Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#1 02-04-2006 08:46:13

Étienne
Message n°414
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

3 Extension des moyens de la résistance

Dans la série "formulons des invitations à nous rejoindre" et "n'oublions pas de descendre dans la rue pour garder le contact physique", j'ai fabriqué mardi dernier (28 mars) la première banderole de ma vie.

Comme je l'ai vécu l'an passé, c'est assez émouvant d'ainsi sortir la tête du groupe pour protester, c'est même inquiétant, pas l'habitude : est-ce que je ne fais pas une connerie ? Cette fois, je n'étais plus "à l'abri" dans mon bureau, devant mon seul écran, j'ai mis la tête à l'air, en l'air.

Mais c'est bien : c'est complémentaire, c'est cohérent.
(Et puis j'étais loin d'être seul : on était 200 000 à Marseille... Quelle ambiance de partage festif, de générosité, de protection mutuelle, quelle chaude humanité. C'est vraiment bien, une manif hmm)


C'est difficile, aussi, de résumer sur une minuscule banderole (2 m) toute ma réflexion, ces milliers d'heures passées à découvrir (avec vous) les mécanismes du piège, analyses réduites à quelques petits mots, slogans forcément risqués, potentiellement sources de tous les malentendus.

Avec mes enfants, après force réflexions et inspirations fulgurantes assez marrantes, on s'est fixés, pour le moment, sur :

au recto :

CITOYEN, TE LAISSE PAS FAIRE
LA POLITIQUE C'EST TON AFFAIRE
http://etienne.chouard.free.fr/forum

et au verso :

UNE SEULE SOLUTION :
CHANGEONS LA CONSTITUTION
http://etienne.chouard.free.fr/forum

Mardi prochain, en plus, on aura des sifflets (pas encore des barils tam tam, mais mardi d'après, peut-être hmm)

Si vous avez des idées (autres formules résumant bien notre résistance, autres médias...) pour étendre la diffusion de nos idées, on peut en parler ici, non ? hmm

Hors ligne

 

#2 03-04-2006 03:33:39

Jacques Roman
Membre
Message n°424
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Oui, la dignité humaine est au centre de tout. 

Le fond du problème, c' est que le CPE part du principe que les gens sont des marchandises.

Les "entrepreneurs" veulent une marchandise toute prête à servir, sans quoi ils menacent de la trouver ailleurs, dans des pays où la dignité humaine est encore moins bien reconnue que chez nous et où la marchandise s'obtient à encore meilleur compte. 

Autrefois, les entreprises formaient les entrants sur le marché du travail.  Aujourd'hui, nos marchands les voudraient tout formés, ou alors il faudrait que l'Etat leur accorde des compensations pour qu'ils daignent accepter ces marchandises imparfaites.

Je ne vois pas ce que la France (qui reste, d'après mes expériences multiples et convergentes, l'un des pays, sinon le pays, où l'on vit le mieux, même si c'est moins vrai qu'autrefois) irait renoncer  au système qui lui a réussi : dans la mesure où justement l'on y vit mieux, c'est aux autres de prendre exemple sur elle, et pas à elle de prendre exemple sur les autres.

Un seul correctif : s'assurer que le système français ne se maintient pas au détriment de la justice sociale, c'est-à-dire, d'autres populations ; comparer avec les autres systèmes  (l'américain ou le chinois, par exemple) ; rectifier le tir s'il y a lieu.  Se rendre bien compte que le culte de la croissance n'est souvent rien d'autre que le culte d'un profit déshumanisant et irrationnel, facteur de surexploitation et de détournement des ressources naturelles, dont la principale est le temps (temps gaspillé à faire des choses inutiles ou nuisibles).

Le  mouvement de protestation actuel a toute ma sympathie : les jeunes ont raison.  JR

Hors ligne

 

#3 07-04-2006 08:51:26

mariefrance d'aboville
Membre
Message n°474
Date d'inscription: 24-02-2006
Messages: 59

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Je vais ajouter ma pierre à votre édifice.

Je suis grand-mère de 7 petits-enfants entre 3 et 14 ans. Le T"C"E a été une pomme de discorde avec la mère des 2 ainés.

Mon prof de Droit Constitutionnel avait été très clair, alors que je n'étais pas compétente, et j'ai voulu communiquer mon sentiment à ma fille, fière de voter OUI : "Mais lis le traité.... - Je ne le lirai pas - Mais c'est très dangereux - Tu m'as aussi dit que c'était dangereux de faire des enfants. Je veux le meilleur pour eux. Ceux qui ont rédigé le traité, ils ont des enfants eux aussi...."
Comment expliquer qu'ils ne se soucient pas vraiment des siens, et que si je ne voulais plus qu'on mette des enfants au monde, c'est pour ne pas leur faire la saloperie vers laquelle on se dirigeait toutes voiles dehors.

Bon voilà, après m'avoir expliqué que "c'est l'instinct", mes 3 filles m'ont donné .... de merveilleux petits-enfants à protéger, et avec lesquels j'aurai beaucoup de plaisir à travailler.

En 68, je partageais à Nanterre avec Daniel Cohn-Bendit des travaux dirigés de psychologie sociale, moi en psycho lui en socio. J'étais plus âgée, j'avais déjà 2 fillettes que j'emmenais sans hésiter à la fac pendant les assemblées générales, gardées par les étudiants. Les étudiants m'ont expliqué que pour y changer quelque chose, on ne pouvait pas faire autre chose que d'avoir recours à la force et à la violence. Je ne voulais pas cela. J'ai choisi un autre chemin, et c'est par là que je vous rejoins.

J'ai lu le livre postérieur de Dany : "Nous l'avons tant aimée la révolution"
J'ai lu le livre de son frère Gaby : "Lettre ouverte à tous ceux qui n'aiment pas l'école", nov 2003, après la lettre de Luc Ferry aux enseignants.

Je m'intéresse au dossier Éducation, et dans l'ordre des perles, je vous en cite une :
Une femme proviseur de lycée en région parisienne essaie de modifier l'ambiance professorale là où elle travaille secondée par une collègue. Echecs de ses nombreuses tentatives, elles concluent : "les murs nous résisteront moins que les profs, on va repeindre les murs..." Le Ministère s'intéressait à "leur cas", et elle a déposé un dossier pour être responsable d'un "lycée innovant". Cela a presque failli réussir jusqu'à ce que la réponse arrive, je vous la donne en mille : "Madame, vous êtes trop atypique pour pouvoir vous couler dans le moule des établissements innovants".

D'où la démission de Gabriel Cohn-Bendit, instigateur du lycée expérimental de Saint-Nazaire, qui a inventé une autre école, où les élèves exclus ou en rupture du système classique trouvent toute leur place et sont respectés.
Il avait été nommé au Conseil National de l'innovation et de la réussite scolaire, et a démissionné en novembre 2002 avec 16 autres membres, pour protester contre la remise en cause de l'indépendance du Conseil.

Pour lui, "l'école ne doit pas être une machine à créer, au mieux des élèves obéissants, au pire des rebelles violents ; l'école doit être un lieu où se forgent des personnalités de citoyens".

Il va nous falloir suivre la conjoncture au jour le jour. big_smile

Hors ligne

 

#4 07-04-2006 19:01:46

sam17
Membre
Message n°490
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

"Bien que d'une nature tout à fait différente, les forces de désagrégation sociale sont sans doute aujourd'hui bien plus fortes que celles qui se constataient à la veille de la Révolution française, et nul ne sait ce qui pourrait survenir demain si la rue venait à balayer l'ordre public. Comme alors, l'inconscience de certaines féodalités dominantes qui se croient à l'abri et qui profitent, le plus souvent indûment, de situations privilégiées, est ici totale."

Maurice Allais. Économiste (Prix Nobel), scienfique, français, européen... et libéral.

J'ai oublié de citer ce passage, tout à l'heure, sur le "volet économie"... (c'est pour vous amener "là-bas") ; le lien vers le texte complet de M. Allais y est indiqué.)

Oui, pas un "branquignol" du tout, ce monsieur, pas un jeunot (comme moi), un vrai bon "expert", bardé de médailles, de références et de bouquins parus,... et même pas  un "dangereux gauchiste" ! ... Mieux vaut préciser quand on cite des trucs comme... :

"Voir message n°487 du volet "Principes constitutionnels relatifs à l'activité économique."

... parce que si on insiste un peu sur le fait que la mondialisation EST (non pas "commence"), donc qu'il existe bel et bien une forme d'État mondial, sauf qu'il est primitif, anarchique, gouverné suivant les règles de la jungle..., et sur le fait que la force physique est un moyen quelque peu dépassé (où dont on se passe désormais plus facilement) pour accéder et se maintenir au pouvoir...

... En français, la moitié de la citation de M. Allais, j'appelle ça... "le nouveau totalitarisme est arrivé".

Ça fait plaisir de l'entendre (lire) exprimé par quelqu'un de ... 'sérieux'. Surtout quand soi-même on a cité du G. Orwell sur le volet "économie", ici...
... et tiens, c'est marrant, on dirait parfois du Jospin... (voir mon message n°158 sur le volet "1A - La Constitution définit les pouvoirs sans imposer une politique économique").

Finalement, "on" dit tous un peu la même chose, sauf :
- ceux qui causent le plus près des micros, employent ceux qui les tiennent, les micros, et prennent leur cas de privilégiés et leur insensibilité sociale (leur sentiment de non appartenance à l'espèce animale, je ne sais quoi) pour une généralité
- que M. Allais parle en termes d'économiste (même si, pour un économiste, il a vraiment les pieds sur terre)
- Jospin assume la solidarité avec les camarades. Lui (son fameux chapitre 'de la nouvelle aristocratie'), c'est la schizo complète. Ou bien une position clairement antidémocratique. Ou un clin d'oeil qu'il fallait traduire soi-même. À condition de ne pas être pris dans la cacophonie des experts journaleux politologues autoproclamés.

- qu'on ne parle pas la même langue entre nous... et ça c'est un défi de tous les instants, la com'.

... j'ai un double aveu à vous faire. Sur les deux grandes raisons qui m'amènent ici, et guident mon approche.

- Je considère que la plus grosse tare des "altermondialistes" (ou assimilés, tous niveaux gauche - droite confondus - disons "mondialistes", tiens, justement) n'est pas ce qu'ils font, conçoivent, soutiennent... pas même le fonctionnement interne actuel pas très démocratique de ATTAC (un mouvement un peu révolutionnaire ne devient pas démocratique du jour au lendemain, qu'on m'en cite... ou alors je m'appelle Robespierre) mais qu'ils sont nuls pour la pédagogie. Ils entreprenent d'éduquer des élus, c'est bien. Mais les citoyens ?

  J'ai été affolé, durant des mois de conversation sur un forum montrant des participants de tous bords, par la quantité de préjugés des uns et des autres. Une constante importante : assimilation des alters à l'extrême gauche (à un parti / à une volonté de réinstaurer le collectivisme). ?? À une époque où on détourne aussi bien le sens du terme "libéralisme" que ceux de révolution, démocratie, Constitution... Faut-il que moi, un gauchiste (français, de surcroît), j'explique à un droiteux ce qu'est le libéralisme ?? Et lui dire sérieusement que les créateurs du Monde diplomatique sont sans aucun doute plus libéraux que lui-même ?....

  Moi qui prend l'altermondialisme comme un nouvel existentialisme... ce "sectarisme projeté", ça me révolte.
  Des dizaines de gens, sympathisants PC, PS, UMP, Villiéristes, qui vous tartinent des pages (comme moi) ou pas, mais jamais ne font de lien clair (ou juste par à coups, sans cohérence ni continuité) entre l'économie mondialisée et anarchique, la crise du politique, la demi-mort du syndicalisme, la désertion des partis et syndicats... et traitent les altermondialistes d' "opportunistes" et de 'tiers-mondistes simplistes"... Marre. Pourtant, je ne suis pas altermondialiste.
  Ce fut pour moi la goutte d'eau en matière de capacité de notre idéologie (dominante, c'est un pléonasme) à diviser pour mieux régner.

  Voilà, je ne sais pas répondre autrement à la question "comment étendre le domaine de la lutte" sans renvoyer à cette carence criante de pédagogie "mondialiste".
  D'où l'allure de ma démarche, ici.

- J'ai véritablement compris l'importance qu'il y a à créer un volet "économie"... ici même. Disons plus généralement, en échangeant avec des gens qui veulent vraiment une Constitution.

  Jusque-là, à trop discuter au milieu de certains OUI et NON, réponses à une question bête (pardon), je ne me rendais pas compte de l'ampleur de ce que M. Allais appelle ignorance", s'agissant de reconnaître l'importance primordiale de l'ordre économique mondial sur la déroute des politiques internes, et d'un ensemble de structures démocratiques, plus encore que sur la conjoncture économique interne, qui est pourtant frappante (Allais parle de 50% de perte potentielle de PIB réel / habitant en Europe depuis 1974).

  Parce que parmi ces gens qui veulent une véritable Constitution, on en trouve beaucoup qui ont l'air de croire que la démocratie peut marcher avec la lecture de la politique au niveau national et celle de l'économie illisible au même niveau.

  C'est la seule raison qui fait qu'il nous faut parler d'économie ici. Nous avons changé d'ordre mondial (depuis 1974, 1982-84, 1989, suivant les comptes *) et faire une nouvelle Constitution, du moins réinstaurer la démocratie, ça ne peut pas faire l'économie de cette révolution. Les choix (les modes) il n'y en a pas 36 : deux principaux tout au plus. Et encore, ils se rejoignent : aux extrêmes, l'isolationnisme et le commerce équitable généralisé.

  Ben "je suis désolé mes enfants (les vieux)... wink" quand on entend faire la révolution, c'est sans doute qu'il y a d'abord à faire des constats étonnants, qui font un peu peur. On ne part pas dans des comment de cette ampleur sans donner des pourquoi qui valent le détour... Vous en connaissez beaucoup, des gens qui savent vous donner des pourquoi qui ne traitent pas les dossiers les uns séparés des autres ?

S'il ne s'agissait que de corriger la Constitution de 1958, et même, de prendre nos distances vis-à-vis de l'UE actuelle...  lisez la contribution de M. Allais, par exemple.

* Et c'est moi, le jeunot, né en 1977 qui raconte ça à des plus vieux, et en viens à douter tous les jours, au point que je suis soulagé chaque fois qu'un type vieux et sérieux me le confirme.

Dernière modification par sam17 (07-04-2006 19:39:49)

Hors ligne

 

#5 08-04-2006 00:27:09

Étienne
Message n°494
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Mon premier tract

Très bon, le papier d'Allais, effectivement, merci. Il faut que je note cette adresse sur ma page 'Liens'.

Extension des moyens de la résistance (suite) : tiens, j'ai publié une photo de la banderole sur la page 'Liens'(http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Liens.php), et surtout j'ai publié le tract, mon premier tract, de toute ma vie, ça donne le trac hmm

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/tract_EC.pdf

S'il vous plaît, dites-moi ce que vous pensez de ce tract : j'essaie d'y résumer toute ma réflexion en peu de mots... Pas facile.

Je vais sûrement en faire un billet à commenter, peut-être aussi sur d'autres sites, je vais voir... Si vous avez des idées, je suis preneur.

Ceux que le texte intéresse peuvent l'utiliser librement, cela va sans dire hmm

Je trouve Sam trop sévère avec les alter. Ce n'est pas si simple d'expliquer clairement. Et quelles forces ils nous donnent pour résister !

Hors ligne

 

#6 10-04-2006 13:09:23

sam17
Membre
Message n°512
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Etienne,

pour les alters, "qui aime bien châtie bien"... Et d'ailleurs... je suis membre d'ATTAC depuis le mois dernier wink
Oui, "quelle force ils nous donnent pour résister ! "

A qui/quoi d'autre crois tu que je me réfère lorsque moi qui "tiens" à causer de ces horreurs d'économie ici même, j'écris : "mes enfants / mes vieux [...] on ne part pas dans des comment de cette ampleur sans donner des pourquoi qui valent le détour... Vous en connaissez beaucoup, des gens qui [...]" ?
Et de citer Allais dans la foulée, pour dire qu'un type aussi "sérieux" (économiste, Prix Nobel) et qui plus est "libéral" (gaulliste), considère que l'ordre économique mondial est le paramètre numéro 1, de loin, sur tous les problèmes de politique économique des Etats.

Je corrige donc ici largemement la formule "ils sont nuls en pédagogie mondialiste" : c'est mal tourné, et surtout, ça fait l'impasse sur ce qu'il y a vraiment à dire autour de cette idée... (Merci donc pour le rappel Etienne.)

Si c'était une simple question de capacité à s'expliquer, les choses seraient bien plus simples.
Mais c'est beaucoup plus compliqué... et grave.

Quand je dis "pédagogie", déjà, je pense surtout à l'ampleur du diviser pour mieux régner "en face". Mais même, ce n'est pas la seule nuance, loin de là
:

- pour moi, "donner des pourquoi qui valent le détour" çà signifie en particulier être capable d'expliquer dans les grandes lignes l'étendue de la confusion du (très) grand nombre - ce n'ets pas tant une disposition élitiste, c'est la conséquence directe de l'idée que nous sommes en pleine crise politique, et en pleine confusion : si un pourcentage significatif d'élu ou de citoyens pouvaient donner un sens à l'ordre des choses, ils pourraient aussi proposer un programme digne de ce nom. Nous sommes, je le crains, dans une ère ou ne règne plus que la bricole. Et donc, où les plus gros imposteurs, et les partisans du zéro prévention / tout répressif comme du laisser fairisme économique ont la voie royale. Est-ce tiré par les cheveux de poser ainsi ces grands conclusions ?

- dans la même logique, ce diviser pour mieux régner "en face", ce serait une erreur grave de ne l'attribuer qu'aux "comploteurs actifs" (dit officiellement néo libéraux), à la quasi totalité des médias et même à se limiter ensuite aux cratocrates (-manes) impuissants (politiquement - face aux pouvoirs économiques) mais qui profitent de la place.

Le plus grand diviser pour mieux régner actuel réside dans nos habitudes à nous. Et j'invite chacun à y réfléchir, si ce n'est pas déjà fait :

- l'habitude si ancrée en nous, de raisonner dans le sens de la solidarité de principe entre "acteurs économique" nationaux, et d'opposition entre nations - bref, sur une base de patriotisme économique.
   Celui-ci, qu'on le prône, ou qu'on le moque, il est toujours autant évoqué implicitement dans la rhétorique économique dominante, et il est tous les jours plus absurde)
.
  Que celui qui en doute n'hésite pas à demander des explications.

  Au présent, dans le contexte, songer toujours (implicitement) "solidarité entre "acteurs économiques" dans la nation" / "concurrence entre nations" est une chose destructrice. C'est l'arme géniale du riche actionnaire qui gagne à tous les coups. En faisant passer ses intérêts pour l'intérêt général ; en divisant les pauvres des nations, entre nations , dans les entreprises.

  Le CAC40 dont tu parles dans ton tract, Etienne, tu ne dis pas à quel point il est bien peu "français" (et pourtant, dans les discours, le CAC40 c'est "la France", la croissance française...)
   Evidemment, ton tract n'est pas conçu pour te donner bêtement (à tort) l'air raciste / impérialiste / ... Et ce n'est d'ailleurs pas le tract que je critique.

- cette terrible manie du discours... Maurice Allais écrit : "La confusion actuelle du libéralisme et du laissez-fairisme constitue une des plus grandes erreurs de notre temps."

  Manie qui nous fait amalgamer non seulement "une société libérale et humaniste [...] à une société laxiste, laissez-fairiste, pervertie, manipulée, ou aveugle", comme le dit ce monsieur, mais j'irai plus loin.

  L'amalgame permanent du libéralisme et de l'anarchie ultra libérale nous fait considérer implicitement que celle-ci est le "libéralisme réel". Alors qu'elle est indissociable de l'ordre économique mondial, ce qui change tout dans la manière que l'on a de SITUER L'ETAT (fort).
  Ainsi, ça nous conduit toujours à nous en remettre à la démocratie dans la nation tout en niant (consciemment ou non) l'existance d'un "Etat mondial", très anti démocratique, évidemment, "primitif" pourrait-on dire, mais bel et bien présent, lié à l'existence de pouvoirs POLITIQUES bien réels en dehors de l'Etat de droit. En termes de "lecture économique", qu'est-ce que l'anarchie sinon le pouvoir POLITIQUE, de fait, aux pouvoirs ECONOMIQUES les plus forts ?

Si j'ai un peu ralongé mon message d'avant, et que je reprends le temps (la longueur ici, désolé...) c'est que j'ai jugé pas du tout inutile d'évoquer mon expérience de certain forum, soutenue durant plus de 6 mois, et la quantité de préjugés que j'ai vu circuler sur les altermondilaistes. Le constat de cet énorme défi a fortement contribué à me faire retrousser les manches.

Je dis "mondialiste", désormais. Et cherche mieux en attendant. "Alter" ou pas, "pour", "contre", le principal est dans le "mondialiste"... ou pas. Question de mode de pensée plus que de parti pris.

Voilà pour la "pédagogie mondialiste"... C'est pas gagné.


Excellente, ta banderolle.
Le jour ou je ne suis plus un dynosaure, et si besoin, et si j'ai assez le temps, je t'enverrai quelques dessins.
J'ai un avoeu à te faire : la page d'introduction de ton site est assez moche... (le forum, c'est bien mieux, même si c'est un brin austère). Trop de tons et de typo apposés. Et puis un arrière plan avec une belle image, ça serait plus joli (par exemple une reprise de ta banderolle, avec le globe, quitte à bouger un peu la légende).

Le tract : regardé très vite. J'aime bien le ton (la MEP mériterait bien quelques fignolages).
Une remarque d'après ce tract : si tu peux faire (dans ton esprit) un lien évident entre les deux pages du tract, c'est une manière de dire toi même que le "volet économie" a bien un sens ici...
J'ai d'ailleurs décidé de reprendre l'introduction volet depuis ce point précis ("peut-on / doit-t-on parler d'économie ici ?)


Au fait : j'avais bien aimé le poisson d'avril dans ton journal. Ca fait réagir. (Au bout de trois minutes, j'ai fait CNTRL +F / "poisson d'avril"... rien. Ce qui m'a forcé à lire la page et demie, plutôt dense) wink

Dernière modification par sam17 (10-04-2006 19:19:28)

Hors ligne

 

#7 10-04-2006 15:52:44

alainguillou
Membre
Message n°514
Lieu: Nantes
Date d'inscription: 19-02-2006
Messages: 432
Site web

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Cher Étienne,

Ce tract est clair et net... Je l'approuve .

Bien sûr, la place des partis est un peu rapidement et sévèrement abordée, car si les partis entrent dans le dispositif qui alimente la perversité du système, ils peuvent aussi servir au processus inverse dés lors que les citoyens le veulent :

c'est aussi quelque part la faute des citoyens s'ils ont ces institutions-là et les partis qui vont avec... (La faute de ceux qui croient devoir y entrer comme en religion ou ne pas y entrer...)

Chacun de nous peut refuser à sa manière de laisser pourrir ce système. Je pense qu'il faut prendre parti autrement que par l'acceptation des règles établies, y compris dans les partis.

Ces espaces sont censés permettre aux citoyens porteurs d'une même sensibilité politique, de l'exprimer, de la défendre ensemble, et d'en affiner la pertinence grâce aux contacts "transversaux" qu'ils doivent toujours être libres de cultiver, dans tous les environnements, y compris au boulot...

(...lieu où se joue le jeu du courage ou celui de la trahison, celui de la dignité ou celui de l'opportunisme, celui de la conscience professionnelle ou celui du carriérisme...celui de l'initiative ou celui du renoncement: toutes ces "vertus" que nous constatons ensuite chez "nos élus"...)

Il faudrait peut-être envisager une base statutaire minimale commune à tous les partis, avec des règles démocratiques, la transparence etc... et selon laquelle l'appartenance à l'un d'eux ne saurait créer d'autre devoir ni d'autres droits que ceux de tout citoyen de la République (lutte contre les mafias, les dérives sectaires, et la culture en vase clos de "fausses nouvelles")...

Il y va de la liberté réelle et de l'égalité entre membres et non membres de partis.

... Pour ma part, je pense qu'il est bon de "prendre son parti", à condition de ne pas remiser sa liberté de pensée :

"La foi que l'on a eue ne doit jamais être une chaîne..." disait E. Renan à propos du catholicisme.

Ce qui m'inquiète, c'est la montée des intolérances ( Benoît XVI demandant à ses ouailles de s'éloigner de ceux qui doutent...! On croit faire un cauchemar !)

Je suis pour (... non pas l'embrigadement, mais...) la culture, individuelle, associative, collective, communautaire et autres)...  contre le communautarisme (l'échanchéité des cloisons culturelles) , et pour
que vivent ensemble "l'esprit partisan" et "la curiosité transversale", le respect entre porteurs de messages paradoxaux, dont la confrontation pacifique sans complaisance est source de dépassements :

Il est merveilleux de passer de l'entière incompréhension d'un point de vue adverse, à sa compréhension, qui n'oblige pas la conversion (éminente place du doute)... hmm

Dernière modification par alainguillou (11-06-2006 15:46:28)


... une « arme miraculeuse » (Aimé Césaire) pour la Résistance(...)contre ce qui endeuille l’être, souille, mutile, brise, l’élan de l’individu vers le « Champ des possibles »...(site de "poesie urgente")

Hors ligne

 

#8 10-04-2006 23:10:05

mariefrance d'aboville
Membre
Message n°518
Date d'inscription: 24-02-2006
Messages: 59

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Je rejoins Sam lorsqu'il évoque les préjugés des uns comme des autres.
Je quitte progressivement ma période naïve sur ce point.
J'ai pratiqué les arts martiaux pendant 20 ans et enseigné pendant 15. J'avais choisi de travailler majoritairement avec un Japonais plus jeune que moi de 6 ans qui avait écrit un livre qui m'avait beaucoup plu. J'avais mes préjugés vis à vis de l'idéal des arts martiaux, et dans ma liberté de langage, alors que nous dinions ensemble, j'ai dit sans façon devant ce jeune maître : "les mecs, vous êtes plein de préjugés" (c'est difficile pour une femme de faire sa place dans ce milieu....) . Il a répondu : "tout à fait, je suis plein de préjugés". Dans ma candeur, j'ai répondu du tac au tac : "T'aurais pas dû le dire, je croyais que tu n'en avais pas !" Idéalisme quant à la notion "d'art" et de "maîtrise"... j'ai dû perdre mes illusions à grands renforts d'expériences diverses, avec de nombreuses personnalités de ce monde des arts martiaux.

Avec le temps j'ai fini par regarder différemment les différentes expressions des subjectivités personnelles. Chacun a sa logique, ses perceptions, ses interprétations. On est obligé d'en tenir compte et de se dire que c'est avec tout cela qu'il faut qu'on trouve des modalités de cohabitation. Olivier Besancenot a sa logique et Jean-Marie Le Pen la sienne, au nom de quoi donner priorité aux uns plus qu'aux autres. On se polisse intérieurement et on s'affine dans la confrontation avec d'autres. J'ai été élevée dans une religion que je ne renie pas mais dont j'ai vu les limites et que j'ai quittée lorsqu'elle ne correspondait plus du tout à ma vérité intérieure. En quoi cela me permettrait-il de dire que ceux qui la pratiquent sont dans l'erreur ?

Je lis, j'écoute toutes ces personnalités du monde politique pour me faire ma propre opinion. Et voir où et comment je peux faire avancer les choses à partir de mon expérience propre.

Étienne j'ai imprimé votre tract pour voir l'effet que ça me faisait et dans quelle mesure je pouvais le diffuser.
Cela suppose que je sois en mesure de répondre aux questions qu'il pose à ceux qui le lisent...

Quelque part, sur un des fils de ce forum, il y a une interrogation sur ce qu'est la société civile.
Dans Nicanor Perlas, j'ai trouvé cette définition sur la nature essentielle de la société civile, celle-là que je veux mobiliser :

Dans sa forme moderne, la société civile est formée d'associations et de groupes actifs, organisés au sein de la sphère culturelle : ONG, organisations populaires (OP), universités, médias, groupes religieux, etc. Ces organisations se distinguent des appareils formels de gouvernance qui constituent la sphère politique et du réseau d'entreprises de la sphère économique, sans nécessairement s'opposer à eux. Les entreprises ont un pouvoir économique, les gouvernements exercent un pouvoir politique et la société civile utilise un pouvoir culturel.
La culture est le domaine des idées, des conceptions du monde, des savoirs, des significations, des symboles et de l'identité. Parmi les sous-ensembles qui composent la société, la "sphère culturelle" est celui qui se consacre au développement de toutes les capacités humaines. À la sphère culturelle nous devons l'art, l'éthique, le savoir, la sagesse, notre sens du sacré et beaucoup d'autres choses qui font que la vie vaut la peine d'être vécue.
La culture est fondamentalement l'espace social où s'élaborent l'identité et le sens. Les deux sont inséparables. L'identité et le sens permettent aux êtres humains de s'orienter dans la connaissance, les émotions, l'éthique. Autrement dit, la culture est cette source inépuisable qui détermine et nourrit le comportement humain. Une perte de sens se traduit par des enchainements de comportement aberrants et destructeurs. La découverte du sens, en revanche, accroit la créativité, la compassion et l'efficacité. Il est clair que l'institution - en l'occurence la société civile - qui a autorité sur les questions de sens et d'identité, et par suite sur les comportements, exercera une influence considérable sur la société d'un pays et la société mondiale

À la suite, il émet des réserves à l'égard de l'idée que la société civile serait une institution culturelle, définit ses deux tâches et la nécessité de la triarticulation.
Dans ces discussions nous sommes dans un processus très créatif, parce que nous nous aventurons dans du radicalement nouveau, et il faut concevoir quelque chose qui tienne la route. Chacun apporte son éclairage personnel, ça fait avancer le schmilblic wink

La nuit porte conseil, je vais dormir cool

Hors ligne

 

#9 09-05-2006 16:50:47

alainguillou
Membre
Message n°955
Lieu: Nantes
Date d'inscription: 19-02-2006
Messages: 432
Site web

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

...

Au cours de la manifestation "contre la guerre et le néolibéralisme, pour une autre Europe", le 6 mai, dans les rues d'Athènes, 120 000 altermondialistes ont défilé, foule dispersée à coups de gaz lacrymogène concentré...

Le FSE  d'Athènes, avec ses 35 000 délégués, dont une forte délégation de Turcs "altermondialistes", a osé lancer les bases d'un texte alternatif au TCE, dont l'objectif serait la "Charte de nos principes communs pour une autre Europe". Le texte, encore provisoire, se veut à la fois l'affirmation de valeurs communes et l'ébauche de propositions politiques alternatives, l'un des enjeux étant d'élargir la base des organisations qui travaillent à son élaboration...

...Je ne pense pas que notre tentative, ici, d'écrire des "droits nouveaux" dans une Constitution soit une idée "franco-française" de petite envergure historique : la revendication pousse sur le terreau des "grands principes des droits humains", pas en contradiction avec "l'esprit des lois" : au contraire, tous les peuples s'aperçoivent ensemble de l'usurpation en cours du "droit" par ceux qui prétendent le faire appliquer "à la lettre" tout en pervertissant le sens profondément populaire de la "dignité humaine" ...

Quand je commandais sous pavillon de complaisance US, les marins Thaïlandais qu'un "marchand d'hommes" nous imposait en nous recommandant de les faire trimer comme des ESCLAVES, ils furent les premiers à me réclamer "le contrat social", tout en s'insurgeant de découvrir ce qu'il restait, à bord, de cette "France des Droits de l'Homme " qu'ils s'attendaient à découvrir : le "pavillon de complaisance" (forme de propriété privée très perverse !) permettait, comme un masque de carnaval, toutes les entorses à tous les droits... (de fait, les officiers français restaient peu "ouverts" aux "nouvelles directives managériales" écrites par la multinationale US affrétant cet ex-navire français)

C'est pourquoi je pense que la revendication de "droits nouveaux à l'entreprise" est CELLE qui fera mouche et CELLE qui rassemblera internationalement les humains, contrairement à ses détracteurs et au pessimisme prudent qui pousse au conservatisme sans issue.

Dernière modification par alainguillou (10-05-2006 10:18:10)


... une « arme miraculeuse » (Aimé Césaire) pour la Résistance(...)contre ce qui endeuille l’être, souille, mutile, brise, l’élan de l’individu vers le « Champ des possibles »...(site de "poesie urgente")

Hors ligne

 

#10 10-05-2006 11:50:16

Jacques Roman
Membre
Message n°966
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Charte de nos principes communs pour une autre Europe

Alain (955) :

Où peut-on trouver le texte ? J'ai cherché sur Google sans résultat (sauf le titre).  JR

Hors ligne

 

#11 05-06-2006 10:16:17

rub
Nouveau membre
Message n°1169
Date d'inscription: 05-06-2006
Messages: 1

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Bonjour à tous.

Beau blogue, très pro, très intéressant.

J'aime bcp  votre idee de rallier les gens, de nos jours il y en a grandement besoin.

Nous avons, nous aussi, lancé un mouvement
qui consiste à mettre un ou des messages de gentillesse à toutes les personnes qui nous entourent.

On est a la recherche de nouvelles personnes motivées et qui adhèrent à nos idées et à notre action.

Pour s'unir, il faut s'apprécier, et pour s'apprécier, il faut s'accorder avec les gens de notre entourage.

Si notre idée vous plait, pourriez-vous diffuser notre lien ?

Merci d'avance.
Bonne et belle journée à tous
et bonne continuation.
http://pacifions.over-blog.net

Hors ligne

 

#12 07-06-2006 00:20:55

Étienne
Message n°1196
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Cher Guillaume,

Merci pour ces longs messages intéressants, mais aussi un peu désespérants, parfois ; parce que de mon côté, je suis au taquet et que, même si vous avez raison, je ne peux pas en faire beaucoup plus qu'aujourd'hui (et je suis pourtant affreusement en retard sur plein de tâches essentielles)... hmm

Pour informer le  monde réel, ze real world, je participe à des conférences, y compris à l'étranger, hier le Danemark, demain la Hongrie, je réponds aux interviews, je reçois les journalistes à la maison et je passe des heures (vraiment) à leur expliquer ce qu'ils résumeront finalement en 1 min 20 (ils sont obligés, me disent-ils)...

Mais sur ce forum, on met au clair (patiemment) des idées qui n'existaient pas (dans nos têtes) il y a un an, et mêmes certaines qui n’ont quasiment jamais été testées...

L'ordre logique est bien, je crois, de s'assurer d'abord qu'on a bien compris l'essentiel, qu'on sait bien réfuter les objections des sceptiques ou des captieux... pour ensuite, et ensuite seulement, tenter de simplifier, diffuser, convaincre le plus grand nombre, et puis changer la vie, si on peut, c’est ça le bon ordre, n'est-ce pas ? On ne peut pas procéder à l'envers, non ?

Aujourd'hui, ça commence à être bien clair sur quelques points décisifs et on devrait être capable de diffuser un message relativement simple et convaincant. Mais il nous manque des documents qui résument fortement toutes ces réflexions... OK, documents à créer... mais quel boulot !

Par ailleurs, si D'AUTRES que nous se chargeaient d'aller crier sur les toits que ce forum existe et qu'il faut venir nous aider à bâtir la démocratie qui nous protègera enfin TOUS... ça aurait beaucoup plus d'impact, ce serait plus crédible, plus convaincant que si c'est nous-mêmes qui allions chercher les gens : nous serions suspects de vendre une soupe de plus...

Donc, si vous trouvez l'idée belle et porteuse d'un espoir inédit, aidez-nous, en imaginant vous-mêmes les meilleurs relais et porte-voix imaginables.

On est tellement plus forts ensemble:/

Hors ligne

 

#13 07-06-2006 19:05:45

mariefrance d'aboville
Membre
Message n°1207
Date d'inscription: 24-02-2006
Messages: 59

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Guillaume,

Merci de vos commentaires. Je me posais moi-même la question : comment faire connaître à un grand nombre.

J'ai un bon support pour mobiliser des personnes, le livre de Jean-Marc Governatori, paru au Courrier du Livre et figurant à ma grande librairie "L'univers du livre" que je fréquente avec régularité, au rayon "sociologie" :
VIVRE C'EST POSSIBLE, 207 propositions pour une nouvelle société. On trouve ça à côté de Pierre Bourdieu, Jean-François Revel....
La démarche est radicale, et c'est comme si je l'attendais depuis de longues années. Il fallait pour cela un certain quota de personnes motivées allant dans la même direction. J'ai constaté qu'il existe et qu'on peut largement l'étendre. L'originalité c'est de vouloir créer un mouvement politique résolument "coopératif" au-delà des clivages de tous ordres. Il y a là une démarche stratégique qui m'interpelle en tant que psychologue.

Quant à votre proposition de tee-shirt, je marche. C'est d'ailleurs mon habitude, je médite en marchant, sur tous les problèmes que nous évoquons, et par quel bout les prendre. Je confesse que je n'aurais jamais pu suivre les discussions ici sans les cours de politique que j'ai eus l'année dernière, mais que ces mêmes discussions m'en ont appris encore plus que l'initiation que j'ai reçue, et je remercie les participants.

Je veux bien une demi-douzaine de tee-shirts et en porter tous les jours !!!

Hors ligne

 

#14 07-06-2006 19:44:53

sam17
Membre
Message n°1209
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Oui au T-shirt et à la chorale.

Pour le fond, euh... on peut peut-être discuter un peu du contenu ? wink

Pour le ... "http://etienne.chouard.free.fr/forum ZE Plan B"...
- z'avez pas plus compliqué ?
- "Plan B" c'est le nouveau nom du journal PLPL... (et pas très spirituel, ni... original, comme terme.)

Sinon, s'il faut un coup de main : j'arrange un peu, et je dessine. wink
Un de ces quatre j'enverrai bien un dessin à Etienne... mais j'ai tant de boulot.

J'avais pensé à une idée... un peu provoc', certes :
- une jeune femme un peu "lolita", supposé être "Europe" dans l'affiche
- Europe est sur une croix (comme Jésus à 33 ans, oui) - la pose doit être difficile, mais avec une bonne image de crucifix comme modèle...
- sur sa tête, un fichu carré, fond bleu, et des étoiles jaunes disposées comme une couronne d'épine
- le string en drapeau USA, on s'en passerait sans doute... pour deux raisons évidentes de mauvaise récupération ni maligne ni fine
- titre : "Ils ont assassiné l'Europe"
- commentaire de l'intéressée : "pardonne leur, Mammon (*), ils ne savent pas ce qu'ils font..."
- on pourrait songer aux deux brigands autour, mettons les USA - justement (le string à la bannière célèbre serait pour lui, il suffira de trouver les feintes pour éviter les droits d'auteur...) - et un emblème d'une dictature en pleine croissance, la Chine, par exemple.

(*) Mammon est le Dieu de l'argent. Mais Etienne m'a dit que peu comprennent la référence.
Il n'y a qu'à remplacer par... Lagardère, ou Dassault, ou quelque milliardaire renommé, ou Greenspan, ou Lamy, ou... oui, mais pourquoi personnaliser ce qui ne devrait pas l'être ? Mammon, c'est bien. Et puis c'est dans le tableau... biblique.

Bonsoir.

Hors ligne

 

#15 07-06-2006 22:58:47

mariefrance d'aboville
Membre
Message n°1212
Date d'inscription: 24-02-2006
Messages: 59

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Sam,

FAITES-VOUS PLAISIR EN DESSINANT, ça vous changera les idées !!!
Vous avez une imagination qui me plait beaucoup.

Je suis d'accord aussi pour la chorale, j'adorais chanter quand je faisais mes classes secondaires chez les religieuses au Sacré Coeur, mais je ne connais pas la chanson, ou si sûrement mais je ne m'en souviens plus...

Plutôt que Plan B, ce serait plutôt Plan Orsec....
et tout le monde porterait le tee-shirt pour la chanson

Hors ligne

 

#16 07-06-2006 23:55:00

Étienne
Message n°1213
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Comment mettre en scène le conflit entre les pros de la politique et les inconnus actifs : le verrou décisif de la télévision.

Bonsoir mes amis hmm

Merci Guillaume pour ces beaux messages.

Donnez-moi une heure pour palabrer calmement avec quiconque du sujet de ce forum... et les gens voient vite où est leur intérêt, ils ont envie d’en savoir plus, ils tombent rapidement d'accord sur l'essentiel, sur l'enjeu de la Constitution comme clef décisive en vue de contrôler la plupart des pouvoirs abusifs...

Mais pour que des millions de personnes se réveillent, je ne vois pas comment nous passer de la télévision.

Or, pour l'essentiel, les télévisions ferment leurs écoutilles aux simples citoyens temporairement politisés et résistants ainsi qu'à ceux qui ne sont pas élus : avez-vous souvenir de rendez-vous réguliers avec Bourdieu ou Castoriadis à 20 h 30 ? Entendez-vous souvent Frédéric Lordon ou Raoul Marc Jennar sur TF1? Serge Halimi ou Mona Chollet sur la 2 ? Robert Joumar, Philippe Derruder ou Hervé Chaygneaud-Dupuy sur la 3 ? Christian Darlot, Noam Chomsky ou Patrick Viveret sur la 5 ?

Pourtant, tous ces humains se donnent un mal de chien pour organiser une société pacifiée, en produisant une pensée structurée, généreuse, cohérente, exigeante... et leurs propositions sont extraordinairement éclairantes, elles libèrent.

Mais non : la télévision refuse (avec quelle légitimité ?!) de faire de la politique (ce qui est évidemment éminemment politique, c’est un choix conservateur) : même les pros de la politique sont réduits à la portion congrue et doivent aller faire les bouffons dans des émissions de divertissement puisqu'on ne leur laisse aucune autre tribune.

On se fait voler la démocratie par les marchands.

Et sans rien dire... Bien fait pour nous, donc.

Heureusement, Michel Onfray fait une percée et lui, c'est un véritable ennemi du néolibéralisme, un costaud… Enfin, un intellectuel de combat !  (ce n’est pas trop tôt…) On a aussi le géant Daniel Mermet dans son phare isolé sur France Inter. On a aussi Jean-François Kahn et son journal populaire qui monte, sacrément tonique lui aussi, de plus en plus révolutionnaire même (la révolution de l'extrême centre) comme il l'avoue lui-même... On se radicalise ensemble hmm

Mais globalement, quel éteignoir pour l'activité politique citoyenne que la télévision, nom d'un chien !

La télévision est devenue le complément machiavélique d'institutions qui, elles non plus, ne laissent AUCUNE place aux citoyens entre deux élections.

Comment faire, alors ? Peut-être interpeller directement, par courrier, tous les journalistes qu'on aime bien, chacun de notre côté, en protestant pour que Christian Darlot, Robert Joumard et d’autres inconnus actifs aient la parole en longs débats face à des pros de la politique, pour qu'on puisse enfin leur dire en face et devant tout le monde, ce qu'on leur reproche et en quoi leurs choix institutionnels sont une trahison qui ne dit pas son nom.

Pourquoi de bonnes émissions comme C’ dans l’air ou Ripostes n’invitent-elles jamais des inconnus actifs (des blogueurs ou des auteurs) pour les mettre face à quelques parlementaires ou ministres ?

Oui, interpeller les journalistes, sans lesquels on aura perdu la démocratie, je sens ça profondément : si les barbares arrivent à acheter la conscience des journalistes, on est cuits.

Il reste encore beaucoup de journalistes honnêtes et généreux : j'en ai rencontré plein ! Ce qui les bride, c’est souvent qu’ils sont précarisés, dominés, parfois carrément muselés par une direction malhonnête, et il faut peut-être les aider à nous donner la parole en la réclamant avec plus d'insistance, non ?

Je ne sais pas ce qu'il faut faire, mais j'ai peur que des conférences, chorales et autres T-shirts sympas ne suffisent pas à même seulement frôler la multitude. Or seule la multitude, probablement, peut gagner contre ce ramassis de brutes.

Bon, j'ai le blues, moi, et je deviens un bonnet de nuit, pardon…  sad 

C'est peut-être vous qui avez raison : reprendre tout à la base, tout doucement... Je ne sais pas.

...

Il y a aussi l'idée de créer nous-mêmes NOTRE TÉLÉVISION, la télévision des citoyens vigilants, conscience, résistance, veille, alertes, paroles, débats, la politique en amateur comme principe fondateur...

Mais alors, il faut un torrent de dollars et surtout des chefs... avec la pollution des jeux de pouvoirs... la sempiternelle confiscation...

Allez, je vais me coucher sad

Hors ligne

 

#17 08-06-2006 02:54:43

Candide
Membre
Message n°1216
Date d'inscription: 17-03-2006
Messages: 244

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Il y a aussi l'idée de créer nous-mêmes NOTRE TÉLÉVISION, la télévision des citoyens vigilants, conscience, résistance, veille, alertes, paroles, débats, la politique en amateur comme principe fondateur...

Mais alors, il faut un torrent de dollars et surtout des chefs... avec la pollution des jeux de pouvoirs... la sempiternelle confiscation...

Mmmmm, voyons... Un caméscope + un ordinateur assez puissant (la plupart le sont aujourd'hui) + un logiciel de montage vidéo + une liaison ADSL rapide + assez d'espace de stockage chez son hébergeur de site favori = un embryon de télévision par Internet...

Voyez l'explosion des vidéo-conférences et autres "podcasts", les "keynotes" d'Apple diffusées en MPEG4 ou H.264 en direct ou en différé...

Bon, allez, je l'avoue : je suis Macintosh jusqu'au bout des ongles, mais "Think different" ça colle plutôt bien avec ce site, non ? wink

Juste quelques idées, peut-être à creuser... (Je viens de passe la soirée à faire du montage vidéo, ceci expliquant sans doute cela... smile)

Dernière modification par Candide (08-06-2006 10:05:47)


Si une nation espère pouvoir rester à la fois ignorante et libre, elle espère ce qui n'a jamais été possible et ne le sera jamais.
(Thomas Jefferson)

Hors ligne

 

#18 08-06-2006 03:06:16

Jacques Roman
Membre
Message n°1217
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

"Télévision des citoyens"

Bonjour Candide (je vois que nous somme tous les deux en ligne).

Je suis de votre avis : la numérisation et l'Internet changent tout.  La question du contrôle de la télévision devient beaucoup moins importante.   JR

Hors ligne

 

#19 08-06-2006 11:19:55

mariefrance d'aboville
Membre
Message n°1220
Date d'inscription: 24-02-2006
Messages: 59

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Il y a indiscutablement à l'heure actuelle des moyens relativement simple pour faire passer du video sur Internet

Les cours de Institut politique que je suis sont enregistrés en direct pour ceux qui ne peuvent pas venir sur place et pour compléter les notes prises. Il y a un technicien spécial pour cela. Il travaille (peut-être) ensuite sur les bandes et les met (assez, selon sa disponibilité) rapidement sur Internet. A la demande des profs - vu qu'ils nous parlent le langage non politiquement correct - les cours ne sont accessibles qu'aux étudiants dûment répertoriés avec mot de passe à la clé. Impossible d'accès pour "l'extérieur".

L'image n'est pas très grande et surtout, c'est très contraignant pour les profs pcq ils ne doivent pas sortir du champ étroit de la caméra, il faut rester assis sur sa chaise. Ils n'aiment pas beaucoup cela. La caméra est fixe. Et pendant ce temps-là, le technicien gère par Internet la communication avec les deux autres lieux où il y a des étudiants qui reçoivent les cours en direct mais par video, peuvent discuter en direct avec le prof.....

C'est pour dire qu'on peut quand même facilement faire passer des images avec un technicien et du matériel pas nécessairement hors de prix.

Sur le site des psys avec lesquels je collabore, plusieurs conférences nous sont proposées, qui ont été des émissions de TV passées récemment.

Personnellement, Internet je suis double zéro, mais il y a pire que moi, je me débrouille. Tiens, je pense à une femme de l'Alliance avec qui je travaille ainsi que Germà, la comm, c'est sa spécialité, Internet, radio, etc....je pourrais lui en parler. Et aussi Governatori, qui parle dans son livre des modifications à faire dans la constitution et qui va dans le même sens que nous.

Faire des DVD, on peut les diffuser autour de soi, les mettre en vente sur un site..... compter sur les journalistes, il vaut mieux pas, on va se ramasser une gamelle... On n'est jamais mieux servi que par soi-même.
Et puis maintenant, comme tout le monde (ou presque, moi je lis, je ne peux pas dupliquer) peut dupliquer des DVD avec son ordi, il suffit des personnes à qui ça plait pour qu'ils les dupliquent pour des gens qui n'ont pas d'ordi mais un lecteur de DVD ; ça fera tache d'huile....

Hors ligne

 

#20 08-06-2006 11:37:19

Frédéric Bauer
Nouveau membre
Message n°1221
Lieu: Bernin
Date d'inscription: 05-06-2006
Messages: 4
Site web

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Je pense aussi que faire notre télévision sur internet est possible, de meme que pour le DVD: ça demande un investissement plus personnel que financier, mais ça on en a...
Pour ce qui est de la télévision en direct, cela me semble plus difficile à mettre en oeuvre et plus couteux mais il yaurait un réel interet à ce que les gens puissent nous poser des questions...
Mais comme pour ce forum, il faut faire du bruit pour que les gens y aillent..
Par exemple, distribuer des tracts parlant de nos sites et de leurs ambitions dans des poinrs strategiques comme les campus (après le CPE, une partie des étudiants a plus que jamais envie de changer de systeme)...

Dernière modification par Frédéric Bauer (08-06-2006 12:19:00)

Hors ligne

 

#21 08-06-2006 12:18:41

sam17
Membre
Message n°1222
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

La longue nuit des petits économes.

Je suis un piètre parolier, mais le jour où je fais une chanson engagée... je sais le titre que je lui donnerai...
Je ne sais pas comment on dit "épluche-légumes" en anglais (potato peeler, peut-être…) "Econome", c'est treasurer, je crois. (Candide et JR sauront nous dire.) Je pense que ce titre est intraduisible dans cette langue. Ce n'est pas plus mal.


Je voulais dire @ (...) tous ceux qui tiennent aux symboles que je tiens beaucoup à ce que nous puissions nous même créer les choses, y compris au plan symbolique et dans l'action culturelle.
J'ai dit déjà tout le mal que je pense du choix - imposé d'en haut, une fois de plus - de l'Hymne à la Joie, comme hymne européen.
Le drapeau, je me proposais de lui offrir une mort dont la mise en scène est on ne peut plus universellement (en Europe) parlante...
Mais au delà de ça, discuter du choix d’une chanson, d’un dessin, … existants, cela m’importe peu : je n’en veux pas… C’est pour moi dans l’esprit même de ce forum, de son titre, que de produire nous-mêmes des… faits culturels.

Cela dit, j'avoue Guillaume : je n'ai rien contre les messages calins mais je trouve que ce forum a beaucoup de symboles plus spécifiques à mettre en avant. Certes, les institutions, ce n'est guère plus poétique que le marché. C'est peut-être pour ça que j'ai tant de mal à faire un bon parolier... Je tiens trop à concilier le fond et la forme, les idées et la poésie.


"Michel Onfray fait une percée et lui, c'est un véritable ennemi du néolibéralisme, un costaud..." (Etienne - 1213)

Toujours pas eu le temps de lire son Traité d'athéologie... que mon frangin, passionné de philo, m'a tant vanté, et qui constitue, je crois, un de tes grands coups de coeur. Je m'y colle dans le mois.
Mais bon, disons que je me serais interdit de poster ici mon message n°1209 si je n'avais pas lu (dans l'article de presse que tu nous a signalé il y a peu) cette... "profession de foi".

Dernière modification par sam17 (08-06-2006 12:49:55)

Hors ligne

 

#22 08-06-2006 12:36:58

sam17
Membre
Message n°1223
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Frankencat est né.

Nous disions donc... symboles et médias.

Levé ce matin encore avec la gerbe : promis, j'arrête France inter aux heures où la sociocible est dominée par le cadre émergeant...

Il y a quelques semaines, ATTAC - qui a quelques problèmes de trésorerie, et est passé de 30 000 à 25 000 adhérents environ ces deux dernières années, et a besoin de retrouver un écho et de nouvelles bonnes volontés - a décidé de publier un recueil de nouvelles écrit par deux membres : "Transgénial".
Dans cet excellent recueil (aussi poignant que réaliste - c'est de l'anticipation version "polar des champs"), on trouve une toute petite nouvelle qui doit s'appeler "Le chat". Elle raconte en deux pages les dernières minutes de l'attroce agonie de l'équivalent animal du fameux "Terminator" (maïs OGM, je crois. Je ne suis pas spécialiste des OGM, mais en gros, la métaphore tient à ça.)

J'apprends ce matin sur radio-caca, donc, qu'on a créé - aux USA - un chat génétiquement modifié, qui est supposé ne plus provoquer d'allergies (type éternuement et larmes).

"Frankencat" n'est pas de moi, il a déjà obtenu ce sobriquet (parmi d'autres).

Notre chère radio-inter-cacalactique - comme chacun sait, ancienne gloire française résistante à l'idéologie du grand marché, mais tout cela est bien fini (Mermet diffuse à une heure où moi je bosse, les profs beaucoup moins...) - nous informe qu'on attend 2000 produits an ou dans ces eaux là, que telle c...sse américaine, mère de famille, attend avec ses fillettes et impatience la venue de Atchoum, commandé deux ans en avance. À peine une allusion aux défaillances possibles des premières séries... et hop ! À vous Paris !

Vous ne rêvez pas. On vient de vous le dire, même : vous êtes d'ailleurs un c...rd d'ingénieur ou autre esclave - esclavagiste consentant du marché à l'heure ou le devoir vous appelle (j'ai d'ailleurs subi un sondage téléphonique de 17 minutes, il y a moins de trois semaines, relatif aux pratiques consuméristes dans le créneau des produits radio).

Dernière modification par sam17 (08-06-2006 12:49:01)

Hors ligne

 

#23 08-06-2006 12:38:04

sam17
Membre
Message n°1224
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Nouvelles du front : erratum et toutes mes excuses

J'ai appris ce matin même, toujours sur radio-inter-cacalactique que Pascal Lamy n'est plus Commissaire européen (sauf si le cumul des pouvoirs - tyranniques - a fini de dépasser les bornes), du moins qu'il est tout bonnement le Directeur de l'OMC.

C'est pas que je perds la boule, la mémoire, c'est que le marché, c'est impossible à suivre.

J'ai le plaisir de vous annoncer - sans la moindre intention prosélyte - que je suis nouveau membre du PS...
Pascal, prie Mammon de ne pas croiser mon chemin, j'ai la gueule grande ouverte, et pour les révérences, je suis un désastre.

Allez, je libère le mike (on est bien chez toi, Etienne...)

Dernière modification par sam17 (08-06-2006 12:39:15)

Hors ligne

 

#24 08-06-2006 13:55:09

mariefrance d'aboville
Membre
Message n°1226
Date d'inscription: 24-02-2006
Messages: 59

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Réponse à Frédéric, message 1221

Pour "poser des questions", c'est pas difficile, il y a le téléphone. Dans notre Institut, les images sont par video, la transmission du son est par téléphone, le technicien fait cela facilement. La communication téléphonique avec un des centres est quelquefois rompue, on rebranche et on reprend.

La télé fait ça aussi, les gens téléphonent et on leur répond en direct.
Il faut trouver une solution simple. En mettant nos idées en commun on trouvera des solutions.

J'ai rencontré un ancien camarade qui publie le journal "Morpheus"  site Internet www.morpheus.fr  . Il a envoyé une série de questions très pertinentes à Governatori, qui va lui répondre. Très intéressé par Etienne dont j'ai parlé, je peux lui demander de rajouter à "l'entretien avec Governatori", une mention pour le site d'Etienne, qu'il pourrait peut-être mettre aussi comme lien sur son site.

Du côté des campus et des tracts, il va en falloir des millions.... là il faut carrément qu'on utilise un imprimeur !!!
Jusque là j'utilisais une boite spécialisée en repro qui est à côté de chez moi, mais pour les grosses quantités, c'est pas viable...hmm

Pour les T-shirt, on peut aussi faire sweet-shirt. C'est pas difficile de faire imprimer une image sur tissu. J'ai ça encore ... à côté de chez moi. C'est d'ailleurs pour ça que je vis ici, j'ai tout à côté de chez moi, depuis le RER direct pour Paris, que la forêt pour me promener....smile

Hors ligne

 

#25 08-06-2006 15:08:10

sam17
Membre
Message n°1227
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

À Guillaume :

je voulais simplement dire que je ne vois pas pourquoi il faudrait récupérer des symboles, des emblèmes, déjà existants et utilisés.
Je ne veux bien sûr pas dire que je ne veux pas de symbole. Juste pas en copier coller des qui ont déjà servi, ou qui servent, qui plus est un quelconque pouvoir déjà établi.

En l'occurrence, c'est le drapeau à douze étoiles jaunes sur fond bleu que je voudrais voir détruit, certainement pas le drapeau européen...
D'ailleurs, s'il faut lui chercher des noises par les arguments, le choix de 12 (ni plus ni moins) est ennuyant...

KENT, comme des milliards d'autre, ne fait pas partie des contributeurs de ce forum.
J'avais un peu compris le sens des paroles, et par "câlins", je voulais surtout dire que c'était peu explicite, très vague comme ode à l'humain.
Si vous saviez le nombre de chansons qui me bottent et que j'aimerais coller sur un étendard.
J'ai même décidé de supprimer l'avatar que j'avais pris, ici, tant j'ai trouvé nul d'en choisir un plutôt que mille autres.

Des tas de chanteurs, même le sarkozyste Patrick Bruel (qui a ses paroliers, autant dire qu'il n'a rien à créer) ont chanté des trucs pour nous dire que l'humain n'a pas de prix, qu'il peut tout mais, ...
Le bande-à-part Goldman a beaucoup donné dans le genre, et chanté "la liberté"... et un tas de groupies sont prêtes à s'enchaîner à lui. J'ai une bigote dans ma famille qui lui prête des messages chrétiens. Sa chanson avec l'armée rouge, avec ses références vaseuses et plutôt très à côté de la plaque (vu la tête des vainqueurs du moment) à la Fin de l'Histoire, elle y voit des paroles d'apocalypse (je veux dire, au sens chrétien, voire au sens des courants adventistes-évangéliques - bien sûr, elle en est)...

Sinon, je n'ai rien contre le contenu de ton message 1225 (j'irai voir à l'occasion le lien que tu indiques).

Hors ligne

 

#26 08-06-2006 23:37:59

alainguillou
Membre
Message n°1238
Lieu: Nantes
Date d'inscription: 19-02-2006
Messages: 432
Site web

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Ouf, je me sens mieux...J'espère qu'Etienne a bien dormi, et que ce soir il a le moral...

L'atmosphère...c'est important:

j'interviens sur ce forum tel que je suis, et sans pseudo...et Sam , si clairvoyant , a deviné que je suis un des méprisables élements de ce "peuple" qui est incapable d'écrire une Constitution, vu qu'il n'est pas ingénieur en tout...Capitaine au long cours, lieutenant de vaisseau dans "la royale", j'aime le paradoxe, et j'adhère en conséquence au "parti des fusillés" (pas des "fusillers marins"), car c'est "mon parti pris". Mon but était bien , il y a 43 ans, de "subvertir le PCF", avec d'autres jeunes petits bourges imbus de leur supériorité...Mais ce que j'y ai découvert pendant toutes ces années est une autre histoire, une histoire d'amour!

Je vous en prie, Sam, pour la bonne gouvernance de ce forum, déchirez devant nous votre fraiche carte du PS !

...Et essayons ensemble , vous, l'ingénieur, et moi "le peuple", d'inviter des matelots du bord à vider leur sac, et à écrire avec nous un nouveau règlement de bord!

Bien sûr, avoir lu Lévinas, c'est utile pour comprendre que notre démarche est tournée tragiquement vers "autrui"...Mais n'obligeons pas le peuple de gauche qui s'est fait insulter par le NOBS à fréquenter cette "mer des Sargasses"!

C'est moi qui n'ai plus le moral, ma femme me hurle que je suis un MACHO qui l'abandonne pour des hallucinés du net...Bonne nuit! Merci à ceux qui "se laissent aller" avec des chansons d'espoir...Merci Guillaume, ca vallait la peine, c'est extrêmement sympa!

Ah, au fait: donner une note à chacun des 52 principes énoncés par Etienne, voila qui est à ma portée, et il me semble que le peuple serait capable de le faire: pour moi c'est déjà "écrire une constitution".

Bien sûr, les relevants de Bourdieu seront déçus, mais je ne suis pas sûr que Bourdieu lui-même le serait ( déçu)...(capable de noter les 52 principes? ...imaginons!)sad

Dernière modification par alainguillou (08-06-2006 23:53:28)


... une « arme miraculeuse » (Aimé Césaire) pour la Résistance(...)contre ce qui endeuille l’être, souille, mutile, brise, l’élan de l’individu vers le « Champ des possibles »...(site de "poesie urgente")

Hors ligne

 

#27 09-06-2006 09:43:09

sam17
Membre
Message n°1241
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

À Alain :

"j'interviens sur ce forum tel que je suis, et sans pseudo...et Sam , si clairvoyant , a deviné que je suis un des méprisables éléments de ce "peuple" qui est incapable d'écrire une Constitution, vu qu'il n'est pas ingénieur en tout..."

Mes nom-prénom (Schweikert, Samuel - probablement ni juif (presque tous les frères et soeurs portons des prénoms bibliques) ni allemand - plutôt alsacien d'origine -, bien que mon père, orphelin, soit né en 1944...) et la ville où j'habite et travaille (Lyon) sont renseignés dans mon profil.
Et j'interviens ici comme je suis aussi. Je suis globalement très peu fort pour les mensonges, pour ne pas dire que j'ai la langue assez pendue. Donc dans la vie je suis casse-c..les aussi. Pour vous servir...

Concernant l'ingénierie :

- je ne snobe pas les ouvriers, c'est pire, j'en côtoie très peu (je bosse en bureau d'études) ;
  Par contre, je fréquente personnellement surtout des artistes, des gens de l'EN et divers "travailleurs sociaux" comme on dirait dans les milieux où on n'aime pas le social... Pas mal de jeunes coco, aussi, généralement des gens très intéressants. J'ai eu plus d'une fois le plaisir de taper la manche avec ma guitare et de joyeux lurons, et j'ai à mon compte au bas mot 15 000 bornes d'auto stop.

- je ne me sens aucune solidarité de classe avec les cadres : ce sont pour la grande majorité des illettrés, des prétentieux (comme moi), des impolis, qui laissent leur vague conscience sociale sur le paillasson avant de rentrer au bureau, qui manient un double langage que je ne me résoudrais jamais à supporter (j'ai observé qu'à partir de BAC+3, de plus en plus d'étudiants ingénieurs se mettent à causer comme au JT)...

Ai-je songé que les communistes étaient incapables d'écrire une constitution ?
Staline en avait fait écrire une... Blague à part, je crois que c'est une question d'être démocrate ou pas.
Et je n'ai jamais eu le sentiment que vous ne l'êtes pas, démocrate.

Ce qui m'intéresse, c'est que vous soyez résistant. Ce que vous dites de votre rapport avec un parti me plait.

"Je vous en prie, Sam, pour la bonne gouvernance de ce forum, déchirez devant nous votre fraiche carte du PS !"

Je ne pense pas avoir des dispositions très différentes avec le PS, sinon que moi, jeunot, je souhaiterai surtout contribuer à le débourgeoiser… Le PS et le PC, qui tous deux devraient chnger de nom depuis des lustres, n'ont pas les mêmes problèmes.

Etienne, tu ajouteras peut-être ce message au déménagement...

Hors ligne

 

#28 09-06-2006 14:38:12

alainguillou
Membre
Message n°1244
Lieu: Nantes
Date d'inscription: 19-02-2006
Messages: 432
Site web

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Merci d'avoir répondu, Sam...La provoc n'était pas à visée destructrice!

La place des partis dans une démarche "constituante" pose problème.

Cela concerne notre souci initial d'écarter "les hommes au pouvoir" de la fixation des règles du pouvoir.

Dans la mesure où ces partis sont porteurs d'une volonté de puissance politique, ils peuvent être les chevaux de troie du pire, dont aucun parti ne peut être "blanchi": chaque parti est le laboratoire du meilleur comme du pire.(vous me diriez "surtout s'il est Stalinien", je vous répondrais "vaccin"...).

Je crois que la vigilance des citoyens commence à se manifester à l'intérieur des partis eux-mêmes, car on assiste , après une "dépolitisation", à un regain d'intérêt, et aussi à une certaine "désobéissance de bon aloi" dans les rangs: pas pour détruire, mais parceque c'est la revendication oubliée qui s'exprime enfin:

Au cours de la campagne du NON, j'ai rencontré des gens qui ne m'auraient jamais serré la main avant, et qui furent peut-être de ces électeurs qui ont osé "l'infidélité à Jospin" le 29Mai...

Je ne leur demandais pas de divorcer de leurs "convictions", que je n'ai jamais envisagées sous le jour défaitiste des "illusions" ni des "certitudes à dépasser",  et je crois qu'il ont osé penser par eux-mêmes, dans la certitude de ne pas être récupérés par "un autre parti que le leur".

Je ne demande pas à un socialiste d'abandonner sa façon de voir, je lui expose la contradiction devant laquelle nous sommes tous convoqués , entre la pensée "en magasin" chez les uns et les autres, d'une part, et l'immensité des besoins de "pensée en marche" , laquelle pensée n'appartient à aucun parti, d'autre part.

Il y a une course de vitesse entre "l'opinion populaire" entrain de se libérer des tutelles, ce qui peut être dangereux, (on le sait), et "les prêt-à-porter" proposés par les partis, qui...(le sait-on?).

...Mais je pense indispensable la confrontation démocratique entre elles, car il s'y produit la rencontre entre la pratique et la théorie, nécessaire aux deux.

Il est important que "le peuple", dans ses rencontres informelles quotidiennes comme sur internet, en vienne à  exprimer "sa revendication constituante" avant que les partis soient entrain de leur "vendre un projet ficelé".

Bien sûr, aujourd'hui c'est qui "le peuple"? s'il sort d'un site internet un projet , l'essentiel me semble qu'il porte une "revendication inattendue" inattendue au moins par les tenants du néoconservatisme...(de mon point de vue).cool

Dernière modification par alainguillou (09-06-2006 15:22:47)


... une « arme miraculeuse » (Aimé Césaire) pour la Résistance(...)contre ce qui endeuille l’être, souille, mutile, brise, l’élan de l’individu vers le « Champ des possibles »...(site de "poesie urgente")

Hors ligne

 

#29 09-06-2006 22:15:13

mariefrance d'aboville
Membre
Message n°1245
Date d'inscription: 24-02-2006
Messages: 59

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Merci Guillaume, pour votre video super sympa. Bien sûr je connaissais la chanson, je la réécouterai pour le plaisir. smile

J'ai été chercher mon inspiration dans le parc au milieu des fleurs, on a un parc magnifique, très bien entretenu.

Voilà le résultat de ma cogitation : puisque Guillaume peut le faire, pourquoi Etienne n'enregistreriez-vous pas dans un joli cadre en plein air - j'ai une amie qui a fait cela au Canada au bord de la mer - par exemple un entretien avec un personne de votre choix. Vous dites qu'en une heure vous pouvez convaincre quelqu'un.

Il y aurait 3 usages possibles pour cette video :

1 - qu'elle soit disponible sur Internet comme Guillaume l'a fait avec sa chanson, accessible à tout le monde, il faut qu'on fasse de la pub pour votre site.

2 - l'imprimer en CDRom et DVD. C'est ce qu'a fait mon amie canadienne, uniquement avec des bénévoles.
C'est pas cher en prix de revient, et on les vend - au prix coûtant - sauf si on a besoin de sous pour autre chose, comme document pédagogique à tous ceux qui peuvent s'intéresser à ce problème de changement de société qui passe par une mobilisation massive des citoyens, qui, comme le dit Guillaume n'y connaissent rien.

Partout où il y a du public, je peux mettre un CDRom ou DVD dans mon ordinateur portable ; ça attire l'attention des gens, et ils peuvent acheter le CD s'ils ne peuvent pas le copier à partir d'Internet.

3 - Le confier, effectivement à des TV locales. Il y a aussi des radios locales qui peuvent le diffuser, sans l'image. L'image c'est simplement plus sympa.

Une fois que ça, c'est fait, on peut reproduire pour tous les entretiens que vous voudriez voir faire avec telle ou telle personnalité. Une fois que les gens ont compris l'intérêt, ils seront motivés à aller plus loin.

C'est comme ça qu'on va générer un mouvement de réflexion culturelle. Pour ma part, je serai très heureuse de disposer de votre enregistrement comme document pédagogique, au moins, c'est une base fiable !!!

Sam va être content, on fait "par nous-mêmes", ça lui donnera le temps de composer à tête reposée paroles et musique qui lui chantent... et qui NOUS représentent. big_smile

Hors ligne

 

#30 12-06-2006 00:09:20

Étienne
Message n°1248
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Bonsoir mes amis,

J'ai mis sur ma page 'Liens' (menu 'Documents' ci-dessus, mis à jour quasiment tous les jours) un enregistrement sonore de 20 minutes (c'est un début smile)

Je serai peu présent les prochains jours car on m'envoie au loin faire passer des oraux tous les jours.

Merci pour tout hmm

L'adresse de l'enregistrement si vous ne trouvez pas dans les Liens wink :
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/m … ai2006.mp3

Hors ligne

 

#31 17-06-2006 04:23:24

mariefrance d'aboville
Membre
Message n°1290
Date d'inscription: 24-02-2006
Messages: 59

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Je ne partage pas les sensations de Guillaume après avoir entendu l'entretien avec Etienne. neutral

Je ne l'ai entendu qu'après son commentaire : avant, j'avais reçu l'avis que "le fichier ne pouvait pas être transféré" mad. Je me suis creusé la tête pour comprendre Pourquoi pcq je suis nulle en informatique. Un autre essai a été fructueux hier smile. Et je me suis demandée d'où Guillaume tirait ses conclusions.

Personnellement j'ai trouvé la voix agréable, et déjà c'est un premier point. Je suis très sensible à ce qui passe par la voix, qui est parfois contradictoire avec les paroles prononcées. Là, tout était homogène, simple, tranquille, et, si je n'avais déjà connu la personne, cela aurait été un premier pas dans la confiance. smilesmile

La nuit des temps ne m'a pas fait bondir wink. Et je n'ai pas cherché à prendre de notes tongue. J'en ai d'ailleurs très peu pris pendant les cours de politique, pcq j'avais besoin d'être entièrement disponible à "l'écoute" et ce qu'elle sollicitait en moi à des niveaux très profonds. J'écoute comme cela depuis 1971, càd que ça ne date pas d'hier. A l'époque, il n'y avait pas ces moyens sophistiqués d'enregistrement qui permettent de réécouter plusieurs fois, et donc d'assimiler postérieurement de nouvelles données du "contenu". Il n'y avait donc que "l'instant" et la personne.

Que reste-t-il après l'entretien avec Etienne ? La sérénité. Il avance droit son chemin, dit ce qu'il fait et pourquoi il le fait, sans emphase, sans prétention. smilesmilesmile

Personnellement si je m'engage, ce n'est pas pour après ma mort, c'est pcq il y a urgence. Pcq si je mourais demain, je me dirais que j'ai fait ce que j'ai pu pour ne pas laisser ceux qui me succèdent dans la m...
Et croyez-moi, il y a eu une époque ou j'étais tellement dégoûtée que je n'aspirais qu'à une chose, un accident qui me fasse disparaître.... en laissant tout le monde dans la m... lol Et j'ai pris des risques considérables, d'autant plus que je n'avais plus rien à perdre. Le ciel n'a pas voulu de moi, ma famille en a conclu que j'avais encore des choses à faire ici. Donc je les fais, avec vous.

Je persiste dans l'idée de qq CDRom ou DVD qui feraient passer un message "de motivation" pour ceux qui veulent mais doutent encore des possibilités. Chacun est responsable de sa démarche personnelle d'approfondissement à laquelle on ne peut pas se substituer, mais savoir qu'on se situe dans un faisceau déjà animé d'une "puissance" peut entrainer dans le sens de la marche plutôt que de rester dans l'inertie.

Seconde année consécutive où je ne prendrai pas de vacances pcq les enjeux sont trop importants. Besoin d'être centrée, de mettre toutes les chances du bon côté. Pendant que la masse roupille béatement, les ceusses qui ont des contre-projets profitent hardiment du manque d'attention pour déplacer leurs pions yikes. Il y a des champions pour cela, qui font passer leurs lois en douce pendant qu'il n'y a personne pour s'opposer. C'est comme cela qu'est passée la "loi" aberrante qui agite actuellement le monde des psys, et que le ministère s'entête à vouloir prolonger de "décrets d'application" qui sollicitent très activement certaines catégories qui veulent s'emparer du pouvoir à leur profit. Les figures se dessinent...

Résultat des courses dans quelques mois.

Hors ligne

 

#32 17-06-2006 10:24:15

Étienne
Message n°1291
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Merci Guillaume pour cette analyse critique, je vais y répondre aussi brièvement que possible (une page ?) hmm

Tu me demandes : « Qu'est-ce qu'il en reste après audition : t'es-tu jamais demandé ce qu'il reste de ton discours après audition ? Si, certainement ! Puisque ton métier, c'est prof, tu dois donc t'être posé la question.
As-tu imaginé ce que laisse dans les esprits un cours sur lequel on ne revient pas ? sur lequel on ne fait aucun exercice ? »

Guillaume, il faut ARRÊTER de me lire comme un prof qui ferait un cours à des élèves. Tu parles sans arrêt d’"apprenants" qu’il faudrait conditionner pour les convaincre : nous ne sommes pas, toi et moi, dans le même registre de pensée, nous ne parlons pas (encore) la même langue : je ne suis supérieur à personne et je ne fais pas un cours. Nous sommes dans un échange égal où chacun peut apporter des idées essentielles. S’il te plaît, arrête ce mauvais procès qui pollue profondément notre échange. Oublie que je suis prof et n'essaie pas de voir en moi un chef. Merci de me comprendre, là.

D’autre part, je dois vivre trois ou quatre vies en une et je sais bien que ça me rend négligent, par force, sur bien des points, mais il faut comprendre et intégrer une fois pour toutes que je manque de temps sur tout et que je fais ce que je peux : donc, par exemple, je n’ai pas relu cette interview en en faisant l’exégèse minutieuse pour pronostiquer ce qui va en rester, pardonne-moi, cela n’est simplement pas possible.

Quant aux "exercices" et aux "retours" après le "cours", qui te manquent et que tu regrettes, ce forum est bien un exercice parmi d’autres pour approfondir et débattre, un point après l’autre, tout ce qui t'intéresse, n’est-ce pas ?

Enfin, pendant cette émission, je n’ai évidemment pas tout dit, ni tout démontré, ni tout étayé :

1) parce que l’émission ne dure que 20 minutes alors que j’ai de quoi débattre pendant des jours et des jours sur des sujets dont personne ne parle jamais à la radio (et, donc, où beaucoup de gens "débarquent", presque sans aucune habitude de pensée ou repère préalable),

2) que je ne suis pas un professionnel rompu à l’échange avec des journalistes : le mode de "l’exposé oral improvisé et parfois interrompu" incite à perdre le fil de sa pensée. Dans ce contexte, ce n'est pas si simple de ne rien oublier.

Mais, ce que je dis à propos de l'irresponsabilité des acteurs (en France et en Europe) et qui te fait dire que j'exagère, je le démontre par écrit, et longuement, et face à une virulente (mais finalement fragile) contradiction : relis mon texte « Une mauvaise Constitution…", ainsi que l’échange avec Bastien François, et tu verras, preuves irréfutables à l’appui (irréfutées à ce jour en tout cas), que ce n’est pas moi qui exagère, ce sont tes soi-disant "représentants" et leur Union européenne en "déficit démocratique" chronique.

Mais là, je ne peux que t’inviter à me suivre, article après article (et à l'écrit, je cite précisément toutes mes références, tous les auteurs, tous les textes, car cette forme-là me donne la possibilité de le faire), dans mes documents. Ne pas demander à la radio ce qu'elle ne peut pas donner.

Enfin, pour ce qui est de l’importance de croire en l’avenir, j’ai l’impression que nous ne parlons pas du même avenir : tu parles de l’infini, assez théorique à mon goût, où nous serons tous morts et face auquel tout est effectivement vain, alors que je parle de demain (où j’ai l’intention, pour ma part, d’être encore un peu vivant wink).

Or je prétends, et c’est un peu fanfaron, je le reconnais, que nous pouvons construire demain en cessant de nous en remettre aveuglément à des représentants qui ont comme principale caractéristique, "depuis toujours" (je ne sais plus comment dire, sans te contrarier, pour évoquer une période qui remonte aux débuts de l’antiquité grecque, et même aux sociétés primitives), presque consubstantiellement, de s’affranchir des contrôles et tendre à ne représenter qu’eux-mêmes au mépris, finalement, de l’intérêt général.

Bon, je m’étais donné une limite d’une page, donc j’arrête hmm

Hors ligne

 

#33 17-06-2006 13:49:12

sam17
Membre
Message n°1295
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

La voix du père Chouard - 1

Après audition de l'interview d'Étienne sur Radio France Bleu, le 29 mai 2006 :

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/m … ai2006.mp3

À Étienne :

Pourrais-tu ajouter le lien (que je viens de copier ici) dans ton message n°1248 ?
J'ai passé au moins 42-43 secondes (comment ça, tu as 50 ans ? ...) à le chercher dans les "documents", dont la liste s'est déjà nettement allongée depuis. J'imagine que d'ici quelques semaines, il sera très dur de le trouver.

À qui / quoi doit-on le choix du terme "père" dans "l’interview du père Chouard pour l’anniversaire du 29 mai" ? ...

Ton interview est excellente, merci aux journalistes de t'avoir ménagé 20 minutes, ce qui est déjà énorme dans le contexte présent, et pour leur comportement tout à fait digne (à ce sujet, voir ma réponse à Guillaume, ci-après).

Je n'y ai rien appris de neuf sur le fond, et je pense que tu as surtout très bien réussi à donner les grandes lignes de ta démarche, pour t'adresser à un auditeur qui n'en connaîtrait rien. Quand à la sentence (projetée sur le "stéphanéophyte" (*)) que fait Guillaume, "Étienne exagère", je répondrais à Guillaume.
Le mythe de la caverne n'a pas fini de trouver ses échos. Je songe à Chomsky, et je me dit que oui, 20 minutes, c'est bien...

(*) J’emprunte le terme au nom des habitants de la ville de Saint-Étienne...

J'ai un aveu et un énorme compliment à te faire : je te prends moi aussi pour un "prof". Ce n'est pas que cela s'impose à moi, même si tu fais sans doute les frais d'une déformation professionnelle... (Grand Ford merci, tu n'es pas ingénieur) mais parce que ça répond à la notion que je me fais moi-même, librement, du "ce monsieur force (suscite) le respect".
J'ai donné dernièrement ma définition de l'autorité : la faculté de donner du sens. Il est bien évident que je n'accorde pas le label "bon prof" à qui manque d'autorité. Le deuxième élément essentiel pour ce label tient à la capacité à "enseigner la liberté" (à susciter l'esprit critique face au champ de connaissances que l'on enseigne).
Dernier point, mais cela ne dépend sans doute ni de toi ni de moi : ton timbre de voix, sans parler d'autres qualités d'orateurs, est très agréable. C'est une chance, pour un prof (c'est drôle, on dirait que ton spectre n'appartient pas à la grille de signatures sonores du monde de la politique professionnelle...)

Allez, j’arrête, je mais me faire mettre à la porte de la classe… (j’ai bien connu ça, et souvent avec des bons profs).

Irrévérencieusement...

Dernière modification par sam17 (17-06-2006 13:51:42)

Hors ligne

 

#34 17-06-2006 16:24:48

sam17
Membre
Message n°1298
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

La voix du père Chouard - 2

À Guillaume:

Votre réponse (n°1253) est très intéressante, par la richesse des éléments d’interrogation que vous apportez. Ce qui me fascine, c’est qu’il y ait tout à la fois, entre nous, une telle convergence sur la manière de développer la problématique, et une telle divergence sur les réponses.

Je pense que vous y faites assez largement allusion, notamment dans votre 1/, au mythe de la caverne.

* L’exagération

Savez-vous – chose que l’on ignore souvent – qu’à la fin le "gêneur" du mythe de la caverne se fait tuer par ses semblables-ombres ?
Je crois sincèrement que la démocratie a déjà bien vécu, c’est à dire que la parabole de la caverne y est effectivement devenue un mythe : sa morale y est largement connue de tous.
Et au delà des fléaux de "l’âge de pierre" qui se sont greffés sur notre "démocratie réelle", parmi lesquels les vecteurs de propagande, qui surpassent de loin en ingéniosité ceux des tyrannies, ne sont pas des moindres, il y a un point très positif : M. Mme Lambda ont pris l’habitude, confrontés à la "pensée unique", de songer sérieusement qu’on les prend pour des imbéciles.
Il suffit de discuter avec des gens de tous niveau d’éducation politique, en les considérant comme des égaux – il y certain avantage, sur ce point à n’être pas engagé dans un parti – pour s’en rendre compte.
Dans son excellent Le monde d’hier, S. Sweig vous explique très bien comment la 1ère guerre mondiale a marqué la fin de la confiance des citoyen en les hommes politiques. Parce la provocation de cette guerre, loin de répondre à une idée populaire d’opposition entre nations, a été orchestrée de bout en bout par l’impuissance politique, par le laisser faire des politiciens face au pouvoir de plus en plus grand des industriels de l’armement. En un mot, ce fut la fin de l’autorité dans le domaine politique, une sorte de mort du politique (H. Arendt situe cette date au début du siècle dernier) qui annonçait le début d’une ère où allaient régner les idéologies, et leur applications : les totalitarismes.

Or, ce sentiment de M. Mme Lambda d’être pris pour des ânes par un orateur jouissant d’une renommée déjà avérée, je crois justement qu’il ne se produit pas lorsqu’ils lisent du Chomsky, par exemple. Quand vous lisez ou écoutez Étienne (et pas mal d’autres) c’est un peu pareil. Ce qui est singulier n’est pas qu’ils ne vous donnent pas le sentiment de vous prendre pour un crétin, mais que cela s’observe alors même que l’orateur a une célébrité certaine, un pouvoir médiatique.
Pensez-vous qu’un citoyen Lambda, pas même un qui soit très intéressé par la politique, ait l’impression que l’interviewé se moque de lui ? Alors que cette impression, il l’a tous les jours en écoutant les politiciens, ou les politologues de révérence.
En fait, lorsque vous écrivez "[autrui, ce bêta, va penser :] Étienne exagère", vous diagnostiquez ce phénomène assez rare au présent chez un individu "public" qu’est l’autorité… Et si votre projection sur Lambda, le pas éclairé, celui qui bouffe la propagande, est largement fausse, c’est parce que vous situez l’époque présente, sa culture politique, comme si nous étions au XIXe siècle.
C’est pardonnable : la grande majorité de nos politiques et des politologues de révérence font exactement la même chose. Ce qui serait une erreur stratégique si cela n’était pas justement un élément essentiel du maintien de la domination idéologique... En d’autre termes, la plupart de ces individus étant plus cultivés qu’il y paraît, adoptent ce parti – celui de prendre les citoyens pour des cons - tout à fait consciemment, délibérément. Mais concernant le citoyen Guillaume, qui n’a pas, que je sache, de poste politique à garder où à convoiter, c’est sans doute une simple erreur, qui s’explique peut-être par trop d’immersion dans les effluves de la presse à caca, ou pas assez de confiance en sa propre faculté critique (nul besoin de vous ranger derrière l’aura d’Étienne, ni d’expliciter vote "confiance" en lui, je pense qu’il est dans l’esprit de ce forum d’agir comme êtres libres). Voilà. Ne voyez dans mon propos rien qui ne se veuille pas constructif. J’ai la manie de vouloir faire avancer ceux avec qui je tiens à bâtir. Et la flatterie hypocrite, ou même le silence (sage), ne sont pas mon genre.

Si je rappelle de plus que ledit Lambda s’est donné la peine d’écouter une émission politique à la radio, et pas Duhamel, El-Kabach ou Okrent, je pense que même le profil type de celui sur qui porte votre projection est caricatural.

Il y a enfin une autre erreur – consciente ou non – qui consiste à faire l’amalgame entre le rapport gouvernant-citoyen, d’une part, et le rapport parent-enfant, d’autre part. Hannah Arendt (La crise de l’éducation – La crise de la culture) a très bien résumé la différence, en écrivant que c’est l’éducation (des enfants) qui doit être conservatrice, pas la société (des adultes). En d’autres termes, et pour ce qui nous concerne, il s’agit de dire qu’alors que l’autorité d’un parent se perd lorsque celui-ci passe son temps à critiquer ouvertement, devant son enfant, la société dans laquelle il l’a fait naître, pour un adulte, l’autorité ne vient pas du maniement du dogme, mais de la capacité réelle à donner du sens, sans se refuser à affronter la réalité. C’est ainsi que s’incarne l’autorité dans la sphère publique (à laquelle les enfants ne doivent justement pas être livrés).

En somme, l'ami Étienne a plus d'autorité qu'Alain Duhamel... c'est un peu surprenant. Surtout parce qu'on ne leur donne pas le même temps de parole. Non, on ne s'y fait pas, jamais... Tout le temps, ça nous force à nous poser la question. Ce qui est très sain...

(À suivre).

Dernière modification par sam17 (17-06-2006 16:49:15)

Hors ligne

 

#35 17-06-2006 16:30:33

sam17
Membre
Message n°1299
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

La voix du père Chouard - 3

À Guillaume (suite) :

Défier les idées reçues en un temps limité

Les gens de la caverne prennent le "gêneur" pour un fou : il titube, et après avoir été aveuglé par la lumière du jour, il l’est à nouveau par l’obscurité de la caverne.

Je n’oublierai jamais ce pourquoi j’ai éprouvé une confiance instinctive dans la démarche d’Étienne. Dans son envoi, avant le 29 mai 2005, il a plusieurs fois écrit des choses que jamais un communicateur professionnel n’aurait écrites. "Je n’en dors plus la nuit / j’y passe tout mon temps" ; "n’est ce pas le rôle des professeurs que de…" (en conclusion de ses chapitres).
Plusieurs de mes amis ont relevé ces "bourdes" de communication, en disant qu’elles dénotaient l’œuvre d’un amateur. Je ne contredis pas, mais ce fut précisément, pour moi, un gage de confiance.
C’est drôle, mais je n’avais pas du tout en tête, à l’époque, ce leitmotiv "ce n’est pas aux hommes du pouvoir d’écrire les règles du pouvoir".

J’ai retrouvé, dans l’interview, quelques saines "bourdes" de ce genre. Je pense notamment au moment, juste après la pub (…) [16,30’’ – 17,10’’] où Étienne hausse assez brusquement le ton et que son ton se fait peu "professionnel" ("c’est incroyable de ne même pas leur avoir posé la question…" puis "c’est pas à eux de faire ça … c’est à nous… Vraiment.")
Au passage, Étienne emploie une autre "petite phrase mémo" que celle que vous relevez : « vous épouseriez une femme dont c’est le père qui a dit "oui" ? », au sujet du fait que nous avons eu un référendum, contrairement à la plupart des autres pays. (Contrairement à l’autre petite phrase, je ne suis pas sûr que l’idée soit d’Étienne. En tous cas, moi j’ai beaucoup apprécié le ton, comme la teneur du propos. L’inflexion de voix, et même le fait de sortir un peu – poliment - de ses gons, c’est important je trouve.)

En tous cas, le propos n’était pas bredouillant. Le discours passe très bien, je trouve. Il est clair, concis, infléchi sur certains passages, …

Sur le fond, rien de ce que dit Étienne dans son interview (1) n’apporte d’information nouvelle par rapport à son projet, par rapport à ce qu’on peut rapidement lire sur son site. Le contenu de son interview est à l’évidence conçu pour toucher qui ne le connaît pas. Pour aller à l’essentiel. C’est à dire – étant donné ledit projet – susciter habilement par quelques points de réflexion ce qu’un simple "Mais ouvrez les yeux le ciel est rouge", lancé à la va vite, sans doute par simple manque de temps de parole, ne permettrait pas de produire.
Chomsky a insisté sur une idée : quand, dans un débat médiatique, vous posez un argument qui va contre la propagande, le problème essentiel est le temps de parole. Parce qu’on ne peut pas et aller contre les idées reçues, et en plus étayer son propos au minimum (pour le reste, les citoyens sont généralement intelligents, sinon éclairés).
Voyez-vous, 20 minutes c’est beaucoup. Et Étienne bénéficie d’évidentes qualités d’orateur (de prof), ce qui compte beaucoup.

Remarque sur le comportement des journalistes.
Vous écrivez : "C’est comme si un locataire vendait l'appartement". Dans l'interview, on se rend compte que cette phrase fait "pouffer" de rire les journalistes qui t'interrogent.
Je tiens à contredire votre remarque : le rire des deux journalistes n’a rien de méprisant. Il salue au contraire le fait que le parallèle est frappant. Je conviens que le rire (ou autres interventions de ce genre ; les mimiques, à la TV) des journalistes, sur les plateaux, n’ont pas souvent cette fonction.

(1) Sinon un vague oui à la question de savoir s’il a la cinquantaine – je croyais qu’il en avait 42 l’an passé, au moment de l’envoi de son fameux email – sûr qu’à 3h / nuit, on doit vieillir un peu plus vite que la normale…)

Hors ligne

 

#36 17-06-2006 16:53:39

sam17
Membre
Message n°1300
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

La voix du père Chouard - 4

À Guillaume (suite et fin) :

Penser à l’avenir en contribuant à sa construction

Sur la remarque - essentielle - d’Étienne, qui consiste à dire que c’est en faisant soi-même l’expérience de l’écriture de bouts de constitution que l’on mesure la puissance de cet outil.

L'auto-congratulation n'a pas grand chose d'important : c'est bien de la prise de conscience de son propre esprit critique, dont il s'agit. Pas nécessairement celle de son propre génie... parce qu'il s’agit bel et bien d’une épreuve de réalité… (je sais, vous n’admettez pas l’idée qu’on peut juger de la qualité d’une constitution indépendamment de son expérimentation réelle par la société). L'idée, je crois, est de dire que pour tous, cette expérience est un formidable moyen de s’élever – Étienne le conseille à tous - ; moi qui en a un peu fait l’expérience, je n’ai pas attendu qu’on me fasse la remarque pour me le dire. C’est, je crois, une expérience dans laquelle se mêlent la liberté et l’autorité : l’apprentissage et le goût de la première, et le rapport à la seconde, la critique spontanée que l’on fait des puissants : celle du sens qu’ils donnent à leur action, celle de leur discours, face à l’idée que l’on apprend peu à peu à se faire du sens de l’action politique.

Savez-vous que le mythe de l’enfer et du paradis est une invention de Platon ? Inutile de s’étendre sur la fonction politique de celui-ci, je pense.

Vous parlez de notre « "problème" psychanalytique avec la mort » - encore une note passionante. Vous évoquez la question du "croire en l’avenir en contribuant à sa construction"
Vous écrivez "Puisque dans cet avenir, NOUS... n'existerons plus, NOUS SERONS MORTS !!! Alors quelle importance ? Il y a dans cette locution "croire en l'avenir" un mysticisme ou une spiritualité qui s'ignore, mais que nous, humains, trouvons "important" (c'est comme ça) car c'est une manière de nous projeter au-delà de NOUS-MÊME et de nos petites personnes."

Déjà, j’ai un enfant. Voilà un évènement qui a changé mon rapport à la politique. Non pas que j’en fais moins, mais sans rogner sur les heures que je lui consacre, et sans lui faire partager mes angoisses et critiques (elle a 5 ans à peine), j’ai décrété que le nihilisme, je n’y ai plus droit.

Mais si j’ai parlé du mythe de l’enfer et du paradis, c’est pour une raison bien précise. Le fait que l’ "autorité" de la religion se soit nettement perdu dans nos sociétés occidentales (et plus encore en France – où nous comptons le plus grand pourcentage d’athées et d’agnostiques au monde) ne change pas la réalité qui a conduit Platon à vouloir diffuser ce mythe : la recherche de la vérité est un sacerdoce que ne peuvent se permettre qu’une minorité de gens. Parce que les gens croulent sous les obligations matérielles, le travail comptant pour beaucoup ; Marx et sa "boulangère" (assez qualifiée pour se charger de politique) ne disait pas autre chose, si l’on considère qu’il songeait à l’idéal d’après demain, par opposition à la réalité du temps présent.

Demandez-vous donc ce qui pourrait (peut) remplacer ce mythe, en assurer la fonction sociétale positive, sans lui associer tous ses aspects néfastes.
Je sais bien une chose, pour avoir été croyant longtemps, et être devenu athée : l’idée reçue "si Dieu n’était pas là, alors tout serait permis" est un pur contresens (comme l’écrit Michel Onfray - Traité d'athéologie) : c'est bien parce qu'on a inventé Dieu que l'on peut à ce point mépriser la vie, et justifier le pouvoir établi. Quand j’étais croyant, j’adoptais tout à fait cette idée. (J’avais précisément la religion de G.W. Bush… et je vous affirme qu’elle répand la persuasion que les choses de ce monde n’ont aucune importance, et que tous les autre, qui ne sont pas "born again", sont "dans le monde", pervertis et condamnés). Quand je suis devenu athée, non seulement je me suis rendu compte que la bonté n’est pas du tout l’apanage du croyant… mais c’est alors seulement que j’ai commencer à me cultiver et à m’investir dans la réflexion sur les affaires publiques.
Alors il m’arrive de réfléchir à cette question : qu’est-ce qui pourrait remplacer ce mythe du paradis et de l’enfer, à supposer que l’ignorance continue d’être si répandue, et la vérité (sa recherche) si peu "vendeuse" ?

Or qu’est-ce que l’idée de la vie éternelle, outre le déni de notre « "problème" psychanalytique avec la mort » ? Ce déni relève de la psychologie de l’individu, je parle ici de la sphère publique, de la fonction sociale que remplit l’entretien de ce mythe.

Ma réponse est que les gens vivent dans la mémoire des générations futures. Celui qui dans le domaine public a fait quelque chose de grand, comme celui qui a mal agi, vit d’autant plus longtemps dans la mémoire des humains, affublé de gloire ou de mépris. En un sens, c’est ça et ça ne saurait être que ça, la vie éternelle.

Du temps de Platon, comme du temps de la naissance de la religion catholique et de son établissement dans le domaine politique, il se trouve que l’Histoire n’existait pas. Du moins pas dans le domaine public. On contait les légendes des héros guerriers, mais le traitement "scientifique" de l’Histoire n’est apparu qu’à l’ère moderne. Et si la pensée de certains survivait, cette pensée n’a pas d’âge, elle peut vivre en dehors de la mémoire de l’individu qui l’a produite.

Les accidents de l’Histoire font que cette règle de la survie des gens – de leur action et de leur production intellectuelle - dans la mémoire des autres est toute théorique. Et bien je dirais que croire en l’avenir, en la démocratie, et s’employer à contribuer à ce que cet avenir soit meilleur, c’est s’appliquer à ce que cette règle théorique se vérifie le plus possible.

Je suis même assez convaincu que la démocratie.2 ou .3 … aura besoin de revoir notamment une chose essentielle : sa manière de gérer publiquement (par l’éducation, par la culture) le "culte rationaliste" des ancêtres (non pas l’entretien de dogmes, mais la critique post mortem, positive ou négative, de ceux qui ont vécu). De même, au niveau de la sphère privée, la société contemporaine à un problème évident avec le respect des anciens. Mais cela n’est pas sans rapport avec la mort de l’autorité, et l’envahissement de la sphère privée des enfants par le déluge critique et les horreurs de la sphère publique.

Dernière modification par sam17 (17-06-2006 17:26:36)

Hors ligne

 

#37 17-06-2006 17:15:28

sam17
Membre
Message n°1302
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Mille excuses à Étienne et à tous : j'ai hésité à envoyer ce très long message à Guillaume seulement, par email, afin de ne pas noircir ce volet...

Peut-être qu'il ne relève pas forcément du sujet de ce volet de commenter l'interview d'Étienne.
J'ai songé que si. Et puis, je tenais à répondre au message intéressant de Guillaume.

Hors ligne

 

#38 17-06-2006 23:59:41

Candide
Membre
Message n°1309
Date d'inscription: 17-03-2006
Messages: 244

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Le rôle d'Étienne en tant qu'"Auteur/Autorité"

Bonsoir à tous,

Je n'ai pas eu le temps d'y participer récemment, mais je continue à suivre les débats avec beaucoup d'intérêt et la plus grande assiduité (acidité wink) possible...

J'ai également beaucoup apprécié la prestation radiophonique d'Étienne. Très "soft", elle constitue une bonne introduction pour les néophytes...

Suite à la lecture du message n° 1298 de Sam (que je salue au passage), le littéraire que je suis à trouvé ce lien, très intéressant...


http://www.fabula.org/compagnon/auteur4.php

Bon dimanche à tous...

Bien amicalement.

Candide

Dernière modification par Candide (19-06-2006 00:44:10)


Si une nation espère pouvoir rester à la fois ignorante et libre, elle espère ce qui n'a jamais été possible et ne le sera jamais.
(Thomas Jefferson)

Hors ligne

 

#39 18-06-2006 15:05:37

Candide
Membre
Message n°1312
Date d'inscription: 17-03-2006
Messages: 244

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Menaces sur "Là-bas si j'y suis"

Cette émission chère à Étienne (entre autres) risque fort d'être quasiment muselée en septembre...

http://www.la-bas.org/petition/index.php?petition=5

http://www.acrimed.org/article2389.html

Réagissons !

Dernière modification par Candide (18-06-2006 15:09:14)


Si une nation espère pouvoir rester à la fois ignorante et libre, elle espère ce qui n'a jamais été possible et ne le sera jamais.
(Thomas Jefferson)

Hors ligne

 

#40 19-06-2006 09:04:36

mariefrance d'aboville
Membre
Message n°1324
Date d'inscription: 24-02-2006
Messages: 59

Re: 3 Extension des moyens de la résistance

Merci infiniment à Sam, Guillaume, Etienne et Candide pour leurs commentaires autour de l'interview d'Etienne. smilesmile

Après un pareil début, il faut cibler les thèmes qui peuvent aller au coeur de nos concitoyens.
Daniel Mermet privé d'émission ? C'est assez symptômatique...
On en revient à cela : créer nos propres medias d'information, pour lutter contre la désinformation de plus en plus criante.

Etienne, ne culpabilisez pas sur ce que vous n'avez pas le temps de faire. Je suis admirative de ce que vous réussissez à faire. Restez à l'essentiel. Il n'y a pas de temps à perdre sur ce qui est de moindre importance.
Accepter et faire respecter ses limites. Guillaume avait bien vu cela dans son texte de 2005.

Chaleureusement à tous.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr