Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#81 23-07-2012 19:49:45

AJH
Membre
Message n°19760
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

@Jacques Roman
A mon avis la proposition d'Asselineau est inapplicable et votre analyse me semble bonne. Un euro, qu'il soit grec ou autre est un euro sur le marché des change et au sein de l'eurozone.
La seule solution pour la Grèce est de quitter l'euro (et c'est également la solution pour l'Espagne et le Portugal, en attendant l'Italie et la France smile )


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#82 24-07-2012 18:36:08

yvesmarc
Membre
Message n°19779
Date d'inscription: 27-11-2011
Messages: 126

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

@ TOUS
ce qu'en dit Jacques SAPIR et Saint Etienne SUR cette vidéo est différent. A partir de la 24mn 33
Chaque Euro a une clé d'identification et est donc différent..

Hors ligne

 

#83 24-07-2012 18:39:43

yvesmarc
Membre
Message n°19780
Date d'inscription: 27-11-2011
Messages: 126

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Hors ligne

 

#84 24-07-2012 20:23:10

AJH
Membre
Message n°19783
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

yvesmarc a écrit:

@ TOUS
ce qu'en dit Jacques SAPIR et Saint Etienne SUR cette vidéo est différent. A partir de la 24mn 33
Chaque Euro a une clé d'identification et est donc différent..

Chaque euro de monnaie fiduciaire, oui (http://fr.wikipedia.org/wiki/Billets_de … de_billets , peut être vaut-il mieux éviter d'avoir trop de "Y") ... mais c'est tellement minime par rapport aux échanges commerciaux qui se font en euros scripturaux ("électroniques")


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#85 25-07-2012 00:21:52

Sandy
Membre
Message n°19788
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

AJH a écrit:

@Jacques Roman
A mon avis la proposition d'Asselineau est inapplicable et votre analyse me semble bonne. Un euro, qu'il soit grec ou autre est un euro sur le marché des change et au sein de l'eurozone.
La seule solution pour la Grèce est de quitter l'euro (et c'est également la solution pour l'Espagne et le Portugal, en attendant l'Italie et la France smile )

La seule solution à quoi ?

Hors ligne

 

#86 25-07-2012 07:30:50

AJH
Membre
Message n°19791
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Sandy a écrit:

AJH a écrit:

@Jacques Roman
A mon avis la proposition d'Asselineau est inapplicable et votre analyse me semble bonne. Un euro, qu'il soit grec ou autre est un euro sur le marché des change et au sein de l'eurozone.
La seule solution pour la Grèce est de quitter l'euro (et c'est également la solution pour l'Espagne et le Portugal, en attendant l'Italie et la France smile )

La seule solution à quoi ?

La solution à son indépendance monétaire lui permettant d'avoir une monnaie adaptée à sa production et aux échanges internationaux , et de pouvoir utiliser sa propre banque centrale comme elle l'entends.
De plus, une dévaluation de 50% aurait ipso facto comme conséquence de diminuer sa dette d'autant.
Bien sur quitter l'euro n'est pas suffisant ...


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#87 11-08-2012 23:30:28

yvesmarc
Membre
Message n°20261
Date d'inscription: 27-11-2011
Messages: 126

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

A propos pour ceux qui s'intéresse au livre d'Eustace Mullins les vidéos s'y rapportant

http://questionscritiques.free.fr/edito … 291110.htm

Hors ligne

 

#89 16-01-2013 21:36:01

Sandy
Membre
Message n°23206
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

AJH a écrit:

Sandy a écrit:

AJH a écrit:

@Jacques Roman
A mon avis la proposition d'Asselineau est inapplicable et votre analyse me semble bonne. Un euro, qu'il soit grec ou autre est un euro sur le marché des change et au sein de l'eurozone.
La seule solution pour la Grèce est de quitter l'euro (et c'est également la solution pour l'Espagne et le Portugal, en attendant l'Italie et la France smile )

La seule solution à quoi ?

La solution à son indépendance monétaire lui permettant d'avoir une monnaie adaptée à sa production et aux échanges internationaux , et de pouvoir utiliser sa propre banque centrale comme elle l'entends.
De plus, une dévaluation de 50% aurait ipso facto comme conséquence de diminuer sa dette d'autant.
Bien sur quitter l'euro n'est pas suffisant ...

La solution pour atteindre des objectifs qui sont totalement contestables.

Quitter l'euro est inutile.

Les grecs peuvent évidemment réduire leur dette d'une manière moins dangereuse, par exemple en la restructurant, c'est d'ailleurs en partie déjà ce qu'ils font par nécessité, sinon tout ce qu'ils ont fait s'écroulerait.

Et le point de vue qui consiste à croire que la solution à leurs problèmes économiques réside dans le boost artificiel de leurs exportations à coup de dévaluation est lui aussi plus que contestable.
C'est croire que la solution réside dans la concurrence économique entre pays.

Hors nous pensons au contraire que la concurrence entre pays est l'une des causes principales de nos problèmes.
La Grèce s'en sortirait surement beaucoup mieux à s'occuper des besoins de sa population et de l'aménagement de son territoire et la distribution de ses richesses en conséquence, plutôt que de s'orienter à  produire pour les autres.

Hors ligne

 

#90 16-01-2013 21:59:09

Jacques Dupontel
Membre
Message n°23208
Date d'inscription: 02-01-2009
Messages: 81

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Sandy, je suis contre votre plaidoyer pour le capitalisme et sa monnaie l'euro. L'Union Européenne, ses traités et les règles de l'euro, ce sont la concurrence économique entre les pays, l'orientation économique vers l'exportation, la primauté du capital sur le travail, les reculs démocratiques, la compétitivité. Le « Pacte budgétaire européen », renommé « Traité » TSCG reprend et durcit les « critères de Maastricht » prétendant encadrer les déficits et dettes des Etats de la zone euro. Il reprend un système de contrôle au niveau européen.

Les critères de Maastricht n’ont jamais été respectés et les dispositifs de sanction n’ont jamais été appliqués. Au cœur de la crise de l’euro, ils étaient disqualifiés les uns et les autres pour continuer à servir de prétexte aux politiques nationales d’austérité. Le TSCG, négocié en 2011, les remplace comme instrument politique au service des politiques des gouvernements nationaux en faveur du capital. Il représente un nouvel acte politique dans le sens d’une intégration budgétaire.

Communistes, nous ne pouvons que nous y opposer fermement. La victoire du NON au référendum de 2005 sur le projet de Constitution européenne rend l’ensemble des traités européens illégitimes à s’appliquer en France, dont ce nouveau TSCG.

Après les élections présidentielles, le Front de gauche et certaines associations ont appelé François Hollande à respecter son engagement de « renégocier » le TSCG. Cette « renégociation » n’a rien changé au texte principal initial. Ensuite, le Front de gauche a réclamé l’organisation d’un référendum et s’est joint dans l’opposition au TSCG à des composantes du PS, d’EELV, qui, comme le PG, défendent un projet fédéraliste et une intégration plus poussée dans l’UE. Le Front de gauche s’appuie aussi sur les positions de la Confédération européenne des syndicats, la CES, qui fait pourtant reposer son opposition au TSCG sur sa défense du Traité de Lisbonne.

Ces positions sont inconciliables avec celles qu’a historiquement défendues le PCF contre l’UE du capital. C’est propager une  illusion grave que de laisser entendre que le Pacte budgétaire serait renégociable.

Notre parti ne peut pas participer à une recomposition politique « à gauche », canalisant l’opposition de classe à l’UE, pour mieux la relégitimer. Demander, vainement, un référendum sur le TSCG dévalorise gravement le NON de 2005 à l’ensemble des textes européens. Il serait grave que le PCF suive le second fer au feu de l’intégration européenne.

Notre parti doit valoriser le NON de 2005, actualiser et développer, par des campagnes nationales et internationalistes, l’opposition croissante à l’UE. Si l’on juge que le TSCG représente une atteinte inacceptable à la souveraineté populaire, avec ses prétentions à contrôler les budgets nationaux, l’on doit combattre l’instrument économique essentiel que le capitalisme européen a mis hors d’atteinte de l’action des peuples : la monnaie avec l’euro.

Combattre le TSCG et son application, les politiques d’austérité, passe par la remise en cause fondamentale de l’euro et d’Union européenne du capital.

Hors ligne

 

#91 17-01-2013 09:59:08

lanredec
Membre
Message n°23209
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

@Sandy
Quand on se promène dans un marécage, avoir des bonnes bottes peut être utile. Mais quand  on s'est enfoncé jusqu'aux genoux dans une fondrière, elle deviennent un handicap. Et quand on en a jusqu'au cou elles sont un danger mortel.

Et ce n'est pas invoquer le fait que le marécage pourrait être asséché qui sera d'un grand secours immédiat. Il vaut mieux commencer par abandonner ses bottes.

Dernière modification par lanredec (18-01-2013 11:12:14)


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

#92 17-01-2013 10:13:23

Jacques Roman
Membre
Message n°23210
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Jacques Dupontel a écrit:

[...]

La victoire du NON au référendum de 2005 sur le projet de Constitution européenne rend l’ensemble des traités européens illégitimes à s’appliquer en France, dont ce nouveau TSCG. [...]

Affirmation gratuite.

Le non de 2005 portait spécifiquement sur le traité constitutionnel européen (TCE). Il ne pouvait en aucune manière remettre en cause la légitimité des traités antérieurs : au contraire, ceux qui ont voté non au TCE ont dit implicitement qu'ils voulaient s'en tenir aux traités antérieurs plutôt que d'accepter le nouveau traité.

Cétait mon cas : j'ai voté non au TCE, mais j'aurais voté oui au traité de Lisbonne s'il avait été soumis au référendum, et je ne crois pas être le seul dans ce cas.

(Ce qui ne veut pas dire que le traité de Lisbonne n'est pas très améliorable.)

Non seulement le contenu de Lisbonne différait de celui du TCE, mais aussi les circonstances avaient changé en l'espace de deux ans. Et même si elles n'avaient pas changé, les électeurs pouvaient changer d'avis, comme les Irlandais l'on fait à peu près dans ce laps de temps d'un référendum à l'autre (en supposant que les deux traités aient été identiques au fond, ce que je conteste).

JR

Dernière modification par Jacques Roman (17-01-2013 10:16:25)

Hors ligne

 

#93 17-01-2013 10:37:04

gilles
Membre
Message n°23212
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1268

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Je suis en accord avec l'analyse de Jacques Dupontel et en désaccord avec celle de Jacques Roman : le TCE reprenait tous les traités antérieurs, le vote NON remettait donc en cause de manière appuyée, le peuple s'étant prononcé, la légitimité de tous les traités antérieurs. La « construction » européenne n'a aucune espèce de légitimité qui lui vienne du peuple.

Hors ligne

 

#94 17-01-2013 10:42:28

Ghislain
Membre
Message n°23213
Lieu: Oberstinzel (trou paumé du 57)
Date d'inscription: 28-03-2012
Messages: 413

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Comment peut-on voter "non" en 2005, et "oui" en 2008 pour le meme texte!

C'est accepter l'esclavagisme en quelque sorte...

Enfin je ne comprend pas votre raisonnement Jacques Roman...

Hors ligne

 

#95 17-01-2013 15:38:14

Sandy
Membre
Message n°23218
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Jacques Roman a écrit:

Jacques Dupontel a écrit:

[...]

La victoire du NON au référendum de 2005 sur le projet de Constitution européenne rend l’ensemble des traités européens illégitimes à s’appliquer en France, dont ce nouveau TSCG. [...]

Affirmation gratuite.

Le non de 2005 portait spécifiquement sur le traité constitutionnel européen (TCE). Il ne pouvait en aucune manière remettre en cause la légitimité des traités antérieurs : au contraire, ceux qui ont voté non au TCE ont dit implicitement qu'ils voulaient s'en tenir aux traités antérieurs plutôt que d'accepter le nouveau traité.

Cétait mon cas : j'ai voté non au TCE, mais j'aurais voté oui au traité de Lisbonne s'il avait été soumis au référendum, et je ne crois pas être le seul dans ce cas.

(Ce qui ne veut pas dire que le traité de Lisbonne n'est pas très améliorable.)

Non seulement le contenu de Lisbonne différait de celui du TCE, mais aussi les circonstances avaient changé en l'espace de deux ans. Et même si elles n'avaient pas changé, les électeurs pouvaient changer d'avis, comme les Irlandais l'on fait à peu près dans ce laps de temps d'un référendum à l'autre (en supposant que les deux traités aient été identiques au fond, ce que je conteste).

JR

Jacques n'essayez pas svp de faire "implicitement" dire ce qui vous arrange au résultat du référendum de 2005.

Les gens ont rejeté cette ratification pour des raisons précises, notamment par rejet d'articles, c'est à dire de règles et de politiques, contenus à la fois par le TCE et les précédents traités.

Avec le traité de Lisbonne, vu qu'il contenait à son tour tout ce qui avait été remis en cause et critiqué en 2005, les français auraient eu les mêmes raisons de le rejeter s'il avait été soumis à leur approbation.

Sarkozy et Merkel le savaient, c'est bien pour cela qu'ils ont imposé la ratification par la voie parlementaire.

La légitimité provenant de la volonté du peuple uniquement, à partir du moment où ils agissent contre cette volonté, ils ne sont plus légitimes. Le traité de Lisbonne n'a absolument aucune légitimité.

Hors ligne

 

#96 17-01-2013 16:24:33

frigouret
Membre
Message n°23220
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Ah ! Tout ce qui n'aurait pas été approuvé directement par le peuple n'aurait aucune légitimité ! Voilà une sacré nouveauté venant de ta part.


cool

Hors ligne

 

#97 17-01-2013 19:59:35

AJH
Membre
Message n°23221
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Jacques Roman a écrit:

au contraire, ceux qui ont voté non au TCE ont dit implicitement qu'ils voulaient s'en tenir aux traités antérieurs plutôt que d'accepter le nouveau traité.

JR

Vous extrapolez totalement la signification de mon "non" ... personne ne m'a demandé si je voulais m'en tenir aux traités antérieurs ... cette question n'a pas été posée.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#98 18-01-2013 08:33:47

Jacques Roman
Membre
Message n°23226
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Il est toutefois indéniable que, comme je le disais,  ceux qui ont voté non au TCE ont préféré s'en tenir aux traités existants.

Autrement ils auraient voté oui ou se seraient abstenus.

Logique, non ? JR

Hors ligne

 

#99 18-01-2013 09:18:41

Ghislain
Membre
Message n°23229
Lieu: Oberstinzel (trou paumé du 57)
Date d'inscription: 28-03-2012
Messages: 413

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Bah on va pas voter un traité en cours d'élaboration, si?

Hors ligne

 

#100 18-01-2013 10:09:02

lanredec
Membre
Message n°23230
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Jacques Roman a écrit:

Il est toutefois indéniable que, comme je le disais,  ceux qui ont voté non au TCE ont préféré s'en tenir aux traités existants.

Autrement ils auraient voté oui ou se seraient abstenus.

Logique, non ? JR

C'est un argument sophistique, non ?
Simplifions :
Soit une situation antérieure où la règle est "Article unique : Baisse ton pantalon et penche toi en avant".
Soit une proposition d'évolution soumise démocratiquement au référendum sous la forme "Article 1 : Baisse ton pantalon et penche toi en avant. Article 2 : Tu peux garder ton chapeau. Article 3 : L'article 2 ne peut pas être invoqué pour réduire l'effet de l'article 1."
Peut on vraiment déduire du Non au référendum que c'est l'article 2 qui a été rejeté ? que les électeurs ont plébiscité la situation antérieure ?

(Attention, je ne dis pas que mon exemple est une image fidèle du référendum de 2005. Prenez le comme un simple exemple hypothétique appliqué à votre raisonnement pour en mesurer l'applicabilité.)

Dernière modification par lanredec (18-01-2013 10:15:58)


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

#101 18-01-2013 20:06:48

Jacques Roman
Membre
Message n°23236
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

La métaphore est à côté de la plaque.

Il s'agirait plutôt de choisir entre :

"Baisse ton pantalon, penche-toi en avant et reçois 50 coups de fouet" (TEC)

"Baisse ton pantalon et penche-toi en avant" (traité de Lisbonne).

Je vous laisse le soin de choisir puisque vous êtes l'initiateur de cette délicate comparaison.  JR

Dernière modification par Jacques Roman (18-01-2013 20:09:01)

Hors ligne

 

#102 18-01-2013 20:44:55

Ghislain
Membre
Message n°23237
Lieu: Oberstinzel (trou paumé du 57)
Date d'inscription: 28-03-2012
Messages: 413

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Quelles sont les paragraphes qui englobent "les coups de fouets" et qui ont été retirés?

Du simple fait que la sentence soit moins dure, reçoit-elle de ce fait la justification quant à son approbation?

Si on me juge pour avoir volé du pain mais que je sois innocent et que je sois incapable de le prouver pour X raisons, et qu'on me condamne à 20 ans de prison, dois-je bien me comporter durant mon incarcération afin de voir ma peine s'alléger pour bonne conduite, ou dois-je refuser ce jugement et faire appel en justice?

Le problème est plus compliqué que cela j'en conviens, cependant le principe est le même.

Hors ligne

 

#103 18-01-2013 20:51:36

Sandy
Membre
Message n°23238
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Jacques Roman a écrit:

Il est toutefois indéniable que, comme je le disais,  ceux qui ont voté non au TCE ont préféré s'en tenir aux traités existants.

Autrement ils auraient voté oui ou se seraient abstenus.

Logique, non ? JR

Non aucune logique, la négation de la question "voulez-vous ratifier ce traité" n'équivaut en rien à "voulez-vous vous en tenir aux traités existants". La preuve perso je ne voulais pas m'en tenir aux traités existants mais par le rejet de ce traité obliger à la négociation d'un meilleur traité, répondant aux revendications démocratiques et sociales que je défends.

D'ailleurs ceux qui ont défendu la ratification du TCE ont très largement insisté sur le fait que les traités antérieurs ne correspondaient plus à la situation de l'UE, très largement élargie et que des nouveaux traités étaient nécessaires.

Alors que tout le monde, qu'on ai voté non ou oui, voulait remettre en cause les traités existants, il est très malhonnête de prétendre que qui que ce soit a voulu conserver les anciens traités.

Dernière modification par Sandy (18-01-2013 20:52:22)

Hors ligne

 

#104 20-01-2013 13:54:55

Jacques Roman
Membre
Message n°23251
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Une différence essentielle entre le traité constitutionnel rejeté en 2005 et le traité de Lisbonne

Le traité de Lisbonne a déconstitutionnalisé les dispositions des traités de base alors que l'intention du TCE était d'en faire des dispositions constitutionnelles figées dans le marbre.

Rappelez-vous le point de départ de l'action lancée par Étienne, qui est à la base de ce site : "Une mauvaise constitution,  &".

Le traité de Lisbonne lui a donné raison sur ce point fondamental, PS en ce sens qu'il a spécifiquement éliminé tout caractère constitutionnel  ce n'est qu'un traité comme les autres).

Pour les autres différences, il en a été longuement question sur notre site et on peut aussi les retrouver par Google. Il me semble que  ceux qui s'intéressent à la question devraient prendre la peine de refaire ou faire les recherches correspondantes, ce qui éviterait de se répéter. JR

Dernière modification par Jacques Roman (21-01-2013 02:58:50)

Hors ligne

 

#105 20-01-2013 15:32:26

Sandy
Membre
Message n°23252
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Ce n'est pas la sémantique constitutionelle qui grave ou non dans le marbre qqchose.

C'est la difficulté avec laquelle on peut modifier le texte une fois celui-ci mis en place.

Et il n'y a strictement aucune différence entre la façon dont on peut modifier le traité de Lisbonne, et la façon dont ils proposaient de modifier le TCE.

Ensuite ce qui fait d'un texte une constitution, c'est à dire un texte supérieur, c'est que ce texte traite de la question de la souveraineté ( souveraineté populaire = supériorité de la volonté du peuple sur toute volonté particulière ).

Or, les traités européens organisent des transferts de souveraineté. Ils sont PAR NATURE des constitutions.


Comme disait Étienne, si vous changez l'étiquette d'un pot de confiture en l'appelant pot de miel, cela restera quand même un pot de confiture, c'est le contenu, et non l'étiquette que vous mettez aux traités, qui fait leur nature.

Si on retirait l'article dans notre constitution qui soumet notre constitution et nos lois aux traités européens, dans ce cas en effet les traités européens seraient d'une autre nature.

Hors ligne

 

#106 20-01-2013 15:51:26

frigouret
Membre
Message n°23253
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

http://www.toupie.org/Dictionnaire/Souv … ulaire.htm

Dernière modification par frigouret (20-01-2013 15:52:29)


cool

Hors ligne

 

#107 21-01-2013 10:01:10

lanredec
Membre
Message n°23256
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: 22 MARIO DRAGHI À LA TÊTE DE LA BCE

Jacques Roman a écrit:

La métaphore est à côté de la plaque.

Comme précisé en toutes lettres ce n'était pas une métaphore mais un exemple permettant de qualifier votre raisonnement.
Si vous préférez remplacer les libellés par A, B, C, ça marche aussi mais j'ai pu constater que vous (et d'autres) aviez du mal avec les énoncés symboliques.

Comme très bien rappelé par Sandy, on nous avait rebattu les oreilles avec le fait que les traités antérieurs étaient obsolètes. Il n'était donc pas question de s'y tenir. Le NON ne pouvait donc pas être interprété comme le choix du statu-quo. Évidemment on nous avait aussi rebattu les oreilles avec le fait qu'il n'y avait pas de plan B. Ce qui voulait dire que nous avions le choix entre voter OUI ou voter OUI. C'est peut être la prise de conscience de ce mépris des technocrates de Bruxelles pour la démocratie qui a provoqué ce résultat. Résultat que, comme on voit bien, on ne peut pas interpréter comme un choix, quel qu'il soit, mais comme un rejet d'un processus encore plus que d'un texte (comme l'explique ici Gotfried).

Dernière modification par lanredec (21-01-2013 10:37:40)


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr