Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#201 04-10-2012 09:49:10

Gotfried
Membre
Message n°21545
Date d'inscription: 21-05-2012
Messages: 187

Re: 94 Mélenchon

Sandy a écrit:

AJH a écrit:

De toute façon, et malgré cette manif, le TSCG sera voté ...
M'est avis qu'il faut autre chose que des manifs pour impressionner le gouvernement.

Ce n'est pas la méthode qui compte, c'est le nombre. Quand nous sommes 80000 à manifester, à l'échelle d'un homme c'est immense, on est noyé dans une foule à perte de vue quand on regarde l'horizon. Mais à l'échelle d'un immense pays tout entier comme la France, en effet, cela fait peu de personnes, et en tout cas pas suffisamment de personnes pour effrayer le gouvernement.

Nous aurions été 200000 personnes, déjà cela aurait été un plus grand évènement.

Et nous aurions dépassé le million de personnes, la portée aurait été bien plus grande encore ...

Je ne sais pas combien étaient les tunisiens, mais ils ont réussit à effrayer le dictateur qui dominait leur pays.

Quoi qu'il arrive de toute façon, ce n'est pas une mauvaise chose bien au contraire.

La plupart des gens ne savent même pas pourquoi on manifeste et il ne faut pas compter sur les médias pour les éclairer.

Quand le gouvernement en tête et la plupart des médias cherchent à empêcher le débat public sur les questions que soulèvent les manifestants, il vaut quand même mieux que 80000 personnes essaient de se faire entendre, plutôt que de les laisser faire sans la moindre opposition.

En même temps, c'est la faute à qui s'il y a perpétuellement des manifestations pour tout et n'importe quoi? C'est "la Gauche" qui a tué la rue, qui a vidé la manif de sens et de portée. Elle n'a jamais hésité à embrigader des lycéens sans la moindre conscience politique, parfois même des collégiens, et à organiser des manifs à la moindre occasion, mais toujours sur des points sans intérêt. Jamais ils n'ont cherché à porter quelque chose de plus profond, de plus "révolutionnaire". La dernière fois, c'était en 68, et c'est la gauche elle-même qui en a façonné le souvenir comme un soulèvement de fils de bourgeois qui voulaient pouvoir se droguer et baiser sans demander permission à papa, alors que ça a surtout été l'occasion d'une des plus immenses démonstration du syndicalisme ouvrier de l'histoire. En même temps, la gauche a évincé tout ce qu'il y avait d'un peu ouvrier, pour favoriser une direction clairement bourgeoise, arriviste, sans autre idéal que de mettre la main sur une part du gâteau (pour elle-même, hein! pas pour le peuple).

Jamais les gens n'ont été autant désintéressés de la politique qu'aujourd'hui. Mais non pas car on les en prive, mais parce qu'on les assomme avec, c'est infiniment plus pervers et efficace. Mais en même temps que la scène politique n'est qu'une immense mascarade, un invraisemblable tohu-bohu, le citoyen au fond de lui sait parfaitement qu'il vit en dictature, qu'il n'a aucun pouvoir, que même sa colère est encadrée, canalisée, instrumentée. La seule chose qui ne l'est pas encore, c'est la violence des masses populaires (pas celle des "quartchiers", qui constitue une minorité mauvais exemple qui justement sert à diaboliser la violence aux yeux de la vraie population). José Bové avait quand même eu les corones de s'attaquer à un McDo et de faucher des champs d'OGM... mais voilà, il a suffit de lui faire miroiter une place de petit notable au sein du système, et toute cette action réelle, polémique certes, mais qui au moins "repolarise" la population, a pris fin.

Mais une manif... on a même publié pour qui c'est faire!!! J'ai des potes qui étaient allés aux manifs en 2002 ou contre le CPE, ils n'en avaient rien à foutre du fond. Soient ils gueulaient des slogans qu'on leur avait inculqué, en bons gauchistes décérébrés, soit ils venaient pour la bière et la beuh et sécher des cours. Moi, je suis allé deux fois à des "manifs" FN (encore que le terme soit impropre, c'était pour le 1er Mai, c'est une tradition plutôt qu'une réaction), et autant la première fois, c'était rigolo de voir défiler des fédérations avec leurs étendards sur la place de l'Opéra, et Le Pen était en forme, autant la seconde c'était plus angoissant. Non pas parce que le FN veut donner à la France un drapeau à swastika et faire écorcher tout ce qui n'a pas la peau blanche, mais parce qu'être soi au milieu d'une foule globalement unanime, ça met mal à l'aise. Ca donne encore plus l'impression d'être sans voix et de ne pas compter. On ne se sent pas puissant, au contraire, on se sent désindividualisé, aliéné à soi-même, on devient la foule.

Et alors que dans la vraie vie, pour des raisons insignifiantes, on va se fâcher avec nos amis ou notre famille, et rater des gens vraiment digne d'intérêt, dans une manif on commence à taper la discut' avec n'importe qui, comme si on était frères, simplement parce qu'on défile derrière la même bannière. Mais peut-être n'est-ce pas pour rien, que les manifs, dans l'esprit, se rapprochent tellement du carnaval: dès que l'événement se termine, avec lui s'arrête la licence, et chacun rentre chez lui comme s'il ne s'était rien passé. Ainsi, on canalise, on met en scène les mécontentements, afin qu'ils ne viennent pas entraver au quotidien la bonne marche du système. Si les manifs avaient le moindre caractère subversif voire révolutionnaire, elles seraient interdites. Si elles avaient la moindre portée ou la moindre influence, elles seraient noyautées. Manifester ne sert à rien sinon à prendre du bon temps.

Hors ligne

 

#202 04-10-2012 13:36:31

frigouret
Membre
Message n°21554
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 94 Mélenchon

Oui la gôche manifeste mais ça fait depuis le front populaire que la gôche a des occasions d'être aux manettes et JAMAIS depuis elle n'a posé comme revendication essentielle la moindre trace de souveraineté populaire qui permettrait de dire NON par voie référendaire à ce genre de traité.
Dans mon village il n'y a que le FDG et la biocoop locale pour organiser des débats publique, j'y participe systématiquement pour porter les idées que je soutien ici ( j'ai été aussi amené à militer plus activement avec eux pour contrer un Ubu redoutable ).
Donc je peux dire avec une certaine expérience que la gôche redoute la démocratie directe, combien de fois ai je entendu que le peuple serait un peu trop à droite à leur goût !


cool

Hors ligne

 

#203 02-12-2012 16:38:27

Yvan
Membre
Message n°22747
Date d'inscription: 01-01-2012
Messages: 44
Site web

Re: 94 Mélenchon

Intervention de JL.Mélenchon lors des "Assises pour l'écosocialisme" :
=> http://www.dailymotion.com/video/xvjttl

Dans la foulée, l'intervention de J.Généreux :
=> http://www.dailymotion.com/video/xvjn13

Tous les intervenants à cette journée en vidéos :
=> http://www.lepartidegauche.fr/videos

Le projet de manifeste des Assises > ici <

http://www.lepartidegauche.fr/system/images/inline/386x215xViteLEcosocialisme.png,q1354446203.pagespeed.ic.TEKCOjOokZ.png

Dernière modification par Yvan (02-12-2012 17:05:51)


Yvan P.
Membre du Réseau Salariat : http://www.reseau-salariat.info/ - http://www.ies-salariat.org/
Membre de l'Audit citoyen de la dette : http://www.audit-citoyen.org/
Auteur de l'Observatoire du Venezuela : http://observenezuela.wordpress.com/

Hors ligne

 

#204 24-12-2012 10:40:52

Yves le révolutionnaire
Membre
Message n°22867
Lieu: ORLY 94
Date d'inscription: 16-06-2012
Messages: 38

Re: 94 Mélenchon

Je ne comprend pas pourquoi le message de fond qui ressemble etroitement aux nombreux debats de ce forum n'est pas compris ??  Est ce si dure d'admettre que la vrai gauche le vrai socialisme celui de JAURES, le courant jacobin est dans le programme du front de gauche ?
Dans ce forum nous combattons la domination bancaire, le capitalisme, l'ultra liberalisme, la dette immense sur l'eco systeme, la democratie, la place du peuple, l'attente d'une nouvelle constitution, la dominatio!n makiavelique de wall street sur le monde, le combat contre l'austérité ... autant de sujet qui passionnent les gens de ce forum mais pas vraiment de place pour le PG de JL Melenchon....
Il a donné dernierement une conférence à l'university college de Londres où tous ces sujets sont évoqués...

Merci de donner vos ressentits

http://www.dailymotion.com/video/xw0exa … rch_algo=2


<< Il ne peut y avoir révolution que là où il y a conscience. >>
Jean Jaurès

Hors ligne

 

#205 26-12-2012 05:51:42

Jacques Roman
Membre
Message n°22878
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 94 Mélenchon

J'espère quand même que vous ne combattez pas la démocratie, contrairement à ce que votre formulation pourrait laisser croire. Mais on ne sait jamais : après tout, il y a bien ici des gens qui émettent des réserves sur les droits de l'homme. JR

Hors ligne

 

#206 30-12-2012 01:26:22

AlexandreHédan
Membre
Message n°22958
Date d'inscription: 30-12-2011
Messages: 203
Site web

Re: 94 Mélenchon

Il faudrait à "Droits de l'homme" suggérer si ce dernier est l'égal de son sans culotte ou celui de son prochain!

Hors ligne

 

#207 31-12-2012 10:54:19

Gotfried
Membre
Message n°22997
Date d'inscription: 21-05-2012
Messages: 187

Re: 94 Mélenchon

Mélenchon essaye un peu de se faire passer pour une Marie-Madeleine de la politique: tapineur pendant 30 ans pour le PS et deux fois sénateur, il voudrait nous faire croire qu'aujourd'hui il est prêt à laver les pieds du peuple du plus riche parfum. Il est chrétien de pardonner et d'offrir une seconde, une troisième, une cinquantième chance, mais il est pragmatique de considérer qu'au mieux c'est un idiot (30 ans pour se rendre compte que le PS est un parti de notables antipopulaire, c'est être un crétin), au pire un manipulateur (autre mot synonyme: un politicien) qui surfe sur ces thématiques électoralement porteuses, pour offrir une réponse à gauche aux succès (relatifs) du FN, qui indiquent clairement que le bipartisme "à la française" mis en place depuis la marginalisation du PC est en crise. On sait très bien, et de sa propre bouche, qu'il a arrangé sa petite tambouille avec le PS, jouant avec les scores électoraux internes comme les grandes multinationales qui monopolisent le marché fixent les cours de marchandises de première nécessité selon leurs intérêts du moment. Mélenchon n'a que mépris pour le peuple (ça me rappelle un peu les réactions de Denisot et d'Apathie quand Dupont-Aignan les a questionné sur leur salaire, mais en plus violent: les "élites" n'aiment pas révéler combien ils gagnent, souvenez-vous ce que dit Guillemin à propos des difficultés infinies qu'ils ont fait avant d'accepter l'impôt sur le revenu qui "violait le secret des fortunes") . Au sein de l' "élite" française, c'est juste celui à qui on a délégué le rôle de faux prolo, mais il roule pour les mêmes.

On m'a reproché d'être proche du FN, et de ce fait partial, notamment parce que Mélenchon a une haine viscérale du FN, et un mépris absolu pour ses électeurs. Mais à vrai dire, Marine Le Pen, pour moi, est une politicienne comme les autres: dégoûtante. Parce qu'elle veut réellement gagner, elle tend vers le pouvoir. Jean-Marie Le Pen était seulement un trublion, un punk, à lâcher des vannes et à "déraper" quand on lui en fournissait l'occasion. Je n'aurais pas aimé qu'il ait été élu en 2002 (si tant est qu'à l'heure actuelle un homme comme lui ait la moindre chance face aux intérêts institués), parce qu'alors les choses seraient devenues sérieuses. La politique, au sens actuelle, est une vaste farce, et il faut en rire sinon on en pleurerait. C'est un fait, ils tiennent tout: l'armée, l'argent, les médias, la politique, la production, les réseaux, tout! Que ce soit par les idéaux, que ce soit par la foi, que ce soit par nos actes, que ce soit par la jovialité, la seule chose sur quoi nous avons le dernier mot, bien qu'ils aspirent à nous la retirer, c'est notre humanité. Alors rions de la politique: c'est Biquette qu'il nous faut!

Hors ligne

 

#208 01-01-2013 11:38:45

AJH
Membre
Message n°23013
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 94 Mélenchon


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#209 04-01-2013 11:03:16

Yves le révolutionnaire
Membre
Message n°23042
Lieu: ORLY 94
Date d'inscription: 16-06-2012
Messages: 38

Re: 94 Mélenchon

Tous les liens sont vraiment pathetiques, surtout celui où il est censé "mépriser le peuple". je vois simplement qu'il se défend contre une propagande du FN, des faux tracts, des affirmations non fondées...Il parle d'homme à homme et la personne en face n'a aucun argument de défense à part des phrases toutes faites et NON vérifiées. Aucun argument de poids bref

@ gilles : Salut, comme tu aime l'analyse des textes ( tout à ton honneur) plûtot que les vidéos en voici un sur l'analyse de la crise que se fait JLM.
Tu y trouveras peut être des réponses aux questions posées. Tu me donneras ton analyses si tu le souhaites biensur.

PS : @ AJH , je cherches l'extrait où JLM dit justement que dans sa constituante il ne veux pas une partitipation de professionnelle mais veut convoquer des citoyens lambda.


c'est un peu lourd pour le fil mais bon :
Bonne lecture à toi et aux autres si il y a :

La crise comme stratégie :

"Plus personne n'y fait attention et le niveau de l'information donné par les médias
sur ce sujet est passé depuis longtemps sous la ligne de flottaison. En tous cas il y
a eu un sommet européen les 13 et 14 décembre derniers. J'en ai fait un compte
rendu. A présent je veux faire rebondir l'analyse sur une phrase très parlante du
communiqué final où l'on apprend que la « crise » n'est pas seulement ce que l'on
croit. Elle serait aussi une opportunité davantage qu'une calamité. Attention, lecteur
pressé, mon texte est dense ! C'est une mise en en ordre de mes idées que je mets
en partage.

La faillite du système d'information sur l'activité de l'Union européenne est totale.
Sortis des récits et jeux de rôle sur les « sommets de la dernière chance » et autres
mises en scène mélo dramatiques, les griots ordinaires de « l'Europe qui nous
protège » n'ont rien à dire. Il est impossible de trouver où que ce soit la moindre
information documentée, la moindre présentation du contenu des mesures prises
chez les habituels médias donneurs de leçon de morale européenne. Ni d'ailleurs la
moindre curiosité ou investigation, quand la source officielle européenne ne donne
pas elle-même une information pré mastiquée sur un sujet. De mon côté j'ai publié
mon compte rendu sur ce sujet comme je le fais de toute l'actualité européenne sur
mon blog dédié. Je ne recommence donc pas ici mon compte rendu sur l'ensemble
de ce qui s'y est décidé. Mais je veux revenir sur un point suggéré par une lecture
attentive de la déclaration finale. Je le fais parce qu'il éclaire la scène du moment
que nous vivons d'une façon spéciale.

Ce qui n'a pas facilité l'intérêt pour ce sommet c'est que les documents n'ont pas
été traduits en français. Aucun ! Ordre du jour, note d'information, tout a été livré en
anglais! C'est la règle dorénavant. Sous prétexte d'économie, les parlementaires et
les citoyens sont privés du seul moyen de comprendre les enjeux des décisions
prises : la traduction. En allant jeter un ?il sur le site de la Commission européenne
vous pourrez faire le constat du nombre des documents non traduits. Compte tenu
des sommes dérisoires qui sont en cause à l'échelle de l'Europe pour ces
traductions, j'en déduis que cette attitude est délibérée. Il s'agit de réserver la
compréhension de ce qui se passe à ceux qui ont l'usage de la langue des
décideurs. D'un autre côté il s'agit aussi de préparer méthodiquement le passage au
grand marché unique transatlantique dont la langue de travail unique sera l'anglais.
Dans l'immédiat, ce confinement permet aux médias euro-béats d'en rester à des
récits de surface sans risquer d'être mis en cause par un contact direct du public
avec les textes réels. Dans ce qui s'est dit il y a en effet matière à dire davantage
que les comptes rendus de circonstances ont fait. Notez que ces mots ne valent pas
pour autant quitus de ma part sur ce que ces comptes rendus ont rapporté à la
connaissance du grand public. En effet, qu'il s'agisse de « l'aide à la Grèce », du
fameux « nouveau » contrôle bancaire dont l'anti-minable Ayrault s'est fait de si
vibrants gargarismes, et ainsi de suite, tout a été une fois de plus du recopiage
manipulateur de la parole officielle, sans imagination ni curiosité, mâtiné par-ci
par-là de rumeurs organisées par les attachés de presse des eurocrâtes. Encore
une fois, sur ces sujets je vous renvoie à mon compte rendu car il vous permettra
d'en prendre la mesure.

Mais dans le texte de clôture de ce sommet, comme je l'ai dit, quelques lignes m'ont
frappé. Je les analyse comme un aveu tellement frappant ! Voyez ces lignes. Elles
méritent d'être traduites intégralement. Elles expriment davantage que le cynisme
ou l'aveuglement idéologique ordinaire des commissaires européens. Lisez
lentement : « La crise économique et financière que traverse l'Union européenne .
Son impact est visible dans la restructuration profonde de nos économies, qui a
actuellement lieu. Ce processus est perturbateur, politiquement stimulant et
socialement difficile ? pour jeter les bases de la croissance future et de la
compétitivité qui devra être intelligente, durable et inclusive. » Ce texte dit, en fait,
que la crise est en réalité une stratégie d'action et non pas seulement une difficulté
qui s'impose de l'extérieur. Je pense que cela jette sur la situation un jour nouveau.
Par la « crise », délibérément, les eurocrates sont en train de faire naître
consciemment et méthodiquement un ordre nouveau. C'est la stratégie du choc
décrite par Naomi Klein. Attention : vu sous cet angle ce serait une erreur de
dissocier l'objectif et les moyens. La politique d'austérité et les moyens autoritaires
destinés à les imposer en Grèce, par exemple, forment un tout. Je voudrai qu'on ne
l'oublie jamais du moins ici parmi les lecteurs qui viennent me lire dans le but de
s'instruire et de compléter leur propre analyse de la période historique que nous
vivons.
Donc je veux revenir sur ce point précis de la « crise » comme moyen d'action des
dominants. J'ai déjà évoqué dans ma conférence à Londres cette idée de « la
crise » en tant que stratégie de réorganisation du rapport de force entre le capital et
le travail. Ce point mérite, bien sûr, une entrée en matière pour être compris sans
excessive simplification. Le mot « crise », dans le vocabulaire commun, désigne un
paroxysme provisoire. On suppose qu'il y aura des soins qui permettront un retour à
l'équilibre initial. Pourtant la crise de la dette que nous vivons n'est pas provisoire.
Elle implique un mécanisme de fond, structurel, qui forme la trame même du
système capitaliste de notre temps. L'endettement et le crédit sont les moyens de
masse que le capitalisme a trouvé pour dépasser sa limite interne traditionnelle.
Permettez une explication plus approfondie de ce point. Je n'ai pas souvent
l'occasion de donner mon analyse sur ce sujet que je crois essentiel. Il me semble
que c'est acceptable de votre part, chers lecteurs, dans le cadre d'un texte comme
celui-ci, ajouté depuis un séjour de repos dans une note publiée dans le temps de la
trêve des confiseurs. Comment « la crise » peut-elle être à la fois une situation
inopinée, un incident imprévu du parcours, et une stratégie d'action pour le futur? Je
voudrais l'expliquer.

On s'accordera pour dire que c'est bien la dynamique du système financier global
qui a conduit à la situation actuelle. Mais a-t-on clairement à l'esprit qu'à présent la
masse de la dette est telle qu'il n'y a pas de soin qui puisse ramener à la situation
antérieure. Si la dette n'est pas effacée, d'une façon ou d'une autre, le système
roulera à l'abîme en entraînant la civilisation humaine. Mais cet effet de système ne
peut être réglé par aucun des acteurs du système. De même qu'il n'y a pas de
complot pour conduire à cette catastrophe, il n'y a pas d'état-major pour l'empêcher
d'avancer vers son terme. Chaque épisode est le résultat d'un effet de système
auto-organisé dont la dynamique est spontanée. Le point crucial est que tous les
acteurs, les décideurs de toute nature, banquiers, personnages politiques et ainsi
de suite, tous sont inclus dans la situation. Ils en sont une composante. Ils gèrent ce
qu'ils trouvent en face d'eux du point de vue des intérêts qui dominent la scène et
qui sont aussi les leurs en particulier. Cela leur paraît être la seule voie possible, le
seul comportement raisonnable. Certes pour eux, la crise est d'abord seulement un
dysfonctionnement. Ils estiment donc que leur devoir est de ramener la situation à
l'équilibre. Mais ils n'imaginent pas de le faire autrement que du point de vue des
normes, usages et exigences du système lui-même. Nos questions, mises en garde
et revendications leur paraissent aussi extravagantes que le serait à nos yeux
l'attitude d'un conducteur qui ayant un pneu crevé s'en prendrait à l'industrie de
l'automobile au lieu de changer de roue pour continuer son parcours.
C'est donc de l'intérieur du cadre qu'il faut comprendre ce fait apparemment
paradoxal : « la crise » offre des opportunités d'aller plus loin dans la logique qui a
pourtant rendu possible « la crise ». Elle le peut parce que la situation de crise
permet des prises d'avantages. Ce résultat nous l'avons sous les yeux. Bien sûr,
personne n'a voulu la faillite du système des « subprimes ». Ni celle de la dette
publique grecque. Ni l'effondrement de l'immobilier irlandais ou espagnol. Bien sûr
que l'instabilité du système financier et la rupture des flux qui le constituent sont
dangereux aussi pour les bénéficiaires de ce système. Cependant, tous ces
événements ont eu lieu. Peut-être bien que les maîtres de la finance auraient
préféré qu'il en soit autrement. Pourtant ce sont leurs décisions et leurs spéculations
qui les ont provoquées, parfois de propos délibérés comme en Grèce. Quoiqu'il en
soit, leurs regrets s'arrêtent à la porte des profits fabuleux que cette situation leur
permet encore de réaliser. Un tel système ne contient aucun élément
d'auto-régulation. Tout au contraire. La dérégulation et ses abus de toutes sortes
constituent une belle part de marché. Elle forme même une part significative du PIB
de nombreux pays qui constituent la toile des paradis fiscaux. Cette expression
n'est pas réservée aux contrées exotiques, du type des Iles Caïman, elle concerne
le c?ur même du système comme on peut le voir avec le rôle de la City et du
Royaume-Uni, qui en est un des rouages les plus actifs.

Quelle que soit l'obligation où nous nous trouvons de parler avec des mots qui
obscurcissent ce qu'ils désignent davantage qu'ils ne l'éclairent, nous devons nous
en tenir aux faits observables. Les apparences de la « crise de la dette » et les
politique d'austérité qui sont censé y répondre ne doivent pas nous empêcher de
voir ce qui se passe vraiment à la fin. Au-delà des arguments et des raisons mis en
avant par chacun. Sinon on ne peut en comprendre la dynamique particulière de la
situation d'ensemble. Ni la façon avec laquelle les événements réputés liés à la
« crise financière », ou à la « crise écologique », et à la « crise sociale » forment un
tout dans la réalité des faits qui surviennent. Le résultat, dis-je, nous l'avons sous
les yeux. Alors même que « la crise de la vie quotidienne» s'approfondit visiblement
pour le très grand nombre, pendant ce temps, les profits des très grandes
entreprises explosent, la prédation bancaire s'élargit, la part de la rétribution du
travail dans la richesse produite diminue, la financiarisation de l'économie s'étend et
la part des dividendes par rapport aux investissements augmente. Et la température
ambiante du globe monte. Dans ces conditions la suite ne continue pas simplement
le présent.
C'est bien parce que les mots nous induisent en erreur qu'il faut utiliser un
vocabulaire nouveau pour désigner les évnements. Souvent vous avez vu que
j'utilise le mot « bifurcation » pour désigner ce type de situation bien particulier où
une modification apparemment très localisée et ponctuelle se produit et fait dévier
de sa trajectoire tout le système sans qu'aient changé les éléments qui font sa
dynamique. J'en donne souvent une image : ce qui se produit avec un véhicule
lancé à toute allure si le chauffeur se fait piquer par une guêpe. J'utilise souvent ce
mot pour parler de l'étape qui va se franchir dans le climat lorsque l'impact du
changement en cours aura atteint un certain seuil. Ou bien pour désigner ce qui se
produira lorsque la Chine passera devant les Etats-Unis. L'image permet de mieux
se représenter le mouvement comme un tout qui s'organise d'après ses propres
éléments et non comme une interruption momentanée des données qui ont prévalu
jusque-là dans le passé récent. La « crise » actuelle est en fait une nouvelle
trajectoire, un nouveau moment cohérent et global pour le système dans son
ensemble et pour son futur immédiat.

Une autre manière d'entrer dans la compréhension de la réalité que recouvre le mot
« crise » est d'en placer les manifestations dans l'histoire pour observer leur
incidence. Un regard en grand angle sur le sujet nous apprend d'abord quelque
chose. L'instabilité et les « crises » sont consubstantielles au système capitaliste.
L'histoire en atteste ! De 1816 à 1929, en plus d'un siècle, il y a eu 14 crises
majeures ! Deux d'entre elles se sont réglées par une guerre mondiale. Depuis
1973, en moins de 40 ans, il y a eu déjà 12 crises affectant l'ensemble du système
mondial et menaçant de le faire s'effondrer ! Depuis 1992, en 20 ans il y a eu 8
crises ! Ce coup d'?il montre que le rythme de déclenchement de ces crises
systémiques s'accélère. D'une façon ou d'une autre, on peut dire que les conditions
dans lesquelles se sont dénouées chacune d'entre elles, ont préparé les conditions
d'un épisode suivant encore plus violent. Chaque « crise » a augmenté l'instabilité
du système dans l'épisode suivant. Cette escalade a fait dire à Jean-Claude Trichet
en août 2011, alors gouverneur de la Banque centrale européenne, que la crise
actuelle est « la plus grave depuis la seconde guerre mondiale. Cela aurait même
pu être la crise la plus grave depuis la première guerre ». Ce n'est pas seulement le
moment qu'il faut alors considérer mais la raison pour laquelle il est parvenu à ce
point en dépit de l'expérience qui devrait être acquise.
Donc, chaque sortie crise aggrave la violence de la suivante. Entrons davantage
dans ce que montre le coup de projecteur. Vu de haut et de loin on peut voir une
constante : chaque crise est une crise de surproduction. Cela paraît
incompréhensible d'un point de vue du sens commun mais c'est la réalité. Quand
tout le monde manque de tout c'est aussi le moment où la capacité de production
est la plus élevée. Puis intervient une destruction massive de capital. Guerre,
hyper-inflation ou faillites y pourvoient. Puis la reconstitution fournit la dynamique de
la phase suivante. Mais, notez un fait peu souvent mentionné dans l'analyse de ce
mouvement général : à chaque étape, dans l'histoire réelle, le système a vu l'aire du
marché disponible pour l'accumulation du capital se réduire. Et du coup, il lui a fallu
pour l'étendre par des moyens de plus en plus artificiels et dangereux. Les deux
guerres mondiales ont soustrait au champ du marché toute l'aire de ce que l'on
nommait le « camp socialiste », soit le tiers de l'humanité productive et
consommatrice. La reconstitution du niveau des forces productives d'avant-guerre
dans un espace marchand moindre a contraint à constituer des aires d'accumulation
de plus en plus artificielles : économie naine du Moyen-Orient en surcapacité
monstrueuse de capitaux, économie d'armement sans objet servant de volant
d'entraînement à l'économie productive globale et ainsi de suite. A partir d'août
1971, et la fin de la convertibilité du dollar en or, est née une économie purement
financière, sans objet matériel réel, en expansion permanente.

Depuis 1971, la masse monétaire en dollar a augmenté dix fois plus vite que le PIB
des USA : la richesse produite réellement a été multipliée par 4 et la masse
monétaire par 40 ! C'est ici la base d'une extraordinaire mise en circulation de
signes monétaires sans contrepartie réelle. Elle a semblé affranchir le mécanisme
de l'accumulation capitaliste de toutes les limites du monde matériel réel. Le crédit
et la dette, la marchandisation de tous les compartiments de l'activité humaine et la
financiarisation de tous les secteurs sont les bases du système actuel. C'est dans
ce cadre que prennent place la situation et les dangers de la situation en Europe.
Une « crise » plus grande est inscrite dans la logique des événements ainsi mis en
perspective. Du moins si aucune des conditions initiales du système ne change.
L'observation des échanges sur le marché des devises permet de mesurer la
hauteur de la falaise de papier qui surplombe l'économie productive réelle et
menace de l'engloutir. Les chiffres sont souvent cités. En 1970 les fonds concernés
s'élevaient à 20 milliards de dollars par jour. En 1990 à 1 500 milliards de dollars par
jour. En 2010 ils atteignaient 4 000 milliards de dollars par jour. Pour comprendre
quelle boursouflure sans objet matériel sont ces sommes, il faut les comparer à la
valeur des biens réellement échangés. Quand 4000 milliards s'échangent en une
journée, pendant ce temps, les biens et services réellement échangés sont de 40
milliards ! Cent fois moins chaque jour ! En 4 jours d'échanges sur le marché des
changes, on atteint le montant annuel total du commerce international réel ! Je vais
encore faire une comparaison pour bien faire comprendre les ordres de grandeur du
monde de signes artificiels dans lequel nous vivons. Quand il circule 4000 milliards,
il n'y a que 170 milliards de richesse produite dans le monde ! Il y a donc 23 fois
plus de dollars en circulation que de richesse mondiale créée ! Le plus vaste choc
que le monde va recevoir est celui de l'ajustement de cette masse de monnaie de
singe avec sa contrepartie en biens matériels réels. Cela se produira lorsque les
Etats-Unis d'Amérique ne seront plus en tête de l'économie mondiale réelle et que
la confiance dans la valeur du dollar sera donc mise en cause par cette situation.
Cela est inscrit dans le calendrier.
L'Europe peut donc, à tout moment, recevoir ce choc en plus de celui qu'elle subit.
La catastrophe peut être déclenchée fortuitement à tout moment par un incident
systémique intervenant n'importe où dans le monde. Et, évidemment, l'Europe peut
elle-même déclencher le choc général par un épisode incontrôlé de sa propre
instabilité. A chaque pas nous rencontrons l'articulation de ces deux niveaux de la
réalité et l'interaction des instabilités structurelles du capitalisme de notre temps.
Ainsi, par exemple, quand nous voyons que les Etats-Unis d'Amérique ne peuvent
accepter que l'euro soit une monnaie de réserve. En effet l'euro mettrait alors en
danger le rôle du dollar comme monnaie de réserve. Mais à l'inverse l'effondrement
de l'euro entraînerait aussi tout le système financier mondial dans la catastrophe.

Le texte de la Commission avec lequel j'ai commencé cette longue analyse nous
montre que « la crise » a cessé d'être perçue comme un risque par les puissants en
Europe et qu'ils la vivent essentiellement comme une opportunité dans une stratégie
de réorganisation des sociétés. Le modèle de la stratégie du choc, tel qu'il a été
expérimenté sur les pays sortis du Comecon et du « camp socialiste » sert de
modèle sur les économies imbibées « d'Etat providence ». C'est pourquoi les
eurocrates peuvent continuer à recommander avec insistance les politiques que
nous nommons « austéritaires » alors qu'elles semblent être un défi au bon sens !
C'est à ces recommandations qu'est consacré l'essentiel des déclarations de ce
sommet. Et cela en dépit de pronostics particulièrement sombres, donnés par les
mêmes personnages, sur les souffrances à endurer l'année prochaine, en matière
de chômage notamment.
Mais tout ceci contient aussi une mise en garde pour nous aussi. Notre camp ne
peut se contenter d'imaginer le futur souhaitable comme une simple reconstruction
du monde du passé, désormais idéalisé, celui des « trente glorieuses ». Nous ne
pouvons penser l'avenir comme de bons keynésiens à qui il suffirait d'espérer
« relancer la croissance » comme le répètent en refrain tous ceux qui continuent de
vivre dans l'imaginaire du productivisme. Non seulement pour la raison que tout le
monde connaît bien désormais ce qu'il en est des limites de l'écosystème. Non
seulement parce que la financiarisation de l'économie ne le permet pas. Mais
surtout parce que le productivisme contient une logique d'appel à l'accumulation qui
reproduit mécaniquement les mêmes contradictions : il lui faut sans cesse élargir la
base des consommateurs et pour cela il lui faut sans cesse tenter de restreindre les
coûts de production. Cette logique de la politique de l'offre, quel qu'en soit
l'habillage, constitue un modèle de production et d'échange fondamentalement
instable. La planification écologique se présente face à cela comme une méthode
exactement inverse. Comme politique de la demande, elle a vocation à prévoir la
satiété de la société. Comme orientation responsable du futur elle doit éteindre les
moteurs de frustration consuméristes qui sont le c?ur du modèle publicitaire
productiviste. Je suppose que tout le reste du discours sur le modèle alternatif se
devine à partir de là sans que je doive en surcharger ce post.
J'ai commencé en montrant comment la « crise » devient une stratégie davantage
qu'une nuisance pour la finance. Pour nous il en va tout autrement. Les nuisances
de la situation et les résultats de la stratégie de la finance sont intégralement payés
par les salariés, qu'ils soient actifs ou au chômage. Misère et insécurité sociale n'ont
jamais élevé le niveau de combativité sociale. Mais en même temps, l'idée fait son
chemin qu'il faudrait passer à autre chose. C'est sans cesse davantage le cas dans
les secteurs de la société qui jusque-là ne regardaient pas de notre côté, parmi les
catégories sociales les mieux formées et les plus qualifiées. Les objectifs et les
méthodes de la planification écologique forment un horizon de mobilisation autant
politique que professionnel. Bien sûr, le phénomène est très loin d'être
hégémonique. Mais le mouvement est de ce côté. Car le discrédit des
sociaux-libéraux, et l'insupportable bonne conscience routinière de la vieille
deuxième gauche type « Nouvel Observateur » ou « Libération », sont devenus de
puissants répulsifs ainsi que nous en avons d'innombrables témoignages. Je ne
mentionne ces faits que pour les placer dans le contexte. Si la société est conduite
au point de blocage que les politiques d'austérité ou d'ajustement structurels ont
produit partout ailleurs dans le monde, la société ne songera pas à ce moment-là à
se tourner vers les comptables sans imagination du social-libéralisme ou les
ethno-libéraux de l'UMP. Cette exclusive s'est déjà maintes fois vérifiée. Pour
qu'elle fonctionne vers nous, il est indispensable de n'entrer dans aucune
combinaison ou arrangement avec ce vieux monde et son système politique. C'est
cela que signifie notre stratégie de l'alternative. Et c'est en cela qu'elle est un
recours pour la société".

Dernière modification par Yves le révolutionnaire (04-01-2013 11:27:22)


<< Il ne peut y avoir révolution que là où il y a conscience. >>
Jean Jaurès

Hors ligne

 

#210 04-01-2013 14:00:41

Gotfried
Membre
Message n°23046
Date d'inscription: 21-05-2012
Messages: 187

Re: 94 Mélenchon

Dont acte: il a donné la consigne à ses partisans de voter Hollande, sans la moindre contre-partie. Mélenchon est l'archétype même du tigre de papier pseudo-subversif. Dépositaire de la force de millions d'électeurs, il les a servi sur un plateau d'argent à un des agents de ce qui semble être un ennemi mortel dans son discours. S'il se contentait d'être un théoricien, il pourrait n'être pas mauvais et apporter quelque chose. Mais il est de la sale clique des hommes politiques, toute son action porte le sceau de l'intérêt personnel, du carriérisme, de la duperie. Marine Le Pen est pareille, d'ailleurs. Ils font bien la paire, ces deux-là. La politique est une battue à l'électeur, et ces deux cons sont les rabatteurs. J'ai du respect pour Jean-Marie Le Pen, car il mettait sa liberté au dessus des considérations de carrière, et face à cette impertinence/irrévérence intolérable, le système n'a trouvé que la diabolisation. Mais j'ai encore plus de respect pour Nicolas Dupont-Aignan, car lui semble sincèrement vouloir servir le peuple, et n'envisage sa carrière que sous cet angle-là, n'admettant aucune compromission vis-à-vis du peuple et de son idéal de souveraineté nationale et sociale. Ce dont a besoin le système, c'est de goules sans âmes, motivés seulement par l'appât du gain, la gloire, le pouvoir, la crainte et le respect qu'ils veulent inspirer. Peu importe l'horizon politique ou idéologique d'origine, au contraire, plus la diversité apparente sera grande, plus l'illusion sera convaincante, plus le système sera verrouillé, plus la duplicité pourra être profonde. Le système a un principe simple, pragmatique, efficace: corrompre toute menace qui ne peut être réduite au silence et à l'inaction. Tout ce que le système laisse faire du bruit, et en particulier exister médiatiquement, lui est utile d'une manière ou d'une autre (groupe infiltré, ou d'idiots utiles) et le renforce en renforçant le mensonge qui l'entoure, de prétendue liberté d'expression et d'opinion.

Dans la vidéo où il insulte un vendeur sur un marché, il ne se défend pas contre la propagande, il agresse un citoyen avec toute la violence symbolique que lui permet sa position sociale et médiatique. Quand il engueule Marine Le Pen sur un plateau de télé, là il se défend contre la propagande FN. Mais un simple électeur sur un marché n'est qu'un citoyen, qui plus est en rogne contre les élites, mal à l'aise face à une société devenue folle. Le délire sectariste haineux de Mélenchon, qui voit en ce citoyen anonyme et même pas violent un suppôt du FN, au fond, c'est exactement comme le délire de haine de McCarthy, qui voyait en chaque sympathisant du PC un terroriste aux ordres de Moscou. Sa manière de traiter un gros bonhomme un peu à la ramasse avec toute son agressivité de parlementaire intouchable, c'est absolument intolérable. C'est une question de rapport entre puissant et impuissant, entre notable et anonyme, entre élite et peuple, entre riche et pauvre: un rapport de violence, de mépris, de haine.

Dernière modification par Gotfried (04-01-2013 14:14:13)

Hors ligne

 

#211 04-01-2013 14:41:46

Yves le révolutionnaire
Membre
Message n°23047
Lieu: ORLY 94
Date d'inscription: 16-06-2012
Messages: 38

Re: 94 Mélenchon

Je ne vois pas du tout le rapport entre elite et peuple , riche et pauvre..... L'autre a bien dit qu il était ancien du FN et ca s'entend dans ses propos" cest toujours pour les mêmes" ... c'est bon faut pas prendre les gens pour des cons non plus... il a bon dos melenchon. Il affirme des salaires pour enflammer les foules et il savait tres bien que JLM est sanguin il a joué il a perdu....  pourquoi crier ouèè 40 000 € par mois.. je suis desolé mais c est tres crétin...apres il n a pas eu le cran d'argumenter car il n en avait pas les moyens puisqu'on ne peut argumenter un mensonge... c'est là ou la difference s'est joué .. Rien a voir avec riche et pauvre...Qd on le traite de fashiste ds les media et qu il a moins d'antenne que Marine le Pen je sais pas quel est le plus diabolisé ds l'histoire...

Ce n'a pas non plus était un rabatteur pour Hollande, il a negocier les licenciements boursier, l'amnistie des syndicalistes.. et beaucoup d'autres choses... Mais rien a été fait..
Il n'a donné aucune consigne, il a répéter mainte fois que les citoyens sont adultes et qu' il n'etait pas un gourou.. Au premier tour on choisit au deuxieme on elimine.... Donc le but etait de couper le traiter mercosy.... et pas de voter Hollande particulierement..
Tu est en train de le diaboliser autant que les médias...

Dernière modification par Yves le révolutionnaire (11-01-2013 15:49:43)


<< Il ne peut y avoir révolution que là où il y a conscience. >>
Jean Jaurès

Hors ligne

 

#212 04-01-2013 16:50:15

gilles
Membre
Message n°23050
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1351

Re: 94 Mélenchon

Bonjour et bonne année, Yves et Gotfried, il ne faudrait pas que la discussion s'envenime au sein des classes les moins favorisées en France ( je ne pense pas que chacun de vous soit imposé sur la fortune ) en se polarisant trop sur des aspects trop passionnels et personnels. Pendant qu'au sein du peuple, les gens se divisent, le 1% au sommet est tranquille.

Je ne dis pas : « Embrassons-nous, nous sommes tous pareils, non, chacun sur le forum a une histoire, une trajectoire de vie propre individuelle et collective qui l'a façonné dans ses choix politiques, donc c'est une invitation à la tolérance. Pour débattre correctement, ne nous polarisons pas trop sur les hommes, les faiblesses humaines, les politiques sont comme nous, ils sont à la fois sincères et menteurs.

Il n'y a pas du tout faux dans l'analyse de Gotfried sur le comportement en public de Mélenchon, mais Yves, il y a du bon dans le discours de Mélenchon.

Analysons les textes et réagissons aux textes et non aux gesticulations des uns ou des autres qui peuvent que nous diviser. Yves, dès que j'ai un long moment calme, j'étudie les propos de Jean-Luc Mélenchon.

Hors ligne

 

#213 05-01-2013 11:43:04

Yves le révolutionnaire
Membre
Message n°23060
Lieu: ORLY 94
Date d'inscription: 16-06-2012
Messages: 38

Re: 94 Mélenchon

Gilles tu as raison, je te remercie du temps que tu consacreras au texte....

Bon week end à toi


<< Il ne peut y avoir révolution que là où il y a conscience. >>
Jean Jaurès

Hors ligne

 

#214 06-01-2013 14:58:34

Sandy
Membre
Message n°23070
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 94 Mélenchon

Dont acte: il a donné la consigne à ses partisans de voter Hollande, sans la moindre contre-partie. Mélenchon est l'archétype même du tigre de papier pseudo-subversif. Dépositaire de la force de millions d'électeurs, il les a servi sur un plateau d'argent à un des agents de ce qui semble être un ennemi mortel dans son discours.

C'est toujours rigolo quand ce sont tes adversaires qui te donnent des conseils de stratégie politique.

Mélenchon aurait donc du selon les lepenistes :

1) soit aller au gouvernement alors que l'on savait qu'il mènerait des politiques sociales libérales
2) soit essayer de faire du chantage à Hollande pour négocier ( quoi ? ) et étant donné qu'Hollande avait déjà déclaré qu'il ne négocierait rien, faire donc élire Sarkozy

Dans le cas 1) le front de gauche aurait perdu toute crédibilité auprès de ses 4 millions d'électeurs en étant dans un gouvernement qui mènerait les politiques que le front de gauche combattait.

Dans le cas 2) le front de gauche aurait perdu toute crédibilité auprès des gens de gauche qui n'ont toujours pas compris que le parti socialiste mènerait les mêmes politiques que l'UMP, c'est à dire encore 11 millions de personnes si on en croit les votes du 1er tour.

Super wink

Très bons conseils ^^

On pourrait croire que Gotfried nous veut du mal dis donc !

Mais interrogeons nous, comment se fait-il que les lepenistes dispensent ces géniaux conseils mais ne se les appliquent pas à eux-même ?

Comment se fait-il que du haut de ces 7 millions d'électeurs Marine Lepen n'ait rien négociée ni avec Sarkozy ni avec Hollande ???

Dernière modification par Sandy (06-01-2013 15:05:16)

Hors ligne

 

#215 06-01-2013 15:27:17

Sandy
Membre
Message n°23071
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 94 Mélenchon

Yves le révolutionnaire a écrit:

Gilles tu as raison, je te remercie du temps que tu consacreras au texte....

Bon week end à toi

Gilles a tort.

Le FN est un élément de cette oligarchie, il doit être combattu, il faut combattre ses arguments, sans quoi ce sont 7 millions de personnes qui idéologiquement seront manquantes aux forces progressistes.

Hors ligne

 

#216 06-01-2013 18:11:00

Yves le révolutionnaire
Membre
Message n°23074
Lieu: ORLY 94
Date d'inscription: 16-06-2012
Messages: 38

Re: 94 Mélenchon

@Sandy: Je donne raison à Gilles lorsqu il dit qu il ne faut pas se diviser... les arguments du FN ne rentrent pas en ligne de compte..

Tu as peut etre lu plus haut que je les combat au contraire...

Je ne peux donner raison à des oligarques complices des puissants..Un FN qui se sent proche des eleceturs de l'UMP.. ces derniers se sentent de plus en plus proche d une Marine ne peuvent coller avec les notions de partage des richesses, d'humanité, d'equité sociale...la protection des proprietés et des puissances d'argent sont leur lien commun

Plutot Hitler que le front populaire n'est pas une légende... Nous combattons ( au PG ) les vrais dangers de ce monde, les VRAIS ENNEMIS : les banquiers cupident , les grands patrons avident de benefices. benefices qui proviennent de l'humain...les gourous de bruxelles au pouvoir illegitime.. qui ecrivent les regles de leur jeux a chaque moment pour leurs interets.... et non nous ne luttons pas contre la viande Hallal ou la construction d'une mosquée.. voila les themes ""important"" qui biensur ouvrent la porte des grands medias pour faire pleuvoir ds les télés des contres vérités et ainsi tourner le curseur vers les faux ennemis...

Donc je disais juste merci a Gilles surtout pour le temps consacré a l'analyse du texte de JLM... et j'attends les nombreux contradicteurs de ce forum qui ne loupent jamais une occasion pour le descendre voir ce qu ils en pensent...

Dernière modification par Yves le révolutionnaire (06-01-2013 18:12:59)


<< Il ne peut y avoir révolution que là où il y a conscience. >>
Jean Jaurès

Hors ligne

 

#217 15-01-2013 04:54:41

frigouret
Membre
Message n°23196
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 94 Mélenchon

Et vlan, me voilà embarqué dans une réflexion à propos des municipales avec le FDG dans mon village ( j'avais pourtant juré que jamais plus).
J'essaye de pousser à l'instauration d'un RIC locale , c'est pas gagné ( que ces gens de partis on du mal à envisager de lâcher les rênes !) . J'essaierais de vous tenir au courant.

Dernière modification par frigouret (15-01-2013 05:20:01)


cool

Hors ligne

 

#218 17-01-2013 21:55:29

AlexandreHédan
Membre
Message n°23222
Date d'inscription: 30-12-2011
Messages: 203
Site web

Re: 94 Mélenchon

Six millions de gens qui étaient prêts à incendier "le pays" transformés en distributeurs de fanions!

Hors ligne

 

#219 18-01-2013 12:02:27

frigouret
Membre
Message n°23232
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 94 Mélenchon

C'est un regret ?
Enfin ce qui m'intéresse c'est le projet pour stopper le cours des choses. L'incendie en tant que tel est en fin de compte une bonne affaire pour le capitalisme, il faut remplacer le matériel détruit , pas ?
Bon je sais cela ne va pas être évident de collaborer avec des gens de partis pour essayer de faire progresser un petit peu la démocratie, mais quand même je pense qu'un RIC local pourrait être une bonne chose, il a cruellement manqué ces dernières années où des pétitions pourtant très signées n'ont pas suffit à infléchir nos aristocrates .
Je voudrais bien que les affaires municipales fassent l'obget d'une communication sincère, qu'elles soient debatue collectivement et qu'une procédure de démocratie directe soit mise en place.
J'ai de l'espoir mais cependant peu d'illusions, mais peu importe j'essaye. Ceci dit je ne suis pas isolé.


cool

Hors ligne

 

#220 22-01-2013 18:18:44

AlexandreHédan
Membre
Message n°23273
Date d'inscription: 30-12-2011
Messages: 203
Site web

Re: 94 Mélenchon

C'est bien ça le truc, tout le monde a de l'espoir, tout le monde essaye un jour... et franchement, il faut se rendre à l'évidence que c'est seul, en qualité de citoyen, d'être humain, de communiste que l'on est encore le plus percutant! Bref, nous sommes d'accord Frigouret ^^ 

Pour ce qui est "d'incendier" nous avons bien vu que 68 n'a servi à rien, sinon à rendre une génération encore plus stupide que ses ainés. Je crois que le communisme vient à peine de germer, il est présent éternellement dans le cœur du héros, du résistant... le capitalisme vieux comme l'âge de pierre ne parviendra jamais à bout de l'homme. Nous pouvons tout juste fédérer des petits courants de soutien ci ou là mais la véritable révolution reste l'éloquence, sinon la bravoure.

Des évènements vraiment marquants ont façonné les cultures bien plus que des textes (n'en déplaise à EC ou JR) or les dégâts occasionnés par le libéralisme depuis deux cent ans commencent à ressembler à un évènement marquant...

Hors ligne

 

#221 04-04-2013 18:13:02

AlexandreHédan
Membre
Message n°24104
Date d'inscription: 30-12-2011
Messages: 203
Site web

Re: 94 Mélenchon

Finalement nous sommes gouvernés par des soixante-huitards pédophiles et camés qui salissent notre mémoire!

Hors ligne

 

#222 04-04-2013 22:38:17

Sandy
Membre
Message n°24107
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 94 Mélenchon

http://www.youtube.com/watch?feature=pl … sLEiOkfA#!

C'est Hollande et Moscovici qui risquent de tomber suite aux aveux de Cahuzac ! Bientôt des élections anticipées ? ^^

Hors ligne

 

#223 05-04-2013 13:17:24

Ana Sailland
Membre
Message n°24109
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: 94 Mélenchon

L'affaire UBS fait totalement oublier le fait que Cahuzac tenait parfois publiquement des propos absolument incompatibles avec le socialisme.
Ses copains ne sont pas vraiment socialistes, certes, mais lui était d'un cynisme étonnant.
C'est donc bien avant qu'il aurait dû être viré, et en aucun cas invité au gouvernement.
Cela me semble être une contradiction au sein du PS au moins aussi lourde que celle pour Hollande d'avoir été très hypothétiquement informé de la fraude fiscale.

Sandy, tu sais bien que la >>constitution<< de la 5ème ne comporte pas d'article d'éjection du président tel qu'au venezuela. Au contraire elle protège le président. Et même en cas de perte de majorité, il peut rester. Donc oui, tu n'as pas tort, Hollande peut tomber, mais s'il le veut bien wink Il faudrait donc d'autres coups de trafalgar pour que ça arrive.

Sujet connexe : Pour le peuple de France, voir tomber le gouvernement n'est strictement d'aucune utilité si cela s'opère dans le cadre légal actuel, notons le bien, puisque cela ne signe en aucun cas la naissance de la démocratie, seul changement susceptible d'instaurer l'éthique et la sagesse.

Dernière modification par Ana Sailland (05-04-2013 13:20:21)

Hors ligne

 

#224 05-04-2013 15:09:21

Ghislain
Membre
Message n°24110
Lieu: Oberstinzel (trou paumé du 57)
Date d'inscription: 28-03-2012
Messages: 413

Re: 94 Mélenchon

Cahuzac n'est qu'un bouc émissaire dans cette histoire, afin de nous faire oublier la corruption et les fraudes des "grands riches" au niveau des impôts et du fisc, lorsque d'ici deux à trois semaines l'affaires se sera estompé et que nous en auront marre d'en discuter. Ca à toujours été comme ca, ils peuvent nous entuber et nous mettre la tête dans le purin à cochon qu'on dira encore merci! Les deux trois gugusses qu'on va voir venir par la suite ne sont victimes que des jaloux de diverses courants politiques qui profitent de l'opportunité.

Combien de Cahuzac traine encore sur les paradis fiscaux et s'enrichissent sur le dos des autres? Regardez dame Bettencout ou miss l'Oréal botoxiné, 5 milliard d'intérêt de plus par rapport à l'an dernier, qui à parlé de crise? En plus, c'est vrai que la vieille bosse pour six!

Je n'arrive plus à être positif, et cela m'inquiète...

Dernière modification par Ghislain (05-04-2013 15:11:47)

Hors ligne

 

#225 05-04-2013 16:07:10

AlexandreHédan
Membre
Message n°24111
Date d'inscription: 30-12-2011
Messages: 203
Site web

Re: 94 Mélenchon

Ou alors Cahuzac sert juste à faire tomber la banque de Singapour...

Hors ligne

 

#226 05-04-2013 16:07:32

Déhel
Membre
Message n°24112
Lieu: Le Havre, France
Date d'inscription: 27-07-2008
Messages: 543

Re: 94 Mélenchon

Haut les coeurs!
         Les listes d'évadés fiscaux fuitées à plusieurs reprises, la Suisse première place bancaire européenne forcée de renoncer en grande partie à son secret bancaire, Chypre ponctionnée directement sur les dépôts, les liens entre Cahuzac et les laboratoires pharmaceutiques repris en coeur par les médias, le nain mis en examen pour abus de faiblesse, etc. L'union mondiale des jacobins, Etats-Unis en tête, essaierait de défendre les états contre les multinationales qui spéculent sur nos dettes et devises qu'elle ne s'y prendrait pas autrement. Toutes ces affaires me semble-t-il portent de réels coups à un système libéral corrompu et concentrationnaire dont beaucoup sont revenus aujourd'hui. C'est certes insuffisant mais je ne vois pas comment me plaindre de tous ces événements qui m'apparaissent bien plus en faveur des peuples que le contraire. Mélenchon qui ne s'y trompe pas en profite d'ailleurs pour se faire entendre, ce que les médias ne peuvent lui refuser étant donnée la situation. La manifestation à laquelle il appelle en mai pourrait en effet nous emmener vers des élections anticipées qui le verraient probablement au deuxième tour contre Marine et donc élu. D'accord avec Ana pour ne pas verser pour autant dans un optimisme béat mais difficile quand même de ne pas me réjouir Ghislain. big_smile


La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples, Machiavel.
Le risque de la liberté: texte collégial d'insurection morale, ici.

Hors ligne

 

#227 05-04-2013 17:26:31

Ghislain
Membre
Message n°24113
Lieu: Oberstinzel (trou paumé du 57)
Date d'inscription: 28-03-2012
Messages: 413

Re: 94 Mélenchon

Bien voilà ce qui risque de lui arriver au nain : http://tempsreel.nouvelobs.com/justice/ … -lieu.html

Et je ne m'en fais pas, ce n'est que le premier les autres suivront derrière, vers la terre nonlieu.

Mais j'avoue presque vouloir que Mélenchon ET Lepen gagnent la présidentielle, (l'ordre d'investiture m'importe peu) que l'on voit bien que ca ne changera rien de rien, et que peut-être enfin les citoyens voudront prendre leurs affaires en mains.

Dernière modification par Ghislain (05-04-2013 17:26:54)

Hors ligne

 

#228 21-07-2013 08:29:49

bourik
Membre
Message n°25225
Date d'inscription: 10-05-2011
Messages: 107

Re: 94 Mélenchon

voici un point de vue sur melanchon et la front de gauche
http://www.dailymotion.com/video/x11t8c … et_Xo30FRR


Notre impuissance politique face aux privilégiés n’est pas une fatalité : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/f … e-la-video
Et si l’idée vous semble bonne, vous êtes libre de la relayer VOUS AUSSI dans votre signature automatique.

Hors ligne

 

#229 21-07-2013 10:12:26

bernarddo
Membre
Message n°25226
Date d'inscription: 18-12-2008
Messages: 618

Re: 94 Mélenchon

Point de vue que je partage à 100%

Bravo à ce Vincent Lapierre, qui montre clairement l'apport du parti de gauche à la la construction mondialiste financiéro-cosmopolite.

L'appartenance maçonne de JLM est une autre preuve de son allégeance.

Hors ligne

 

#230 21-07-2013 14:17:15

Déhel
Membre
Message n°25228
Lieu: Le Havre, France
Date d'inscription: 27-07-2008
Messages: 543

Re: 94 Mélenchon

Amérique du sud et Europe
    Vu du Venezuela, le parti de gauche apparaît donc comme un parti de droite. Il me paraît en effet assez difficile de le contester sinon comment s'accommoder de la position française au niveau international qui s'énonce, entre autres, au travers des point suivants:
                  - un droit de veto au conseil de sécurité de l'ONU et donc un soutien à toutes les interventions armées de cette organisation,
                  - une appartenance à l'OTAN et à tous les conflits engagés par cette organisation,
                  - une appartenance au triumvirat économique et politique de l'Union Européenne actuelle, chantre du libéralisme débridé,
                  - des présidents du FMI ou de l'OMC plus souvent français que vénézuéliens ou chinois,
                  - des campagnes présidentielles et législatives desquelles disparaissent systématiquement tout aspect de politique internationale et ce même ou surtout quand la France est impliquée dans un conflit comme en Côte d'Ivoire par exemple,
                  - une alternance politique UMP-PS qui est parvenue à une France aujourd'hui parfaitement intégrée au concert des nations dominantes, sous l'influence de politiques américaines militaires et belliqueuses soutenues par le volonté des partis d'opposition de débattre de sujets bien plus importants - et toujours choisis en accord avec les églises idéologiques - que sont, entre autres, la chasse aux fascistes fabriqués, la défense des Femen et du mariage pour tous ou encore l'oxymore économique qui consiste à protester auprès d'usines fermées le lundi, à dénoncer les politiques de délocalisation le mardi et à défendre le pouvoir d'achat gaulois les autres jours.


La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples, Machiavel.
Le risque de la liberté: texte collégial d'insurection morale, ici.

Hors ligne

 

#231 21-07-2013 19:54:05

nlescan
Membre
Message n°25229
Date d'inscription: 24-04-2012
Messages: 270

Re: 94 Mélenchon

De quel parti parles tu? Fais tu allusion au PG? Rien de ce qui est dans ta liste ne fait partie de leur "positions". Tu parles du PS? Parce que ce n'est pas un parti de gauche, c'est un parti de "centre gauche" dans la droite descendance de Thiers. Dans les militants et même certains élus tu peux avoir des gens biens mais la ligne du parti et de ses leaders est la soumission au grand capital.

Dernière modification par nlescan (21-07-2013 19:55:05)

Hors ligne

 

#232 21-07-2013 21:13:47

nlescan
Membre
Message n°25231
Date d'inscription: 24-04-2012
Messages: 270

Re: 94 Mélenchon

bourik a écrit:

voici un point de vue sur melanchon et la front de gauche
http://www.dailymotion.com/video/x11t8c … et_Xo30FRR

J'ai regardé la vidéo, le reproche que fait Vincent à Melenchon sur la guerre en Lybie est tout à fait justifié, cela lui a été reproché par beaucoup de gens y compris dans son propre parti, il a faiy une belle connerie c'est très claire, ce qu'il ne dit pas c'est que Mélenchon a publiquement regretté et reconnu s’être fait rouler dans la farine, il parle de tout ça autours de 23mn.

Mélenchon s'est largement ravisé sur la politique pro guerre et il critique l'intervention au Mali et est totalement opposé à ce qu'on aide les rebelles Syriens. Faire sortir la France de l'OTAN est dans le programme du FDG.

Par contre Vincent se pose en victime avec son docu, moi j'ai guetté le trailer, logo E&R, interventions charismatique de Soral...Il essaye de faire accuser Mélenchon d'avoir joué d'influence au Venezuela pour faire interdire son film. C'est une bonne blague, le venezueliens sont de grandes personnes et si il s'est fait jeter avec son film pourri c'est parceque Soral est un rabatteur pour le FN...Les mecs sont trop marrants. Chavez de son vivant avait même annulé l'invit' qu'il a faite a Soral quand il l'a croisé à Damas en comprenant qui il était vraiment.

Le gars Vincent la, veut se la jouer Chaviste authentique du fond du cœur et n'a rien trouvé de mieux pour commenter son truc qu'un rabatteur du FN. Foutage de gueule intégral. Le mec a perdu toute crédibilité pour moi.

E&R ont un objectif précis: détruire la gauche et faire gagner le FN.

Les vrais Chavistes vous on grillé les gars, ils ne veulent pas de votre propagande au Venezuela.


D'ailleurs je m'enflamme comme ça mais je ne suis même pas sur que cette pseudo "interdiction" soit réelle, j'ai vérifié et son truc est référencé sur plusieurs sites venezueliens et je n'ai rien trouvé sur cette histoire d'interdiction.

La fin du truc est surréaliste avec une pub pro E&R qui vante son score dans google analytics...On est vraiment dans la vielle propagande de bas étages à destination des venezueliens.

Je trouve cette manipulation qu'essaye de faire ce monsieur Vincent Lapierre sale, il se dit chaviste mais il devrait avoir honte, c'est de la recup, y'a pas d'autre mot.

Dernière modification par nlescan (21-07-2013 23:26:00)

Hors ligne

 

#233 22-07-2013 09:36:52

gilles
Membre
Message n°25232
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1351

Re: 94 Mélenchon

J'ai vu l'entretien de Vincent Lapierre proposé par bourik et cela m'a fait changer d'avis pendant 3 ou 4 heures, je m'étais dit finalement É & R, c'est peut être pas si mal, notamment sur l'anti-impérialisme, la souveraineté des peuples contre les oligarchies qu'elles soient UE ou US.


Mais en fait, même si Vincent Lapierre a d'excellentes raisons de ne pas embrayer avec Mélenchon et ses prises de positions.

— Rappelons que si le sieur Mélenchon a appelé à une VI ème république et à rompre avec l'UE dans son bouquin « Qu'ils s'en aillent tous ! », il avait auparavant à voter OUI au traité de Maastricht. Depuis il a appelé à voter pour l'européiste néolibéral ( attention pléonasme ) François Hollande sans lui poser la moindre condition, une véritable capitulation en rase campagne et actuellement il finasse en faisant croire qu'il fera plier les dirigeants allemands pour une gestion >>sociale<< de l'euro. Voir sa récente et indigeste prestation face à Jacques Sapir à « Arrêt sur image » . Pour quelqu'un qui en appelle aux rapports de force, il se pose un peu là ! Quant à la position de Mélenchon sur les guerres de Libye, de Côte d'Ivoire elle a été lamentable, strictement aligné sur l'impérialisme US et le néo-colonialisme français. Il récite, sans conviction, un crédo de sortie de l'OTAN, mais je lui pas du tout confiance sur ce point, vu qu'il accepte le volet civil de l'OTAN qu'est la « construction » européenne, appellation novlangue de l'auto-destruction européenne.

— Pour autant finalement il me semble que Vincent Lapierre se fourvoie, mais je ne dirais pas comme nlescan qu'il effectue de la récupération sale, c'est simplement que Vincent Lapierre exprime ce qu'il pense, même si je pense qu'il se trompe, je n'embraye pas plus pour Égalité & Réconciliation qui fait aussi du rabattage pour le Front National et qui n'est pas très net sur l'anti-sémitisme, c'est le moins que l'on puise dire.

Non, en fait, il ne nous faudrait pas un Chavez français, mais une ébullition de débats nationaux pour que les habitants de ce pays, la France, reprennent un peu plus en main les rênes des décisions politiques.

Je serais plus d'accord avec l'anti-impérialisme clair de Clare Daly du Parti SOCIALISTE d'IRLANDE qu'avec les finasseries rabatteuses de Jean-Luc Mélenchon et d'Alain Soral.

http://i1.ytimg.com/vi/rICu2FXkEKQ/hqdefault.jpg

Cliquez sur l'image pour lancer la vidéo.

Hors ligne

 

#234 22-07-2013 10:04:47

Ana Sailland
Membre
Message n°25233
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: 94 Mélenchon

Trop qui se disent révolutionnaires ne sont que réformistes wink

Hors ligne

 

#235 22-07-2013 13:04:02

bernarddo
Membre
Message n°25234
Date d'inscription: 18-12-2008
Messages: 618

Re: 94 Mélenchon

gilles a écrit:

J'ai vu l'entretien de Vincent Lapierre proposé par bourik et cela m'a fait changer d'avis pendant 3 ou 4 heures, je m'étais dit finalement É & R, c'est peut être pas si mal, notamment sur l'anti-impérialisme, la souveraineté des peuples contre les oligarchies qu'elles soient UE ou US.

— Pour autant finalement il me semble que Vincent Lapierre se fourvoie, Vincent Lapierre exprime ce qu'il pense, même si je pense qu'il se trompe, je n'embraye pas plus pour Égalité & Réconciliation qui fait aussi du rabattage pour le Front National et qui n'est pas très net sur l'anti-sémitisme, c'est le moins que l'on puise dire.

Donc, VL aurait raison, l'analyse c'est c'est pas si mal, mais il se trompe uniquement parce que Soral fait du rabattage pour le front national.

C'est extrêmement curieux comme position, et il faudra me l'expliquer: quand on adhère par le raisonnement sur sa position politique qui est du pur Chavez (la souveraineté des peuples contre les oligarchies de réseaux (argent, communautés, etc) Lapierre a raison. Mais il ne PEUT avoir raison car il est dans la ligne de quelqu'un qui dénonce les oligarchies en faisant l'analyse claire qu'il s'agit de RESEAUX interconnectés (argent, armes, informations lobbies et communitarismes idéologiques,..) mais qui est muni de L'étiquette infamante, construite précisément par ces réseaux, antisémite, rabatteur du FN.

Comment prendre au sérieux une autocensure qui ne repose que sur des mots disqualifiants (rabatteur), ou faux (antisémitisme alors qu'il s'agit clairement d'antisionisme concernant AS) sans apporter le moindre argument (notamment par rapport au développement de Lapierre sur le passage au FN de Alain Soral qui, lui, résulte d'une analyse politique que l'on peut certes ne pas partager, mais qu'il faut alors démonter par la démonstration.

J'attends donc l'analyse politique qui s'est produite dans votre cerveau à l'issue de ces quelques heures d'"égarement"

gilles a écrit:

Non, en fait, il ne nous faudrait pas un Chavez français, mais une ébullition de débats nationaux pour que les habitants de ce pays, la France, reprennent un peu plus en main les rênes des décisions politiques.
.

Je suis d'accord là dessus, mais est-ce possible sans shunter ces réseaux oligarchiques interconnectés.

D'où la nécessité du tirage au sort qui libèrerait au moins la parole et permettrait donc de peser sur le pouvoir aux nationalistes de tous bord, ceux qui sont trompés par le FN ou Mélenchon, par Hollande ou Sarkozy, tous ces chefs-marionnettes aux ordres des chefs de réseaux imbriqués minoritaires.

Hors ligne

 

#236 22-07-2013 18:43:48

nlescan
Membre
Message n°25237
Date d'inscription: 24-04-2012
Messages: 270

Re: 94 Mélenchon

Mais de quoi tu parles Bernardo: Alain Soral a explicitement dit qu'il allait voter Le Pen en 2012.

L'autre la Vincent se fout de la gueule du monde et il utilise salement le cadavre encore chaud du héros du peuple venezuelien pour faire ses saloperies.

Je suis dégouté, ce mec me met trop l'sum. J'ai chialé comme une madeleine le jour ou Chavez est mort. Ce que fait ce sale...il faut que je reste poli, je le prend mal, c'est personnel.

Je connais du monde, je vais dire a  tous les caraqueños que je connais ce qu'il est en train de faire.

Lapierre eres un sinvergüenza, no lo mescles a Chavez o a su memoria con tus mentiras podridas.

Dernière modification par nlescan (22-07-2013 18:57:43)

Hors ligne

 

#237 22-07-2013 19:36:27

bernarddo
Membre
Message n°25239
Date d'inscription: 18-12-2008
Messages: 618

Re: 94 Mélenchon

nlescan a écrit:

Mais de quoi tu parles Bernardo: Alain Soral a explicitement dit qu'il allait voter Le Pen en 2012.

Désolé, c'est son droit, et cela n'autorise pas de le traiter de rabatteur FN antisémite. (pour rappel les palestiniens sont les vrais sémites et les askhénazes n'en sont pas)

Hors ligne

 

#238 22-07-2013 19:59:01

nlescan
Membre
Message n°25240
Date d'inscription: 24-04-2012
Messages: 270

Re: 94 Mélenchon

A bon c'est pas autorisé? ben moi je te le dis: ce mec est un gros raciste et un rabatteur du FN.

Hors ligne

 

#239 23-07-2013 10:45:28

nlescan
Membre
Message n°25241
Date d'inscription: 24-04-2012
Messages: 270

Re: 94 Mélenchon

Ce qui me fait le plus rigoler chez ce Vincent Lapierre c'est qu'il essaye d'esbroufer les venezueliens autours du mot nationalisme qu'il essaye de coller à Chavez alors que ce dernier n'a jamais utilisé ce mot a propos de lui meme et pour cause, au venezuela les nationalistes sont des anti chavistes et anti revolutionnaires acharné qui se réclament du dictateur (nationaliste) Marco Perez Jimenez, leur slogan est "NI MUDOS… NI CHAVISTAS …SOMOS NACIONALISTAS" ce qui signifie "ni muets ni chavistes nous sommes nationalistes" (muet est un jeu de mot sur le parti MUD capriliste).

Lapierre tente un petit remix entre le patriotisme et le nationalisme mais ça ça ne va pas du tout passer auprès des chavistes, en Amérique Latine on sait tres bien ce qu'est le nationalisme, ils en on bouffé du dictateur.

Il s'est grillé tout seul le Lapierre.

Je suis sidéré par l'ignorance de ce docteur, c'est ce qu'il dit, et la quantité de mensonges grossiers qu'il colporte, mais avec son tortillage autours du nationalisme il va se faire griller, il prend vraiment les venezueliens pour des cons. Cet arrogant mythomane est bien le disciple de son maître à penser, memes méthodes, meme mensonges.

Dernière modification par nlescan (23-07-2013 13:00:52)

Hors ligne

 

#240 23-07-2013 14:53:50

gilles
Membre
Message n°25245
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1351

Re: 94 Mélenchon

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/98/Ljuba_Popovi%C4%87.jpg/187px-Ljuba_Popovi%C4%87.jpg

Љубомир Поповић







à bernarddo, par rapport à Alain Soral, en matière de progressisme, de souveraineté des peuples et de volonté d'émancipation, je préfère soit Pierre Lévy qui dirige « BASTILLE RÉPUBLIQUE NATIONS » :


http://www.brn-presse.fr/#Accueil.A


soit Jean Lévy et son blog canempechepasnicolas :

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/


Il y a des moments de connerie et de saloperie chez tout le monde et des cons et des salauds partout. Il y a sûrement des types bien au Front National, j'en ai croisé, mais que l'on veuille bien m'excuser, je préfère chercher la plupart de mon inspiration politique ailleurs.

« À tous les repas pris en commun, nous invitons la liberté à s'asseoir. La place demeure vide mais le couvert reste mis. » René Char

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr