Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#801 06-01-2011 10:53:28

AJH
Membre
Message n°10011
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Oui Sandy, je crois que tu te trompes

L'époque ou le franc était librement "négociable" sur les marchés n'est pas si loin, et je n'ai pas le souvenir que c'était la catastrophe économique à cette époque (en tous cas, moins que maintenant).

Il est probable que la position d'équilibre du franc, si nous quittions seuls l'euro (mais je préfère néanmoins  un euro "modifié" dans le sens d'un euro "monnaie commune" mais qui ne doit pas nécessairement réunir tous les pays de la zone euro actuelle) serait de l'ordre de 0,9 FF pour 1 € donc une dévaluation FF-Euro de 10% (l'idéal étant aussi 1FF = 1 USD)

Il ne faut pas oublier que les seuls appels aux marchés de devises (monnaies de réserves : dollars, euro, yen, francs suisses) dont nous avons réellement besoin sont en fait limités à environ 50 Md€ par an (solde des balances : http://postjorion.wordpress.com/2010/07 … la-france/ ) et que ca s'arrangera en réindustrialisant et en "protégeant" par quelques droits de douane ou TVAS. Nous pouvons très bien "monétiser"  toute la monnaie dont nous avons besoin "en interne", et les débiteurs de la dette publique (qui sont des "privés", pas des Banques Centrale ni des commerçants avec qui nous aurions à faire pour les importations) négocieront...

Mais dans la réalité de ce qui va advenir, je ne pense pas que nous ayons besoin de quitter seul l'euro: il aura explosé avant...


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#802 07-01-2011 12:56:05

Sandy
Membre
Message n°10016
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

AJH vous n'avez pas très bien compris mes propos je pense.

Je ne dis pas que le retour au franc conduirait à une catastrophe économique en soi.

Je me place dans le cas où un gouvernement révolutionnaire accèderait au pouvoir. J'entends par là un gouvernement qui menaçerait vraiment les intérêts et les pouvoirs de l'oligarchie dominante.

Et vous conviendrez avec moi que nous n'avons jamais été dans un tel contexte jusqu'à présent.

Je dis qu'en cas de retour au franc, objectivement, nous permettons à cette oligarchie financière, d'utiliser notre monnaie pour nous mettre à genou financièrement tandis que rester dans l'euro nous protège contre une telle attaque.

Et je pense que si c'est un gouvernement révolutionnaire qui accède au pouvoir, il est probable que c'est ce qu'ils feront, parce qu'il est certain qu'ils ne se laisseront pas faire.

Hors ligne

 

#803 07-01-2011 13:24:38

Zolko
Membre
Message n°10017
Date d'inscription: 17-07-2008
Messages: 545
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Sandy a écrit:

Bonjour, je crains que pour un gouvernement révolutionnaire il ne soit pas prioritaire de sortir de l'euro.

Il me semble, mais je l'ai dit plein de fois, que c'est du système monétaire actuel qu'il faut sortir, pas de l'€uro. Les anglais avec leur £ ou les ricains avec leur $ ne sont pas mieux lotis. Sortir de l'€uro ne simplifie en rien la sortie du système monétaire. Arrêtez de bassiner avec "la loi du 3 janvier 1973 vs article 123 du traité de Lisbonne". La Banque d'Angleterre - pas dans l'€uro mais dans l'UE donc soumis au même traité - ne se gêne pas pour acheter la dette de l'Etat en faillite qui sauve son système financier.

Quant au gouvernement révolutionnaire, je ne vois que Marine LePen qui dise des choses valides, mais attendez-vous à des remous.

La Hongrie et son gouvernement - pas dans l'€uro mais dans l'UE - envoient bouler le FMI, taxent les banques et nationalisent les fonds de pension. C'est la volonté politique qui est en question, pas les détails des textes.

Hors ligne

 

#804 07-01-2011 16:15:41

AJH
Membre
Message n°10018
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Zolko a écrit:

Sandy a écrit:

Bonjour, je crains que pour un gouvernement révolutionnaire il ne soit pas prioritaire de sortir de l'euro.

Il me semble, mais je l'ai dit plein de fois, que c'est du système monétaire actuel qu'il faut sortir, pas de l'€uro. Les anglais avec leur £ ou les ricains avec leur $ ne sont pas mieux lotis. Sortir de l'€uro ne simplifie en rien la sortie du système monétaire. Arrêtez de bassiner avec "la loi du 3 janvier 1973 vs article 123 du traité de Lisbonne". La Banque d'Angleterre - pas dans l'€uro mais dans l'UE donc soumis au même traité - ne se gêne pas pour acheter la dette de l'Etat en faillite qui sauve son système financier.

Quant au gouvernement révolutionnaire, je ne vois que Marine LePen qui dise des choses valides, mais attendez-vous à des remous.

La Hongrie et son gouvernement - pas dans l'€uro mais dans l'UE - envoient bouler le FMI, taxent les banques et nationalisent les fonds de pension. C'est la volonté politique qui est en question, pas les détails des textes.

Zolko
Je vous ai répondu sur "postjorion"
On a signé le Traité de Maastricht et de Lisbonne sans demander de dérogation (comme l'UK)
Comment on fait maintenant pour dire: l'article 123 ne s'applique pas à nous, et bien que nous soyons dans la zone euro "?

Mais ceci dit, un gouvernement vraiment de gauche aurait je pense des choses à faire sans pour autant quitter l'U.E.
Mais il faut quitter la zone euro SI on n'arrive pas à la transformer


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#805 07-01-2011 16:40:06

Zolko
Membre
Message n°10019
Date d'inscription: 17-07-2008
Messages: 545
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

AJH a écrit:

On a signé le Traité de Maastricht et de Lisbonne sans demander de dérogation (comme l'UK)
Comment on fait maintenant pour dire: l'article 123 ne s'applique pas à nous, et bien que nous soyons dans la zone euro "?

Bonne question, merci de l'avoir posé. Je ne sais pas si, techniquement, la Banque de France peut acheter la dette de l'Etat français avec de l'argent créée (= monétisation de la dette). Il me semble que seule la BCE a cette possibilité.

Mais, je crois bien qu'il y a un trou de souris, et ça fait longtemps que j'y pense : les billets physiques sont, eux, j'en suis sûr, imprimés par les banques nationales. Donc, la Banque de France pourrait imprimer des valises containers de billets tout neufs, et acheter des bons du Trésor Public avec ça. Bien-sûr, la BCE ne sera pas contente. La question devient alors: qui gouverne la France ?

Zolko a écrit:

C'est la volonté politique qui est en question, pas les détails des textes.

Si j'étais président (votez pour moi) je demanderais à la BdF d'imprimer des billets pour des milliards, en échange de "IOY". Si elle le fait pas, j'envoie les chars. Et j'emmerde l'UE. D'ailleurs, si j'étais président de la France, j'envahirais le Luxembourg et Monaco manu military.

Hors ligne

 

#806 07-01-2011 17:04:44

AJH
Membre
Message n°10020
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Zolko a écrit:

Bonne question, merci de l'avoir posé. Je ne sais pas si, techniquement, la Banque de France peut acheter la dette de l'Etat français avec de l'argent créée (= monétisation de la dette). Il me semble que seule la BCE a cette possibilité.

Ni la BdF ni la BCE ne peuvent acheter directement des titres de dette publique des administrations; elles ne peuvent que racheter - ou prendre en pension - des obligations sur le marché secondaire

'Il est interdit à la BCE et aux banques centrales des Etats membres, ci-après dénommées "banques centrales nationales", d'accorder des découverts ou tout autre type de crédits aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales,aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l'acquisition directe, auprès d'eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite.''

Pour les billets, c'est quand même beaucoup plus simple de dire que "si........  on quitte l'euro!"

Dernière modification par AJH (07-01-2011 17:06:06)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#807 07-01-2011 17:27:15

Zolko
Membre
Message n°10021
Date d'inscription: 17-07-2008
Messages: 545
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

AJH a écrit:

Pour les billets, c'est quand même beaucoup plus simple de dire que "si........  on quitte l'euro!"

Sauf que quitter l'€uro ne résout rien. Il faut ensuite enclencher la monétisation de la dette, alors que le pays est en pleine re-organisation pour changer de monnaie. Pas sûr que ça soit plus simple. Imprimer des billets est immédiat, et se fait avec les outils actuels.

Hors ligne

 

#808 07-01-2011 19:26:28

AJH
Membre
Message n°10022
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Mais on ne peut pas imprimer des billets ... c'est la négation de tous nos engagements vis à vis de la BCE et de l'UE et c'est du faux monnayage (seule la BCE porte les billets "euros" au passif de son bilan); nous serions immédiatement montrés du doigt et éjectés sans panache de la zone euro...

Il suffit de dire " à partir de maintenant nous ne tiendrons plus compte de l'article 123 et à partir du mois prochain nous financerons directement le trésor Public du montant des intérêts de la dette et de nos investissements nécessaires pour la survie de la nation" et ainsi forcer les autres à négocier ou à nous éjecter...

Dernière modification par AJH (07-01-2011 19:26:49)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#809 08-01-2011 13:34:09

Sandy
Membre
Message n°10026
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Bonjour, concernant l'application des traités et les verrous mis en place, nous défendons l'idée de la désobéissance aux traités avec plusieurs arguments.

D'abord celui de la légitimité du traité, ayant été voté sans les peuples, et même contre l'avis du peuple français qui l'avait rejeté 2 ans plus tôt par référendum, et si on nous conteste cet argument nous serions prêts à organiser un nouveau référendum pour prouver que la légitimité n'est pas du côté des traités mais de la nôtre. Ce qui est imparable.

De plus nous pourrions invoquer le compromis du luxembourg, il parrait que c'est une jurisprudence encore en vigueur qui peut permettre de se déroger aux règles des traités si elles sont contraires à notre intérêt national.

Enfin, nous avons la jurisprudence des gouvernements européens pendant la crise en 2008/2009 qui ont invoqué le cas de force majeure pour déroger temporairement à certaines règles des traités, pour sauver les banques, pour faire des plans de relance etc ...

A noter qu'il n'existe aucune procédure d'exclusion, ce serait de toute façon indéfendable politiquement auprès des peuples, donc cela ne peut que mener à l'ouverture de négociations, tendues certes, mais ne soyons pas naïfs pour croire que quoi que ce soit puisse changer sans aller au rapport de force et sans renverser la table.

Dernière modification par Sandy (08-01-2011 13:44:17)

Hors ligne

 

#810 08-01-2011 14:17:56

AJH
Membre
Message n°10028
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Oui Sandy, je suis d'accord et j'approuve totalement cette idée de désobéissance aux Traités.
C'est la raison pour laquelle je propose que nous disions " à partir de maintenant nous ne tiendrons plus compte de l'article 123 et à partir du mois prochain nous financerons directement le Trésor Public du montant des intérêts de la dette et de nos investissements nécessaires pour la survie de la nation"

C'est bien "renverser la table"


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#811 09-01-2011 18:27:15

Sandy
Membre
Message n°10037
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Ca c'est clair c'est renverser la table ^^

Hors ligne

 

#812 10-01-2011 05:38:28

Jacques Roman
Membre
Message n°10040
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Imprimer des euros

La BCE peut le faire, personne d'autre.

D'autre part, si toutes les parties à un traité sont unanimes pour décider de ne pas appliquer ou d'appliquer différemment les dispositions d'un traité, on doit considérer que le traité a été modifié en conséquence même si le texte n'a pas été formellement amendé. S'il y a accord unanime, ou consensus (ce qui est techniquement un peu différent mais revient au même), la BCE peut donc racheter ce qu'elle veut à qui elle veut et imprimer tous les euros qu'elle veut. 

Ne faisons pas les traités plus méchants qu'ils ne sont !

Quant à l'idée farferlue que la France pourrait imprimer ses euros pour relancer l'économie ou éponger ses dettes, elle repose sur un non-dit : que seul la France agirait ainsi.

En effet, qu'en penseriez-vous si la Grèce, l'Irlande, le Portugal et l''Espagne décidaient unilatéralement de faire fonctionner la planche à billets nationale pour imprimer des euros (c'est-à-dire de la monnaie française) ? Vous croyez que ça ferait l'affaire de la France, des Français, et de l'économie française ?

Un peu de sérieux : il y a des limites même aux hypothèses économiques et monétaires ! JR

Dernière modification par Jacques Roman (10-01-2011 05:40:44)

Hors ligne

 

#813 10-01-2011 14:52:18

gilles
Membre
Message n°10042
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Savoir choisir : euros ou franc français





Zolko a écrit:

Donc, la Banque de France pourrait imprimer des valises containers de billets tout neufs, et acheter des bons du Trésor Public avec ça. Bien-sûr, la BCE ne sera pas contente.

Si l'impression des euros est techniquement du ressort des Banques Centrales Nationales, de part les traités illégitimement adoptés, la décision d'imprimer des euros, est actuellement à la charge de la BCE et non à la charge de chaque banque centrale. Si chacun imprime selon son bon vouloir des euros, sans coordination, c'est encore une raison de plus d'abandonner l'euro. Autant retrouver sa monnaie, monétiser, réindustrialiser, arrêter le démantèlement du CNRS, transférer le budget de l'ANR vers le CNRS et faire repartir les investissements de recherche et de développement.

Démantèlement du CNRS… …

Les difficultés de la réindustrialisation de la France…

Dernière modification par gilles (11-01-2011 09:12:00)

Hors ligne

 

#814 10-01-2011 16:27:34

Sandy
Membre
Message n°10044
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Jacques Roman a écrit:

Imprimer des euros

La BCE peut le faire, personne d'autre.

Actuellement il me semble que ce sont les banques centrales nationales qui le font. Donc techniquement il n'y a rien qui empêche qu'un pays décide de le faire sans autorisation de la BCE et des autres pays. Ca risque de facher tout le monde mais en même temps c'est le meilleur moyen pour les obliger à négocier.


D'autre part, si toutes les parties à un traité sont unanimes pour décider de ne pas appliquer ou d'appliquer différemment les dispositions d'un traité, on doit considérer que le traité a été modifié en conséquence même si le texte n'a pas été formellement amendé.

En l'occurence c'est un problème de légitimité. C'est un fondement républicain et le fondement de l'état de droit, la loi s'applique à tous et personne n'est au dessus de la loi. A partir du moment où ceux qui écrivent la loi décident qu'ils peuvent ignorer la loi quand bon leur semble, on régresse en ce qui nous concerne au niveau civilisationnel de 200 ans au niveau de l'ancien régime où la loi s'appliquait à tous sauf au roi et à sa cour qui les ignoraient selon que cela les arrangeait.
C'est exactement ce qu'il s'est passé pendant la crise. Les gouvernements n'ont pas à écrire des lois déjà, c'est la première cause d'illégitimité. Et encore moins à ignorer les lois quand bon leur semble, à moins qu'ils considèrent ces lois illégitimes évidemment, mais dans ce cas là ça la fout mal quand c'est eux même qui les ont mis en place.
S'il s'agissait de véritables traités ne relevant que d'une compétence exécutive, vous auriez raison, et il est évident que vous réduisez la situation à celle-ci. Et vous vous trompez.
Car en l'occurence, ces "traités européens" sont des textes qui relèvent d'une compétence constituante ( ils transferent une partie de la souveraineté du peuple vers des institutions européennes ) et ne devraient pas pouvoir être modifiés sans l'accord du souverain, c'est à dire le peuple.
Il est donc anti-démocratique que des gouvernements s'entendent pour ignorer les dispositions des traités sans l'accord du peuple.
( Ils l'ont fait même s'en l'accord des parlements nationnaux ! )

Quant à l'idée farferlue que la France pourrait imprimer ses euros pour relancer l'économie ou éponger ses dettes, elle repose sur un non-dit : que seul la France agirait ainsi.

En effet, qu'en penseriez-vous si la Grèce, l'Irlande, le Portugal et l''Espagne décidaient unilatéralement de faire fonctionner la planche à billets nationale pour imprimer des euros (c'est-à-dire de la monnaie française) ? Vous croyez que ça ferait l'affaire de la France, des Français, et de l'économie française ?

Nous dirions qu'il faut que toute l'europe puisse faire pareil, mais que ce pouvoir soit controlé pour éviter les abus, et donc qu'il faudrait mettre en place un pacte de stabilité et des règles pour encadrer ce pouvoir et le limiter.
Bref qu'il faut modifier le traité et négocier.
Qu'un seul pays le fasse de manière unilatéral n'est évidemment pas acceptable pour les autres pays. C'est là tout l'intérêt, cela oblige les autres pays à négocier.
C'est plus globalement ce qui se passe quand quelqu'un ne veut pas t'obéir mais que tu ne peux pas l'ignorer, t'es obligé de négocier.

Hors ligne

 

#815 11-01-2011 10:50:36

gilles
Membre
Message n°10050
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

http://files.getwebb.org/files/16/c8/5e/48790bf27f1b09204e388c2ca738d6a82a/source.png

La « construction » européenne qui nous protège.



En Grèce comme les sacrifices ont été bien menés et que la production s’est effondrée, le FMI paie une tournée de nouveaux sacrifices pour mars prochain. Joyeux Noël les Grecs ! La « construction » européenne qui nous protège, le FMI et l’internationale socialiste s’occupent de vous. Veinards ! Tout ce petit monde des belles personnes est persuadé que ce cirque cruel va durer sans courir davantage de risques que de « la grogne » comme disent les observateurs des grèves et manifestations qui secouent sans relâche ces pays. Oui mais, « la Grèce et le Portugal ce n’est pas la France » disent les très intelligents. Ouf ! Mais c’est déjà un peu l’Argentine et la Bolivie des années FMI, non ?

Si ce n’était la tragédie pour les portugais que signifie cette agression de la finance et la lâcheté des socialistes qui les soumettent à ce diktat,nous serions en droit de bien rire. Nous attendons avec intérêt le concert des larbins de « l’Europe qui protège ». Allez Quatremer, debout ! Au boulot. Sortez la brosse à reluire !  L’Europe ? Voila le danger pour un peuple en difficulté ! Ce n’est pas moi qui le dis à présent. Ce sont ces lâches de socio-libéraux portugais, comme les irlandais et comme les grecs. Tout le monde est prêt à n’importe quel arrangement plutôt que de tomber sous la coupe de cette chère ” Europe qui nous protège”, son bras séculier le FMI et son si social directeur « de gauche », l’indépassable des sondages, sa splendeur Dominique Strauss-Kahn lui-même. Leurs chers plans d’aide sont la terreur des gouvernements libres. Là-dessus arrivent les chinois.  Alors ? Ceux qui acceptent l’argent des chinois sont des « amis du Parti communiste chinois » ?

Selon Les Echos , “l’Europe devient la cible financière prioritaire de la Chine”. “Avec une force de frappe financière de près de 2 000 milliards d’euros de réserves de change et 2 200 milliards d’euros d’échanges commerciaux réalisés en 2010, la Chine renforce ses positions mondiales et cible l’Europe”, souligne le quotidien économique. “La Chine a d’autres ambitions que l’achat de dette européenne. Au-delà, par exemple, des 900 milliards de dollars de bons du Trésor américain qu’elle détient, elle cherche à prendre pied en Europe pour faciliter au mieux ses affaires. En contrepartie du soutien politique à Athènes, la Chine entend par exemple faire du Pirée — premier port grec — le centre de transit de ses marchandises vers l’Europe.”…!!..et pas un murmure même interrogatif chez les libéraux , les ultras et les sociaux-démocrates européens…!

Au secours ! la Chine….le Traité de Lisbonne nous tue…!

Tout juste un an après son entrée en vigueur, le traité de Lisbonne – dont l’adoption avait pris sept ans – va devoir être révisé. Ainsi en a décidé le Conseil européen des 16 et 17 décembre. La modification est un simple ajout de deux phrases créant un Mécanisme européen de stabilité (MES) destiné à prendre la relève du Fonds européen de stabilité financière mis en place en catastrophe en mai 2010 pour faire face à l’éventualité d’un défaut de la Grèce sur sa dette souveraine. Ce Fonds n’était que provisoire, et venait à échéance à la fin de 2012. Le MES, lui, est permanent, et il est censé prendre effet en janvier 2013. D’où la volonté de le graver dans le marbre d’un traité.

Mais la volonté de qui ? Celle de la chancelière allemande Angela Merkel qui, avec l’appui de Nicolas Sarkozy, a imposé ses vues aux 25 autres gouvernements de l’Union européenne (UE). Ces gouvernements se seraient bien passés de remettre sur la table le clone du traité constitutionnel européen (TCE) qui, en 2005, avait été rejeté par les peuples français et néerlandais. Rebaptisé traité de Lisbonne, il avait à son tour été mis en échec par les Irlandais en 2008. On avait alors pu voir la démocratie européenne en pleine action. Ainsi, en France, le Parlement s’était substitué au peuple pour voter ce que ce dernier avait refusé. Quant aux Irlandais, ils avaient été re-convoqués aux urnes afin de donner enfin la seule réponse acceptable : le « oui ». On comprend que ces épisodes, et quelques autres, n’aient pas laissé de très bons souvenirs chez les dirigeants européens…

Pourquoi Angela Merkel fait-elle prendre tant de risques à certains de ses partenaires ? Elle avait seulement accepté à contre-cœur la création, dans un cadre intergouvernemental, du Fonds européen de stabilité financière doté d’une capacité d’intervention de 440 milliards d’euros. Elle craignait la censure du Tribunal constitutionnel fédéral de Karlsruhe face auquel elle entendait se « blinder » juridiquement. Par ailleurs, elle voulait rester en phase avec une opinion publique allemande hostile au renflouement des Etats présumés  « laxistes » comme la Grèce et les autres membres du « Club Med ». C’est pourquoi elle a fait inscrire dans les ajouts au traité de Lisbonne cette petite phrase menaçante : « L’accès à toute assistance financière dans le cadre du mécanisme sera soumis à une conditionnalité stricte ». Les Grecs et les Irlandais sont bien placés pour savoir ce que signifie cette « conditionnalité stricte » dont ils ont « bénéficié » par anticipation :  sous la tutelle du trio constitué par la Commission, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) le renflouement non pas des Etats, mais des banques, les peuples, pour leur part, étant conviés à payer la facture par un gigantesque bond en arrière social….

Premier temps : la menace. C’est le job des agences de notation ( anglo-saxonne….) Deuxième temps : l’invasion. C’est le job de ” l’Europe qui nous protège “. Troisième temps : l’occupation. C’est le job du FMI. Quatrième temps : le pillage et la ruine. Le FMI vous tient à la gorge, l’Europe qui protège vous tient les mains, les banquiers vous font les poches. L’ennemi porte un nom et il a des adresses. Ce sont les banques.  Il dispose d’un cheval de Troie, l’union européenne. D’un bras séculier et de son administration d’occupation: le FMI. Le FMI a aujourd’hui des « représentants », sorte de commissaires politiques, dans chaque ministère grec. Ils surveillent la bonne conduite de la tonte du peuple….

Car tout ce système ne fonctionnerait jamais si les tous puissants partis de l’Internationale Socialiste se comportaient comme une opposition à la finance internationale. Au lieu de quoi elle en est le chausse pied. Les partis membre du Parti Socialiste Européen (PSE) capitulent sans conditions quand ils sont au pouvoir, comme en Grèce. Ou bien ils reprochent aux libéraux locaux de ne pas se soumettre assez vite ou assez bien. Ou bien ils votent avec eux, comme au parlement européen. Ou bien ils se taisent avec eux face aux atteintes à la souveraineté parlementaire comme à l’assemblée nationale française. La droite n’a plus besoin de faire d’efforts. Elle dispose d’une armée « d’idiots utiles » selon l’expression désormais consacrée. Ceux là valident le fond du discours par avance…

Tout le problème est maintenant de faire passer pour une « révision limitée » du traité, selon les « éléments de langage » diffusés à Bruxelles, ce qui équivaut en fait à un transfert massif à ce trio de la souveraineté des Etats membres de l’UE potentiellement candidats au MES. Il faut bien que ce tour de passe-passe soit juridiquement entériné, mais en évitant toute forme de ratification pouvant donner lieu à un référendum, même dans un seul pays….UN SEUL MOT D ORDRE : NE PAS DONNER LA PAROLE AUX PEUPLES…!

Il faut donc s’attendre à une campagne européenne en forme de bourrage de crâne pour faire avaler aux opinions publiques l’équation selon laquelle « révision limitée = procédure simplifiée », alors que ladite révision touche à la répartition même des pouvoirs (ou de ce qu’il en reste) dans l’UE, et exige en conséquence le recours à la procédure de révision ordinaire. Donc, en France, in fine, soit un vote du Parlement soit un référendum. Il va être très intéressant d’observer  comment les différents acteurs politiques, sociaux et médiatiques vont prendre position sur cette question de procédure.
En bonne logique, tous ceux qui considèrent que les Grecs et les Irlandais ont été « sauvés » par le trio Commission-BCE-FMI, et que le MES est un bon dispositif pour « sauver » prochainement les Portugais, les Espagnols et pourquoi pas les Français, devraient être enthousiastes à l’idée de faire partager leur foi par l’ensemble des citoyens. Ils devraient donc être les premiers à exiger un référendum. Et leur tâche ne devrait pas être trop difficile puisqu’ils ont avec eux la grande majorité des médias et des partis de gouvernement, qu’ils se réclament de la gauche ou de la droite….douce ironie…!

L’exercice est quand même périlleux pour la direction du  PS qui va devoir se défendre de sa collusion avec Nicolas Sarkozy sur la question fondamentale qu’est le tour pris par la construction européenne, alors qu’elle cherche à se différencier de lui dans la perspective des élections de 2012. D’autant que le président ne manquera pas de rappeler que le dispositif qu’il préconise a été adoubé par le directeur général du FMI, un certain DSK, titulaire d’une carte de membre du PS et candidat potentiel en 2012….
Une solution médiane serait que ce parti demande seulement une ratification parlementaire en bonne et due forme, solution « gagnant-gagnant », comme on dit en Poitou-Charentes. Comme pour la ratification du traité de Lisbonne, celle du MES serait acquise d’avance puisque la droite est majoritaire dans les deux assemblées et que, le cas échéant, des députés et sénateurs socialistes plaçant leurs « convictions européennes » au-dessus des « clivages partisans » feraient volontiers l’appoint. D’autres pourraient s’abstenir ou voter contre, sans incidence sur le résultat final.

C’est pourquoi, pour éclairer l’opinion, tout journaliste interrogeant un dirigeant politique ou un candidat à la présidence devrait désormais lui poser d’emblée une sorte de « question prioritaire de constitutionnalité » à propos de la révision du traité….On peut rêver…NON…?


Source  : http://jacquoulecroquant.blog.lemonde.f … os-portes/

Dernière modification par gilles (11-01-2011 10:58:37)

Hors ligne

 

#816 12-01-2011 08:18:14

Jacques Roman
Membre
Message n°10057
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

"Imprimer des euros"

Dans le contexte de notre débat, ça signifie "décider d'imprimer des euros". Cette décision est prise par la BCE seulement. Pour ce qui est de l'opération technique d'impression, elle peut être confiée aux ateliers des banques centrales ou même à une société privée : ça ne changera rien à l'affaire.

Il est évident qu'aucun atelier ne peut imprimer d'euros sans l'autorisation de la BCE - sinon, ce serait de la fausse monnaie.  JR

Hors ligne

 

#817 12-01-2011 20:34:40

Sandy
Membre
Message n°10061
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Jacques Roman a écrit:

"Imprimer des euros"

Dans le contexte de notre débat, ça signifie "décider d'imprimer des euros". Cette décision est prise par la BCE seulement. Pour ce qui est de l'opération technique d'impression, elle peut être confiée aux ateliers des banques centrales ou même à une société privée : ça ne changera rien à l'affaire.

Il est évident qu'aucun atelier ne peut imprimer d'euros sans l'autorisation de la BCE - sinon, ce serait de la fausse monnaie.  JR

Qu'est ce qui philosophiquement légitimise un organisme comme la BCE à décider à la place d'un peuple souverain et de ses représentants des besoins en monnaie de leur économie et aussi à quoi doit servir cette monnaie ?
La seule source de légitimité n'est elle pas justement le peuple ?

Dernière modification par Sandy (12-01-2011 20:36:08)

Hors ligne

 

#818 15-01-2011 22:41:08

gilles
Membre
Message n°10063
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Une vache sacrée nommée Euro


Une réaction de Jean-Louis Ernis du site « La Sociale » :

Une vache sacrée nommée Euro, une réaction de Jean-Louis Ernis


Je réagis à deux articles de Marianne 2 qui circulent actuellement sur le net. L’un traitant de la question de l’euro (paru le 27.12.2010) l’autre (paru le 29.12.2010) qualifiant Jean-Luc Mélenchon de Raffarin d’extrême-gauche.

Je ne connais pas Laurent Pinsolle, blagueur gaulliste, et pas davantage le journaliste de Marianne Hervé Nathan, mais je note que si le blogueur gaulliste cache la vérité d’un retour au franc (je n’ai pas lu son propos) le journaliste de Marianne manque particulièrement d’objectivité, pour ne pas dire d’honnêteté intellectuelle.

Tout d’abord, je constate qu’au cours du mois de décembre, les porte-paroles, fonctionnels ou non, du gouvernement se sont démenés pour rassurer les opinions publiques quant à la pérennité de l’euro.

Ainsi dois-je faire une relation entre les messages gouvernementaux et les articles d’une presse bien pensante s’évertuant à soutenir les fondamentaux de l’Europe libérale et son économie libre et non faussée, dont l’euro est le pivot.
Puisque l’auteur de l’article de Marianne décline son profil professionnel, je saisis l’occasion de me souvenir de l’attitude des journaux, qu’il a servis, sur la question européenne.

Je n’ai pas souvenir que ni La Tribune ni Libération aient eu un avis négatif sur le Traité Constitutionnel Européen. Je n’ai pas davantage souvenir qu’ils se soient offusqués de l’escroquerie politique du Traité de Lisbonne. J’ai même le souvenir contraire de l’ancien directeur de Libé, qui avait qualifié, au lendemain du référendum de 2005, de racistes les défenseurs du « non »

Cinquante quatre pour cent de « non » dans l’opinion publique, ça fait quand même beaucoup de racistes !!!

Quant à Marianne, je ne suis pas un spécialiste des médias, ni de la presse, quelle soit audiovisuelle ou écrite, je ne sais comment fonctionne une rédaction, j’ignore quelle latitude ont les journalistes individuellement, mais je ne peux oublier que le fondateur, ancien directeur de cet hebdomadaire, a quitté le journalisme pour la politique (c’est bien son droit) mais pas pour n’importe quel courant de pensée.

Il a rejoint le parti le plus proche aujourd’hui du M.R.P. des Monnet et Schuman qui avaient un objectif non dissimulé, celui de réduire le pouvoir des États avec le concours bienveillant du Vatican.

Pour être un téléspectateur assidu, notamment de la TNT, je constate que plusieurs journalistes de cet hebdo raisonnent identiquement. La réponse aux problèmes posés à l’Europe revient sempiternellement en boucle « c’est parce qu’il n’y a pas assez d’Europe, il faut doter l’Union Européenne d’un gouvernement économique » !!!

Aussi, personnellement, je ne tomberai pas dans ce piège à « gogo »

Ce problème (car je pense au moins qu’il n’y a pas débat sur le fait qu’il y ait un problème européen) doit être abordé sans esprit partisan, sans dogmatisme, avec le seul souci des conditions de vie des classes populaires.

D’ailleurs, la question de l’intérêt de l’économie est peut-être un préalable à toutes discussions.

Ainsi, la question doit être clairement posée et définitivement posée (les coups de menton n’ont pas leur place dans un débat de cette importance) sur la sortie éventuelle de l’Euro.

Quels sont les avantages ? Quels sont les inconvénients ?

J’ai le souvenir des arguments de propagande développés par les europhiles au moment de la mise en place de la monnaie unique, « avec la monnaie unique, quand vous irez dans un pays européen qui a adopté l’euro, vous n’aurez plus le souci de change » !!!

Il faut noter au passage la profondeur du raisonnement !!!

Quel progrès pour le citoyen lambda ! Et en particulier pour les 8 millions de travailleurs pauvres, dont l’urgence est dans l’interrogation : vais-je demain pouvoir me nourrir ? et pour certains : où vais-je dormir ce soir ?

Mais j’ai aussi en mémoire les propos du PDG d’une multinationale française, tenus quelques mois après la mise en place de la monnaie unique « avec l’euro, la seule variable d’ajustement qui nous reste c’est l’emploi » !!!

Puis quelques mois plus tard, l’un de ses confrères allaient plus loin encore, en déclarant qu’il allait délocaliser sa production hors de la zone euro. Ce qu’il a fait effectivement.

Alors, M. Nathan devrait peut-être réviser son argumentation.

Je suis surpris que ce journaliste apparemment européiste se ravitaille idéologiquement auprès de la banque I.N.G. Mais quand j’apprends que Le Figaro et le Monde relayent les positions de cette entreprise de la finance, je suis éclairé.  J’ai le souvenir qu’au début du krach de 2008, cette banque n’était pas la moins douteuse. Elle embarrassait même les dirigeants politiques.

Qu’à cela ne tienne, pas regardant sur la crédibilité de ses sources, M. Nathan déverse son flot de catastrophes consécutives, selon lui, à une sortie de l’euro. Il espère ainsi nous extorquer quelques larmes.

Il faut avoir peu de considération pour le monde ouvrier, à moins qu’il ne s’agisse de peu de connaissance des conditions d’existence de celui-ci pour oser ce discours. Je propose à ce moraliste, je suppose bien au chaud dans son bureau et assuré d’un salaire confortable, de sortir et d’aller exposer sa théorie devant les salariés de Renault à Sandouville, de rencontrer les Conti, les salariés de Sealinck dans l’Eure ou bien d’autres car malheureusement la liste est interminable.

Je l’invite à aller expliquer à ces salariés que l’euro protège leur emploi.

Dans un département moyen comme le mien, 8000 emplois industriels (source officielle) ont été supprimés en 5 ans. Tous ou pratiquement tous, délocalisés en Europe de l’Est avec une accélération depuis 2004. Même un secteur, pourtant bien portant, comme l’aéronautique, se délocalise au Maroc et aux USA.
Comparer la France à l’Allemagne

Alors, vient ensuite l’argument de l’Allemagne.

A l’inverse de la France, notre voisin d’outre-Rhin a préservé son industrie. Il a conforté son automobile haut de gamme, avec Porsche et BMW et mis en selle un troisième larron, Audi.

Et comme le marché du luxe et du haut de gamme est florissant (et pour cause) ce choix est payant.

Intelligemment, l’industrie allemande a maintenu son secteur d’excellence, la machine-outil.

La Chine, par la volonté de la globalisation financière, étant considérée comme l’atelier du monde, devant l’urgence, l’empire du milieu s’est adressé au plus qualifié pour ce genre d’équipement, l’Allemagne.

Mais pour combien de temps ? Il serait, me semble t-il, illusoire d’imaginer que la Chine ne tentera pas de fabriquer elle-même son propre outillage. Mais en attendant, l’Allemagne en profite. Cela n’en fait pas pour autant un pays vertueux en matière sociale. La pauvreté y progresse vertigineusement, les reculs sociaux sont très importants imposés avec le concours, sans honte, des socio-démocrates.

Alors, le modèle allemand, mais quel modèle allemand ?

La France a fait un choix très différent. A l’image de l’Angleterre, elle a choisi la désindustrialisation.

Au cours des années 90, la mode était au recentrage sur le cœur de métier. Ainsi, deux de nos constructeurs automobiles français se sont allégés de leurs activités secondaires, le cycle, le motocycle, l’outillage (manuel et électrique) Maintenant, c’est le cœur de métier, y compris le haut de gamme, qui se délocalise.

Constatant un marché à gros volumes, au moins deux PME se sont lancées dans la construction de motos, de moyenne et grosse cylindrée. Les modèles produits rivalisaient sans conteste avec ceux des constructeurs de l’île du Soleil Levant.

Mais, faute d’une aide publique nécessaire à l’investissement, ces PME furent contraintes de déposer le bilan, laissant le marché de la moto au quasi-monopole japonais.

Que dire également du marché du petit électroménager ? Pour nous, normands, l’attitude des pouvoirs publics, des industriels et des financiers à l’égard de Moulinex est plus qu’une trahison, c’est un crime social.

Dix ans après la mise à mort de cette entreprise, de nombreux salariés licenciés sont toujours dans la galère et certains dans la misère. Et cette fabrication a quitté le sol français pour rejoindre ceux de l’Europe de l’Est de la Chine, du Mexique entre autres.

On me dira que l’euro n’est pas responsable de cette affaire, il n’était pas encore en place au moment de la liquidation de Moulinex. Certes, mais nous étions dans la préparation de l’entrée de l’euro avec le dogme de la monnaie forte, de la désinflation compétitive, des salaires contraints et de la  libre circulation des capitaux.

Autre abandon, celui de la construction navale. Ce fut une catastrophe pour nos chantiers, ils ont pratiquement été tous liquidés. Ceux qui perdurent fonctionnent avec de la main d’œuvre à bas coût venant d’Extrême-Orient.

J’arrête là le bilan partiel du dogme de l’Europe libérale et de sa monnaie unique.


Les sornettes de : « l’euro vous protège »

Sur l’argument selon moi fallacieux « l’euro vous protège » je ne résiste pas à citer un exemple récent. L’Estonie vient d’entrer dans la zone euro. Les médias et en particulier les télévisions ont présenté cette entrée comme un succès.
Qu’en est-il réellement ?

En adhérant à l’euro, l’élite, ou tout au moins une partie de celle-ci, a géré sa phobie russe.

Mais ceci s’est fait dans le dos du peuple.
Aucune consultation populaire n’a été organisée et pour cause. En fait, la consultation du peuple a eu lieu en 2009 avec les élections européennes et l’Estonie a vu un taux d’abstention record de 56,1 %. On mesure ainsi l’engouement des estoniens pour l’Europe libérale.

Comment s’en étonner ? Pour entrer dans la zone euro, ce peuple balte a du passer sous les fourches caudines des froids technocrates de Bruxelles ; réduction du secteur public et des emplois, coupes sombres dans les dépenses sociales…

C’est certainement ce qu’appelle M. Nathan, les effets protecteurs de l’euro.

Mais nombre d’économistes raisonnent comme le journaliste de Marianne et en particulier M. Élie Cohen.
Il est intéressant de les entendre.
À la question, l’euro est-il en danger ? Leur réponse est péremptoire : aucun risque.

À celle de savoir si la France est menacée de sortir de la zone euro, la réponse est tout aussi affirmative : le remède serait pire que le statu quo. Et un flot d’arguments difficiles à contrôler est asséné.

Mais comme si les défenseurs acharnés de l’euro avaient quelques doutes, ils précisent que peut-être serait-il salutaire que la Grèce, l’Irlande et pourquoi pas le Portugal, quittent l’euro.

En filigrane, ils reconnaissent que l’avenir de l’euro et d’une majorité des pays qui y ont adhéré dépend des agences de notation (organes privés) qui ont pris le pouvoir sur les États.

La finance domine la politique, et impose aux gouvernements des réformes sociales drastiques.

Quant à la Grèce, que ces « braves » gens accusent d’avoir travesti ses comptes, et qu’en conséquence elle doit être punie, qui peut nous faire croire, que dès l’origine, cette situation n’était pas connue des technocrates de Bruxelles ?

Un examen approfondi de la situation financière des pays souhaitant entrer dans la zone euro est réalisé.

Mais comme il fallait montrer l’attractivité de l’euro et l’engouement des peuples pour la monnaie européenne, on n’a pas été regardant sur la situation financière des postulants.

Il fallait faire nombre. En fait, même à ce niveau, la com. fait partie de la stratégie.

En tous les cas, si punition il doit y avoir, le peuple doit en être écarté, il n’est aucunement responsable de cette gabegie.

Vous avez dit, démocratie ?

Sur l’aspect démocratique des choses, les suppôts du fédéralisme européen et de l’un de ses corollaires, la monnaie unique, sont tellement enfermés dans leur dogme qu’ils n’imaginent même pas qu’un débat sérieux puisse être organisé, suivi d’une consultation populaire, mettant les citoyens devant un choix de société (Fonctionnement démocratique de l’euro, tenant compte de l’hétérogénéité des économies des États - Monnaie  au service des peuples et non au seul avantage des financiers -  Statut de la Banque Centrale Européenne -  Définition d’un vrai gouvernement économique - Mise en place de conventions collectives européennes à l’instar de ce qui a été fait en France après la 2ième guerre mondiale - Préférence européenne etc… etc…)

D’ailleurs, n’est-ce pas un non sens de parler de démocratie et de citoyenneté quand le peuple est privé d’intervention sur l’évolution de la monnaie ? Certes, les dévaluations du franc n’ont jamais été précédées d’une consultation populaire, mais les majorités gouvernementales prenaient un engagement devant le peuple et celui-ci avait toute latitude de se faire entendre. Or, chacun le sait, la gestion de l’euro est réservée à une caste.

Le gouvernement économique de l’Europe, version économie libre et non faussée

Sur la question du gouvernement économique de l’Europe, ma naïveté m’avait conduit à penser qu’il s’agissait par exemple d’organiser un réseau ferré à grande vitesse irriguant l’ensemble du territoire européen (voyageurs et marchandises) - des zones portuaires sur le principe de la coopération et non de la concurrence, en définissant des interlands dédiés -  une politique énergétique dans le respect de l’environnement etc… Or, chez les technocrates européistes, le gouvernement économique est d’une autre dimension.

Le dernier sommet européen vient de nous éclairer sur leur choix.

Les 16 et 17 décembre dernier, les Chefs d’États et de Gouvernements ont décidé, une fois de plus, dans le dos des peuples, du principe dit, du semestre européen. En clair, les projets de budget des États devront recevoir l’approbation de Bruxelles avant d’être validés par les Parlements nationaux. Outre les budgets des États, seront soumis également à la toise de Bruxelles, les niveaux de salaires, les retraites, les dépenses de santé etc…

Certainement, une victoire de la démocratie, mais version européiste !!! Il serait intéressant de connaître l’avis de M. Hervé Nathan sur ce sujet.

Mais l’un des summums de cette farce libérale s’est déroulé le 30 décembre dernier au cours de l’émission « C dans l’air » dont le thème était « Pourquoi les français font-ils la gueule ? » Les invités étaient Philippe Gabilliet, auteur – Jean Viard, sociologue – Frédéric Lenoir, spécialiste des religions – Marc Jolivet, humoriste.

Pour que chacun se fasse son opinion, j’invite les lecteurs de mon papier à écouter sur le Net cette émission qui en dit long sur l’entreprise d’endoctrinement libéral. Certes, des choses justes ont été dites mais elles ont été malheureusement ponctuées de vraies conneries.

Jean Viard explique que nous devrions nous réjouir que le Brésil et l’Inde soient sur le point de nous dépasser économiquement. Il passe par-dessus bord  le fait que tout ceci se fait au prix d’une concurrence effrénée qui pèse lourdement sur notre modèle social, sans pour autant améliorer la condition ouvrière de ces pays. Il fait remarquer que dans certains pays, il n’y a pas de vacances et que  nous devrions en prendre conscience et nous réjouir d’en avoir.  Merci patron. Enfin, il ose déclarer qu’en France, ça fait bien de faire des heures supplémentaires,  sous-entendu on n’est pas obligés d’en faire !! Apparemment, Jean Viard ne connaît pas la réglementation en la matière. Puis il conclue sur le thème du revenu « autour de la table on n’a pas besoin de 500 € de plus » Il oublie simplement de dire que 500 €, pour certains, c’est le seul revenu mensuel !!

Frédéric Lenoir fait une relation osée entre l’ancien régime et aujourd’hui, considérant qu’autrefois les populations étaient protégées par les religions !!! Et qu’aujourd’hui elles voudraient un État Providence également protecteur. Il voit une raison d’espérer avec la fête des voisins. Quel programme ! Sur le thème de : l’argent ne fait pas le bonheur, il informe que récemment il est allé en Inde où il a vu des gens avec rien, mais heureux !!!

Lenoir n’est pas très loin du sketch à Coluche « dîtes-moi de quoi vous avez besoin, je vous dirai comment vous-en passer »

Enfin, Marc Jolivet tout en précisant qu’il était ami des Cohn-Bendit a conseillé de croire en l’Europe pour être optimiste.
L’humour n’aurait-il rien compris au social ?

Voilà, à mon sens, les messages qui nous sont diffusés pour nous faire accepter « La grande régression » comme l’écrit Jacques Généreux.

Alors, oui, la question de l’euro et de sa remise en cause est un sujet grave, un sujet à risque.

A risque, parce que si l’existence de la monnaie unique n’a pas encore atteint une décennie, les technocrates de la haute-finance planchent sur ce dossier depuis près d’un demi-siècle. De traité en traité, de sommet en sommet, les dirigeants de droite comme de gauche ont tout verrouillé. Ils ont utilisé la méthode de la torpille qui peut exploser à la tête de ceux qui osent la manipuler.

Ainsi, le courage doit dominer chez celles et ceux qui contestent cette construction antidémocratique d’une Europe qui avilit les peuples.

Pourquoi à l’instar de l’Angleterre qui a obtenu des dérogations sur la P.A.C., de l’Irlande qui a fait valoir des exceptions pour admettre le Traité de Lisbonne de même que la Pologne, la France ne pourrait-elle pas obtenir des dérogations ?

Si je peux me permettre une comparaison, je dirais, ne renouvelons pas l’épisode de 1938.

A Munich, les participants avaient fait semblant de croire en leur accord de pacotille. Par manque de courage, ils avaient refusé de voir la vérité en face. Ils avaient contourné l’obstacle, ne faisant que repousser l’issue fatale.

Bien évidemment, en 1938, l’hégémonie était militaire, en 2011 elle n’est « que financière » mais à terme, elle peut produire les mêmes effets.

Les déclarations à la sortie des réunions internationales, G8, G20, sommets européens et autres, sont consternantes : « il n’y a plus de paradis fiscaux » « nous allons moraliser le capitalisme » « les 27 pays de l’UE sont solidaires face à la crise » « l’Europe vous protège » Il ne faut apporter aucun crédit à ces assertions. Elles sont dangereuses par leur inexactitude et leur mensonge.

À prendre en permanence les peuples comme variable d’ajustement du système, ceux-ci ne sachant plus à qui faire confiance, la droite et ladite gauche pratiquant la même politique, il leur reste l’abstention ou l’extrême-droite.

Les instances européennes vont-elles se limiter à une dénonciation courroucée de la remise en cause de la liberté de la presse en Hongrie ? Ne va-t-on pas mesurer concrètement la crédibilité de la fameuse « Charte des droits fondamentaux »

Les votes racistes et xénophobes que l’intelligentsia tente de cacher sous le terme de populisme en Autriche, en Pologne, au Danemark, aux Pays-Bas, en Hongrie, en Italie, menacent les démocraties en Europe.

Peut-on banaliser la constitution d’un groupe d’extrême-droite au parlement européen ?

Si rien n’est fait, la gangrène ne se contentera pas d’un orteil. Le pied et la jambe seront affectés, alors se posera la question de la survie du  patient européen.

Je pense qu’il n’est pas trop tard pour agir mais il y a urgence.

Mélenchon, le Raffarin d’extrême-gauche

Le titre choisi pour traiter la position de Mélenchon sur la Chine « Le Raffarin d’extrême-gauche » éclaircit immédiatement la pensée du journaliste.

Encore un effort et le co-président du Parti de Gauche sera soupçonné de sabotage d’une ligne TGV.

Qualifie-t-on de fascistes les dignitaires socialistes qui sont allés plastronner, le week-end dernier, au cimetière de Jarnac, sur la tombe du monarque, l’homme de la francisque, l’ancien Ministre de l’Intérieur qui avait refusé l’amnistie de combattants algériens condamnés à la peine capitale ? Bien sûr que non, cela serait ridicule, grotesque, alors un peu de mesure, s’il vous plaît, pour qualifier Mélenchon.

Oui, il doit impérativement rendre plus claire sa position sur la Chine. Les deux lignes consacrées à ce sujet dans son bouquin sont largement insuffisantes. Pour moi, la question des Droits de l’Homme est la colonne vertébrale d’une gauche digne de ce nom. Aucune concession ne doit être acceptée quelque soit le point du globe concerné.

Il n’est pas exact de dire que la Chine n’est pas expansionniste.

Que fait-elle en Afrique, dans la corne de l’Afrique ? Comment qualifier son arrivée dans les ports grecs et peut-être au Portugal ?

Mais Mélenchon fait aussi état de l’hégémonie financière, économique et militaire des Etats-Unis d’Amérique en précisant qu’en 1971 le Président Nixon avait décidé de décrocher la valeur du dollar de sa contrepartie en or, faisant que depuis le dollar vaut ce qu’on veut en croire. Au plan militaire, il informe que les USA disposent de 735 bases réparties dans 130 pays. Il n’oublie pas non plus le rôle des USA joué en Amérique Centrale et du Sud au cours des années 70 et 80 installant des partis d’extrême-droite et les aidant à imposer leur dictature.

Je crois que dans ce dossier des relations avec les USA et la Chine, comme dans celui de l’euro, il faudrait laisser les passions au vestiaire et raisonner objectivement, mais voilà, nous sommes déjà en campagne électorale et chacun se jette à la figure ce qu’il a sous la main.

Mélenchon ayant à plusieurs reprises déclaré que la candidature de Strauss-Kahn serait un casus belli, l’objectif est donc de réduire au maximum la cote médiatique du co-président du Parti de Gauche.

La concurrence au sein du Front de Gauche motive ce jeu politique malsain. Le PS sait que si le 1er tour de la présidentielle est important, le 2ième est capital. Or, il est clair que le PC s’adapterait plus facilement à une candidature Strauss-Kahn. Le PC sait qu’une alliance avec le PS lui assurerait davantage de survie qu’une alliance avec le PG.

Alors, l’intelligentsia ultralibérale pratique le jeu du tiroir dans l’hypothèse d’un repli vers le PS. La candidature du directeur du FMI est privilégiée, à défaut celle de Martine Aubry.

La petite phrase de Fabius, au milieu de décembre « La candidature de Dominique chemine » n’est pas anodine.

En fait, la course à la candidature est lancée, il s’agit d’amener Strauss-Kahn au firmament des sondages pour aborder les primaires. Ainsi, les militants, les adhérents et les sympathisants n’auraient plus qu’à confirmer les sondages dans les urnes et la campagne s’engagerait avec l’assurance de la pérennité ultralibérale à la tête de l’Etat français.

Voilà pourquoi pour les stratèges du PS il ne faut surtout pas avancer la date des primaires. Je pense même que l’objectif serait de faire traîner les choses.

Et pendant ce temps, il faut traquer tout ce qui risque d’entraver cette « belle » marche qui peut aboutir à une alternance, tout en repoussant une alternative. Or, la présence de Mélenchon, dans ce jeu, trouble la sérénité des scénaristes.

Il est donc devenu la tête de Turc et les têtes de Turcs, il faut les abattre.

Tout le monde s’y met, certains militants socialistes et une immense partie des médias.

L’épisode Stéphane Hessel fait peut-être partie de cette stratégie. La question n’est pas de contester le passé respectable de cet homme. Bien au contraire, mais si le début du buzz actuel est intéressant, la conclusion donne à réfléchir.

Maintenant que ce citoyen vénérable fait le tour des rédactions et des plateaux de télévision pour présenter son opuscule, nous apprenons beaucoup de choses.

Inviter à s’indigner, prendre le Conseil National de la Résistance est louable, mais si c’est pour en fin de compte faire la propagande de Martine Aubry, voire Strauss-Kahn et de considérer comme exemplaire le travail de la gauche plurielle entre 1997 et 2002 mené par Jospin, le parallélisme avec l’œuvre du C.N.R. est difficile.

Mais il est vrai que le co-président du Parti de Gauche fait peu d’effort pour éviter d’être la cible des critiques. Son discours tonitruant froisse les oreilles chastes, cependant j’invite les lecteurs de ce papier à écouter le débat qui s’est déroulé sur France-Culture le 31 décembre dernier entre Jean-Luc Mélenchon et Jacques Julliard.

Loin des invectives, un vrai et profond débat s’est déroulé.


Pour télécharger et conserver cette émission ou pouvoir l'écouter dans son baladeur :


Émission : « Les Controverses du progrès » du 31.12.2010 - 18h20 Débat : « Le peuple a-t-il toujours raison ? » avec Jacques Julliard et Jean-Luc Mélenchon sur France-Culture animé par Max Armanet



http://files.getwebb.org/img/mimetypes/ogg.png 00_LES_CONTROVERSES_DU_PROGRES_31_12_2010.ogg - 28.3 Mio

Sous le lien comment pouvoir écouter un fichier ogg si mon ordinateur ne les lit pas actuellement …

Dernière modification par gilles (04-03-2011 12:44:31)

Hors ligne

 

#819 16-01-2011 02:36:24

Jacques Roman
Membre
Message n°10065
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Le débat est devenu si squelettique sur notre site que nous en sommes réduits à reproduire les articles publiés ailleurs. Dommage.  JR

Hors ligne

 

#820 16-01-2011 09:44:15

NingúnOtro
Membre
Message n°10066
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Bien sur, c'est dommage. Vous avez un miroir à proximité? Vous verriez la poutre tout autant que les pailles. wink

Hors ligne

 

#821 16-01-2011 10:46:10

Étienne
Message n°10067
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Jacques,

- C'est peut-être simplement une période.
- C'est fatigant d'être à fond tout le temps.
- Ce n'est déjà pas si mal de se tenir informé de façon ciblée et libre. Moi, je trouve plein d'infos utiles dans les liens signalés ici.
- Peut-être qu'on se connaît mieux, entre habitués, et qu'on sait à quoi s'attendre, tant qu'on n'a pas de grain à moudre vraiment nouveau. Ce qui suggère de s'économiser, un peu. En attendant.
- Je suis en train de lire plusieurs livres (sur la Réserve fédérale et sur le "politiquement correct") qui m'incitent à remodeler sensiblement ma vision du monde. Je finirai bien par vous en parler. Et ça bardera sans doute un peu plus que maintenant smile

Amicalement.
Étienne.

Hors ligne

 

#822 16-01-2011 14:33:55

beo
Membre
Message n°10069
Date d'inscription: 08-01-2009
Messages: 384

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Non mais vous abusez JR, c'est à vous de nous proposer un truc crédible pour organiser des élections honnêtes. Votre idée de vote à tous les étages ne nous convient pas, parce que c'est trop compliqué : on se retrouve avec les représentants des représentants des représentants, et les pauvres candidats ont peut-être une vie de famille, ils ont en tous les cas autre chose à foutre qu'à aller faire les marioles dans leur commune, puis dans leur canton, puis dans dans leur département et j'en passe. Au plaisir de vous lire sur le fil ad-hoc.

Hors ligne

 

#823 16-01-2011 16:42:25

beo
Membre
Message n°10070
Date d'inscription: 08-01-2009
Messages: 384

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Et puis bon Zolko a des choses passionnantes à raconter sur l'indépendance des médias, puisqu'il a lu dans la langue originale la loi hongroise qui a fait couler beaucoup d'encre... chez ceux qui ne l'ont pas lue.

Hors ligne

 

#824 19-01-2011 17:56:02

gilles
Membre
Message n°10076
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Bon beo (10070), où est donc passé Zolko ? Qu'il nous donne des informations en exclusivité !

Une exclusivité, c'est chez Jorion en ce moment. Extraits du dernier article de François LECLERC :

Le sauvetage de l’euro n’a pas eu lieu : hier, par la voix de son ministre des finances, Wolfgang Schäuble, l’Allemagne a jeté l’éponge. M. Schäuble a dit qu’il n’y avait aucune urgence et qu’on pouvait réfléchir posément à la mise au point d’une nouvelle stratégie. Une autre manière de dire : « Advienne que pourra ! »[…]

Que va-t-il se passer maintenant ? L’effet domino va suivre son cours et les pays en faillite restructureront leur dette. Les banques allemandes et françaises encaisseront la décote de la dette grecque ; les banques britanniques et néerlandaises, la décote de la dette irlandaise ; les banques espagnoles encaisseront la décote de la dette portugaise – la goutte qui fera déborder le vase en ce qui les concerne, et ainsi de suite, car chacun doit de l’argent à tous les autres. Il faudra avoir le cœur bien accroché dans le secteur bancaire. Les banques allemandes prendront un sacré coup mais on a dû faire les comptes à Berlin, et le calcul est facile à faire : sauver les banques allemandes coûtera toujours moins cher que de sauver toutes les banques de la zone euro plus la dette souveraine de tous les pays dont elles relèvent. Au bout du compte, la notation AAA de l’Allemagne devrait en sortir indemne, alors que si elle s’engageait dans les jours qui viennent à sauver l’Espagne (dont coût à vue de nez, 950 milliards d’euros, soit davantage que le montant actuel de la cagnotte européenne : les 750 milliards du Fonds Européen de Stabilité Financière), la notation de son risque de crédit serait menacée.

Hier, la zone euro a basculé officiellement dans le chacun pour soi.[…]


Source : http://www.pauljorion.com/blog/?p=20559



Apparemment la suite des évènements décrite par François LECLERC est plus que plausible. Il va falloir s'accrocher au bastingage. J'espère que la transition vers l'abandon de cette monnaie sera correctement mise en œuvre. Ceci par des gens qui regardent la réalité :

La zone euro n’a jamais été et ne sera jamais une « zone monétaire optimale ». Les intérêts des Allemands à la hausse de l'euro s'opposaient aux intérêts des autre pays qui avaient intérêt à ce qu'il baisse.

L’euro n’a tenu aucune des promesses faites par ses partisans et ne les tiendra pas plus à l’avenir. La « convergence » des économies n'a jamais eu lieu, c'est la divergence prévue par les économistes qui est arrivée.



jeudi 20 janvier · 19:30 - 22:00
Conférence-débat « Faut-il VRAIMENT avoir peur de sortir de l'Euro ? » à MONFAVET     Restaurant « La terrasse d'Eden » (A proximité de l'aéroport d'Avignon)
3760 Route de Marseille

Dernière modification par gilles (19-01-2011 18:14:57)

Hors ligne

 

#825 20-01-2011 00:53:56

Jacques Roman
Membre
Message n°10077
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

La situation de l'euro

Gilles (10076) :

Pourquoi ne pas prendre M. Schäuble au mot ?

Il n'a pas "jeté l'éponge" : il a seulement dit, si j'ai bien compris, que rien ne pressait. Et en effet, rien ne presse, même si certains (États et particuliers) qui souhaitent ardemment la chute de l'euro parlent de son "sauvetage" dans l'espoir d'aider à provoquer parun effet d'annonce la catastrophe qu'ils souhaitent...

La situation de l'euro s'est nettement rétablie pour les raisons suivantes :

– mise sur ped du fonds  de stabilisation approvisionné à hauteur effective de 450 milliards d'euros avec disponibilité de 400 milliards supplémentaires, en attendant un éventuel doublement ;

– gouvernance financière européenne en perspective ;

– succès relatif des obligations espagnoles et portugaises ;

– déclarations des Chinois et des Japonais, premiers détenteurs de devises du monde, selon lesquelles ils sont preneurs d'obligations en euros ;

– entretiens Obama-Hu Jin Tao au cours desquels les Chinois ont signifié aux Américains que l'ère de l'hégémonie du dollar était terminée, au moment même (ce n'est pas un hasard) où les Français, qui ont la présidence des G8/G20, proposent avec insistance de réformer le système monétaire international

– possibilité d'utiliser l'arme massue de la planche à billets européenne,sous laforme d'achats d'obligations d'État en euros, maintenant que le tabou sur ce point a été levé.

Tout ça devrait quand même donner à réfléchir aux spéculateurs, non ?

Il y aurait d'autres choses à faire. Imiter les Chinois, par exemple, et créer une agence de notation européenne, à défaut d'interdire les agences de notation privées, armes de la spéculation et des intéréts géostratégiques de certains États. L'évaluation de la situation financière des États devrait être réservée aux organisations internationales compétentes. Les trois grandes agences de notation privées qui fonctionnent actuellement sont dévouées par nature aux intérêts de la finance mondialisée.  JR

Dernière modification par Jacques Roman (20-01-2011 00:54:45)

Hors ligne

 

#826 23-01-2011 20:56:39

gilles
Membre
Message n°10082
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Désolé Jacques, mais si l'euro peut être maintenu en vie grâce à l’acharnement thérapeutique et avec l'aide de la dictature chinoise peut-être, mais très peu pour moi.

NON À L'ACCORD ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL GLOBAL ( AECG )


NO TO COMMERCIAL AND ECONOMICAL TRADE AGREEMENT ( CETA )


http://www.bilaterals.org/local/cache-vignettes/L500xH375/jpg_img01355-20110117-1139-bde6e.jpg

Manifestations d'employés, d'écologistes et de fermiers canadiens devant les locaux de la Commission de l'UE le 17 janvier 2011


Plus d'informations sur cette manifestation, ici article anglophone …



Le gouvernement du Canada et la Commission de l'UE négocient dans la plus complète opacité un accord de libre-échange appelé l'accord économique et commercial global (AECG). Savez-vous que seuls les lobbies d'affaires sont consultés alors que les enjeux concernent la vie de tous les jours des citoyens ?
Malgré l'opacité des négociations, une fuite révélant le projet de l'accord et certains documents officiels ont permis de saisir les principales cibles de l'AECG. […]


http://blog.mondediplo.net/2010-12-21-L … ublique-de

Cet accord si il est signé posera une menace pour ce qui reste de nos services publics, d'autoriser massivement les OGM et d'entraver toute régulation sociale et environnementale. Il constitue en outre le premier pas vers la formation d'une vaste zone de libre-échange regroupant les pays de l'ALENA et ceux de l'UE, qui se fera au sacrifice des protections sociales, des réglementations environnementales et de ce qui reste des services publics.[…]

http://humanite.fr/17_01_2011-les-trans … loi-462699

Pour plus d'informations, cherchez dans votre moteur de recherche favori  : AECG UE Canada

Hors ligne

 

#827 24-01-2011 05:37:14

Jacques Roman
Membre
Message n°10084
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Gilles :

Pare que vous croyez vraiment que la dictature chinoise ne soutiendrait pas le franc aussi bien que l'euro ?

En matière de monnaie, il n'y a qu'une loi : celle de l'offre et de la demande. Comme vous le savez, le dollar se soutient depuis les années 1970 au moins par ce que vous appelez des "mesures thérapeutiques", et je crois qu'il ne risque pas encore de disparaître. JR

Hors ligne

 

#828 03-02-2011 22:13:09

gilles
Membre
Message n°10100
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

http://www.debout-la-republique.fr/IMG/jpg/sarkozy_usa.jpg

France


En déclarant à Davos face aux puissants de ce monde que l’euro n’était pas qu’une question monétaire ou économique, mais avant tout un projet identitaire, Nicolas Sarkozy a enfin fait tomber le masque des intérêts qu’il protège.

En effet, cette déclaration du chef de l’Etat français résonne comme un terrible aveu. S’il tient tant à sauver l’euro, ce n’est donc pas parce que l’euro serait le meilleur instrument monétaire ou économique pour la France, mais bien parce qu’il correspond à un projet plus ambitieux : imposer à la France une "identité" qui n’est pas sienne.

Cette "question d’identité" dont parle Nicolas Sarkozy est en totale cohérence avec la volonté de MM. Van Rompuy et Trichet - bien sûr présents à Davos - de soumettre les budgets nationaux à la censure d’une Commission européenne illégitime et anti-démocratique. Elle s’inscrit dans la droite ligne du viol du peuple français et de son rejet du référendum de 2005. Elle cadre en outre parfaitement avec la volonté de ces dirigeants non élus de nous imposer une gouvernance mondiale, dont ils savent pourtant pertinemment qu’elle signe la mort des démocraties.

Le chef de l’Etat français est donc prêt à sacrifier l’économie française sur l’autel d’une question identitaire pour le moins ambigüe.



Égypte


Frank G. Wisner a été envoyé d’urgence au Caire où il est arrivé lundi 31 janvier 2011 au soir.



M. Wisner est le fils de Frank Wisner Sr., co-fondateur de la CIA et du Gladio. Il fut, aux côtés d’Alan Dulles, l’un des pères de la doctrine d’intervention secrète des Etats-Unis : soutenir les démocraties qui font le « bon choix », contrecarrer les peuples qui font le mauvais.



Frank G. Wisner Jr. a lui-même toujours travaillé pour l’Agence et y travaille encore, notamment via Refugees International dont il est administrateur.



L’ambassadeur Wisner, qui un ami personnel du président Hosni Moubarak, est chargé d’organiser sa destitution en douceur. Son arrivée a été juste précédée d’un appel téléphonique du chef d’état-major interarmes, l’amiral Mike Müllen, à son homologue égyptien, le général Sami Enan —l’armée égyptienne est équipée et formée par le Pentagone—. Officiellement, Müllen l’a félicité pour sa retenue ; un message parfaitement reçu au Caire et suivi quelques minutes plus tard d’un communique de l’état-major annonçant que l’armée considére les manifestations comme légitimes.



Le public états-unien connaît Frank G. Wisner non comme un diplomate, ni comme un maître-espion, mais comme un financier sans scrupules. Il était en effet responsable d’une des filiales d’Enron, le géant du trading en énergie dont la faillite frauduleuse a ruiné nombre de petits épargnants. Il était aussi administrateur de l’assureur American International Group (AIG) lors de la crise financière de 2008 qui vit l’action de la société chuter de 95 % avant son sauvetage par les deniers publics.



Inconnu des Français, Frank G. Wisner a pourtant joué un grand rôle dans ce pays. Il a épousé Christine de Ganay (seconde épouse de Pal Sarkozy) et, à ce titre, a élevé Nicolas Sarkozy dans sa période new-yorkaise. C’est lui qui a introduit Nicolas Sarkozy adolescent dans les cercles de la CIA et qui lui a ouvert les portes de la politique française.



Hors ligne

 

#829 14-02-2011 20:28:49

gilles
Membre
Message n°10151
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Rejet de la réforme constitutionnelle !



En annonçant leur intention de réformer la Constitution pour y introduire l’obligation d’équilibre des finances publiques, le Président de la République et le Premier ministre franchissent un nouveau pas dans la subordination à l’Union européenne.
Une telle réforme aurait pour conséquence que, quelle que soit sa couleur politique, la majorité sortie des urnes serait contrainte par la Constitution de s’en tenir aux plafonnements de dépenses publiques (État, collectivités territoriales, Sécurité sociale, allocations chômage, minima sociaux) et de déficits dictés par Bruxelles et la Banque centrale européenne. Gouvernement et Parlement ne seraient plus que de simples outils subsidiaires de l’Union européenne.
Une telle réforme vise à fermer toute possibilité pour les organisations syndicales de négocier à partir des revendications ouvrières, l’État pouvant leur opposer l’obligation constitutionnelle de la rigueur.

Que resterait-il de la démocratie et de la souveraineté ?


Au moment où dans l’enseignement, les hôpitaux, à la poste, les travailleurs se mobilisent avec leurs organisations contre les suppressions de postes, les conséquences de la privatisation et les mesures qui découlent de la loi Bachelot ; au moment où dans l’ensemble de la fonction publique, ils sont confrontés aux 100 000 suppressions d’emplois d’ici 2013 et aux menaces contre le statut — et cela quelques mois seulement après l’immense mobilisation de millions de salariés contre la contre-réforme des retraites…
cette annonce traduit les craintes du gouvernement Sarkozy-Fillon face à la résistance ouvrière.
En proposant cette réforme constitutionnelle, le gouvernement Sarkozy-Fillon compte sur l’appui du Parti socialiste (sans lequel il ne peut obtenir 60 % des suffrages au Parlement, seuil nécessaire pour toute réforme constitutionnelle). Pour le Parti ouvrier indépendant, légitime est la mobilisation des travailleurs, paysans, jeunes, pour la défense de leurs droits. Légitime est leur rejet du chantage à la « nécessaire réduction des déficits publics », chantage exercé au nom d’un « intérêt général » qui n’est que l’intérêt des capitalistes, des financiers et des spéculateurs, défendu par le FMI et l’Union européenne.
Au moment où en Tunisie, en Egypte, les peuples se soulèvent contre les politiques de misère et de déchéance, il doit être dit clairement que la démocratie exige le rejet de ce projet de loi. Au-delà, la démocratie exige : la rupture avec l’Union européenne, avec l’euro et avec les institutions de la Ve République.

Paris, le 5 février 2011


Les secrétaires nationaux du POI Daniel Gluckstein
Claude Jenet
Jean Markun
Gérard Schivardi

Hors ligne

 

#830 15-02-2011 11:49:04

Déhel
Membre
Message n°10154
Lieu: Le Havre, France
Date d'inscription: 27-07-2008
Messages: 543

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Bonjour Gilles,
je suis plus circonspect quant aux conséquences de cette réforme constitutionnelle. D'abord, que l'on cesse de dépendre de créanciers me paraît sain. Que l'on doive choisir en conséquence les secteurs de dépense plutôt que d'emprunter pour satisfaire tout le monde me semble pouvoir réanimer le débat politique national et international: dans le cadre d'un budget équilibré, la victoire des uns se ferait instantanément aux dépens des autres, la notion de classe sociale pourrait donc reprendre sens et les programmes politiques retrouver du sens social. Enfin, abandonner l'idée que tout est possible pour les états du nord ne me paraît pas un mal et devrait nous rendre un peu moins cyniques et arrogants sur la scène internationale. Quant à l'UE, elle incarnera encore mieux dans ce contexte l'éminence grise d'où provient le mal, stigmatisera les mécontentements et deviendra un véritable enjeu de la politique nationale. Mais je rêve peut-être.


La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples, Machiavel.
Le risque de la liberté: texte collégial d'insurection morale, ici.

Hors ligne

 

#831 15-02-2011 13:35:29

gilles
Membre
Message n°10155
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Bonjour Déhel, content de te relire. Je n'avais pas vu les choses comme tu les vois. En effet, finalement cela peut être intéressant, cette autonomie financière et cette clarté des des débats.



Mais il m'apparaît maintenant une nuance à l'esprit, nous ( collectivement par l'intermédiaire du budget de l'État ) pouvons être à l'équilibre sans cesser d'emprunter.

Je ne suis pas comptable, mais je vais essayer de me dépatouiller avec quelques chiffres pour étayer mon affirmation.

Année 20XX

Ressources :

— Ressources de l'État ( impôts, taxes, redevances etc …)
1000

— Somme mise à disposition par un emprunt avec intérêts
150

Dépenses :

— Dépenses de fonctionnement et d'investissement
1130

— Intérêts de remboursement de l'emprunt de 150
20

Les ressources et les dépenses sont équilibrées pour un montant de 1150 pour l'année 20XX. C'est une vision statique sur une année, l'année suivante ( 20XX +1 ), sans nouvel emprunt, en supposant que les ressources restent à 1000, il faudra dépenser nettement moins ( 1000-20 = 980), donc il y a une incitation politique pour ne mécontenter personne à court terme, de reprendre un autre emprunt pour pouvoir dépenser autant sans augmenter les impôts. Donc nos « représentants » risquent de reprendre un emprunt de 150 et les intérêts de remboursement passent à 40.

Il me semble qu'en dynamique cumulée sur plusieurs années, c'est aussi les emprunts de l'État qu'il faudrait interdire. À mon avis, toutes les dépenses de l'État devraient être financées par les impôts, taxes, redevances, sinon l'action publique deviendrait impuissante, les dépenses et investissements de l'action publique étant noyés par les intérêts dus aux remboursement des emprunts et la politique de l'État soumise au bon vouloir des marchés. On me dit dans mon oreillette que c'est déjà ce qui se passe !

Je vais écrire au "représentant" "hum…hum" du peuple de ma circonscription pour lui dire qu'à tant parler de la dette publique, il faut aller jusqu'au bout et lui demander d'augmenter les impôts, sinon la France ne sera plus bientôt que la République bananière des marchés.

Hors ligne

 

#832 15-02-2011 17:40:01

Sandy
Membre
Message n°10158
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Déhel a écrit:

Bonjour Gilles,
je suis plus circonspect quant aux conséquences de cette réforme constitutionnelle. D'abord, que l'on cesse de dépendre de créanciers me paraît sain. Que l'on doive choisir en conséquence les secteurs de dépense plutôt que d'emprunter pour satisfaire tout le monde me semble pouvoir réanimer le débat politique national et international: dans le cadre d'un budget équilibré, la victoire des uns se ferait instantanément aux dépens des autres, la notion de classe sociale pourrait donc reprendre sens et les programmes politiques retrouver du sens social. Enfin, abandonner l'idée que tout est possible pour les états du nord ne me paraît pas un mal et devrait nous rendre un peu moins cyniques et arrogants sur la scène internationale. Quant à l'UE, elle incarnera encore mieux dans ce contexte l'éminence grise d'où provient le mal, stigmatisera les mécontentements et deviendra un véritable enjeu de la politique nationale. Mais je rêve peut-être.

Bonjour, vous n'avez pas compris le but de cette réforme. Il ne s'agit pas dutout de se rendre indépendant des créanciers. Il s'agit au contraire d'automatiser les exigences de ces créanciers.
La dette n'est pas annulée. Il ne s'agit pas de la rembourser. Il ne s'agit pas non plus d'interdire d'emprunter. Il s'agit de rendre automatiques les politiques voulues par les néolibéraux.

Ainsi un gouvernement de droite continuera bel et bien de faire des dépenses fiscales pour les plus riches et de déséquilibrer les comptes, mais cette fois-ci il aura un argument constitutionnel pour justifier des régressions sociales, des privatisations etc ...
Cette réforme constitutionnelle remplacera l'argument de la dette publique, de la france qui vit au dessus de ses moyens etc ...
Ils vous diront, il faut équilibrer les comptes des régimes des retraites, ce n'est plus possible de les financer avec le système actuel, il faut les privatiser !

C'est aussi un bon moyen très démagogique de faire croire qu'ils s'inquiètent du remboursement de la dette qu'ils ont eux même creusé délibérément.

Hors ligne

 

#833 15-02-2011 17:57:21

AJH
Membre
Message n°10160
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

@Dehel

Depuis 1980 jusqu'en 2008 la moyenne des soldes primaires (hors intérêt de la dette) des administrations publiques (donc y compris Etat) est équilibrée. Ce sont les intérêts de la dette qui donnent l'illusion d'un déficit budgétaire

http://monnaie.wikispaces.com/file/view/190910-4.png/183373321/190910-4.png

Graphique  extrait de http://monnaie.wikispaces.com/Arnaque


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#834 16-02-2011 04:18:03

Jacques Roman
Membre
Message n°10162
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

L'obligation d'équilibrer des finances publiques doit-elle être inscrite dans la constitution ?

Non.

À mon avis, il s'agit là par nature d'une question de politique financière et non d'un principe constitutionnel. Il arrivera (par exemple en cas de guerre ou de catastrophe naturelle) que le déséquilibre ou l'équilibre ne dépendent même pas de la volonté des pouvoirs publics.

On ne doit mettre dans une constitution que des règles effectivement applicables dans tous les cas de figure, pas des objectifs circonstanciels

C'est pour cette raison avant tout que le traité constitutionnel européen rejeté en 2005 était inacceptable : il mêlait les règles d'organisation et de fonctionnement des pouvoirs publics (vraiment constitutionnelles) et les politiques sociales, économiques et financières. JR

Dernière modification par Jacques Roman (16-02-2011 04:23:34)

Hors ligne

 

#835 18-02-2011 22:22:50

Étienne
Message n°10185
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Farrage : Vos nouveaux seigneurs soviétiques M. Orbán

Nigel Farage, utilisant toujours au mieux ses 90 secondes règlementaires pour résister à l'Empire et sortir du piège politique de l'UE :

http://www.dailymotion.com/video/xh33sl … ban_webcam

Étienne.



____________________

Pourtant, aujourd’hui comme hier, les libéraux victorieux gardaient une secrète méfiance envers le spectre de la souveraineté populaire qui s’agite sous la surface lisse du formalisme démocratique. « J’ai pour les institutions démocratiques un goût de tête, confiait Tocqueville, mais je suis aristocratique par l’instinct, c’est-à-dire que je méprise et crains la foule. J’aime à fond la liberté, le respect des droits, mais non la démocratie. » (*) La peur des masses et la passion de l’ordre, tel est bien le fond de l’idéologie libérale, pour qui le terme de démocratie n’est en somme que le faux-nez du despotisme marchand et de sa concurrence non faussée.

(*) New York Daily Tribune, 25 juin 1853

Daniel Bensaïd dans "Le scandale permanent" in « Démocratie, dans quel état ? » (ouvrage collectif), La Fabrique, Paris, 2009.

Hors ligne

 

#836 20-02-2011 10:11:50

gilles
Membre
Message n°10188
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Je suis admiratif devant le courage de Nigel Farage, je partage une partie de ses arguments, mais je pense et je ne dois pas être le seul, que d'une part qu'il amalgame trop simplement l'URSS et l'UE. C'est facile, mais la comparaison ne se résume pas à une simple égalité entre les deux. ( Pas le temps de développer les points qui séparent ces deux systèmes et leurs évolutions ).
D'autre part, il est très pro-capitalisme, très pro-marchés, ce que je ne suis pas.

Hors ligne

 

#837 21-02-2011 01:48:53

Jacques Roman
Membre
Message n°10190
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Nigel Farage

Dans toute assemblée il est bon qu'un ou plusieurs comiques détendent l'atmosphère.

Par ailleurs, NF est objectivement utile dans la mesure où il peut aider à convaincre les Britanniques de l'opportunité de sortir leur pays de l'UE, ce qui serait dans l'intérêt général : hélas, ils ne se retireront pas (marché commun oblige).

Allez sous http://www.democracyforum.co.uk/european-union/ pour vous faire une idée plus concrète des visions faragiennes du monde.  JR

Hors ligne

 

#838 22-02-2011 02:40:54

Sandy
Membre
Message n°10195
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Je pense qu'unanimement on apprécie ses sorties contre les rois de l'UE, mais effectivement on ne partage pas ses idées pour autant wink

Hors ligne

 

#839 26-02-2011 11:48:21

gilles
Membre
Message n°10207
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Quand la CIA finançait la construction européenne.




De 1949 à 1959, en pleine guerre froide, les Américains, par l'intermédiaire de leurs services secrets et du Comité américain pour l'Europe unie, ont versé l'équivalent de 50 millions de dollars actuels à tous les mouvements pro-européens, parmi lesquels ceux du Britannique Winston Churchill ou du Français Henri Frenay. Leur but, contenir la poussée soviétique...

Une enquête de Rémy Kauffer pour la revue « Historia »


Première partie : les origines, Henry Frenay, l'American Committee for United Europe, William Donovan

http://files.getwebb.org/files/19/0c/e5/82e1aedbbc5158cd53a5cd4b7674ca2ecb/source.png
Henry Frenay


À 82 ans, Henri Frenay, le pionnier de la Résistance intérieure, fondateur du mouvement Combat, arbore une forme intellectuelle éblouissante malgré sa surdité de l'oreille droite et sa récente opération de l'estomac. Pourtant, il n'a plus que trois mois à vivre. En ces jours de mai 1988, il me parle de l'Europe dans son appartement de Boulogne-sur-Seine. De cette Europe fédérale dont il a rêvé en vain entre 1948 et 1954. De la dette aussi que, en cas de succès, le Vieux Continent aurait contracté envers les Américains, ceux notamment du « Comité ». Et d'insister une fois, deux fois, dix fois, tandis que moi, je m'interroge : pourquoi diable ce mystérieux « Comité » revient-il à une telle fréquence dans nos conversations ? Pourquoi ? Mais parce que Frenay me confie, avec il est vrai d'infinies précautions de langage, son ultime secret : l'aide financière occulte de la CIA via l'American Committee for United Europe - le Comité américain pour l'Europe Unie– vers l'Union européenne des fédéralistes dont il a été le président. Pour reconstituer cette filière inédite, il me faudra une quinzaine d'années. Un jeu qui en valait la chandelle puisqu'il me permet d'ouvrir, pour les lecteurs d'« Historia », la porte d'un des compartiments les plus secrets de la guerre froide...


Tout commence à l'automne 1948. Déjà coupée en deux, l'Europe vit sous la menace d'une invasion totale par l'armée rouge. Au « coup de Prague » en février, vient de succéder en juin le blocus de Berlin. Un petit cénacle de personnalités de l'ombre jette alors les bases de l'American Committee for United Europe, l'ACUE - son existence sera officialisée le 5 janvier 1949 à la maison de la Fondation Woodrow-Wilson de New York. Politiques, juristes, banquiers, syndicalistes vont se mêler au sein de son conseil de direction. De hautes figures gouvernementales aussi comme Robert Paterson, le secrétaire à la Guerre ; James Webb, le directeur du budget ; Paul Hoffman, le chef de l'administration du plan Marshall ; ou Lucius Clay, le « proconsul » de la zone d'occupation américaine en Allemagne.






Bien tranquilles, ces Américains-là ? Non, car la véritable ossature de l'ACUE est constituée d'hommes des services secrets.




http://files.getwebb.org/files/1c/e3/b9/6316b3aad4f8c6bfcf77baab93cc927cf3/source.png
William Donovan pendant la Première Guerre Mondiale



Prenez son président, William Donovan. Né en 1883 à Buffalo, cet avocat irlando-américain au physique de bouledogue, surnommé " Wild Bill " par ses amis, connaît bien l'Europe. En 1915, il y remplissait déjà une mission humanitaire pour le compte de la Fondation Rockefeller. Deux ans plus tard, Donovan retrouvait le Vieux Continent pour y faire, cette fois, une Grande Guerre magnifique. Redevenu civil, " Wild Bill " va se muer en missus dominicus du gouvernement américain. Ses pas d'émissaire officieux le portent vers l'Europe pour des rencontres parfois imprévues. En janvier 1923, alors qu'ils goûtent un repos bien mérité, sa femme Ruth et lui devront ainsi subir une soirée entière les vociférations d'un autre habitué de la pension Moritz de Berchtesgaden. Dix-sept ans plus tard, l'agité, un certain Adolf Hitler, s'est rendu maître de la partie continentale de l'Europe, et c'est " Wild Bill " que Franklin Roosevelt, inquiet, dépêche à Londres s'enquérir auprès de Winston Churchill du potentiel britannique face à l'avancée nazie.

En juin 1942, Donovan, homme de confiance du président démocrate pour les affaires spéciales, crée l'Office of Strategic Services (OSS), le service secret américain du temps de la Seconde Guerre mondiale dont il devient le chef et qu'il quittera à sa dissolution, en septembre 1945, sans perdre le contact avec l'univers du renseignement : " Wild Bill " tisse des liens privilégiés avec la Central Intelligence Agency, la CIA, créée officiellement le 15 septembre 1947 par une loi sur la sécurité nationale signée par le successeur de Roosevelt, Harry Truman.

Dernière modification par gilles (02-12-2015 20:04:34)

Hors ligne

 

#840 26-02-2011 20:57:47

gilles
Membre
Message n°10213
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Quand la CIA finançait la construction européenne.


série d'après un article de Rémy Kauffer dans la revue « Historia »

Début de l'enquête : les origines, Henry Frenay, l'American Committee for United Europe, William Donovan


Deuxième partie : l'ACUE, Walter Bedell Smith, Allen Dulles



http://files.getwebb.org/files/93/06/f0/5a516342e8bf27a6841143c5a3f54589f2/source.png

Walter Bedell Smith

Prenez le vice-président de l'ACUE Walter Bedell Smith, ancien chef d'état-major d'Eisenhower pendant la Seconde Guerre mondiale puis ambassadeur des États-Unis à Moscou. À partir d'octobre 1950, celui que ses amis surnomment le « Scarabée » ( beetle en anglais) va prendre les commandes de la CIA. 1950, c'est justement l'année où des universitaires comme Frederick Burkhardt et surtout William Langer, historien à Harvard, lancent la section culturelle de l'ACUE. Ces deux proches de Donovan ont servi autrefois dans les rangs de l'OSS. Langer en a dirigé le service Recherche et Analyse et, excellent connaisseur de la politique française, a même commis après-guerre un ouvrage savant qui s'efforçait de dédouaner « Le Jeu américain à Vichy »(Plon, 1948).










http://files.getwebb.org/files/75/28/57/9694253799ff72409abdbb894910843bbf/source.png

Allen Dulles

Prenez surtout Allen Dulles. A l'été 1948, c'est lui qui a « inventé » le Comité avec Duncan Sandys, le gendre de Churchill, et George Franklin, un diplomate américain. Principal associé du cabinet de juristes Sullivan & Cromwell, Dulles n'impressionne guère de prime abord avec ses fines lunettes, ses éternelles pipes de bruyère et ses vestes en tweed. Sauf qu'avec ce quinquagénaire, un maître espion entre dans la danse.

Retour à la case Seconde Guerre mondiale. Chef de l'OSS à Berne, Dulles noue en février 1943 des contacts avec la délégation de Combat en Suisse. Un temps, il assurera même le financement du mouvement clandestin.  « Coup de poignard dans le dos du général de Gaulle », s'insurge Jean Moulin au nom de la France libre. « Survie de la Résistance intérieure menacée d'étranglement financier », rétorque Frenay. Pensant d'abord à ses camarades dénués de moyens, aux maquisards en danger, il ne voit pas pourquoi Combat devrait se priver d'un argent allié versé, c'est convenu, sans contrepartie politique. Cette « affaire suisse » va empoisonner un peu plus encore ses rapports avec Moulin.

En 1946, Dulles démissionne des services secrets... pour en devenir aussitôt l'éminence grise, prenant une part prépondérante à la rédaction du texte de loi présidentiel sur la sécurité nationale. Cofondateur à ce titre de la CIA (pour les initiés : l'Agence ou mieux, la Compagnie), Dulles pense qu'en matière d'action clandestine, privé et public doivent conjuguer leurs forces. C'est lui qui a déjà inspiré, par l'intermédiaire de ses amis du Brook Club de New York, le versement des subsides de grosses sociétés américaines à la démocratie chrétienne italienne menacée par un parti communiste surpuissant. En 1950, il va reprendre officiellement du service comme bras droit du Scarabée d'abord, comme son successeur à la tête de la CIA ensuite - de février 1953 à septembre 1961. Record de longévité d'autant plus impressionnant que son frère aîné John Forster Dulles, restera, lui, ministre des Affaires étrangères de 1953 à sa mort de maladie en mai 1959.   




Suite : Un autre aperçu de l'American Committee for United Europe ( l'ACUE ), orienter l'activité des syndicats contre le mouvement « communiste » et contre l'Union Soviétique…

Dernière modification par gilles (17-03-2011 09:40:32)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr