiments divers
- Résidence à l'étranger
-les commerces électronique
-les multinationales
-Les fonds origines criminels
-Les fonds des politiciens
-Les fonds pour alimenter les guerres
-......etc.

EUROPE:
Andorre, Belgique, Chypre,Gilbraltar, Irlande, Îles anglo-normandes(Jersey,Guernesey,Île de Man), Liechtenstein, Luxembourg, Madère, Malte, monaco, Suise
MOYEN-ORIENT
Dubaï
ZONES CARAÏBES
Anguilla, Antigua et Barbuda, Arube, Les Bahamas, La Barbade, Belize, Les bermudes, Les îles caïmans, Costa Rica, La Dominique, Les îles Vierges britaniques, Panama, Saint-Kitts-et-Nevis,Sait-Vincent-et-les-grenadines, Turks et Caicos.
ZONE ASIATIQUE:
Île Maurice,Hong-Kong, Singapour
DIVERS:Campione, Curaçao, Delaware, Nauru,Les Samoa-Occidentale, Vanuatu..etc.


________________________________________________________________________
Ce que l'on nomme actuellement Droit pénal serait remplacé par une autre sorte de Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal et de la personnalité des gens qui le commettent.

Extrait du livre: La ponérologie politique
[...]

Ce Droit aurait une plus grande dimension "HUMAINE" tout en assurant une protection plus efficace des individus et de la société dans le domaine de maltraitances. Bien sûr, les mesures à prendre seraient plus complexes et devraient tenir compte de la CAUSALITÉ davantage que ce n'est le cas dans un système répressif.

Aucun gouvernement dont le système est basé sur la compréhension des lois naturelles, qu'il s'agisse des phénomènes physiques et biologiques ou se rapportant à la nature de l'homme, NE peut PRÉTENDRE à la souveraineté. Nous partageons le même air et la même eau partout sur la planète.

Le monde est relié en ce qui concerne les transports, les communications, et le commerce, et il est devenu Notre Planète. Dans ces conditions, l'interdépendance des nations et la coopération entre elles et les institutions supranationales, ainsi que la responsabilité morale du SORT GLOBAL, sont devenues des LOIS NATURELLES. Les organes nationaux devraient  autonomes MAIS NON INDÉPENDANTS.
L'avantage de cette proposition ou système  est qu'il serait fondé sur LA COMPRÉHENSION DES LOIS NATURELLES opérant au sein des individus et des sociétés, et des connaissances objectives remplaceraient progressivement les OPINIONS BASÉES sur des réactions naturelles par rapport aux phénomènes. C'est une solution qui  permet , grâce à leur propriétés et à  leur respect des lois de la nature, ce système pourrait garantir l'ORDRE SOCIAL et INTERNATIONAL sur le long termes.     
[...]


Enfin de compte, depuis que l'homme a eu un pouvoir malsain et dominateur sur les autres, il a toujours évité d'apprendre aux autres "la genèse du mal", car cette vérité cruciale  menace son propre  pouvoir. On peut comprendre facilement pourquoi Étienne  disait :" Ce n'est pas aux gens du POUVOIR d'écrire LA  LIMITE DE LEUR PROPRE  POUVOIR[*1]". La conséquence est vraiment visible et nuisible de nos jours, elle affecte un pays entier. Cette proposition modeste semble une solution possible.

[*1]S.Davies:" Pour ceux qui mènent véritablement le monde, il n'y a pas de frontières ; pour eux il n'y a ni État nation, ni loi, ni moralité ; il n’y a que le pouvoir."


____________________________________________________________
(ajouter le 11 novembre 2008)

Si on effectue un changement d'échelle de  la population mondiale  en nombre de 100 personnes, et qui habitent dans une petite commune, on obtient:
60 personnes   Asiatiques.
14 personnes Africaines
12 personnes Européennes
8 personnes Latino-Américaine
5 personnes américaines (usa+canada)

On peut mettre en relief sur les 1OO personnes:

82 personnes non blanches.
67 personnes  non chrétiennes (33 chrétiens qui ont une crise religieuse, plus précisément  depuis l'effondrement par étapes à partir du concile de Vatican II )
5 personnes (usa+canada)  contrôlent  32% de la ressource.
24 personnes n'accèdent pas à l'électricité.
80 personnes sont mal-logées
67 personnes ne savent pas lire
1 personne uniquement accèdent à l'université
50 personnes sont menacées par la famine
33 personnes n'accèdent pas  l'eau potable
7+2  personnes  accèdent à l'internet .
__________________________________________

LES FAUX MONNAYEURS
Source: http://www.fauxmonnayeurs.org/
http://img134.imageshack.us/img134/6429/paradisfiscauxbr3.jpg

Dernière modification par Osi007 (23-10-2012 13:06:28)

Hors ligne

 

#2 29-08-2008 14:53:00

NingúnOtro
Membre
Message n°4745
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Intéressante contribution, Osi007. La compréhension de la situation et des circonstances globales, à l'échelle de la planète Terre toute entière, est capitale si nous voulons arriver à formuler des solutions factibles. Pas seulement quand nous essayons de résoudre le tout, mais aussi quand nous nous efforçons pour trouver quelque chose pour l'Europe ou même pour la France... peu importe quelle sera la solution... elle ne vaudra pas grand chose si elle ne tient pas correctement compte du contexte extérieur.

J'aimerais bien que tu entres un peu plus dans le détail... on pourrait peut-être avancer plus ensemble.

A bientôt, j'espère smile .

Hors ligne

 

#3 08-09-2008 12:51:36

Osi007
Membre
Message n°4790
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Bonjour à tous et à toutes,

En fait, la proposition au dessus est en accord avec l'esprit du temps, mais l'exécution demandera des efforts d'imagination et de construction avant d'atteindre les buts. ce système par exemple devrait être évolutif par nature, puisqu'il serait fondé sur l'idée que l'évolution fait partie des lois naturelles. Les facteurs naturels d'évolution y joueraient un rôle important, depuis la cognition provenant en continu des données plus primitives et facilement accessibles, jusqu'à des sujets plus actuels, intrinsèques et subtils.Bref, le principe d'évolution devrait être fermement inscrit dans les fondements du système afin de la protéger durablement de toute révolution future.

Par nature, ce système social résisterait mieux au danger des phénomènes pathologiques macrosociaux qui risqueraient de se developper à l'intérieur (je soupçonne fortement que la concentration du POUVOIR  actuel se représente comme  une forme de maladie micro et macrosociaux, que pratiquement  TOUT LE MONDE IGNORE, or il n'est pas possible de traiter une maladie que l'on ne connaît pas, c'est-à-dire la genèse du mal).Ses bases représenteraient une amélioration de la vision du monde, et permettraient d'établir des liens entre la structure de la société et la CONSCIENCE SOCIALE DE L'ESSENCE DES PHÉNOMÈNES.

On remarque que cette proposition est l'une de meilleur base actuellement,qui devrait donc constituer la base d'une BONNE METHODE D'ÉDUCATION.
Les autorités gouvernantes devraient être réguler par  cette nouvelle institution dans notre société, dont la tâche serait la prévention du développement du dérive du POUVOIR, qui semble inacceptable pour les citoyens.Il est certain que les membres du pouvoir actuelle, qui ne sont pas honnête, qui est une forme de maladie d'égotisme, vont certainement sauter au plafond, en lisant cette proposition au dessus.

Enfin cette idée vient directement  d'un chercheur qui a vécu dans la barbarie du XXe et le début  XXI em siècle,cet auteur a survécu à des nombreuses situations périlleuses, et a perdu ses illusions en ce qui concerne une bonne partie des hommes et des institutions. Je lui rends hommage pour sa vision humaniste authentique ...

Dernière modification par Osi007 (08-09-2008 12:53:08)

Hors ligne

 

#4 08-09-2008 12:56:11

Osi007
Membre
Message n°4791
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Bonjour à tous,

Une petite histoire du goût et la couleur  des tomates

Une personne  m'a demandé pourquoi il existe des personnes qui refusent la construction Européenne.: « Ces gens sont irresponsable...etc »Après la recherche de documents , notre  discussion commençait   ainsi par cette analogie(je vous tiens à préciser que j'ai rien contre les daltoniens, ce n'est qu'une simple  image ... ).
Imaginons que les daltoniens sont parvenus à s'emparer du pouvoir dans un pays ont interdit aux citoyens de celui-ci de distinguer ces couleurs, éliminant ainsi la distinction entre tomates vertes et tomates mûres. Des inspecteurs des légumes, armés de pistolets et accompagnés de gardes, patrouillent pour assurer que les citoyens récoltent toutes les tomates et pas seulement celles qui sont à maturité. Il va de soi que ces inspecteurs ne sont pas complètement daltoniens eux-mêmes, car sans quoi ils seraient incapables d'exercer ces importantes fonctions, au pire ils sont affectés de daltonisme dans une certaine mesure par rapport à ces couleurs .Cependant, ils doivent appartenir au clan des gens qui s'énervent quand on discute de couleurs.

L 'Agriculteur : Hmm!je suppose que les tomates représentent le traité et la constitution Européenne?
Exact,  les inspecteurs représentent les partis politiques, mais sous la férule de telles autorités, les citoyens sont prêts à manger des tomates qui ne sont pas mûres  et à affirmer de façon convaincante qu'elles étaient mûres.

L 'Agriculteur : Ne-me dites pas que la victoire du « Non » au TCE en 2005 est une défiance et une  méfiance  de ne pas  manger des tomates vertes ?

Oui, les citoyens aiment gouter et apprécier  les tomates mûres uniquement, mais une fois les inspecteurs partis inspecter loin, les commentaires vont naturellement bon train, les citoyens se précipitent de discuter  des tomates bien mûres dont ils peuvent espérer   de faire  une salade...

Et même le passage en force par les inspecteurs à Versailles en 2008 suscite   par la suite une coutume symbolique de la salade ainsi préparée. Tout invité qui reconnaît le symbole à sa couleur et à son arôme s'abstiendra de commentaires. Une telle coutume peut être utile. Exemple, les Irlandais ne voulaient pas manger les tomates vertes où les menus et la sauce n'existent même pas 8).Le diner se tourne en cauchemar pour les daltoniens.

L 'Agriculteur:Qu'en pense les inspecteurs  de cette situation?

Leurs réactions  étaient prévisible, ils sont convaincues qu'une propagande pédagogique, d'endoctrinement, et des moyens terroristes peuvent apprendre à des gens dotés d'un substrat instinctif normal, de sentiments normaux, d'une intelligence normale, à penser et ressentir selon leur mode à elles. Cette conviction est à peine moins réaliste, psychologiquement parlant, que croire qu'il est possible d'ôter leur habitude à des gens capables de voir les couleurs normalement.

Mais je vais t' expliquer en détails, en réalité, les citoyens ne se débarrassent pas des caractéristiques dont l'Homos sapiens a été dotés par son passé phylogénétique. Ces gens n'arrêteront jamais de ressentir et percevoir comme leurs ancêtres. Toute tentative de faire «  apprendre »   à une société assujettie une manière d'expérimenter imposée ne fonctionnera jamais. Cependant, écoute bien ceci, les daltoniens  par un égotisme, dans le principe, ont vouée à l'échec  quel que soit le nombre des générations affectés par ce phénomène, qui suscite cependant une série de résultats faussés donnant aux daltoniens l'impression d'un succès. Et ce problème heureusement suscite  au sein de notre  société  une volonté d'élaborer  des mesures ponctuelles d'auto-défense  bien pensée:Comment doit on prouver qu'une tomate mûre n'est pas une tomate quelconque, et elle est  la  plus appropriée    pour    la salade Européen. C'est triste, mais les choses sont ainsi, car les daltoniens sont convaincus qu'ils peuvent arriver à une situation où l'esprit des « autres » peut être soumis grâce aux effets de leur personnalité , de leurs moyens pédagogiques perfides  de l'information des masses et de la terreur psychologique .Cette conviction a une signification fondamentale pour eux: Dans leur monde conceptuel, les daltoniens considèrent comme allant virtuellement de soi que les « autres » accepteront leur façon évidente, réaliste et simple d'appréhender la réalité. Pour des raisons qui leur échappent , cependant, les « autres » se tortillent, s'échappent , et se racontent de  belles histoires, comme notre conversation actuellement..

L'agriculteur:Hmm! Ça va se terminer encore mal cette  histoire...

on  ne sait pas...,enfin  il est certain que le conflit est dramatique des deux côtés:Le premier se sent insulté dans son humanité, rendu obtus, et forcer à penser d'une manière contraire à ce que suggère le simple bon sens.
Le second veut faire taire sa prémonition qui lui souffle que si son but ne peut être atteint, tôt au tard ce sera à nouveau la loi des non daltoniens qui prévaudra. Dès lors, si les choses se gâtes il vaut mieux ne pas penser à l'avenir et se contenter de prolonger  aussi longtemps possible le « statu quo ».   
 

L'agriculteur :Huhu!j'ai rien capté la fin...

Heureusement, bon... j'aimerais déguster vos tomates pour voir la différence entre celles que j'achète
L'agriculteur: Ce n'est pas ma faute si les grands distributeurs   exigent une belle tomate sans goût. Viens, je vais te faire  déguster les tomates destinées à ma propre  consommation. Tu vas t'étonner...

Dernière modification par Osi007 (08-09-2008 13:01:50)

Hors ligne

 

#5 08-09-2008 13:13:50

Osi007
Membre
Message n°4792
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

La morale de cette histoire, c'est aux daltoniens qui doivent s'adapter à la société et non le contraire. Or le monde actuel, c'est le contraire qui  se passe, on est vraiment dans une situation délicate..Comme quoi c'est une maladie contagieuse dans le monde ...

Hors ligne

 

#6 08-09-2008 14:22:48

Osi007
Membre
Message n°4793
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Exemple d'Analyse du phénomène au niveau macrosociaux:
(Source La  ponérologie politique)
Pendant des périodes heureuses d'un pays, qui commencent souvent dans des injustices commises envers d'autres personnes ou peuples, étouffent les capacités de conscience individuelle et sociétale; les facteurs subconscient joue un rôle important dans la vie.Une société contaminée par l'état d'hystérie voit toute perception d'une VÉRITÉ INCONFORTABLE comme un signe de "MAUVAISE ÉDUCATION". Le problème est noyé dans un océan d'inconscient falsifié; seul le sommet de l'iceberg est visible au dessus de la vague de la vie. La catastrophe attend son heure.En telles périodes, la faculté de penser logiquement et d'une manière disciplinée, qui naît de la nécessite dans le temps difficiles, disparaît peu à peu.Quand les communautés perdent leur faculté de raisonnement psychologique et de critique morale,les processus d'engendrement du mal s'intensifient à tous les échelons de la société, individuels ou macrosociaux, jusqu'au retour à des "temps malheureux". Il suffit de voir notre histoire (perturber subjectivement  par les pouvoirs et les affairistes), on assiste toujours à un cycle des périodes  heureuses et malheureuses. 

Pendant des siècles,les moralistes nous ont exhortés à developper l'ethiqe et les valeurs humaines; ils ont cherché les critères intellectuels qui le permettaient.Ils ont également respecté la correction du raisonement, en dépit de tous leurs efforts ils n'ont pas été capable de dominer les diverses sortes de mal qui pèsent sur l'humanité depuis des ages et qui prennent actuelement des proportions jamais atteintes auparavant, de mémoire d'homme.Lorsqu'un processus de ce mal affecte toute la classe dirigeante d'une société ou d'une nation:
     - DEs sujets insignifiants dominent ensuite le mental des humains jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de place pour l'imagination.Finalement, le gouvernement du pays est paralys", impuissant devant des problèmes qui auraient pu être resolus sans grande difficulté dans d'autres circonstances.

     - L'historien qui étudie ces grandes perturbtions historiques est frappé d'abord par leurs similitudes, mais oublie que toutes les maladies ont en commun de nombreux symptômes, simplement parce que toutes font d'été d'un manque de santé.

    - Pendant les temps heureux de pays et L'INJUSTICE SOCIALE, les enfants des classes privilégiées apprennent à CHASSER DE LEUR CHAMP DE CONSCIENCE tous concepts inconfortables qui suggèrent eux-mêmes et leurs parent tirent profit de l'INJUSTICE.Le jeunes apprenent à dénigrer les valeurs morales et mentales de toute personne dont ils exploitent leur travail. Les jeunes esprits ingèrent ainsi des habitudes d'inconscience sélection et substitution de données, imaginons qu'il détiennent un pouvoir plus tard,quelle sera la conséquence de ce futur adulte responsable  hystérique? Une société Élitisme et libérale  comme le notre est touchée en plein cœur  par ce propagation à la génération suivante.Et même, Les modèles d'hystérie de l'expérience et comportement s'étoffent et s'étendent vers le bas à partir des classes privilégiées...

    - Quand les habitudes de sélection et de substitution subconscientes de pensées atteignent le niveau macro-social, la société se met logiquement à mépriser LA CRITIQUE DE CERTAINS FAITS et HUMILIER quiconque donne l'alerte. IL n'est dès lors PLUS besoin DE CENSURER LA PRESSE, le théâtre et les émissions de télévision, puisqu'un censeur pathologiquement hypersensible se trouve parmi les citoyens.
   
-Quand trois "EGO" gouvernent:L'égoïsme, L'égotisme et l'égocentrique, alors le sentiment de liens sociaux et de la responsabilité disparaissent, et la société éclate en groupes de plus en plus hostiles les uns et aux autres...
_____________________________________________
Ajouter le 28-02-2009

http://www.rue89.com/desintox-11-septembre-2001/
_____________________________________________
Ajouter le 18-03-2008
Citation célèbre du XXIe siècle

Il parait que les thèses consistant à nier la réalité des attentats du 11 septembre convainquent à peu près 10% de la population française ce qui, sauf leur respect, fait quand même un sacré paquet de sales cons.

Dernière modification par Osi007 (18-03-2009 16:45:24)

Hors ligne

 

#7 08-09-2008 15:35:19

Osi007
Membre
Message n°4794
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Les Virus de la pensée comme à l'informatique, un monde mécanisé 

La sorte d'égotisme excessif qui entrave le développement de valeurs humaines et aboutit à des MAUVAIS jugements ainsi qu'à la terrorisation d'autrui mérite bien son titre "ROI DES DÉFAUTS".Les difficultés, les disputes , les gros problèmes , les réactions névrotique, surgissent sous les pas égocentrique comme un champignons après la pluie. Les nations égotistes dépensent sans compter leur argent et leurs efforts pour atteindre DES OBJECTIFS DÉRIVES de leur raisonnement ERRONÉS et RÉACTIONS ÉMOTIONNELLES disproportionnées(exemple 9-11 2001), le dialogue  avec l'Iran, Afghanistan....etc.   Leur incapacités à reconnaître les valeurs et dissemblances basées sur la traditions culturelles différentes, mène inéluctablement aux conflits et aux guerres. On peut remarquer TOUTE LA DÉMOCRATIE n' a pas vraiment un régulateur pour ce genre de situation.

Blocage inversif:

Le fait de faire valoir avec insistance quelque chose qui est à l'opposé de la vérité empêche le mental de l'homme de percevoir la vérité. AU nom d'un sain bon sens il s'efforce de trouver le "JUSTE MOYENNE" entre la vérité et son opposé, et finit par trouver une contrefaçon   relativement satisfaisante. Les gens qui pensent ainsi et ne réalisent pas que C'EST PRÉCISÉMENT L'INTENTION de groupe d'individus qui les soumissent à cette méthode. On voit vraiment la conséquence néfaste de cette manipulation...Les citoyens honnête et normaux ne s'adaptent rarement à cette méthode de manipulation, il n'y a que les psychopathes qui tirent profit des faiblesses de la nature humaine et qui ont l'art d'induire les autres en erreur. Cette méthode est parfois utilisée avec virtuosité et à un degré qui égale leur pouvoir....
02/07/2012:
http://www.youtube.com/watch?v=myVCqWCP … r_embedded
http://www.voltairenet.org/Video-Thierr … -propos-de
__________________________
Ajouter le 09-01-2009
La technique du "romantisme" :
Un personnage qui a un caractère paranoïde, il  se prend pour Robin de bois "Chargé de la mission de voler les riches pour donner au pauvre". Ce qui se transforme facilement en "Voler tout le monde pour son profit" sous prétexte que "les injustices sociales le justifient".
__________________________
Ajouter le 24-03-2009
La folie contrôlée:
Coluche:"C'est pas compliqué, en politique, il suffit d'avoir une bonne conscience, et pour ça il faut avoir une mauvaise mémoire !"

La novlangue elle-même incarne la doublepensée car elle contient de nombreux mots qui créent des associations supposées entre des significations différentes. C'est particulièrement vrai lorsqu'il s'agit de mots d'importance fondamentale comme «bien» / «mal», «correct» / «faux», «vérité» / «mensonge», ou «justice» / «injustice».
La doublepensée est une forme d'aveuglement acquis et volontaire vis-à-vis des contradictions contenues dans un système de pensée. La doublepensée diffère de l'hypocrisie ordinaire dans la mesure où la personne qui pratique la «doublepensée» doit délibérément oublier la contradiction entre ses deux croyances antagonistes - et puis délibérément oublier qu'il a oublié cette contradiction. Il doit alors oublier qu'il a oublié cet oubli, et ainsi de suite; une fois commencé, cet oubli délibéré se poursuit indéfiniment.
Nous assistons à de nombreux exemples de «novlangue», dans lesquels les ingrédients de base de notre langage sont empoisonnés, et le sens des mots corrompu. Discuter rationnellement de sujets importants devient impossible, puisque le vocabulaire même que nous utilisons pour structurer nos pensées relatives à ces sujets voit sa richesse de sens diminuer et devient plus lourd en raison des contradictions, des ambiguïtés et d'un faisceau d'associations trompeuses.
De nouveaux termes à la mode comme «reddition», «dommages collatéraux», «détention» apparaissent et sont utilisés pour dissimuler certaines des réalités les plus dérangeantes dans un enrobage doucereux. Des mots existants comme «liberté», «droit», «égalité», «légitime défense» deviennent dangereux et prennent une dimension hystérique.

le terme « contribuable »:
n'a manifestement pas la même définition que celle du dictionnaire, c'est-à-dire: "Terme général pour désigner toute personne astreinte au paiement des contributions, impôts, droits ou taxes dont le recouvrement est prévu par la Loi."Dans l'esprit de ces individus conformant la réalité, y compris les mots et leurs sens, à leurs propres désirs, "contribuable" signifierait plutôt "qui se plie aux décisions des autorités", "qui sert les intérêts du pouvoir en place", qui "contribue" donc à la pathocratie.

La "Reality show"

qui présentent des chômeurs en détresse, des surendettés, des pauvres. Bien qu’elles nous présentent des vrais chômeurs, des vrais pauvres et des vrais SDF, et des restaurants du Cœur qui constituent la cible apparente, toutes ces personnes sont là pour faire de la figuration car ce qui est visé par la guerre psychologique, c’est l’auditoire cible final qui est le monde du travail auquel on cherche à faire peur pour que les salariés acceptent n’importe n’importe quel salaire même un salaire de misère sous peine de finir comme les chômeurs, les pauvres et les sans-abri montrés dans les émissions de la" reality show".

Ajouter le 04-06-2007
La technique du censure par le vide
Aprés les délits d'opinion, les lois proclamatrices d'histoire, une nouvelle forme de censure est née en France [...]
_________________________________________________________________
Ajouter le 16-06-2009
Dictionnaire Collectif de la Langue de Bois et des concepts opérationnels
Source: http://www.scoplepave.org/ledico/frame_dico.htm
Ajouter le 26-05-2010
Dictionnaire de novlangue des Sentinelles de la République
Source: http://www.sentinelles-de-la-republique … epublique/

A :
Adaptation
Définition (dictionnaire de l’académie française). Action d’adapter. Adapter : appliquer une chose à une autre. Ajuster, approprier.
Transposer pour le théâtre ou le cinéma.

Novlangue : en politique, soumission pour le plus grand nombre. Les hommes doivent s’adapter aux exigences de l’impersonnel marché, pas l’inverse. L’irrévérence est mal vue.

Affaire
Définition (dictionnaire de l’académie française). Ce qui est le sujet de quelque occupation. Affaire signifie aussi soin, peine, embarras, difficulté, querelle, danger. Il se dit de toutes les choses qu’on a à discuter, à démêler avec quelqu’un dans le commerce de la vie. Affaire se dit particulièrement des Procès et de tout ce qui se traite en quelque juridiction que ce soit, tant en matière civile qu’en matière criminelle. Affaire signifie encore particulièrement Convention, marché, traité, transaction commerciale, entreprise d’industrie, spéculation financière.

Novlangue : euphémisme pour ne pas prononcer scandale ou magouilles. La synonymie avec entreprise est pratique autant que troublante.

Assouplissement
Définition (dictionnaire de l’académie française). Action d’assouplir, de s’assouplir. Assouplir : rendre souple, flexible. S’assouplir: devenir souple.

Novlangue : démantèlement. Exemples : le droit du travail, la protection sociale et les services publics sont démantelés sous couvert de ce terme doux, agréable et positif.

B :

C :
Capitalisme
Définition (dictionnaire de l’académie française). L’Ensemble des capitalistes. Capitaliste : celui, celle qui a des capitaux, des sommes d’argent considérables et qui les fait valoir dans les entreprises de commerce, d’agriculture, de manufacture ou dans des opérations de finance.

Novlangue : économie de marchés en vigueur jusqu’au 19ème siècle. Notion omniprésente aujourd’hui mais qui, par ses connotations négatives historiques, a été renommée commodément pour essayer de faire croire à un renouveau non comparable.

Charges
Définition (dictionnaire de l’académie française). Ce qui pèse sur quelqu’un ou sur quelque chose. Il se dit figurément de toute dépense, de tout ce qui met dans la nécessité de faire quelque dépense, de ce qui cause un embarras, une gêne.

Novlangue : vocable martelé pour désigner les cotisations qui participent à la solidarité nécessaire à toute société équilibrée. Il induit un objectif naturel d’allègement.

Chômeur
Définition (dictionnaire de l’académie française). celui, celle qui chôme. Chômer : suspendre son travail. Par extension, il signifie manquer de.

Novlangue : personne qui est involontairement privée de travail. Et qui se trouve donc victime de cet état.

Citoyen
Définition (dictionnaire de l’académie française). Terme par lequel on désigne tous ceux qui, dans un État organisé, jouissent des mêmes droits et obéissent aux mêmes lois.

Novlangue : terme désuet qui date de l’antiquité et évoque la révolution française. Il porte une connotation active, et de ce fait (re)donne du pouvoir à la population. On lui préférera les termes plus cantonnés, moutonniers, passifs, vagues d’électeur, consommateur, français, téléspectateur etc. Il reste utilisé dans des cas très particuliers mais comme adjectif à la place de civique, en le vidant de son sens. Exemple : trier ses déchets est un acte citoyen.

Commerce
Définition (dictionnaire de l’académie française). Trafic, négoce de marchandises, d’argent, soit en gros, soit en détail.

Novlangue : peut très bien ne pas être équitable puisque ce qualificatif peut être accolé dans certains cas. L’arnaque, l’escroquerie ferait partie de la définition du commerce.

Commission
Définition (dictionnaire de l’académie française). Charge qu’on donne à quelqu’un de faire quelque chose. Il se dit également de ce qu’un commissionnaire perçoit pour son salaire. Il se dit encore d’une réunion de personnes commises pour remplir des fonctions spéciales, ou chargées d’un travail préparatoire, de l’examen d’une chose, d’une affaire.

Novlangue : organisme éphémère qui donne de l’apparat et l’alibi de la diversité d’avis pour une décision. Sert soit à enterrer une question, pratique ancienne ; soit à dissimuler que la décision est déjà prise ; pratique actuelle. Sa création est plus médiatisée que sa conclusion : permet de faire croire que la décision n’est pas partisane, même si les recommandations ne sont pas suivies a posteriori.
Autre sens : revenu souvent occulte, par exemple pour les ventes d’armes.

Communication
Définition (dictionnaire de l’académie française). Action de communiquer ou résultat de cette action. Il se dit particulièrement des informations, des renseignements que l’on donne. Communiquer : rendre commun à, faire part de, transmettre.

Novlangue : promotion de produits, de services, d’informations. Régulièrement employé à la place de publicité, comme dans le but de rafraîchir ce terme, ce qui implique un sens vertical et unilatéral.

Compétitivité
Définition. (dictionnaire Larousse). Caractère de produits compétitifs, d’une entreprise compétitive. Compétitif : qui est susceptible, grâce à ses qualités, à ses caractéristiques, de supporter la concurrence.

Novlangue : Capacité à mieux vendre qui justifie des bonus indécemment élevés et le gel des augmentations de salaires. Dans le 1er cas il faut s’aligner sur les pays étrangers qui en pratiquent de plus élevés, question de compétences à préserver. Dans le 2nd on ne peut se permettre de creuser l’écart avec des pays étrangers qui en pratiquent de plus bas, question de coûts cette fois, mettant en péril les valeurs humanistes. La réduction des marges de profits n’améliorerait pas la compétitivité.

Consommateur
Définition (dictionnaire de l’académie française). [Économie politique] Celui qui achète des marchandises pour son usage, et non pour les revendre, par opposition à producteur.

Novlangue : statut réduit du citoyen à l’époque du monde financiarisé.

Crispation
Définition (dictionnaire de l’académie française). Il se dit, en termes de Médecine, d’une contraction qui se produit dans les entrailles, dans les nerfs, etc. Il se dit, par exagération et familièrement, en parlant de ce qui cause une vive impatience.

Novlangue : réaction rigide, négative de la France à la « modernité » et la flexibilité. Le combattant de l’injustice (des délocalisations, de la destruction du droit du travail,…) est dépeint comme une personne crispée. A noter sa pathologie.

D :
Délinquant
Définition (dictionnaire de l’académie française). [Jurisprudence] Celui, celle qui a commis un délit. Délit : [Jurisprudence] toute infraction, consciente ou non, aux lois.

Novlangue : définition ci-dessus restreinte à une personne jeune et désœuvrée, qui choisirait cette voie en lieu et place d’un engagement sur la voie du travail. La délinquance financière n’est qu’épisodiquement considérée comme un problème de société.

E :
Économiste
Définition (dictionnaire de l’académie française). Celui qui s’occupe spécialement d’Économie politique.

Novlangue : sorte d’astrologue qui prétend faire des prévisions en matière d’économie. Personne qui malgré ses aveuglements et ses inepties est toujours là à servir des intérêts après la crise. La fonction est parfois plus de l’ordre de la propagande que de la pédagogie.

A noter cet aveu d’Alan Greenspan (président de la réserve fédérale des USA de 1987 à 2006) en novembre 2009 : « Je me souviens qu’à maintes reprises, alors que je réfléchissais longuement, pour déterminer si une variation de 0, 25% du taux des Fed funds était approprié, ce n’est qu’après coup que j’étais vraiment certain que nous prenions la bonne décision. La vérité est que nous pouvons savoir avec le recul du temps, mais jamais en temps réel ».

Élections
Définition (dictionnaire de l’académie française). Action d’élire, choix fait par la voie des suffrages.

Novlangue : seul acte citoyen. Choix d’une personne parmi les plus puissantes notamment par les moyens engrangés et les soutiens médiatiques. Le choix n’est pas effectué sur des personnes ayant égalité de chances sur les candidatures et sur la promotion médiatique.

Expert
Définition (dictionnaire de l’académie française). Qui est fort versé en la pratique de quelque art, de quelque connaissance qui s’apprend par expérience. Il s’emploie surtout comme nom masculin et se dit de celui qui est nommé par autorité de justice, ou de celui qui est choisi par les parties intéressées pour examiner, pour estimer certaines choses et en faire son rapport.

Novlangue : personne à qui se fier, sur la base de sa spécialité professionnelle. Dans les médias, titre attribué aux intellectuels interrogés pour accréditer ce qui arrange dans un sens ou un autre. En politique, caution pour d’innombrables décisions, tout comme les sondages. Souvent qualifié d’indépendant pour renforcer une crédibilité entamée. En général peu pédagogue, il a tendance à rendre obscures des choses simples pour se rendre indispensable et dont le seul « avis d’expert » voudrait qu’on lui donne raison.

Expulsion
Définition (dictionnaire de l’académie française). Action d’expulser. Chasser quelqu’un du lieu où il était établi, d’un bien dont il était en possession. On l’expulsa de sa maison, de sa terre. Par extension, exclure d’un lieu, d’une compagnie. On l’expulsa de l’assemblée. Platon voulait qu’on expulsât les poètes de sa république.

Novlangue : avantageusement remplacé par le terme édulcoré d’éloignement. Exemple tiré de LQR d’Eric Hazan : un ministre de l’intérieur qui prétend avoir  » le courage de poser la question des procédures d’éloignement  » n’est pas courageux au point de nommer l’expulsion.

F :
Flexible

Définition (dictionnaire de l’académie française). Qui se fléchit aisément. Il n’y a rien de plus flexible que l’osier. Par analogie, voix flexible, voix souple et aisée, qui passe facilement d’un ton à un autre. Il signifie au figuré qui cède aisément aux impressions qu’on veut lui donner. Un caractère flexible.

Novlangue : qualité d’une personne qui sait s’adapter à n’importe quel emploi ou conditions de travail, y compris pour une rémunération en baisse. Ce terme est à double sens. Il encense celui qui saura tirer son épingle du jeu dans la vie professionnelle, autant que par opposition, il disqualifie celui qui refuse la précarité.

G :
Grogne
Définition (dictionnaire de l’académie française). Fam. Manifestation de mauvaise humeur, de mécontentement. Grogner : en parlant du porc, du sanglier, de l’ours, pousser son cri.

Novlangue : mécontentements ainsi nommés pour certaines corporations uniquement : le syndicat d’employés systématiquement, les parlementaires rarement. Les représentants du patronat, les membres du gouvernement par exemple jamais.

H :

I :
Information
Définition (dictionnaire de l’académie française). Recherches que l’on fait pour s’assurer de la vérité d’une chose, pour connaître la conduite, les moeurs d’une personne, etc. Il s’emploie généralement au pluriel.

Novlangue : vérité (traduction française de « pravda », organe de propagande de l’URSS), surtout autour de 13 h ou 20 h sur les médias de masse.

J :

K :

L :
Laïcité
Définition (dictionnaire de l’académie française). Caractère de neutralité religieuse d’un établissement d’instruction ou d’assistance, d’une loi, d’une institution.

Novlangue : anti-religieux (amalgame pratiqué au sommet de l’état). D’où l’appel à une laïcité « positive », expression vidant le concept de laïcité de son sens, puisque la définition de la laïcité française, historique, républicaine serait forcément négative et minimaliste.

M :
Malaise
Définition (dictionnaire de l’académie française). Trouble plus ou moins léger de la santé, qui ne peut guère se localiser avec précision. Il signifie figurément sorte d’inquiétude ou de gêne résultant de causes obscures.

Novlangue : euphémisme pour injustice sociale, qui est une expression évitée. A noter que la victime ne serait autre que quelqu’un qui ne se porte pas bien ; cause ou conséquence du problème, l’ambiguïté est entière.

N :
Népotisme
Définition (dictionnaire de l’académie française). Autorité, faveur dont ont joui, auprès de certains papes, leurs neveux, leurs parents. Il se dit, par extension, de la Faveur excessive qu’un homme en place montre envers ses parents, ses protégés.

Novlangue : définition ci-dessus utilisée pour décrire la corruption, aux dépens de l’argent public, dans les républiques dites bananières. Notion dont on nous dit qu’elle est non avenue en France, puisque la France est une « république démocratique ».

O :
Otage
Définition (dictionnaire de l’académie française). Personne qu’une armée qu’un parti se fait livrer ou, au contraire, livre en garantie. Il se dit encore de personnes que l’on arrête et que l’on détient, comme une sorte de gage, pour obtenir ou pour arracher ce que l’on exige.

Novlangue : personne dont la vie de tous les jours est contrariée, à quelque degré que ce soit, par des opposants de fait du pouvoir en place. Exemple : les parisiens otages des grévistes de la RATP.

P :
Paradis fiscal
Définition (Wikipédia). Un territoire à la fiscalité très basse comparé aux niveaux d’imposition existant dans les pays développés. Dans la plupart des pays membres de l’OCDE, il n’existe pas dans la législation ou dans la jurisprudence, de définition précise d’un paradis fiscal.
Note : des sommes d’argent y transitant notamment pour blanchiment ou soustraction à l’impôt national y sont notoirement astronomiques.

Novlangue : petit état exotique et incertain. Exemple pour les autorités françaises, Monaco n’est pas concerné. Pour les autorités européennes, le Luxembourg, le Liechtenstein, la Suisse ne sont pas concernés. Pour les autorités britanniques, les îles Anglo-normandes ne sont pas concernées. Pour les autorités des États-Unis d’Amérique, l’état du Delaware n’est pas concerné. Etc.

Pragmatique
Définition (dictionnaire de l’académie française). Qui concerne les affaires, la pratique. Il s’emploie aussi en termes de philosophie et signifie : qui concerne l’action, qui est fondé surtout sur la pratique.

Novlangue : qualité de l’homme aux responsabilités qui se débattrait au milieu d’idéologues. Ce soit disant pragmatisme est devenu en réalité un des bras armés de l’idéologie libérale. Exemple : réduire le nombre de fonctionnaires ne serait pas une mesure libérale mais pragmatique, c’est à dire une nécessité incontournable hors de toute considération partisane.

Propagande
Définition (dictionnaire de l’académie française). La congrégation De propaganda fide, établie à Rome pour les affaires qui regardent la propagation de la foi. Il se dit, par extension, de toute association ou de tout organisme qui a pour but de propager certaines opinions publiques ou sociales. Il se dit aussi, par extension, de toute action organisée en vue de répandre ou de faire prévaloir une opinion, une doctrine. Faire de la propagande, tenter de propager une opinion politique, sociale, religieuse.

Novlangue : propagation sournoise d’idées politiques dans une dictature. Ne concernerait que des pays lointains dans l’espace ou dans le temps. Avantageusement remplacée à notre époque par le terme passe-partout et martelé de communication. Les termes d’explication, ou de pédagogie sont également détournés à la place de propagande.

Q :

R :
Réforme
Définition (dictionnaire de l’académie française). Rétablissement dans l’ordre, dans l’ancienne forme, ou dans une meilleure forme.

Novlangue : oeuvre politique connotée positivement, et qui modernise. Terme qui sert notamment à prévenir les critiques d’inertie craintes par les hommes de pouvoir, ainsi qu’à ne pas dire grand chose.

Réussite
Définition : vie épanouie. Cela passe immanquablement par un tissu relationnel et une action qui fait sens à la personne.

Novlangue : le fait d’avoir une place sociale élevée et d’être riche matériellement, récompense méritée d’efforts personnels.

S :
Sans-papiers
Définition (dictionnaire Larousse). Personne qui ne possède pas les documents qui lui permettent de justifier de son identité et, si elle est étrangère, de la régularité de sa situation en France (pièce d’identité, carte de séjour, permis de travail, etc.).

Novlangue : clandestin, c’est à dire personne intruse sur un territoire, qui est hors-la-loi volontairement. Et il en découle personne usurpatrice, qui profite intentionnellement d’une société riche sans en assumer les devoirs. L’existence de personnes en attente de réponses administratives, et de personnes travaillant versant des cotisations sociales est niée.

Sécurité
Définition (dictionnaire de l’académie française). Confiance, tranquillité d’esprit qui résulte de l’opinion, bien ou mal fondée, qu’on n’a pas à craindre de danger. Il signifie, par extension, tranquillité, absence de danger.

Novlangue : répression.
Exemple : la police a effectué son travail de sécurité. A noter qu’il s’agit d’un cas d’école de novlangue. Ce terme standardisé est martelé dans les médias de masse pour propager une habitude langagière afin d’empêcher d’énoncer des idées et créer des amalgames, des postures langagières.

Sûreté
Définition (dictionnaire de l’académie française). Éloignement de tout péril; état de celui qui n’a rien à craindre pour sa personne ou pour sa fortune; état de ce qui est à l’abri.
Complément wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%BBret%C3%A9). La sûreté est souvent en relation avec un ensemble de normes qui garantissent la qualité et l’absence de vice d’un système ou d’une organisation. La sûreté est la garantie dont dispose chaque personne contre une arrestation, un emprisonnement ou une condamnation arbitraire.

Novlangue : tombé en désuétude, terme banni des politiciens malgré sa présence dans les textes constitutionnels. Terme subrepticement remplacé par sécurité.

T :
Terroriste
Définition (dictionnaire de l’académie française). Partisan, agent d’un régime de terreur.
Définition (dictionnaire Petit Robert). Emploi systématique de la violence pour atteindre un but politique (…) et spécialement ensemble des actes de violence, des attentats, des prises d’otage civils qu’une organisation politique commet pour impressionner un pays (le sien ou celui d’un autre)

Novlangue : toute personne dont la vie, les actions, les paroles ou les écrits remettent en cause l’ordre établi et les visées des hommes au pouvoir ou de la classe dominante. Ex: Julien Coupat est un terroriste de l’ultra-gauche (voir aussi cette entrée dans le dictionnaire novlangue).

A noter cet article sur la controverse de la définition. http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9fin … terrorisme :
La distinction est un jugement politique, qui ne peut être que biaisé par la conviction que « le criminel c’est l’Autre ». La majorité des définitions en usage ont été élaborées par des organes directement associés à un gouvernement, et ont un biais systématique excluant les gouvernements de la définition.

Travail
Définition (dictionnaire de l’académie française). Labeur, application à une tâche, effort soutenu pour faire quelque chose; il se dit de l’esprit comme du corps. En termes d’économie politique, il désigne le labeur humain considéré comme facteur essentiel de la production.

Novlangue : fonction humaine obligatoire, et facteur de prospérité personnelle et nationale. Levier officiel de l’enrichissement personnel. Par exemple une personne pauvre qui aurait souhaité sortir de sa condition n’a pas assez travaillé. A l’inverse celui qui a de hauts revenus travaille forcément plus et mieux. Ne sont pas considérés les bénévoles, mères au foyer, Artistes… ni l’importance des réseaux de connaissance quand on est bien né, du népotisme ou de détournement de bien sociaux…

U :
Ultra-gauche
Définition (wikipédia) : phénomène ou concept flou dans sa définition. Sens approché d’extrême-gauche, mais personne ne s’en réclame.

Novlangue : néologisme, qui semble sorti du service de communication du ministère de l’intérieur, servant à désigner tout groupe d’anarchistes, de syndicalistes, de jeunes des banlieues etc. qui sème le trouble au cours d’une manifestation et s’affronte directement aux forces de l’ordre. Quelles que soient les motivations des semeurs de trouble et leurs convictions politiques, ce sont des membres de l’ultra-gauche. Cas d’école de novlangue.

V :
Vidéo-protection
Définition : aucun dictionnaire ne référence encore ce néologisme idéologique.

Novlangue : système magique qui transforme un instrument de surveillance à distance (une caméra) en moyen de protection du citoyen, permettant de mieux faire accepter la multiplication des dispositifs de surveillance. Cas typique de mot-piège de novlangue : l’utiliser c’est le renforcer.
Traitement complet sur http://www.sentinelles-de-la-republique … e-realite/
________________________________________________________________________


Ajouter le 19-06-2009
Le monde scientifique a aussi sa langue de Bois
Titre: La grammaire de la Nature, p.15
Source: http://www.jmsouriau.com/Grammaire_de_la_nature.htm

[...] Moins compréhensible est l'apparition de modèles fort étudiés avant qu'on leur ait
découvert aucune corrélation avec le réel (trous noirs, théorie de l'inflation, supercordes,
etc.), avec pourtant une ambition exprimée qui n'est pas celle des mathématiques
pures.
Espoir d'une divine surprise, comme cela se produit parfois.

Oui, mais aussi sociologie des milieux scientifiques : le système des thèses et des patrons,
le mécanisme de sélection des articles, tout cela favorise les sujets « à la
mode ». Du moment que la mode a été lancée par un grand couturier de la science,
tout travail sur ce sujet sera publié facilement — et d'autant plus facilement qu'il se
réduira à quelques variations sur des opinions récemment publiées : un chercheur soucieux
de sa carrière a tout intérêt à suivre la mode plutôt qu'à la questionner.

Quand elle est vide, la mode finit par passer. Bilan : d'innombrables travaux publiés
d'un côté ; de l'autre, une seule connaissance nouvelle : c'est qu'il s'agissait
d'une fausse piste. [...]

http://www.jp-petit.org/humour/dessins5/superstrings.gif
http://img504.imageshack.us/img504/834/lechateaudecartes.gif
Auteur:JPPetit

__________________

A quand un nouveau dictionnaire pour comprendre  le nouveau vocabulaire?

La Société:Espace de circulation des marchandises.
Le Temps:Doit être accéléré pour pouvoir multiplier le nombres de besoins satisfaits
La Vie: Un combat où il faut battre les autres.
La Démographie:La planification de la production des animaux humains?
La Religion: méthode de gestion des énergies intimes.
Les" autres":des clients, des patrons,des salariés, des concurrents, en tous cas des ennemis.



Interprétation moralisante:
Source:la Ponérologie politique

La tendance à interpréter de manière moralisatrice des phénomènes essentiellement pathologiques est un aspect de la nature humaine dont le substrat perceptible fait partie de notre instinct spécifique, c'est-à-dire l'incapacité de faire la différence entre le mal moral et mal biologique. Elle est toujours présente, à des degrés divers, dans la vision psychologique et morale du monde; et nous devons voir cette tendance comme une erreur récurrente d'opinion[...]

Paramoralisme:   
La conviction qu'il existe des valeurs morales et que certains actions violent des règles morales est un phénomène tellement commun et ancien qu'il semble avoir quelque substrat au niveau du patrimoine instinctif(encore qu'il ne soit certainement pas entièrement adéquat dans le cadre de la vérité morale), et qu'il ne fait pas que représenter des siècles d'expérience , de culture, de religion et de socialisation. Dès lors toute insinuation infiltrée dans des slogans moraux est toujours suggestive , même quand les critères "moraux" utilisés ne sont que pure invention ad hoc. N'importe quel acte peut donc être vu comme immoral ou moral par le biais de paramoralismes et de la suggestion active; il se trouvera toujours de gens pour tomber dans le panneau de ce genre de raisonnements[...]
[...] Malheureusement, il est devenu très  fréquent que des individus, des groupes de pression, ou des systèmes patho-politiques inventent de nouveaux critères moraux dans leur propre  intérêt.L'utilisation de cette technique affecte souvent le développement moral  chez les jeunes gens.



______________________
Ajouter le 31-03-2009
La théorie "Hypothèse de crise" (L'école de Chicago)
L'effondrement du marché peut aussi déclencher la contre-révolution à droite.
Selon le père fondateur de cette théorie, Milton Friedman rédigea en 1982:" Seule une crise -RÉELLE ou SUPPOSÉE -Peut produire des changements.Lorsqu'elle se produit, les mesures à prendre dépendent des idées en vigueur dans le contexte. Telle est, me semble-t-il, notre véritable fonction : Trouver des solutions de rechange aux politiques existantes et les entretenir jusqu'à ce que l'impossible devienne inévitable."
Milton Fredman hérita aussi la pensé d' Adam Smith que les humains sont régis par l'intérêt personnel et que la société se tire mieux d'affaire lorsque l'intérêt personnel gouverne la plupart des activités.

Ex: La guerre de six semaines de Thatcher a créé l'impulsion de la croisade corporatiste (operation Corporate). Elle disait:"Nous avons dû nous battre contre l'ennemi extérieur aux Malouines:nous devons maintenant nous battre contre l'ennemi intérieur, qui est beaucoup plus coriace, mais tout aussi dangereux pour la liberté." Elle a transformé les travailleurs britanniques en "ennemi intérieur ".

______________________
(Ajouter le 1-03-2009)
Source :Éviter les illusions : Le grand échiquier
http://www.mondialisation.ca/index.php? … ;aid=12481
Auteur:Simon Davies
La technique du Transmarginal Inhibition:

Pour la plupart des gens dans les pays soi-disant « libres » du monde occidental, la peur est en général envers l’un l’autre, et envers l’étranger, qu'il soit immigrant ou « terroriste, » mais cette situation a changé, car nous avons de plus en plus conscience de l’effrayant pouvoir de l’État quand il manifeste sa brutalité contre nos manifestations, quand il rogne peu à peu nos « libertés » et engage nos nations dans des guerres et des exactions criminelles et immorales. Afin d'accumuler de plus grands pouvoirs pour lui-même, l'État manipule la peur des gens, sous prétexte de « guerre contre le terrorisme », « guerre à la drogue », d'immigration et d'insécurité économique. La superposition de la peur est un barrage constant à l'information contradictoire, la fausse information et la désinformation étant échafaudées de manière à ce qu'aucune image nette de la réalité ne puisse être perçue. En un mot, l'État utilise la technique du Transmarginal Inhibition [sorte de programmation pavlovienne, ndt] pour rendre la majorité des gens passifs, apathiques, dociles et confus.
Ajouter le 14-07-2009
Le syndrome du spectateur
« des effets psychologiques les plus pervers qui soient ...»
C’est  la présence des autres inhibait l’action. Plus le nombre de sujets présents est important, moins on agit. Il y a de nombreuses raisons, notamment contextuelles,  qui peuvent expliquer l’effet spectateur, mais les chercheurs se sont concentrés sur deux facteurs : l’influence sociale, d’abord, qui pousse les témoins d’une situation d’urgence à surveiller l’attitude des autres, pour voir s’ils pensent qu’il faut intervenir. Comme tout le monde fait la même chose, chacun déduit de l’inaction générale qu’une aide n’est pas nécessaire. Il y a ensuite un phénomène de diffusion de la responsabilité : les témoins supposent tous que quelqu’un d’autre va agir, par exemple quelqu’un de plus qualifié, et leur responsabilité s’atténue proportionnellement au nombre de gens présents.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_du_t%C3%A9moin
Triste illustration
http://www.youtube.com/watch?v=VZd-yAFL … ature=fvsr
_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Bill Gates, apôtre de l'impérialisme humanitaire
Source: http://www.mondialisation.ca/index.php? … ;aid=12132
__________________________
Pourquoi la Fondation Ford subventionne la contestation 
http://www.voltairenet.org/article13444 … ticle13444
__________________________
Les ONG, nouveau bras de la diplomatie US
http://www.voltairenet.org/article15885 … ticle15885
__________________________
Ajouter le 24-05-2009
Entretien sur le sujet des ONG avec : Christophe Reveillard et Aymeric Chauprade sur Radio Courtoisie.

Partie 1 : http://www.dailymotion.com/video/x8zdt8 … sme-1_news
Partie 2 : http://www.dailymotion.com/video/x8zed8 … sme-2_news
Partie 3 : http://www.dailymotion.com/video/x8zel2 … sme-3_news
___________________________
Ajouter le 12-06-2009
http://www.dailymotion.com/user/tchels0 … ur-arte-12
http://www.dailymotion.com/user/tchels0 … ur-arte-22
___________________________
26-01-2010:
La Fondation  Berlsmann
Un empire des médias et une fondation au service du mondialisme, il est  aussi un acteur principal de la construction  Européenne.
http://www.dailymotion.com/video/x9n5pe … iquee_news

___________________________________________________________________________________

23-01-2010:



1 – Que Dieu bénisse le Président pour avoir envoyé pratiquement immédiatement des équipes de secours. Je parle du Président Olafur Grimsson de l’Islande. Mercredi, l’agence de presse AP a informé que le Président des Etats-Unis avait promis qu’ « un contingent initial de 2000 marines pourrait être déployé dans le pays ravagé par un séisme dans les prochains jours ». Dans les prochains jours M. Obama ?

2 – Il n’y a pas de catastrophe « naturelle ». 200.000 Haïtiens ont été massacrés par des constructions taudis et les plans d’austérité du FMI.

3 – Une amie m’a appelé. Elle voulait savoir si je connaissais un journaliste qui pouvait faire passer des médicaments à son père. Elle a ajouté, tout en étouffant des sanglots, « ma sœur est sous les décombres. Est-ce qu’il y a quelqu’un qui peut l’aider ? Quelqu’un ? » Dois-je lui répondre qu’Obama « déploiera des marines d’ici quelques jours » ?

4 – la Chine a déployé en 48 heures des sauveteurs accompagnés de chiens renifleurs. La Chine, M. le Président. Chine : 12.000 km. Miami : 1000 km. Sans parler des bases militaires US à Porto Rico, juste à côté.

5 – Robert Gates , le ministre de la défense d’Obama, a dit « je ne sais pas comment ce gouvernement aurait pu réagir plus rapidement ou mieux ». Nous savons que Gates ne sait pas.

6 – De par ma propre expérience sur le terrain, je sais que la FEMA (organisation chargée de gérer les catastrophes naturelles aux Etats-Unis – mise en cause dans sa « non » gestion des inondations de la Louisiane – NdR) possède, et prêts à expédier, de l’eau potable, des générateurs, des équipements médicaux mobiles et plus encore pour les secours en cas de cyclones. Tout est là. Le Général Russel Honoré, qui a été commandant d’une force d’intervention rapide après le cyclone Katrina, a déclaré au Christian Science Monitor, « Je croyais que nous avions appris les leçons de Katrina, distribuer de la nourriture, de l’eau et évacuer les gens. » Peut-être que la leçon a été apprise, mais Gates et son Ministère de la Défense avaient séché les cours ce jour-là.

7 – Envoyer les Marines. C’est la réponse typique de l’Amérique. C’est notre spécialité. Le porte avions USS Carl Vinson s’est finalement pointé au bout de trois jours. Avec quoi ? Déployé en urgence – sans aucun matériel de secours. Il transportait des missiles « Sidewinder » et 19 hélicoptères.

8 – Mais pas de souci, l’Equipe de Secours International, équipée de la tête aux pieds et disposant d’une autonomie de sept jours sur le terrain, a immédiatement déployé dix mètres cubes d’outils et d’équipement, trois tonnes d’eau, des tentes, d’appareils de communication de pointe et des systèmes de purification d’eau. Le tout en provenance d’Islande.

9 – Gates refusait d’envoyer de la nourriture et de l’eau parce que, disait-il, il n’y avait « pas de structure pour garantir la sécurité » Pour Gates, qui fût nommé par Bush et autorisé à continuer à trainer dans les parages par Obama, c’est la sécurité avant tout. C’est ça ce qu’il a retenu de Katrina. Blackwater avant eau potable. (Blackwater – litt. « eau noire » et nom d’une société de sécurité sous-traitante de l’armée US – NdR)

10 - D’autres présidents américains avant lui ont réagi bien plus rapidement pour envoyer des troupes sur l’île. Haïti occupe une partie de l’île d’Hispaniola. On la qualifie de testicule droit de l’Enfer. Le testicule gauche, c’est sa voisine la République Dominicaine. En 1965, lorsque les Dominicains ont réclamé le retour de leur président élu Juan Bosch, qui avait été renversé par un coup d’état militaire, (le président US) Lyndon Johnson a réagi rapidement devant la crise et 45.000 marines ont débarqué sur les côtes pour empêcher le retour du président élu.

11 – Comment Haïti s’est-elle retrouvée dans une telle situation économique, où toutes les infrastructures, des hôpitaux jusqu’aux égouts, sont hors-fonction ou inexistants – il n’y a que deux casernes de pompiers dans tout le pays – un pays si affaibli qu’il n’attendait plus qu’un coup du sort « naturel » pour l’achever ?

N’allez pas accuser Mère Nature pour tous les morts et destructions. Un tel déshonneur revient à Papa Doc et Bébé Doc, la dictature de la famille Duvalier, qui a pillé le pays pendant 28 ans. Papa et Bébé ont empoché environ 80% de l’aide économique versée à Haïti – avec la complicité du gouvernement US heureux d’avoir leurs Duvalier et leur milice vaudou, les Tonton Macoutes, comme alliés dans la Guerre Froide. (Une guerre gagnée haut la main : les escadrons de la mort des Duvalier ont assassiné 60.000 opposants au régime).

12 – Ce que Papa et Bébé n’ont pas emporté avec eux dans leur fuite, le FMI est venu l’achever avec ses « plans d’austérité ». Un plan d’austérité est une sorte de rituel vaudou exécuté par des économistes transformés en zombies par une croyance mystique qui prétend que la suppression des services sociaux pourra, d’une manière ou d’une autre, améliorer la situation économique d’un pays.

13 – En 1991, cinq ans après la fuite du sanguinaire Bébé, les Haïtiens ont élu un prêtre, Jean-Bertrand Aristide, qui a résisté aux diktats du FMI. Quelques mois plus tard, il fut renversé par l’armée sous les applaudissements de Papa George HW Bush.

L’Histoire se répète, d’abord comme une tragédie, ensuite comme une farce. La farce ici est incarnée par George W. Bush. En 2004, après la réélection du prêtre Aristide, ce dernier fut enlevé et déporté, sous les applaudissements de Bébé Bush.

14 – Haïti était jadis un pays riche, le plus riche du continent, un pays qui valait plus, écrivait Voltaire au 18eme siècle, que la colonie rocailleuse et glacée appelée Nouvelle Angleterre. La source de ses richesses était l’or noir : les esclaves. Mais les esclaves se sont rebellés – et n’ont jamais cessé d’en payer le prix.

De 1825 à 1947, la France a obligé Haïti à verser une indemnisation annuelle en guise de compensation des pertes subies par les esclavagistes français après la révolte des esclaves. Au lieu de réduire des individus à l’esclavage, la France a trouvé qu’il était finalement plus efficace de réduire toute une nation à l’esclavage.

15 – Le Ministre Gates nous dit « Il y a certaines réalités dans la vie qui font que certaines choses ne peuvent se faire qu’à une certaine vitesse » Le navire-hôpital de la Navy arrivera dans une semaine environ. Beau boulot mon pote !

16 – Je viens de recevoir un message de mon amie. Sa sœur a été retrouvée morte ; et son autre sœur a du l’enterrer. Et son père a besoin de ses médicaments. Ca aussi, c’est une certaine réalité de la vie, M. le Président.

Greg PALAST
__________
26-01-2010
Haïti et l’arme sismique 
http://www.voltairenet.org/article163692.html

http://www.jp-petit.org/Divers/Armes_sismiques/dessins/Pamir_en_action.gif
Source:JPP
Commentaire:
Il semble que c'est possible techniquement...
___________
12-05-2010
Nashville Tennessee Flood 2010
http://www.youtube.com/watch?v=pFjaQoOd … r_embedded

Dernière modification par Osi007 (02-07-2012 09:55:27)

Hors ligne

 

#8 08-09-2008 16:01:49

Osi007
Membre
Message n°4795
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

[...] En France comme ailleurs, ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire eux-mêmes les limites de leurs propres pouvoirs (la constitution). Ce n’est pas aux élus de décider à notre place si l’élection vaut mieux que le tirage au sort : ce choix de société ne peut être tranché que par référendum. [...] Extrait:Tirage_au_sort,P.2

____________________________________________________________________________________________________
Les associations ponérogéniques :


Nous nommerons « association ponérogénique » tout groupe de gens caractérisé par des processus ponérogéniques d'intensité sociale plus élevé que la moyenne, dans lequel les porteurs de facteurs pathologiques divers fonctionnent comme des inspirateurs, des fascinateurs et des chefs, et au sein duquel se met en place une structure sociale pathologique correspondante (âme collective médiocre) . Des associations plus petites et moins permanentes peuvent ête appelées des « groupes » ou des « unions ». Une association de ce genre engendre un mal qui blesse autant ses propres membres que les non-membres(*1). Nous pouvons faire une liste des noms associés à de telles organisations par tradition linguistique: Bandes de criminels, gangs, mafias, cliques, et coteries, organisations qui toutes évitent adroitement l'affrontement avec les lois en place tout en cherchant à préserver leurs propres avantages. Ces unions aspirent fréquemment au pouvoir politique afin de pouvoir imposer leurs propres lois aux sociétés, au nom d'une idéologie soigneusement mise au point, et en tirent profit sous la forme d'une prospérité disproportionnée et de la satisfaction de leurs désirs de puissances.

Une description  et une classification de ces associations, faisant mention de leur nombre, de leurs objectifs, des idéologies qu'il proclament ouvertement , et leur organisation interne , seraient bien sûr une grande utilité scientifique.  Ces descriptions faites par un observateur  perspicace, pourraient aider le ponérologue à cerner les propriétés de ces liens, ce qui ne peut être fait par le moyen d'un langage naturel conceptuel.


Une telle description ne devrait pas dissimuler les phénomènes factuels et les dépendances  psychologiques présents dans ces associations. Ne pas se préoccuper de cet avertissement peut avoir pour conséquence que cette description sociologique fasse ressortir des propriétés qui n'ont qu'une importance secondaire., ou mêmes mises en place « pour le show » afin d'impressionner le non-initié, et dissimule ainsi le phénomène qui détermine vraiment la qualité le rôle et le sort de l'association. Particulièrement quand cette description est le fait d'une littérature brillante, elle peut ne communiquer que des connaissances superficielles ou un ersatz de connaissances, rendant ainsi plus difficile la perception scientifique et causative des phénomènes.

Un phénomène que tous les groupes et associations ponérogéniques ont en commun est le fait que leurs membres perdent (ou ont déjà perdu) la faculté de percevoir comme tels les individus atteints de pathologies, et voient leurs comportements comme fascinants, héroïques, ou mélodramatiques. L'importance de leurs opinions, idées et jugements à l'égard de gens présentant certaines déficiences psychologiques est au moins égale à celle qui est accordée aux individus exceptionnels parmi les gens normaux.

L'atrophie de la faculté critique naturelle envers les individus pathologiques devient une invite à leurs activités et , simultanément, un critère permettant de reconnaître l'association en question comme ponérogénique. Nous appellerons ceci premier critère de ponérogenèse.

Un autre phénomène qu'ont en commun toutes les associations ponérogéniques est leur concentration statistiquement élevée en individus atteints de diverses anomalies psychologiques. Leur composition est de première importance dans la formation du caractère, des activités, du développement ou de l' extinction de l'association dans l'ensemble. Les groupes dominés par des diverses espèces de caractéropathes développent des activités relativement primitives, dont il est assez facile de se défaire pour une société de gens normaux.Les choses sont différentes lorsque de telles associations sont inspirées par des psychopathes. Les exemples qui suivent pour illustrer le rôle de deux anomalies différentes ont été sélectionnés parmi des événements étudiés par l'auteur.

Dans les bandes de jeunes voyous, un rôle spécifique est joué par des garçons (et occasionnellement des filles) présentant des séquelles laissées parfois par une inflammation des glandes parotides (les oreillons). Cette maladie peut affecter certaines fonctions cérébrales et dans le dans certains cas laisser une discrète, mais permanente atténuation des sentiments et une légère diminution des facultés mentales. Des résultats semblables sont parfois constatés après une diphtérie. Une conséquence en est que ces personnes succombent facilement aux suggestions faites par des individus plus intelligents. Quand elles sont entrainées dans une bande de voyous elles deviennent des assistantes peu critiques et des exécutantes aux mains de chefs habiles et généralement psychopathes. Quand elles sont arrêtées, elles se soumettent aux exigences de leurs chefs, c'est-à-dire que l'intérêt supérieur (pseudo moral) du groupe veut qu'elles acceptent de devenir des boucs émissaires en prenant sur elles les plus grands blâmes. Devant le tribunal, ces mêmes chefs qui ont été les initiateurs des délits rejettent sans merci tout le blâme sur leurs camarades moins adroits. Parfois les juges tombent dans le piège de ces insinuations. [...]



[Ponérologie Politique, Andrew Lobaczewski]
_______________________________________________________________________________________________________________________
Ajouter le (18-12-2008)
Affaire Madoff : quand l’arbre cache la forêt

Ajouter le (30-01-2009)

(Source SoTT focus)

Muhammad Rafeeq explique :

    […] L’idée selon laquelle une chaîne de Ponzi pourrait duper le public, qui ignore tout de ce genre de montage financier, est acceptable ; en fait, ces systèmes ciblent spécifiquement de telles personnes. Pourtant, Madoff voudrait nous faire croire qu’il a réussi à convaincre des fonds d’investissements institutionnels de lui confier leur argent sans qu’aucune vérification ne soit diligentée. C’est est totalement absurde.

    J’ai exercé le métier de consultant en risque de crédit des administrations et des entreprises pour des organismes financiers majeurs en Europe et aux Éetats-Unis, et l’idée selon laquelle quiconque chez HSBC ou Santander pourrait autoriser de tels investissements sans avoir recours aux vérifications et aux contrôles habituels est quasiment impossible. Il est IMPOSSIBLE de croire que chacune des institutions ayant investi dans Madoff aient contourné leurs procédures de contrôle interne. […]



Simon Davies and Donald Hunt soulignent :

    « Madoff est un fervent sioniste, on peut donc raisonnablement supposer, étant donné sa fortune et son influence, qu’il fait partie du cercle d’initiés américanosionistes qui tirent les ficelles à New York et à Washington. Par conséquent, ce n’est pas un homme qui travaille seul ; son activité était fondée sur des transactions électroniques et une informatisation de pointe, domaine dans lequel Israël est un leader mondial ; son activité constitue un système idéal pour le blanchiment d’argent – un service très recherché par le Mossad, ainsi que par la famille Bush et ses associés criminels, eu égard à leurs revenus issus du trafic de drogues ; Madoff semble avoir subtilisé de grosses sommes d’argent qui doivent bien être passées quelque part et pourraient avoir servi à financer toutes sortes d’activités illicites, y compris des armées entières de mercenaires, des systèmes d’armement, sans parler du financement d’un nombre incaculable de politiciens ; et dernier point, mais non des moindres, il n’a pas tenté de s’enfuir, mais il est passé aux aveux tout juste six semaines avant que le nouveau président prenne ses fonctions. Un autre dossier véreux réglé avant que le nouveau gouvernement prenne ses fonctions – un gouvernement qui sera tout aussi infiltré que le précédent mais par des sources et des agents différents ? Cette idée semble bien cadrer avec les faits tels qu’ils apparaissent à ce jour."


Étonnament, depuis 2005, les départements étasuniens de la Justice et du Trésor refusent d’ouvrir une enquête suite à des plaintes pour blanchiment d’une somme équivalente à celle de l’arnaque Madoff :

    Le 3 mars 2005, Talia Sasson, ex-directrice du département des missions spéciales au parquet général, a remis un rapport commandité par le gouvernement israélien et détaillant une vaste opération de blanchiment d’argent. D’après le rapport Sasson, des organes proches du gouvernement [des États-Unis – Ndt] et des ONGs obtenaient des financements et les injectaient dans la construction de colonies en Cisjordanie, activité illégale d’après le droit israélien et le droit international. [...]

    Le 14 août 2005, un article publié par USA Today et intitulé « Personne ne connaît le coût total des ambitions colonisatrices d’Israël » estimait la limite haute de cette opération de blanchiment à 60 milliards de dollars, et demandait quels types de pressions occultes le Comité des affaires publiques israélo-américain (American Israel Public Affaires Committee - AIPAC) avait exercé pour éviter la baisse des aides étasuniennes à destination d’Israël.
_______________________________________
Ajouter le 7-05-2009
Bernie Madoff, bouc-émissaire commode, par Michael Moore
Source: http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2706
_______________________________________
Ajouter le 9-06-2009
Source: http://www.futurquantique.org/politique … ts-a-lexil
"Eva Joly, l’étrangère, la pauvresse, la jeune fille au pair, la non-énarque "


Aujourd'hui, je me rends compte du tabou que j'ai brisé. J'avais quitté les rivages ordinaires de la justice. Lorsque j'étais substitut du procureur et que je poursuivais des dealers, c'était une situation acceptée par tout le monde. Mais tout ce qui était admis pour les trafiquants de drogue devenait soudain scandaleux appliqué aux corrupteurs et aux corrompus.
.(Eva Joly, une juge contre les "crimes d'argent", Le Monde, 3 juin 2000)

*******
En tant que magistrat, j'avais l'habitude de rencontrer des criminels qui reconnaissaient leurs actes. Un délinquant financier, lui, n'avoue jamais, même si nous arrivons à lui glisser devant les yeux la preuve du versement illicite de plusieurs millions sur son compte bancaire. Il trouvera toujours une nouvelle fable, sans exclure l'existence d'une machination destinée à l'enrichir à son insu ! Combien d'interrogatoires où j'entendais des protestations véhémentes :"Madame, je ne peux rien vous dire, mais je suis un catholique pratiquant, je jure sur la tête de mes enfants et sur tout ce que j'ai de précieux que ce que je vous dis est vrai." Et au fil de l'enquête, nous remontions la trace de plusieurs millions de francs détournés sur des comptes personnels en Suisse. Je devais sans cesse revenir aux faits pour m'assurer que je ne fantasmais pas.
(Eva Joly, une juge contre les "crimes d'argent", Le Monde, 3 juin 2000)

*******
J'ai vécu, à ma manière, une nuit d'hiver dehors. En faisant simplement mon métier, j'ai été menacée de mort. J'ai avancé sous la surveillance des officines et des services secrets, soumise à une pression que je n'aurais jamais imaginée possible: j'ai été vilipendée et accusée des pires méfaits. Comme si le danger était du côté de la justice… Mais lorsque le cyclone s'abat sur vous, lorsque vous subissez cette suite de manipulations et d'intimidations, lorsque se lèvent contre vous des forces aussi puissantes, les mots n'ont plus tout à fait le même sens. Car la cible, c'était moi.
(Est-ce dans ce monde-là que nous voulons vivre ?, p. 16-17)

*******

L'État accepte pourtant de s'être fait voler sans réagir. Nous devons traiter ce dossier comme un dépôt de bilan ordinaire. Laurence Vichnievshy et moi-même sommes chargées chacune, en plus de ce dossier, de soixante autres instructions. Et nous n'avons droit qu'à un inspecteur et demi pour retrouver la trace des milliards envolés. Notre dénuement est le symbole de la volonté française de garder les paupières closes. Ne rien voir, ne rien savoir.

*******
Sur un plan matériel, la situation était presque comique. Le moindre gérant d'un magasin de chaussures possédait déjà un ordinateur pour sa comptabilité et son courrier administratif. Les PME utilisaient des ordinateurs de traitement de texte avec imprimante, acheté 10 000 francs pièce toutes taxes comprises, en vente dans les hypermarchés. Les marchés financiers fonctionnaient vingt-quatre heures sur vingt-quatre, reliés par satellites. Et je découvrais un cabinet d'instruction financière sans télécopie, sans Minitel, avec des téléphones antiques et une machine à écrire Olivetti qui avait coûté 12 000 francs à l'administration et qui comportait seulement quatre cent signes de mémoire, faisait un bruit infernal et mobilisait du carbone et un tube de blanc pour corriger les fautes de frappe ! Notre travail n'intéressait personne.
(Eva Joly, une juge contre les "crimes d'argent",
(Le Monde, 3 juin 2000)
______________________________________________________
13-07-2009
Humour
Source: http://www.jp-petit.org/nouv_f/sarkoy_economiste.htm
http://www.jp-petit.org/VIDEOS/sarkozy_economiste.mp3
http://www.jp-petit.org/humour/dessins5/demarche_fiduciaire.gif
http://img219.imageshack.us/img219/1093/monbanquieretmoi.gif
L'actionnaire et le directeur de la banque qui, lui, est équipé d'un parachute, non visible sur le dessin
______________________________________________________
Dimanche 11 décembre 2005
Source: http://tradebourse.over-blog.com/article-1377061.html

Dernière modification par Osi007 (30-08-2009 13:00:46)

Hors ligne

 

#9 19-09-2008 13:30:20

Osi007
Membre
Message n°4842
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Bonjour à tous,

Les 3 éléments principaux qui ont concouru à la formation de notre civilisation européenne:

       - La philosophie grecque
       - La civilisation romaine impériale et juridique
       - Le christianisme
Ces trois composants n' ont  pas rempli  réellement la faculté de comprendre en détails  notre perception, et spécialement la réalité concernant l'humanité et la société. Les Européens se sont de plus en plus détournés de l'étude de la réalité (subordonner l'intellect aux faits), et se sont de plus en plus efforcés d'ajuster à la nature leurs modèles subjectifs d'idéation, qui sont extrinsèques et non complètement cohérents. C'est seulement au contact d'autres cultures , postérieur   qu'il nous est devenu possible d'opérer un tri dans les concepts , et d'aboutir à une certaine homogénéisation.   

La philosophie grecque:


Il est surprenant de voir combien la culture des anciens Grecs représentait un microcosme autonome. Même à cette époque , aucune civilisation ne pouvait se développer, isolément sans être influencée par des cultures plus anciennes, et cependant la Grèce était relativement isolée, culturellement parlant. Cela est probablement dû au déclin nommé "Âge sombre" par les archéologues, qui s'est produit dans les régions méditerranéennes dans les année -1200 à -800 av JC , en partie à cause des guerres entre peuples achéens.
La riche mythologie développée au contact de la nature et par les expériences de la vie et de la guerre, illustre ces liens avec la nature et de ses peuples. Ces circonstances sont à l'origine d'une tradition littéraire et ensuite de réflexions philosophiques à la recherche de généralités, d'essentialisme et critères des valeurs (La naissance de la démocratie athénienne).L'héritage grec est fascinant par sa richesse et sa singularité, mais surtout par sa nature primitive.Notre propre civilisation aurait été mieux servie si les Grecs s'étaient davantage souciés de ce que d'autres civilisations avaient accompli. C'est discutable...

Rome
Rome était trop importante et matérialiste pour approfondir la pensée grecque qu'elle s'était appropriée. Cette civilisation impériale était absorbée dans les tâches administratives et juridiques qui imposaient des priorités d'ordre pratique. Le rôle de la philosophie est plutôt didactique, contribuant à mettre en place une méthode de raisonnement qui par la suite serait utile dans  la réalisation de tâches administratives et les fonctions politiques.  L'Europe d'aujourd'hui fonctionne principalement par cette manière. Cependant, l'influence de la pensée grecque a adouci les mœurs romaines, ce qui a eu un effet salutaire sur le développement de l'empire.

Dans toute civilisation impériale, les complexes problèmes liés à la nature humaine représentent des facteurs de trouble qui rendent plus difficile la gestion du cadre juridique des affaires publiques et de l'administration. Le résultat en est une tendance à NÉGLIGER  ces matières et mettre en place un concept de la personnalité humaine simplifié  POUR FACILITER L'APPLICATION DES LOIS (C'est là une source de problème et  elle est une forme de la genèse du mal , il peut être par exemple un instrument redoutable pour le pouvoir). En effet, les citoyens romains avaient régler leurs ambitions et leurs positions personnelles sur ce que la naissance et le cadre de la Loi leur permettaient, de sorte que la situation des individus dépendaient de facteurs qui n'avaient RIEN A VOIR avec la PSYCHOLOGIE. C'est ainsi que la psychologie cognitive a été absente, ce qui produit TOUJOURS UNE RÉCESSION MORALE, tant au niveau macro sociaux qu'individuel.

Christianisme:Notre étoile est seule et pourtant elle est double
http://www.futurquantique.org/images/stories/mars.jpg

Par l'intermédiaire du Judaïsme le Christianisme a eu des liens plus forts avec les anciennes cultures du continent asiate, y compris des liens philosophiques et psychologiques. Ce sont là des traits dynamiques et intéressants , mais non pas essentiels. C'est discutable(Il y a une certaine adaptation du christianisme avec une marque du  culte d'Horus par les élites égyptiens, qui ont su garder leur " statu quo " pendant des millénaires...).
Le christianisme, sa fonction première se caractérise par, le pardon et l'amour, qui a ouvert la porte à une cognition  psychologique qui, souvent soutenue par des phénomènes charismatique. On aurait pu s'attendre à ce que le christianisme contribue davantage à développer l'art de la compréhension que d'autres cultures et religions anciennes. On aurait donc pu espérer que ce savoir aurait protégé les générations  subséquentes des dangers de "la pensée spéculative séparée de la réalité psychologique profonde  qui  ne peut être appréhendée que par le respect sincère de son prochain".

Mais l'histoire  n'a pas confirmé ces espoirs. Les symptômes  du déclin de la sensibilité et de la compréhension psychologique, ainsi qu'une TENDANCE A IMPOSER AUX HUMAINS des MODÈLES extrinsèques ont pu être observés dès l'année 350.Ensuite, le christianisme a connu  toutes la difficultés , il devient une hôte pour le gène du MAL, c-a-d, une connaissance psychologique insuffisante qui provoquait toutes les difficultés. Quelques études exhaustives sur les raisons historiques qui ont arrêté le développement de la connaissance humaine dans notre civilisation seraient extrêmement utiles... 

Le christianisme a piraté et adapté à ses PROPRES besoins du POUVOIR  sur  l'héritage de la pensée et de la langue grecques et la civilisation romaine. Peut être il a hérité en même temps   les traits primitifs(Grecs) et matérialistes (Romains) qui provoquaient et empêchaient a communication entre la culture chrétienne et les autres cultures religieuses. Nous vivons inéluctablement  de ces défauts...
(Il suffit de voir Bush et Co partout dans le monde).
Bref, L'église chrétienne s'est approprié les formes de l'organisation romaine et les a adaptées a des institutions sociales déjà existantes. En  conséquence de cet inévitable processus d'adaptation,le christianisme a hérité des habitudes romaines de penser par rapport au CADRE JURIDIQUE; et aussi de leur INDIFFÉRENCE vis-à-vis de la nature humaine dans ses divers aspects.

Conclusion :

Il en est de lors sorti une civilisation affligée d'un sérieux défaut dans notre société moderne. Pas de créativité, qui supposé protéger notre société sur toute forme du mal. Cette civilisation a rédigé des LOIS, tant nationales et civiles que religieuses, conçues pour des populations ARTIFICIELLES et SCHÉMATISÉES.

________________________________________________________________________________________________________________________________
02-07-2012
Extrait:" (...)La véritable preuve de piété sincère envers l'Eglise catholique était définie comme le nombre de personnes que le pécheur était disposé à trahir !

Il n'a fallu que dix ans pour l'Inquisition, le travail de quelques fanatiques psychopathes, pour devenir une bureaucratie compétente qui a duré pendant les 600 ans déjà mentionnés |plus haut]. Celle-ci employait des centaines de personnes qui interrogeaient des milliers de personnes avec une régularité monotone telle qu'un «glossaire» régulier a été créé pour les «travailleurs». Armé d'une liste d'infractions proposées pour être considérées comme «hérétiques» ou «soutenant l'hérésie», qui incluait également le fait de savoir qu'un hérétique avait traversé la propriété de quelqu'un et d'avoir omis de le signaler, l'Inquisition procédait à l'intimidation de la population de l'Europe sur une échelle qu'il était impossible d'imaginer. Le grand nombre de personnes appelées à témoigner, et re-appelées à témoigner encore et encore, était stupéfiant. Maintenant, pensez au genre de questions que la TSA demande aux voyageurs dans les aéroports.

Dans un tournant étrange de l'ironie historique, les cathares - qui croyaient que le monde matériel est mauvais et hors de propos - inspirèrent la codification de l'Etat de police - la Théologie matérielle ultime.

Un recueil des recoupements des aveux extorqués à des dizaines de milliers de personnes fut compilé, créant ainsi une carte du paysage mental du Languedoc. Les quelques 5 000 transcriptions et plus des interrogatoires qui survécurent, ne représentent qu'une petite fraction du travail de l'Inquisition. Des manuels de l'Inquisiteur furent créés pour servir de guides pour le nombre croissant de tribunaux pontificaux en Europe. Ces manuels rappelaient aux inquisiteurs qu'ils étaient au service d'une entreprise qui sauvait les âmes, mais je pense que la distinction a été perdue pour ceux dont les vies ont été perdues ou ruinées par les jugements de l'Inquisition.

Le Languedoc était, essentiellement, le laboratoire de la répression.

La réputation de l'Inquisition fut renforcée par le talentueux inquisiteur de Toulouse, Bernard Gui, qui avait le rôle du méchant dans le film de Umberto Eco Le Nom de la Rose. Les inquisiteurs persuadèrent une poignée de cathares capturés de convertir et de vendre leur témoignage. Sicard de Lunel d'Albi donna aux frères une liste exhaustive de sympathisants cathares, et pointa même ses propres parents du doigt. Tous ceux qui l'avaient aidé dans sa vie de cathare, ne serait-ce juste lui donner un lit pour la nuit, un peu de nourriture, ou même un pot de miel, furent traînés pour être punis - et cela seulement basé sur sa parole. Lui et plusieurs autres personnes comme lui furent logés par la suite, dans un château en dehors de Toulouse dans la version médiévale du «Programme de protection des témoins». Sicard fut bien payé pour sa perfidie et vécut jusqu'à un âge avancé. (...)
Source FR: http://fr.sott.net/articles/show/7006-L … extinction
Source ENG:http://www.sott.net/articles/show/24030 … Extinction

_________________________________________________________________________________________________________________________________
Pathocratie et Religion
Extrait:
" Lorsqu'une religion tombée par la suite dans une multitude de variantes doctrinales a eu tels débuts, alors le processus de régénération déjà cités, mis en place par le bon sens, permettront des progrès que les ministres de la religion en question percevront des menaces mettant en péril l'existence de cette religion.  Pour protéger leur foi et leur position sociale ils emploieront des moyens violents contre quiconque osera émettre des critiques ou sera en faveur d'une libéralisation. C'est sans doute dans une telle situation que nous trouvons actuellement [...]*1."
"Historiquement parlant, les associations  religieuses sont parmi les structures sociales les plus endurantes et de grande longévité. Le processus ponérologique y poursuit sa route sur les très longues périodes.[...]*2". 
Andrew M. LOBACZEWSKI, La ponérologie politique, P.279
___________________
Genèse du drame palestinien. Chronique de souffrance et de haine
(Source) Jean Pierre Petit
http://www.jp-petit.org/Israel_Palestin … 0haine.pdf
___________________
12-05-2009
SARAH?
Source:
http://www.orgonelab.org/saharasia_fr.htm

RESUME

A travers une analyse systématique des données anthropologiques sur 1170 cultures de niveaux de subsistance, nous avons corrélé et développé des modèles géographiques globaux des institutions sociales de comportements patristes, cuirassés, violents, traumatisants, douloureux et répressifs qui empechent les liens mère-enfant et homme-femme. Lorsque les données sur le comportement ont été cartographiées, nous avons découvert que la ceinture désertique hyperaride entourant l'Afrique du Nord, le Proche-Orient et l'Asie Centrale, que j'appelle Saharasie, possède la plus grande étendue territoriale des institutions sociales et des comportements patristes les plus extremes sur Terre. Nous avons découvert que les régions les plus éloignées de Saharasie, en Océanie et dans le Nouveau-Monde, possèdent les comportements les plus matristes, non cuirassés et doux qui soutiennent et protègent les liens mère-enfant et homme-femme. Un passage en revue systématique des matériaux archéologiques et historiques suggère que le patrisme s'est développé en premier en Saharasie aux alentours de 4000 avant notre ère, l'époque d'une transition écologique majeure des conditions relativement humides de prairies-forets vers des conditions de désert aride. Des modèles de peuplement et de migration des peuples patristes ont été tracés, à partir de leurs foyers les plus anciens en Saharasie, afin d'expliquer l'apparition ultérieure du patrisme dans des régions situées hors de Saharasie. Avant l'installation des conditions de sécheresse en Saharasie, la preuve de l'existence du matrisme est largement répandue, alors que celle du patrisme était en général inexistante. Il est prouvé que le matrisme constitue la forme la plus ancienne, la plus primitive et la plus innée de comportement humain et et de l'organisation sociale, alors que le patrisme, perpétué par des institutions sociales traumatisantes, s'est d'abord développé parmi les Homo Sapiens en Saharasie, sous la pression d'une désertification et d'une famine sévères et de migrations forcées. Les observations psychologiques de Wlihelm Reich permettent de comprendre le mécanisme par lequel les comportements patristes (cuirassés, violents) se sont établis et ont continué longtemps après que le trauma initial soit passé.


CONCLUSIONS



La théorie des origines Saharasienne du patrisme armé a été développée selon un examen géographique systématique de données archéologiques, historiques et anthropologiques. La cartographie de ces diverses données a été effectuée afin de mieux comprendre la genèse du patrisme et tester la pertinence prédictive des hypothèses basiques de départ. Ceci a été accompli à travers l'examen des dimensions géographiques des institutions sociales spécifiques soit qui contrecarrent les impulsions liantes biologiques de base mère-enfant et homme-femme, ou qui indiquent un niveau élevé de dominance male, de hiérarchie sociale et d'agression destructrice. En tant que tel, les hypothèses basiques de départ de l'étude, c'est-à-dire la théorie économico-sexuelle du comportement humain, les schémas matriste-patristes et les liens causals entre la désertification et le patrisme ont été en outre vérifiés et renforcés.



Ces découvertes suggèrent fortement que les portions innées du comportement sont limitées dans les aspects dirigés vers le plaisir de vie et de la vie sociale, qui transmettent un instinct de survie et des avantages liés à la santé pour les enfants en croissance, et l'effort pour préserver l'unité sociale. Ce sont les comportements matristes et les institutions sociales qui supportent et protègent les fonctions de liens entre les enfants nouveaux-nés et leurs mères, qui nourrissent l'enfant à travers ses étapes diverses de développement, et qui encouragent et protègent les liens d'amour et d'excitation du plaisir qui se développent spontanément entre les jeunes garçons et les jeunes filles. De ces impulsions biologiques dirigées vers le plaisir sont venue d'autres tendances socialement coopératives, et des institutions sociales rehaussant la vie et protectrices de vies. On a démontré que de telles impulsions et comportements, qui sont pro enfant, pro féminines, orientés vers le plaisir et la positivité du sexe, existaient de manière prédominante dans les temps très récents en dehors des liens de la ceinture du désert Saharasien. Cependant, c'étaient au début les formes dominantes de comportement et d'organisation sociale partout sur la planète, avant que le dessèchement du Vieux Monde ne se produise. Etant donné la preuve nouvelle présentée ici , le patrisme, pour inclure ses composants d'abus d'enfant, de subornation de femme, de répression sexuelle et agressivement destructeurs, est mieux et plus simplement expliqué comme une réponse émotionnelle et culturelle contractile aux conditions traumatisantes de famine qui se sont développées en premier lorsque la Saharasie s'est asséchée après 4000 avant notre ère, une réponse qui s'est étendue de manière subséquente hors du désert à travers la diffusion des peuples affectés et traumatisés, et leurs institutions sociales altérées.

Dernière modification par Osi007 (02-07-2012 10:52:27)

Hors ligne

 

#10 19-09-2008 14:17:38

Osi007
Membre
Message n°4845
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Si Une nouvelle  constitution tient compte de ce problème,enfin essayer de l'introduire sur cette vision complémentaire ,  nous pourrions peut être vivre une  nouvelle âge d'or? Sinon c'est le recyclage assuré...

Hors ligne

 

#11 20-09-2008 09:36:31

Jacques Roman
Membre
Message n°4846
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Et le quatrième?

Osi007 (4842).

Vous oubliez ce quatrième élément, à mon avis le plus important des quatre dans la mesure où, à la différence des autres, il a acquis une portée universelle, à savoir l'humanisme et l'idéologie dominante des droits fondamentaux qui en découle. JR

Dernière modification par Jacques Roman (21-09-2008 16:36:24)

Hors ligne

 

#12 20-09-2008 15:22:56

NingúnOtro
Membre
Message n°4853
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Bien vu, Jacques...

Ce quatrième élément, c'est la conscience logique et éthique, l'arrivée de l'age des lumières, qui nous fait réaliser que tout est inter-connecté et que nous ne pouvons plus prétendre apporter une solution partielle qui serait valable seulement pour une région géographique délimitée comme l'Europe, en prétendant qu'il n'y aurait pas de conséquences pour le reste du monde et que ce reste du monde n'exercerait pas d'influences qui conditionneraient la viabilité du projet prévu pour un territoire limité donné (soit-ce l'Europe, l'Amérique, le sud-est asiatique ou quelconque autre groupement de pays ou pays assez grand pour prétendre y arriver tout seul).

La solution ne peut être que politique et globale, tout comme l'économie ne peut plus être que globale...

Depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, le monde à été bipolaire USA-OTAN vs USSR-Pacte de Varsovie, et cette situation à été difficile à gérer et pas porteuse d'espoirs du tout... Mais depuis que le status-quo s'est cassé avec la chute du mur de Berlin, l'Ouest à cru sienne la victoire... et ce n'a été que grâce à la comptabilité truquée... qui vient de s'effondre sous nos pieds et devant nos yeux ces jours-ci.

Tant le bloc de l'est, comme le bloc de l'ouest, ce sont écroulés sous les efforts titaniques, tant économiques comme militaires, que la confrontation à demandé aux peuples sous le commandement de leurs élites si illuminés qu'ils ne voyaient aucune autre alternative que la fuite en avant jusqu'a l'infini. Parce que une fois mis en marche le train de la compétitivité pour la compétitivité, sans autre but précis que de rester devant son adversaire dans la course folle, aucun des passagers de ce train ne peut l'abandonner SANS AVOUER UNE DÉFAITE psychologiquement inadmissible.

La seule façon d'arrêter ce train c'est de déconstruire les rails sur lesquels il avance à une vélocité chaque fois plus folle... et de ramasser les pièces de l'accident inévitable, parce-que ceux qui vont dedans sont comme les ânes auxquels le jockey tient par une perche la carotte devant le nez... ils ne se rendent pas compte qu'ils ne seront jamais capables de l'attraper, la victoire qu'ils cherchent.

Dans la question européenne, tant dans le champs du OUI comme dans le champs du NON, il y à ceux qui prennent position tant de l'intérieur de ces trains comme de l'extérieur, d'une part en prétendant développer la meilleure stratégie pour accélérer encore plus qu'ils ne vont déjà ces trains fous... c'est à dire, il y à des gens qui pensent que le "Traitre de Lisbonne" est la meilleure stratégie, et qui veulent l'imposer cout que cout, en votant OUI, et puis il y à ceux qui pensent que ces traités ne sont pas assez bons pour atteindre la meilleure accélération, et en conséquence votent NON, d'autre part il y à ceux qui pensent qu'il faut arrêter la course folle de ces trains, mais la encore on trouve d'un coté ceux qui pensent que les règles proposés dans le Traitre de Lisbonne sont les meilleures qu'on peut obtenir étant la situation donnée, et qui votent OUI pour les obtenir, et ceux qui pensent que ces règles ne font que écrire dans le marbre les instruments dont à besoin la bande des accélérationnistes pour poursuivre à jamais leur course folle et qui donc doivent s'opposer à se futur prévisible en votant NON de toutes leurs forces.

Comme vous constatez, les deux tendances sont présentes tant dans le champs des sponsors du OUI comme du NON, et cela ne rend la compréhension de la situation pas facile du tout quand on est incapable (par manque de toute l'information pertinente, et la il nous faudrait analyser à qui et pourquoi bénéficie cette manque d'information et don qui à intérêt à maintenir l'ignorance des citoyens) de voir toutes les forces et raisons qui sont à l'œuvre dans cette bataille ouverte que beaucoup ne comprennent pas pourquoi elle à lieu...

Le monde bipolaire que nous connaissions depuis la Deuxième Guerre Mondiale s'est heureusement dissout sans que un des deux champs remporte la victoire finale et nous plonge dans la dictature de sa pensée unique... et le résultat est un monde multipolaire qui est encore en train de chercher ses nouveaux équilibres...

Dans ce scénario, l'Europe à un  rôle important à jouer, et la bataille que nous menons depuis que nos élites européennes ont entrepris l'initiative d'adapter les structures de l'Union Européenne est celle des accélérationistes que sont presque tous les intégrants de nos structures politiques et économiques actuelles qui conforment l'élite européenne contre les peuples et les citoyens de cette même Union Européenne qui, ayant évoluées logique et éthiquement... se rendent compte du fait que cette course folle il faut l'arrêter.

Parce-que, ne nous trompons pas, cette même bataille peuples-citoyens vs élites, elle à aussi lieu aux USA, en Russie, en Chine, dans l'Amérique Latine, etc., et le résultat de chacune de ces batailles est décisif pour l'établissement de l'équilibre des forces dans la compétition multi-polaire qui se développe maintenant. Chacun des pôles va devoir choisir un champs: accélérer le train fou, ou stopper le train fou.

Que l'Europe, avec son poids historique et économique dans le monde choisisse finalement le champs des accélérateurs ou des freineurs... pourrait très bien être le aléa jacta est qui détermine le futur de toute la race humaine.


Pas facile de conserver sa calme, surtout quand on n'est pas capable de se faire une image globale de tout ce qui est en jeux et qu'on ne sait pas analyser pourquoi ils prennent les décisions qui nous affectent.


Beaucoup d'entre vous se demandent ces jours-ci ou est resté la cohérence du modèle neo-libéral, après que les américains et leurs satellites aient décidé la plus grande intervention des marchés jamais practiquée...

... le modèle neo-libéral n'est pas un but, mais un instrument qui à servi un but... ACCÉLÉRER, et qui est prescindible (surtout quand c'est les autres qui paient les pots cassés, quand ces complications doivent être assimilés) quand d'autres formes peuvent ou doivent garantir la continuité de cette ACCÉLÉRATION.

Pensez! Et puis, ne restez pas assis K.O. chez vous, agissez pour arrêter cette accélération folle avant qu'il ne soit trop tard pour tous.

Hors ligne

 

#13 21-09-2008 14:58:12

Osi007
Membre
Message n°4867
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Je ne l'oublie pas, il constitue le  noyau du problème. C'était au XVIIIe et XIXe, la nature persuasive de ces doctrines provient de leur extrême simplification de la réalité, ce qui permet une adaptation facile et l'utilisation à des fins de propagande politique. La société contemporaine, depuis la fin du XIXe siècle,ont subi une récession morale. En effet,il est devenu fréquent que des individus des groupes de pression, ou des systèmes pathopolitiques inventent de nouveaux critères moraux dans leur propre intérêt. Il y a des fabricants de pseudo-morale dans le monde entier. 

Comme les lois sont la mesure des droits, nous oublions souvent combien imparfaite est la création issue de l'esprit humain, combien elle dépend de la formulation qui est fondée sur des données que les législateurs sont à même de comprendre. Sous l'angle du DROIT THÉORIQUE, nous acceptons leur nature de réglementation, et nous acceptons aussi que dans certains cas elles soient quelque peu en décalage par rapport à la réalité humaine compris de cette manière, l'appui fourni par les lois se révèle insuffisant  pour contrer un phénomène dont le caractère est hors de portée de l'imagination des législateurs. Et la PATHOCRATIE sait bien comment tirer parti des faiblesses du système juridique.

Dans mon message au dessus, je parle d'une manipulation « Blocage  subversif »,les méthodes les plus utilisées sont la pseudo-logique et la conversion, la projection sur d'autres personnes en groupes sociaux ou nations, de ses propres caractéristiques et intentions, l'indignation pseudo-moralisante, et l'état d'inversion. Cette méthode est une très prisée des pathocrates, qui l'appliquent sur la grande échelle et poussent ainsi les gens normaux dans une voie sans issue car eux -ci sont obligés de rechercher la vérité entre la réalité et son opposé. Peut être un exemple concret nous aide    à vérifier  la validité de ce concept «  Blocage subversif ». Personnellement, je suspecte cette méthode comme une  manipulation millénaire.

L'analyse  du mécanisme des manipulations  du type fasciste:
Le fascisme semble avoir été l'exact opposé du communisme et du marxisme, tant dans le sens philosophiques que politique, et l'opposé aussi de l'économie capitaliste démocratique , du socialisme, et de la démocratie libérale. Le fascisme voit l'état sous un jour positif comme une entité organique plutôt que comme une institution censée de protéger les droits collectivité et de l'individu, ou comme quelque chose à tenir à l'échec. Le fascisme est également caractérisé par une volonté totalitaire d'imposer le contrôle de l'État sur TOUS les aspects de la vie: politique, social, culturel, économique. C 'est qui s'est passé SOUS LE COMMUNISME. L'état fasciste règlemente et contrôle  les moyens de production. Le fascisme exalte la nation, l'État ou la race qu'il voit comme supérieure aux individus, aux institutions , ou aux groupes qui la composent.
Le fascisme utilise une rhétorique populiste explicite,; fait appel à l'effort des masses pour restaurer
la grandeur passée;il exige de la loyauté envers UN CHEF UNIQUE, souvent jusqu'à la culte de la personnalité.
On peut encore voir une nouvelle fois du FASCISME se fesant passer pour des communismes, il semble donc qu'en fait, les idées d'origine du prolétariat aient été HABILEMENT SOUMISES à un corporatisme d'État. Comme la plupart des occidentaux n'ont pas eu conscience de cela à cause de  la propagande anticommuniste( Cette méthode est utilisée souvent dans notre histoire, même pendant ou avant  la rédaction de la bible, elle a changé de formes au court du temps, exemple le mot « antisémites »).
Le mot « Fasciste » est devenu une insulte dans le monde entier depuis l'échec des puissances des Axe lors de la seconde guerre mondiale. Dans le discours politique contemporain les tenants de certaines idéologies politiques associent les fascistes à des ennemis ou définissent  le fascisme comme étant l'opposé de leurs propres vues. Il n'existe pas , dans le monde actuel, de grand PARTI ou ORGANE qui se définisse clairement comme fasciste.

Cependant,aux États-Unis ,  le système actuellement en place  est davantage fasciste que communiste, ce qui explique probablement les années ANTICOMMUNISTE. Seuls les pathocrates
sont capable d'une telle manipulation  .avec une telle virtuosité. Voilà!  qui pourrait montrer les débuts d'un processus  qui favorise le mal  d'une démocratie occidentale devenue presque totalement fasciste....


Prenons un exemple d'un parti politique ou une nation qui  piétine le droit de l'homme

L'influence de la pathocratie sur les Néoconservateurs  libéraux :


Supposant qu'il existe  une idéologie visant libérer une classe sociale ou une nation de l'injustice. Ce contexte  peut donc  attrayante aux  néoconservateurs . On est complètement dans le noyau  de la philosophie des néoconservateurs  libérale.

Karl Roven, Dick cheney et Donald Rumsfeld[*1] sont  un  exemple idéal, ils sont protégés par le philosophe néoconservateur Leo Strauss. Ce dernier semble manifester des caractéristiques doctrinaires typiquement schizoïdes.

Comme Platon, Strauss croyait que l'idéal politique suprême était la règle des Sages. Mais la règle des Sages n'est pas accessible dans le monde réel. Dans une Sagesse conventionnelle , Platon  a réalisé cela est s'est contenté de la règle de la LOI. Mais Strauss n' a pas entièrement adopté cette solution. Il n' a pas non plus pensé que c'était là la solution réelle de Platon. Strauss s'est  référé au conseil nocturne des lois de platon pour illustrer ce point. « La réelle solution platonicienne telle que comprise par Strauss est la règle cachée des sages, cette règle cachée est facilitée par l'accablante stupidité des ces messieurs. Plus ils sont crédules et imperméables à la perception , plus facile il est aux sages de les contrôler et manipuler... »

« Pour Strauss, la règle des sages ne concerne pas les valeurs conservatrices classiques comme l'ordre, la stabilité, la justice, ou le respect de l'autorité. La règle ses sage est un antidote de la modernité. La modernité est l'ère où le vulgaire a triomphé. C'est  l'ère où les gens vulgaires ont obtenu pratiquement tout ce que leur cœur désiraient: :richesses, plaisir, et divertissement sans fin. Conséquence, le contentement de leurs désirs les a réduits peu à peu un état bestial .     
Cette situation n'est aussi avancée qu'en Amérique,Et la  portée globale de la culture américaine menace de trivialiser la vie et d'en faire UN DIVERTISSEMENT SANS FIN. Cela était un spectre terrifiant pour Strauss.

Strauss était convaincu qu'une ÉCONOMIE LIBÉRALE ferait de la vie un simple divertissement et anéantirait la politique ... Il pensait que L 'HUMANITÉ de l'homme dépendait de sa volonté de se jeter nu dans la bataille et tête baissée vers la mort. Seule une guerre perpétuelle aurait pu bouleverser ce projet moderne qui met l'emphase sur l'auto conservation  et «le confort de la créature » . La vie peut être re-politisé et l'humanité de l'homme restaurée.

On peut constater que cette terrifiante vision  correspond parfaitement au désir d'honneurs et de gloride des néoconservateurs. Elle s'adapte aussi très bien aux sensibilités religieuses  de ces messieurs. La combinaison de la religion et du nationalisme est un élixir qui pour Strauss permet de faire d'hédonistes naturels et détendus des nationalistes enragés désireux de combattre et de mourir pour Dieu et la patrie. On peut remarquer l'élite peu scrupuleuse qu'il élève s'approchaient d' AUSSI PRÈS DU POUVOIR, ni que la tyrannie des sages serait si près de se réaliser dans la vie politique d'une nation....*
Source: Shadia Druryn professeur de théorie politique à la University of Regina   

 
  Généralement, l'idéologie principale d'un parti politique ou une nation succombe à une déformation, mais le nom et le contenu officiel restent, mais un autre contenu est inséré par dessous ce qui  donne un lieu au phénomène bien connu du DOUBLE LANGAGE dans lequel  un  même mot à deux sens:
Le premier sens est destiné à Monsieur tout le monde, qui est constitué par l'idéologie d'origine
Le deuxième  a un sens spécifiquement pathocratique, chose connue non seulement des pathocrates eux-mêmes, mais aussi de ceux qui sont soumis depuis longtemps à leur domination. 
Je vous invite à vérifier, analyser et forger  votre propre opinion sur notre système existant. La partitocratie est un exemple idéal. Et la pathocratie est une maladie des grands mouvement sociaux affectant des sociétés entières des nations  et même des empires. Dans cette structure entremêlée, une sorte de mal alimente et ouvre une nouvelle porte, peu importe les individus ou les motifs doctrinaux.
________________________________

[*1]: Dans les années 1960, Rumsfeld avait assisté à des ateliers de l'université de Chicago, expérience qu'il décrivit plus tard en termes dithyrambiques.Selon Rumsfeld, Friedman et ses collègues étaient 'un aréopage de génies", aux pieds desquels lui-même et d'autres "jeunes chiots" venaient "apprendre.[...].

Ajouter le 02-05-2009
La peur de la grippe porcine: Une mine d’or sur les marchés boursiers pour les sociétés de biotechnologie « politiquement connectés »
http://www.alterinfo.net/photo/1350293-1782810.jpg?v=1241051000
_________________________________
27-08-2009

Le brevet du vaccin H1N1 et d'autres(***p. ex. 2, 3, 4, 5, 6, 7 ou 8, en particulier de différentes souches de virus, sous-types, ou types
tels que la grippe A et la grippe B, sélectionnés en particulier à partir d’un ou plus des sous-types humains de H1NI1, H2N2, H3N2, H7N7, H1N2,
H9N2, H7N2, H7N3, H10N7, des sous-types de la grippe porcine H1N1, H1N2, H3N1 et H3N2, des sous-types de la grippe canine ou équine H7N7,
H3N8 ou des sous-types aviaires H5N1, H7N2, H1N7, H7N3, H13N6, H5N9, H11N6, H3N8, H9N2, H5N2, H4N8, H10N7, H2N2, H8N4, H14N5, H6N5, H12N5)
à venir est déjà déposé en Août 2008 (L'acceptation   finale de l’examen et non la demande de déposition);
mais l'enregistrement se passait avant 2008.

_____________

***La demande se passa le 28/08/07 exactement  sur le lien suivant: http://portal.uspto.gov/external/portal/pair avec comme numéro de démande à saisir: 60/966,724.
Quand la page s’ouvre, cliquez sur l’onglet « Image File Wrapper », puis sélectionnez « Specification » et allez à la page 13 des spécifications.
on assiste aux références virales des virus comme nouvelle souche mortelle..etc.28/08/07, avant la date d'apparition en mexique???!!!! 
http://img362.imageshack.us/img362/314/27115043.jpg


LE BREVET en question:
source: http://appft.uspto.gov/netacgi/nph-Pars … IN/Kistner
_____________
__http://www.sanofi-aventis.com/presse/communiques/2009/ppc_24324.asp

_________________________________________________________________________________________________________
23-01-2010:
Grippe A(H1N1) : le feuilleton
source:JPPetit
http://www.jp-petit.org/Presse/curseur/ … grippe.htm
____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
7-10-2010

Source:  http://www.mondialisation.ca/index.php? … ;aid=21333
H1N1 ou le réveil salutaire du citoyen
Ce film représente plus d'un an de démarches, d'actions en justice, de confrontations rigoureuses du discours officiel avec la réalité des faits...

Dans cette vidéo de synthèse, vous pourrez découvrir ou redécouvrir la position de différents médecins sur le sujet, voir ou revoir des extraits de JT, des extraits de nos conférences de presse mais aussi la réaction de plusieurs citoyens interrogés au cours de différents microtrottoirs. Ce film, c'est nous, c'est vous, c'est le reflet fidèle et rigoureux d'un ras-le bol généralisé face aux mensonges et à la manipulation. Enfin, c'est la preuve de l'impérative nécessité de structures citoyennes de vigilance, viables et fonctionnelles.

http://www.dailymotion.com/video/xf2jjg … -cito_news
http://www.dailymotion.com/video/xf2kau … taire_news
http://www.dailymotion.com/video/xf2kx8 … -cito_news

Dernière modification par Osi007 (07-10-2010 00:18:48)

Hors ligne

 

#14 21-09-2008 16:48:57

Jacques Roman
Membre
Message n°4870
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

La théorie et la pratique

Osi007 (4867).

Je reconnais que la perfection n'est pas de ce monde, mais de toute façon toutes les idées, bonnes ou mauvaises, viennent de l'homme et de lui-seul : alors, il faut faire avec, et identifier les bonnes théories avant de passer à l'application.  JR

Hors ligne

 

#15 21-09-2008 18:27:37

Osi007
Membre
Message n°4871
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Il est certain que si la perfection n'est pas de ce monde, et si on ignore complètement l'origine du problème,on risque de progresser dans une situation délicate et imprévisible.

Hors ligne

 

#16 27-09-2008 10:24:01

Jacques Roman
Membre
Message n°4910
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Mais pour en revenir à votre propos initial, Osi007, votre proposition concernant le droit pénal porte, je crois, sur la compréhension des causes profondes des actes individuels, et l'idée implicite que "tout comprendre, c'est tout pardonner". 

D'accord au niveau indivudel, mais la société ne peut pas en rester là. Un droit purement explicatif et taillé sur mesure pour chaque justiciable ne suffira jamais en pratique.  JR

Hors ligne

 

#17 27-09-2008 12:49:40

NingúnOtro
Membre
Message n°4913
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Je ne crois pas que Osi007 ait envie de tout pardonner...

Tout comprendre, c'est impérativement à essayer d'implementer... si on ne comprend pas quels sont les éléments qui sont à l'oevre dans une quelconque problématique... on n'aura jamais une compréhension suffisante pour aboutir à quelconque solution pratique.

Pardonner n'est pas du tout necessaire. Il suffit de comprendre pour essayer de prendre les mesures plus pertinentes tendentes à reparer un tort. Il se peut que celles-ci passent par le pardon, mais seulement dans la mesure ou ce pardon serait logique et éthiquement assimilable en tant qu'aboutissant à une solution plus satisfactoire pour la collectivité que le chatiment jusqu'au bout.

Hors ligne

 

#18 27-09-2008 16:09:18

Osi007
Membre
Message n°4917
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Salut NingúnOtro,
 
Oui à  la loi du pardon, cette antique loi des sages souverains. C'est une loi qui a de profondes implications morales et psychologiques, et elle est bien plus efficace que le châtiment dans certains situation ...
Les codes pénaux prévoient que celui qui a commis un acte appelant une peine, et qui au moment du passage à l'acte était limité dans sa faculté de discerner la potée de cet acte ou de se comporter autrement à cause d'une maladie mentale ou de quelque autre déficiences psychologiques, reçoit une peine réduite.
Si on regarde la responsabilité des pathocrates à la lumière de ces mécanismes au dessus, nous devons considérablement réduire l'intervention de la justice dans les cadres des lois existants.
Ces lois, qui sont plus modernes en Europe qu'aux États Unis sont tout de même dépassées partout et ne sont pas adaptées à la réalité bio-psychologique. Elles sont compromis entre la pensée juridique traditionnelle,  et l'humanisme médicale.

En outre, les législateurs n'étaient pas à même de prévoir l'apparition des phénomènes PATHOLOGIQUES MACROSOCIAUX qui s'emparent des individus et limitent considérablement leur capacité à discerner le sens de leur propre comportement. Les individus fragiles sont aspirés sans qu'ils en aient conscience, puisqu'ils ignorent la qualité pathologique du phénomène. Les propriétés spécifiques de ces phénomènes suscitent des attitudes indubitablement détermines par des facteurs inconscients, suivis de pressions exercées par les pathocrates des pouvoirs, qui ne sont pas très regardants sur les méthodes utilisées ni même sur leurs adeptes.

Alors comment une modération pénale pourrait-elle les juger équitablement? Comment peut-on pardonner?
Mais, nous ne devrions blâmer personne,nous ne blâmons quelqu'un pour des défauts physiques ou physiologiques comme le daltonisme (cf mon excuse au dessus à propos de l'exemple daltonisme dans TCE...). Tout blâme  ou culpabilité ne ferait que rendre plus difficile le retour à un comportement non seulement plus humaniste et adapté, mais aussi plus efficace.

Dans l'approche d'un phénomène macrosocial, surtout quand il dure plus longtemps que la vie des individus, son influence permanente force même les gens normaux à s'adapter jusqu'à certain point.
Est-ce que nous , dont les instincts et l'intelligence sont normaux, d'après les critères de notre vision morale du monde, sommes en mesure d'évaluer la culpabilité de ces gens pour des actes qu'ils ont commis dans la folie collective de la pathocratie?
Juger ces gens selon les lois traditionnelles équivaudrait à revenir au recours à la force par les gens normaux pour venir à bout des psycopathes, c-a-d   que l'on reviendrait à la situation qui engendré la pathocratie. On remarque encore une fois, l'origine du  cycle répétitif de nos problèmes.

Est-ce que les soumettre à une justice vindicative vaudrait la peine de prolonger, ne serait-ce que d'une année, la prédominance de la pathocratie?
Est-ce que l'élimination d'un certain nombre de psychopathes aurait pour résultat de diminuer significativement le fardeau de ces anomalies qui pèsent sur les réserves génétiques de la société et cela contribuerait-il à résoudre le problème?
La réponse est « NON ». Un homme normal et humaniste trouve cette réponse comme acquis grâce aux anciens.
Il a toujours existé, dans toutees les sociétés , sur cette Terre des gens atteint de déviances psychologiques. Leur style de vie inclut une forme de Prédation sur la créativité économique de la société parce que leur propre créativité est en général en dessous de la moyenne. Quiconque se branche sur ce système de parasitisme organisé perd graduellement toute capacité de travail légal.

Ce phénomène et sa brutalité perdurent du fait de la menace d'un riposte légal en ou pire d'une riposte de la part d'une populace devenue enragée. Des rêves de revanche distraient l'attention de la société  qui n'est plus capable de comprendre l'essence bio-psychologique du phénomène, et stimulent les interprétations moralisantes dont nous connaissons déjà les résultats. Cela rend encore plus difficile à trouver une solution à l'actuelle perilleuse , et complique les possibilités de résoudre les problèmes. Ces problèmes, tant présents que futurs, peuvent cependant être résolus si nous les abordons en COMPRENANT leur ESSENCE  SCIENTIFIQUE et la nature de CEUX (macrosociaux)qui font le mal de manière substantielle. (Voir le début de ce Post )

Hors ligne

 

#19 27-09-2008 16:34:20

Osi007
Membre
Message n°4918
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Un autre exemple d'une manipulation  de <<Blocage subversif>>
Une riposte juridique équivaudrait à une répétition de l'erreur de Nuremberg.Ce jugement de criminels de guerre aurait pu représenter une opportunité UNIQUE de montrer au monde, dans toute son ampleur , la psychopathologie du système hitlérien, avec à sa tête la personne du "Führer". Voilà qui aurait perms une mise à NU plus prompte et plus complète de la tradition Nazie en Allemagne. Cette mise en lumière de l'intervention de facteurs pathologiques à une ÉCHELLE MACROSOCIALE  aurait renforcé le processus de réhabilitation psychologiques des Allemands et du MONDE dans l'ensemble, grâce à des recherche  scientifiques appliqués au nom de l'humanité  à cette situation. Elle aurait aussi constitué un précédent sain pour mettre en lumière et désamorcer l'intervention d'autres pathocraties derrières.Or ce n'était pas le cas...
__________________________________
Ajouter le (08-02-2009)

Source http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort.com/
1/Murs et barricades pour emprisonner la population
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 757660.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 386731.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 266618.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 898430.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 630431.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 595377.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 146561.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 070288.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 197712.jpg

2/Postes de contrôle militaires pour empêcher les civils de circuler librement
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 148430.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 295137.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 1/13683542
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 152562.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 898514.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 524288.jpg
3/Arrestations et brimades
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 4533.2.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 552645.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 718831.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 363057.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 209818.jpg
4/Destruction des foyers et des moyens de subsistance
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 5611.2.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 988550.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 043669.jpg
5/Meurtres d'innocents, femmes et enfants
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 389797.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 040438.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 651141.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 800020.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 839727.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 908822.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 683163.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 926993.jpg
http://pouvoiretpsychopathie.hautetfort … 397770.jpg
_________________________________

Vous pouvez courir, presse et média,
Avec vos manœuvres sous contrats,
Par le foot, la culture du doute,
Car, il n y’aura pas d’oubli, ni de répit,
Pour les enfants de Gaza,
Il n’y aura pas d’oubli pour Treblinka,
Pour les victimes d’Hiroshima,
De Sabra et Chatila.
Il n’y aura pas d’oubli pour Sétif,
Pour la Bosnie, les ghettos juifs.
Il n’y aura pas d’oubli pour Dir Yassine,
Pour les goulags de Staline,
Et pour Jenin en Palestine.
Il n’y aura pas d’oubli pour le lynchage,
Pour l’ethnocide et les carnages,
D’un capitalisme sauvage,
Qui vient droit du Moyen Age.
Il n’y aura pas d’oubli pour les Mayas,
Les nez percés et les Incas,
Il n’y aura pas d’oubli mes amis,
Barricadés et insoumis,
A toutes les formes de violences,
Les guillotines et les potences,
Et résisterons en permanence,
Dans la colère du silence,
Et resterons debout dans la rue,
A débouter touts les abus,
A défier balles et obus,
Et tout ce qui blesse ou tue.
En citoyens mûrs et crédibles,
Témoins d’une ère pénible,
Gardiens de la sagesse des hommes,
Dont la mémoire reste vivante,
Et sa lumière illuminante,
Effective et palpitante.
Et cette fois c’est bien fini,
Ou plutôt bien commencé,
Il n’y aura plus d’oubli,
Pour les enfants de Gaza,
Pour que le mal soit maudit
Et la sagesse vaincra.

Lihidheb mohsen - Eco artiste
Zarzis Tunisie, 20.01.
________________________
(Ajouter le 17-02-2009)
Source JPP
http://www.jp-petit.org/Presse/ARMES/ch … tm#17_2_09
________________________
(Ajouter le 2-03-2009)
Who profits from the occupation?
http://www.whoprofits.org/

http://img267.imageshack.us/img267/9033/tankcatch.jpg
________________________
Ajouter le 13-07-2009
Source: JPP
http://www.fao.org/french/newsroom/news … 703-fr.htm
Génocides discrets, perpétrés dans l'indifférence la plus absolue
9 millions de morts, chaque année.
http://www.jp-petit.org/Israel_Palestine/images_israel/genocides_discrets.gif

Dernière modification par Osi007 (14-07-2009 19:54:16)

Hors ligne

 

#20 27-09-2008 17:34:03

Osi007
Membre
Message n°4923
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

07-08-2012
source:http://korben.info/techniques-secretes- … lique.html
Les techniques secrètes pour contrôler les forums et l’opinion publique
Techniques pour manipuler les forums sur Internet

Il existe plusieurs techniques dédiées au contrôle et à la manipulation d’un forum sur internet, peu importe le contenu ou les personnes qui sont dessus. Nous allons voir chaque technique et démontrer qu’un nombre minimum d'étapes suffit pour prendre efficacement le contrôle d’un " forum incontrôlable. "
Technique #1 – " FORUM SLIDING "

Si un post très sensible de nature critique a été posté sur le forum, il peut être rapidement supprimé grâce au " forum sliding. " Dans cette technique, un nombre de posts (ou "sujets" en français) sans rapport sont discrètement positionnés sur le forum et " vieillissent ". Chacun de ces posts sans rapport peut être appelé pour lancer un " forum slide " (glissement de forum). Deuxièmement, cette technique a besoin de faux comptes. Ils sont nécessaires pour permettre dissimuler au public la manipulation. Pour déclencher un " forum slide " et " purger " les posts critiques, il suffit de se connecter sur chaque vrai ou faux compte et de répondre aux vieux sujets avec un message de 1 ou 2 lignes. Grâce à cela, ces vieux topics sont propulsés au sommet de la liste des topics, et les topics sensibles glissent vers les autres pages, hors de la vue du public. Bien qu’il soit difficile, voire impossible, de censurer le post sensible, il est maintenant perdu dans une mare de posts inutiles et sans rapports. De ce fait, il devient efficace et pratique de faire lire au public des posts sans rapport et non-problématiques.
Technique #2 – " CONSENSUS CRACKING "

Une deuxième technique efficace est le " consensus cracking. " Pour réussir à briser un consensus, la technique suivante est utilisée. Grâce à un faux compte, un message est posté. Ce message semble légitime et censé – mais le point sensible c'est que ce post possède une HYPOTHÈSE TRÈS FRAGILE sans preuve pour appuyer ce qui est écrit. Une fois cela fait et grâce à d’autres faux comptes, une réponse en votre faveur est doucement introduite. Il est IMPÉRATIF que les deux partis soient représentés, afin que le lecteur non informé ne puisse pas déterminer quel parti détient la vérité. Au fur et à mesure des posts et des réponses, la "preuve" forte ou désinformation est doucement établie en votre faveur. Ainsi, le lecteur non informé va probablement prendre la même position que vous et, si leur position est contre vous, leur opposition à vos messages va probablement être laissée aux oubliettes. Cependant, dans certains cas où les membres du forum sont hautement éduqués et peuvent contrer votre désinformation avec des faits réels et des liens vers des sites, vous pouvez " avorter " le cassage de consensus en démarrant un " Forum sliding ".
Technique #3 – " TOPIC DILUTION "

La dilution de topic n’est pas seulement efficace lors d’un glissement de forum, elle est également très utile pour garder l’attention des lecteurs sur des problèmes sans rapport et non productifs. Il s’agit d’une technique critique et très utile pour causer une " CONSOMMATION DE RESSOURCE. " En implémentant un flux continu de posts sans rapport pour distraire et perturber (trolling), les lecteurs du forum voient leur productivité stoppée. Si l’intensité de la dilution graduelle est assez forte, les lecteurs vont arrêter de rechercher et vont simplement passer en " mode commérage. " Dans ce mode, ils peuvent plus simplement être éloignés des faits vers des conjectures et opinions profanes. Moins ils sont informés, plus il est facile et efficace de contrôler le groupe entier dans la direction que vous souhaitez. Il faut noter qu’une étude des capacités psychologies et des niveaux d’éducation doit être effectuée pour déterminer à quel niveau il faut " pousser le bouchon ". En allant trop rapidement trop loin hors sujet, cela peut déclencher une censure de la part d’un modérateur du forum.
Technique #4 – " COLLECTE D’INFORMATION "

La collecte d’information est très efficace pour déterminer le niveau psychologique des membres du forum et pour rassembler tous les renseignements qui peuvent être utilisés contre eux. Dans cette technique, un sujet "je te montre le mien, montre-moi le tien " est posté dans un environnement positif. Grâce au nombre de réponses fournies, il est possible de compiler plus d’informations statistiques. Par exemple, on peut poster " votre arme préférée " et encourager les autres membres du forum à montrer ce qu’ils possèdent. De cette façon, il est possible de déterminer par pourcentage inversé, quelle proportion du forum possède une arme à feu ou une arme détenue de manière illégale. Cette même méthode peut être utilisée en postant en tant que membre un sujet comme " Quelle est votre technique préférée pour… " Grâce aux réponses, les diverses méthodes utilisées par le groupe peuvent être étudiées et d’autres méthodes mises au point pour les arrêter.
Technique #5 – " TROLLING ÉNERVÉ "

Statistiquement, il y a toujours un pourcentage de membres du forum plus enclins à la violence. Dans le but de déterminer qui sont ces gens, il est nécessaire de poster une image sur le forum qui va délibérément inciter à une forte réaction psychologique. Grâce à cela, le plus violent du groupe peut être efficacement tracé grâce à son IP. Pour accomplir cela, il suffit simplement de poster un lien vers une vidéo d’un officier de police en train d’abuser de son pouvoir envers un individu innocent. Statistiquement, sur le million de policiers en Amérique, il y en a toujours un ou deux pris en flagrant délit d’abus de pouvoir et leurs activités peuvent ensuite être utilisées dans l’objectif de rassembler des renseignements  - sans avoir besoin de " simuler " une fausse vidéo. Cette méthode est extrêmement efficace et, plus la vidéo est violente, plus la méthode est efficace. Il est parfois utile de " influencer " le forum en répondant à vos propres posts avec des intentions violentes et en déclarant que vous vous " moquez de ce que les autorités pensent !! " En faisant cela et en ne montrant aucune crainte, les autres membres du forum, plus discrets et non violents, peuvent révéler leurs vraies intentions. Cela peut ensuite être utilisé devant le tribunal lors d’une poursuite judiciaire.
Technique #6 – " ACQUÉRIR LE CONTRÔLE TOTAL "

Il est important de bien insister et de continuellement manœuvrer pour obtenir un poste de modérateur sur le forum. Une fois cette position obtenue, le forum peut être efficacement et discrètement contrôlé en supprimant les posts non favorables – et on peut éventuellement guider le forum vers un échec total et provoquer un manque d’intérêt de la part du public. Il s’agit de la " victoire ultime " car le forum n’est plus intéressant aux yeux du public et n’est plus utile pour maintenir leurs libertés. En fonction du niveau de contrôle que vous possédez, vous pouvez délibérément mener le forum vers la défaite en censurant les posts, en supprimant les membres, en floodant ou en mettant accidentellement le forum hors ligne. Grâce à cette méthode, le forum peut être rapidement tué. Cependant, il n’est pas toujours forcément intéressant de tuer un forum, car il peut être converti en une sorte de " pot de miel " pour centraliser et mal orienter les nouveaux et donc les utiliser pour vos besoins, sous votre contrôle.
CONCLUSION

Souvenez-vous bien que ces techniques ne sont efficaces que si les participants du forum NE LES CONNAISSENT PAS. Une fois qu’ils ont été mis au courant, l’opération peut complètement échouer et le forum va devenir incontrôlable. À ce moment, d’autres alternatives doivent être considérées, comme initier un faux problème juridique pour simplement faire fermer le forum et le mettre hors ligne. Cela n’est pas désirable, car cela empêche les agences du maintien de l’ordre de surveiller le pourcentage de la population qui s’oppose toujours au contrôle. Bien d’autres techniques peuvent être utilisées et développées et, au fur et à mesure que vous développez de nouvelles techniques d’infiltration et de contrôle, il est impératif de les partager avec le QG.


Les 25 règles de la désinformation

Note : La première règle et les cinq dernières (ou les six, en fonction de la situation) ne sont généralement pas directement applicables par le désinformateur traditionnel. Ces règles sont généralement plus souvent directement utilisées par les dirigeants, les acteurs clés ou au niveau de la planification stratégique de conspirations criminelles.

    1.    Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire. En dépit de ce que vous pourriez savoir, n’en parlez pas – surtout si vous êtes une figure publique, un journaliste, un politique, etc. Si ce n’est pas signalé, ce n’est pas arrivé et vous n'aurez pas à faire face à des problèmes.
    2.    Devenez incrédules et indignés. Évitez de parler des problèmes clés et concentrez-vous plutôt sur les problèmes secondaires qui peuvent être utilisés pour rendre le sujet comme étant critique de certains groupes ou thèmes sacro-saints. Cela est également connu comme le subterfuge " Comment oses-tu ! ".
    3.    Créez des commérages. Évitez de parler des problèmes en dépeignant toutes les charges, sans tenir compte des lieux ou des preuves, en pures rumeurs et accusations violentes. Cette méthode fonctionne surtout très bien avec une presse silencieuse, car le public ne peut connaitre les faits qu’à travers ces " rumeurs discutables ". Si vous pouvez établir une relation entre le document / le problème avec internet, utilisez ce fait pour le certifier en tant que " rumeur sauvage "  émanant d’une " bande d’enfants sur internet " qui ne peut pas avoir de fondement dans la réalité.
    4.    Utilisez un argument épouvantail. Trouvez en un et créez un élément dans l’argumentation de votre adversaire que vous pouvez facilement contrer pour vous faire bien voir et pour ridiculiser l’adversaire. Soit vous créez un problème dont vous insinuez l’existence en vous appuyant sur l’interprétation de l’adversaire/sur l’argumentation de l’adversaire/sur la situation, ou sélectionnez l’aspect le plus faible des charges les plus faibles. Amplifiez leur impact et détruisez-les d’une façon discréditante toutes les charges, réelles et fabriquées, tout en évitant de parler des véritables problèmes.
    5.    Écartez vos adversaires en leur donnant des surnoms et en les ridiculisant. Cela est aussi connu comme étant le stratagème " attaquer le messager ", bien que d’autres méthodes soient des variantes de cette approche. Associez les adversaires avec des noms peu flatteurs comme " fou ", " partisan de droite ", " libéral ", " partisan de gauche ", " terroriste ", " adorateurs de complots ", " radicaux ", " miliciens ", " racistes ", " fanatiques religieux ", " déviants sexuels " et bien d’autres. Cela permet d’empêcher les autres d’éventuellement s’associer à vos adversaires de peur de se faire traiter de la même façon et vous évitez donc de parler des vrais problèmes.
    6.    Frappez et courez. Dans n’importe quel forum public, attaquez brièvement votre adversaire ou la position de l’adversaire et fuyez avant qu’une réponse ne soit publiée ou ignorez tout simplement la réponse. Cela marche extrêmement bien sur internet dans les environnements de type courrier des lecteurs, dans lesquels un flux continu de nouvelles identités peuvent être utilisées pour éviter d’expliquer les critiques, d’argumenter – faites simplement une accusation ou une autre attaque, ne parlez jamais des problèmes et ne répondez jamais, car ceci donnerait du crédit au point de vue de l’adversaire.
    7.    Motifs d’interrogation. Amplifiez chaque fait qui pourrait laisser penser que l’adversaire opère selon un parti pris. Cela évite de parler des problèmes et oblige l’accusateur à se mettre sur la défensive.
    8.    Invoquez l’autorité. Prétendez que vous faites partie de l’autorité ou associez-vous avec celle-ci en utilisant assez de jargon et de termes pour illustrer que vous êtes " celui qui sait " et discréditez tous les propos sans parler des problèmes ni démontrer pourquoi ou citer des sources.
    9.    Jouez à l’abruti. Peu importe quels sont les arguments ou les preuves sur la table, évitez de parler des problèmes sauf pour les discréditer, dire que cela n’a aucun sens, ne contient aucune preuve, n’a aucun intérêt ou est illogique. Mélangez bien pour un effet maximal.
    10.    Associez les critiques de l’adversaire avec de vieilles actualités. Un dérivé de l’argument épouvantail qui est une sorte d’investissement pour le futur dans le cas où le problème ne peut pas être facilement contrôlé. On peut l'anticiper pour garder le contrôle. Pour cela, lancez un argument épouvantail et faites en sorte que l’on s’en occupe assez tôt dans le cadre du plan alternatif (ou plan B). Ainsi, les charges ou critiques suivantes, peu importe leur validité, pourront généralement être associées aux charges précédentes et être considérées comme étant simplement du réchauffé, sans avoir besoin de s’en occuper – encore mieux si l’adversaire qui en est à l'origine est ou était impliqué à l’origine.
    11.    Établissez un plan B et ayez confiance en celui-ci. Utilisez un problème mineur ou un élément basé sur des faits, prenez la " grande route " (face publique) et " confessez " avec vigueur qu’une erreur innocente a été faite - - mais que les adversaires ont saisi là l’opportunité de la mener hors de proportion et d’insinuer des choses malhonnêtes qui, bien entendu, " n’existent pas ". D’autres personnes peuvent vous renforcer plus tard et même demander publiquement de " mettre un point final à ce non-sens " car vous avez déjà fait " la chose juste ". Bien faite, cette technique peut vous permettre d’acquérir de la sympathie et du respect pour avoir " craché le morceau " et " confessé " vos erreurs sans aborder d’autres problèmes plus graves.
    12.    Les énigmes n’ont pas de solution. Prétendez que l’affaire est trop compliquée à résoudre, en s’appuyant sur la multitude de personnes impliquées et d’évènements. Cela permet de faire perdre tout intérêt au problème de la part des autres personnes.
    13.    Logique d’Alice au pays des merveilles. Évitez de parler des problèmes en raisonnant à l’envers ou avec une logique déductive qui s’interdit tout véritable fait important.
    14.    Demandez des solutions complètes. Évitez de parler des problèmes en demandant à vos adversaires de résoudre le crime ou le problème dans sa totalité. Il s’agit d’un stratagème qui marche mieux avec les problèmes relatifs à la règle 10.
    15.    Faites correspondre les faits à des conclusions alternatives. Cela requiert une pensée créative, sauf si le crime a été planifié avec un plan B.
    16.    Faites disparaitre les preuves et les témoins. Si cela n’existe pas, ce n’est pas un fait et vous n’avez pas à aborder le problème.
    17.    Changez de sujet. Généralement en lien avec l’un des autres stratagèmes listés ici, trouvez une façon de mettre la discussion sur le côté avec des commentaires mordants et controversés dans l’espoir de détourner l’attention sur un sujet plus gérable. Cela marche surtout très bien avec les gens qui peuvent " débattre" avec vous sur le nouveau sujet et polariser la discussion dans le but d’éviter de parler des problèmes clés.
    18.    Contrariez et provoquez les adversaires et donnez-leur une charge émotionnelle. Si vous pouvez ne rien faire d’autre, réprimandez et raillez vos adversaires et obligez-les à répondre de manière émotionnelle, ce qui va permettre de les faire passer pour des gens stupides et beaucoup trop motivés. Non seulement vous éviterez de parler des problèmes, mais même si leur réponse émotionnelle aborde le problème, vous pouvez après éviter les problèmes en vous concentrant sur ô combien ils sont " trop sensibles pour critiquer. "
    19.    Ignorez les preuves présentées, demandez des preuves impossibles. Il s’agit peut-être ici d’une variante de la règle " jouer l’idiot ". En dépit des preuves qui peuvent être présentées par un adversaire sur un forum public, prétendez que la preuve n’est pas recevable et demandez une preuve qui est impossible à trouver pour l’adversaire (elle peut exister, mais elle n’est pas à sa disposition ou elle est connue comme étant quelque chose de facile à détruire ou falsifier, comme une arme de crime). Dans le but de complètement éviter de parler des problèmes, il peut être nécessaire de catégoriquement discréditer les médias ou les livres, reniez le fait que les témoins peuvent être acceptables et reniez même les déclarations faites par le gouvernement ou par d’autres autorités.
    20.    Fausses preuves. Dès que possible, introduisez de nouveaux faits ou indices conçus et fabriqués en conflit avec les présentations et les arguments de l’adversaire – un outil pratique pour neutraliser les problèmes sensibles ou entraver les résolutions. Cela marche encore mieux lors des crimes pour lesquels les faits ne peuvent pas être distingués des fausses preuves.
    21.     Faites appel à un jury d’accusation, un procureur spécial ou un autre corps habilité à l’investigation. Renversez le processus en votre faveur et neutralisez efficacement les problèmes sensibles sans ouvrir la discussion. Une fois réunis, la preuve et le témoignage doivent être secrets pour être bien gérés. Par exemple, si vous êtes de mèche avec le procureur, le jury d’accusation peut tout simplement refuser toutes les preuves utiles, les sceller et les rendre inutilisables pour des enquêtes ultérieures. Une fois qu’un verdict favorable est atteint, le problème peut être officiellement considéré comme fermé. Généralement, cette technique s’applique pour rendre le coupable innocent, mais elle peut aussi être utilisée pour obtenir des accusations lorsque l’on cherche à faire un coup monté contre la victime.
    22.    Fabriquez une nouvelle vérité. Créez vos propres experts, groupes, auteurs, meneurs ou influenceurs capables de créer quelque chose de nouveau et différent via des recherches scientifiques, d’investigation ou sociales ou des témoignages qui se terminent favorablement. Dans ce cas, si vous devez vraiment aborder les problèmes, vous pouvez le faire autoritairement.
    23.    Créez de plus grandes distractions. Si ce qui est cité ci-dessus ne fonctionne pas pour éloigner les gens des problèmes sensibles ou pour empêcher une couverture médiatique indésirable d’évènements comme des procès, créez de plus grosses histoires (ou traitez-les comme telles) pour éloigner les masses.
    24.    Le silence critique. Si les méthodes ci-dessus ne prévalent pas, pensez à supprimer vos adversaires de la circulation grâce à des solutions définitives afin que le besoin d’aborder les problèmes soit entièrement supprimé. Cela peut être fait par la mort, l’arrestation et la détention, le chantage, la destruction de leur personnalité grâce à la fuite d’informations ou encore en les détruisant financièrement, émotionnellement ou en leur infligeant des dommages sévères au niveau médical.
    25.    Disparaissez. Si vous êtes le détenteur clé de secrets ou si vous êtes beaucoup trop sous pression et que vous sentez que cela commence à être dangereux, quittez les lieux.



Les 8 traits d’un désinformateur

    1)    L’évitement. Ils ne parlent jamais des problèmes de manière directe ni n’argumentent de manière constructive. Ils évitent généralement les citations ou les références. À la place, ils insinuent tout et son contraire. Virtuellement, tout à propos de leur présentation insinue que l’autorité et les experts en la matière ne possèdent aucune crédibilité.
    2)    Sélectivité. Ils tendent à choisir les adversaires prudemment, soit en appliquant l’approche " frappe et cours " contre de simples commentateurs supportant leurs adversaires ou en se concentrant plus fortement sur les opposants clés qui sont connus pour aborder directement les problèmes. Si un commentateur devient trop discutailleur sans aucun succès, la focalisation va changer pour également inclure le commentateur.
    3)    Coïncidence.  Ils ont tendance à apparaitre subitement sur un sujet controversé avec pourtant aucun passé de participant sur une discussion générale dans l’arène publique concernée. Ils ont, de même, tendance à disparaitre une fois que le sujet n’est plus intéressant pour la masse. Ils étaient surement censés être ici pour une raison, et ont disparu avec cette raison.
    4)    Travail d’équipe. Ils ont tendance à opérer en groupes auto-satisfaits et complémentaires. Bien sûr, cela peut arriver naturellement sur n’importe quel forum public, mais il y aura surement une lignée d’échanges fréquents de cette sorte, là où les professionnels sont impliqués. Des fois, l’un des participants va infiltrer le camp opposé pour devenir une source pour un argument épouvantail ou d’autres techniques conçues pour diminuer la force de frappe de l’adversaire.
    5)    Anti-conspirateur. Ils expriment presque toujours un certain mépris envers les " théoriciens de la conspiration " et, généralement, pour tous ceux qui pensent que JFK n’a pas été tué par LHO. Demandez-vous pourquoi, s’ils possèdent un tel mépris pour les théoriciens de la conspiration, est-ce qu’ils se concentrent sur la défense d’un seul sujet discuté sur un newgroup abordant les conspirations ? Certains peuvent penser qu’ils sont là pour essayer de faire passer tout le monde pour des fous sur chaque sujet ou pour tout simplement ignorer le groupe pour lequel ils expriment un tel mépris. Ou, certains peuvent plus justement conclure qu’ils possèdent une raison cachée pour que leurs actions disparaissent de leur chemin.
    6)    Émotions artificielles. Un genre étrange de sentimentalisme " artificiel " et une peau inhabituellement dure – une capacité à persévérer et à persister même face à un flot accablant de critiques et d’intolérances. Cette technique provient d’un entrainement des services de renseignement qui, peu importe à quel point la preuve est accablante, réfute tout et qui empêche d’être émotionnellement réactif ou impliqué. Pour un expert de la désinformation, les émotions peuvent sembler artificielles.
    La plupart des personnes, si elles répondent avec colère, par exemple, vont exprimer leur animosité à travers leur rejet. Mais les professionnels de la désinformation vont généralement avoir des problèmes pour maintenir " leur image " et sont d’humeur changeante à l’égard de prétendues émotions et de leur style de communication plus calme et impassible. C’est juste un métier et ils semblent souvent incapables de " jouer leur rôle ". Vous pouvez piquer une colère absolue à un moment, exprimer un désintérêt ensuite et encore plus de colère plus tard – un yo-yo émotionnel.
    En ce qui concerne le fait d’avoir la peau dure, aucune quantité de critiques ne va les dissuader de faire leur travail et ils vont généralement continuer leurs vieilles techniques sans aucun ajustement aux critiques sur la mise au jour de leur petit jeu – alors qu'un individu plus rationnel va vraiment s’inquiéter de ce que les autres peuvent penser et va chercher à améliorer son style de communication ou tout simplement abandonner.
    7)    Incohérent. Ils ont aussi une tendance à faire des erreurs qui trahit leurs vraies motivations. Cela peut éventuellement venir du fait qu’ils ne connaissent pas vraiment leur sujet ou qu’ils soient un petit peu " freudien ". J’ai noté que, souvent, ils vont simplement citer des informations contradictoires qui vont se neutraliser elles-mêmes. Par exemple, un petit joueur déclarait être un pilote de l’armée de l’air, mais avait un style d'écriture très pauvre (orthographe, grammaire, style incohérent). Il ne devait pas avoir fait d'études supérieures. Je ne connais pas beaucoup de pilotes de l’armée de l’air qui n’ont pas un diplôme universitaire. Un autre a notamment déclaré ne rien savoir d’un certain sujet, mais s’est prétendu, par la suite, expert en la matière.
    8)    Constante de temps. On a récemment découvert, en ce qui concerne les Newsgroups, le facteur temps de réponse. Il y a trois façons de le voir fonctionner, surtout lorsque le gouvernement ou une autre personne avec un certain pouvoir est impliqué dans une opération de dissimulation.8.a)    N’importe quel post sur un NG (Newsgroups) posté par un partisan de la vérité ciblé peut résulter en une réponse immédiate. Le gouvernement et les autres personnes habilitées peuvent se permettre de payer des gens pour s’asseoir devant et trouver une opportunité d’occasionner des dégâts. PUISQUE LA DÉSINFORMATION DANS UN NG NE MARCHE QUE SI LE LECTEUR LA VOIT – UNE RÉPONSE RAPIDE EST NÉCESSAIRE, ou le visiteur peut être aiguillé vers la vérité.8.b)    Lorsque l’on a affaire à un désinformateur d’une manière plus directe, par email par exemple, LE DÉLAI EST NÉCESSAIRE – il y aura généralement un minimum de 48-72h de délai. Cela permet à une équipe de se concerter sur la réponse stratégique à adopter pour un meilleur effet et même " d’obtenir une permission " ou une instruction d’une voie hiérarchique.8.c)    Dans l’exemple des NG 1) ci-dessus, on aura ÉGALEMENT souvent le cas où de plus gros moyens sont mis en place après le délai de 48-72h. Cela est surtout vrai lorsque le chercheur de vérité et ses commentaires sont considérés comme plus importants et potentiellement révélateurs de la vérité. Ainsi, un révélateur de vérité sera attaqué deux fois pour le même péché.

Comment repérer un espion

Une façon de neutraliser de potentiels activistes est de leur donner l’opportunité d’appartenir à un groupe qui ne fait que des mauvaises choses. Pourquoi ?

    1)    Le message ne sort pas
    2)    Beaucoup de temps est gaspillé
    3)    L’activiste est frustré et découragé
    4)    Rien de bon n’est accompli

Le FBI et les informateurs et infiltrés de la police vont envahir n’importe quel groupe et établiront des organisations activistes bidons. Leur objectif est d’empêcher l’éclosion de vrais mouvements pour la justice ou l’éco-paix dans ce pays. Les agents viennent en petits, moyens ou grands groupes. Ils peuvent venir de différents milieux ethniques. Il peut s’agir d’hommes ou de femmes.

La taille du groupe ou du mouvement infiltré n’est pas importante. Le potentiel d’expansion du mouvement attire les espions et les saboteurs. Ce carnet liste les techniques utilisées par les agents pour ralentir les choses, faire rater les opérations, détruire le mouvement et surveiller les activistes.

Le travail de l’agent est d’empêcher l’activiste de quitter un tel groupe afin de le garder sous son contrôle.

Durant certaines situations, pour avoir le contrôle, l’agent va dire à l’activiste :

    " Tu divises le mouvement. "

[Ici, j’ai inclus les raisons psychologiques qui font que cette manœuvre fonctionne pour contrôler les gens]

Cela fait naitre un sentiment de culpabilité. Beaucoup de gens peuvent être contrôlés par la culpabilité. Les agents établissent des relations avec les activistes derrière un déguisement bien conçu de " dévouement à la cause ".  À cause de leur dévouement souvent proclamé (et leurs actions faites pour le prouver), lorsqu’ils critiquent les activistes, il ou elle - étant vraiment dédié au mouvement – est convaincu que tous les problèmes sont de LEUR faute. Cela s’explique par le fait qu’une personne vraiment dévouée tend à croire que tout le monde a une conscience et que personne ne dissimulerait ni ne mentirait comme ça " en le faisant exprès . " Il est incroyable de voir à quel point les agents peuvent aller loin dans la manipulation d’un activiste, car l’activiste va constamment chercher des excuses en faveur de l’agent qui s’est régulièrement déclaré fidèle à la cause. Même s’ils, occasionnellement, suspectent l’agent, ils vont se mettre des œillères en rationalisant " ils ont fait ça inconsciemment…ils ne l’ont pas vraiment fait exprès…je peux les aider en les pardonnant et en acceptant " etc.

L’agent va dire à l’activiste :

Le but de l’agent est d’augmenter l’empathie générale de l’activiste envers l’agent à travers un processus de fausse identification avec les concepts de soi relatifs à l’activiste.

L’exemple le plus commun de ce processus est l’agent qui va complimenter l’activiste pour ses compétences, ses connaissances ou sa valeur pour le mouvement. À un niveau plus subtil, l’agent va simuler les particularités et les manières de l’activiste. Cela va permettre de promouvoir l’identification via mimétisme et les sentiments de " gémellité " (jumeaux). Il n’est pas inconnu pour un activiste, amoureux de l’aide perçue et des compétences d’un bon agent, de se retrouver à prendre en considération des violations éthiques et, même, un comportement illégal, au service de leur agent.

Le " sentiment de perfection " [concept de soi] est amélioré et un lien puissant d’empathie est tissé avec l’agent à travers ses imitations et simulations du propre investissement narcissique de la victime. [Concept de soi] Il s’agit là, si l’activiste le sait, au fond de lui, de leur propre dévouement à la cause, il va projeter cela sur l’agent qui le leur " reflète ".

Les activistes vont être leurrés en pensant que l’agent partage ses sentiments d’identification et ses liens. Dans la configuration d’un mouvement social/activiste, les rôles de confrontations joués par les activistes vis-à-vis de la société/du gouvernement, encouragent les processus continus de séparation intrapsychique afin que les " alliances de gémellité " entre l’activiste et l’agent puissent rendre des secteurs entiers ou la perception de la réalité indisponible à l’activiste. Littéralement, ils " perdent contact avec la réalité. "

Les activistes qui renient leurs propres investissements narcissiques [n’ont pas une très bonne idée de leurs propres concepts de soi et qu’ils SONT les concepts] et qui se perçoivent eux-mêmes consciemment comme des " aides " doté d’un certain altruisme sont extrêmement vulnérables aux simulations affectives (émotionnelles) de l’agent entraîné.

L’empathie est encouragée par l’activiste à travers l’expression d’affections visibles. La présence de pleurs, de tristesse, de désir, de remords, de culpabilité peut déclencher chez l’activiste orienté vers l’aide un fort sens de la compassion, tout en améliorant inconsciemment l’investissement narcissique de l’activiste en lui-même.

Les expressions de telles affections simulées peuvent être assez irrésistibles pour l’observateur et difficile à distinguer d’une profonde émotion.

Cela peut généralement être identifié par deux évènements : Tout d’abord, l’activiste qui a analysé ses propres racines narcissiques et est au courant de son propre potentiel pour devenir " émotionnellement accro " va être capable de rester tranquille et insensible à de telles effusions émotionnelles de la part de l’agent.

En conclusion de cette attitude tranquille et insensible, le second évènement va se produire : l’agent va réagir bien trop vite à une telle expression affective, laissant à l’activiste l’impression que " le jeu est terminé, le rideau est tombé " et l’imposture, pour le moment, a pris fin. L’agent va ensuite rapidement s’occuper d’une prochaine victime/d’un prochain activiste.

Le fait est que le mouvement n’a pas besoin de meneur, il a besoin de BOUGEURS (gens qui se bougent pour faire les choses). " Suivre le meneur " est une perte de temps.

Un bon agent va vouloir rencontrer sa victime le plus souvent possible. Il ou elle va beaucoup parler pour ne rien dire. Certains peuvent s’attendre à un assaut de longues discussions irrésolues.
Certains agents prennent des manières insistantes, arrogantes ou défensives :

    1)    Perturber l’agenda
    2)    Mettre la discussion de côté
    3)    Interrompe de manière répétitive
    4)    Feindre l’ignorance
    5)    Lancer une accusation infondée contre une personne.

Traiter quelqu’un de raciste, par exemple. Cette tactique est utilisée pour discréditer quelqu’un aux yeux des autres membres du groupe.
Les saboteurs

Certains saboteurs prétendent être des activistes. Elles ou ils vont…

    1)    Écrire des dépliants encyclopédiques (actuellement, des sites web)
    2)    Imprimer les dépliants seulement en anglais
    3)    Faire des manifestations dans des endroits qui n’intéressent personne
    4)    Solliciter un soutien financier de la part de personnes riches au lieu d’un soutien des gens de la classe moyenne
    5)    Afficher des pancartes avec beaucoup trop de mots déroutants
    6)    Embrouiller les problèmes
    7)    Faire les mauvaises demandes
    8)    Compromettre l’objectif
    9)    Avoir des discussions sans fin qui font perdre du temps à tout le monde. L’agent peut accompagner ces discussions sans fin de boissons, de consommation de stupéfiants ou d’autres distractions pour ralentir le travail de l’activiste.

Provocateurs

    1)    Veulent établir des " meneurs " pour les mettre en place lors d’une chute dans le but de stopper le mouvement
    2)    Suggèrent de faire des choses stupides, des choses illégales pour amener des problèmes aux activistes
    3)    Encouragent le militantisme
    4)    Vouloir railler l’autorité
    5)    Tenter de compromettre les valeurs des activistes
    6)    Tenter d’instiguer la violence. L’activisme veut toujours être non-violent.
    7)    Tenter de provoquer une révolte parmi les gens mal préparés à gérer la réaction des autorités.

Informateurs

    1)    Veut que tout le monde s’inscrive partout
    2)    Pose beaucoup de questions (collecte d’informations)
    3)    Veut savoir à quels évènements l’activiste prévoit d’assister
    4)    Essaye de faire en sorte que l’activiste se défende lui-même pour identifier ses croyances, buts et son niveau de dévouement.

Recrutement

Les activistes légitimes ne soumettent pas les gens à des heures de dialogue persuasif. Leurs actions, croyances et buts parlent pour eux.
Les groupes qui recrutent SONT des missionnaires, militaires ou faux partis politiques ou mouvements créés par des agents.
Surveillance

Supposez TOUJOURS que vous êtes sous surveillance. À ce moment, si vous n’êtes PAS sous surveillance, vous n’êtes pas un très bon activiste !
Tactiques d’intimidations

Ils les utilisent.

De telles tactiques incluent la diffamation, la calomnie, les menaces, devenir proche d’activistes mécontents ou concernés un minimum par la cause pour les persuader (via des tactiques psychologies décrites ci-dessus) de se tourner contre le mouvement et de donner de faux témoignages contre leurs anciens collègues. Ils vont planter des substances illégales chez les activistes et monter une arrestation ; ils vont semer de fausses informations et monter une " révélation ", ils vont envoyer des lettres incriminantes [emails] au nom de l’activiste ; et bien plus ; ils feront tout ce que la société permettra.

Ce carnet ne couvre pas du tout toutes les techniques utilisées par les agents pour saboter la vie des sincères et dévoués activistes.

Si un agent est " exposé ", il ou elle sera transféré(e) ou remplacé(e).

COINTELPRO est toujours en opération de nos jours sous un nom de code différent. Il n’est désormais plus mis sur papier pour éviter d’être découvert suite à loi pour la liberté de l’information.

Le but du programme de contre-espionnage du FBI : exposer, déranger, dévier, discréditer et neutraliser les individus que le FBI considère comme étant opposés aux intérêts nationaux. La " sécurité nationale " concerne la sécurité mise en place par le FBI pour empêcher les gens d’être mis au courant des choses vicieuses réalisées par celui-ci, en violation avec les libertés civiles du peuple.
En résumé : 17 techniques pour enterrer la vérité

Des allégations d’activités criminelles fortes et crédibles peuvent faire tomber un gouvernement. Quand le gouvernement n’a pas une défense efficace et basée sur les faits, d’autres techniques doivent être employées. La réussite de ces techniques dépend grandement d’une presse coopérative et complaisante ainsi que d’un simple parti d’opposition symbolique.

    1.    Gardez le silence. Si ce n’est pas reporté, ce n’est pas une actualité, ce n’est pas arrivé.
    2.    Indigné de cire. Également connu sous le nom du stratagème " Comment oses-tu ? ".
    3.    Qualifiez toutes les charges comme étant des " rumeurs " ou, mieux, des " rumeurs folles ". Si en dépit de l’absence d’informations, le public est toujours mis au courant des faits suspicieux, ce n’est que par l’intermédiaire de " rumeurs. " (S’ils tendent à croire aux " rumeurs ", c’est probablement parce qu’ils sont simplement " paranoïaques " ou " hystériques. ")
    4.    Démolissez l’argument épouvantail. Ne vous occupez que de l’aspect le plus faible des charges les plus faibles. Encore mieux, créez votre propre argument épouvantail. Inventez des fausses folles rumeurs (ou créez des fausses histoires) et faites les entrer en action lorsque vous semblez discréditer toutes les charges, réelles et fantaisistes à la fois.
    5.    Utilisez des mots comme " théoricien de la conspiration ", " barjot ", " râleur ", " fou ", " cinglé " et, bien sûr, " commères " pour qualifier les sceptiques. Soyez bien certains d’utiliser des verbes et des adjectifs forts lorsque vous caractérisez les accusations et défendez le gouvernement " plus raisonnable " et ses défenseurs. Vous devez faire bien attention à éviter les débats ouverts avec toutes les personnes que vous avez ainsi calomniés.
    6.    Contestez les motivations. Essayez de marginaliser les personnes critiques en suggérant fortement qu’elles ne sont pas vraiment intéressées par la vérité, mais qu’elles poursuivent simplement un but politique ou qu’elles veulent simplement gagner de l’argent.
    7.    Invoquez l’autorité. Ici, la presse contrôlée et la fausse opposition peuvent être très utiles.
    8.    Écartez les charges comme étant des " vieilles nouvelles. "
    9.    Crachez une moitié du morceau. Cela est également connu sous le nom de " confession et évitement. " De cette façon, vous pouvez donner une impression de franchise et d’honnêteté tandis que vous n’admettez que des " erreurs " sans conséquences et pas du tout criminelles. Ce stratagème requiert souvent l’existence d’un plan B, différent de celui d’origine.
    10.    Décrivez les crimes comme étant incroyablement complexes et la vérité introuvable.
    11.    Raisonnez à l’envers, utilisez la méthode déductive avec vengeance. Avec une déduction rigoureuse, les preuves pénibles perdent toute crédibilité. Exemple : Nous avons une presse totalement libre. Si les preuves existent comme quoi la lettre de " suicide " de Vince Foster a été falsifiée, ils l’auraient reporté. Ils ne l’ont pas reporté donc il n’y a pas de telles preuves.
    12.    Demandez aux sceptiques de résoudre totalement le crime. Exemple : si Foster a été tué, qui l’a tué et pourquoi ?
    13.    Changez de sujet. Cette technique inclut la création et/ou la publication de distractions.
    14.    Signalez légèrement les faits incriminés, mais n’en faites rien. Cela est souvent assimilé au signalement " touche et cours ".
    15.    Mentir effrontément sans détour. L’une des façons les plus efficaces de faire ceci est d’attribuer les " faits " fournis aux publics à une source au nom plausible, mais anonyme.
    16.    Pour développer un petit peu plus les points 4 et 5, faites que vos propres compères " exposent " leurs scandales et défendent des causes populaires. Leur travail est de contrecarrer les vrais adversaires et de jouer au football sur 99 yards. Une alternative est de payer les gens riches pour ce travail. Ils vont prétendre dépenser leur propre argent.
    17.    Inondez internet d’agents. C’est la réponse à la question, " qu’est-ce qui pourrait pousser quelqu’un à passer des heures sur les newsgroups d’internet pour défendre le gouvernement et/ou la presse et discréditer les critiques authentiques ? " Est-ce que les autorités n’ont pas assez de défenseurs avec tous les journaux, magazines, radios et télévisions ? Certains peuvent penser que refuser d’imprimer des lettres critiques et écarter les appels sérieux ou les interdire des talkshows à la radio est suffisant comme contrôle, mais, apparemment, ce n’est pas le cas.

J'espère que vous aurez appris des trucs et que maintenant, vous saurez un peu mieux lire entre les lignes de ce qui se passe sur le net et les forums.
Posté le 2 août 2012 |







____________________________________________________________________________
Nous avons répertorié 7 grandes dérives possibles des journalistes français (sans doute en avons-nous oublié, nous complèterons l'outil dans ce cas) :
1. Choix partial des invités qui traduit un parti-pris idéologique

2. Lors d’un débat, traitement différencié d’un camp par rapport à un autre qui traduit une préférence idéologique du journaliste

3. Agressivité du journaliste à l’égard d’un invité perçu comme un « ennemi » idéologique

4. Questions du journaliste qui traduisent un parti-pris idéologique

5. Affirmation par le journaliste d’une contrevérité ou d’une approximation manifeste

6. Le journaliste sort de son devoir de neutralité et exprime une opinion
7. Le journaliste fait passer pour une vérité générale ce qui n'est qu'une opinion

Source:Blog de Benji
___________________________

En regardant de près le mécanisme, on peut remarquer que: 
"
Quand les habitudes de sélection et de substitution subconscientes de pensées atteignent le niveau macro-social, la société se met logiquement à mépriser LA CRITIQUE DE CERTAINS FAITS et HUMILIER quiconque donne l'alerte. IL n'est dès lors PLUS besoin DE CENSURER LA PRESSE, le théâtre et les émissions de télévision, puisqu'un censeur pathologiquement hypersensible se trouve parmi les citoyens.
   
-Quand trois "EGO" gouvernent:L'égoïsme, L'égotisme et l'égocentrique, alors le sentiment de liens sociaux et de la responsabilité disparaissent, et la société éclate en groupes de plus en plus hostiles les uns et aux autres...

.."
Comment fonctionne ce mécanisme?

1-Vous ne devez pas essayer de comprendre, voir et parler du vrai problème. Ceci est encore plus vrai si vous êtes une personnalité publique, journaliste..etc. Le vrai sujet epineux ne s'est jamais produit,donc vous n'avez pas à régler seul sur ce problème.Vous protégez vos places ainsi.

2- Montrez votre scepticisme sur un ton scandalisé. Vous devez éviter les questions clés,et vous vous concentrez et valorisez uniquement les sujets secondaires, qui sollicitent certains groupes ou un thème. Cette technique s'appelle aussi « comment osez-vous! ».

3-Créer les rumeurs et accusations sauvages, cette technique évite la discussion détaillés sur les faits exactes. Cette méthode fonctionne toujours quand la presse est muette sur le sujet, et le public peut être ainsi manipuler à soutenir et amplifier  « les rumeurs », qui ne peuvent pas avoir un fondement solide sur le réel.

4- Simuler l'opposant de vos arguments,vous créez un opposant fictif que vous pouvez démontez facilement ses arguments, vous discréditez les vrais opposants . Ou encore vous devez chercher les points faible de l'adversaire . Ensuite, vous vous focalisez et amplifiez uniquement sur ce point faible, mais en évitant toujours de parler les problèmes réels.

5- Associer votre adversaire avec un nom ridicule ou impopulaire :« gauchiste », « communiste », « extrême-droite », « conspirationiste » « radicaux », »racistes »... etc..Ainsi par peur d'être étiqueté, vos adversaires évitent maladroitement d'aborder les vrais problèmes.

6-Attaquer ensuite fuir, cette méthode fonctionne bien avec l'Internet, faire une brève attaque de la position de votre adversaire, ou tout simplement ignorer toute réponse. Ce fait fonctionne bien sur un flux régulier continu sans avoir expliquer la critique, de raisonnement. Bref, faire une accusation ou une autre attaque, sans jamais de discuter des questions, et de ne jamais répondre , qui valorise virtuellement votre point de vue par rapport à vos adversaires.

7-Induire et amplifier la faiblesse personnelle de l'adversaire, ceci permet d'éviter les questions clés du problème. L'adversaire se campe sur la défensive.

8-Invoquer l'autorité. Vous vous associez à l'autorité,cad associe vos arguments avec assez de jargon pseudo logique , pour montrer que vous êtes compétents à la matière.

____________________________________________________
Ajouter le 17-06-2009

Les douze commandements régissant les infos sur le Proche Orient.
Et voici enfin les fameuses règles, que quiconque doit d’abord avoir à l’esprit et doit surtout se forcer à admettre pour ne pas se voir pris de nausées lorsqu’il regarde le JT le soir, ou quand il lit son journal le matin, pour savoir ce qu’il en est des Palestiniens et des Libanais face à ces ogres sionistes, venus de partout du monde jusque chez-eux pour leur empoisonner la vie au quotidien :

- Règle numéro 1 :
Au Proche Orient, ce sont toujours les arabes qui attaquent les premiers et c’est toujours Israël qui se défend. Cela s’appelle des représailles.

- Règle numéro 2 :
Les arabes, Palestiniens ou Libanais n’ont pas le droit de tuer des civils de l’autre camp. Cela s’appelle du terrorisme.

- Règle numéro 3 :
Israël a le droit de tuer les civils arabes. Cela s’appelle de la légitime défense.

- Règle numéro 4 :
C’est seulement quand Israël tue trop de civils, que les puissances occidentales l’appellent à la retenue. Cela s’appelle la réaction de la communauté internationale.

- Règle numéro 5 :
Les Palestiniens et les libanais n’ont pas le droit de capturer des militaires israéliens, même si leur nombre est très limité et ne dépassent pas trois soldats. Appelez cela ce que vous voulez, pourvu que cela ne fâche pas les sionistes.

- Règle numéro 6 :
Les israéliens ont le droit d’enlever autant de palestiniens qu’ils le souhaitent. Ils ont déjà dans leurs sinistres geôles, 10 000 prisonniers jusqu’à à ce jour, dont près de 300 enfants. Il n’y a aucune limite à leur banditisme dans la région et n’ont besoin d’apporter aucune preuve de la culpabilité des personnes enlevées. Pour eux, tout Arabe et tout musulman sont nés chacun avec l’étiquette "terroriste" collée au front. Il ne reste qu’à les cueillir pour les enfermer, quand ils ont la chance de s’en sortir avec la peau sauve.

- Règle numéro 7 :
Quand vous dites "Hezbollah", il faut toujours rajouter l’expression « soutenu par la Syrie et l’Iran ». Comme si la Syrie et l’Iran sont des pays peuplés de Marsiens, à priori hostiles au genre humain.

- Règle numéro 8 :
Quand vous dites "Israël", Il ne faut surtout pas rajouter après : « soutenu par les Etats-Unis, la Grand Bretagne et tout le reste du monde occidental », parce que d'abord c'est chose tout à fait normale et car ensuite, l'on pourrait faire croire ainsi qu’il s’agit d’un conflit déséquilibré.

- Règle numéro 9 :
Ne jamais parler de "Territoires occupés ", ni de "résolutions de l’ONU" ni de "violations du droit international" ni des "conventions de Genève". Tout cela ne s’applique qu’aux "goujats" arabes. Les sionistes sont à priori des ens civilisés et de plein droit des hors la loi vis-à-vis des appaches.

- Règle numéro 10 :
Les Israéliens et les Sionistes de chez-nous, parlent mieux le français que les Arabes. C’est ce qui explique qu’on leur donne, ainsi qu’à leurs partisans, aussi souvent que possible la parole. Et c’est ainsi qu’ils peuvent nous expliquer les règles précédentes (de 1 à 9). Cela s’appelle de laneutralité journalistique.

- Règle numéro 11 :
Sur les plateaux de télévision et dans les studios de la radio les sionistes sont toujours et obligatoirement invités pour parler d’eux-mêmes et justifier le gangstérisme d’Israël. Et pour faire bonne mesure par égard aux "débiles" qui les regardent, ce sont d’autres sionistes de chez nous ou venus même d’Israël, présumés "spécialistes" du monde arabo-musulman, qui sont toujours et obligatoirement invités pour disserter, en académiciens bien attitrés, sur les Palestiniens sur les Arabes et sur les Musulmans, comme s’il s’agit de microbes ou plutôt d’animaux exotiques; des bêtes incapables de parler d'eux-mêmes. C’est cela faire preuve d’objectivité médiatique et de débat bien contradictoire, quand il s'agit du banditisme israélien.

- Règle numéro 12 :
Si vous n’êtes pas à priori d’accord avec toutes ses règles, vous n’aurez jamais le droit à la parole dans nos sacrées médias. Et si vous réussissez à vous exprimer ailleurs pour dénoncer ces règles et dire qu’elles favorisent les sionistes contre les Palestiniens et contre tous les Arabe, c’est que vous êtes un antisémite notoire, voire un dangereux terroriste d’obédience islamiste.

Mais si vous réussissez quand même à gober toutes ces règles iniques, continuez alors à vous informer auprès de nos médias. Sinon rabattez-vous sur d’autres moyens de communication comme les journaux Libanais francophones ou d’Afrique du Nord via l’Internet, dans l’attente d’Aljazeera International, qui émettra incessamment, mais seulement en Anglais. Et jusqu’à nouvel ordre, pour les francophones épris de justice, c’est vraiment navrant.
__________________________________________________________________

Ajouter le 10-02-2009
Kouchner : Péan parle, et quitte le plateau
http://www.dailymotion.com/video/k40lDHsUkeML02WmJA
_____________________________________
Ajouter le 07-03-2009 roll
Le procès de Bernard Kouchner 1ère partie
http://www.dailymotion.com/video/k3foLodA0SDUv5WaFg
Le procès de Bernard Kouchner, 2ème partie
http://www.dailymotion.com/video/k6TH1i7dCTbm01WaIV
_____________________________________
Ajouter le 12-06-2009
http://www.dailymotion.com/user/tchels0 … ur-arte-12
http://www.dailymotion.com/user/tchels0 … ur-arte-22

Dernière modification par Osi007 (07-08-2012 09:38:25)

Hors ligne

 

#21 27-09-2008 17:34:38

NingúnOtro
Membre
Message n°4924
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Tout à fait d'accord avec vos derniers commentaires, OSI007... je developpe moi-même la théorie de la pathologie généralisée dans un effort d'expliquer les circonstances actuelles en dehors des clivages obsolètes droite-gauche... par un retour à l'analyse des stratégies de survie des le début de l'humanité (les mêmes circonstances, beaucoup moins de complications pour comprendre la situation due à l'inéxistance alors de tout un vocabulaire aujourd'hui empoissonné et inservible).

La pathologie que vous cherchez à mettre en avant est celle de la "logique déprédatrice" qui mança dans ces temps préterites de faire l'analyse de sa viabilité à long terme. Depuis le temps (générations et générations) qu'elle à pu s'établir sans trop d'inconvénients... c'est aujourd'hui, quand elle ne trouve plus de territoires vierges ou se déployer sans nuire d'autres... que sa nature déprédatrice devient irréfutable, mais que le fait qu'elle oppose en compétence ouverte pour les peu de ressourcesv restantes à plusieurs groupes puissants qui ne peuvent arreter de faire ce qu'ils font sans accepter une défaite compétitive de la main de ceux qui ne voudront pas s'arreter... fait hautement improbable que ce système pathologique puisse s'arreter SANS INTERVENTION EXTERNE. Ce qu'il nous faut c'est donc que les peuples abandonnent cette compétitivité por établir une puissance EXTERNE qui puisse intervenir.

Nous ne pouvons les obliger aujourd'hui à s'arreter, parce-qu'ils sont trop forts... mais nous pouvons étudier la logique qui les alimente et couper le robinet dans la base... en constituant aunsi une force alternative, pas compétitive, qui prendra de la force jusqu'a qu'elle soit en mesure d'exercer assez de force pour les obliguer TOUS à s'arreter, à abandonner cette course folle ou ils n'ont plus d'autres enemis ni menace qu'eux-mêmes les uns envers les autres.

Voyez par exemple le caos économique actuel... la crise des subprimes et celle des ventes à court terme en spéculant sur les pertes à la même origine... mettre en place des instruments d'accumulation de bénéfices performants à la limite... en pariant "pile, je gagne; face, tout le monde perds".

Bien, encore une fois tout le monde à perdu... mais malins eux, ils ont déjà prévu que se soit le contribuable qui paie les pots cassés, pour que eux ils perdent le moins possible et puissent continuer avec les plus de garanties possibles cette course folle à laquelle ils ne peuvent renoncer.

Voilà que maintenant les chinois décident qu'ils ne peuvent pas se permettre de limiter leur compétitivité, même si tout devient encore plus malsain...


Cette loi du pardon que vous mentionnez, je la contemple bien, évidamment, mais elle suit du traitement rationnel et éthique de la situation quand on s'y prend d'une manière correcte... elle n'à pas besoin d'être mentionné aussi explicitement...

C'est à ce point que notre projet devient aussi plutôt incompatible avec la plupart des gauches qui poursuivent la suprématie du prolétariat... parce-que cela reviendrait à remplacer une pathologie par une autre pathologie qui est aussi nuisible... même si elle n'à pas pu fournir ces preuves à une echelle aussi vaste que le capitalisme par manque d'opportunité.


Pas facile, en tout cas, de pouvoir parler franchement sans se faire égorcher tant par les uns que par les autres.

Hors ligne

 

#22 28-09-2008 12:54:11

Osi007
Membre
Message n°4934
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

L'interview suivant est   révélatrice de notre monde, Jean Ziegler  est gentil  de les nommer" les cosmocrates", "Les Pathocrates"  semble plus proche de la réalité.
_________

Jean Ziegler : "Nous allons vers une reféodalisation du monde"

Dans son nouvel essai, L'Empire de la honte (Fayard), qui paraît le 10 mars, le sociologue et intellectuel subversif genevois - aujourd'hui rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation de la commission de l'ONU pour les droits de l'homme - part à l'attaque des "sociétés transcontinentales privées". Accusées d'entretenir la famine, de détruire la nature et de subvertir la démocratie, elles étendent leur emprise sur le monde et veulent réduire à néant les conquêtes des Lumières. Pour leur résister, il faut retrouver l'esprit de la Révolution française et relever la tête, comme le fait déjà au Brésil le président Lula da Silva.


Votre livre s'intitule L'Empire de la honte. Quel est cet empire ? Pourquoi "de la honte" ? Quelle est cette honte?

Jean Ziegler : Dans les favelas du nord du Brésil, il arrive aux mères, le soir, de mettre de l'eau dans la marmite et d'y déposer des pierres. A leurs enfants qui pleurent de faim elles expliquent que "bientôt le repas sera prêt…", tout en espérant qu'entre-temps les enfants s'endormiront.
Mesure-t-on la honte éprouvée par une mère devant ses enfants martyrisés par la faim et qu'elle est incapable de nourrir?

Or l'ordre meurtrier du monde - qui tue de faim et d'épidémie 100 000 personnes par jour - ne provoque pas seulement la honte chez ses victimes, mais aussi chez nous, Occidentaux, Blancs, dominateurs, qui sommes complices de cette hécatombe, conscients, informés et, pourtant, silencieux, lâches et paralysés.
L'empire de la honte? Ce pourrait être cette emprise généralisée du sentiment de honte provoqué par l'inhumanité de l'ordre du monde. En fait, il désigne l'empire des entreprises transcontinentales privées, dirigées par les cosmocrates. Les 500 plus puissantes d'entre elles ont contrôlé l'an passé 52 % du produit mondial brut, c'est-à-dire de toutes les richesses produites sur la planète.

Dans votre livre, vous parlez d'une "violence structurelle". Qu'entendez-vous par là ?

Jean Ziegler : Dans l'empire de la honte, gouverné par la rareté organisée, la guerre n'est plus épisodique, elle est permanente. Elle ne constitue plus une crise, une pathologie, mais la normalité. Elle n'équivaut plus à l'éclipse de la raison - comme le disait Horkheimer -, elle est raison d'être même de l'empire. Les seigneurs de la guerre économique ont mis la planète en coupe réglée. Ils attaquent le pouvoir normatif des Etats, contestent la souveraineté populaire, subvertissent la démocratie, ravagent la nature, détruisent les hommes et leurs libertés. La libéralisation de l'économie, la "main invisible" du marché sont leur cosmogonie ; la maximalisation du profit, leur pratique. J'appelle violence structurelle cette pratique et cette cosmogonie.

Parlez également d'une "agonie du droit". Que veut dire cette formule?

Jean Ziegler : Désormais, la guerre préventive sans fin, l'agressivité permanente des seigneurs, l'arbitraire, la violence structurelle règnent sans entraves. La plupart des barrières du droit international s'effondrent. L'ONU elle-même est exsangue. Les cosmocrates sont au-dessus de toute loi. Mon livre fait le récit de l'effondrement du droit international, citant de nombreux exemples tirés directement de mon expérience de rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l'alimentation.

Vous qualifiez la famine d'"arme de destruction massive". Quelles solutions préconisez-vous?

Jean Ziegler : Avec la dette, la faim est l'arme de destruction massive qui sert aux cosmocrates à broyer - et à exploiter - les peuples, notamment dans l'hémisphère Sud. Un ensemble complexe de mesures, immédiatement réalisable et que je décris dans le livre, pourrait rapidement mettre un terme à la faim. Il est impossible de les résumer en une phrase. Une chose est certaine : l'agriculture mondiale, dans l'état actuel de sa productivité, pourrait nourrir le double de l'humanité d'aujourd'hui. Il n'existe donc aucune fatalité: la faim est faite de main d'homme.

Certains pays sont écrasés, dites-vous, par une "dette odieuse". Qu'entendez-vous par "dette odieuse" et quelles solutions préconisez-vous ?

Jean Ziegler : Le Rwanda est une petite république paysanne de 26 000 km2, située sur la crête de l'Afrique centrale séparant les eaux du Nil et du Congo, et cultivant le thé et le café. D'avril à juin 1994, un génocide effroyable, organisé par le gouvernement hutu allié à la France de François Mitterrand, a provoqué la mort de plus de 800 000 hommes, femmes et enfants tutsis. Les machettes ayant servi au génocide ont été importées de Chine et d'Egypte, et financées, pour l'essentiel, par le Crédit Lyonnais. Aujourd'hui, les survivants, des paysans pauvres comme Job, doivent rembourser aux banques et aux gouvernements créanciers jusqu'aux crédits qui ont servi à l'achat des machettes des génocidaires. Voilà un exemple de dette odieuse. La solution passe par l'annulation immédiate et sans contrepartie ou, pour commencer, par un audit de celle-ci, comme le préconise l'Internationale socialiste ou comme l'a fait au Brésil le président Lula, pour ensuite la renégocier poste par poste. Dans chaque poste, il y a en effet des éléments délictueux – corruption, surfacturation, etc. - qui doivent être réduits. Des sociétés internationales d'audit, comme PriceWaterhouseCooper ou Ernst & Young, peuvent tout à fait s'en charger, comme elles se chargent, chaque année, de vérifier les comptes des multinationales.

Vous citez à plusieurs reprises le président Lula da Silva comme modèle. Qu'est-ce qui vous inspire cette considération dans son action?

Jean Ziegler : J'éprouve à la fois de l'admiration et de l'inquiétude en considérant les objectifs politiques et l'action du président Lula : de l'admiration parce qu'il est le premier président du Brésil à accepter de reconnaître que son pays compte 44 millions de citoyens gravement et en permanence sous-alimentés et à vouloir mettre un terme à cette situation inhumaine ; de l'inquiétude, aussi, parce qu'avec une dette extérieure de son pays de 235 milliards de dollars Lula n'a pas les moyens d'en finir avec cette situation.

Dans votre livre vous parlez également d'une "reféodalisation du monde". Qu'entendez-vous par là?

Jean Ziegler : Le 4 août 1789, les députés de l'Assemblée nationale française ont aboli le régime féodal. Leur action a eu un retentissement universel. Or, aujourd'hui, nous assistons à un formidable retour en arrière. Le 11 septembre 2001 n'a pas seulement fourni à George W. Bush l'occasion d'étendre l'emprise des Etats-Unis sur le monde, l'événement a aussi justifié la mise en coupe réglée des peuples de l'hémisphère Sud par les grandes sociétés transcontinentales privées.

Dans votre livre, vous faites très souvent référence à la Révolution française et à certains de ses protagonistes (Danton, Babeuf, Marat…) : en quoi estimez-vous qu'elle a encore quelque chose à apporter, deux siècles après et dans un monde bien différent?

Jean Ziegler : Lisez les textes! Le Manifeste des Enragés de Jacques Roux fixe l'horizon de tout combat pour la justice sociale planétaire. Les valeurs fondatrices de la république, mieux, de la civilisation tout court, datent de l'époque des Lumières. Or l'empire de la honte détruit jusqu'à l'espérance de la concrétisation de ces valeurs.


Dans votre livre, vous reprochez à la guerre globale contre le terrorisme de détourner des ressources nécessaires à d'autres combats plus importants, comme celui contre la faim. Pensez-vous que le terrorisme soit une fausse menace, cultivée par quelques Etats ? Si oui, qu'est-ce qui vous le fait penser ? Pensez-vous que cette menace n'est pas réelle ou qu'elle mérite un traitement différent?

Jean Ziegler : Le terrorisme d'Etat des Bush, Sharon, Poutine… est aussi détestable que le terrorisme groupusculaire du Djihad islamique ou d'autres fous sanguinaires de ce type. Ce sont les deux faces d'une même barbarie. Elles sont bien réelles l'une et l'autre, puisque Bush tue et que Ben Laden tue. Le problème est l'éradication du terrorisme : il ne peut se faire que par un bouleversement total de l'empire de la honte. La justice sociale planétaire seule pourra couper les djihadistes de leurs racines et priver les laquais des cosmocrates des prétextes de leurs ripostes.

En 2002, vous avez été nommé rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation. Quelle réflexion avez-vous tiré de cette mission ?

Jean Ziegler : Mon mandat est passionnant : dans une totale indépendance - responsable devant l'Assemblée générale de l'ONU et la commission des droits de l'homme -, je dois rendre justiciable, par le droit statutaire ou conventionnel, un nouveau droit de l'homme : le droit à l'alimentation. C'est un travail de Sisyphe ! Il progresse millimètre par millimètre. Le lieu essentiel de ce combat, c'est la conscience collective. Longtemps, la destruction des êtres humains par la faim a été tolérée dans une sorte de normalité glacée. Aujourd'hui, elle est considérée comme intolérable. L'opinion fait pression sur les gouvernements et les organisations interétatiques (OMC, FMI, Banque mondiale, etc.) afin que des mesures élémentaires soient prises pour abattre l'ennemi : réforme agraire dans le tiers-monde, prix convenables payés pour les produits agricoles du Sud, rationalisation de l'aide humanitaires en cas de brusques catastrophes, fermeture de la Bourse des matières premières agricoles de Chicago, qui spécule à la hausse sur les principaux aliments, lutte contre la privatisation de l'eau potable, etc.

Dans votre livre, vous apparaissez comme un défenseur de la cause "altermondialiste", voire comme un porte-parole de ce mouvement. Comment se fait-il que vous interveniez si rarement dans les manifestations "alter" et que l'on ne vous considère généralement pas comme un intellectuel "alter" ?

Jean Ziegler : Comment donc ? J'ai parlé devant 20 000 personnes au "Gigantino" de Porto Alegre en janvier 2003. Je me sens comme un intellectuel organique de la nouvelle société civile planétaire, de ses multiples fronts de résistance, de cette formidable fraternité de la nuit. Mais je reste fidèle aux principes de l'analyse révolutionnaire de classe, à Jacques roux, Babeuf, Marat et Saint-Just.

Vous semblez attribuer tous les malheurs du monde aux multinationales et à une poignée d'Etats (Etats-Unis, Russie, Israël…) : n'est-ce pas un peu réducteur ?

Jean Ziegler : L'ordre du monde actuel n'est pas seulement meurtrier, il est également absurde. Il tue, détruit, massacre, mais il le fait sans autre nécessité que la recherche du profit maximal pour quelques cosmocrates mus par une obsession du pouvoir, une avidité illimitée.
Bush, Sharon, Poutine ? Des laquais, des auxiliaires. J'ajoute un post-scriptum sur Israël : Sharon n'est pas Israël. Il est sa perversion. Michael Warshavski, Lea Tselem, les "Rabbins pour les droits de l'homme" et maintes autres organisations de résistance incarnent le véritable Israël, l'avenir d'Israël. Ils méritent notre totale solidarité.

Pensez-vous que la morale a sa place dans les relations internationales, qui sont plutôt dictées par les intérêts économiques et géopolitiques ?

Jean Ziegler : Il n'y a pas le choix. Ou bien vous optez pour le développement et l'organisation normative ou bien vous choisissez la main invisible du marché, la violence du plus fort et l'arbitraire. Pouvoir féodal et justice sociale sont radicalement antinomiques.
"En avant vers nos racines", exige le marxiste allemand Ernst Bloch. Si nous ne restaurons pas de toute urgence les valeurs des Lumières, la République, le droit international, la civilisation telle que nous l'avons bâtie depuis deux cent cinquante ans en Europe vont être recouverts, engloutis par la jungle.

Depuis le départ des talibans, le Moyen-Orient et le monde arabo-musulman semblent parcourus par une vague de démocratisation plus ou moins spontanée (élections en Afghanistan, en Irak, en Palestine, ouverture de la présidentielle à d'autres candidats en Egypte…). Comment jugez-vous cela et pensez-vous que la démocratie puisse s'exporter dans ces pays ? Ou croyez-vous qu'ils sont condamnés à avoir des régimes despotiques ?

Jean Ziegler : Il ne s'agit pas "d'exporter la démocratie". Le désir d'autonomie, de démocratie, de souveraineté populaire est consubstantiel à l'être humain, quelle que soit la région du monde où il est né. Mon ami le grand sociologue syrien Bassam Tibi veut une existence en démocratie et y a droit. Or, depuis trente ans, il vit en Allemagne, en exil de la dictature effroyable qui sévit dans son pays. Elias Sambar, écrivain palestinien, un autre de mes amis, a droit à une Palestine libre et démocratique, non pas à une Palestine occupée, ni à une vie sous la férule d'islamistes obscurantistes. Tibi, Sambar et moi voulons la même chose et y avons droit : la démocratie. Le problème: la guerre froide, l'instrumentalisation des régimes en place par les grandes puissances, enfin la lâcheté des démocrates occidentaux, leur manque de solidarité active et réelle font que les tyrans du Moyen-Orient, d'Arabie Saoudite, d'Egypte, de Syrie, du Golfe, d'Iran ont pu durer jusqu'à aujourd'hui.

Dernière modification par Osi007 (28-09-2008 13:23:41)

Hors ligne

 

#23 29-09-2008 15:51:16

Osi007
Membre
Message n°4944
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

04-09-2012
Source:La Parenthèse Enchantée (1/11) : Un certain 10 septembre 2001
http://www.reopen911.info/News/2012/07/ … mbre-2001/
Kevin Ryan (1/2) : De la rénovation à la révolution – Le Pentagone a-t-il été attaqué de l’intérieur ?
http://www.reopen911.info/News/2012/09/ … interieur/
http://insolente.net/wp-content/uploads/2012/08/Parenthese-OrgHD-120815-w.jpg


________________________________________________________________________________
07-08-2012
Guerre à la terreur : Vous ne l’avez pas remarqué, mais al-Qaïda est maintenant notre alliée !

source:http://www.reopen911.info/News/2012/08/03/guerre-a-la-terreur-vous-ne-lavez-pas-remarque-mais-al-qaida-est-maintenant-notre-alliee/

________________________________________________________________________________
Ajouter le 13-07-2009
Humour

Bigard : 11 Septembre - Je ne nie pas le 11 Septembre
http://www.youtube.com/watch?v=gDSTxHcTKUU

Bigard : 11 Septembre - La Conférence de Presse
http://www.youtube.com/watch?v=gaSvTFytgsg

Bigard 11 Septembre : Les chasseurs américains
http://www.dailymotion.com/video/x9thju … eurs-a_fun

Les passeports magiques (vidéo juillet 2009)
http://www.dailymotion.com/video/x9r2vt … eports_fun

Bigard & 9/11 - 3d episode: the missing videos
http://www.dailymotion.com/video/x9wd5z … ing-v_news

Bigard & le 11 Septembre : 4. Monsieur Silverstein
http://www.youtube.com/watch?v=sbAeSmytY_o
http://www.youtube.com/user/JeanMarieBigard1

Bigard & le 11 Septembre : 5. Bush à l'école
http://www.youtube.com/watch?v=4LomdoF_z4U

Bigard & le 11 Septembre : 6. Ben Laden en mobylette
http://www.youtube.com/watch?v=_frlm6nTtGA

Bigard & le 11 Septembre : 7. La chute des tours
http://www.youtube.com/watch?v=uWkFtfj0qJc

Bigard & le 11 Septembre : 8. Les pirates de l'air
http://www.youtube.com/watch?v=FxLWgRI55C0

Bigard & le 11 Septembre : 9. L'avion de Chanceville
http://www.youtube.com/watch?v=y75O4k85UAA

Bigard & le 11 Septembre : 10. Guantanamo
http://www.youtube.com/watch?v=XF6SdcoyK3Y

Bigard & le 11 Septembre : 11. Dernier épisode
http://www.youtube.com/watch?v=oqfdlETQJRg

___________________________________________________________________________________________________________
Ajouter le 13-07-2009
Source: http://www.voltairenet.org/article160943.html
Un vidéaste de la FEMA, présent à Ground Zero rend public son témoignage

___________________________________________

Ajouter le 27-11-2008
http://www.dailymotion.com/video/x7a1dp … demolition

___________________________________________
Ajouter le 8-02-2009

http://www.jp-petit.org/Presse/ARMES/Ay … nniste.pdf
___________________________________________
Ajouter le 12-02-2009
Attentat 7/7/2005
http://video.google.co.uk/videoplay?doc … 7776&q

http://www.dailymotion.com/relevance/se … wtc-7_news
___________________________________________
Ajouter le 27-02-2009
Aymeric Chauprade
http://www.dailymotion.com/video/k28yS1qwOjfQUTXhIG
http://www.dailymotion.com/video/k3XiKviw4YI9z1XXn9

___________________________________________
Le 11 septembre 2001 : une provocation mondiale 
Source: http://www.voltairenet.org/article159301.html
___________________________________________
Ajouter le 7-04-2009
Commentaire:
Cette recherche indépendante était cordonnée par deux physiciens: Frédéric Henry-Couannier en France [*1] , Mark Basile dans le New Hampshire. La coordination se basait par la collecte des débris sur place  en analysant par les différentes méthodes spectrométriques afin d'identifier la composition moléculaire de la  réaction chimique aluminothermie extrêmement exothermique[*2] en jeu(Fe2O3 + 2 Al → 2Fe + Al 2O33) .Cette démarche résulta aussi de l'intervention du professeur Steve Jones[*3] au colloque du  département physique de  l'université  Utah en 2008.   




Active Thermitic Material Discovered in Dust from the 9/11 World Trade Center Catastrophe
pp.7-31 (25) Authors: Niels H. Harrit, Jeffrey Farrer, Steven E. Jones, Kevin R. Ryan, Frank M. Legge, Daniel Farnsworth, Gregg Roberts, James R. Gourley, Bradley R. Larsen
Abstract:

We have discovered distinctive red/gray chips in all the samples we have studied of the dust produced by the destruction of the World Trade Center. Examination of four of these samples, collected from separate sites, is reported in this paper. These red/gray chips show marked similarities in all four samples. One sample was collected by a Manhattan resident about ten minutes after the collapse of the second WTC Tower, two the next day, and a fourth about a week later. The properties of these chips were analyzed using optical microscopy, scanning electron microscopy (SEM), X-ray energy dispersive spectroscopy (XEDS), and differential scanning calorimetry (DSC). The red material contains grains approximately 100 nm across which are largely iron oxide, while aluminum is contained in tiny plate-like structures. Separation of components using methyl ethyl ketone demonstrated that elemental aluminum is present. The iron oxide and aluminum are intimately mixed in the red material. When ignited in a DSC device the chips exhibit large but narrow exotherms occurring at approximately 430 °C, far below the normal ignition temperature for conventional thermite. Numerous iron-rich spheres are clearly observed in the residue following the ignition of these peculiar red/gray chips. The red portion of these chips is found to be an unreacted thermitic material and highly energetic.

Keywords: JScanning electron microscopy, X-ray energy dispersive spectroscopy, Differential scanning calorimetry, DSC analysis, World Trade Center, WTC dust, 9/11, Iron-rich microspheres, Thermite, Super-thermite, Energetic nanocomposites, Nano-thermite
Affiliation: Department of Chemistry, University of Copenhagen, Copenhagen, DK-2100, Denmark.

Source: http://www.bentham-open.org/pages/gen.p … 7TOCPJ.pdf

[*1] Physicien Frédéric Henry-Couannier
http://www.darksideofgravity.com/11%20S … 02001.html
Auteurs (équipe internationale et de différents labos):N.H. Harrit (université de Copenhague est un expert en nano-chimie. http://cmm.nbi.ku.dk) ,  Jeffrey Farrer (BYU, direction labo de microscopie par transmission electronique), Steven E. Jones, Kevin R. Ryan, Frank M. Legge, Daniel Farnsworth, Gregg Roberts, James R. Gourley, Bradley R. Larsen
L'article se termine par la phrase: "Basé sur ces observations nous concluons que la couche rouge des chips gris/rouge que nous avons découverts dans la poussière du WTC est un matériau thermitique actif n'ayant pas réagi , incorporant de la nanotechnologie et est un matériau explosif ou incendiaire (pyrotechnique) hautement énergétique."

En bref, le papier explose la théorie officielle selon laquelle aucune preuve n'existe de matériaux explosifs/incendiaires dans les immeubles du WTC.

[*2] En chimie et en physique une réaction ou un phénomène est dit exothermique si il produit de la chaleur. Cette chaleur dégagée brutalement peut contribuer à l'emballement de la réaction qui devient alors explosive.
http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9action_exothermique


[*3] http://www.youtube.com/watch?gl=FR& … wVLeKwSkXA
__________________________________________
Ajouter le 02-05-2009
Selon 9 scientifiques, la poussière des ruines du World Trade Center contenait un mélange aluminothermique actif
source:
http://www.reopen911.info/News/2009/04/ … que-actif/
http://www.dailymotion.com/video/x92lw5 … -expl_news

*** Après ***

Démission de la rédactrice en chef du « Open Chemical Physics journal » suite à la publication de l’article sur la nanothermite retrouvée dans la poussière du World Trade Center
Source:
http://www.reopen911.info/News/2009/04/ … de-center/

****Après****
Ajouter le  24-05-2009
Joe Biden (Vice président )  face aux preuves d’explosifs utilisés le 11/09
Source: http://www.reopen911.info/News/2009/05/ … s-le-1109/
[...]

"J’aimerais vous demander quel rôle fondamental pourrait avoir la restauration de l’état de droit pour revigorer notre économie, car … car il y a un article scientifique qui vient d’être publié, et je ne sais pas si vous le savez, mais il conclut qu’on a fait exploser le WTC avec des explosifs de nouvelle génération, et cela aurait dû faire et devrait continuer à faire la première page des journaux. Alors la question que je vous pose, c’est quand allez-vous, vous et Monsieur Obama, demander au ministère de la Justice de lancer une enquête criminelle pour savoir qui a fabriqué cette nano-thermite, et pour savoir qui l’a placée dans le WTC ?"
"Et si vous ne le faites pas, comment nous, le peuple américain, nous pourrions vous faire confiance pour remettre notre économie sur pied, si on ne peut pas vous faire confiance pour restaurer l’état de droit ?"
"Monsieur, allez-vous ouvrir une enquête ?  Êtes-vous complice de la trahison qu’est le cover-up du 11/9, et allez-vous éclaircir tout ça ? Monsieur le Vice Président, selon l’article 3, section 3 de la constitution, ceci est une trahison !"
[...]
___________________________________________
JPP:"Kennedy ne serait-il pas traité de nos jours de " conspirationniste ", en particulier par notre gentille presse français, si neutre, si objective, si ... compétente ?"

http://www.dailymotion.com/video/x48czq … s_politics

Paroles de J.K.Kennedy devant des représentants de la presse américaine :

   Je voudrais vous parler de notre responsabilité commune face à un danger qui nous concerne tous. Les événements des dernières semaines nous ont amené à percevoir cet enjeu. Mais les dimensions du problème sont apparues de manière imminente à l'horizon des prochaines années. Quels que soit nos espérances pour le futur, s'agissant de réduire une menace ou de vivre avec elle, il est impossible d'éviter l'actuel défi qui concerne notre sécurité et notre survie, un défi qui se présente de manière inhabituelle dans toutes les sphères de l'activité humaine.

  La question de la survie de notre société font apparaître deux nécessités, qui concernent à la fois le Président et la presse, deux gageures qui peuvent sembler contradictoires mais qui peuvent être conjugés et remplies si nous nous groupons face à ce péril national. Je me réfère ici à l'importance d'informer largement le public et à la nécessité de refuser la politique officielle du secret.

Le simple mot de secret est inacceptable dans une société libre et ouverte. Et nous sommes en tant que peuple intrinsèquement et historiquement opposés aux sociétés secrètes, aux serments secrets, aux réunions secrètes. Nous avons décidé il y a longtemps que les dangers de la dissimulation excessive et injustifiée de faits pertinents depassent de loin les dangers que l'on cite pour les justifier. Même aujourd'hui il est peu justifié de resister à la menace d'un société fermée (totalitaire?) tout en imitant ses restrictions arbitraires. Même aujoud'hui, il est peu justifié d'assurer la survie de notre nation si nos traditions ne survivent pas avec elle. Et il y a un danger très grave qu'un besoin annoncé de sécurité accrue soit l'opportunité que saisiront ceux soucieux d'éttendre sa portée aux limites extrêmes de la dissimulation et de la censure officielle. Voilà ce que je n'ai pas l'intention de laisser faire dans la mesure où j'en ai le contrôle. Et aucun officiel de mon administration, quelque soit son rang, civil ou militaire, ne devrait interpréter mes paroles ici ce soir comme une justification pour censurer la presse, étouffer la dissidence, cacher nos erreurs ou taire au public et à la presse les faits qu'ils méritent de savoir.

Mais je demande à tout publiciste, tout éditeur, tout journaliste dans ce pays de rééxaminer ses propres principes moraux et de reconnaître la nature du péril qui menace notre pays. En temps de guerre, le gouvernement et la presse ont traditionellement mis en commun leurs efforts reposant largement sur l'auto-discipline, pour empêcher la divulgation d'informations non-autorisées à l'ennemi. En temps de danger "clair et présent", les tribunaux ont maintenu que même les droits privilégiés du premier ammendement doivent céder devant le besoin commun de sécurité nationale.

Aujourd'hui, aucune guerre n'a été déclarée, et aussi féroce le combat puisse t'il être, elle pourrait bien ne jamais se déclarer à la façon habituelle. Notre mode de vie est attaqué. Ceux qui se veulent nos ennemis progressent partout dans le monde. LA survie de nos amis est menacée. Et pourtant, aucune guerre n'a été déclarée, aucune frontière n'a été franchie par des troupes en marche, aucun missile n'a été tiré.

Si la presse attend une déclaration de guerre avant d'imposer l'auto-discipline qui s'impose dans ces conditions, alors peux seulement dire qu'aucune guerre n'a jamais autant menacé notre sécurité. Si vous attendez une situation de de "danger clair et actuel", alors je peux seulement dire que le danger n'a jamais été aussi clair et sa présence plus imminente.

Cela requiert un changement de perspective, un changement de tactique , un changement de missions, par le gouvernement, par le peuple, par tout homme d'affaire ou chef d'entreprise et par tout journaliste. Car nous sommes confrontés dans le monde à une conspiration monolithique et implacable qui repose essentiellement sur des moyens secrets pour ettendre sa sphère d'influence (de l'inflitration plutot que de l'invasion, de la subversion plutôt que des élections, de l'intimidation plutot que du choix libre, des guerillas de nuit plutot que des armées en plein jour).

C'est un système qui a mobilisé de vastes ressources humaines et matérielles dans la construction d'une machinerie très efficace et au maillage très serré qui combine opérations militaires, diplomatiques, de renseignement, économiques, scientifiques et politiques.

Ses plans sont dissimulés, non publiés. Ses erreurs sont cachées, non affichées. Ses dissidents sont réduits au silence, pas complimentés. Aucune dépense n'est mise en question, aucune rumeur n'est imprimée, aucun secret révélé. Il conduit la guerre froide, bref, avec une discipline de temps de guerre aucune démocratie ne pourrait jamais esperer ou désirer bien se porter.

Cependant, toute démocratie reconnait les restrictions nécessaires liées à la sécurité nationale ( et la question demeure de savoir si ces restrictions doivent être plus strictement observées si nous devons faire face à ce genre d'attaque et d' incontestable invasion.)

A vrai dire c'est un fait que les ennemis de cette nation se sont ouvertement vantés d'acquérir dans nos journaux les informations qu'ils auraient du obtenir dans le cas contraire en engageant des agents, par le vol, la corruption et l'espionnage; que les détails des plans secrets de cette nation pour contrer les opérations secrètes de l'ennemi ont été mis à la portée de chaque lecteur de journal, ami autant qu'ennemi; que les effectifs , la puissance, l'emplacement et la nature de nos forces et armes, et nos plans et stratégie pour leur utilisation ont tous été précisés dans la presse et autres médias à un degré suffisant pour satisfaire n'importe quelle puissance étrangère; Et que dans au moins un cas, la publication de détails concernant un mécanisme secret par lequel les satellites étaient suivis, a demandé son altération au prix de beaucoup de temps et d'argent.

Les journaux qui ont imprimés ces histoires étaient loyals, patriotiques, responsables et de bonne volonté. Si nous avions été engagés dans une guerre ouverte, ils n' auraient sans aucun doute pas publiés ces faits. Mais en l'absence de guerre ouverte, ils ne reconnaissaient que les contrôles du journalisme et non ceux de la sécurité nationale. Et la question que je pose ce soir est de savoir si des contrôles additionnels ne devraient pas être adoptés maintenant.

A vous seuls d'y répondre. Aucun officiel ne devrait le faire à votre place. Aucun plan gouvernemental ne devrait imposer ses restrictions contre votre volonté. Mais je manquerais à mon devoir envers la nation, considérant toutes les responsabilités que nous assumons maintenant et tous les moyens dont nous disposons pour remplir ces responsabilités, si je n'attirais pas votre attention sur ce problème et ne conseillais vivement sa considération réfléchie.

En de nombreuses occasions auparavant, j'ai dit (et vos journaux ont constamment dit) que nous sommes en des temps qui font appel au sens du sacrifice et à l'auto-discipline de chaque citoyen. Ils demandent que chaque citoyen mette en balance ses droits et son confort avec ses obligations au bien commun. Je ne peux pas croire maintenant que
ces citoyens qui travaillent dans le journalisme se considèrent non concernés par cet appel.

je n'ai pas l'intention de mettre en place un nouveu bureau de l'information sur la guerre pour canaliser le flot des nouvelles. Je ne suggère pas de quelconque nouvelles formes de censure ou quelconque nouveau types de classification pour le secret. Je n'ai pas de réponse évidente au dilemme que j'ai soulevé, et ne chercherais pas à l'imposer si j'en avais une. Mais je demande aux membres de la profession journalistique et de l'industrie dans ce pays de réexaminer leurs propres responsabilités, de considérer le degré et la nature du danger présent, et de respecter le devoir d' auto-restriction
que ce danger nous impose à tous.

Tout journal maintenant se demande, par rapport à chaque histoire: "S'agit il de nouvelles informations?". Tout ce que je suggère est que vous ajoutiez la question: "Est ce dans l'intéret de la sécurité nationale". Et j'espère que tout groupe en Amérique (associations et hommes d'affaire et officiels à tous niveaux) poseront la même question des
efforts à accomplir, et soummetront leurs actions aux mêmes justes contrôles.

Et si la presse américaine considérait et recommandait la mise en place volontaire de nouveaux éléments spécifiques dans les rouages du gouvernement, je peux vous assurer que nous
coopérerons de tout coeur et prendrons en considération ces recommandations.

Peut être n'y aura t'il pas de recommandations. Peut être n'y a t'il pas de réponse au dilemne auquel se trouve confrontée une société libre et ouverte dans une guerre froide et secrete. En temps de paix, toute discussion sur ce sujet, et toute action qui en résulte, sont à la fois douloureuses et inédites. Mais nous vivons un temps de paix et de péril tel qu'on n'en connu pas de précédent dans l'histoire.


C'est la nature sans précédent de ce défi qui aussi exige de vous de répondre à une deuxième obligation, une obligation que je partage. et c'est celle d'informer et d'alerter le peuple américain, de s'assurer qu'il possède tous les éléments d'information nécessaires et qu'il les comprenne également (les périls, les perspectives, les objectifs, de notre programme et les choix qui se présentent à nous.)

Aucun président ne devrait craindre que le public ne scrute son programme. Car cet examen approfondi permet la compréhension. Et la compréhension autorise le soutien ou l'opposition. Les deux sont nécessaires. Je ne demande pas à vos journaux de soutenir l'administration mais je demande votre aide dans la tâche énorme d'informer et d'alerter le peuple américain. Car j'ai toute confiance en la réponse et le dévouement de nos citoyens dès qu'ils sont pleinement informés.

Non seulement je ne pourrais pas réprimer la controverse entre vos lecteurs, mais je dis qu'elle est la bienvenue. Cette administration a l'intention d'être franche concernant ses erreurs car comme un homme sage a dit un jour: "une erreur ne devient une faute que lorsqu'on refuse de la corriger". Nous avons l'intention de prendre la pleine responsabilité de nos erreurs. Et nous attendons de vous que vous les pointiez du doigt quand nous manquerons à cet engagement.

Sans débat, sans critique, aucune administration et aucun pays ne peuvent réussir, et aucune république ne peut survivre. c'est pourquoi Solon le législateur Athénien décréta que c'était un crime qu'un citoyen se dérobe à la controverse. Et c'est pourquoi notre presse fut protégée par le premier amendement (le seul business en Amérique spécifiquement protégé par la constitution) pas en premier lieu pour amuser ou divertir, pas pour exacerber le trivial et le sentimental, pas pour simplement "donner au public ce qu'il veut", mais pour informer, stimuler, réfléchir, faire état des dangers et opportunités,
montrer nos crises et nos choix pour mener, façonner, éduquer et parfois même provoquer la colère de l'opinion publique.

Cela signifie une plus vaste couverture et analyse des nouvelles internationales (car elle n'est plus lointaine et étrangère mais à portée de main et locale). Cela signifie une attention accrue à une compréhension améliorée des actualités autant qu'une meilleure transmission. Et cela signifie, enfin, que le gouvernement à tous les niveaux, doit remplir son obligation de vous fournir l'information la plus complète possible en dehors des limites les plus étroites de la sécurité nationale (et nous avons l'intention de le faire). C'est au tout début du 17 ème siècle que Francis Bacon remarqua trois inventions récentes qui étaient déjà en train de transformer le monde: la boussole (compas?), la poudre à canon et la machine à imprimer. MAintenant le lien entre les nations qui a été d'abord accompli par la boussole a fait de nous tous des citoyens du monde les espoirs et les craintes d'un seul devenant les espoirs et les craintes de tous. Tandis que les efforts se poursuivent pour vivre ensemble dans ce monde unique, l'évolution de la poudre à canon jusqu'à ses limites ultimes a mis en garde l'humanité contre les terribles conséquences d'un dérapage.

C'est donc de la machine à imprimer (de la mémoire des actions des hommes, la gardienne de leurs consciences, la messagère de leurs nouvelles) que nous attendons de la force et de l'assistance, qu'elle nous donne confiance qu'avec votre aide l'homme sera ce pourquoi il est né: libre et indépendant.

J.F.Kennedy

Version originale:


Mr. Chairman, ladies and gentlemen:

     I appreciate very much your generous invitation to be here tonight.

     You bear heavy responsibilities these days and an article I read some time ago reminded me of how particularly heavily the burdens of present day events bear upon your profession.

     You may remember that in 1851 the New York Herald Tribune under the sponsorship and publishing of Horace Greeley, employed as its London correspondent an obscure journalist by the name of Karl Marx.

     We are told that foreign correspondent Marx, stone broke, and with a family ill and undernourished, constantly appealed to Greeley and managing editor Charles Dana for an increase in his munificent salary of $5 per installment, a salary which he and Engels ungratefully labeled as the "lousiest petty bourgeois cheating."

     But when all his financial appeals were refused, Marx looked around for other means of livelihood and fame, eventually terminating his relationship with the Tribune and devoting his talents full time to the cause that would bequeath the world the seeds of Leninism, Stalinism, revolution and the cold war.

     If only this capitalistic New York newspaper had treated him more kindly; if only Marx had remained a foreign correspondent, history might have been different. And I hope all publishers will bear this lesson in mind the next time they receive a poverty-stricken appeal for a small increase in the expense account from an obscure newspaper man.

     I have selected as the title of my remarks tonight "The President and the Press." Some may suggest that this would be more naturally worded "The President Versus the Press." But those are not my sentiments tonight.

     It is true, however, that when a well-known diplomat from another country demanded recently that our State Department repudiate certain newspaper attacks on his colleague it was unnecessary for us to reply that this Administration was not responsible for the press, for the press had already made it clear that it was not responsible for this Administration.

     Nevertheless, my purpose here tonight is not to deliver the usual assault on the so-called one party press. On the contrary, in recent months I have rarely heard any complaints about political bias in the press except from a few Republicans. Nor is it my purpose tonight to discuss or defend the televising of Presidential press conferences. I think it is highly beneficial to have some 20,000,000 Americans regularly sit in on these conferences to observe, if I may say so, the incisive, the intelligent and the courteous qualities displayed by your Washington correspondents.

     Nor, finally, are these remarks intended to examine the proper degree of privacy which the press should allow to any President and his family.

     If in the last few months your White House reporters and photographers have been attending church services with regularity, that has surely done them no harm.

     On the other hand, I realize that your staff and wire service photographers may be complaining that they do not enjoy the same green privileges at the local golf courses that they once did.

     It is true that my predecessor did not object as I do to pictures of one's golfing skill in action. But neither on the other hand did he ever bean a Secret Service man.

     My topic tonight is a more sober one of concern to publishers as well as editors.

     I want to talk about our common responsibilities in the face of a common danger. The events of recent weeks may have helped to illuminate that challenge for some; but the dimensions of its threat have loomed large on the horizon for many years. Whatever our hopes may be for the future--for reducing this threat or living with it--there is no escaping either the gravity or the totality of its challenge to our survival and to our security--a challenge that confronts us in unaccustomed ways in every sphere of human activity.

     This deadly challenge imposes upon our society two requirements of direct concern both to the press and to the President--two requirements that may seem almost contradictory in tone, but which must be reconciled and fulfilled if we are to meet this national peril. I refer, first, to the need for a far greater public information; and, second, to the need for far greater official secrecy.

I

     The very word "secrecy" is repugnant in a free and open society; and we are as a people inherently and historically opposed to secret societies, to secret oaths and to secret proceedings. We decided long ago that the dangers of excessive and unwarranted concealment of pertinent facts far outweighed the dangers which are cited to justify it. Even today, there is little value in opposing the threat of a closed society by imitating its arbitrary restrictions. Even today, there is little value in insuring the survival of our nation if our traditions do not survive with it. And there is very grave danger that an announced need for increased security will be seized upon by those anxious to expand its meaning to the very limits of official censorship and concealment. That I do not intend to permit to the extent that it is in my control. And no official of my Administration, whether his rank is high or low, civilian or military, should interpret my words here tonight as an excuse to censor the news, to stifle dissent, to cover up our mistakes or to withhold from the press and the public the facts they deserve to know.

     But I do ask every publisher, every editor, and every newsman in the nation to reexamine his own standards, and to recognize the nature of our country's peril. In time of war, the government and the press have customarily joined in an effort based largely on self-discipline, to prevent unauthorized disclosures to the enemy. In time of "clear and present danger," the courts have held that even the privileged rights of the First Amendment must yield to the public's need for national security.

     Today no war has been declared--and however fierce the struggle may be, it may never be declared in the traditional fashion. Our way of life is under attack. Those who make themselves our enemy are advancing around the globe. The survival of our friends is in danger. And yet no war has been declared, no borders have been crossed by marching troops, no missiles have been fired.

     If the press is awaiting a declaration of war before it imposes the self-discipline of combat conditions, then I can only say that no war ever posed a greater threat to our security. If you are awaiting a finding of "clear and present danger," then I can only say that the danger has never been more clear and its presence has never been more imminent.

     It requires a change in outlook, a change in tactics, a change in missions--by the government, by the people, by every businessman or labor leader, and by every newspaper. For we are opposed around the world by a monolithic and ruthless conspiracy that relies primarily on covert means for expanding its sphere of influence--on infiltration instead of invasion, on subversion instead of elections, on intimidation instead of free choice, on guerrillas by night instead of armies by day. It is a system which has conscripted vast human and material resources into the building of a tightly knit, highly efficient machine that combines military, diplomatic, intelligence, economic, scientific and political operations.

     Its preparations are concealed, not published. Its mistakes are buried, not headlined. Its dissenters are silenced, not praised. No expenditure is questioned, no rumor is printed, no secret is revealed. It conducts the Cold War, in short, with a war-time discipline no democracy would ever hope or wish to match.

     Nevertheless, every democracy recognizes the necessary restraints of national security--and the question remains whether those restraints need to be more strictly observed if we are to oppose this kind of attack as well as outright invasion.

     For the facts of the matter are that this nation's foes have openly boasted of acquiring through our newspapers information they would otherwise hire agents to acquire through theft, bribery or espionage; that details of this nation's covert preparations to counter the enemy's covert operations have been available to every newspaper reader, friend and foe alike; that the size, the strength, the location and the nature of our forces and weapons, and our plans and strategy for their use, have all been pinpointed in the press and other news media to a degree sufficient to satisfy any foreign power; and that, in at least in one case, the publication of details concerning a secret mechanism whereby satellites were followed required its alteration at the expense of considerable time and money.

     The newspapers which printed these stories were loyal, patriotic, responsible and well-meaning. Had we been engaged in open warfare, they undoubtedly would not have published such items. But in the absence of open warfare, they recognized only the tests of journalism and not the tests of national security. And my question tonight is whether additional tests should not now be adopted.

     The question is for you alone to answer. No public official should answer it for you. No governmental plan should impose its restraints against your will. But I would be failing in my duty to the nation, in considering all of the responsibilities that we now bear and all of the means at hand to meet those responsibilities, if I did not commend this problem to your attention, and urge its thoughtful consideration.

     On many earlier occasions, I have said--and your newspapers have constantly said--that these are times that appeal to every citizen's sense of sacrifice and self-discipline. They call out to every citizen to weigh his rights and comforts against his obligations to the common good. I cannot now believe that those citizens who serve in the newspaper business consider themselves exempt from that appeal.

     I have no intention of establishing a new Office of War Information to govern the flow of news. I am not suggesting any new forms of censorship or any new types of security classifications. I have no easy answer to the dilemma that I have posed, and would not seek to impose it if I had one. But I am asking the members of the newspaper profession and the industry in this country to reexamine their own responsibilities, to consider the degree and the nature of the present danger, and to heed the duty of self-restraint which that danger imposes upon us all.

     Every newspaper now asks itself, with respect to every story: "Is it news?" All I suggest is that you add the question: "Is it in the interest of the national security?" And I hope that every group in America--unions and businessmen and public officials at every level-- will ask the same question of their endeavors, and subject their actions to the same exacting tests.

     And should the press of America consider and recommend the voluntary assumption of specific new steps or machinery, I can assure you that we will cooperate whole-heartedly with those recommendations.

     Perhaps there will be no recommendations. Perhaps there is no answer to the dilemma faced by a free and open society in a cold and secret war. In times of peace, any discussion of this subject, and any action that results, are both painful and without precedent. But this is a time of peace and peril which knows no precedent in history.

II

     It is the unprecedented nature of this challenge that also gives rise to your second obligation--an obligation which I share. And that is our obligation to inform and alert the American people--to make certain that they possess all the facts that they need, and understand them as well--the perils, the prospects, the purposes of our program and the choices that we face.

     No President should fear public scrutiny of his program. For from that scrutiny comes understanding; and from that understanding comes support or opposition. And both are necessary. I am not asking your newspapers to support the Administration, but I am asking your help in the tremendous task of informing and alerting the American people. For I have complete confidence in the response and dedication of our citizens whenever they are fully informed.

     I not only could not stifle controversy among your readers--I welcome it. This Administration intends to be candid about its errors; for as a wise man once said: "An error does not become a mistake until you refuse to correct it." We intend to accept full responsibility for our errors; and we expect you to point them out when we miss them.

     Without debate, without criticism, no Administration and no country can succeed--and no republic can survive. That is why the Athenian lawmaker Solon decreed it a crime for any citizen to shrink from controversy. And that is why our press was protected by the First Amendment-- the only business in America specifically protected by the Constitution- -not primarily to amuse and entertain, not to emphasize the trivial and the sentimental, not to simply "give the public what it wants"--but to inform, to arouse, to reflect, to state our dangers and our opportunities, to indicate our crises and our choices, to lead, mold, educate and sometimes even anger public opinion.

     This means greater coverage and analysis of international news--for it is no longer far away and foreign but close at hand and local. It means greater attention to improved understanding of the news as well as improved transmission. And it means, finally, that government at all levels, must meet its obligation to provide you with the fullest possible information outside the narrowest limits of national security--and we intend to do it.

III

     It was early in the Seventeenth Century that Francis Bacon remarked on three recent inventions already transforming the world: the compass, gunpowder and the printing press. Now the links between the nations first forged by the compass have made us all citizens of the world, the hopes and threats of one becoming the hopes and threats of us all. In that one world's efforts to live together, the evolution of gunpowder to its ultimate limit has warned mankind of the terrible consequences of failure.

     And so it is to the printing press--to the recorder of man's deeds, the keeper of his conscience, the courier of his news--that we look for strength and assistance, confident that with your help man will be what he was born to be: free and independent.

Dernière modification par Osi007 (04-09-2012 10:56:37)

Hors ligne

 

#24 01-10-2008 12:24:52

Osi007
Membre
Message n°4956
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Bonjour à tous,
La route de pétrole.http://img146.imageshack.us/img146/1980 … arsuy7.swf
____________________________
Yes we can  sad à  [*1] 4 ce n'est pas évident.
http://www.voltairenet.org/article159160.html
http://www.youtube.com/watch?v=MouUJNG8f2k&eurl=
http://www.youtube.com/watch?v=e-KJCMWcoms&eurl=

[*1] ajouter le 8-04-2009:
Source: http://www.mondialisation.ca/index.php? … ;aid=13091
[...]
Quatre pôles se livrent bataille :

Le pôle Défense, autour de Brent Scowcroft, des généraux opposés à Rumsfeld et bien sûr de Robert Gates, aujourd’hui le véritable maître à Washington. Ils préconisent la fin de la privatisation des armées, une sortie « honorable »  d’Irak mais la poursuite de l’effort états-unien en Afghanistan pour ne pas donner l’impression d’une débandade, et enfin un accord avec les Iraniens et les Syriens. Pour eux, la Russie et la Chine restent des rivaux qu’il faut isoler et paralyser. Ils abordent la crise financière comme une guerre au cours de laquelle ils vont perdre des programmes d’armement et diminuer le format des armées, mais doivent maintenir une supériorité relative. Peu importe qu’ils perdent en puissance, s’ils restent les plus forts.

Les départements du Trésor et du Commerce, autour de Tim Geithner et Paul Volcker, les protégés des Rockefeller. Ils sont issus de la Pilgrim’s Society et s’appuient sur le Groupe des Trente, le Peterson Institute et la Commission trilatérale. Ils sont soutenus par la reine Elizabeth II et veulent sauver à la fois Wall Street et la City. Pour eux la crise est un coup dur puisque les revenus de l’oligarchie financière sont en chute libre, mais c’est surtout une occasion rêvée de concentrer le capital et de piétiner les résistances à la globalisation. Ils sont obligés temporairement de réduire leur train de vie pour ne pas susciter de révolutions sociales, mais ils peuvent simultanément s’enrichir en rachetant des fleurons industriels pour une bouchée de pain. Sur le long terme, ils ont le projet d’instaurer -non pas un impôt mondial sur le droit de respirer, ce serait grossier-, mais une taxe globale sur le CO2 et une Bourse des droits d’émission -ce qui revient à peu prés au même en paraissant écolo-. Contrairement au Pentagone, ils militent pour une alliance avec la Chine, du fait notamment qu’elle détient 40 % des bons du Trésor US, mais aussi pour empêcher l’émergence d’un bloc économique extrême-asiatique centré sur la Chine et drainant les matières premières africaines.

Le pôle du département d’État autour d’Hillary Clinton, une chrétienne fondamentaliste, membre d’une secte très secrète, la Fellowship Foundation (dite « La » Famille). C’est le refuge des sionistes, l’ultime réserve des néo-conservateurs en voie de disparition. Ils préconisent un soutien inconditionnel à Israël, avec une pointe de réalisme car ils savent que l’environnement a changé. Il ne sera plus possible de bombarder le Liban comme en 2006, car le Hezbollah dispose maintenant d’armes anti-aériennes performantes. Il ne sera plus possible de pénétrer dans Gaza comme en  2008 car le Hamas a acquis des missiles anti-char Kornet. Et si les États-Unis ont du mal à payer les factures de Tel-Aviv, il est peu probable que les Saoudiens pourront y suppléer sur le long terme. Il faut donc gagner du temps, au besoin par quelques concessions, et trouver une utilité stratégique à Israël. La principale mission de Madame Clinton, c’est d’améliorer l’image des États-unis, non plus en faisant des relations publiques (c’est-à-dire en justifiant la politique de Washington), mais par la publicité (c’est-à-dire en vantant les qualités réelles ou imaginaires du modèle US). Dans ce contexte, les sionistes devraient pousser le projet Korbel-Albright-Rice de transformation de l’ONU en un vaste forum impotent et de création d’une organisation concurrente, la Communauté des démocraties, appuyée sur son bras armé, l’OTAN. Pour l’heure, ils sont occupés à saboter la conférence de Durban II qui, au lieu de célébrer la « seule démocratie du Proche-Orient », dénonce le régime d’apartheid au pouvoir à Tel-Aviv. Avec le secrétaire d’État adjoint, James Steinberg, ils envisagent la crise financière comme un Blitzkrieg. Il va y avoir beaucoup de casse, mais c’est le moment de détruire des rivaux et de s’emparer par surprise de leviers de commande. Leur problème n’est pas d’accumuler des richesses par des achats et des fusions, mais d’imposer leurs hommes partout dans le monde aux ministères des Finances et à la tête des institutions bancaires.

Enfin le Conseil National de Sécurité sur s’exerce l’influence de Zbignew Brzezinski, qui fut le professeur d’Obama à Columbia. Celui-ci devrait abandonner son rôle traditionnel de coordination pour devenir un véritable centre de commandement. Il est dirigé par le général Jones, qui a été suprême commandeur de l’OTAN et a porté l’Africa Command sur les fonds baptismaux. Pour eux, la crise financière est une crise de la stratégie impériale. C’est l’endettement faramineux souscrit pour financer la guerre en Irak qui a précipité l’effondrement économique des États-Unis. Contrairement à 1929, la guerre ne sera pas la solution, c’est le problème. Il faut donc mener trois desseins simultanés : forcer les capitaux à rentrer aux Etats-Unis en cassant les paradis fiscaux concurrents et en déstabilisant les économies des pays développés (comme cela a été testé en Grèce); maintenir l’illusion de la puissance militaire US en poursuivant l’occupation de l’Afghanistan; et étouffer les alliances naissantes Syrie-Iran-Russie, et surtout Russie-Chine (Organisation de coopération de Shanghai). Le Conseil va privilégier toutes les formes d’action clandestine pour donner au Pentagone le temps nécessaire à sa réorganisation.

Obama essaie satisfaire tout le monde d’où la confusion ambiante.[...]
____________________________
On se demande pourquoi ils ont publié maintenant cet article ?   


Ajouter le 18-03-2009
Le 11 septembre 2001 : une provocation mondiale 
Source: http://www.voltairenet.org/article159301.html
____________________________

Ajouter le 2-04-2009
La stratégie de l’OTAN,
La mer Noire, passerelle du Pentagone vers trois continents et le Moyen-Orient
par Rick Rozoff
Source: http://www.voltairenet.org/article159497.html
____________________________
Ajouter le 02-05-2009

Commentaire:La pratique semble la même afin de  régulariser les paradis fiscaux. 

Le Commandeur de l’OTAN, ordonne le massacre des milliers de civils afghans : les paysans qui cultivent le pavot et les trafiquants, dès lors qu’ils rivalisent avec le monopole de la famille Karzaï, doivent être éliminés par les troupes de l’OTAN.

Source: http://www.reopen911.info/News/2009/04/ … ghanistan/

_____________________________
Chap VII
De la Neutralité, et du passage des Troupes en pays neutre
Source: http://files.libertyfund.org/files/1052/0586-02_Bk.pdf

Dernière modification par Osi007 (02-05-2009 11:10:10)

Hors ligne

 

#25 04-10-2008 11:53:46

NingúnOtro
Membre
Message n°4987
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

"Cf Message n°4923" et suivant...

Osi, ces messages ont eu leur réponse... ou il fallait répondre, chez J4M, la ou ils retourneraient sur l'audience qu'ont eu les messages originaux. Le faire ici aurait été precher seulement pour les convainçus que nous sommes déjà.

Vous utilisez quel pseudo, chez J4M?

Hors ligne

 

#26 04-10-2008 14:33:14

Jacques Roman
Membre
Message n°4996
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Nuremberg

Assez d'accord avec Osi007 (son 4917) que la procédure de Nuremberg est une occasion manquée. C'est à son sujet que Montgomery avait dit : 'Espérons que nous gagnerons aussi la prochaine".

Sur les trois chefs d'inculpation (crimes contre la paix, crimes contre l'humanité, crimes de guerre), les vainqueurs s'en seraient assez bien tirés - d'après ce qu'on croit savoir - pour ce qui est des crimes de guerre, en admettant que les bombardements d'Hiroshima et surtout de Nagasaki n'entraient pas dans cette catégorie mais dans celle des crimes contre l'humanité.  JR

Hors ligne

 

#27 04-10-2008 14:48:12

NingúnOtro
Membre
Message n°4998
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Moi je crois que Nuremberg à été par contre une occasion ratée justement parce-que on à tout fait pour éliminer toute accusation qui aurait pu se tourner aussi contre l'action des armées victorieuses... c'est à dire, on à cherché à comdamner les nazis pour tout ce qu'ils avaient fait que n'avaient PAS fait les alliées... mais on ne chercha pas à les condamner pour ce que avaient fait aussi les alliées, question d'éviter devoir condamner les alliées aussi.

Et moi je ne parle évidemment pas de Hiroshima et Nagasaki, mais plutôt entre autres du bombardement massif de Berlin et de Dresden, c'est à dire de population civile...

Hors ligne

 

#28 04-10-2008 16:28:14

Osi007
Membre
Message n°5000
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Bonjour à tous,

@ NingúnOtro

Je n'ai pas participé au débat, le contexte du texte force les participants à  le  voir comme une somme d'individus égocentriques liées seulement par les intérêts économiques et organisation juridique et formelle, et de l'autre comme des divers groupes qui sont  facile à manipuler et instrumentaliser. Peut être discutable .   

Votre critique semble valable,car j'ai isolé la réponse  personnelle de cette personne ici sur ce site sans préciser les contextes,je risque effectivement d'isoler l'intérêt personnel de cet auteur et de le voir de manière purement spéculative comme s'il était le seul  en conflit avec les intérêts collectifs des opposants. Ce n'était pas mon but, le problème est partout:
http://www.reopen911.info/News/2008/10/ … s-sarkozy/

Ensuite,si on regarde en détail, le problème n'est pas si  évident tant que ça, on assiste à une émulation  mutuelle fictive  entre les intérêts  apparemment contradictoires , comme l'individuel, par rapport au collectif ou ceux des divers groupes et sous-structures sociaux sur le sujet traité. C 'est sur ce point que je voulais le garder ici(le nom de l'auteur n' a aucune importance)  , car cette pesanteur semble avoir une similitude sur n'importe quel sujet délicat :Europe, Dette, OTAN, 911...etc.

Hors ligne

 

#29 06-10-2008 17:26:21

NingúnOtro
Membre
Message n°5022
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Oui. OSI,

Avec le constat simple, quand-même, que c'est toujours quand une partie tire un quelconque profit à brouiller des pistes et à masquer des intérêts, et que cette partie-la à des ressources presque illimitées pour compliquer jusqu'au plus moindre détail, que n'importe quelle procédure devient lente à mourir et n'aboutit que une fois que n'importe quelle solution est caduque (du genre de condamner à mort des génocides après qu'ils soient déjà morts de mort naturelle par vieillesse... wink ).

L'argent, cet actif FICTIF, sert à acheter le temps, à rendre impossible la justice, ...

Hors ligne

 

#30 06-10-2008 23:26:59

Osi007
Membre
Message n°5027
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Bonsoir,
"L'argent, cet actif FICTIF, sert à acheter le temps, à rendre impossible la justice, ..."
Discutable smile

Dernière modification par Osi007 (06-10-2008 23:30:29)

Hors ligne

 

#31 08-10-2008 15:54:22

NingúnOtro
Membre
Message n°5032
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Osi007 a écrit:

Bonsoir,
"L'argent, cet actif FICTIF, sert à acheter le temps, à rendre impossible la justice, ..."
Discutable smile

Si vous vous trouviez, comme moi, dépendant d'avocats (j'en suis au troisième) pro-deo pour vous défendre face à l'agression d'un avocat qui est payé pour faire tout ce qui est nécessaire pour gagner... vous sauriez que le poids de l'argent l'emporte presque toujours sur la justice toute courte. Ce n'est que parce-que je me défends moi-même en depit des avocats qui me sont assignés et qui ne font pas grand chose (pour le peu qu'ils sont payés bien sur, ce n'est pas exclusivement leur faute) que je résiste encore... face au machin bureaucratique corporatif qu'est devenu la justice. Tu parles, des avocats qui n'osent pas présenter des revendications de droits, même justes, pour ne pas "déranger" des juges surmenés qui pourraient appliquer la loi du talion sur eux.

L'argent ose tout... et c'est ceux qui n'en ont pas qui en plus paient les pots cassés. La crise économique actuelle utilise le même mécanisme... les riches risquent tout, et c'est les "pauv cons" qui paient...

Hors ligne

 

#32 11-10-2008 06:49:10

Osi007
Membre
Message n°5059
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Bonjour à tous,
salut NingúnOtro

L'argent est comme un couteau, on peut faire de la cuisine ou nuire qlq1 d'autre...

Lorsque les législateurs et les grands patrons du monde des affaires sont des psychopathes dans  leur façon de penser et de raisonner,  leur « moralité »  devient la culture de référence, et cette dernière  se métamorphose à  la « moralité » communes des populations qu’ils gouvernent. Quand cela se produit, le mental de la population est souillé de la même façon qu’un agent pathogène infecte un corps physique. Vos décrivez bien la situation: «  les riches risquent tout, et c'est les "pauv cons" qui paient... ».
cependant l'argent n'est qu'un instrument  comme un autre, Il faudrait souligner que les « fous » n’ont pas besoin de l’adhésion de larges populations, mais seulement d’une minorité puissante qui puisse à la fois « orienter » la population et la contrôle, elle exploite cette  peur et la crainte de perdre le confort matériel auquel  la société  a accès : divertissements, sports, jeux, etc. L'argent joue un stimulateur non négligeable  sur ce point...
 
Les gens qui détiennent les médias, l’industrie de l’armement et ses soutiens au sein de l’armée, les compagnies pétrolières, banques..etc  Ils   se moquent  complètement du mécontentement populaire. Et ce n'est pas le droit  artificiel et schématisé qui vont les empêcher. Même ils poussent la manipulation à un type de   blocage subversif  jusqu'à instaurer un droit international  pour résoudre les problèmes qu'ils ont bien profité. Or on est même pas capable de respecter:
Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation..."
Article 25 de la Déclaration universelle des droits de l’homme signée Le 10 décembre 1948 par les 58 États Membres des Nations Unies.

http://uk.youtube.com/watch?v=AmtHDfYZH … s-pauvres.

Autre exemple, l'esclavage fut aboli au 19ième siècle mais de nos jours grâce à un habillage humaniste et règlementaire basé sur la politique des institutions créées à Bretton Woods à la fin de la guerre, absolument rien n'a changé, les pays du Nord continuent à s'enrichir au détriment de ceux du Sud....

On peut même déceler que  l’idée entière du capitalisme est comme une idée narcissique. C’est le mythe du succès individuel : Visez la Première place, Si vous travaillez suffisamment dur, vous aussi, vous pourrez devenir riche et réussir, Si vous échouez, c’est votre propre faute. Paradoxalement, ils ont besoin du peuple pour renflouer leurs erreurs collectives...

L'exemple de Bush est encore et encore révélateur,il  dépensait  « 3 Trillion $ » depuis 9-11-2001,la politique de BUSH n’affecte pas négativement l’Américain moyen de façon trop flagrante, celui-ci ne se sent pas suffisamment menacé pour vouloir y changer quelque chose. Notre société française,est pratiquement dans ce processus de pathocratie artificiellement induite par contamination (usa).

Il faudrait donc complètement ajouter sur notre   vision de la société, que le mal   marcrosocial peut  instrumentaliser  l'argent.  Biensur,un certain nombre de psychopathes soient des criminels et aient eu affaire à la justice et que certains soient en fait des tueurs en série, MAIS  un grand nombre d’entre eux n’ont jamais d’ennui avec la justice, ils sont les plus intelligents, et aussi les plus dangereux parce qu’ils ont trouvé des moyens d’utiliser le système à leur avantage.

  Un régime politique pathologique localise les individus psychopathes œuvrant dans leur propre cause , il   facilite  ainsi leurs études universitaires et leurs diplômes ainsi que l’obtention de postes-clés avec un pouvoir d’encadrement des organisations scientifiques et culturelles. Ce sont eux qui surveillent les articles scientifiques pour leur « propre idéologie » et qui font tout pour s’assurer qu’un bon spécialiste se verra refuser la documentation scientifique dont il aura besoin.

Exemple, le concept de psychopathie a été fortement rétréci, et se réfère maintenant à un trouble de la personnalité spécifique uniquement ...On arrive même à un point où toute personne se rebellant contre un système qui le choque par son étrangeté et son immoralité, peut facilement être désigné par les représentants du dit gouvernement comme un individu « mentalement anormal », quelqu’un qui a un « trouble de la personnalité » et qui devrait subir un traitement psychiatrique.[*1]

La seule manière de nous protéger contre cette pensée pathologique macrosociale est de nous vacciner contre elle, et cela se fait en en apprenant le plus possible sur sa nature. Sinon notre situation risque d'aller vraiment dans une situation délicate.  La structure pathocratique  s’applique non seulement aux gouvernements, mais aussi aux autres groupes et organisations  partout où le pouvoir s’accumule...
___________________
Ajouter le  06-03-2009
[*1]: http://www.lexpress.fr/actualite/scienc … 45079.html
___________________
Ajouter le 19-04-2009
Contre la Psychologie officielle asservissante et accusatrice.

Les sciences mentales sont sans doute les plus instrumentalisées et idéologisées par les tyrans de l’ordre social qui définissent l’axiologie systémique. Elles constituent dans la majorité des cas, le signe du pouvoir suprême et régalien des establishments dont le sceptre oligarchique régit la société et s’érige divin par la redéfinition de la nature humaine des individus selon les mesures et les schèmes d’intérêts du pouvoir économique et politique.[...]

Source: http://www.legrandsoir.info/article8406.html

Dernière modification par Osi007 (19-04-2009 13:22:23)

Hors ligne

 

#33 12-10-2008 13:26:40

Osi007
Membre
Message n°5067
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

07/08/2012
Webster Tarpley décortique la tentative de déstabilisation de la Syrie
Source: http://www.dailymotion.com/video/xsi6ke … mbediframe

Regardez, ce sont des monstres !
Source:http://silviacattori.net/article3496.html



_________________________________________________________________________________________________
Un peu d'humour 2010
Source:Donde Vamos
http://dondevamos.canalblog.com/
Socialisme :

Vous avez 2 vaches. Vos voisins vous aident à vous en occuper et vous partagez le lait.

Communisme :

Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous prend les deux et vous fournit en lait.

Fascisme:

Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous prend les deux et vous vend le lait.

Nazisme:

Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous prend la vache blonde et abat la brune.

Dictature:

Vous avez 2 vaches. Les miliciens les confisquent et vous fusillent.

Féodalité:

Vous avez 2 vaches. Le seigneur s'arroge le tiers du lait.

Démocratie:

Vous avez 2 vaches. Un vote décide à qui appartient le lait.

Démocratie représentative:

Vous avez 2 vaches. Une élection désigne celui qui décide à qui appartient le lait.

Démocratie de Singapour:

Vous avez 2 vaches. Vous écopez d'une amende pour détention de bétail en appartement.

Anarchie:

Vous avez 2 vaches. Vous les laissez se traire en autogestion.

Capitalisme:

Vous avez 2 vaches. Vous en vendez une, et vous achetez un taureau pour faire des petits.

Capitalisme Sauvage :

Vous avez 2 vaches. Vous vendez l'une, vous forcez l'autre à produire comme quatre, et vous licenciez l'ouvrier qui s'en occupait en l'accusant d'être inutile.

Bureaucratie:

Vous avez 2 vaches. Le gouvernement publie des règles d'hygiène qui vous invitent à en abattre une.
Après quoi il vous fait déclarer la quantité de lait que vous avez pu traire de l'autre, il vous achète le lait et il le jette. Enfin, il vous fait remplir des formulaires pour déclarer la vache manquante.

Écologie:

Vous avez 2 vaches. Vous gardez le lait et le gouvernement vous achète la bouse.

Capitalisme européen :

On vous subventionne la première année pour acheter une 3è me vache. On fixe les quotas la deuxième année et vous payez une amende pour surproduction. On vous donne une prime la troisième année pour abattre la 2ème vache.

Monarchie constitutionnelle britannique :

Vous tuez une des vaches pour la donner à manger à l'autre. La vache vivante devient folle. L'Europe vous subventionne pour l'abattre. Vous la donnez à manger à vos moutons.

Captitalisme à la française :

Pour financer la retraite de vos vaches, le gouvernement décide de lever un nouvel impôt : la CSSANAB (cotisation sociale de solidarité avec nos amies les bêtes).

Deux ans après, comme la France a récupéré une partie du cheptel britannique le système est déficitaire. Pour financer le déficit on lève un nouvel impôt sur la production de lait : le RAB (remboursement de l'ardoise bovine). Les vaches se mettent en grève. Il n'y a plus de lait. Les Français sont dans la rue : " Du lait on veut du lait".
La France construit un lactoduc sous la manche pour s'approvisionner auprès des Anglais. L'Europe déclare le lait anglais impropre à la consommation. On lève un nouvel impôt pour l'entretien du lactoduc devenu inutile.

Régime corse:

Vous avez deux cochons qui courent dans la forêt. Vous déclarez 200 vaches et vous touchez les subventions européennes.



____Processus périodique de la destruction mutuelle_______________________________________________________________________________________
Ajouter le 13-07-2009
Humour
http://img151.imageshack.us/img151/5171/planetedingues.jpg
Auteur: JPPetit



___________________________________________________________________________________________________________________________________

Ajouter le 19-06-2009
La pathocratie macrosociale:
Source: La ponérologie politique, Andrew M.LOBACZEWSKI


Elle corrode tout l'organisme social: elle en corrompt les compétences et forces. L'influence  de cette aile plus idéaliste du parti sur la survie de fonctionnement du pays entier s'affaiblit graduellement. Des pathocrates « purs et durs » s 'emparent de toutes fonctions de direction de la nation dont toute la structure est anéantie. Un tel état ne peut exister que dans court terme, car aucune idéologie ne vient le vivifier. Quand arrive le temps, où tout le peuple veut vivre comme des êtres humains normaux, le système ne peut resister. Il n'y a pas de grande contre-révolution, mais un tempeux processus de régénérescence se met en place.

Elle est moins un système socio-économique qu'une structure sociale ou un système politique.
C'est une maladie macrosociale qui affecte des nations entières et qui suit le cours de ses caractéristiques pathodynamiques. Le phénomène change trop rapidement pour que nous puissons comprendre en le divisant en catégories qui impliqueraient une certaine stabilité, sans écarter les processus évolutifs auxquels les systèmes sociaux sont soumis.Toute tentative de compréhension du phénomène en lui imputant certaines propriétés de durée nous fait dès lors promptement perdre de vue son contenu du moment. La dynamique de transformation au fil du temps est inhérente à la nature du phénomène; il n'est pas possible de l'appréhender en dehors de ces paramètres.

Une idéologie préfabriquée permet de dissimuler son essence à l'esprit des scientifiques, politiciens et gens de la rue.Cette situation empêche à mettre au point aucune méthode causalement active qui pourrait empêcher l'autoreproduction pathologique du phénomène ou ses tendances à l'expansion vers l'extérieur.

*******
Description des groupes qui forment la pathocratie macrosociale dans un pays donné  à un moment donné  que l'auteur  (Andrew M.LOBACZEWSKI) a étudié:

- 6% de la population constitue approximativement la structure active d'une nouvelle autorité, qui a sa propre conscience de ses propres objectifs.

- Un deuxième groupe de 12% , qui a parvenu à ajuster leur personnalité aux exigences de la nouvelle réalité.Ce deuxième groupe est constitué d'individus qui sont, en moyenne, plus faibles, plus malades, et moins dynamiques. Dans ce groupe, la fréquence des maladies mentales connues représente le double de la moyenne nationale.

- Le groupe de 6% représente la nouvelle noblesse; le groupe des 12% forme graduellement la nouvelle bourgeoisie, dont la situation économique est plus avantageuse. L'adaptation aux nouvelles circonstances, non sans conflits de conscience, fait des gens à la fois des roublards et des intermédiaires entre la société d'opposition et le groupe actif avec lequel ils peuvent parler un langage approprié.Ils jouent tellement un rôle tellement primordial dans ce système que les deux parties sont obligées de les ménager.  Comme leurs capacités et qualifications sont meilleurs que celles des membres du groupe actif, ils occupent des postes à responsabilité.Les gens normaux les voient comme des personnes qu'ils peuvent approcher sans rencontrer d'arrogance pathologique.

- Seuls 18% de la population du pays sont dès lors en faveur du nouveau système de gouvernement; mais en ce qui concerne la couche de la société que nous avons appelée bourgeoisie, nous pouvons avoir des doutes sur la sincérité de ses attitudes. Cette situation est celle du pays dont l'auteur est originaire. Cette proportion peut être différente dans d'autres pays: de 15% en Hongrie, à 21% en Bulgarie, mais il ne s'agit toujours que d'une minorité relativement réduite.

La pathocratie et son idéologie

L'expansion de la pathocratie

La pathocratie imposée par la force
 



Pathocratie artificiellement induite par contamination

Cf au message au dessus, cette affirmation mérite d'être détaillé, afin de y revenir  dans le futur,cette  affirmation  peut s'associer avec une autre discipline comme la mathématique (Vote à la majorité qualifiée )...etc. L' état actuelle  de cette science  est encore embryonnaire, je rends hommage au  père de cette science (Andrew M.LOBACZEWSKWI, 86 ans)
Personnellement,  le mal social et macrosocial sont  les choses aussi importantes à comprendre et à résoudre de notre époque. Pour le moment, je  m'efforce uniquement à  mettre en place l'observation  de  cet auteur. Les bibliographies,je les publierai plus tard.


Le contexte d'observation plus récent:   

Observable dans n'importe quel pays. Maintenant  que les USA sont en bon chemin pour devenir complètement une pathocratie, et sont donc une source de contamination , les fascinateurs en faveur  de cette réalité déviante prônent une économie et une «  culture de style américain » et sont considérés par leurs compatriotes comme des « américanophiles ». La plupart des gens ne comprennent pas que le premier pas vers l'assimilation par la pathocratie globale que l'Amérique est en train d'essayer d'imposer au monde consiste à s'enrôler dans le système économique tel qu'il est formulé en Amérique. Un récent exemple de pays ayant refusé cette manœuvre est celui de la France qui a rejeté la Constitution Européenne, un document centré sur la transformation néo-libérale de l'économie européenne et aligné sur le modèle américain .Mais la situation a-t-elle changé depuis? 



Si un noyau de ce phénomène macrosocial pathologique existe déjà dans le monde masquant toujours sa véritable réalité sous masque idéologique d'un système politique, il irradie vers d'autres pays par le biais de nouvelles codées, difficiles à comprendre pour les gens normaux, mais faciles à déchiffrer pour les psychopathes:
   « voilà un endroit pour nous , il y a là maintenant une patrie où nos rêves de jeunesse peuvent devenir la réalité, où nous pourrons diriger « les autres » et vivre dans la sécurité et prospérité » .Plus fort sont ce noyau et cette nation pathocratique, plus grande est la portée du chant du sirène, qui est entendu par ceux dont la nature est déviante, comme s'ils étaient des récepteurs super-hétérodynes naturellement alignés sur la même longueur d'onde. Mais ce qui est utilisé de nos jours ce sont de réels transmetteurs radio de centaines de kilowatts, ainsi que des agents dévoués établissant des réseaux sur la planète entière.
Directement ou indirectement, c'est-à-dire par l'intermédiaire de ces agents, ces appels lancés par la pathocratie , une fois convenablement « adaptés, atteignent un cercle considérablement plus large de gens soit atteints de déviances psychologiques diverses, soit frustrés parce n'ayant pas eu l'opportunité de recevoir une éducation décente et de faire ainsi usage de leurs talents, soit atteints de blessures physiques et morales , ou qui sont simplement primitifs. La proportion de réactions à cet appel varie certes, mais nulle part elle ne représente la majorité. Quoi qu'il en soit , les fascinateurs autochtones qui apparaissent ne prennent jamais en compte le fait qu'ils sont incapable de fasciner la majorité.


Le degré de résistance des nations à ces activités dépend de nombreux facteurs, comme par exemple  la prospérité et sa répartition équitable, le niveau d'éducation de la société (et spécialement des classes les plus pauvres), la proportion de participation d'individus primitifs ou atteints de déviances diverses, et la phase du cycle d'hystérie dans lequel on se trouve. Certains pays ont acquis une certaine immunité en résultat du contact direct avec le phénomène.

Une doctrine élaborée de manière approprié atteint le substrat autonome de la société et de ceux  qui la traitent comme une réalité idéationelle dans des pays qui commencent seulement à émerger des conditions primitives, et qui manquent d'expérience politique. Cela se passe aussi dans des pays où une classe dirigeante extrêmement égoïste défend ses positions en se basant sur des doctrines naïvement moralisatrices, où l'injustice est commune , ou bien encore où une  montée du niveau  d'hystérie étouffe le bon sens. (Actuellement on est complètement dans cette situation).Les gens qui répondent aux cris de ralliement révolutionnaires ne se préoccupent plus de savoir si ceux qui exposent cette idéologie sont sincères ou bien se parent du masque de cette idéologie pour dissimuler d'autres motifs qui eux tirent leur origine de leur personnalité déviante.

A côté de ces fascinateurs il y a une autre espèce de prêcheurs d'idées révolutionnaires:une espèce dont le statut est lié à l'argent reçu en échange de ses activités. Et il est peu probable que ces rangs abritent des gens psychologiquement normaux d'après les critères plus haut. Leur indifférence aux souffrances provoquées par leurs activités provient de leur défaut de perception de la valeur des liens sociétaux ou de leur incapacité à prévoir les résultats de ces activités. Dans les processus des défaillances morales, échecs intellectuels et facteurs pathologiques s'entrecroisent au sein du réseau  spatiotemporel à l'origine des souffrances individuelles et nationales. Une guerre menée avec des armes psychologiques coûte infiniment moins d'une guerre classique., mais elle a cependant un coût, particulièrement lorsqu'elle est menée simultanément dans  plusieurs pays.

Les gens qui agissent au nom des intérêts de la pathocratie peuvent mener leurs activités en parallèle, sous la bannière de quelque idéologie traditionnelle ou différentes, ou même sur base d'une idéologie contradictoire qui combat l'idéologie traditionnelle. Dans ce cas, le service doit être
accompli par des individus dont la réponse à l'appel de la pathocratie est suffisamment véhémente pour empêcher les activités de l'autre idéologie qu'ils utilisent d'anéantir leurs espoirs d'arriver au pouvoir.

Mécanisme de la réforme:

Lorsqu'une société éprouve de sérieux de sérieux problèmes sociaux, il se trouve toujours  l'un ou l'autre groupe de personnes sensées pour tenter d »améliorer la situation grâce à des reformes énergiques permettant d »éliminer les causes de la tension sociale. D'autres considèrent comme de leur devoir de susciter une régénérescence  morale de la société. L'élimination de l'injustice sociale
et la reconstruction de la morale et de la civilisation du pays peuvent priver une pathocratie de  toute  chance  deprendre le pouvoir. C'est pourquoi ces réformateurs et moralistes doivent absolument être neutralisés grâce à de positions libérales ou conservatrices  et des mots de ralliement et une pseudo-moralité suggestifs.; si nécessaires ,les meilleurs d'entre eux les assassinent complètement.

La guerre psychologiques:

Les stratèges de la guerre psychologique décide très tôt de l'idéologie qui sera particulièrement efficace dans tel ou tel pays grâce à son adaptabilité aux traditions des pays en question. En fait, la meilleure idéologie doit pouvoir jouer le rôle d'un « Cheval de troie » pour faire entrer la pathocratie dans le pays. Ces idéologies sont ensuite graduellement adaptés à l'idéologie originelle
du plan de base. Et le masque peut enfin tomber. [*1]

*1:Les dirigeants politiques sont choisis pour leur caractère:
   wink
   XXXXX=charisme apparente
   XXXX, XXXXX= air maussade
   XXXXXXX=arrogance sans borne

__________________________________________________________________________________________________________________________________________
Ajouter le 9-01-2008
Bonne année à tous,

Extrait du fonctionnement de la stratégie du choc :

" Voici donc comment fonctionne la stratégie du choc : le désastre déclencheur - le coup d'État, l'attentat terroriste, l'effondrement des marchés, la guerre , le tsunami, l'ouragan plonge la population dans un état de choc collectif. Le sifflement des bombes, les échos de la terreur et les vents rugissants "assouplissement" les sociétés, un peu comme la musique tonitruante et les coups dans les prisons où se pratique la torture. A l'instar du prisonnier terrorisé qui donne le nom de ses camarades  et renie sa foi, les sociétés en état de choc en état de choc abandonnent des droits que, dans d'autres circonstances, elles auraient défendus jalousement. Jamar Perry et les autres évacués entassés dans le baton Rouge devaient renoncer à leurs logements sociaux et à leurs écoles publiques. Après le tsunami, les pêcheurs sri-lankais devaient céder au hôteliers comme prévu, les Irakiens eux , auraient dû être sous le coup du choc et de l'effroi au point d'abandonner aux bases militaires américaines et aux zones vertes la maitrise de leurs réserves de pétrole, de leurs sociétés d'Etat et de leur souveraineté. [...]*1".
_____________
[1] Naomi,Klein, La stratégie du choc, la montée d'un capitalisme du désastre, 2008, p.28.
http://www.evene.fr/livres/livre/naomi- … -34620.php
__________________________________________________________________________________________________________________________________________
Ajouter le 22-07-2009
Hugo Chávez: « Pourquoi le gouvernement états-unien ne prend-il pas des sanctions politiques et économiques contre les instigateurs du coup d’État… ? »

Objectifs micropolitiques  2009  (APROH Alliance pour le progrès du Honduras)
-Rupture de l'ordre constitutionnel
-Destruction de la démocratie en place.
-Affirmer les modèles néolibéraux (Nier que ces modèles sont épuisés dans cette région)
-Renforcer le contrôle des partis politiques et influents en plaçant des cadres dans l'Assemblée
nationale et le pouvoir judiciaire. 
Objectif  macropolitique:
-Bloquer  la dynamique générale de gauche  du continent sud-américain. Elle trouve principalement son moteur dans l’identité, l’ethnicité et l'épuisement des modèles néolibéraux, qui  constituent des aspects centraux de l’émergence des pouvoirs de gauche dans cette région.
Contamination et Blocage:
L'incapacité de l'alliance APROH de comprendre et nier que les peuples sont libres de choisir le système politique et idéologique, c'est-à-dire,  le souhait du peuple de voir se mettre en place des processus politiques participatifs qui permettent l’implication démocratique des hommes et femmes par le biais de l’installation d’une Assemblée Nationale Constituante.

Incubation depuis 1981:
Origine d'APROH(Alliance pour le progrès du Honduras)
Créateur:Álvarez Martínez, le principal précurseur de la Doctrine de la Sécurité et responsable
de dizaines d’assassinats et de disparitions politiques dans le pays.

Financement:

Le financement de l’organisation était transmis par les services secrets des États-Unis au travers de la secte Moon.

La composition de l'alliance(APROH)

-Un groupe de chef d'entreprise qui prône un modèle économique libéral
-Fascisme militaire et extrêmes droite entrepreneurs
-Oswaldo Ramos Soto, qui est doyen de l’Université Nationale Autonome du Honduras (UNAH).
- La Secte Moon
-Les ex-dirigeants syndicaux
-Les personnalités de la Banque Nationale et étrangères
-L’industrie chimique et textile,de l’agroalimentaire, de la télévision et de la technocratie.

Sa fonction de soumission (Macro) :
-Depuis 1981, l'alliance conseille à la commission Kessinger une solution militaire pour l'Amérique centrale.
____
Ressources:
Le premier coup d’État militaire de l’administration Obama
http://www.voltairenet.org/article16080 … icle160801
Honduras : les « intérêts USA » encore aux mains des militaires de la Joint Task Force Bravo
par Manlio Dinucci*
http://www.voltairenet.org/article16083 … icle160830
Washington et le coup d'État au Honduras: Voici la preuve
http://www.mondialisation.ca/index.php? … ;aid=14451


___________________________________________

Ajouter 14-07-2009
http://www.voltairenet.org/IMG/jpg/obama_vert_fr.jpg

* Crise politique à Madagascar 2009, révolution orange


Ajouter le 20-03-2009
Source Anonyme
Notes de lecture

Le Chili de Pinochet (1973)

Les Etats-Unis ne supportaient pas le socialisme pacifique d’Allende, mauvais exemple pour le « cône sud », qui nuisait aux intérêts de ses entreprises, notamment ITT. La CIA croyait à l’époque que seule une dictature pouvait imposer un système aussi impopulaire que l’ultralibéralisme. La terreur mise en œuvre par Pinochet, en lançant l’armée contre la classe moyenne, prépara le terrain pour une expérience d’ultralibéralisme en vraie grandeur.

Le contrôle des prix fut supprimé, nombre d’entreprises privatisées, et les dépenses (sauf militaires) diminuées. Résultat : une inflation record du monde, l’explosion du chômage et l’omniprésence de la faim. Même les capitalistes locaux regrettaient Allende. Milton Friedman appelé en secours diagnostiqua que la réforme n’avait pas été assez radicale et qu’il fallait appliquer sa méthode avec davantage de rigueur encore. Au final le pays fut plongé dans une profonde récession et n’évita la faillite que grâce à la compagnie minière (restée nationalisée) qui générait 85% des revenus d’exportation. Pinochet ne sortit le pays de la crise à la fin de son règne qu’en virant ses économistes les plus extrémistes et en appliquant des mesures proches de celles mises en place par Allende (la démocratie en moins). Il y a tout de même eu, pour certains, un « miracle économique chilien » : en effet le Chili s’était hissé au huitième rang des pays les plus inégalitaires du monde.

En vérité ce pays n’a jamais été le laboratoire du capitalisme pur vanté par ses chantres, il a été mis en coupe réglée par un corporatisme alliant l’Etat policier et quelques grandes entreprises livrant une guerre sans merci aux travailleurs afin de s’arroger le maximum de richesse. Puisque le but n’était pas de redresser l’économie mais bien de la piller, on ne doit pas parler d’échec, mais de succès.

Bien entendu Milton Friedman nia toute implication dans les horreurs chiliennes : il n’avait fait que prodiguer des « conseils techniques ». Il est évidemment impossible de prouver qu’on a eu tort ou raison en matière d’expérience économique en vrai grandeur, seule les arguments d’autorité ont cours (de part et d’autre) puisqu’il est impossible de recommencer différemment l’expérience. Il n’y a que l’accumulation de résultats stupéfiants qui vaut démonstration.
Sommaire Les disparus d’Argentine (1976)

Comme le Chili, le Brésil, l’Uruguay et l’Argentine faisaient naguère office de vitrine d’un développement local qui s’inspirait davantage de Keynes que de Marx (la lutte contre le communisme n’était qu’un prétexte). Les généraux argentins qui destituèrent Isabel Péron s’inspirèrent largement des méthodes de Pinochet : suppression du contrôle des prix alimentaires, braderie des sociétés d’Etat aux multinationales. Par contre pour éviter la mauvaise publicité de méthodes trop brutales (qui finissent par inquiéter les investisseurs étrangers), ils s’arrangèrent pour terroriser la population sans laisser de trace, d’où les 30 000 disparitions.

A noter que les opinions occidentales sont devenues extrêmement vigilantes au sujet des violations des droits de l’homme mais n’ont jamais fait le rapprochement avec les « thérapies de choc » économiques qui les motivaient.

Résultat : Les salaires diminuèrent de 40%, le pays recommença à montrer des signes de sous-développement, et la croissance la plus spectaculaire fut celle des bidonvilles…

La guerre des malouines (1983)


Margareth Thatcher, grande admiratrice de Pinochet, se désespérait de pouvoir appliquer le « remède de cheval » de l’école de Chicago en Angleterre, elle était assurée de perdre les élections (au bout de trois ans, l’inflation et le chômage avaient doublé) quand la junte argentine (qui croulait de son côté sous le poids de la dette, et avait besoin d’une bonne petite guerre facile à gagner pour redorer son blason) lui apporta la solution inespérée en plantant son drapeau sur un îlot désertique. Dopée par la victoire, la « dame de fer » eut les coudées franches pour mener dans la foulée sa contre-révolution et lança la violence d’Etat contre les mineurs en grève (l’ennemi intérieur, qui est beaucoup plus coriace, mais tout aussi dangereux pour la liberté, disait-elle).

Preuve était faite que la révolution ultralibérale était possible dans une démocratie avancée : il suffit d’exploiter habilement toute crise qui se présente.

Le naufrage de Solidarnosc

Lors de son congrès en septembre 1981 le grand syndicat polonais se transforma en mouvement révolutionnaire et inscrivit à son programme l’intention de transformer les sociétés d’Etat géantes en coopératives démocratiques de travailleurs. La loi martiale fut déclarée et les tanks prirent position autour des usines pour geler la situation. En 1988, Gorbachev au pouvoir à Moscou autorisa des élections où Solidarnosc s’imposa. Mais l’économie était au plus mal avec une dette de 40 milliards de $ et une inflation de 600%.

Pour éviter l’effondrement total et la famine, on dut faire appel au FMI, lequel était sous la coupe des Chicago Boys. Plutôt que d’encourager une mutation en douceur derrière le rideau de fer, celui-ci vit une occasion d’appliquer sa thérapie de choc et fit pourrir la situation pour contraindre la Pologne à passer directement à l’ultralibéralisme. Le prêt octroyé, 119 millions de $, n’était qu’une aumône indécente, et un Chicago Boy pris les choses en main : les mines, les chantiers navals et les usines d’Etat furent vendus au privé.

Adieu les coopératives démocratiques. Comme le mur de Berlin tomba en 1989, c’est toute l’Europe de l’Est qui fut prise dans un tourbillon.

Solidarnosc, ayant présidé à la mise en place d’un état de précarité permanent (20% de chômage), essuya en 1993 une déroute électorale.

Le massacre de la Place Tienanmen,

En Chine le gouvernement voulait déréglementer les salaires et les prix, tout en interdisant les libertés civiles. Les manifestant voulaient exactement le contraire, c’est à dire la démocratie, mais refusait également le capitalisme déréglementé, ce que les médias occidentaux se gardèrent de souligner (on ne pouvait démontrer avec plus d’éclat que la liberté des prix et la liberté des peuples peuvent être séparés). Deng invita Milton Friedman comme conseiller et celui-ci montra Hong Kong comme exemple de pays plus libre que les Etats-Unis (malgré l’absence de démocratie) puisque le gouvernement y jouait un rôle moins grand dans l’économie.

Le Politburo reçu le message 5 sur 5. Les anciens dirigeants communistes pouvaient rester en place et imposer la liberté des marchés grâce à un contrôle autoritaire comme l’avait fait Pinochet. Les forces de répression furent considérablement renforcées et les travailleurs durent renoncer à bon nombre d’avantages et à la sécurité de l’emploi pour qu’une minorité soit libre d’engranger des profits mirobolants. Environ 2900 descendants du Parti se partageaient une fortune estimée à 260 milliards de $.

Ainsi le bastion du communisme devient l’atelier de misère le plus rentable du monde.

Comment la Russie fut bradée aux oligarques


Lors du G7 de 1991, Gorbatchev est bien étonné d’apprendre que la communauté internationale ne le soutient pas dans son action de transformation de la société russe vers une sociale-démocratie à la scandinave, en une dizaine d’années, et qu’on allait lui couper les crédits s’il ne mettait pas immédiatement en œuvre une thérapie de choc sous la houlette du FMI. Il fallait donc mettre un frein au processus démocratique engagé.

Boris Eltsine, héros populiste de la défense du Parlement face à une attaque de la vielle garde communiste, et bien disposé à jouer le Pinochet russe, prend le pouvoir. Il y a deux façon de briser une économie centralisée, soit la démocratique, plus longue, soit le partage des morceaux entre les apparatchiks, plus expéditive. Boris Eltsine préfère la seconde. Les institutions chargées du maintient de l’ordre furent renforcées et un cabinet secret soutenu techniquement par les Chicago Boys pris les réformes en main. Comme les polonais, les russes auraient préféré privatiser via des coopératives de travailleurs, mais ils furent pris par surprise lors d’une « attaque éclair » lancée pendant la « conjoncture favorable » crée par « le brouillard de la transition ». A nouveau le même scénario de la thérapie de choc : en 1992 la consommation du russe moyen avait baissé de 40% par rapport à 1991. Le parlement qui fait écho au mécontentement populaire entre en conflit avec Eltsine, en 1993 le Pinochet russe lance les chars contre l’immeuble du Parlement qu’il avait défendu deux ans plus tôt. Le programme peut commencer : suppression du contrôle des prix alimentaires, colossales réductions budgétaires, accélération des privatisations. Les russes n’arrivent pas à suivre. En contradiction avec les préconisations de l’école de Chicago, Eltsine n’autorise pas les étrangers à faire l’acquisition d’actifs russes. Le groupe des oligarques sort de l’ombre, la Russie qui ne comptait aucun millionnaire compte 17 milliardaires en 2003.

Sa popularité étant tombée en dessous de 10%, le président russe a besoin d’une bonne petite guerre et il trouve un bon prétexte avec la république sécessionniste tchétchène. Une fois débarrassé de la menace d’un changement de gouvernement, les Chicago Boys s’attaquent aux gros morceaux. Par exemple, la société pétrolière Youkos, qui contrôle plus de pétrole que le Koweït, et génère plus de 3 milliard de $ par an, fut vendue seulement 300 millions de $ (moins de 1% de sa valeur). Non seulement les richesses de la Russie furent bradées, mais acquises à l‘aide de fond publics détournés par des ministres d’Eltsine.

L’économie confisquée en Afrique du sud

Les grandes lignes du programme économique de l’ANC étaient : « nous encourageons l’habilitation économique des Noirs, et celle-ci passe inévitablement par l’appropriation de certains secteurs de l’économie par l’Etat ». A la fin de l’apartheid, l’ANC doit apprendre à gouverner. Dans la fièvre de la libération, l’attention se focalise sur les aspects politiques et, pour arracher des avantages hautement symboliques, des concessions sont faites à l’ancien pouvoir blanc. Les décisions économiques sont confiées à des experts « techniques » prétendument impartiaux du FMI, de la banque mondiale et du GATT. Faute de compétences dans le domaine économique l’ANC passe à coté des véritables enjeux et se ligote dans un filet invisible (équivalent des notes de bas de page en caractères illisibles de nos contrats d’assurance). L’essentiel des ressources reste aux mains des anciens propriétaires. Le nouveau pouvoir hérite des dettes de l ‘ancien. Le nouvel état doit même payer des retraites d’aubaine aux fonctionnaires de l’ancienne administration (comme quoi l’ultralibéralisme sait être doux à des fonctionnaires quand ça l’arrange).

Quand il ouvre les yeux sur la dure réalité, c’est trop tard : « Nous avons l’Etat, où est le pouvoir ? ».

Résultat : depuis 1990 (date de la libération de Nelson Mandela), l’espérance de vie a diminuée de 13 ans, et le taux de chômage des noirs est passé de 23% à 48%.

Crise de la dette asiatique (1997-1998)

Le succès des « tigres » économiques de l’Asie faisait rêver tous les investisseurs de la planète. Des masses énormes de capitaux étrangers tombaient sur ces pays comme des nuées de sauterelles. Comme toujours dans les bulles spéculatives, il suffit d’une rumeur (que la Thaïlande ne pouvait plus soutenir sa devise) pour que la panique s’enfle et que les capitaux mondialisés s’envolent. La crainte irrationnelle auto-entretenue est devenue une réalité et les pays furent ruinés en un rien de temps.

En pareilles circonstances, les organismes comme le FMI (dont c’est la mission) doivent octroyer des prêts décisifs pour convaincre les spéculateurs à la baisse que l’économie ne sera pas abandonnée. Or Wall Street s’y opposa et l’octogénaire Milton Friedman - encore lui - déclara qu’il fallait « laisser couler » car le marché se rétablirait tout seul.

En vérité, ces tigres asiatiques ne plaisaient guère aux puristes du libre échange car ils interdisaient l’achat d’entreprises par des étrangers et gardaient des secteurs stratégiques, comme l’énergie ou les transports, dans le giron de l’état. L’occasion était trop belle d’éliminer ces barrières commerciales. La région vidée de ses devises n’aurait d’autre ressource que de mettre ses joyaux en vente et la plus grande braderie de tous les temps allait démontrer aux incrédules qu’il ne peut exister de troisième voie entre l’étatisme socialiste et le capitalisme à la mode de l’école de Chicago. Le FMI, se voyant en chirurgien de champ de bataille, assortit ses prêts de conditions cruelles et destructrices. On estime à 24 millions le nombre d’emplois perdus.

Le choc du 11 septembre 2001

En visite sur « Ground Zero », Bush rendit hommage au dévouement des fonctionnaires et dans les mois suivants annonça la création d’un ambitieux programme public. Mais le choc ne l’avait pas converti au keynésianisme : il s’agissait d’investir des sommes colossales pour soutenir l ‘économie, mais elles ne profiteraient qu’au corporatisme. Une fois de plus il fallait profiter de l’état de choc pour avancer les pions de l’ultralibéralisme conformément à la méthode Friedman. La première étape consista à renforcer au delà de toute mesure les pouvoirs de l’exécutif dans les domaines de la police, de la surveillance, de la détention et de la guerre.

Puis ce fut le choc économique, le véritable objectif. Au lieu de brader les sociétés d’Etat existantes, comme dans les années 90, on créa de toute pièce un nouveau business, celui de la sécurité et de l’anti-terrorisme. C’était le triomphe de la contre révolution : après avoir grignoté les appendices de l’Etat depuis 30 ans, on allait pouvoir en dévorer le cœur. L’élan patriotique permis de passer outre à tout débat public. En 2003 l’Administration Bush affecta 327 milliards de $ à des entreprises privées. L’industrie de la sécurité privée connaît un boum encore plus fulgurant qu’avait été celui de l’Internet avant 2001. Le capitalisme de choc était né.


Iraq : la guerre privatisée


Cette guerre a but commercial est lancée comme un nouveau produit par une intense campagne planétaire de publicité : il faut protéger le monde contre les armes de destruction massives.

Le but était de transformer un état arabe riche en pétrole en un « état modèle », c’est à dire en une grande expérience d’ultralibéralisme, comme l’avait été le Chili pour servir de modèle à tout un continent. La guerre est une affaire trop sérieuse pour être confiée aux militaires, disait Churchill ; la vision de Bush est qu’elle doit être confiée à l’entreprise privée. L’Etat, réduit à une coquille vide, n’est plus que le pipeline qui transvase directement l’argent de la poche des contribuables dans celle des compagnies, lesquelles sont choisies en fonction de leur liens étroits avec les membres du gouvernement (lesquels ne sont plus tenus de se défaire de leurs intérêts privés pour éviter les conflits d’intérêt, comme c’était la règle autrefois). Les profiteurs de la guerre (sociétés Blackwater, Halliburton, Betchel, Carlyle …) n’ont plus besoin de faire le siège du gouvernement : ils sont le gouvernement. Il n’y a même pas d’appels d’offres (incompatibles avec la situation d’urgence), les contrats stipulent simplement que les compagnies seront remboursées des frais engagés dans la guerre, plus un certain pourcentage de bénéfice.

Une des actions les plus significative dans l’Irak vaincu consista à brader aux enchères à des compagnies étrangères les 200 sociétés d’états déclarées improductives et de remplacer toutes les productions locales par des importations. L’autorité d’occupation fit main basse sur les revenus de la société pétrolière nationale. Le taux de chômage, qui est la meilleure signature de l’école de Chicago, est monté à 67%. Puis la « reconstruction », sorte d’anti-plan Marshall, ne fit appel à aucune ressource locale. L’Administration d’occupation, appliquant le principe de Bush (si une tâche peut être accomplie par le secteur privé, il faut la lui confier) ne comportait que 1500 personnes alors que la société Halliburton en employait à elle seule 50 000 dans la région. Les irakiens, dont 655 000 furent victimes de la guerre, comprirent que la « reconstruction » était une forme inédite de razzia et eurent du mal à comprendre que l’intention était de leur offrir l’occasion de bâtir une démocratie moderne. Un demi million de fonctionnaires furent licenciés, parmi eux 400 000 militaires n’avaient guère d’autre perspective d’avenir que de se joindre à la rébellion.

L’impunité dont les entreprises de « reconstruction » étaient assurées (elles n‘étaient assujetties à aucune loi locale ou américaine) engendra une cascade de fraudes qui engouffra les pétrodollars irakien aussi vite que les dollars du contribuable américain. L’échec catastrophique de la reconstruction n’eut plus qu’à être imputé aux conflits sectaires locaux et non à la rigidité doctrinale des utopistes de Chicago. Le capitalisme de choc profita du chaos culminant en 2007 pour faire voter par le parlement irakien une loi pour soustraire du champs d’action démocratique les décisions relatives aux réserves pétrolières. But de guerre atteint, on parla d’un possible retrait.

A mesure que la guerre se prolongeait, elle n’était plus qu’une entreprise à but lucratif. Les contrats de la seule entreprise Halliburton représente presque 4 fois le budget de l’ONU pour maintenir la paix dans le monde.

La seconde vague du Tsunami (2004)

La vague qui fit 250 000 victimes et 2,5 millions de sans-abri suscita un élan de générosité sans précédent. La « reconstruction » devient une affaire sérieuse. Au Sri Lanka par exemple, des centaines de milliers de petits pêcheurs sont interdits de revenir sur le littoral « trop dangereux », ceci afin que des investisseurs étrangers puissent mettre en chantier de vastes complexes balnéaires sur ces sites trop idylliques. Les méga-désastres sont la source de méga-profits.
Sommaire Grand nettoyage à la Nouvelle Orléans (2005)

Le monde a été scandalisé par l’incurie de l’Administration Bush qui avait laissé les digues se dégrader puis a étalé au grand jour son inefficacité dans le secours aux sinistrés. Imprégné du préjugé qu’un gouvernement est là pour aider ses citoyens en cas de coup dur, on n’a pas compris tout de suite que ce fut pour le haut du pavé une divine surprise : « Nous avons enfin nettoyé les logements sociaux de la Nouvelle-Orléans. Dieu a réussi là où nous avions échoué ». L’incroyable incompétence n’était qu’une ruse pour profiter d’une si belle occasion (100 milliards de $ de fonds publics ont été débloqués).

A 93 ans « Oncle Miltie », toujours aussi virulent, écrit dans le Wall Street Journal : « La plupart des écoles sont en ruine, au même titre que les maisons des élèves qui les fréquentaient. Ils sont aujourd’hui éparpillés aux quatre coins du pays. C’est l’occasion de transformer de façon radicale le système d’éducation ».

Au lieu de reconstruire les écoles on distribue des « bons d’études » qui tombent directement dans les caisses d’écoles privées (à but lucratif et subventionnées par l’Etat). Dix-neuf mois après l’inondation, alors que la plupart des pauvres sont encore en exil, presque toutes les écoles publiques ont été remplacées par des écoles privées. Seules 4 écoles sur 123 subsistent et 4700 instituteurs ont été licenciés. Ce n’est qu’un échantillon.

Israël : la sécurité compte plus que la paix

Alors que la lutte contre le terrorisme devient la grande affaire du XXIe siècle, l’expérience d’Israël en la matière devient un atout de premier plan. L’industrie de la sécurité intérieure devient une spécialité locale de réputation internationale. La haute technologie, axée en grande partie sur la sécurité, compte aujourd’hui pour 60% des exportations. Comme la paix nuirait gravement au commerce de la sécurité, on comprend pourquoi les colombes sont bâillonnées.

Les bouleversements en Russie ont provoqué une vague d’immigration qui rend la main-d’œuvre palestinienne superflue. On peut donc boucler les territoires (ce ne sont plus les riches qui se barricadent derrière de hauts murs, ce sont les pauvres qu’on enferme). Comme l’ultralibéralisme fait naître des mégapoles de misère partout dans le monde, la barrière de sécurité devient le marché de l’avenir.

On est loin du rêve d’une planète ouverte, où l’absence de frontières serait la clé d’une prospérité sans limite. On est plutôt dans un cauchemar : les citoyens ordinaires, abandonnés par leurs Etats impuissants, croupissent dans des cloaques immondes, où des maladies jadis vaincues provoquent des hécatombes sous les caméras de surveillance. Pendant ce temps les demi-dieux de l’Etat corporatiste s’échappent en hélicoptère.
_________________________________________________________________________________________________
Ajouter le 23-05-2009
La Fondation Bertelsmann au service d’un marché transatlantique et d’une gouvernance mondiale
par Pierre Hillard
Source: http://www.mondialisation.ca/index.php? … ;aid=13698
_________________________________________________________________________________________________
Le futur grand marché transatlantique
par Jean-Claude Paye*[1]
http://www.voltairenet.org/article159047.html
Jean-Claude Paye est sociologue. Derniers ouvrages publiés : La Fin de l’État de droit, La Dispute 2004 ; Global War on Liberty, Telos Press 2007.
_________________________________________________________________________________________________
Aymeric Chauprade
http://www.dailymotion.com/video/k28yS1qwOjfQUTXhIG
http://www.dailymotion.com/video/k3XiKviw4YI9z1XXn9
_________________________________________________________________________________________________
Ajouter le 06-05-2009
http://www.trilateral.org/EURGp/regmtgs … ooklet.pdf
___________________________________________________________________________________________________________________________________________
Carburant de la machine de propagande

(Ajouter le 11 novembre 2008)
Vision d'une Américaine qui habite actuellement en France

You could say that France is a blend of moderated capitalism and socialism.
But that is under threat. Thankfully, the French had the good sense to reject the European Constitution last year. I read the entire document and it consisted mainly of setting up a banking system that would impose controls on government the same way the bankers control the U.S. It would have been a big step toward U.S. style greedy, dog-eat-dog capitalism taking over here, and I was glad to see that the French can still read and think!
There are other threats to the French way of life: no one yet knows what Nicolas Sarkozy has in mind for France if he is elected president. Sarko, as he is affectionately called, is an "American-o-phile." That's bad news. All the French need to do is look at the U.S., maybe visit there for a few months and really get out and talk to the people on the street, in order to know that this is not the way France wants to go! Just to give you an idea of what I am talking about, allow me to quote Michael Parenti's "Hidden Holocaust":
Conservatives are fond of telling us what a wonderful, happy, prosperous nation this is. The only thing that matches their love of country is the remarkable indifference they show toward the people who live in it. To their ears the anguished cries of the dispossessed sound like the peevish whines of malcontents. They denounce as "bleeding hearts" those of us who criticize existing conditions, who show some concern for our fellow citizens. But the dirty truth is that there exists a startling amount of hardship, abuse, affliction, illness, violence, and pathology in this country. The figures reveal a casualty list that runs into many millions. Consider the following estimates. In any one year:

* 27,000 Americans commit suicide.

* 5,000 attempt suicide; some estimates are higher.

* 26,000 die from fatal accidents in the home.

* 23,000 are murdered.

* 85,000 are wounded by firearms.

* 38,000 of these die, including 2,600 children.

* 13,000,000 are victims of crimes including assault, rape, armed robbery, burglary, larceny, and arson.

* 135,000 children take guns to school.

* 5,500,000 people are arrested for all offenses (not including traffic violations).

* 125,000 die prematurely of alcohol abuse.

* 473,000 die prematurely from tobacco-related illnesses; 53,000 of these are nonsmokers.

* 6,500,000 use heroin, crack, speed, PCP, cocaine or some other hard drug on a regular basis.

* 5,000+ die from illicit drug use. Thousands suffer serious debilitations.

* 1,000+ die from sniffing household substances found under the kitchen sink. About 20 percent of all eighth-graders have "huffed" toxic substances. Thousands suffer permanent neurological damage.

* 31,450,000 use marijuana; 3,000,000 of whom are heavy users.

* 37,000,000, or one out of every six Americans, regularly use emotion controlling medical drugs. The users are mostly women. The pushers are doctors; the suppliers are pharmaceutical companies; the profits are stupendous.

* 2,000,000 nonhospitalized persons are given powerful mind-control drugs, sometimes described as "chemical straitjackets."

* 5,000 die from psychoactive drug treatments.

* 200,000 are subjected to electric shock treatments that are injurious to the brain and nervous system.

* 600 to 1,000 are lobotomized, mostly women.

* 25,000,000, or one out of every 10 Americans, seek help from psychiatric, psychotherapeutic, or medical sources for mental and emotional problems, at a cost of over $4 billion annually.

* 6,800,000 turn to nonmedical services, such as ministers, welfare agencies, and social counselors for help with emotional troubles. In all, some 80,000,000 have sought some kind of psychological counseling in their lifetimes.

* 1,300,000 suffer some kind of injury related to treatment at hospitals.

* 2,000,000 undergo unnecessary surgical operations; 10,000 of whom die from the surgery.

* 180,000 die from adverse reactions to all medical treatments, more than are killed by airline and automobile accidents combined.

* 14,000+ die from overdoses of legal prescription drugs.

* 45,000 are killed in auto accidents. Yet more cars and highways are being built while funding for safer forms of mass transportation is reduced.

* 1,800,000 sustain nonfatal injuries from auto accidents; but 150,000 of these auto injury victims suffer permanent impairments.

* 126,000 children are born with a major birth defect, mostly due to insufficient prenatal care, nutritional deficiency, environmental toxicity, or maternal drug addiction.

* 2,900,000 children are reportedly subjected to serious neglect or abuse, including physical torture and deliberate starvation.

* 5,000 children are killed by parents or grandparents.

* 30,000 or more children are left permanently physically disabled from abuse and neglect. Child abuse in the United States afflicts more children each year than leukemia, automobile accidents, and infectious diseases combined. With growing unemployment, incidents of abuse by jobless parents is increasing dramatically.

* 1,000,000 children run away from home, mostly because of abusive treatment, including sexual abuse, from parents and other adults. Of the many sexually abused children among runaways, 83 percent come from white families.

* 150,000 children are reported missing.

* 50,000 of these simply vanish. Their ages range from one year to mid-teens. According to the New York Times, "Some of these are dead, perhaps half of the John and Jane Does annually buried in this country are unidentified kids."

* 900,000 children, some as young as seven years old, are engaged in child labor in the United States, serving as underpaid farm hands, dishwashers, laundry workers, and domestics for as long as ten hours a day in violation of child labor laws.

* 2,000,000 to 4,000,00 women are battered. Domestic violence is the single largest cause of injury and second largest cause of death to U.S. women.

* 700,000 women are raped, one every 45 seconds.

* 5,000,000 workers are injured on the job; 150,000 of whom suffer permanent work-related disabilities, including maiming, paralysis, impaired vision, damaged hearing, and sterility.


* 100,000 become seriously ill from work-related diseases, including black lung, brown lung, cancer, and tuberculosis.

* 14,000 are killed on the job; about 90 percent are men.

* 100,000 die prematurely from work-related diseases.

* 60,000 are killed by toxic environmental pollutants or contaminants in food, water, or air.

* 4,000 die from eating contaminated meat.

* 20,000 others suffer from poisoning by E.coli 0157-H7, the mutant bacteria found in contaminated meat that generally leads to lifelong physical and mental health problems. A more thorough meat inspection with new technologies could eliminate most instances of contamination--so would vegetarianism.
At present:

* 5,100,000 are behind bars or on probation or parole; 2,700,000 of these are either locked up in county, state or federal prisons or under legal supervision. Each week 1,600 more people go to jail than leave. The prison population has skyrocketed over 200 percent since 1980. Over 40 percent of inmates are jailed on nonviolent drug related crimes. African Americans constitute 13 percent of drug users but 35 percent of drug arrests, 55 percent of drug convictions and 74 percent of prison sentences. For non drug offenses, African Americans get prison terms that average about 10 percent longer than Caucasians for similar crimes.

* 15,000+ have tuberculosis, with the numbers growing rapidly; 10,000,000 or more carry the tuberculosis bacilli, with large numbers among the economically deprived or addicted.

* 10,000,000 people have serious drinking problems; alcoholism is on the rise.

* 16,000,000 have diabetes, up from 11,000,000 in 1983 as Americans get more sedentary and sugar addicted. Left untreated, diabetes can lead to blindness, kidney failure and nerve damage.

* 160,000 will die from diabetes this year.

* 280,000 are institutionalized for mental illness or mental retardation. Many of these are forced into taking heavy doses of mind control drugs.

* 255,000 mentally ill or retarded have been summarily released in recent years. Many of the "deinstitutionalized" are now in flophouses or wandering the streets.

* 3,000,000 or more suffer cerebral and physical handicaps including paralysis, deafness, blindness, and lesser disabilities. A disproportionate number of them are poor. Many of these disabilities could have been corrected with early treatment or prevented with better living conditions.

* 2,400,000 million suffer from some variety of seriously incapacitating chronic fatigue syndrome.

* 10,000,000+ suffer from symptomatic asthma, an increase of 145 percent from 1990 to 1995, largely due to the increasingly polluted quality of the air we breathe.

* 40,000,000 or more are without health insurance or protection from catastrophic illness.



* 1,800,000 elderly who live with their families are subjected to serious abuse such as forced confinement, underfeeding, and beatings. The mistreatment of elderly people by their children and other close relatives grows dramatically as economic conditions worsen.

* 1,126,000 of the elderly live in nursing homes. A large but undetermined number endure conditions of extreme neglect, filth, and abuse in homes that are run with an eye to extracting the highest possible profit.

* 1,000,000 or more children are kept in orphanages, reformatories, and adult prisons. Most have been arrested for minor transgressions or have committed no crime at all and are jailed without due process. Most are from impoverished backgrounds. Many are subjected to beatings, sexual assault, prolonged solitary confinement, mind control drugs, and in some cases psychosurgery.

* 1,000,000 are estimated to have AIDS as of 1996; over 250,000 have died of that disease.

* 950,000 school children are treated with powerful mind control drugs for "hyperactivity" every year--with side effects like weight loss, growth retardation and acute psychosis.

* 4,000,000 children are growing up with unattended learning disabilities.

* 4,500,000+ children, or more than half of the 9,000,000 children on welfare, suffer from malnutrition. Many of these suffer brain damage caused by prenatal and infant malnourishment.

* 40,000,000 persons, or one of every four women and more than one of every ten men, are estimated to have been sexually molested as children, most often between the ages of 9 and 12, usually by close relatives or family acquaintances. Such abuse almost always extends into their early teens and is a part of their continual memory and not a product of memory retrieval in therapy.

* 7,000,000 to 12,000,000 are unemployed; numbers vary with the business cycle. Increasing numbers of the chronically unemployed show signs of stress and emotional depression.

* 6,000,000 are in "contingent" jobs, or jobs structured to last only temporarily. About 60 percent of these would prefer permanent employment.

* 15,000,000 or more are part-time or reduced-time "contract" workers who need full-time jobs and who work without benefits.

* 3,000,000 additional workers are unemployed but uncounted because their unemployment benefits have run out, or they never qualified for benefits, or they have given up looking for work, or they joined the armed forces because they were unable to find work.

* 80,000,000 live on incomes estimated by the U.S. Department of Labor as below a "comfortable adequacy"; 35,000,000 of these live below the poverty level.

* 12,000,000 of those at poverty's rock bottom suffer from chronic hunger and malnutrition. The majority of the people living at or below the poverty level experience hunger during some portion of the year.

* 2,000,000 or more are homeless, forced to live on the streets or in makeshift shelters.



* 160,000,000+ are members of households that are in debt, a sharp increase from the 100 million of less than a decade ago. A majority indicate they have borrowed money not for luxuries but for necessities. Mounting debts threaten a financial crack-up in more and more families.
A Happy Nation?
________________________________________________________________________

http://www.youtube.com/watch?v=i9YR-5MwHBk
http://bulletproofbaby.net/home%20page.html
http://visiontemple.blogspot.com/2006/0 … shoot.html

Dernière modification par Osi007 (07-08-2012 09:44:26)

Hors ligne

 

#34 16-10-2008 13:08:32

Osi007
Membre
Message n°5103
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Bonjour à tous,

Quelle leçon doit-on constater sur cet accident d'octobre  2008  dans le monde? L'argent existe toujours. Mais par la ruse, par dogme, par la tromperie, par la cupidité et par ambition de  nos professionnels du spectacle politique, qui ont vendu leurs âmes certainement pour une raison évidente du pouvoir et de privilège, ont trahi en conséquence leurs concitoyens. Même si le culte de marché a subi une défaite catastrophique au cours des dernières semaines, il se trébuche uniquement.Tous les grands partis politiques en occident, depuis la trente dernière années, ont dépensé la totalité de leur carrière politique dans ce culte de marché.On remarque une fois de plus que les adeptes font appel à la déréglementation avec leurs rituelles et foi  fondamentaliste sauvage.

On dirait que chaque accident est conçu par la panique déclenchée par l'effondrement d'une grande institution financière, dont les flammes sont attisées par la presse et à travers la mise attentives des déclarations et des informations dans la sphère publique. Aux États-Unis, la panique de 1907 a abouti à la création de la Réserve fédérale, alors que la crise agricole 1920/21 a abouti à la consolidation de vastes exploitations agricoles, le Crash de 1929 a entrainé une consolidation massive en puissance financière pour des gens comme JP Morgan, qui a aussi    conditionné la montée du fascisme en Europe. Renforcer  le pouvoir de la BCE?[*1]


Souvenons-nous cette  affirmation  contradictoire : « Les caisses sont vides », il semblerait que cette affirmation   touche uniquement les  citoyens.

________
[*1]Ajouter le 7-03-2009
http://www.pauljorion.com/blog/?p=2209

___________________________________________________________________________________
Bonsoir à tous,
Ajouter le 7-11-2008
Source:http://www.cadtm.org/spip.php?article3845
Le sauvetage des banques et des assurances privées réalisé en septembre-octobre 2008 constitue un choix politique fort qui n’avait rien d’inéluctable et qui plombe l’avenir à plusieurs niveaux décisifs.[...]


____________________________________________________________________________________
(Ajouter le 11 novembre 2008)

Infos sur  l'article sur le site d'Etienne Chouard :

« Le plan de sauvetage : l'ultime pillage de Bush »
une excellente analyse de Naomi Klein :
http://www.france.attac.org/spip.php?article9182


L'administration de Bush  a embauché une firme de Wall Street, le géant mondial  “Mellon Bank of New York”,qui va conduire les distributions des  700 milliards de dollars du plan de sauvetage.  Mais comme d'habitude, la méthode de partage restait toujours opaque. Et cette même banque, qui gère  et  distribue, bénéficie en même temps aussi  de l'aide, mais le montant des partages envers les élites financières  sera rendu public que  dans quelques mois. Il est difficile de savoir s'il y a une ferme volonté de nettoyer les produits sales du  système, ou c'est une simple manipulation de leurs propres actifs en difficulté, dont certains sont soupçonnés d'être presque sans valeur...

UN SEUL député uniquement a eu le courage d'exposer les stratégies alarmistes qui ont été déployées à cette version révisée et bien calculée. Une petite anecdote, cette année, la Banque Mellon du New York a au moins deux lacunes dans la sécurité des données informatiques,soi-disant , elle a perdu  des données  critiques de ses clients. Dans cet  incident, les numéros de sécurité sociale de 4 millions de personnes se sont volatilisés, et les documents de paiement de 50 clients institutionnels ont également aussi  disparu.

*******
30-08-2009
http://img79.imageshack.us/img79/6079/paulson.jpg
Source:__http://www.jovanovic.com/salomon-brothers-jovanovic.htm
extrait:
[...]Alors comment Goldman Sachs arrive-t-il à gagner autant d'argent ? Ha ha ha, Ha Ha ha, Accrochez-vous au pinceau, on enlève le plafond, eh bien tout simplement parce que c'est Goldman Sachs qui a la charge de la vente des Bons du Trésor du gouvernement américain !!! Ha Ha Ha ha Mais oui! Regardez: Bear Stearns, concurrent de GS, a été tué par Harry Paulson, ancien patron de GS. Lehman Brothers, principal concurrent de GS, a aussi été tué par Harry Paulson. Ni vu, ni connu, c'est la crise mon bon monsieur. Et dans ce domaine très spécialisé des bons du Trésor, une fois la Bear Stearn et la Lehman Brothers au tapis, qui est le grand gagnant ? Goldman Sachs !
Le reste à JP Morgan (avec le cadavre de la Bear), et les miettes données aux cochons ! Imaginez que Goldman Sachs prend son pourcentage sur tous les achats et ventes des Bons du Trésor américain, qu'il soit du gouvernement, de la région et même municipal ! Et comme vous le savez, depuis le 1er janvier 2009, AVEC CETTE CRISE COLOSSALLE ce sont des trilliards et trilliards de dettes qui ont été vendues, et on ne parle pas des Bons du trésor arrivés à échéance et sur lesquels la GS prend AUSSI sa commission ! C'est beau, c'est propre, du travail de pro, une exécution faite devant le monde entier par Paulson, ancien président de GS !

Et tenez-vous bien, en tant que Secrétaire, il avait quand même gardé ses millions de stocks options de... Goldman Sachs bien-sûr ! Il a éxécuté les deux seuls concurrents de GS, et lui a laisé une voie royale ( voir par exemple la vidéo de Glenn Beck plus bas, lui aussi scandalisé, mais il n'avait pas encore accroché ce wagon-ci, il s'est reposé sur un article de Rolling Stones). Et moi, snif, qui croyais que c'était le gouvernement américain qui vendait ou rachetait sa propre dette, un peu comme la Banque centrale anglaise... Mais non: Goldamn Sachs est le seul, ou presque, pour les enchères et aussi pour prendre sa com sur toutes les entrées et sorties passage... C'est beau des concessions comme celles-ci. Tu m'étonnes qu'ils gagnent des milliards en ce moment !
[...]

____________________________________________________________________________________
Ajouter le 09-01-2009
Historiquement parlant, les pathocraties visent  à éliminer en premier lieu l'intelligentsia.Ce gaspillage des meilleurs esprits et talents mène à la catastrophe.
http://www.pauljorion.com/blog/?p=1216
____________________________________________________________________________________
Ajouter le 30-01-2009
Dans le rapport fiscal de 2000, le département de la Défense avait «égaré» 1,1 billions de $, soit une fois et demie ce que le président élu Obama veut investir aux États-Unis.
http://fr.youtube.com/watch?v=eootfzAhAoU
____________________________________________________________________________________
Ajouter le 04-04-2009

Période 1810-1830

Premier krach boursier de Londres.
Météors et crises climatiques à travers le monde.
Guerres
1810-1819 Guerre de l'indépendance colombienne
1810-1816 Guerre de l'Indépendance Argentine
1810-1817 Madagascar La conquête de Merina
1810-1820 La guerre du Punjab
1810-1818 Jihad D'Amadu
1810-1821 Guerre de l'Indépendance du Mexique
1811-1818 Guerre Ottomane et de l'Arabie saoudite
1811-1825 Guerre de Bolivar

1814-1826 Guerre de l'indépendance du Chili
1815 Deuxième guerre de Barbarie
1815-1817 Second soulèvement Serbe
1817-1864 Guerre du Caucase
1817-1818 Première Guerre Seminole
1820-1823 Guerre civile espagnole, 1820-1823
1821-1831 Guerre d'indépendance grecque
1821-1823 Guerre Ottoman-Persian

1821-1837 Guerre Padri en Indonésie
1822-1844 Invasion haïtienne de la République dominicaine
1823-1826 Première Guerre birmane
1824 Guerre d'indépendance du Pérou

1825-1828 Guerre russo-persane

1825-1828 Guerre Brésil contre l'Argentine et l'Uruguay Confédération partisans.
1825-1830 Guerre de Java
1828-1829 Guerre Colombie et Pérou
1828-1829 Guerre russo-turque


Extrait du Journal hebdomadaire des arts et métiers de 1826 :
Source: http://books.google.ca/books?pg=PA84&am … r#PPA82,M1
*Incapable de se taire

Londres, 1er mars 1826

Sur la détresse actuelle du Royaume-Uni.

J'ai eu l'occasion de parler tant de fois de la prospérité industrielle de la Grande-Bretagne, et de la puissance que donne à son commerce le système des grandes associations, que je ne puis garder entièrement le silence sur la crue horrible que ce pays éprouve depuis plusieurs mois ; crise à peu près générale, on peut le dire, et qui certainement, comme ces grandes tempêtes qui semblent bouleverser la masse des flots, jusqu'au fond des mers, ne se calmera pas subitement, et laissera après elle une effroyable quantité de ruines, dont une partie aura profité à quelques-uns seulement. En sorte que cette terrible convulsion aura créé quelques nouveaux riches, et en aura renversé ou réduit à la médiocrité un grand nombre.

On ne peut se tromper maintenant sur les causes réelles et éloignées, bien qu'elles aient été ignorées durant un assez long temps, cle ce grand malheur national. J'en citerai quelques-unes.

1° La pléthore ou l'extraplénitude des richesses, qui étaient tellement multipliées en or, en papier de banque, en actions commerciales, en marchandises, en longs crédits, qu'elles se montraient partout ; et qu'une partie de ceux qui les possédaient, ne sachant à quoi les employer, se sont élancés vers les voies nouvelles (riantes à l'entrée, mais semées de précipices à une certaine distance) qui leur ont été offertes avec tout l'art de la séduction par quelques-uns de ces misérables cl fins agioteurs qui fourmillent aujourd'hui dans presque toutes les bourses de l'Europe.

J'ai vu une époque (à la fin de 1824 et en 1825)à laquelle, je puis le dire sans exagération, il n'eût fallu que quelques semaines pour placer une ou deux centaines de millions de francs d'actions dans quelque association, formée sur le simple témoignage de quelque prétendu voyageur (bien accrédité préalablement par les escrocs dont il aurait été l'instrument) pour l'exploitation d'une mine d'or ou d'argent dans laquelle on aurait trouvé, eut-on dit, ces métaux en roches compactes. Jamais la démence des illusions d'une imagination avide de richesses n'a eu un pareil exemple, ni ne se renouvellera.

Un tel désordre dans les idées nationales (car il a été à peu près général), une ardeur si vive, si obstiné à poursuivre des chimères dorées, présageaient aux esprits sages, et devaient nécessairement amener de funestes résultats.

Depuis l'époque à laquelle les Parisiens devenus fous se battaient à qui pourrait le premier échanger son argent contre les billets de l'escroc « Law » *, jamais aucun peuple ne s'était laissé abuser par des rêves pareils à ceux dont la fin a mis à découvert tant de plaies profondes faites au corps commercial et financier de la Grande-Bretagne.

2° La plétore des richesses a répandu de tous côtés l'esprit de monopole ; chacun a voulu acheter des marchandises soit pour les revendre à bénéfice, soit pour les emmagasiner, afin de dicter la loi plus tard à ceux qui devaient les consommer, en fabrique ou ailleurs.

Avec un capital de 20,000 livres, on s'est lancé dans des opérations de 100, de 150,000 livres ; et une armée d'aventuriers a envahi les affaires. Quelques-uns de ceux qui ont commencé ce genre d'opérations, sans bases et sans moyens réels, ayant fait des bénéfices, ont aiguillonne toutes les cupidités, et chacun ajouté à l'aveugle sur les marchandises, sur les effets publics, sur des actions de toute nature.

Mais ce jeu ne pouvait continuer à procurer des bénéfices. Bientôt donc la succession des achats et des reventes a atteint son apogee. Alors chaque opération a tourné à perte, et cette perte s'est accrue progressivement jusqu'à prendre le caractère de la ruine, parce que les prix ont baissé, parce que les ventes sont devenues très difficiles ; enfin, parce que les tripoteurs qui avaient acheté ont été forcés de donner à rien leurs marchandises ou leurs actions, pour faire face aux énormes engagements qu'ils avaient contractés.

3° Les capitaux des banques, si multipliés, si utiles dans l'intérieur, et ceux des banquiers particuliers qui avaient pris part à cette folie des spéculations, se sont trouvés en partie engagés à long terme, ou sur des biens-fonds, ou dans les actions, dans les emprunts, ou dans des entreprises lointaines, etc., et lorsque la foule est accourue, voulant réaliser ses billets de banque ; lorsque l'obstination et la peur sont devenues générales, les caisses les plus riches se sont trouvées pauvres et n'ont pas tardé à être épuisées, parce que l'imprévoyance avait tout dirigé sans penser à l'avenir.

4° La banque d'Angleterre ayant commis des faits du même genre, et s'étant engagée de 50 millions de francs avec le gouvernement, la banque, avec de bonnes intentions, s'est trouvée impuissante.

5° Les petits billets de 50 francs ayant été multipliés à l'excès, et se trouvant dans les mains des classes ouvrières, la peur s'est d'abord emparée de ces classes, qui ont assiégé soudainement la porte des banques.

C'est le seul mal qu'aient fait ces actions tant accusées dans les chambres ; mais, le mal eût-il été beaucoup moindre, s'il n'y avait eu que des billets de 5 livres. et de 10 livres.? Car on connaît l'esprit de toutes les foules, et les ravages que font parmi elles l'épouvante, les bruits ; on s'explique donc comment l'effroi a atteint successivement toutes les classes, et comment il les eut atteintes, même quand les billets de 2 livres. n'eussent pas existé.

6° Alors il s'est forme des ligues odieuses et dénaturées, dans le but d'augmenter le désordre des esprits et les embarras des débiteurs pour en profiter, soit par des prêts monstrueusement usuraires, soit en faisant tomber à vil prix les effets publics ; du dehors et du dedans, les marchandises, et les propriétés de toute nature, afin de s'enrichir de la ruine publique.

Mais je dois dire aussi que, dans l'intérieur, un grand nombre de lords, de propriétaires et de capitalistes puissants, ont eu une conduite vraiment admirable. Quant aux habitants de Londres, ils ont perdu la tête.

Comme cela devait être, chaque faillite en a engendré, d'étages en étage, une multitude d'autres, et a accru successivement la grandeur de la plaie nationale, en tuant tout crédit, toute Confiance, en occasionnant le resserrement des capitaux ; en sorte qu'au moment où il eut été nécessaire de les mettre tous sur la place, la circulation ordinaire a manqué de moyens.

Les banquiers et les banques qui avaient soutenu les premiers assauts ont succombé dans un second, ou dans un troisième et ceux qui ont résisté à la furie de la tempête ne l'ont pu qu'en se dépouillant, par des marchés onéreux, d'une partie de leur fortune pour sauver l'autre ; en sorte que les maux cachés ne sont pas moins grands que ceux qui ont éclaté publiquement.

8° La confiance et les moyens réels étant détruits presque partout, on n'a pu escompter le papier du commerce, et tels individus de ma connaissance qui avaient en porte-feuille, et en masses considérables, les signatures les mieux famées , les plus recherchées avant la crise, ou de grandes valeurs en marchandises, etc., ont pu à peine trouver du comptant pour faire face aux dépenses journalières de leur maison.

Je dois dire qu'en Angleterre on ne conserve en argent que le strict nécessaire, et qu'on tire sur le banquier, chez lequel on a ses fonds, au fur et à mesure des besoins.

Le dépôt ne produit aucun intérêt au propriétaire, et au contraire lorsque c'est celui-ci qui doit au banquier, ce dernier est bonifié de l'intérêt convenu entre lui et son client.

Certes, ce mode de comptes courants était très favorable au commerçant et au commerce ; mais je n'ai jamais pu concevoir pourquoi l'homme qui n'était pas négociant laissait ainsi dormir ses fonds, au milieu des dangers dont il existait tant d'exemples antérieurs.

9° La fabrication, comme la vente et la consommation intérieure, ont sensiblement diminué, et par gradation, par suite du reflux le plus tempétueux, le particulier le plus étranger aux affaires s'est trouvé atteint par le fleau.

Enfin, les choses ont été portées au point qu'on a pu craindre, pendant quelque temps, une sorte de désorganisation sociale.

10° Les gens les plus riches se sont vus tout à coup réduits à la misère, au milieu des caisses, des fabriques, ou des magasins les plus opulents, ou sur des liasses d'actions, d'effets publies et de billets, ou de lettres de change qui, quelques jours avant, étaient préférés à l'or et valaient réellement davantage.

Les pauvres se sont multipliés, parce que l'ouvrage a manqué, et si, au lieu d'être exempte d'esprit de parti et d'éléments de discordes, la nation en eût recelé d'intérieurs, comme cela se voit en d'autres pays, il est assez présumable que l'empire britannique eût éprouvé l'un des bouleversements les plus horribles dont l'histoire fasse mention.

11° Certes, le mal n'est pas à son terme ; mais sa grande furie est passée et ne se renouvellera pas. Toutefois, les faillites ne peuvent manquer de se succéder, pendant plusieurs mois, c'est-à-dire jusqu'à l'époque du dernier terme des crédits de quatre , de six mois et plus, accordés antérieurement à la crise ; car ou doit savoir que, sous le rapport de la longueur des échéances, les avantages du commerce britannique étaient infinis, chaque bonne maison ayant dans son banquier un appui sûr, et des ressources toujours proportionnées au crédit qu'elle avait sur la place.

Je le répète, le mal ne sera réellement et complètement à sa fin que lorsque tous les précédons billets à long terme auront été payés, ou protestés ; que lorsque les effets publics et les diverses actions négociables seront remontés à leur valeur réelle, ce qui demande plus de trois mois, à mon avis : or, combien d'amertumes et de transes pour les maisons les plus solides durant un si long temps, et lorsqu'un si grand nombre d'effets leur reviennent protestés chaque jour ; ce qui explique la continuation journalière des banqueroutes, et l'effroi ou les bruits sinistres qui se renouvellent si souvent à la bourse, ainsi que les ruineuses fluctuations qui oui lieu dans la valeur des effets publics.

12° Pour comble de malheur, les capitaux considérables prêtés à l'Espagne se trouvaient réellement détruits, puis-je le dire, quoiqu'on leur ait conservé la valeur fictive et de pure comédie, qu'on voit cotée dans les journaux ; et l'emprunt des Grecs venait d'être jeté, par les hasards de la guerre, dans une dépréciation presque pareille à celle des bons royaux des cortes.

13° On attribue encore ( mais c'est l'une des causes les moins influentes) une partie du mal à la disproportion existante entre la valeur de l'or et de l'argent monnayés, dans la Grande-Bretagne, ce qui a occasionné, dit-on, une grande exportation du premier.

Cependant le fait est que s'il n'y avait point eu de peur panique, le numéraire et le papier en. circulation étaient encore en proportion des besoins, et que la presque totalité des banques publiques ou particulières, et des maisons commerciales qui ont failli, était grandement au niveau de ses affaires; et que si l'importation s'est trouvée plus grande dans ces derniers temps que dans les années précédentes, comme le justifient les recettes des douanes, elle était peut-être plutôt un signe de prospérité, qu'un signe de décadence ; car la masse principale des importations consistait en matières brutes, dont le besoin augmentait en proportion de la fabrication, alors incalculable, et néanmoins inférieure aux demandes, dans un grand nombre d'articles.

La catastrophe actuelle (car c'en est bien une) n'est due qu'à une double maladie des esprits : 1° La folie des spéculations aveugles, ignorantes et sans objet réel ; 2° la peur.

Ou se tromperait donc si l'on attribuait cette catastrophe au cours naturel des choses commerciale ou au trop grand développement de l'industrie, et le temps prouvera de plus en plus, qu'on doit à des rêveurs, à des fous, à des aventuriers, les premiers maux qui ont servi d'origine à tous les autres .

La fabrique, la véritable classe commerçante, ont été en- traînées, elles sont devenues les victimes d'un fléau déchaîné par d'autres ; mais ce seront ces classes, aujourd'hui les seuls appuis, les seules nourricières de tous les empires, qui répareront les fautes, les imbécillités des classes qui leur sont étrangères, et je pourrais dire toujours contraires et trop souvent ennemies ; car, après les ligues anciennes qui méprisent ou qui craignent et qui tuent l'industrie, par calcul, dans certaines Turquies, quels ennemis plus dangereux peut-elle avoir que ces flibustiers de bourse, que ces capitalistes fainéants, dont l'avidité est insatiable, dont les intrigues et les brouilleries sèment le désordre, la méfiance et la misère, autant qu'ils en trouvent l'occasion, pour s'assurer des moissons aux dépens de l'industrie active, intelligente, et honorable ?

Le fléau de l'Europe (je ne crains ni de le dire, ni même d'assurer qu'il lui occasionnera encore de terribles maux), le fléau de l'Europe commerçante et industrielle est dans tous ces effets qu'on nomme la dette publique des états, et dans la passion générale (comme celle des cartes) , qui a converti en de véritables tripots, en de hideux repaires, les bourses à agiotage.

Pendant que les peuples s'épuisent pour payer l'intérêt des dettes contractées par les gouvernements, les capitaux et l'activité sont détournés du champ de l'industrie, et sont appliqués à un jeu immoral, autorisé, secondé partout, sans qu'on semble même s'apercevoir combien il est desséchant et ruineux pour l'industrie.

Aux causes que je viens de signaler plus haut de la détresse de l'empire britannique, et au mal que l'agiotage a causé au corps commerçant et industriel, je dois en joindre d'autres qui sont trop graves, qui ont été trop funestes au pays, pour qu'il me soit possible de les passer sous silence.

Je vais parler des combinaisons maladroites qui ont eu lieu entre la banque d'Angleterre et le gouvernement.

Un membre de la chambre des communes ( qui n'a pas été démenti) a cité les faits suivants, dans la séance parlementaire du 20 février.

Il dit qu'une masse de billets de l'échiquier, de 18 millions sterling, au mois d'octobre dernier, s'était accrue, en février suivant, jusqu'à 26 millions ;

Que ces billets, perdant 45, étaient remontés au pair, et que bientôt après ils avaient perdu 25;

Que le gouvernement avait jeté sur la place, tout à coup, 4 ou 5 millions d'effets, puis qu'il les avait retirés ;

Qu'il avait autorisé la banque à acheter pour 2 millions sterling de ses effets ; ce qui l'avait privée d'une partie de ses ressources au moment de la détresse ;

Que lorsque le change était contraire au pays, le gouvernement retirait ses effets, et qu'il les remettait en circulation lorsque le change était favorable, etc.

L'orateur a conclu de ces faits que ces fausses et arbitraires combinaisons produisaient les résultats les plus désastreux dans les fortunes particulières.

Il a reproché au gouvernement d'avoir autorisé la banque à avancera une seule maison un ou deux millions sterling, et beaucoup d'autres sommes à d'autres maisons, pour leur donner les moyens de contracter des emprunts au-dehors ; ce qui avait privé le pays d'une grande quantité de numéraire.

Il a ajouté qu'en se concertant avec la banque pour faire tomber l'intérêt de l'argent à un taux vil ( 2 ou 2 & 1/2 ) , le gouvernement avait autorisé et excité les spéculations sur les emprunts étrangers, et dans les entreprises folles dont j'ai parlé plus haut, par l'appât que présentaient aux prêteurs ou aux actionnaires l'intérêt et les bénéfices immenses qu'on leur promettait.

Effectivement la folie des spéculations, et la secte des aventuriers de bourse, ont commencé à se montrer au mois de décembre 1823, et l'orateur a fait suivre le compte ci -dessous des emprunts de 1824 et de 1825.

Emprunts de 1824 : 25,200,000 livres sterling
Emprunts de 1825 : 15,469,000 livres sterling
Total des deux années : 40,669,000 livres sterling


Le montant actuel des effets étrangers possédés par l'Angleterre est de 33,769,671 livres sterling.
La perte qu'ont éprouvée ces effets, en comparant leur valeur décroissante à celle qu'ils avaient au moment de la première vente, a été de 6,496,295 livres et elle était, le 19 février, de 9,796,440 livres.

Voici ce qu'a dit l'orateur sur les associations pour les mines du Nouveau-Monde.

Les actions de plusieurs compagnies, qui se sont vendu à 500 I., à 600 l. et plus au-dessus de leur première valeur, sont tombées au-dessous du pair, et même ne trouvent pas d'acheteurs.

L'orateur estime ainsi l'excès des importations : Coton 330,000 balles.- Soie 1,600,000 l. pesant. - En café, en objets de teinture, en bois de charpente, en laine, en vins, etc. 1,300,000 livres. - Montant estimé à une valeur non vendue de 6 millions sterling.

L'orateur fait la récapitulation suivante des valeurs, ou du numéraire exportés : Emprunts 8,125,753 livres - Mines et projets aventureux 3,097,000 livres. - Excès des importations 6,000,000 livres. - Pertes de 10% sur (estimées 36,000,000) 3,600,000 livres. - Total 20,822,753 livres dont le pays s'est follement dépouillé.

Qu'on juge quels produits fussent sortis de cette masse énorme de capitaux, si elle fût demeurée à la disposition de l'industrie !!!

Cependant, comme on n'a pas payé plus de 4 % sur les actions des mines ; comme ce paiement ne s'élève qu'à 5,097,000 livres. Enfin, comme la sortie et l'emploi réel au dehors n'ont pas excédé la moitié, l'orateur n'estime l'exportation, de ce côté, qu'à 1,647,000 livres. Mais il a ajouté qu'il y avait aujourd'hui une diminution dans le prix des marchandises de 41,000,000 de livres environ. On voudra bien observer que je ne suis ici qu'un citateur. Je rentre dans mes propres calculs. Maintenant, cherchons quelles seront les pertes réelles de la Grande-Bretagne.

Elles seront grandes, sans doute, ces pertes ; car une immense quantité de produits sont déjà perdus, ou le seront durant une année, par la diminution du travail, de la fabrication, de la consommation ; et il serait difficile de déterminer l'énormité de cette perte, qui ne sera pas sentie uniquement par les Anglais, comme le temps le prouvera à tous les peuples chez lesquels ils font des achats.

Ce qu'on peut assurer, c'est que, non seulement l'Angleterre ne dépassera pas lés bornes qu'elle avait atteintes, au moment où la crise est survenue, mais qu'elle reculera peut-être même beaucoup, et qu'elle sera heureuse, si dans deux ans elle se retrouve au même degré où elle était au moment où elle s'est arrêtée. Mais cette décadence ne sera qu'instantanée. Car il n'est pas un intérêt individuel ou partiellement public qui ne soit en union avec tous les autres pour réparer un mal qui est l'ouvrage de la nation elle-même ou de quelques individus qu'on ne peut soupçonner dans leur patriotisme.

Certes, les infortunes de la France à une époque récente furent bien plus grandes que celles qu'éprouve l'Angleterre, des ennemis croyaient l'avoir réduite pour toujours à l'état cadavéreux. La France était loin de posséder les ressources de tout genre et d'être unie comme l'Angleterre par le lien des intérêts communs. Cependant, elle n'a pas tardé à sortir grande et forte de l'abîme où l'on croyait l'avoir enfouie pour jamais.

Voilà les forces vitales des peuples et leur énergie indestructible. Comprimées, paralysées, détruites même sur quelques points, elles éclatent et se montrent sur d'autres ; et ceux-là raniment toutes les parties qu'on croyait frappées de mort.

Que ceux qui seraient assez aveugles pour sourire au malheur actuel de la Grande-Bretagne calculent les funestes suites qu'il aura pour les commerçants et les capitalistes étrangers, et ils ne tarderont pas à s'apercevoir quelle union existe dans le grand ensemble social, entre les intérêts (les plus opposés en apparence) des nations.

Avant la crise, les vendeurs accordaient de longs termes aux acheteurs, et avec l'aide des banques on faisait de grandes et belles affaires, sans avoir des capitaux très considérables. Or, ces facilités si fécondes sont retirées au commerce, et il ne les recouvrera que progressivement. Il serait inutile d'expliquer les conséquences.

Quant à la ruine réelle, sous le rapport des capitaux, elle s'élèvera,

1° À la faible somme de l'intérêt des emprunts, que le pays aura été obligé de faire au-dehors durant la grande crise ;
2° Au montant des fonds perdus avec l'Espagne, ou dans quelques mines d'une existence purement chimérique ; car les autres récompenseront les actionnaires, et la propriété des emprunts remplis en Amérique, ou sur le vieux continent, demeure à l'Angleterre.

Presque tous les capitaux nationaux existent donc toujours, quoiqu'ils aient change de mains. Ils sont encore resserrés ; mais lorsque la confiance sera rétablie, on les verra affluer comme avant la catastrophe ; et il est certain que les fabricants honorables, estimés, habiles, qui sont tombés ou qui tomberont sous des coups impossibles à prévoir, recouvreront leur crédit, et qu'ils retrouveront les fonds nécessaires pour reprendre leurs affaires. Il est certain que ceux-là seuls seront abandonnés à leurs propres ressources, qui ne méritaient que peu de confiance avant leur faillite. L'esprit de famille, les liaisons d'amitié, et plus encore les besoins, les habitudes du commerce viendront au secours des maisons renversées ; et si les bénéfices particuliers des dernières sont moins grands, les bénéfices nationaux se renouvelleront tels qu'ils étaient.

Au reste, il est très remarquable que le nombre des fabriques ruinées, est infiniment moindre que celui des banques et des tripoteurs de bourse : ce qui prouve encore que c'est dans l'industrie que se trouve la véritable force sociale d'un état, puisque c'est l'industrie qui résiste le mieux aux plus terribles catastrophes. Enfin, il est certain que les capitalistes peureux ou dénaturés qui ont enfoui leurs fonds ne tarderont pas à s'ennuyer de n'en tirer aucun produit, et qu'ils les offriront aux seuls hommes capables de les utiliser, aux hommes industrieux.

Les discussions parlementaires, les bills convertis en lois, toutes les savantes théories, toutes les plaintes et les accusations, ou les récriminations lancées de part et d'autre dans les chambres, n'auront servi qu'à agrandir, qu'à généraliser le cercle des réflexions économiques. On ne peut pas même espérer qu'elles rendront la nation plus sage, puisque déjà elles avaient eu lieu plusieurs fois sans fruit depuis quarante ans ; et les beaux discours, les décrets du parlement, ne serviront pas plus à la guérison du mal, que ne sert le cautère sur une jambe de bois (qu'on me permette cette comparaison un peu familière).

Ce ne sont ni les lois, ni les harangues parlementaires qui ont créé l'industrie ; elles n'ont consacré que les impôts, que les mesures prohibitives, et le monopole, qui devait la paralyser; l'industrie ne doit et ne devra jamais ses prospérités qu'à elle-même, et on pourrait dire que c'est en dépit de ceux qui se présentent aujourd'hui comme ses médecins ou ses protecteurs, qu'elle a conquis ses richesses : témoin l'énormité des taxes, et le prix excessif du pain, du thé, etc., etc., qui portent si haut la valeur de la main-d'œuvre.

Tout ce que demande l'industrie aux législateurs, c'est de la laisser opérer avec le moins d'entraves possible ; c'est de ne lui pas faire de mal.

Conclusion: Quoique quelques-uns de mes lecteurs, en se rappelant ce que j'ai dit des miracles de l'industrie britannique, aient pu me nommer un enthousiaste d'écu, en voyant combien la catastrophe était voisine de l'époque à laquelle je publiais mes assertions ; toutefois, je n'en retrancherai rien, et je pense qu'après avoir pesé les diverses considérations que je viens d'établir, tout le monde ne dira pas que les motifs me manquent.

J'ai abrégé autant que je l'ai pu cet article, afin de ne pas demeurer trop longtemps absent du champ de l'industrie qui opère ; mais j'ai cru indispensable d'éclairer l'origine et les suites d'une crise qui se fera sentir sur le continent, et d'avertir ceux qui vendent à l'Angleterre que la prudence, que la plus grande circonspection leur seront encore commandées pendant quelques mois, ou peut-être pendant une année. Le mois de juillet approchant, et un grand nombre de fabricants étrangers se disposant peut-être à importer leurs soieries, etc. en Angleterre, j'ai regardé comme un devoir de leur découvrir la plaie actuelle de ce pays.

Charpeney Directeur du Journal hebdomadaire des arts et métiers 1826

* John Law de Lauriston.

P.S. Celà vous rappelle t'il quelque chose?
_______________________________
Ajouter le 08-04-2009
1930-2009:
Source: www.historiographie.info
La pratique du secret, qui alimente le pouvoir, afin de  réorienter la perception (éducat° de la masse ) et la direction  de  l'Histoire officielle.

Dernière modification par Osi007 (30-08-2009 12:43:38)

Hors ligne

 

#35 16-10-2008 15:01:08

Osi007
Membre
Message n°5105
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Une série sur la construction de l'Europe. Il y a pas mal d'infos intéressantes.
http://www.dailymotion.com/video/x9us1s … -de-7_news
http://www.dessins-musee-moreau.fr/img/peintures/cat.191.jpg
Mythologie
______________________________________________________________________________________________________________________
23-01-2010
Europe : Gabin visionnaire?
http://www.dailymotion.com/video/x970st … airey_news
______________________________________________________________________________________________________________________
Ajouter le 04-06-2009
Merci  Etienne 
http://img521.imageshack.us/img521/8953/image024s.jpg**cs
Source:  http://www.fakirpresse.info/frontoffice … ccueil.php
Fakir, disponible dans (presque) tous les kiosques pour 2,80 €.

______________________________________________________________________________________________________________________
Manipuler les quotas de vote pondéré par le pouvoir centralisé Européen. Est-ce possible?
La majorité qualifiée fournie un modèle du processus de décision en à 27. Le contexte est décrit par un ensemble des pays acteurs  qui sont associés à un poids respectivement. On peut définir qu'une coalition est gagnante quand le poids total dépasse le quota, et le pouvoir traditionnel d'un pays est mesuré  par les deux mesures, index de Shapley-Shubik ou un indice de Banzhaf. Le sujet qui m' intéresse ici  est en rapport avec le mal social et macrosocial, est-ce qu'un acteur  puissant peut influencer les 27 pays. Et ce problème nous concerne tous, exemple quelle influence peut avoir la banque centrale sur les 27 pays membres ?   
Mathématiquement, on tentera de majorer les indices qui permettent certainement de basculer ou modifier les pouvoirs dans  chaque  pays  en fonction des indices. Ou encore, le choix de deux critères (index+ indice )  dans les pays membres qui   peuvent influencer la puissance relative de chaque pays membre. Bref, peut-être il existe un  algorithme efficace qui permet de  manipuler un simple pays comme une marionnette. Bien sûr,il n'est pas encore démontré.   
Mais avant de rentrer en détail,le principe de fonctionnement du vote majorité qualifiée se présente ainsi:
   
-Une coalition est gagnante quand l'ensemble des poids totaux des indices de pouvoir dépasse un certain quota. Sur ce point,  est-ce qu'un pays peut vraiment influencer le résultat final? Cette question est pertinente, car il faudrait aussi envisager, quelques  pays s'associent pour leurs propres intérêts (rien à voir avec nous les  citoyens)  communs.
Le pouvoir d'un pays  n'est pas toujours proportionnel à son propre poids. Par exemple, dans un contexte  où le quota est si élevé que la seule  coalition gagnante est celle qui concerne tous les pays membres, chaque pays  peut opposer son veto à la décision. Donc chaque pays a un pouvoir égal.
Par conséquent, pour mesurer le  poids, il semblerait que l'Union Européenne opte soi-disant par une utilisation d'une fonction de pondération, en oubliant le droit de vote de chaque pays. Les plus utilisées donc c'est l'index de   Shapley-Shubik et l'indice de  Banzhaf. En résume, les deux fonctions mesurent la probabilité qu'un pays donné, soit essentiel à une formation de coalition, c'est-à-dire, que la coalition peut gagner si un pays  participe à une manœuvre interne. Il est possible que les pays  macrosocialement égoïstes  essaient d'accroitre et consolider leur  pouvoir, tel que mesuré par les indices de pouvoir, en employant sous  forme de manipulation comportementale, telle que, par exemple, diviser leur poids entre plusieurs pays stratégiques.

De même, l'autorité centrale peut aussi  maximiser ou minimiser l'influence d'un pays  particulier en modifiant les règles du  pouvoir. On remarque que l'influence du citoyen européen est  complètement inexistante dans cette situation. La question est ce possible que l'autorité malveillante peut exploiter cette situation?Tout est possible...
On peut envisager trois types de comportement malhonnête :   
— Les pays membres eux-mêmes   
— L'autorité de contrôle   
— Les actes de corruption (comportement malhonnête par un tiers).
La première forme de la manipulation est d'augmenter l'index de Shapley-Shubik. Cette situation mérite vraiment d'être étudiée en détail, en envisageant le cas le plus délicat.


L'étude se présente donc sous forme mathématique:

Dv=[Pi, Ii,q]  avec Pi  avec i varie de 1..27 ou encore [France,....,Malte] (les pays membres).

Ii  le poids respectif de chaque pays (indices et poids )

Dv : Décision de Vote.
Une coalition est  un sous-ensemble de Pi par exemple, France+Allemagne+ Pologne forment une coalition.

Commentaire:
Je m'excuse d'avance si le ton de mes propos sont loin de respecter et valoriser  la langue française, car je suis entrain d'apprendre toujours de cette belle langue. A mon humble avis, l'Europe à 27, mathématiquement, elle est construite de façon avoir une barycentre équilibrée pour mieux contrôler par les 4 acteurs artificiels  inséparable, et qui déconnectent complètement des citoyens Européens  : Les banquiers, L'OTAN, Les multinationales, Le culte du libre échange.C'est connu, toute entreprise de  rénovation dans un immeuble passe toujours par le  syndicat des copropriétaires. La variable d'ajustement et la sécurité du pouvoirs se trouvent dans les futurs pays membres ou locataire. 


_____________________________________________________________________________________________________________________
(Ajouter le 09-01-2009)
Bibliographie
Banzhaf J. F. (1965). "Weighted voting doesnt work": a mathematical analysis
Coleman J. S. (1971). "Control of collectivities and the power of a collectivity to act " in Social Choice, Gordon and Breach
Brams S. J., Lucas W. F. et Straffin P. D. (1982). Political and Related Models, Springer
Felsenthal D.S. et MachoverM. (2003)." The voting power approach: Response to a philosophical reproach ", European
Union Politic
______________________________________________________________________________________________________________________
Vote "NON" en 1992 et 2005

Cadres, prof. intellectuelles supérieurs   MAASTRICHT:30    TCE 2005:38    Evolut°:+8

Professions intermédiaires                    MAASTRICHT:43    TCE 2005 :54   Evolut°:+11

Employés                                            MAASTRICHT:56     TCE 2005:60   Evolut°: +4

Ouvriers                                              MAASTRICHT:58    TCE 2005:81    Evolut°:+23

Commerçant,
artisans et Chefs entreprise                  MAASTRICHT:56    TCE 2005:55   Evolut°:-1

Retraités, inactifs                                 MAASTRICHT:45    TCE 2005:44   Evolut°:-1

Education:
-----------
Enseigenements universitaire                MAASTRICHT: 29   TCE 2005:43   Evolut°:+14

Baccalauréat                                       MAASTRICHT:39    TCE 2005:59   Evolut°:+20

BEPC,CAP,BEP                                    MAASTRICHT:60    TCE 2005:68   Evolut°:+8

Sans diplôme                                      MAASTRICHT:37    TCE 2005:60   Evolut°:+3

TCE:Traité constitutionnel européen
_____________________________________________________________________________________________________________________
Ajouter le 24-03-2009
Vidéo censuré sur Dailymotion et Youtube
http://www.wideo.fr/video/iLyROoafJTQf.html
_____________________________________________________________________________________________________________________
Ajouter le 06-05-2009

La Commission Trilatérale et les services publics français (I)
Union Européenne et privatisation de l'éducation (II)

http://science21.blogs.courrierinternat … ncais.html
http://science21.blogs.courrierinternat … on-ii.html


Extrait:

On trouve d'autres contributions à la même réunion de la Commission Trilatérale à partir de cette page :

http://www.trilateral.org/EURGp/REGMTGS/08paris.htm

Il semble donc bien que la politique de casse sociale et de démantèlement des services publics appliquée en France et dans bien d'autres pays soit non seulement l'application de la stratégie de l'Union Européenne et de l'OMC, mais aussi en même temps le résultat des réflexions de grands rassemblements de « décideurs » et d' « experts » comme la Commission Trilatérale. Mais quelle liste dénoncera de tels contubernia, à l'ocasion de la campagne des prochaines élections européennes ? Qui dénoncera la « politique unique » qui nous est infligée depuis vingt-cinq ans avec des « alternances » de façade et des discours à peine variables ?

Comme en 2007 à Bruxelles, l'Europe accueillira la réunion annuelle (mondiale) de la Commission Trilatérale dans un an : à Dublin, du 7 au 9 mai 2010. Celle de 2009 a lieu à Tokyo en ce moment même. Pour 2008, Washington DC en fut l'hôte en début de campagne électorale aux Etats-Unis. Qui en parle ? Voir :

http://www.trilateral.org/recent.htm
http://www.trilateral.org/EURGp/regmtgs … ooklet.pdf
                            ___________________


Ajouter le 23-05-2009
Bilderberg 2009 Quelques participants de la réunion 2009
La topologie en étoile ou le diagramme des connexions  du pouvoir.

http://img521.imageshack.us/img521/4746/bilderberg2009dgr.jpg**cs

Source: http://img38.imageshack.us/img38/4746/b … 009dgr.jpg
L'image peut être agrandir avec le navigateur Firefox  3. La taille du fichier est environ 3 Mo.
                           _____________________

07-08-2012

http://3.bp.blogspot.com/-6OvEQ9dAn7A/TooEIxeMz4I/AAAAAAAAAPU/oQDt6oTwm2w/s1600/nw.png

Source:http://www.bastamag.net/article1719.html
Source en Anglais [url]http://arxiv.org/abs/1107.5728[url]Ce "fascinateur" Paul Jorion ...

_____________________________________________________________
Ajouter le 04-06-2009
« Lobby planet »
http://www.la-bas.org/IMG/arton1694.jpg
Source: http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1694
_____________________________________________________________
5 juin 2009
Une enquête réalisée par le Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP)
La vérité sur les menus pouvoirs du Parlement Européen.
Source: http://www.m-pep.org/spip.php?article1352
_____________________________________________________________
44 282 679 d'inscrits
26 282 225 d'abstentions
     781 480 Nuls
xx xxx xxx Oubliés par la démocratie
   4 798 921 : Un résultat qui nous engage,
Xavier Bertrand, secrétaire général de l'UMP,
a estimé dimanche soir que la victoire du parti de
la majorité aux élections européennes
était "un succès important". "????!!!hmm"
______________________________________________________________
Ajouter le 27-07-2009

http://img32.imageshack.us/img32/9614/818196536u.jpg
Source: http://pharmacritique.20minutes-blogs.f … ociations/
Associations de patients financées par les labos: leurs conflits d'intérêts en font des moyens de pression sur les décisions politiques
Conflits d'intérêts des associations, corruption

Les décisions et réglementations concernant l’industrie pharmaceutique relèvent de la direction générale entreprises et industrie
.
Lors des débuts de la régulation européenne des questions pharmaceutiques, en 1965, puis surtout en 1975.Les médicaments étaient considérés - et le sont toujours
- comme des marchandises comme les autres, et tout ce qui était lié à leur fabrication, à leur circulation, à la protection des brevets relevait donc d’emblée de
cette garante du libre-échange sur le marché européen qu'est la Direction entreprises et industrie.
Son rôle quant aux médicaments est resté le même depuis ses débuts: favoriser les intérêts industriels et la compétitivité des laboratoires pharmaceutiques
européens, protéger les brevets et la propriété intellectuelle, bref, tout faire pour éliminer les entraves à la maximisation des profits. Y compris
lorsqu’il s’agit de l’intérêt de la santé des patients et des usagers en général.
_________________________________________________________________
23-01-2010
Une vidéo du docteur Girard où il nous explique comment l'industrie pharmaceutique manipule le faune médicale :
http://www.youtube.com/watch?v=3oC6dO37UHE

Dernière modification par Osi007 (07-08-2012 09:57:14)

Hors ligne

 

#36 20-10-2008 14:04:56

Osi007
Membre
Message n°5149
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Bonjour à tous,
Loi du 17-07- 1978
http://www.dailymotion.com/video/x73ywp … drole_news sad
__________________
"D'abord, combien tu gagnes? comment tu vis ?  Après je t'écouterai attentivement "

Macro:
Source: http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Liens.php smile
« Le scandale des salaires et autres avantages des Commissaires européens »
un article de Gilles Raveaud, sur le site d’Alternatives économiques :
http://alternatives-economiques.fr/blog … europeens/

***
« Élections au parlement européen : combien passeront au privé ? »

http://blog.agone.org/post/2009/05/09/E … s-au-prive
Excellente question : face à l'évidente et profonde corruption de la démocratie par les marchands,
devient plus que jamais nécessaire la vigilance citoyenne de tous les instants
(les armes à la main, comme à Athènes ?).


Micro:
Elus : le régime spécial
http://www.dailymotion.com/video/x329rf … me-special
http://www.dailymotion.com/video/kdbSDAdYDRd2bkoqvN



Nano:

Le maire du [parti politique] de [la commune], [Nom du Maire], a été accusé  pour détournement de fonds publics, faux en écriture et favoritisme, dans le cadre d'une enquête citoyenne  sur un système de fausses factures, qui pourraient atteindre [la somme].
__________________
(Ajouter le 22-11-2008)
Bonsoir à  tous,
http://www.dailymotion.com/video/x7fhmd … -poss_news
__________________
(Ajouter le  28-11-2008)
Bonsoir  à tous,
Film documentaire de Robert Kane Pappas, 2005. Etat des lieux sans concession du système médiatique américain par des journalistes de renom, des professeurs d'université, un membre du Congrès [...]
http://video.google.com/videoplay?docid … &hl=fr
__________________
(Ajouter le 24-01-2009)
Bonjour à tous,

"Il y a 150 ans, la société par action était une institution pau importante. Aujourd'hui elle est omniprésente. Comme l'église, la monarchie et le parti communiste en leur temps, la société est l'institution prédominante. Ce documentaire étudie la nature, l'évolution, l'impact et le probable avenir de la société moderne."
Source:
http://video.google.fr/videoplay?docid= … &hl=fr
http://video.google.fr/videoplay?docid= … &hl=fr
Commentaire sur le rapport du POUVOIR :
Dans ses recherches fameuses sur le  "Richesse des nations", Adam Smith avait mis ses concitoyens en demeure d'en finir avec le parasitisme des nobles et de soumettre toute activité productrice à la loi de la division  industrielle du travail, s'ils voulaient acquérir autant de bien-être que leurs voisins holondais. Depuis ce temps, que de chemin parcouru, "Richesse , c'est le pouvoir", avait lancé Hobbes. Smith avait repris le mot dans ses analyses et il avait fourni la clef qui libérait les bourgeois de la geôle où les seigneurs tentaient de les maintenir. Sans doute la "fortune" ne donnait-elle pas nécessairement accès au pouvoir politique, mais dans un premier temps, elle avait un usage bien meilleur:C'est qu'elle donnait"UN DROIT DE COMMANDEMENT SUR LE TRAVAIL D'AUTRUI".Or,  Smith avait dit vrai:devenir "MAITRE" du travail des autres, c'était rendre bientôt caduque toute forme de pouvoir.
Bien vite, à force d'acheter du "TRAVAIL" et de diviser les tâches au sein d'ateliers toujours mécanisés[*], les plébéiens inversèrent le rapport de sujétion aux privilégiés de naissance; certains devinrent LES MAITRES DE LA NATION, si ce n'est LES MAITRES DU MONDE. 
* Actuellement, on assiste une certaine forme hybridation  homme/machine pour nous les moutons uniquement .
http://fr.wikipedia.org/wiki/Adam_Smith

Interview de  Noam Chomsky au sujet d' Adam Smith :
Source: http://www.chomsky.info/books/warfare02.htm



Ajouter le 10-04-2009
http://video.google.fr/videoplay?docid= … &hl=fr

Ajouter le 14-04-2009

Source:
http://www.jp-petit.org/nouv_f/dessins/ … ARTE_7.gif
http://www.jp-petit.org/nouv_f/la_nature_violentee.htm

http://leweb2zero.tv/video/samsara_35478cbd0836511

Dernière modification par Osi007 (31-07-2009 18:41:17)

Hors ligne

 

#37 02-04-2010 17:09:16

Osi007
Membre
Message n°8671
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Merci à tous et à toutes,
Merci à Carole j'ai appris des choses étrange aujourd'hui , je vais tenir mon engagement  lechateau.com ;)Je veux toujours apprendre et rectifier mes erreurs
http://blogs.myspace.com/index.cfm?fuse … =236839778

Dernière modification par Osi007 (02-04-2010 17:11:59)

Hors ligne

 

#38 02-04-2010 17:25:51

Osi007
Membre
Message n°8672
Date d'inscription: 09-02-2008
Messages: 33

Re: 34 Proposition dans la constitution du Droit pénal par un Droit basé sur la compréhension de la genèse du mal

Je vous remercie Etienne de ne pas  censurer jusqu'à maintenant mes commentaires. J'ai beaucoup visité ce forum pour apprendre la démocratie et les débats.

Dernière modification par Osi007 (02-04-2010 17:27:46)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr