Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#1 03-01-2011 16:07:14

gilles
Membre
Message n°9998
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

17 - Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange


Nous vivons depuis les années Reagan, Tatcher sous le règne de plus en plus affirmé du consensus de Washington : ( libre-échange, privatisations, réduction du budget de l'État, les besoins de financement de l'État obligatoirement assurés par le Marché ( les marchands ) au lieu de l'être par la Banque Centrale, ouverture aux capitaux étrangers, délocalisations ). Ici, comme André-Jacques Holbecq l'a fait pour les besoins de financement de l'État, je propose que nous ouvrions le débat sur les divers aspects du commerce international, de la production des biens physiques ou immatériels,  les services et que nous questionnions les règles de libre-échange en vigueur actuellement.

Dernière modification par gilles (04-02-2015 11:00:36)

Hors ligne

 

#2 20-06-2011 10:04:11

gilles
Membre
Message n°10852
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Accord UE-Canada : pourquoi le mouvement social doit se mobiliser


juin 2011

Depuis que l'OMC patine, embourbée dans ses propres contradictions, les accords de libre-échanges régionaux se multiplient entre l'Union européenne et le reste du monde. Celui entre le Canada et l'UE n'a pas jusqu'ici suscité dans le mouvement l'attention qu'il mérite : c'est dommage car il aura des conséquences considérables.
Les choses se précisent concernant les négociations. Une cession de négociations se tiendra à Bruxelles du 11 au 15 juillet. Elle est présentée, par le négociateur en chef canadien, comme cruciale et il semble qu'il ait raison.
En effet, sera dévoilée la liste négative des engagements des partenaires ; la question de l'investissement sera fixée ; les questions d'accès aux matières premières seront traitées ainsi que celle de la réglementation environnementale de l'UE.

1- La liste des engagements


Sous ce terme barbare se dissimule ce qui est conçu comme un accélérateur des négociations. Jusqu'ici,à l'OMC ou dans d'autres accords de libre-échange, les partenaires de négociations ont engagé des listes dites "positives", c'est-à-dire des listes de secteurs retenus pour être libéralisés.
Ainsi, pour l'AGCS par exemple, l'UE a dressé un long tableau des secteurs qu'elle accepte de voir libéralisés, autrement dit, qu'elle consent à ouvrir à la concurrence. Avec l'accord UE-Canada, c'est l'inverse : les partenaires sont invités à soumettre les secteurs qu'ils ne veulent pas voir libéraliser.
Cela équivaut à augmenter l'ampleur des secteurs libéralisés : en effet, comme tous les textes juridiques (et un accord international en est un), l'interprétation des termes se fait strictement, autrement dit sans extrapolation. Là, il est convenu que tout est négociable, tous les secteurs sont susceptibles d'être libéralisés et soumis à la concurrence, sauf ceux qui seront définis strictement dans l'accord, et qui, par définition, seront réduits par la négociation. Tout ce qui n'aura pas été porté sur la liste, tout ce qui en sera retiré à la faveur des négociations, sera réputé libéralisable. En somme, l'UE accepte une libéralisation d'une ampleur non-maîtrisée.
Par ailleurs, l'UE n'a pas informé sur cette liste et n'a aucune intention de le faire. Cela se fera après, quand tout sera bouclé, autrement dit, trop tard.

2- Les investissements


L'accord UE-Canada n'innove pas seulement sur la question de la liste négative, il instaure une régression démocratique qui a un précédant, l'Accord multilatéral sur l'investissement (AMI) négocié en catimini en 1998 dans le cadre de l'OCDE.
Ici, il s'agit de permettre aux investisseurs de poursuivre directement l’État ou une instance infra étatique (un collectivité locale, une province etc.) qui prendrait des mesures réglementaires de toute nature susceptibles de réduire leurs bénéfices escomptés. L'accord de Libre-échange Nord-Américain prévoit ce genre de mécanisme dans son chapitre 11, avec des conséquences célèbres : c'est ainsi que l'entreprise MetalClad, qui voulait enfouir du plomb en surface dans le sol mexicain a obtenu un compensation pharaonique de l’État mexicain qui avait commis l'imprudence de le lui interdire pour des motifs de protection de l'environnement. C'est ce genre de mécanisme dont les détails de la mise en œuvre sera discutée en juillet. Pour l'instant, le mécanisme n'est pas arrêté : faut-il mettre sur pieds un organe de règlement des différends et si oui (ce qui semble logique), comment ? C'est de cela dont il sera question, le principe étant arrêté. Nos amis canadiens nous informent que le gouvernement allemand pousse pour que le mécanisme le plus dur soit mis en place.

En son temps, le mouvement social s'était largement mobilisé pour obtenir que l'AMI soit retiré. Nous en sommes loin actuellement, et ce à quelques semaines d'une négociation cruciale.

3- L'accès aux matières premières

Les canadiens demandent l'accès aux ressources naturelles. Ils sont particulièrement attentifs à l'extraction du pétrole des sables bitumineux. Son extraction est fortement émettrice de gaz à effet de serre et le gouvernement canadien l'autorise dans l'Alberta. Il souhaite que l'UE cesse de réglementer, voir d'interdire cette extraction sur son sol. Il apparaît que sur cette question des intérêts croisés se mobilisent : les lobbies pétroliers ont un accès direct aux décideurs, et le groupe Total est fortement intéressé par l'exploitation de ce pétrole qui ferait reculer le pic pétrolier (et la nécessaire transition énergétique) de plusieurs dizaines d'années. L'actionnaire principal de Total est la canadienne Power Corporation. L'accord UE-Canada amènerait à lever l'obstacle de l'exploitation du pétrole de sables bitumineux en Europe -- en attendant d'autres levées de réglementations.
Par ailleurs, si l'UE a refusé que sa réglementation sur les OGM soit négociée, rappelons que l'UE est toujours sous le coup d'une négociation de l'OMC relative au bœuf aux hormones. Le Canada demande que l'accord soit l'occasion de régler ce différend dans le sens d'une acceptation par l'UE de l'importation de ce type de viande.

4- Réglementations environnementales

Outre celle évoquée plus haut concernant le pétrole, le Canada annonce officiellement sa volonté d'affaiblir la directive REACH. Celle-ci réglemente la mise sur le marché des nombreux produits chimiques intégrés dans les objets de consommation courante et avait pu être considérée, au de son adoption, comme édulcorée par les différents mouvements environnementalistes.
C'est encore largement au-dessus de la réglementation canadienne.

Conclusion

Les Canadiens demandent l'accès aux ressources naturelles (pétrole), l'affaiblissement de REACH et se trouvent prêts à accepter, en contrepartie, un accès à leurs services publics pour les grandes entreprises européennes demandeuses. Le Canada, et surtout le Québec, compte beaucoup de services publics non encore privatisés, contrairement à l'UE. De leur côté, les entreprises de services européennes seront ravies de mettre la main sur les services publics d'un pays à la population solvable.

Cet accord est une régression démocratique puisqu'il laisse aux entreprises la possibilité de placer les États sous un chantage permanent, celui de les poursuivre et d'obtenir leur condamnation s'ils réglementent les activités que ces entreprises convoitent.
Cet accord aura des conséquences sur les questions d'environnement en facilitant la perpétuation d'un système productiviste et extractif dont nous savons qu'il est un échec.
Par ailleurs, le Canada fait partie de l'ALENA avec le Mexique et les Etats-Unis. Cet accord exige que tous les engagements internationaux des Etats partenaires soient compatibles avec lui.
Autrement dit, l'accord UE-Canada ouvre la voie à l'instauration, à terme, d'une vaste zone de libre- échange entre les États-Unis, l'Union européenne, le Canada et le Mexique.
Jusqu'ici, les mobilisations n'ont absolument pas été à la hauteur, en dépit des alertes. Les mouvements français ont un rôle à jouer déterminant, vue la proximité culturelle avec le Québec. Le mouvement social doit mener ce combat.


Frédéric Viale


Sources
Le Devoir, 9 juin 2011, Libre-échange Canada-UE - Une phase délicate s'amorce :

http://www.ledevoir.com/economie/actual … e-s-amorce

Résolution du Parlement européen sur les relations commerciales UE-Canada :

http://www.europarl.europa.eu/sides/get … anguage=FR

Discours de Peter Julian (Porte parole du NPD en matière de commerce international) ainsi que
d’Alex Atamanenko (Porte parole du NPD en matière d Agriculture et agroalimentaire) :

http://peterjulian.ndp.ca/SPEECHES_Take … n_Union%20

Attac Quebec
Conseil des canadiens :
Le numéro de la Revue vie économique, préparé par Claude Vaillancourt, Benoît Lévesque et Gilles L. Bourque, porte
sur le thème des négociations d’une nouvelle entente de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne.

http://www.eve.coop/?r=10







Source : ATTAC Frédéric Viale : http://frederic.viale.free.fr/06-11b.pdf

Hors ligne

 

#3 20-06-2011 14:19:29

AJH
Membre
Message n°10854
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

la Charte de la Havane..
voici un lien d'analyse http://wiki.societal.org/tiki-index.php … teLaHavane
et le lien sur la Charte complète http://www.wto.org/french/docs_f/legal_f/havana_f.pdf


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#4 11-09-2013 21:33:14

gilles
Membre
Message n°25488
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Pour un protectionnisme solidaire et progressiste





Les défenseurs du libre-échange présentent toujours le protectionnisme comme un réflexe égoïste, arriéré et nationaliste de protection. Mais, outre le fait d’être une pratique courante, le protectionnisme, au contraire, peut être un outil au service du progrès et même de la solidarité.


Le libre-échange, égoïste et régressif

Le Monde a récemment commis un article absolument hallucinant dénonçant ceux qui se réjouiraient de la chute de la croissance dans les pays émergents, tout en admettant qu’ils « nous ont méthodiquement dépouillé de nos industries et de nos emplois depuis des décennies ». Les néolibéraux soutiennent de facto que la destruction des emplois dans les pays développés par les délocalisations dans les pays à bas coût serait un mécanisme presque solidaire, le moyen inévitable de permettre le développement des pays émergents. Mais ceux qui défendent cette thèse sont rarement des personnes victimes de délocalisation, ce qui démontre souvent un parti-pris purement dogmatique.

En outre, il est difficile de ne pas constater que les principaux bénéficiaires du libre-échange sont les plus riches et les multinationales. Toutes les études montrent que presque jamais les 1% ou les 0,1% les plus riches n’avaient obtenu une telle part de la richesse mondiale. Idem pour les multinationales, dont les bénéfices n’ont jamais été aussi élevés. Et à ceux qui disent que cela permet de sortir de la pauvreté les populations des pays émergents, il ne faut pas oublier que la baisse du nombre de pauvres se concentre essentiellement en Chine, et, pire, la quantité de personnes en situation d’extrême-pauvreté a augmenté en Afrique ou en Inde depuis une trentaine d’années.



La suite de l'argumentaire de Laurent Pinsolle à lire in extenso ici :
http://www.gaullistelibre.com/2013/09/pour-un-protectionnisme-solidaire-et.html#more

Hors ligne

 

#5 16-09-2013 09:43:48

gilles
Membre
Message n°25523
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Pour un protectionnisme solidaire, progressiste et écologiste


La phase « néolibérale » du capitalisme qui s'est construite dans la seconde moitié du vingtième siècle se caractérise par deux grandes tendances : d'une part la réorganisation de la production, de la distribution et de la consommation à l'échelle planétaire et, d'autre part, l'expansion incroyable de la finance internationale. L'Organisation mondiale du commerce (OMC), et avant elle l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), ont joué un rôle déterminant dans la création de ce grand marché dérégulé, en faisant d'un concept, le libre-échange, une valeur suprême qui s'impose aux États.

On peut faire crédit aux ultralibéraux qui forgèrent ces politiques d'avoir su anticiper le cours de l'histoire. Le GATT créait par exemple son groupe de travail « commerce et environnement » dès 1971, soit un an avant la toute première conférence internationale sur les écosystèmes à Stockholm. Le but ? Empêcher, déjà, que des mesures de protection de l'environnement ne viennent entraver le commerce. Depuis, grâce à d'importants mouvements de contestation, les objectifs poursuivis par l'OMC sont apparus plus clairement aux citoyens. Mais sa ferveur libre-échangiste n'a pas faibli pour autant. En 2008, alors que la crise alimentaire mondiale ravageait des pays entiers, ses dirigeants appelaient encore à une libéralisation accrue des échanges agricoles et à la finalisation de son cycle de négociations de Dohai. Et conspuaient de façon préventive toute tentation de protectionnisme. C'est encore la libre concurrence défendue bec et ongles par l'OMC qui s'impose dans les débats sur le climat avec les résultats que l'on connaît : capitalisme vert, marchés de droits à polluer... et augmentation des gaz à effet de serre.

Dans ces conditions, espérer une réforme de l'intérieur qui mettrait le commerce au service des hommes est aussi illusoire que de croire à une moralisation spontanée du capitalisme. Tous les événements récents montrent que l'OMC n'est plus réformable. Les États qui souhaiteront mener des politiques alternatives devront la quitter. Cette rupture sera difficile, et nous ne devons pas le nier. Mais il existe déjà des fondements politiques et des solutions techniques pour une alternative crédible. Élaborée en 1948 par 53 États, la « Charte de la Havane » visait à établir des relations commerciales harmonieuses, basées sur la coopération et non sur la concurrence. Elle fut enterrée par les États-Unis, qui défendirent leurs intérêts en faisant l'apologie du libre-échange, mais pourrait très bien être remise au goût du jour.

Concrètement, réformer le commerce international pour permettre l'autonomie des peuples et des échanges équilibrés entre États passe par deux catégories de mesures tout à fait indissociables. D'une part, des mesures de protection des économies nationales : quotas, interdictions de certaines importations, taxes sur les échanges commerciaux en fonction de critères sociaux et environnementaux. Elles ont pour but de relocaliser l'économie, de la placer sous contrôle démocratique pour la contraindre à respecter des règles définies collectivement. Mais puisqu'il n'est pas question de pénaliser les habitants des pays exportateurs les plus pauvres, il faut bâtir en parallèle un ambitieux programme de solidarité internationale. Les États riches qui instaureraient ces nouveaux outils devraient annuler la dette des pays du Sud, rembourser la dette écologique qu'a contracté le Nord vis à vis du reste de la planète, et créer un statut de réfugié pour accueillir les migrants climatiques. C'est bien cette logique internationaliste qui doit guider la restructuration du commerce mondial, dans le respect des valeurs de la Charte de la Havane.

Il s'agirait donc d'un double mouvement : sortir de l'OMC et ouvrir dans le même temps une convention pour ces nouveaux accords commerciaux et de coopération. Il suffirait de quelques États courageux pour y parvenir, le nombre et la puissance de ces pays important moins que le fait de passer à l'action et de redonner l'espoir du changement.



Extrait du blog d'Aurélien Bernier du Mouvement pour Une Émancipation Populaire :
http://abernier.vefblog.net/19.html#Il_faut_sortir_de_lOrganisation_mondiale_du_commer

Hors ligne

 

#6 17-09-2013 08:41:24

Ana Sailland
Membre
Message n°25532
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

J'ai une ou deux fois avancé le concept de " protectionnisme généreux " qui consisterait à taxer certains produits importés, ce qui aurait comme classiquement l'avantage de protéger nos activités du dumping social lointain, mais ce n'est pas le but, mais en utilisant le fruit de la taxation pour venir en aide au pays exportateur, voire directement aux petites mains ayant contribué à ces produits.

Hors ligne

 

#7 14-10-2013 18:07:14

lanredec
Membre
Message n°25694
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

ça rejoint la proposition 3 de cet article.


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

#8 14-10-2013 18:39:27

Ana Sailland
Membre
Message n°25695
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

smile smile smile chouette

Hors ligne

 

#9 16-10-2013 10:59:27

Instit
Membre
Message n°25710
Date d'inscription: 20-10-2007
Messages: 446

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Octobre 2013 : un sondage explosif de l'institut CSA.

Question :

"A l'avenir, souhaitez-vous plutôt :

- plus d'Europe : 12 % des sondés

- ne rien changer : 18 % des sondés

- moins d'Europe : 52 % des sondés

- sans opinion : 17 % des sondés.

http://www.les-crises.fr/miscellanees-2013-10-1/

Hors ligne

 

#10 27-11-2013 16:47:06

Jacques Dupontel
Membre
Message n°26065
Date d'inscription: 02-01-2009
Messages: 81

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Question aux bons soins des plus informés de ce forum : Que peut-on attendre de bon du Grand Marché Transatlantique ?

Hors ligne

 

#11 01-12-2013 23:06:07

gilles
Membre
Message n°26095
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Bonsoir Jacques. Il n'y a rien à attendre de bon pour nous de ce traité de libre-échange.

voir :

http://www.jennar.fr/?p=3125

http://www.jennar.fr/?p=3143


http://www.citizenside.com/fr/photos/po … f=0/824005


https://files.myopera.com/anamorphose/politique/zo8r.jpg






Conférences sur le GMT ( Grand Marché Transatlantique ) = TAFTA ( Trans Atlantic Free Trade Area ) = TTIP ( Transatlantic Trade and Investment Partnership ) par Raoul-Marc Jennar :


- Toulouse : le 5 décembre, de 14H à 20H30, participation aux débats organisés par l’association du Master 2 de droit européen et International de la Faculté de Droit, sur « les effets économiques, politiques et sociaux potentiels du projet d’accord de libre-échange entre les US et l’Union ».

- Macon : le 6 décembre, à 20h30, salles 1 et 2 au 25 rue Gambetta, à l’invitation du groupe des Amis du Monde Diplomatique (Ain-val de Saône) avec la participation de la FASE et du comité ATTAC de Mâcon.

- Thonon les Bains : le 9 décembre,  Espace des Ursules, 2, avenue d’Evian, 74500 Thonon-les-Bains, à l’initiative d’Attac 74 Chablais.

- Toulouse : le 10 décembre, à 20H30, salle Duranti, 6 Rue du Lieutenant Colonel Pélissier, à l’initiative des Amis du Monde diplomatique.

- Perpignan : le 11 décembre à 19H, Salle du Canigou, Conseil général, 30 rue Pierre Bretonneau, à l’initiative des Amis du Monde diplomatique, d’Attac 66 et de l’Université Populaire de Perpignan.

- Narbonne, le 18 décembre, à 18H30, au palais des sports, des arts et du travail, Boulevard Docteur Léon Augé, à l’invitation du Front de Gauche.


Modification du 3 décembre : ajout des conférences - voir plus haut

Dernière modification par gilles (03-12-2013 17:15:54)

Hors ligne

 

#12 03-12-2013 15:23:32

lanredec
Membre
Message n°26107
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

#13 04-02-2014 22:34:37

gilles
Membre
Message n°26590
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Merci lanredec.


Conférences sur le GMT ( Grand Marché Transatlantique ) = TAFTA ( Trans Atlantic Free Trade Area ) = TTIP ( Transatlantic Trade and Investment Partnership ) ( Partenariat transatlantique pour le commerce et l'investissement ) par Raoul-Marc Jennar :


BEZIERS : jeudi 6 février, à 18H30, salle de la Cimade, 14, rue de la Rotonde. A l’invitation d’Attac Béziers et d’Ensemble, groupement politique membre du Front de Gauche.

LE THOR (Vaucluse) : samedi 8 février, à 14H30, salle des Fêtes du Thor, place du Chasselat. A l’invitation d’Attac Sorgue et Calavon, associé à la manifestation « Faites sans OGM » organisée par l’association Foll’Avoine, les 8 et 9 février.



Des explications sur le Grand Marché Transatlantique par Raoul-Marc Jennar :

https://www.youtube.com/watch?v=7Zdc_ZAW0Nc Durée 2 mn 49 s


https://www.youtube.com/watch?v=n08NAQSn4nw Durée 1 h 44 mn




Modification du 5 février : ajout du film explicatif approfondi.

Dernière modification par gilles (05-02-2014 15:44:15)

Hors ligne

 

#14 10-03-2014 14:32:45

gilles
Membre
Message n°26786
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Comment se mobiliser contre le GMT ( Grand Marché Transatlantique ) = TAFTA ( Trans Atlantic Free Trade Area ) = TTIP ( Transatlantic Trade and Investment Partnership ) ( Partenariat transatlantique pour le commerce et l'investissement ) ?




https://files.myopera.com/anamorphose/politique/zo8r.jpg


C'est bien déjà d'écrire sur ce forum à ce sujet pour informer, plutôt que de ne rien faire, toucher plus de gens, mobiliser dans la rue, discuter, convaincre, serait mieux.


Créez un comité local d'opposition à la signature de ce traité dans votre ville en contactant le site de l'organisation STOP TAFTA :

http://stoptafta.wordpress.com/contact/


Exemple :
Bonjour et merci de vos actions, je souhaite me mobiliser près de chez moi*, contre la signature de ce traité de libre-échange. Je suis prêt à participer au démarrage de ce collectif ici-même*. Que me conseillez-vous pour démarrer afin qu'un comité local soit actif ?



*Remplacez par le nom de votre localité

Hors ligne

 

#15 11-03-2014 03:44:42

Jacques Roman
Membre
Message n°26789
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Au lieu de se mobiliser contre le grand marché transatlantique, il vaudrait mieux se mobiliser pour orienter les négociations correspondantes en vue des résultats suivants (entre autres) :

– Interdiction ou contrôle international strict des OGM ;

– Protection des produits et fabrications locaux (appellations d'origine contrôlée notamment) ;

– Institution d'un contrôle international strict des entreprises transnationales – en particulier des banques et des institutions financières –au lieu de permettre à ces entreprises d'attaquer les États en justice pour non-respect du principe de libre concurrence comme le voudrait le secteur privé américain ;

– Assurer la primauté  de l'[intérêt public national et international sur les droits de la propriété industrielle et intellectuelle dans les secteurs essentiels tels que la santé, la génétique et la biologie ;

– Enfin (on peut toujours rêver), remise à l'ordre du jour sous une forme éventuellement modifiée de la Charte de La Havane, qui créait l'Organisation internationale du commerce (laquelle remplacerait avantageusement l'actuelle Organisation mondiale du commerce).

Même avec ces résultats il resteraiit dans l'intérêt des ÉUA de conclure un grand accord de commerce avec l'Union européenne : il faut par conséquent se servir de ces négociations plutôt que de les empêcher. JR

Hors ligne

 

#16 11-03-2014 03:47:55

Jacques Roman
Membre
Message n°26790
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Au lieu de se mobiliser contre le grand marché transatlantique, il vaudrait mieux se mobiliser pour orienter les négociations correspondantes en vue des résultats suivants (entre autres) :

– Interdiction ou contrôle international des OGM ;

– Protection des produits et fabrications locaux (appellations d'origine contrôlée notamment) ;

– Institution d'un contrôle international strict des entreprises transnationales – en particulier des banques et des institutions financières –au lieu de permettre à ces entreprises d'attaquer les États en justice pour non-respect du principe de libre concurrence comme le voudrait le secteur privé américain ;

– Assurer la primauté  de l'intérêt public national et international sur les droits de la propriété industrielle et intellectuelle dans les secteurs essentiels tels que la santé, la génétique et la biologie ;

– Enfin (on peut toujours rêver), remise à l'ordre du jour sous une forme éventuellement modifiée de la Charte de La Havane, qui créait l'Organisation internationale du commerce (laquelle remplacerait avantageusement l'actuelle Organisation mondiale du commerce).

Même avec ces résultats il resterait dans l'intérêt des ÉUA de conclure un grand accord de commerce avec l'Union européenne : il faut par conséquent se servir de ces négociations plutôt que de les empêcher.

Il reviendrait au Parlement européen de pousser à réorienter le mandat de négociation de la Commission dans cette direction. D'où l'importance d'une participation massive aux prochaines élections européennes. JR

Hors ligne

 

#17 11-03-2014 11:11:42

Jacques Dupontel
Membre
Message n°26794
Date d'inscription: 02-01-2009
Messages: 81

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Comme vous dites : On peut toujours rêver !

L'Union Européenne s'est crée sous influence des États-Unis d'Amérique, la plupart des membres de l'UE sous commandement militaire américain dans l'OTAN et sont espionnés par l'agence de surveillance des États-Unis d'Amérique, la NSA, je me demande si vous suivez vraiment l'actualité, et vous croyez ( ou vous voulez faire croire ) que ce sont les États-Unis d'Amérique qui vont s'incliner face aux demandes de l'Union Européenne. lol

Pour mémoire, ce sont les gouvernements successifs des États-Unis d'Amérique qui ont été et qui sont partisans des OGM, de la dérégulation financière, de l'extension des droits de propriété intellectuelle, de la création d'une Organisation Mondiale du Commerce basée uniquement sur le libre-échange et vu comment est constitué le système politique des États-Unis d'Amérique pour l'instant, ce n'est pas prêt de changer.


Parce que vous croyez aussi que le système --construction-- européenne qui s'est assis sur le résultat de plusieurs référendums est prêt à entendre vos revendications. Tous les textes européens depuis le départ ont été clairement rejetés, le TCE les contenant tous. Aucun texte ne nous a été présenté à la suite de ce refus. Nous ne sommes liés légitimement à aucun texte européen.


Ne tombons dans le leurre européen et ne légitimons pas bêtement ce régime qui en plus n'hésite pas à s'appuyer sur des néo-nazis pour englober aussi l'Ukraine.


En plus de cela voter pour légitimer une entité structurellement anti-salariale ( ordo-libérale ) par de multiples biais, comme par exemple : la concurrence libre et non-faussée, la priorité donnée à une Banque Centrale indépendante du pouvoir des citoyens à la lutte contre l'inflation des salaires et des prix, pour arriver à la baisse du coût du travail, non merci. Abstention.


Mouvement Obstiné Contre le Régime illégitime Européen

Hors ligne

 

#18 12-03-2014 02:12:01

Jacques Roman
Membre
Message n°26795
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Jacques Dupontel a écrit:

Tous les textes européens depuis le départ ont été clairement rejetés, le TCE les contenant tous.

L'affirmation est osée.

D'abord, le rejet du TCE ne concerne que la France et les Pays-Bas.

Ensuite, le traité de Lisbonne (s'il n'est pas satisfaisant, loin de là) n'a pas été rejeté. Beaucoup (comme moi) qui avaient voté contre le TCE auraient voté pour le traité de Lisbonne à titre de moindre mal, comme un moyen de rationaliser un peu la construction européenne en attendant mieux : exactement comme l'ont fait les Irlandais (beaucoup plus nombreux à voter oui lors du deuxième référendum sur le traité de Lisbonne – après modification – qu'à voter non lors du premier, comme vous l'aurez remarqué).

Sans doute me direz-vous que ce n'est pas votre avis, mais dans la mesure où il n'y a pas eu référendum, votre affirmation repose sur une simple supposition dont la validité reste à prouver.  JR

Dernière modification par Jacques Roman (12-03-2014 02:13:27)

Hors ligne

 

#19 12-03-2014 19:44:25

bernarddo
Membre
Message n°26800
Date d'inscription: 18-12-2008
Messages: 618

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

JR: un petit rappel s'impose

Référendums nationaux sur la constitution européenne

Danemark:                référendum suspendu
Espagne:                  Oui (77% de 42%) soit 32 % des inscrits
France:                    Non (55 % de 69%)
Irlande:                     Non (55 % de 69%)
Luxembourg:            Oui (56 % de 90%)
Pays-Bas:                Non (61 % de 63%)
Pologne:                  aucune date donnée
Portugal:                  référendum suspendu
République tchèque: aucune date donnée
Royaume-Uni:          projet de loi gelé
   
Ce qui était dit n'était pas si osé que ça, la preuve, seul le Luxembourg était OK, pour des raisons évidentes, l'Espagne elle-même qui se voyait le richissime bronze-cul de l'Europe n'était pas vraiment emballée.

Mais même si JR a OSÉ trouver des différences entre le traité de Lisbonne et le TCE de 2005,  Sarkozy n'a pas voulu prendre le risque avec les français moyens !!

Dernière modification par bernarddo (12-03-2014 19:44:58)

Hors ligne

 

#20 14-03-2014 01:32:33

Jacques Roman
Membre
Message n°26808
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Sarkozy, c'est Sarkozy ; moi, c'est moi (comme dirait Pasqua).  Si Sarkozy n'a pas voulu prendre de risque, c'est son affaire.

Je trouve curieuse la méthode consistant à rappeler les résultats obtenus pour un traité ancien (le TCE) d'ailleurs rejeté, et à rester muet sur les résultats obtenus par le traité qui l'a effectivement remplacé.

Par exemple, le Danemark s'est prononcé par référendum en faveur du traité de Lisbonne : quel intérêt y-a-t-il à rappeler que précédemment il n'avait pas eu l'occasion de se prononcer par référendum sur le TCE ?  Voulez-vous dire que le référendum danois est sans légitimité ? JR

Dernière modification par Jacques Roman (14-03-2014 01:56:28)

Hors ligne

 

#21 15-09-2014 12:27:59

gilles
Membre
Message n°27529
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Le chantage aux délocalisations du aux accords de libre circulation des capitaux :

http://getwebb.org/d/GPfLXwoq


Extrait de la bande dessinée d'explication sur le libre-échange : http://economixcomix.com/home/tpp-French/

Hors ligne

 

#22 08-10-2014 09:30:36

gilles
Membre
Message n°27685
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Le combat contre le traité TIPP de partenariat transatlantique est vital pour éloigner les risques de reculs des droits sociaux, environnementaux, politiques.

https://www.collectifstoptafta.org/local/adapt-img/640/10x/IMG/png/tafta-ceta-tisaww.png?1412027660
Manifestation européenne contre les traités de libre-échange :
https://stoptafta.wordpress.com/2014/10/01/11-octobre-2014-mobilisations-journee-daction-contre-le-tafta-le-ceta-et-le-tisa/



Conférences-débats avec Raoul-Marc JENNAR :

Le mercredi 8 octobre, à MONTARGIS (45), à 20h30, au Tivoli, Place du Patis. A l’invitation des Amis du Monde Diplomatique – AMAPP du Gâtinais – ATTAC – Confédération paysanne, Utopia, Loiret sans OGM.

Le jeudi 9 octobre, à FOSSE (41), à 20H au Complexe intergénérationnel de Fossé, 20, route de Vendôme. A l’invitation du collectif STOP TAFTA 41.

Le vendredi 10 octobre, à CAEN (14), à 20H, à la Ligue de l’enseignement, 16 rue de la Girafe. A l’invitation du Collectif « Stop Tafta ».

Le samedi 11 octobre, JOURNÉE INTERNATIONALE CONTRE GMT/ACS/CETA . Je serai à Paris.

Le lundi 13 octobre, à VAISON LA ROMAINE (84), à 20H, à la Mairie, salle du Conseil municipal. A l’invitation d’Attac 84.

Le mercredi 15 octobre, à FIGEAC (46), à 20H, salle Balène, rue Balène. A l’invitation de ATTAC et de l’Union Syndicale Solidaires.

Le jeudi 16 octobre, à SARLAT (24), à 19H30, salle Pierre Denoix, rue Stéphane Hessel (en face de l’ancien hôpital). A l’invitation du Parti de Gauche, d’Ensemble et du Collectif sarladais stop Tafta.

Le vendredi 17 octobre, à AURILLAC (15), à 20H, à la salle de la Montade, Cité de la Montade. A l’invitation du Parti de Gauche.

Le lundi 20 octobre, à ANGOULEME (16), à à 20h, à la Salle des Fêtes de Gond Pontouvre, Place de l’Hôtel de Ville, commune limitrophe d’Angoulême. A l’invitation des Amis du Monde diplomatique 16 et d’ATTAC 16 Angoulême.

Le mardi 21 octobre, à POITIERS (86), à 20H30, à la Maison du peuple, salle Timbaud, rue St-Paul. A l’invitation du Collectif poitevin Stop TAFTA.

Le mercredi 22 octobre, à CHATELLERAULT (86), à 20H, à la salle de la Gornière, 15 rue de la Gornière. A l’invitation du Collectif châtelleraudais Stop Tafta.

Le jeudi 23 octobre, à TONNAY-CHARENTE (17) à 20h30, à l’Auditorium du Centre Richard, av. du Général de Gaulle. A l’invitation du collectif « Stop TAFTA-réseau saintongeais ».

Le vendredi 24 octobre, à NIORT (79), à 20H30, salle rouge de la maison des associations, 12, rue joseph Cugnot. A l’invitation d’Attac 79.

Le lundi 27 octobre, à STRASBOURG (67) à 20 H, Maison des Associations Salle Marguerite Yourcenar. A l’invitation de l’Union Départementale CGT 67, de la FSU et d’ATTAC.

Le mercredi 29 octobre, à GUERET (23), à 19H30, salle polyvalente de St Sulpice le Guéretois. A l’invitation du collectif Stop Tafta Creuse.

Le jeudi 30 octobre, à CLERMONT-FERRAND (63), à 20 H, à « La Maison du Peuple »,  Place de la Liberté  (Tram A – Arrêt Gaillard ou Bus 5 – Arrêt Gaillard). A l’invitation de l’association « Le Temps des Cerises ».

Le vendredi 31 octobre, à SAINT-AMAND-MONTROND (18), à 20H, la salle des carmes, 2 rue Philippe Audebrand à Saint-amand. A l’invitation d’un collectif de 5 citoyens.

Dernière modification par gilles (08-10-2014 16:39:14)

Hors ligne

 

#23 04-02-2015 11:32:24

gilles
Membre
Message n°27827
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Retrait du m'pep du collectif STOP-TAFTA


Bonjour, j'ai milité dans la manifestation anti-TAFTA du 11 octobre 2014 et j'ai suivi les argumentaires développés par les sites anti-TAFTA. Malgré mon opposition résolue à la destruction des démocraties en Europe improprement dénommée « construction » européenne, j'avais pris sur moi en raison de l'enjeu et j'ai signé la pétition ( l'initiative citoyenne européenne ) qui a été ensuite blackboulée par la Commission Européenne le 11 septembre 2014.

https://www.collectifstoptafta.org/l-ac … ne-rejette




Après il m'a semblé ridicule et absurde la position de refaire une autre pétition qui demandait moins aux mêmes personnes qui avaient rejeté la première pétition.
https://www.collectifstoptafta.org/l-ac … yenne-auto


Aujourd'hui, je constate le recul complet de certains anti-TAFTA, qui au départ ne voulaient aucune négociation de libéralisation des échanges entre ce l'on appelle l'UE et les États-Unis et qui maintenant font pression sur le PS pour juste que certains domaines soient épargnés. Voir l'opération Jeudi 5 février : participez à l’opération « Allo le PS ? Pas de mécanismes d’arbitrage investisseur-État (ISDS)
https://www.collectifstoptafta.org/l-ac … icipez-a-l

Certains anti-TAFTA se sont foutus de nous, ceux-ci ont reculés par rapport à la ligne commune définie au départ : « Pas de négociation » et valorisent par leur campagne « Allo le PS ... » le Parti Socialiste et la destruction des démocraties en Europe improprement dénommée « construction » européenne et son résultat odieux : l'Union Européenne.

C'est pourquoi, je suis entièrement d'accord avec la position du  M'PEP sur ce coup : Le M’PEP se retire du collectif « Stop TAFTA » dont les objectifs non-avoués sont désormais de légitimer l’Union européenne et de protéger le Parti socialiste.
http://www.m-pep.org/spip.php?article3908


Post-scriptum : il reste heureusement des militants sincères dans les différents collectifs anti-TAFTA.

Dernière modification par gilles (22-01-2016 21:44:12)

Hors ligne

 

#24 07-06-2015 15:06:26

gilles
Membre
Message n°27911
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Ni Marine le Pen, ni son suppléant Aymeric Chauprade n'ont voté contre le TAFTA au parlement européen le 28 mai 2015.

http://www.jean-luc-melenchon.fr/2015/05/29/traite-transatlantique-le-pen-complice-de-lumps-europeen/

Hors ligne

 

#25 20-01-2016 14:37:13

gilles
Membre
Message n°27987
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

L’accord sur le commerce des services (ACS – TISA en anglais)



Parlement de Wallonie

Commission en charge des questions européennes

Séance du 11 janvier 2016

Audition de Raoul Marc Jennar, essayiste, sur

L’ACCORD SUR LE COMMERCE DES SERVICES (ACS ou TISA)

Je remercie votre Commission pour m’avoir invité à cette audition. Je suis, vous le savez peut-être, le co-auteur d’une étude approfondie sur le contenu et l’impact de l’Accord Général sur le Commerce des Services, cet AGCS qui est en quelque sorte la matrice d’où est né le projet qui fait l’objet de la réunion de ce jour. J’ai également publié un article sur l’ACS dans Le Monde diplomatique. Et je vais m’efforcer de démontrer en quoi, l’ACS est plus dangereux encore que l’AGCS pour la démocratie et les choix de société dont nous entendons garder la maîtrise.

Mais auparavant, je souhaite inscrire ce projet dans un ensemble plus large que je désigne comme les accords de libre-échange de la nouvelle génération, accords qui ont profondément modifié le sens de termes comme « commerce » ou « libre-échange » puisqu’ils dépassent et de très loin la seule volonté de réduire ces obstacles au commerce que sont les droits de douane et les réglementations douanières.

Le premier de ces accords de nouvelle génération est l’ALENA, accord de libre échange nord-américain entre le Canada, les USA et le Mexique qui inspire à beaucoup d’égards trois accords du même genre auxquels nous sommes confrontés directement  aujourd’hui : l’accord UE-Canada, dont la négociation est terminée, l’accord UE-USA en cours de négociation ainsi que l’ACS également en cours de négociation. Indirectement, la négociation du PTCI (ou TTIP) est impactée par l’accord de Partenariat transpacifique dont la négociation est également terminée.

Toutes ces négociations ont en commun

✵ l’élimination des droits de douane ; une suppression particulièrement problématique pour les paysans européens, mais aussi pour les pays en développement,

✵ la réécriture des règlements, des normes et des lois par et pour les multinationales, au sein de traités et par le biais de forums technocratiques de coopération réglementaire,

✵ la mise en place d’une justice privée des multinationales contre les décisions des gouvernements et des collectivités locales ou régionales

✵ des garanties et des avantages socio-économiques dérisoires,

✵ la langue de bois des textes et le langage piégé des promoteurs de ces traités,

✵ l’opacité des négociations pour les citoyens et leurs élus qui contraste avec la part essentielle qu’y prennent les grandes multinationales.

À propos de cette dernière caractéristique, je voudrais souligner que le mandat européen de négociation de ces traités est préparé par la Commission et cela se fait toujours en étroite coordination avec des acteurs privés comme l’American Chamber of Commerce et BusinessEurope, le puissant lobby patronal européen. Même Pierre Defraigne, ancien directeur de cabinet de Pascal Lamy quand il était Commissaire européen admet, je cite, « une collusion systématique entre la Commission et les cercles d’affaires. » Pour la préparation du mandat pour le PTCI/TTIP, la Commission a reconnu avoir tenu 119 réunions sur 130 avec les représentants de ces intérêts très privés. Les résolutions que vote le Parlement européen sur ces questions sont sans effets de droit. Par contre, une fois le mandat adopté par le Conseil des Ministres de l’UE – dont chacun sait que, comme collège, il n’est en rien responsable devant une instance démocratiquement élue – ce texte devient la politique de l’Union européenne . Le silence qui accompagne le plus souvent l’adoption de ce mandat et qui caractérise ensuite le déroulement de négociations qui concernent pourtant des choix de société fondamentaux constitue un véritable déni de démocratie.


Lire la suite de l'original là ->
http://www.jennar.fr/?p=4781

Hors ligne

 

#26 22-01-2016 21:40:14

gilles
Membre
Message n°27989
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

La grande offensive sur les services publics :

https://www.collectifstoptafta.org/IMG/pdf/ceta-ttip_public_services-fr-print.pdf

Agissez au sein des collectifs opposés aux accords de libre-échange, comme STOP TAFTA.

Hors ligne

 

#27 24-01-2016 22:42:42

Étienne
Message n°27991
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Merci Gilles.
Ton travail est précieux.

Hors ligne

 

#28 10-03-2016 21:45:11

gilles
Membre
Message n°27999
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Bernie Sanders et Donald Trump mobilisent leurs électeurs en s'opposant aux traités de libre-échange qui détruisent l'emploi. Partenariat trans-pacifique et Partenariat trans-atlantique.


Sanders : http://www.sanders.senate.gov/stop-the-tpp


54 oligarques des milieux d'affaires ( le lobby du libre-échange, de la concurrence de tous contre tous ) se rencontrent pour bloquer Trump :

http://www.breitbart.com/video/2016/03/ … ium=social

Je n'écrit pas ici sur les autres positions de Trump et de Sanders. Il y aurait à faire !

Dernière modification par gilles (10-03-2016 22:33:20)

Hors ligne

 

#29 24-07-2016 23:00:04

gilles
Membre
Message n°28028
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

La première vidéo d'une série de vidéos sur le libre-échange :

https://www.youtube.com/watch?v=e-uIInn3yU0

Durée : 17 mn 02 s

Dernière modification par gilles (25-07-2016 14:52:25)

Hors ligne

 

#30 14-09-2016 20:29:44

gilles
Membre
Message n°28037
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Pétition contre les accords de libre-échange transatlantiques :

À signer ici :
https://www.collectifstoptafta.org/l-ac … ses-62-ans

Pour moi, c'est fait, faites tourner !

Hors ligne

 

#31 13-03-2017 18:58:09

gilles
Membre
Message n°28116
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Entre les idéologies quasiment totalitaires du libre-échange et celle de l'autarcie, le pragmatisme du protectionnisme au coup par coup, secteur d'activité par secteur d'activité, un entretien avec François RUFFIN du mensuel Fakir



https://www.youtube.com/watch?v=G7rR00EojvU



Durée 13 mn 53 s

Hors ligne

 

#32 09-10-2017 14:38:35

gilles
Membre
Message n°28158
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1269

Re: 17 Accords commerciaux internationaux, équilibre des échanges commerciaux, protectionnisme et libre-échange

Analyse par « La tendance claire du NPA » du débat entre François RUFFIN et Olivier BESANCENOT sur le libre-échange et le protectionnisme


L'annonce du débat : http://www.lilas.org/evenement/debat-o- … -solution/


La vidéo du débat, durée 1h 57 mn : https://www.npa2009.org/videos/debat-su … t-f-ruffin

Le protectionnisme : une condition nécessaire pour tout projet politique alternatif
Source du texte : https://tendanceclaire.org/article.php?id=1281

Ruffin a d'emblée voulu désamorcer une série de mauvais procès qui lui sont faits par l'extrême-gauche et une partie de ses amis antilibéraux : pour lui, le protectionnisme n'est pas « la solution », mais un moyen. C'est une « condition nécessaire » pour tenter de rendre viable un projet politique alternatif au capitalisme néolibéral. Il a pris l'image d'une « boîte à outils » qu'il faudrait utiliser pour ne pas se soumettre aux lois du capitalisme pur. Comment lui donner tort sur ce point ? Que l'on défende un projet de rupture avec le capitalisme (ce qui est notre cas) ou que l'on défende un projet de réformes et de redistribution dans le cadre du capitalisme (ce qui est le cas de Ruffin), ne pas remettre en cause le libre échange est se condamner à l'échec automatique. Si on ne remet pas en cause la liberté de circulation des marchandises et des capitaux, la loi du marché condamne tout projet politique qui heurte un tant soit peu les intérêts du capital.

Ruffin ne veut pas abolir la loi du marché, il veut simplement se donner des marges de manœuvre, en contrôlant les mouvements de capitaux ou en augmentant les droits de douanes sur les marchandises. Cela vise à permettre l'écoulement de la production de l'économie nationale, en compensant la perte de compétitivité liée à l'application de mesures sociales sur le territoire national par des mesures pénalisant la production étrangère. Taxer un tel programme de « nationaliste » ou de « chauvin » n'a strictement aucun sens : un programme keynésien de redistribution et de réformes sociales ne peut pas s'envisager sans protectionnisme. Ruffin cherche donc des marges de manœuvre pour rendre viable un projet antilibéral. La critique que nous devons lui faire n'est pas celle du protectionnisme ou du nationalisme, mais celle de l'impasse du projet antilibéral : avec ou sans protectionnisme, il n'y a pas de marges de manœuvre pour des réformes sociales dans un capitalisme en crise. Si Mélenchon essayait d'appliquer son programme, il y aurait alors une chute de la rentabilité du capital, et donc une chute de l'investissement et une hausse du chômage... et donc un retour très rapide à une politique d'austérité pour rétablir le taux de profit, moteur de l'économie capitaliste. La seule rupture envisageable avec l'austérité implique (dans un capitalisme en crise) la rupture avec le capitalisme.

Mais cela, le NPA ne le porte pas clairement, et donc Besancenot ne l’a pas expliqué. Il a effectivement donné quelques éléments qui montrent que le problème est plus profond que celui de la mise en concurrence, puisque des secteurs non délocalisables (comme la Poste) subissent aussi de nombreuses suppressions de postes et la précarisation. Mais il s’est contenté d’en conclure qu’il fallait rester centrés sur la lutte des classes, ce qui répond à côté.

Il est certain que de nombreux partisan-e-s du protectionnisme opposent de bons patrons (français) à de mauvais patrons (étrangers), ce qui détourne de la lutte de classe. Mais soulignons qu’il y a une réelle différence de traitement avec d’autres thèmes : quand nos porte-parole débattent avec des antilibéraux plus classiques (à la Pierre Laurent), elles/ils ne leur rappellent presque jamais qu’il ne faut pas oublier la lutte des classes. Nous pensons pour notre part que les prétendues solutions avancées depuis des années par ces antilibéraux, comme « taxer la finance », sont des impasses, qui peuvent elles-aussi faire croire à un accord avec de bons patrons (entrepreneurs) contre de mauvais capitalistes (spéculateurs).

La lutte de classe ne peut déboucher sur une transformation de la société que par une révolution, c’est-à-dire concrètement par la saisie par les salarié-e-s eux/elles-mêmes des grandes entreprises, pour pouvoir produire selon les besoins sociaux et écologiques, en dehors de la concurrence. Si notre parti portait vraiment ce discours, il pourrait défendre une position plus compréhensible sur le débat protectionnisme/libre-échange. Nous devons expliquer à la fois que dans le cadre du capitalisme, un protectionnisme même « de gauche » ne suffira pas, et à la fois qu’un pouvoir révolutionnaire sortirait de la concurrence nationale et internationale, donc de fait du libre-échange.

Malheureusement, Besancenot ne veut pas poser la question du pouvoir. Lors du débat, il a ironisé : « on n'est pas à Pétrograd en 1917 », donc cela ne sert à rien de se poser la question de ce que ferait un gouvernement des travailleur-se-s. Donc inutile de se poser la question des moyens pour rendre viable une transition socialiste. Si nous nous posions cette question, nous ne pourrions que dire qu'il faudrait qu'un gouvernement des travailleur-se-s rompe immédiatement avec l'Union européenne, avec l'euro, crée sa propre monnaie, contrôle strictement les échanges extérieurs (monopole étatique du commerce extérieur). Mais Besancenot préfère parler abstraitement de la révolution, tout en défendant un « programme d'urgence » (interdiction des licenciements, hausse des salaires, etc.) qui n'a aucune crédibilité à partir du moment où la question des moyens pour le réaliser n'est pas posé. Trotsky n'avait pas peur du mot « protectionnisme ». Il était très ferme sur la nécessité d'un protectionnisme socialiste pour ne pas mettre la production nationale de l'économie socialiste en concurrence avec la production des États capitalistes : « nous sommes résolument partisans du protectionnisme socialiste, sans lequel le capital étranger pillerait notre industrie »1.
De mauvais arguments contre le protectionnisme

Besancenot a repris à son compte des arguments qu'on retrouve de façon caricaturale chez LO, en opposant la « lutte contre le capitalisme » à la « lutte contre le libre-échange ». Trop lutter contre le libre-échange, ce serait dédouaner le système capitaliste, oublier que l'important c'est le rapport capital/travail. Et d'ailleurs, que le capitalisme soit mondialisé ou non, cela ne changerait rien de fondamental. Et les patrons seraient tout autant pour le capitalisme national qui leur irait très bien. Cette façon de raisonner pose de gros problèmes. D'une part, il ne faut pas opposer la lutte contre le capitalisme à la lutte contre le libre-échange. Le libre-échange, c'est la liberté du capital. C'est le cadre institutionnel qui facilite l'exploitation du prolétariat, puisqu'il met en concurrence les travailleur-se-s du monde entier et tire donc les salaires vers le bas. La lutte contre le capitalisme ne consiste pas simplement à lutter dans son entreprise, mais aussi à lutter contre les dispositifs institutionnels de la bourgeoisie qui nous placent dans une situation plus difficile pour lutter. Il n'y a pas à opposer la lutte pour « l'interdiction des licenciements » ou « la réquisition des entreprises » avec la lutte contre les dispositifs de libre-échange : il faut les articuler au lieu de les opposer. En outre, le patronat n'est pas « neutre » entre libre-échange et protectionnisme : il veut que toutes les entraves à la liberté du capital soient levées. Même si des secteurs minoritaires (les perdants de la mondialisation) du patronat plaident pour le protectionnisme, la très grande majorité du patronat veut le TAFTA, le CETA, la liberté de circulation des marchandises, la fin de tout contrôle des investissements étrangers, etc.

Besancenot a aussi repris à son compte les études des économistes bourgeois qui vantent le libre échange et qui expliquent que les délocalisations ne sont responsables que d'une part minoritaire des suppressions d'emplois en France. Mais cela ne consolera pas les travailleur-se-s des secteurs entiers qui sont concernés. Et même si le libre-échange crée « globalement » des emplois (toujours plus « flexibles »), nous devons être contre le libre-échange, car c'est un cadre qui permet la convergence vers le bas de tous les droits sociaux ! Entre parenthèses, et contrairement à ce que nous racontent les économistes antilibéraux, la loi travail XXL permettra de créer des emplois car elle sera bonne pour les profits des capitalistes, et donc bonne pour l'investissement et la croissance. Mais les économistes antilibéraux essaient de nous faire croire que le capitalisme doit bien traiter ses salariés pour se refaire une santé...

Enfin, Besancenot a cédé à la facilité en associant les mesures protectionnistes (sur les marchandises) et les mesures contre la liberté de circulation des humains. Raisonner ainsi, c'est faire croire qu'il y aurait d'un côté ceux qui sont pour la « liberté de circulation » (les bons et les généreux) et ceux qui veulent s'enfermer dans leurs frontières nationales (les méchants et les aigris). Ce type d'amalgame est martelé par une certaine gauche bourgeoise, trop contente de faire passer tous les protectionnistes pour d'horribles nationalistes. Pourtant, un gouvernement des travailleur-se-s devra prendre des mesures protectionnistes pour empêcher la circulation des marchandises et des capitaux... mais cela n'a strictement rien à voir avec la liberté de circulation des personnes.

Cette assimilation entre « libre-échange » et « liberté de circulation » est aussi faite par l’extrême-droite qui diffuse habilement son venin en accusant l’extrême-gauche de collusion avec le « mondialisme » du patronat, qui serait toujours pour l’accueil des migrant-e-s (pour faire pression à la baisse sur les salaires). Besancenot a évidemment combattu fermement cette idée, en déplorant qu’elle ait un écho. Mais pour mener cette bataille idéologique notre parti doit éviter de se retrancher dans des formules comme « abolition des frontières » dès qu’il y a un débat économique sur le protectionnisme, et revendiquer plus clairement une économie sans patrons.
Ni libre-échangiste, ni protectionniste ? Une position confortable mais gravement erronée

Besancenot n’a pas réussi à sortir d’une contradiction intenable : d’un côté, il dit que le NPA a été de toutes les mobilisations contre les traités de libre-échange ; d’un autre côté, il dit qu’il est « ni libre-échangiste, ni protectionniste ». LO est sur une posture « ni/ni », et ils en tirent une conclusion logique : l’indifférence à l’égard des traités de libre-échange qui ne sont ni bons, ni mauvais, puisque l’essentiel est de « lutter contre le capitalisme ».

Ruffin a eu raison de souligner la position étrange de Besancenot : il est d’accord pour lutter contre les traités de libre-échange, mais une fois que ceux-ci entrent en application, plus question de lutter pour leur abrogation car cela serait céder aux sirènes protectionnistes. Pourtant, si nous estimons que ces traités sont mauvais, il faut exiger leur abrogation… et donc assumer le fait que nous préférons une situation où des dispositifs protectionnistes n’ont pas été démantelés.

Comme l’a expliqué Ruffin avec précision, il y a une réelle coupure entre les catégories frappées de plein fouet par la concurrence internationale (surtout les ouvrier/ères peu qualifié-e-s), et les couches supérieures du salariat qui tiennent le coup, voire ont partiellement bénéficié de la mondialisation. Cela a fracturé profondément le bloc qui s’identifiait « à gauche » depuis les années 1980, et conduit ce mot à une forte perte de sens. Ruffin a raison de chercher un remède à ce problème, et de souligner que cela doit passer par une remise en question de la couche relativement favorisée du salariat. Celle-ci est surreprésentée dans le milieu militant et ce n’est pas sans conséquence idéologique.2

Le discours « ni/ni » nous coupe de l’écoute des catégories populaires. Celles-ci sont massivement hostiles au libre-échange, à l’Union européenne car elles perçoivent bien que ce sont des armes de la bourgeoisie pour mieux les exploiter. Ruffin a expliqué qu’il y avait deux approches : « soit on leur dit c’est pas bien [le protectionnisme, la rupture avec l’UE, etc.], soit on s’appuie sur ce potentiel pour l’accompagner et porter un autre discours ». Le discours de Besancenot choisit la première option, et il se coupe alors d’un désir profond de rompre avec le rouleau compresseur de la mondialisation capitaliste ; pire, il prend alors le risque d’être assimilé à ceux qui font l’apologie de la mondialisation, au nom de « l’ouverture », de l’antiracisme et qui stigmatisent tous ceux qui s’y opposent comme des affreux réactionnaires ou des gros cons. En revanche, Ruffin adopte la deuxième démarche, et il explique (à juste titre) qu’il adopte la démarche de Lénine dans les « Thèses d’avril » : partir des aspirations populaires pour les inscrire dans un projet politique progressiste de rupture avec l’ordre établi. Ruffin a rappelé que le FN était dans les années 1980 libre-échangiste et pro-UE. Mais il a eu l’intelligence politique de changer radicalement son discours et de surfer sur les aspirations populaires pour les associer à son projet xénophobe nauséabond. Cette intelligence politique a fait défaut à l’extrême-gauche qui n’a pas vu le potentiel anticapitaliste de ce refus de la mondialisation. Et Ruffin a parfaitement raison de pointer la responsabilité du NPA (bien sûr à un degré bien moindre que le PS et le PCF) et d’autres dans le succès du FN. Nous n’avons tout simplement pas été à la hauteur.

La posture « ni/ni »est une position de surplomb confortable. Mais elle traduit une impuissance politique, un refus de se coltiner avec la réalité. On juxtapose alors un programme minimum (catalogue de revendications) et un programme maximum (la révolution, le communisme, renvoyés aux calendes grecques). Aujourd’hui, nous ne défendons évidemment pas un protectionnisme dans le cadre du capitalisme, mais cela ne doit pas nous empêcher de mener une bataille politique conséquente (et non à reculons) contre le libre-échange.

Avec son journal Fakir, Ruffin a eu l’immense mérite de traiter sérieusement de questions taboues (le protectionnisme, la rupture avec l’UE) dans la gauche antilibérale et anticapitaliste. Bien sur, il les traite dans le cadre de son projet réformiste antilibéral qui n’est pas le nôtre. Nous espérons que le prochain congrès du NPA sera l’occasion de lever un certain nombre de tabous et d’avancer sérieusement dans l’élaboration d’un programme révolutionnaire concret. En rester à des abstractions et à des formules toutes faites ne peut que nous confiner à la sclérose et à la marginalité.


1 : https://www.marxists.org/francais/trots … 230420.htm

Dernière modification par gilles (10-10-2017 09:01:06)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr