Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#281 12-05-2009 22:12:47

gilles
Membre
Message n°7084
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1268

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Salut Déhel, c'est un tract un peu trop nationaliste, je le reconnais car les gens des autres pays européens sont aussi dans le piège européen, le combat pour le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes est aussi vital pour eux que pour nous. Pour moi, ce site est un peu un terrain d'expérience concrète, j'avais envie de voir si je pouvais transformer un fichier pdf en une image affichée sur le site. Oui, je le peux !
Ceci dit, je vais peut-être recommencer, il y a encore des beaux tracts avec je suis pas à 100% d'accord, mais qui me plaisent bien !

La démocratie représentative, celle qui existait concrètement auparavant, postulait que la souveraineté appartenait au peuple et quelle était exercée par ses représentants. Il n'y a pas de peuple européen, donc pas de souveraineté légitime à représenter. Ne nous laissons pas embrouiller l'esprit s'il vous plaît.

Je crois que vais faire une très grande randonnée le 7 juin tiens un lien url pour changer :

http://ardon.randonnee.free.fr/bulletin … ne2009.pdf

et c'est bête, je serais tellement occupé toute la journée que je n'aurais pas le temps d'aller voter. Comme c'est dommage ! C'est un peu comme en Algérie, le jour des élections, les gens sont occupés, occupés tellement qu'ils n'ont pas le temps d'aller voter, c'est vraiment dommage pour la belle démocratie algérienne, vraiment dommage.

Hors ligne

 

#282 13-05-2009 02:34:27

Sandy
Membre
Message n°7086
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

J'ai comme l'impression d'avoir été ignoré tongue

Hors ligne

 

#283 13-05-2009 09:00:15

Étienne
Message n°7092
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Faute de quorum dans les élections, l'abstention est une soumission.

Bonjour,

Compte tenu de nos institutions (qui n'imposent aucun quorum, aucun taux minimum de participation à atteindre pour rendre légitimes les élus), dans ce cadre-là, l'abstention est, à mon sens, à la fois une démission et un gaspillage : personne ne peut rien déduire de l'abstention ; l'abstention ne contient aucun message politique puisqu'elle mélange en son sein tout et son contraire : à la fois les indifférents, les mécontents radicaux, les satisfaits passifs, et... les vraiment empêchés par un cas de force majeure. L'abstention ne permet pas de discerner les volontés politiques.

Il n'y a rien d'utilisable dans l'abstention.

Par contre, on peut voter pour ceux qui luttent contre la prison politique de ces institutions, et il y en a quelques uns : s'ils sont honnêtes, ils se serviront de leur position de notables comme d'une tribune. Raoul Marc Jennar est sûrement un des plus crédibles de ce point de vue. Mais il n'est pas le seul.

Étienne.

Hors ligne

 

#284 13-05-2009 10:45:07

Jacques Roman
Membre
Message n°7095
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

L'abstention n'a aucune signification politique

En aucun cas l'abstention ne peut être interprétée comme une prise de position politique : elle signifie seulement l'indifférence ou la paresse.  JR

Hors ligne

 

#285 13-05-2009 11:43:16

sam17
Membre
Message n°7097
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Le parti de gauche a(vait) fait un geste en direction de la désobéissance européenne

Ci-dessous, un passage d'analyse et de positionnement fondamental tiré du chapitre V-8 du texte "Pour une autre Europe"adopté par le congrès constituant du Parti de gauche.

J'ai découpé moi-même en plusieurs paragraphes ce passage, en retournant à la ligne et en sautant, une ligne : c'est le seul moyen (pas catho, tant pis) que j'ai trouvé pour souligner ce texte sans le rendre illisible... Car tout y est à souligner.

Toute possibilité de mettre en oeuvre une politique de transformation dans notre pays et d'agir pour commencer à changer l'Europe est-elle interdite sans la refondation globale préalable des Traités ?
Poser ainsi la question risque de déboucher sur deux impasses : d'une part, réclamer cette refondation globale et, en attendant de l'avoir obtenue, se soumettre aux règles en vigueur ; d'autre part, faute d'espérer obtenir une telle refondation à un horizon prévisible, considérer qu'il n'est d'autre issue que de sortir de l'Union Européenne. Dans le premier cas, c'est la politique de transformation sociale dans notre pays qui serait sacrifiée ; dans le second, c'est un message de repli national dangereux qui serait envoyé dans un contexte de crise globale propice aux tensions internationales.

Pour dépasser cette alternative binaire improductive, un gouvernement de gauche digne de ce nom combinera bataille politique pour une refondation globale fondée sur de nouveaux traités et ruptures partielles sur des questions jugées vitales pour la transformation sociale.
Le gouvernement britannique a bien décidé de ne pas appliquer certaines directives sociales et a bénéficié de l'accord des autres partenaires pour cela. Un gouvernement de gauche devra mener bataille pour bénéficier de telles « exceptions » et refuser d'appliquer certaines directives libérales en choisissant des thémes d'affrontement partiel (la mise hors concurrence de ses services publics par exemple) qui prolongent des mobilisations sociales nationales et européennes et qui puissent ainsi bénéficier d'une compréhension et d'un soutien populaire en France et en Europe.
Ce serait alors aux autres gouvernements de dire si ces « exceptions françaises » justifient « l'exclusion » de la France. S'agissant d'un des principaux pays membre, on peut penser qu'ils hésiteraient à franchir ce pas et rechercheraient des aménagements comme ils le firent pour la Grande Bretagne...

Sans doute l'effet de la campagne, qui n'est pas celle de 2012 : manifestement, aucun dirigeant national ou local du parti de gauche ne se souvient de ça.

Hors ligne

 

#286 13-05-2009 12:31:38

gilles
Membre
Message n°7098
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1268

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

La démocratie "canalisée" de la "construction européenne"

     Sandy, Étienne, Déhel, Jacques Roman, j'entends bien vos arguments, je les respecte, moi-aussi je doute, ne vais-je point voter à la dernière minute ? N'ai-je pas toujours voté ? Oui, toujours sauf une seule fois. Car, il y a quand même quelques bons arguments en faveur du vote, permettre à certains élus de dénoncer les manoeuvres du Conseil et de la Commission, freiner les mauvaise évolutions au coup par coup faute de changer le système.

     D'habitude, je prends partie, je m'engage et je discute avec mes amis, mes proches, « Gilles, tu nous soûles avec ta politique ! Tu ferais mieux de t'occuper de tes affaires, franchement, je te jure ! », je prends part à la "fête", mais là, je me sens étranger, la "fête" se déroule sans moi, Pourquoi ?

     Les militants du PCF de mon quartier a qui je fais remarquer que la communication du Parti sur les pouvoirs selon eux manifestes du Parlement Européen ne tient pas la route me disent en privé : « Oui, on sait que cela n'est pas très vrai, mais on a besoin de cela pour motiver les gens à voter pour être là-bas pour dénoncer et mettre des grains de sable dans la mécanique trop bien huilée de l'Union Européenne. »

Sam en a très bien parlé dans le 1) de son intervention, je lui redonne la parole :
http://etienne.chouard.free.fr/forum/vi … 6965#p6965

     J'hésite, Front de Gauche, NPA, Debout La République ? Rien ne me satisfait vraiment, cela fait tellement longtemps que si je vais à La Poste, il y a une queue monstrueuse, que si je suis admis à l'hôpital, le personnel me fait ressortir avant d'être guéri pour libérer un lit quitte à ce que je revienne perdre mon temps  aux urgences, que l'entreprise où j'ai réussi à rentrer délocalise des lignes de production, puis ferme, que le collège le plus proche ferme des classes, franchement, je n'y crois plus. Maintenant, j'ai compris que le but de la "construction européenne" est justement de contourner la volonté populaire, de créer une démocratie style Canada Dry. Comme le dit le proverbe on peut mentir tout le temps à une seule personne, ou peut mentir une fois de temps temps à tout le monde, mais on ne peut pas mentir tout le temps à tout le monde.

     Je vais essayer ici de suivre brièvement une analogie, histoire de voir si nous pouvons en tirer ou non des enseignements, je pense à un canal qui détourne l'eau d'une rivière et donc qui détourne l'eau de sa tendance naturelle à suivre la ligne de plus grande pente. Eh, bien pour moi la "Construction Européenne" s'apparente à la construction d'un canal car elle contourne la loi naturelle de la démocratie à suivre la loi du plus grand nombre. Est-ce que cette analogie vous parle ?

Dernière modification par gilles (13-05-2009 14:29:26)

Hors ligne

 

#287 13-05-2009 22:51:50

Étienne
Message n°7115
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

« François Ruffin : "Si l’Europe sociale est imaginable,
ce n’est pas sur les bases de l’Union Européenne." »


Un entretien passionnant avec un militant passionnant, relayé par le site Article XI :

http://www.article11.info/spip/spip.php?article403

François Ruffin : « Si l’Europe sociale est imaginable, ce n’est pas sur les bases de l’Union Européenne. »

samedi 9 mai 2009, par Lémi

Il a débarqué dans les kiosques il y a quelques jours. Avec quelques défauts - sans doute [1] - mais aussi une sacrée gniaque et une vision revigorante du journalisme, sans faux-semblants ni chichis. Le premier numéro de Fakir (le journal qui pique, autrefois réservé aux Picards) à l’échelle nationale donne le ton en s’attaquant à un gros morceau, le projet européen, celui du libre-échange et du libéralisme débridé. Loin, très loin, de l’Europe sociale prétendument en chantier.

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Fakir.jpg

François Ruffin, qui n’en est pas à sa première apparition sur ses pages (voir ici et ici), est l’instigateur du projet [2]. Il l’a pensé, mûri, porté sur ses épaules. Également franc-tireur chez Mermet et au Monde Diplomatique, il revient ici sur un idéal de plus en plus flou et sur les errements d’une construction européenne contaminée dès ses débuts par le virus libre-échangiste.





Est-ce qu’il y a encore des espaces où une autre voix sur l’Europe peut se faire entendre ?

Très peu. Les médias sont une machine à propagande, c’est particulièrement flagrant avec l’Europe. Sur ce sujet, ils ne remettent jamais en cause les fondements économiques, ça leur est interdit. Par exemple : hier [3], il y avait une journée consacrée aux Européennes sur France Inter, avec entre autres pour invités le président du Parlement européen, Hans-Gert Pöttering, le responsable du site Café Babel, un Italien très européiste, et pour animateurs des journalistes pro-européens, Nicolas Demorand et Bernard Guetta. La seule chose que tout ce beau monde mettait en avant, c’était Erasmus, qu’ils décrivaient comme le symbole de la réussite européenne. C’est un peu ridicule : Erasmus, ça fait peut-être jeune et Europe qui bouge, mais ça ne représente pas grand monde. Au final, ça concerne uniquement 1% des étudiants européens et les bourses accordées sont généralement minimes.

"Erasmus, ça fait peut-être jeune et Europe qui bouge, mais ça ne représente pas grand monde."


Pourquoi est-ce que ce pseudo-consensus n’est jamais remis en cause ?

Le point commun du PS, de l’UMP du Modem et de tous les partis de gouvernement est l’européisme. Pour eux, c’est un dogme qu’on ne peut pas remettre en cause, comme le libre-échange. Dès que ces sujets - considérés comme les fondements économiques de la société - sont abordés, comme hier sur France Inter, c’est le grand déferlement : la notion de pluralisme disparaît et le débat est occulté dans les médias dominants.


Tu as des exemples précis ?

Bien sûr. Par exemple, la France ne compte qu’un seul prix Nobel d’économie, Maurice Allais. Et pourtant – je pense que c’est significatif – on connaît davantage les noms d’Alain Minc, de Jacques Attali ou de Pascal Lamy que le nom de ce monsieur : il est interdit de médias parce qu’il est contre l’Europe du libre-échange et qu’il revendique le protectionnisme pour défendre les salariés. Il est scandaleux qu’un intellectuel de cet acabit n’ait pas le droit de s’exprimer dans les médias simplement parce qu’il est en faveur d’une Europe différente. Pour nous, c’est parfait, puisqu’il prend finalement la parole dans Fakir. Mais même là, ça pose question : quand l’unique entretien publié du seul prix Nobel Français d’économie l’est dans un journal aussi marginal que Fakir, il y a un problème. C’est le signe que toute idée qui n’est pas conforme à la pensée économique dominante est marginalisée.

"Quand l’unique entretien publié du seul prix Nobel Français d’économie l’est dans un journal aussi marginal que Fakir, il y a un problème."


La chape de plomb semble paradoxalement s’être encore plus développée depuis le "Non" du 29 mai 2005.

On entend beaucoup ce discours. Les gens estiment que ce vote n’a rien changé et que le passage en force du Traité de Lisbonne en est la preuve. Je ne suis pas tout à fait d’accord.

Alors, c’est vrai : le soir même, en direct à la télévision, Arlette Chabot et ceux qui l’entouraient, Strauss-Kahn et Cie, niaient ce vote, le réduisant à une victoire nationaliste, comme tous les médias et partis dominants. Pourtant, le 29 mai 2005 a d’abord été un vote de classe : 80 % des ouvriers ont voté pour le "non", comme 67 % des employés et 71 % des chômeurs ; à l’inverse, la grande majorité des cadres a voté pour le "oui". Et on retrouve ce même schéma en Irlande, où les élites tentent aussi de faire comme si la population n’avait pas voté "non".

"Le 29 mai 2005 a d’abord été un vote de classe : 80 % des ouvriers ont voté pour le "non", comme 67 % des employés et 71 % des chômeurs."

Mais je pense qu’il y a des choses qui avancent malgré toutes ces négations de la démocratie. Il ne fallait pas s’attendre à ce que le 29 mai au soir, les socialistes, la droite, les banquiers, les publicitaires, les médias changent leur fusil d’épaule. Cela fait un demi-siècle qu’ils construisent cette Europe du libre-échange, ils n’allaient pas rebrousser chemin d’un coup. L’histoire n’avance pas comme ça.

À la limite, le fait que le gouvernement n’ait pas fait voter les français sur le traité de Lisbonne en le passant en force à l’assemblée est une victoire pour notre camp. Ça veut dire qu’ils savent très bien qu’ils auraient essuyé un échec sévère – 60 ou 65% de non – s’ils avaient organisé un scrutin sur ce traité.


Ces élections à venir ne passionnent pas : le fossé se creuse encore avec les citoyens ?

C’est déjà le cas depuis un bout de temps. Et puis, dans le cas des élections européennes, il n’y a pas ce vrai enjeu qu’on retrouvait en 2005, celui de se positionner pour ou contre l’Europe du libre-échange. Et les gens ont compris que le Parlement européenne était une instance sans poids réel, à l’influence plus limitée que celle de la Commission européenne, pourtant pas élue.

Pour que les gens votent, il faut aussi qu’il y ait des forces politiques convaincantes. Aujourd’hui, il y a les partis du "oui" qui sont organisés d’une manière forte, tandis que ceux du "non" ne se présentent pas de manière unie et crédible. La division du camp du "non" – le Front de Gauche, le NPA et tout un tas d’autres formations plus marginales – sabote en partie ce vote.

Pourquoi cette alliance n’a pas pu se réaliser ?

Je pense que c’est le résultat de tactiques internes. La gauche de gauche ne s’est pas montrée à la hauteur de l’enjeu. Il y avait pourtant une opportunité historique, avec la possibilité de rebondir sur le 29 mai 2005, de réaffirmer l’opposition à l’Europe du libre-échange tout en pointant la crise actuelle. Montrer que cette crise, cette impasse, résulte du libre-échange. C’est un discours crédible qui aurait séduit.

"La gauche de gauche ne s’est pas montrée à la hauteur de l’enjeu. Il y avait pourtant une opportunité historique."

Au fond, je pense que ces formations prouvent leur manque de maturité en agissant ainsi. Il n’y a jamais eu de climat aussi favorable à leur discours, et pourtant les scores risquent d’être limités. Pour prendre un exemple historique : à la veille de 1789, quand ils sont arrivés aux États Généraux, Mirabeau, Brissot, Danton et Robespierre ont commencé par marcher ensemble, avant de s’opposer plus tard ; s’ils avaient fait l’inverse, 1789 n’aurait jamais eu lieu.

Il me semble que si, avant même la première marche politique, on n’arrive pas à trouver un terrain d’entente, c’est mal barré. En face, il y a une machine de guerre : ils ont les entreprises et les banques, les médias, l’Elysée, l’assemblée, le Sénat… Si on veut leur rentrer dedans, il faut construire une force crédible. Ce n’est pas le cas cette fois-ci.

Ils ne vont donc pas être « punis » ?

Il y a de bonnes chances pour qu’ils ne le soient pas. Ceci dit, je pense que se mobiliser de manière marginale peut être utile. Même les petits journaux et les petites réunions servent à quelque chose. Ça s’est vérifié dans le passé : la formation de la classe ouvrière anglaise au 19e ou l’avancée des idées politiques en France au 20e siècle se sont faites par petites étapes. Rappeler que le vote du 29 mai n’a pas été oublié permet de maintenir la flamme allumé. Et un jour, quand il y aura une circonstance historique, cette petite flamme pourra se transformer en incendie.

Tu penses que l’Europe sociale reste une possibilité ?

Non. Si l’Europe sociale est imaginable, ce n’est pas sur les bases de l’Union européenne. Pour exemple, je me suis récemment livré à une généalogie des traités européens pour retracer la genèse de cette idée de libre-circulation des capitaux - y compris avec les pays-tiers - qui m’avait le plus choqué dans le Traité constitutionnel de 2005. Et bien, ça remonte au traité de Rome de 1957 : le vers était déjà dans le fruit à cette époque. Maurice Allais, que je citais tout à l’heure, le remarque également : « Toute la construction européenne et tous les traités relatifs à l’économie internationale (GATT, OCDE, etc.) ont été viciés à leur base par une proposition enseignée et admise sans discussion dans toutes les universités américaines – et à leur suite dans toutes les universités du monde entier : "Le fonctionnement libre et spontané des marchés conduit à une allocation optimale des ressources."  »

Bref, le Traité de Rome proclamait déjà la toute-puissance du marché. C’est pour ça que si on veut une Europe sociale, il faut demander des fondements complètement neufs.

Autre exemple, je suis allé à Bruxelles pour enquêter et j’ai vu le poids des lobbies et de l’industrie. Par des plaques, par des cadeaux aux députés, par des réunions où les banquiers parlent côte-à-côte avec Manuel Barroso, le poids de la finance se visualise concrètement. Une présence aussi éhontée des lobbies et de la finance ne passerait pas, par exemple, au sein du parlement français, de la démocratie française. Pourquoi l’accepter au niveau européen ?

Quand on voit ça, il est difficile de s’imaginer un simple raccommodage menant à une Europe sociale. Pour qu’elle devienne sociale, il faudrait une remise à plat radicale. Ce qui demande une exigence populaire, voire un soulèvement populaire.

Tu parlais d’enquête : quelle est l’approche développée par Fakir ?

Fakir, à la base, c’est une une démarche en rupture complète avec l’approche journalistique habituelle. Je te parlais de l’entretien avec Maurice Allais : ça fait un an qu’il traînait dans les cartons, sans nulle part où le publier. Il faut s’interroger : pourquoi personne ne voulait de cette interview avec le seul prix Nobel d’économie français ? De même, le papier sur les lobbies à Bruxelles : je ne l’imagine pas publié ailleurs. Même le Monde Diplomatique ne sera pas dans cette ligne-là, de reportage, d’enquête. Mon approche sur ce genre de papiers, c’est presque du reportage à la Tintin, un peu naïf.

Un peu naïf mais… ça débouche sur quelque chose. Quand tu enquêtes sur les lobbies, tu n’enquêtes pas sur des secrets cachés, tu ne mets pas à jour des complots : tu décris ce que tout le monde pourrait voir. Mon reportage part ainsi d’une plaque apposée sur le Parlement européen, posée à 15 mètres de l’entrée et financée par les lobbies - c’est écrit noir sur blanc. Elle est là, visible, évidente, mais des centaines, des milliers de journalistes sont passés devant elle sans jamais s’interroger dessus. Comment ça se fait ?

"Quand tu enquêtes sur les lobbies, tu n’enquêtes pas sur des secrets cachés, tu ne mets pas à jour des complots : tu décris ce que tout le monde pourrait voir."

Pour moi, les médias classiques reposent sur une double censure. Une censure politique, d’abord, qui refuse le "non" à l’Europe et ne veut pas donner la parole à un économiste défendant le protectionnisme. Mais aussi une censure dans la forme : le journaliste est quelqu’un qui fait des papiers de 1 500 signes extrêmement sérieux mais vides. Pour moi ça se joue autant sur le fond que sur le forme, ce que je montrais d’ailleurs dans Les petits soldats du journalisme.


Deuxième exemple, j’ai aussi enquêté sur Delors, avec un démontage en règle de la politique qu’il a menée entre 1985 et 1995 à l’Union Européenne, et avant ça au sein du Parti socialiste et du ministère de l’Économie. Je me suis coltiné beaucoup d’archives, ça a été long et fastidieux, mais il n’y avait rien de secret, de caché. En visionnant des dizaines de vidéos à l’INA, n’importe qui déboucherait sur la même conclusion que moi : Delors est l’homme des multinationales, la marionnette de l’industrie. On essaye de lui faire une statue de saint homme, on prétend qu’il aurait réconcilié la France avec l’Europe, la gauche avec l’économie. Les archives suffisent pourtant à mettre à jour la vérité : c’est un traitre, un renégat. Et le fait qu’il soit considéré comme un saint et que sa fille revendique son parcours est tout un symbole de ce qu’est aujourd’hui le socialisme français, libre-échangiste et européiste.

La crise financière aura au moins eu le mérite de mettre à mal ce modèle…

Tu crois ? Jusqu’à maintenant, pas tellement je trouve. C’est d’ailleurs ce qui me surprend dans le débat : on présente toujours la crise comme n’ayant rien à voir avec l’Europe. Comme si elle n’avait pas toujours été un encouragement à la libre circulation des capitaux, à la déflation salariale, à la maximisation des profits des entreprises et à la réduction des droits des salariés. C’est pour ça que la crise est aussi fille de l’Europe telle qu’elle s’est construite. C’est d’ailleurs ce qu’expliquait clairement le grand patron Denis Kessler : « L’Europe est une machine à réformer la France malgré elle.  »

Cette machine, il lui a fallu du temps pour se mettre en place. Mais aujourd’hui, elle est devenue très efficace. A preuve, en France, les salaires n’ont plus augmenté plus depuis 20 ans, les temps partiels ont triplé, le travail précaire a été multiplié par deux…C’est pour ça que Kessler et tous ses amis grands patrons sont si satisfaits de l’Europe : ils savent très bien qu’elle contribue fortement à diminuer les salaires et les droits sociaux.

__________________

Notes:
[1] Votre serviteur pense notamment à un ton uniforme et à une maquette parfois un peu chargée.

[2] Auquel participe JBB, copinage assumé.

[3] Soit le mardi 28 avril

[4] Ce dessin est oeuvre de l’ami Tristan. Tu peux retrouver son très bon coup de crayon sur son blog. Hop !

[5] Signature du Traité de Rome, 25 mars 1957.

Hors ligne

 

#288 14-05-2009 11:28:33

Sandy
Membre
Message n°7124
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Je pense que c’est le résultat de tactiques internes. La gauche de gauche ne s’est pas montrée à la hauteur de l’enjeu. Il y avait pourtant une opportunité historique, avec la possibilité de rebondir sur le 29 mai 2005, de réaffirmer l’opposition à l’Europe du libre-échange tout en pointant la crise actuelle. Montrer que cette crise, cette impasse, résulte du libre-échange. C’est un discours crédible qui aurait séduit.

Il y a divergence sur la stratégie et sur le fond.

Le NPA défend un modèle de société trotskyste, assemblée de citoyens, autogestion, démocratie directe, pour eux les institutions actuelles sont aux mains des "bourgeois" et complètement verrouillées, la seule solution passe par un soulèvement populaire.

Nous, nous défendons un modèle de société républicain et social, une économie et démocratie mixte, et pour nous, la prise de pouvoir doit se faire par les urnes comme ce qui se passe en Amérique Latine.
Aux yeux du NPA nous ne sommes donc pas anti-capitalistes, mais seulement anti-libéraux, ce qui fait de nous des traîtres tout simplement wink

C'était assez flagrant, alors que nous avons cherché tous les arguments possibles pour les convaincre de partir ensemble aux élections, eux ont cherché tous les arguments possibles pour refuser cette alliance.

Ils ont finalement trouvé le moyen par le biais des élections régionales.
En clair ils ont demandé un front durable, nous étions d'accord pour reconduire le front aux prochaines présidentielles, de toute façon nous avions tjrs eu pour but les présidentielles vu que ce sont les élections les plus importantes, mais ce qu'ils entendaient par durable voulait dire aussi pour les élections régionales
Sachant que le parti communiste possède de nombreux élus sur des listes d'union de la gauche avec le PS et les verts, le NPA demandait en clair que les communistes quittent ces listes pour faire des listes avec le NPA et le PG sans le PS et les verts comme au niveau national sachant que les communistes ne seraient jamais d'accord.

Donc c'est avec cette excuse qu'ils ont refusé de s'allier avec nous.

Du fait de l'échec de cette alliance, les autres forces politiques, alternatifs, mpc etc ... ont préféré laisser tomber ces élections européennes ...

La LCR a toujours eu cette attitude "radicale" (ou sectaire je dirais plutôt) depuis 1968. Quand au PC il est très électoraliste.

Hors ligne

 

#289 14-05-2009 11:46:46

Sandy
Membre
Message n°7126
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Il n’y a jamais eu de climat aussi favorable à leur discours, et pourtant les scores risquent d’être limités.

Le climat a beau être favorable, nous avons peu de tribunes pour nous exprimer, nous subissons constamment de la désinformation ou de la minimisation, nous sommes nous aussi victimes de cette marginalisation qu'il dénonce au début de son article.

Hors ligne

 

#290 26-05-2009 21:30:23

gilles
Membre
Message n°7217
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1268

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Je viens de voir l"interview qui suit sur la désobéissance européenne : Aurélien Bernier commence à avoir l'idée d'ouvrir la porte de l'Union Européenne, je l'engage à aller plus loin : la sortie de l'Union.

J'ai dû louper un épisode...
les interviews de
Pascale Fourier
****

Aurélien BERNIER,
secrétaire national du   http://www.mpep.org/      M'pep ( Mouvement Politique d'Education Populaire).

Interview du 15 Mai 2009

Thème: Union Européenne Partie ½



Dissoudre la Gauche.... ou prôner la désobéissance européenne : la vraie alternative...



Pascale Fourier : Depuis quelque temps, le M'PEP, le Mouvement Politique d'Éducation Populaire développe un nouveau concept, la « la désobéissance européenne ». Qu'est-ce ?...

La désobéissance européenne, une nécessité

Aurélien BERNIER : Ce concept de désobéissance européenne,  il faut d'abord le resituer par rapport à une analyse sur la construction européenne. Au M'PEP, on dit clairement que la construction européenne est faite pour empêcher toute politique de gauche. On le voit bien au quotidien avec les directives sur les services publics, sur le temps de travail, les directives sur les OGM : on a un carcan libéral qui a enfermé les États et qui aujourd'hui les empêche de mener une autre politique que l'ultra- libéralisme, « l'eurolibéralisme » comme on peut dire pour qualifier ce libéralisme à l'européenne. Et donc si on veut mettre en œuvre une véritable politique de gauche, il va falloir s'affranchir du cadre législatif européen et donc pratiquer ce qu'on a appelé la « désobéissance européenne ».

Désobéissance européenne et désobéissance civile

Pourquoi la désobéissance européenne ? Pourquoi ce terme ? Parce qu'il renvoie, bien sûr, à la notion de désobéissance civile, qui elle-même renvoie à des personnages comme Gandhi, comme Martin Luther King, qui renvoie plus récemment à une toute autre échelle aux gens qui s'opposent aux OGM et qui transgressent la loi, puisqu'il va falloir transgresser la loi, les lois européennes, pour mettre en œuvre une politique de gauche.

Il y a des points communs avec la désobéissance civile et il y a des points de divergence. Je crois que le point commun, c'est de faire bouger les lignes, et de faire bouger les lignes dans le cadre d'un débat public. On ne peut plus supporter ce libéralisme qui s'impose aux États, y compris à des États qui voudraient mener des politiques de gauche. Il faut le dire, il faut dire pourquoi on est prêt à désobéir. En même temps, il y a une légitimité profonde puisque la notion d'obéissance suppose accepter des ordres, accepter d'aller dans une direction, mais accepter en connaissance de cause parce qu'on sait que ça va dans le bon sens. On sait que ça profite à l'intérêt général. Et obéir, c'est totalement différent de se soumettre. Parce qu'à partir du moment où les ordres, le mouvement qu'on doit suivre ne va plus dans le sens de l'intérêt général, on n'est plus dans l'obéissance, on est dans la soumission.

Mais la principale différence avec la désobéissance civile, c'est que la désobéissance civile met en cause la force contraignante de la loi, alors que la désobéissance européenne remettrait en cause la hiérarchie des lois : il s'agit de refuser que le droit européen s'impose et impose des politiques libérales aux États. Mais bien sûr  on reste dans un système républicain où la loi nationale conserve toute sa valeur !


Pascale Fourier : Tout à l'heure, vous disiez que la construction européenne était faite pour empêcher toute politique de gauche. On pourrait vous dire : « Mais non, il suffit juste d'attendre que tous les pays européens ou une majorité de pays européens soient gouvernés par des gouvernements de gauche, et à ce moment-là il n'y a plus besoin de désobéissance européenne... Par nature, on arrivera à une construction sociale chère aux socialistes par exemple ! » . Non ?

L'urgente nécessité d'agir...

Aurélien BERNIER : Ça, dans l'absolu, on peut toujours imaginer que ce soit possible... On peut rêver une Europe qui soit complètement différente... On peut rêver de gouvernements qui soient tous de gauche et qui soient tous d'une vraie gauche, pas de la social-démocratie qui s'accommode très bien du système... Mais le fait est que ce n'est pas le cas. Et qu'on ne peut que constater que, depuis des années, des décennies, on construit une Europe de plus en plus libérale, avec des directives de privatisations, avec la directive Bolkenstein, avec des directives qui mettent en place le marché du carbone qui empêchent toute fiscalité écologique. Voilà véritablement le sens de la marche.

Et donc la question, c'est de savoir jusqu'à quand on peut tolérer ça. Est-on  prêt effectivement à attendre que nos rêves se réalisent, parce qu'on  rêve tous évidemment d'une Europe solidaire et démocratique où les peuples pourraient s'exprimer et où la politique européenne serait représentative du souhait des peuples ! Mais s'il faut attendre 20, 30, 50 ou 100 ans que cette situation-là se présente, entre-temps, on aura continué à détruire le social, à détruire l'environnement, à détruire les solidarités. Je crois qu'aujourd'hui on ne peut plus attendre, et la crise dans laquelle on est entré a encore renforcé ce sentiment. Les choses s'aggravent à une vitesse incroyable ! Le dernier scandale en date est quand même le refus de l'Union Européenne d'entendre l'expression démocratique des peuples, le peuple français quand il a voté Non, le peuple néerlandais, et maintenant le peuple irlandais. Et on voit bien qu'on est dans une machine infernale qui va vers toujours plus de libéralisme et qui s'affranchit totalement de la souveraineté populaire.

Faire une politique de Gauche est incompatible avec les textes européens.

Donc il faut agir et on est dans une situation qui peut se résumer assez simplement: on a une gauche de gauche dans un certain nombre de pays qui fait des propositions tout à fait intéressantes; mais si on prend ces propositions et qu'on les pointe une par une et qu'on regarde si elles sont compatibles ou non avec le droit européen, eh bien il y en a peut-être, allez 5 % qui au final seront compatibles avec le droit européen, c'est-à-dire que sur un programme progressiste 95 % des décisions ne pourraient pas être appliquées parce que l'Union Européenne empêcherait l'ensemble de ces propositions. Donc à partir de là, pour une gauche de gauche, aujourd'hui, qu'il y a deux solutions:soit elle continue à décrire un monde idéal dans lequel on rêve tous de vivre et qui verra peut-être le jour dans quelques des décennies -ou peut-être pas; soit elle dit que, pour mettre en œuvre son programme politique, il faudra pratiquer la désobéissance européenne et qu'elle est prête à la pratiquer.

Je crois que la volonté du M'PEP, c'est vraiment de mettre ce débat sur la table parce que c'est le débat central. C'est pour cela que la gauche est complètement prisonnière... Elle est complètement dans l'échec aujourd'hui parce qu'elle refuse de poser ce débat sur la table. Et une fois qu'on l'aura posé, on verra bien quels sont les partis qui acceptent l'idée de la désobéissance européenne et ceux qui ne l'acceptent pas. Et là on pourra trier, et là on pourra savoir pour qui voter.


Pascale Fourier : Et concrètement cette désobéissance européenne pourrait prendre quelle forme ?

Aurélien BERNIER : Concrètement, il y a plusieurs niveaux :une désobéissance européenne défensive et une désobéissance européenne offensive.

Désobéissance défensive... et offensive

La désobéissance européenne défensive, ce serait de faire de la résistance, de refuser la transcription en droit national des directives libérales.  Quand on dit « les directives libérales », ça en fait beaucoup... Il y a donc déjà de quoi faire... Ce sont les directives de libéralisation, la dérégulation du marché de l'énergie par exemple, la directive Bolkenstein, la directive sur les OGM, celle qui instaure le marché des droits à polluer... Enfin il y a largement de quoi faire !

Mais ce n'est pas suffisant parce que là on est simplement dans la résistance. Il faut également une désobéissance européenne offensive, c'est-à-dire une désobéissance qui permette de reconquérir du terrain, de reconquérir ce qu'on a perdu à travers quelques décennies de libéralisme effréné; donc c'est reconstruire des services publics, des services publics qui ont été privatisés, libéralisés; c'est créer de nouveaux services publics pour répondre à de nouveaux besoins; c'est par exemple faire une loi nationale qui interdise définitivement la culture d'OGM et pas simplement utiliser une tolérance que permet la directive européenne pour momentanément éviter qu'on ait des OGM pendant un an ou deux, mais vraiment faire une loi d'interdiction comme le veut la majorité des citoyens. Voilà, c'est vraiment reprendre la main et pouvoir mettre en œuvre des politiques de gauche et construire. On n'est pas simplement dans la résistance, on est dans la construction.

Et bien sûr ça veut dire qu'on serait attaqué par l'Union Européenne qui ne pourrait évidemment pas supporter qu'on crée du droit qui soit contraire au droit européen. Et qui dit désobéissance européenne, dit bien sûr refuser de payer des astreintes, puisqu'on serait condamné à des restreintes, et évidemment il s'agirait de refuser de les payer.

Le dernier exemple qu'on peut donner est un exemple qui concerne la politique agricole par exemple où l'Union Européenne fait la promotion d'une agriculture intensive  qui utilise des quantités phénoménales de produits chimiques qui polluent, une agriculture qui produit des aliments de mauvaise qualité, qui détruit la paysannerie... Il est évident qu'il serait hors de question d'abonder le budget de la politique agricole commune pour mener ce genre de politique. Donc la dernière façon de désobéir, ce serait de ne plus donner d'argent pour pratiquer ces politiques libérales et donc d'utiliser ces moyens financiers autrement. Par exemple au niveau agricole en développant une agriculture respectueuse de l'environnement, une agriculture paysanne, en réorientant la production pour aller vers plus d'autonomie, et puis en développant aussi des coopérations avec d'autres États puisque, bien sûr, l'idée ce n'est pas de se replier sur des frontières nationales: ce n'est pas parce qu'on s'affranchit du cadre de cette Union Européenne -qui est une construction européenne parmi d'autres qui auraient été possibles... On ne va pas se replier ! Il faut créer de nouvelles alliances, et donc on pourrait comme ça développer de nouvelles alliances, développer des partenariats agricoles par exemple avec d'autres pays qui seraient sur la même ligne, et d'ailleurs qu'ils soient dans l'Union Européenne actuelle ou non.

Libre-échange...

C'est la même chose en matière de fiscalité où aujourd'hui il est clairement exclu de prendre des mesures protectionnistes dans le cadre de l'Union Européenne. On voit très bien à quoi conduit le libre-échange. Nous avons à affronter une désindustrialisation qui est absolument catastrophique. Les grandes multinationales vont s'implanter dans des pays à bas coûts de main-d'œuvre où on a quasiment aucune protection environnementale.. Elles  vont donc polluer loin, mais vont polluer autant qu'elles veulent... On voit bien les conséquences sur l'emploi, les conséquences sociales, dans les pays industrialisés. Et ce libre-échange mène également à une perte de contrôle démocratique sur la production. Parce que, bien sûr, une usine qui est implantée en Chine, on ne peut pas la contrôler démocratiquement, on ne peut pas influencer les choix de production, on ne peut pas influencer les méthodes de production. Et donc il faut casser cette spirale libre-échangiste.

Et le seul moyen, c'est de mettre en place une nouvelle forme de protectionnisme, qui soit un protectionnisme écologique et social, c'est-à-dire qu'on taxe les importations sur la base de critères environnementaux et sociaux. Ca, c'est un exemple, peut être un des meilleurs exemples, du besoin de pratiquer la désobéissance européenne. Parce qu'un tel protectionnisme ne verra jamais le jour au niveau de l'Union Européenne: il faudrait d'abord que les 27 États soient d'accord et puis en plus que la Commission européenne en ait envie.... Donc il faudra le pratiquer à une autre échelle, et si un État voulait mettre en place ce type de mesure, il lui faudrait faire de la  désobéissance européenne.


Pascale Fourier : Finalement, vous proposez quelque chose qui se fait au plan national, si j'ai bien compris ( même si ensuite ça peut être des décisions conjointes de différents États qui peuvent toujours tomber d'accord pour faire la même chose). On pourrait vous dire que finalement vos propositions remettent d'une certaine façon en cause l'Europe elle-même. Or l'Europe est en elle-même un bien, du moins c'est ce que je comprends en écoutant les médias d'une façon générale et les politiques. Je suis donc un peu surprise parce que ça risque vraiment de mettre en cause cette construction qui a demandé beaucoup d'efforts et qui est une nécessité...

UE, le débat émotionnel

Aurélien BERNIER : Alors ça, c'est une illustration d'un amalgame qui est absolument insupportable, qui est un amalgame entre l'idée d'Europe et la construction européenne qu'on subit qui est cette Union Européenne qu'on a construite. Évidemment l'idée d'Europe a toujours un sens ! Evidemment l'idée de solidarité de coopération entre les peuples a toujours du sens, l'idée d'éviter les guerres, l'idée d'éviter les crises a du sens. Mais si on regarde l'histoire de l'Union Européenne, on voit que ce n'est absolument pas le cas. L'union européenne n'a pas évité les guerres: on a eu une guerre terrible en ex-Yougoslavie, et l'Union Européenne n'a absolument pas évité ça. L'Union Européenne n'évite pas les crises, sinon on ne connaîtrait pas la crise dans laquelle on est. L'Union Européenne ne permet pas d'aller vers plus de solidarité: au contraire on a une mise mise en concurrence entre les peuples, entre les économies, on va mettre en concurrence des pays d'Europe de l'Est avec un coût de main-d'œuvre faible avec les pays industrialisés - et on tire tout vers le bas.

Je crois qu'il faut absolument sortir de ce débat émotionnel  où les européistes essaient toujours de ramener sur le terrain émotionnel, bien sûr. Il faut avoir une analyse objective des politiques européennes. Alors pour prendre un exemple, ce qui formidable, c'est en matière d'environnement, parce que, quand on regarde les discours des représentants de l'Union Européenne, on a l'impression qu'ils sont plus écolo que Nicolas Hulot et All Gore réunis. Mais quand on regarde les politiques de l'Union Européenne, on est dans l'agriculture intensive, on est de la promotion des OGM, on est dans le libre-échange donc dans la consommation effrénée d'énergie et donc on est dans la destruction de la planète. Et je crois que sur tout ces sujets, il faut faire un examen objectif des politiques européennes... On n'est pas bien sûr contre l'idée de solidarité, l'idée d'empêcher les guerres, l'idée que les peuples échangent, communiquent, commercent même. Mais on est bien dans l'examen objectif des politiques européennes. Cette construction est une construction ultralibérale et donc, si on veut une autre Europe, il va falloir changer non pas l'Europe, mais changer d'Europe et peut-être reconstruire quelque chose de haut en bas pour aller vers l'Europe qu'on souhaite.

http://jaidulouperunepisode.org/index.htm – Interview 019 –
Aurélien BERNIER – Mai 2009

Dernière modification par gilles (26-05-2009 21:54:50)

Hors ligne

 

#291 27-05-2009 13:25:50

Déhel
Membre
Message n°7221
Lieu: Le Havre, France
Date d'inscription: 27-07-2008
Messages: 543

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Bonjour Gilles.
Merci de réanimer ce fil.

        Sur le dernier texte posté: Aurélien Bernier a pensé, pense et pensera encore à la sortie de l'Europe; pour preuve: ses réponses reprennent pour l'essentiel des oppositions à cette UE dont nous débattons sur ce forum; il y pense mais il résiste à la tentation d'abandon sans lutte; et c'est tout le propos de la désobéissance européenne qui, si elle ne mène nulle part, justifiera alors qu'on abandonne l'UE, après débats, luttes et tentatives d'amélioration.
        Je crois que cette nuance ne peut être occultée et justifie mon opposition d'aujourd'hui à la sortie de l'UE, comme elle pourrait également expliquer que je change d'avis dans les années à venir, si et seulement si un mouvement citoyen protestataire d'ampleur dans tel ou tels pays se voyait nier, si et seulement une opposition réelle mise en place ne changeait rien à l'ordre établi.
       
        Sur un autre fil, question était posée de présenter la figure médiatique d'Étienne sur une liste. Et aujourd'hui, après des mois de débats, je me dis qu'il aurait pu porter cette parole de désobéissance européenne qui réconcilie pas mal de nos divergences. Ca ne s'est pas fait, peu importent les raisons - collectives certainement - mais il me paraîtrait intéressant de poursuivre dans cette voie. Ensemble.


La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples, Machiavel.
Le risque de la liberté: texte collégial d'insurection morale, ici.

Hors ligne

 

#292 03-06-2009 11:15:57

Étienne
Message n°7237
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

La corruption générale avérée et l'alternative constitutionnelle

« Élections au parlement européen : combien passeront au privé ? »
http://blog.agone.org/post/2009/05/09/E … s-au-prive

Excellente question : face à l'évidente et profonde corruption de la démocratie par les marchands, devient plus que jamais nécessaire la vigilance citoyenne de tous les instants (les armes à la main, comme à Athènes ?).


Extrait : « À quelques semaines des élections au parlement européen, les affiches électorales ont commencé à fleurir dans les villes d'Europe. Si on connait désormais la liste de ceux qui concourent à une (ré-)élection, on sait également quels députés ne briguent pas de nouveau mandat. Beaucoup vont retourner à la politique nationale, prendre leur retraite ou chercher un nouveau job. Mais il sera particulièrement intéressant d'observer au cours des mois et des semaines qui viennent, lesquels parmi les actuels députés vont passer de l'autre côté de la barrière et trouver un emploi de lobbyiste au service de l'industrie.

Après les dernières élections, en 2004, Elly Plooij van Gorsel, le vice-président sortant du parlement européen est devenu consultant senior pour la firme de lobbying Blueprint Partners, très peu de temps après avoir quitté ses fonctions.

Les deux anciens députés britanniques David Bowe (travailliste) et Nick Clegg (libéral-démocrate) ont rejoint les rangs de la société de lobbying GPlus Europe (M. Clegg est depuis retourné à la politique et est devenu le Pt du parti social-libéral.)

Pat Cox, l'ancien président du parlement européen a intégré le géant des relations publiques APCO ainsi que la firme de conseil basée à Bruxelles European Integration Solutions. Pat Cox est aussi conseiller de Microsoft, Pfizer et Michelin.

Quant à l'ex-député allemand Rolf Linkohr, il a créé le Centre for European Energy Strategy (CERES), un think tank spécialisé dans le conseil en lobbying pour les grandes firmes énergétiques, y compris l'industrie nucléaire.   

(Lire la suite…) »

À propos de prévarication (de moins en moins secrète, de plus en plus "décomplexée",
de plus en plus révoltante), écoutez l'excellente rediffusion de Là-bas si j'y suis, intitulée :




On y entend (minute 25'30) cet avertissement (terrifiant) contre les "AGENCES", de Gérard de Sélys, ex journaliste de la radio publique belge (RTBF), un vrai journaliste ayant suivi pendant 35 ans tout ce qui concerne l'Europe et particulièrement les lobbies industriels : l'ERT (European Round Table) ne sert exclusivement qu'à rédiger la loi européenne à la place des députés européens :

« Les lobbies existent depuis toujours, depuis la création du monde industriel, ils ont commencé surtout dans le monde anglo-saxon, et ça s'explique très bien : pour légiférer en matière industrielle ou commerciale, le législateur doit essayer de comprendre au mieux ce qui se passe dans le monde industriel, donc, il doit le consulter, ce qui est tout à fait normal : on ne va pas légiférer n'importe comment, il faut que la loi soit précise, pertinente… Et donc, aux États-Unis, les lobbies (parce que les ÉU, c'est un très très grand pays, 6000km de largeur), les lobbies se sont installés à Washington, à la fin du 19e siècle, pour être près du Congrès, et pour informer le Congrès.

Mais très vite, ça a dérapé : les industriels se sont dit "plutôt que d'informer le Congrès, on va faire les lois nous-mêmes, et les proposer aux congressistes, qui vont les voter sans problème : ils ne comprennent rien aux lois techniques, donc, on va s'occuper de ça".

Et le même processus s'est passé en Europe au début des années 80 : on a créé la Table Ronde des Industriels (TRI) pour ça et uniquement pour ça, pour légiférer avec les juristes de la commission européenne.
Et donc, la Table Ronde Européenne des Industriels existe depuis mars 1983, et depuis, elle ne fait que ça, et elle va très loin, elle va très loin parce qu'elle ne s'occupe pas seulement de rédiger la loi européenne (donc, la loi qui nous concerne, hein, tous les jours), elle donne les grandes lignes de la politique à suivre : par exemple, en 2002, la Commission européenne a publié un Livre Blanc sur la bonne gouvernance européenne et que trouve-t-on dans ce livre blanc ? Que les parlements sont trop lents, mettent trop longtemps à comprendre les dispositions réglementaires élaborées par la Commission européenne et donc qu'il faut se passer d'eux, y compris du Parlement européen qui n'a pratiquement rien à dire.

Donc comment s'en passer ? Oh ! idée de génie qu'ils ont eue, encore une fois on a copié sur les États-Unis, on va faire des AGENCES, comme la Food and Drug Administration [FDA] aux États-Unis qui est l'agence qui réglemente tout ce qui est médicaments et alimentation : quelle est la différence entre une agence et une direction générale de la Commission européenne ? C'est que l'agence est indépendante, c'est que l'agence ne réglemente pas par directives européennes, c’est-à-dire par des lois, mais par des réglementations, et que ces réglementations ne passent plus devant les parlements nationaux, qui ne sont pas tenus informés. Il y a déjà dix agences européennes, on va créer probablement des agences pour tout ce qui concerne la politique ou les politiques de l'Union européenne : une agence pour l'agriculture, une agence pour le commerce extérieur, une agence commerce intérieur, une agence économie et finances, qui vont être installées, par exemple pour l'agence économie et développement, probablement à Montpellier en France, pour l'agence de l'agriculture, Parme (la ville italienne) est candidate, donc tout est déjà préparé.

Une fois que ces AGENCES seront créées, il n'y aura plus aucun contrôle démocratique sur la politique de l'Union européenne, plus aucun. Et tout ça est en train est en train de se préparer à notre nez et à notre barbe sans qu'on soit tenus informés. »

Commentaire de Daniel Mermet : « Pourtant, pourtant, c'est pas ce qui manque, les "informations" : de tous les côtés ça nous tombe, de tous les côtés, on est oppressés d'informations à longueur de temps, et effectivement, malgré tout, avez-vous souvent entendu parler de l'ERT, European Round Table ? Pas beaucoup, quand même… »


Mon commentaire à moi : il est urgent de sortir de ce piège à rats, en commençant par ne surtout pas s'abstenir, et plutôt voter pour des résistants, c'est-à-dire n'importe qui d'AUTRE que l'UMP, le PS, le MODEM, est autres prétendus "verts" qui nous poussent dans la cage de l'UE avec de bonnes paroles.
   
Je vous recommande vraiment d'écouter cette émission de Là-bas si j'y suis.

C'est clair, de plus en plus altermondialiste mais surtout constitutionnaliste, je deviens (logiquement) radicalement Unioneuropéenophobe.

Étienne.



PS : tiens, à propos de constitutionnalisme, je vous signale deux choses importantes :

• Je vous recommande de découvrir un grand penseur du constitutionnalisme, il s'appelle Dominique Rousseau, il est professeur de droit public à Montpellier et, à l'invitation de Pierre Rosanvallon, il a donné une conférence littéralement passionnante au Collège de France intitulée "Constitution et démocratie". C'est de haut niveau et c'est pile poil sur ce qui compte le plus pour l'humanité (à mon avis), sur la racine réelle des malheurs des hommes (qui n'arrivent nulle part à contrôler les pouvoirs) : http://www.college-de-france.fr/default … usseau.jsp

Bien sûr, comme chez Rosanvallon, il manque au travail de Dominique Rousseau (à mon avis) l'analyse du processus constituant, il y manque la mise en accusation de l'appropriation du pouvoir constituant par les pouvoirs constitués et le conflit d'intérêt désastreux qui surgit de cet abus de pouvoir originel, il manque l'évaluation méthodique de la procédure du tirage au sort de l'assemblée constituante, mais, et c'est ma deuxième nouvelle importante :

• nous pourrons bientôt féliciter et interpeller de vive voix cet homme passionnant car Dominique Rousseau sera à Marseille vendredi prochain, 5 juin 2009, de 19h à 21 h, 1 rue Massabo (métro Joliette) pour une conférence intitulée : "Quelle pensée constitutionnelle pour la gauche ? La Ve République contre la démocratie". 

Ce n'est pas alléchant, ça ? smile

Au plaisir de vous y retrouver.

Étienne.

Hors ligne

 

#293 03-06-2009 18:41:28

catherine
Membre
Message n°7239
Date d'inscription: 27-11-2008
Messages: 170

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Je ne peux parler que pour moi, certes, et c'est ce que je vais faire, sans emmener qui que ce soit avec moi, et sans vouloir assombrir qui que ce soit, juste un ressenti par rapport à une situation qui se fait troublante et douloureuse, un peu.

    J'en ai un peu marre pour ma part de toutes ces conférences qui se succèdent ,lire ceci, lire cela, ça finit par avoir quelque chose de désincarné, de mort, c'est de la mise à distance tellement distanciée qu'elle finit par dévitaliser notre espace ou mon espace devrais-je plutôt dire car mon ressenti il est vrai n'est pas forcément le ressenti de ceux qui lisent ce forum.

    Ce n'est pas une idée qui doit être au centre de notre vie, même si l'idée est nécessaire voire indispensable, il ne faut pas oublier que l'idée est au service de l'humain et pas le contraire.

    Une idée c'est fait pour être changée quand elle ne porte pas de bons fruits, c'est l'homme et l'homme seul qui doit être mis au centre.

    L'idée de cette constitution bonne en soi c'est vrai, vient en second plan à mon avis Etienne, le coeur du problème, c'est.

    Comment on fait pour vivre aujourd'hui, avec tout ce qui nous tombe sur la tête et à cette question, c'est pas un article de machin ou truc qui m'aidera à y répondre, on est chacun confronté à des réalités de terrain,de plus en plus étranglantes, et c'est pas l'idée qui viendra nous aider en la circonstance.

    Il y a un soubassement à l'idée, c'est l'homme, et c'est l'homme tout de suite et pas l'homme rêvé dans dix ou douze mois en étant gentille , l'avenir, c'est aujourd'hui, il y a une urgence palpable, on n'a plus le temps avec ça, c'est une belle idée et tu as fait avec d'autres un boulot remarquable, mais maintenant il me semble qu'il est temps de passer aux travaux pratiques, au risque de s'épuiser sans cela dans un combat appauvri faute de nutriments.

    Encore un aspect trinitaire décidément porteur de vie, l'idée, la pratique et quelque chose de l'esprit de l'expérience de terrain qui viendrait percuter ces deux dimensions, théorie et pratique.

    Mais l'esprit n'est pas la pensée,attention à ne pas confondre , l'esprit c'est un peu l'eureka du capitaine Haddock dans Tintin, quelque chose d'une compréhension qui opère à l'intersection de cadres distincts,c'est à dire de la vie en chair associée à l'idée, et à cette intersection quelque chose d'une percussion, l'euréka dont je parlais qui vient offrir la compréhension d'une situation, l'action par excellence.

    Je pense qu'il est temps de passer aux travaux pratiques, voilà ce que je ressens, il faut que ça bouge, on ne peut pas continuer à attendre que ça se fasse sans nous.

    C'est vrai que je ne sais pas comment, le local c'est vraiment une excellente idée,c'est le dernier rempart à mon avis, ce serait encore mieux si c'était soutenu par quelque chose d'une organisation qui pourrait aider à créer des cellules locales un peu partout, essaimer dans le plus d'endroits possibles, créer un réseau associatif et soutenir les projets en agrégeant les idées sur un terreau d'expériences de terrain, avec des soutiens tangibles et non virtuels,voilà mon ressenti d'aujourd'hui, surtout après la déconfiture vécue ici aujourd'hui.

Dernière modification par catherine (03-06-2009 19:03:15)

Hors ligne

 

#294 04-06-2009 09:01:27

AJH
Membre
Message n°7240
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Catherine écrit

Je pense qu'il est temps de passer aux travaux pratiques, voilà ce que je ressens, il faut que ça bouge, on ne peut pas continuer à attendre que ça se fasse sans nous.

C'est vrai que je ne sais pas comment, le local c'est vraiment une excellente idée,c'est le dernier rempart à mon avis, ce serait encore mieux si c'était soutenu par quelque chose d'une organisation qui pourrait aider à créer des cellules locales un peu partout, essaimer dans le plus d'endroits possibles, créer un réseau associatif et soutenir les projets en agrégeant les idées sur un terreau d'expériences de terrain, avec des soutiens tangibles et non virtuels,voilà mon ressenti d'aujourd'hui, surtout après la déconfiture vécue ici aujourd'hui.

Çà devient l'axe de notre réflexion : voir http://monnaie.wikispaces.com/file/detail/Barter-V2.pdf et nous avons commencé à travailler ce sujet " de la survie au niveau municipal" sur notre liste monnaie (inscriptions ouvertes par  mailto:monnaie_request@alterseco.org?subject=subscribe , mais comme le dit Étienne, c'est une liste et non un forum, avec tous les inconvénients de la liste )
Il va falloir maintenant rapprocher tout cela des "transition towns".

On pourrait ouvrir sur ce forum d'Étienne un fil "travaux pratiques" ?

Amicalement
AJ

Visitez notre nouveau site sur la monnaie et la dette: http://monnaie.wikispaces.com !


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#295 04-06-2009 09:03:30

AJH
Membre
Message n°7241
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

L'inscription c'est monnaie_request @ alterseco.org  en enlevant les deux espaces devant et derrière @ , et subscribe en objet: envoyer, c'est tout.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#296 04-06-2009 12:12:19

NingúnOtro
Membre
Message n°7242
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Étienne a écrit:

Mon commentaire à moi : il est urgent de sortir de ce piège à rats, en commençant par ne surtout pas s'abstenir, et plutôt voter pour des résistants, c'est-à-dire n'importe qui d'AUTRE que l'UMP, le PS, le MODEM, est autres prétendus "verts" qui nous poussent dans la cage de l'UE avec de bonnes paroles.
   
Je vous recommande vraiment d'écouter cette émission de Là-bas si j'y suis.

C'est clair, de plus en plus altermondialiste mais surtout constitutionnaliste, je deviens (logiquement) radicalement Unioneuropéenophobe.

Étienne.

Tu aurais pu être le plus valereux et le plus consensuel de ces résistants au niveau européen tout entier... après ton coup de chance du reférendum. Tu n'a pas osé, de peur de ne pas être parfait dans ce rôle, de ne pas avoir une solution toute parfaite à laquelle personne ne s'opposerait.

Voilà que tu reconnais qu'on ne s'en sortira pas SANS DES RÉSISTANTS À l'INTÉRIEUR, mais que pendant ce temps tu n'as rien fait pour qu'ils ne se voient pas aussi impuissants comme ils se sentent aujourd'hui, sans structure cohérente ni point de reférence pour agir d'une façon coordonnée.

Je sais, cela aurait été un sacré boulot, mais même la défaite aurait été plus cohérente que cette inaction...

Hors ligne

 

#297 04-06-2009 16:18:19

AJH
Membre
Message n°7243
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

De toute façon ce parlement européen est une mascarade. Avoir 1 ou 100 députés ne change rien compte tenu qu'il n'a aucun pouvoir. Pour ma part, et puisque je ne peux pas voter pour une liste du RIC, je voterai pour l'un des partis (quel qu'il soit) qui soutiennent au niveau national qu'il faut quitter CETTE Europe, ou la changer de fond en comble.

Le seul espoir sera au moment des prochaines législative françaises, si une majorité de députés "nonistes" étaient élus... mais tout est si bien verrouillé que je n'y crois même pas.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#298 04-06-2009 16:56:01

AJH
Membre
Message n°7244
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Je transfère ici, car complètement dans le sujet, bien qu'avec un peu d'avance, l'appel de Marc Jutier

Chers amis,

La campagne de communication pour l’appel commence lundi 8 juin.

N’hésitez pas à publier le texte de l’appel sur blogs et sites alternatifs,

à envoyer le messager ci-dessous à votre carnet d’adresses et sur des listes de discussion.

Bientôt disponible le fichier pdf de l’appel pour impression sur A4.

D’autres idées ? merci de m’en parler.

mjutier@orange.fr


Signez et faites signer l’appel/pétition pour des primaires à gauche de gauche :

http://www.ccpgg.fr/index.php?petition=4

L’Appel pour des primaires à gauche de gauche pour les élections présidentielles et législatives est à l’initiative de citoyens français non encartés, actuellement ou anciennement encartés aux PS, PCF, LCR-NPA, Verts ou autres groupes politiques à gauche qui en ont assez du bipartisme UMP-PS, de l’hégémonie du PS et des divisions au sein de la gauche de gauche.

Les positions politiques prises par le Parti Socialiste et leur Leaders nous écoeurent. Il suffit de voir comme certains pactisent aussi facilement avec le gouvernement pour comprendre que le PS est en pleine décomposition politique et idéologique. En clair, il a perdu son âme et ce n’est plus qu’une machine électorale aux profit d’élus et de carriéristes de la politique.


Afin d’éviter l’émiettement des voix aux premiers tours des législatives et des présidentielles, la seule façon de départager les différent-e-s prétendant-e-s des différentes factions ou partis politiques (PCF, NPA, PG, Verts, etc.) à la députation et à la présidence de la République est l’organisation de primaires. Profondément démocrate et républicain, nous ne voyons pas d’autre alternative légale et respectueuse du suffrage universel et du code électoral pour investir l’Assemblée Nationale et l’Elysée.

La création d’un mouvement populaire qui unissent toutes les tendances dites : « à gauche de gauche » ne pourra se faire que par les citoyens eux-mêmes.

Le Collectif Citoyen pour des Primaires à Gauche de Gauche - CCPGG : www.ccpgg.fr

Forum : www.ccpgg.fr/Forum/index.php


Nous ne sommes d’accord ni pour « moraliser » le capitalisme ni pour le « vernir » de mesurettes sociales.

Il ne s’agit pas de résoudre les problèmes du capitalisme : le capitalisme EST le problème.

Merci de faire circuler ce message.

Dernière modification par AJH (04-06-2009 16:57:34)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#299 04-06-2009 22:07:19

catherine
Membre
Message n°7245
Date d'inscription: 27-11-2008
Messages: 170

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Merci André-Jacques, j'irai voir ce week-end...si le ciel n'est pas tombé , amicalement.

Hors ligne

 

#300 05-06-2009 07:07:06

AJH
Membre
Message n°7250
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Un bon article du M'pep sur les "pouvoirs" (hum) du parlement européen

http://www.m-pep.org/spip.php?article1352


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#301 07-06-2009 15:09:18

Sandy
Membre
Message n°7255
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

AJH a écrit:

De toute façon ce parlement européen est une mascarade. Avoir 1 ou 100 députés ne change rien compte tenu qu'il n'a aucun pouvoir. Pour ma part, et puisque je ne peux pas voter pour une liste du RIC, je voterai pour l'un des partis (quel qu'il soit) qui soutiennent au niveau national qu'il faut quitter CETTE Europe, ou la changer de fond en comble.

Le seul espoir sera au moment des prochaines législative françaises, si une majorité de députés "nonistes" étaient élus... mais tout est si bien verrouillé que je n'y crois même pas.

Il a un pouvoir d'obstruction d'une partie des directives de la commission européenne et en cas de majorité la possibilité de refuser la commission soumise par le président désigné par le conseil d'état

C'est pas grand chose c'est sur mais c'est largement suffisant pour vouloir y envoyer des gens à nous et pour en virer ceux qui trahissent la volonté du peuple régulièrement

Dernière modification par Sandy (07-06-2009 15:09:50)

Hors ligne

 

#302 08-06-2009 06:11:42

Jacques Roman
Membre
Message n°7260
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Le Parlement européen a surtout le pouvoir de ne pas investir la commission et de la renvoyer.

Je suis surpris qu'AJH n'y attache aucune importance. 

Ceux qui considèrent l'élection parlementaire européenne comme une mascarade et se sont abstenus de voter pour cette raison perdent, il me semble, tout droit de se plaindre du futur parlement et de la future commission, qui seront à droite. 

En ce qui concerne une proposition de réforme de fond en comble, voir sous http://euroconstitution.org/index.php?p … uropeenne. JR

Dernière modification par Jacques Roman (08-06-2009 06:15:12)

Hors ligne

 

#303 08-06-2009 09:29:16

gilles
Membre
Message n°7261
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1268

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

La tant vantée "démocratie «européenne»"


Jacques Roman a écrit:

Ceux qui considèrent l'élection parlementaire européenne comme une mascarade et se sont abstenus de voter pour cette raison perdent, il me semble, tout droit de se plaindre du futur parlement et de la future commission, qui seront à droite.

Jacques Roman, pourquoi ce soudain trou de mémoire ? Pourquoi aujourd'hui oublies-tu dans ton raisonnement que beaucoup de décisions de "L'Union «européenne»" doivent être conforme à des traités non-validés démocratiquement ? Pourquoi aujourd'hui cela ne te dérange plus ? Cela dérange tellement l'électeur moyen qu'il ne se déplace plus pour aller mettre un bulletin dans une urne et cela ne t'interpelles pas ?

Devant tant d'aveuglement, 60% de refus de la mascarade entre parenthèses, je préfère vous faire partager une analyse de Luis Gonzalez-Mestres de "Sortir de l'Union Européenne" :

http://fr.groups.yahoo.com/group/sortirdeleurope/

Luis Gonzalez-Mestres a écrit:

Le 7 juin a été marqué par une très faible participation aux élections au Parlement Européen, en France (quarante pour cent des inscrits) mais aussi dans le reste de l'Union Européenne (UE). Cette montée de l'abstention fait suite à une campagne électorale au cours de laquelle les citoyens n'ont guère été informés, les vrais problèmes n'ont presque jamais été évoqués et les débats ont été, à peu de chose près, inexistants. En réalité, la grande majorité de la population se retrouve de plus en plus ouvertement exclue de toute participation au pouvoir de décision. Plus la situation s'aggrave pour les « petits citoyens », et moins on cherche à les associer à une quelconque discussion sur l'avenir collectif. Mais peut-on parler d'un quelconque avenir collectif, entre une large majorité d'européens qui subit de plus en plus durement les conséquences de l'actuelle crise économique, et les quelques « élites » politiques et « gestionnaires » qui fréquentent depuis longtemps les mêmes réseaux, clubs et « think tanks » que les représentants de la grande finance et des multinationales ?

Compte tenu du taux d'abstention estimé autour de 60%, les résultats réels approximatifs des listes en présence seraient, par rapport au nombre réel des inscrits sur les listes électorales : UMP, un peu plus de 11% ; Parti Socialiste, 6.6% ; Europe écologie, 6.4 % ; Modem, 3.4 % ; Front National et Front de Gauche, 2.6% ; NPA et Libertas, 2% ...
Dans l'ensemble, une bien faible représentativité, surtout de la part de ce que l'on appelle les « grands partis ».
Il paraît évident que non seulement les électeurs ne soutiennent pas la politique de l'actuel gouvernement, mais ils ne se sentent pas représentés, non plus, par les « alternatives » qui leur sont proposées sous couvert d'une prétendue « opposition ».
Le premier des problèmes étant par elle-même la prétendue et tant vantée « construction européenne », largement imposée aux populations sans réelle concertation et sans une quelconque transparence sur les enjeux. Un problème grave, qui ne se pose pas uniquement en France mais dans l'ensemble de l'UE.
C'est ainsi, par exemple, qu'un traité aussi important que le Traité de Lisbonne n'a fait pratiquement l'objet d'aucun référendum. Le monde politique a à plus d'une reprise avoué qu'il s'agissait d'empêcher un éventuel échec des référendums. Mais dans ce cas, que représéntent les ratifications parlementaires ?
Au point qu'à la dernière réunion européenne de la Commission Trilatérale, tenue à Paris en novembre dernier au milieu d'un impressionnant silence des médias et des partis politiques à l'égard des citoyens, un « expert » danois avait présenté une contribution intitulée : « Saving Europe from the Tyranny of Referenda... ». La présidente de la séance n'était autre que la députée et ancienne ministre « socialiste » française Elisabeth Guigou qui a succédé à Laurent Fabius au sein de la Trilatérale en 2008. Qui en a parlé à la grande majorité des Français ?

Et quel est le résultat de cette politique imposée par des procédés de plus en plus autoritaires depuis les années 1990 ? La stratégie du « tout marché », de suppression des droits des travailleurs, de privatisation des services publics, de dumping social... imposée par l'Union Européenne s'est soldée par une crise dans précédent.
Mais outre cette douloureuse expérience de vingt ans de casse sociale et de démolition des services publics, que pouvaient espérer de vraiment nouveau les citoyens ? Que pouvait leur offrir une « classe politique » corporatisée et transversalisée, qui leur parle le moins possible et qui préfère ouvertement la compagnie des « élites » fortunées et « gestionnaires » ?
Quel bienfait ont apporté à ce jour aux européens des institutions telles que l'UE et le Parlement Européen ? Le bilan désastreux est là et ne cesse de s'aggraver, alors que la politique de l'Union Européenne reste immuable sans la moindre autocritique.
C'est précisément le point essentiel que l'analyse de Philippe Chriqui et Pierre Christian mise en ligne par Le Monde le 7 juin n'aborde pas. Les auteurs refusent de conclure à une mise en cause de l'Union Européenne elle-même par la montée de l'abstention, au motif que « les nonistes étaient candidats ». Mais cette conclusion est erronée : les dirigeants du Front de Gauche et du NPA ne représentent pas tous les militants qui ont défendu le NON au référendum de mai 2005 et dont une composante importante a appelé à l'abstention ce 7 juin. Ils ne rassemblent pas, non plus, tous les électeurs qui ont voté NON en 2005.

On a de surcroît affaire à un système électoral très fermé et financièrement verrouillé, où le coût de la campagne électorale empêche la présentation de listes vraiment novatrices.
La position de force des plus influents se perpétue ainsi avec une grande inertie, de façon à mieux préserver le système en place en faisant notamment barrage à des listes sans anciens ministres, « personnalités connues », « partis de gouvernement », groupes parlementaires déjà en place, « entrées », « relations fortunées », militants avec des revenus aisés et jugés « solvables », et toute la panoplie. « Fauchés » et « sans relations », s'abstenir...
S'abstenir, c'est précisément ce que les « fauchés » et les « sans relations » ont fait le 7 juin. Doit-on s'en étonner ?
Dimanche soir, le site du Parlement Européen a chiffré le taux d'abstention à 56,91% pour l'ensemble de l'Union Européenne. Mais à en juger par ses déclarations du 7 juin au soir, le président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso, ne compte pas prendre en considération le message évident de cette abstention massive. La même politique va donc se poursuivre.
Sans apparemment point s'inquiéter, Barroso vient d'estimer que le résultat de ces élections constitue « une victoire indéniable des partis et des candidats qui soutiennent le projet européen ». Les presque 57% d'électeurs européens qui se sont abstenus, se seraient-ils donc par leur geste auto-exclus de la tant claironnée « démocratie européenne » ?

Dernière modification par gilles (08-06-2009 15:40:26)

Hors ligne

 

#304 08-06-2009 15:22:47

Sandy
Membre
Message n°7264
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Ils ne comptent pas prendre en compte le message de l'abstention ? Tiens quelle surprise !
Cela ne sera que la nième élection qui prouve que l'abstention n'est pas une solution, mais à chaque élection on aura encore inlassablement des gens pour appeller les autres à ne pas se mobiliser ...
Seule la mobilisation et le rassemblement peuvent nous sortir de cette situation, c'est comme cela que fonctionne la politique, il faut être debout organisés déterminés et nombreux pour que les choses changent !

Hors ligne

 

#305 08-06-2009 15:24:46

Jacques Roman
Membre
Message n°7265
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Gilles (7261),

Tu penses vraiment que par principe la ratification d'un traité par un parlement ne vaut pas "validation démocratique" ? 

Pour ma part, je n'ai jamais dit ça, même si à mon avis - dans l'intérêt de la démocratie participative et pour la solidité de la construction européenne - tous les traités fondamentaux européens devraient être soumis au référendum, et surtout le traité de Lisbonne, puisqu'un traité à peu près semblable (le TCE) avait été rejeté par référendum.

Ton reproche d'oubli n'est donc pas fondé. 

Quant à l'opinion de Gonzalez-Mestres, je ne la partage pas. Si 60 % de citoyens ont négligé leur devoir électoral, c'est à eux qu'il faut le reprocher d'abord plutôt qu'au système électoral en vigueur. Il suffisait de quelques minutes pour s'informer sur les grandes lignes des programmes en présence.  Si les gens sont paresseux, qu'ils s'en prennent à eux-mêmes.  JR
JR

Hors ligne

 

#306 08-06-2009 15:38:43

Sandy
Membre
Message n°7267
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

On ne peut pas émettre de principe sur la ratification d'un traité par le parlement du fait que tout dépend de ce que contient le dit traité et aussi des mandats reçus.

Si on parle des traités européens, le problème c'est que ces traités sont en fait des constitutions ( ils traitent de la question de la souveraineté ) et par conséquent en écrivant ces traités les gouvernements s'octroient des pouvoirs constituants qu'ils ne devraient pas avoir, et en ratifiant ces traités les parlements s'octroient des pouvoirs constituants qu'ils ne devraient pas avoir.

Pour tout traité qui serait véritablement un traité et non pas une constitution, à condition que ce traité fasse partie du mandat du gouvernement et des représentants au parlement, il n'y a aucune raison de refuser une rédaction du traité par le gouvernement et une ratification par le parlement étant donné que c'est la procédure législative normale.

Dernière modification par Sandy (08-06-2009 15:40:05)

Hors ligne

 

#307 08-06-2009 16:05:32

gilles
Membre
Message n°7269
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1268

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

à Jacques Roman (7265)
Croyez-vous vraiment que le but des principaux instigateurs de la "construction européenne" est l'appropriation par les gens-eux-mêmes des problèmes qui les concernent ? Si c'était le cas, les gens qui ne sont pas stupides s'en seraient aperçus, non ? Si c'était le cas, ils seraient aller voter en masse. Est-ce le cas ?

Jacques, vous restez dans la théorie et vous n'évoquez pas le coût d'une campagne pour un parti naissant, exemples : RIC, Newropeans, Union des Gens, espérantistes …, ce coût qui a empêché Yvan Bachaud, Zolko, NigùnOtro, Déhel et tant d'autres citoyens européens de base de se présenter, de s'exprimer, d'être élus.


Savez-vous qu'en France tout parti doit payer plus de 1 million d’Euros pour être présent aux élections européennes, qu’en Italie, Pologne et Roumanie chaque nouveau parti (pas les partis déjà existant) doit collecter respectivement 150 000, 130 000 et 200 000 signatures de citoyens pour pouvoir se présenter aux élections européennes ?

à Sandy (7264) «à chaque élection on aura encore inlassablement des gens pour appeller les autres à ne pas se mobiliser ...», j'appellerai à ne pas se mobiliser pour voter tant que les partis persisteront à tromper l'électeur en lui disant que l'on peut changer cette "Europe", changer l'Europe alors que les dirigeants de l'Union Européenne ne tiennent pas compte des résultats des référendums. Dés que les partis de gauche diront qu'ils veulent sortir du piège de cette "Union «Européenne»", je recommencerai à voter et je ne suis pas le seul apparemment.

Hors ligne

 

#308 08-06-2009 17:44:04

NingúnOtro
Membre
Message n°7271
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

gilles a écrit:

Jacques, vous restez dans la théorie et vous n'évoquez pas le coût d'une campagne pour un parti naissant, exemples : RIC, Newropeans, Union des Gens, espérantistes …, ce coût qui a empêché Yvan Bachaud, Zolko, NigùnOtro, Déhel et tant d'autres citoyens européens de base de se présenter, de s'exprimer, d'être élus.


Savez-vous qu'en France tout parti doit payer plus de 1 million d’Euros pour être présent aux élections européennes, qu’en Italie, Pologne et Roumanie chaque nouveau parti (pas les partis déjà existant) doit collecter respectivement 150 000, 130 000 et 200 000 signatures de citoyens pour pouvoir se présenter aux élections européennes ?

Gilles, en ce qui me concerne... ce qui m'a empeché de me présenter n'est rien d'autre que d'une part le manque de vision de ceux que j'aurais voulu comme compagnons, et d'autre part le manque de vision et d'effort de ceux pour lesquels je devrais faire le boulôt une fois élu. Ce qui m'était tout à fait clair est que la campagne se faisait avec intelligence et compromis, ou pas du tout... et cela à été donc pas du tout. On ne peut pas envisager faire de la politique sans des gens, et pour quelqu'un d'autre que le plus grand nombre... parce-que alors, pour le faire... on s'endette auprès des banques, et pour cela on developpe le programme que les banques aiment bien. Vous n'avez qu'a vérifier en quoi le programme électoral de n'importe quel parti suspect de devoir des emprunts ou s'être mis à genoux pour les obtenir contient quelque-chose contient quelque-chose de nuisible pour les intérêts des banques (tiens, tant que vous y êtes, faites le même scrutin pour les mesures de sauvetage du système financier).

Puis, revisez vos affirmations... aucun des partis que vous nommez n'a du payer ce million d'Euros, j'en suis sur wink

Hors ligne

 

#309 08-06-2009 21:36:45

Sandy
Membre
Message n°7273
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

gilles a écrit:

à Jacques Roman (7265)
Croyez-vous vraiment que le but des principaux instigateurs de la "construction européenne" est l'appropriation par les gens-eux-mêmes des problèmes qui les concernent ? Si c'était le cas, les gens qui ne sont pas stupides s'en seraient aperçus, non ? Si c'était le cas, ils seraient aller voter en masse. Est-ce le cas ?

Jacques, vous restez dans la théorie et vous n'évoquez pas le coût d'une campagne pour un parti naissant, exemples : RIC, Newropeans, Union des Gens, espérantistes …, ce coût qui a empêché Yvan Bachaud, Zolko, NigùnOtro, Déhel et tant d'autres citoyens européens de base de se présenter, de s'exprimer, d'être élus.


Savez-vous qu'en France tout parti doit payer plus de 1 million d’Euros pour être présent aux élections européennes, qu’en Italie, Pologne et Roumanie chaque nouveau parti (pas les partis déjà existant) doit collecter respectivement 150 000, 130 000 et 200 000 signatures de citoyens pour pouvoir se présenter aux élections européennes ?

à Sandy (7264) «à chaque élection on aura encore inlassablement des gens pour appeller les autres à ne pas se mobiliser ...», j'appellerai à ne pas se mobiliser pour voter tant que les partis persisteront à tromper l'électeur en lui disant que l'on peut changer cette "Europe", changer l'Europe alors que les dirigeants de l'Union Européenne ne tiennent pas compte des résultats des référendums. Dés que les partis de gauche diront qu'ils veulent sortir du piège de cette "Union «Européenne»", je recommencerai à voter et je ne suis pas le seul apparemment.

Et comme cela n'arrivera jamais vous ne voterez jamais. Quel est l'intérêt de ne pas voter ? Passez vos nerfs ? Tout ce qui se passe c'est que Sarkozy fait un triomphe sur toutes les télévisions et il va oser encore plus de politiques répugnantes, bravo à toi ! Belle réussite !

Hors ligne

 

#310 08-06-2009 22:25:51

gilles
Membre
Message n°7276
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1268

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

NingúnOtro (7271),

NingúnOtro a écrit:

Gilles, en ce qui me concerne... ce qui m'a empeché de me présenter n'est rien d'autre que d'une part le manque de vision de ceux que j'aurais voulu comme compagnons, et d'autre part le manque de vision et d'effort de ceux pour lesquels je devrais faire le boulôt une fois élu. Ce qui m'était tout à fait clair est que la campagne se faisait avec intelligence et compromis, ou pas du tout... et cela à été donc pas du tout. On ne peut pas envisager faire de la politique sans des gens, et pour quelqu'un d'autre que le plus grand nombre…

Raisons parfaitement honorables, sur lesquelles je m'incline.

En ce qui concerne le million d'euros à payer, j'ai repris l'information du site de Newropeans :

http://www.newropeans.eu/spip.php?artic … mp;lang=fr

Yvan Bachaud pourrait nous informer de manière plus exacte puisqu'il a présenté des listes.

Sandy (7273)
Serais-tu devin ? Qui te prouve que les partis de gauche ne vont par finir ouvrir les yeux ? Oublies-tu le travail colossal de décryptage de Samuel SCHWEIKERT concernant les pouvoirs du "Parlement Européen" ? N'y a-t-il pas des éclaireurs qui indiquent déjà le chemin ? Que fais-tu d'Étienne Chouard, de Jacques Nikonoff, d'Aurélien Bernier, de Paul Thibaud et de tant d'autres ? Crois-tu vraiment que le but des principaux instigateurs de la "construction européenne" est l'appropriation par les gens-eux-mêmes des problèmes qui les concernent ? Réponds à cette question de fond au lieu de voir l'écume du jour et l'agitation passagère du moment.

Hors ligne

 

#311 09-06-2009 01:48:35

Sandy
Membre
Message n°7281
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Je suis quelqu'un de progressiste, et je crois en un principe c'est que la bonne voie mène toujours au progrès, quand la voie que tu as choisis consiste pendant un temps indéterminé à favoriser tout le contraire du progrès, ben je suis certain que ce n'est pas cette voie là qu'il faut choisir et j'espère que ce n'est pas cette voie là que les gens choisiront.

L'innaction fait le jeu de ceux que l'on combat. La mobilisation est le seul moyen de lutter. En appellant les gens à ne pas se mobiliser tu fais tout le contraire de ce qu'il faudrait faire. Regarde Etienne qui lui aussi est favorable à la sortie de l'UE a bien compris qu'il fallait néanmoins se mobiliser car l'abstention servait bien plus à ses ennemis qu'à sa cause.

En renvoyant tout le monde dos à dos parce que personne ne partage ta conviction c'est un comportement extrêmement radical et contre productif, des gens qui sont contre cette UE il y en a plein même si comme moi ils ne veulent pas sortir de l'UE et qui croient en une UE alternative.
Et il vaut mieux des gens comme ça qui s'opposeront aux directives libérales et qui nous informerons des plans qu'ils préparent pour qu'on puisse mieux s'y préparer et les dénoncer, comme par exemple pour leur projet de grand marché transatlantique avec les états unis dont on aurait jamais entendu parlé sinon, il vaut mieux ces gens là donc que des Michel Barnier, des Lamassoure ou des Cohn Bendit au parlement européen ...
Et ça on ne l'obtient qu'en se mobilisant et en votant.
Tu veux protester tu veux changer les choses, mince le meilleur moyen de changer les choses c'est déjà d'éjecter du pouvoir ceux qui vérouillent tout et qui défendent ce avec quoi tu veux rompre, c'est quand même évident !
A toi d'ouvrir les yeux !

Hors ligne

 

#312 02-07-2009 18:20:53

gilles
Membre
Message n°7330
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1268

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Résister sans maîtres

La création d’une vie différente passe, fondamentalement, par l’invention de modes de vie, de modes de désirer alternatifs. Si nous désirons ce que le maître possède, si nous désirons comme le maître, nous sommes condamnés à répéter les fameuses révolutions, mais, cette fois, dans le sens de ce terme en physique, celui d’un tour complet. Il faut ainsi inventer et créer concrètement de nouvelles pratiques et images de bonheur. Si nous pensons que nous ne pouvons être heureux qu’à la manière individualiste du maître et que nous demandons une révolution qui nous donne satisfaction, nous serons condamnés éternellement à ne faire que changer de maître. Car on ne peut être réellement anticapitaliste et accepter en même temps les images de bonheur que ce même système produit. Si l’on désire " être comme le maître " ou " avoir ce que le maître possède ", on reste dans la position de l’esclave. Les chemins de la liberté sont incompatibles avec le désir du maître. Désirer le pouvoir du maître est l’opposé de désirer la liberté. Et la liberté, c’est devenir libre, c’est une lutte. De la résistance surgissent précisément d’autres images de bonheur et de liberté, des images alternatives liées à la création et au communisme (dans le sens de liberté et de partage que ce terme recouvre, dans le sens d’une exigence permanente et non pas en tant que modèle de société).
Ce qu’il faut c’est créer un communisme libertaire, non de la nécessité, mais de la jouissance que donne la solidarité. il ne s’agit pas de partager à la manière triste, parce que nous y sommes contraints, mais de découvrir la jouissance d’une vie plus pleine, plus libre. Dans la société de la séparation, la société capitaliste, les hommes et les femmes ne trouvent pas ce qu’ils désirent, ils doivent se contenter de désirer ce qu’ils trouvent, selon la formule de Guy Débord. La séparation est ainsi séparation les uns des autres, de chacun de nous d’avec le monde, du travailleur d’avec son produit, mais en même temps de chacun de nous, séparé, exilé de lui-même. Telle est la structure de la tristesse.

Hors ligne

 

#313 03-07-2009 11:10:24

Déhel
Membre
Message n°7331
Lieu: Le Havre, France
Date d'inscription: 27-07-2008
Messages: 543

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

C'est un bien joli texte Gilles. Merci.
Je partage complètement cette analyse de la structure de la tristesse qui, si elle n'a sans doute pas été préméditée, sert les chantres de l'individualisme que nous sommes collectivement devenus. Maintenant quelques remarques:
              - cette structuration de la société a -ne nous en déplaise- oeuvré dans le sens d'un mieux être social, même individualisé, et sa négation en bloc reviendrait à ne pas reconnaître l'amélioration de la condition ouvrière; par contre, faire remarquer que ce progrès a aussi engendré la disparition des solidarités et des identités collectives suffit à démontrer son vice;
              - l'usage de la liberté dans un exposé politique revient à utiliser les lignes de Yemenia, personne ne sait où ça peut mener. Maintenant, ton texte définit sa propre notion de liberté, solidaire et collective, tout le contraire de celle du modèle américain et très éloignée de nombreuses autres interprétations de gauche. Je crois personnellement en la jouissance que donne la solidarité et au communisme libertaire, mais les termes ont été à ce point dévoyés qu'en les exposant ainsi tu risques d'être insérer dans un inventaire à la Bouvard et Pécuchet. Bakounine dans une de ses trop rares divagations parvient selon moi, à force d'intentions, à une presque définition de liberté en évoquant que sa liberté est reproduite dans celle des autres à l'infini et que donc la liberté ne vaut que si elle est partagée de tous. On y retrouve tes intentions Gilles;
              -  ton texte souffre d'être davantage une analyse qu'une proposition concrète. Il y manque les moyens d'y parvenir. En plus, la seule concrétisation que je pourrais te prêter - égard au fil sur lequel tu publies - serait la sortie de l'UE que tu as défendue et là, tu le sais, je ne te suis plus. C'est affaire de symbole.

      Mais au fait, l'exercice même de la démocratie ne pourrait-il servir de principal moteur à l'expression et l'organisation des solidarités?

Dernière modification par Déhel (03-07-2009 11:19:24)


La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples, Machiavel.
Le risque de la liberté: texte collégial d'insurection morale, ici.

Hors ligne

 

#314 04-07-2009 14:06:01

gilles
Membre
Message n°7334
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1268

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Le choix du symbole


Déhel, je suis content que le sujet de la sortie de l'Union Européenne te tienne autant à coeur, c'est bon signe.


Ta phrase : « la sortie de l'UE que tu as défendue et là, tu le sais, je ne te suis plus. C'est affaire de symbole. »

Comme je sais que tu as de l'humour, un certain recul amusé sur les choses de la vie, que tu es un homme courtois et raffiné, que tu as toujours voulu que nos échanges aient eu lieu sous le signe de la plus haute distinction, permets une moquerie, je me demande parfois si il n'y pas une part de masochisme esthétisant et raffiné dans ton attitude. Pour le beau symbole d'un drapeau bleu à douze étoiles, tu es prêt à en baver de nombreux aspects de ta vie quotidienne. Cela fait tellement longtemps que si je vais à La Poste, il y a une queue monstrueuse à cause de la libéralisation des services postaux, que si je suis admis à l'hôpital, le personnel me fait ressortir avant d'être guéri pour libérer un lit quitte à ce que je revienne perdre mon temps  aux urgences, ceci dans le cadre d'une allocation optimale des ressources qui selon les dogmes de l'UE est seulement atteinte que par des opérateurs qui agissent dans l'esprit de l'entreprise privée et qui ignore le bien commun et l'intérêt général. Que l'entreprise où j'ai réussi à rentrer délocalise des lignes de production, puis ferme, ceci grâce aux positions d'un libre-échangisme intégriste défendue par le commissaire européen représentant l'UE à l'OMC. Mais peut être que tu ne vis pas comme moi concrètement, ici en France, que tu ne vas jamais à la Poste, à l'Hôpital, que tes enfants ne vont pas l'école, que tu ne cherche pas de travail ici. Sais-tu au moins que les principaux concernés, faute que leurs décisions prennent effet sur la nature de cette Union en respectant leurs choix sur les traités, ont préféré récemment voter avec leurs pieds en s'abstenant massivement à un choix qui légitimait l'existence de cette Union ? À moins de faire partie de la minorité de privilégiés qui vit bien dans ce système, je ne vois pas pourquoi tu défends ce système. À part le symbole, quel argument en faveur du mieux-vivre ? Ceci en faveur de l'UE et qui ne pourrait être atteint par une autre politique de co-opération inter-nationale ? Car, il ne faudrait pas m'enfermer dans une position de repli national, au contraire, ce qui marche réellement, sans fonctionner à une idéologie absurde et mortifère, ce sont les co-opérations à la carte et secteur par secteur entre des pays ayant des intérêts communs.

Exemple phare : Airbus, dont de nombreux pays de l'UE ne fournissent aucune contribution et de nombreux pays hors UE contribuent.

L'exercice même de la démocratie sert de principal moteur à l'expression et à l'organisation des solidarités.

Oui, Déhel, je sens que tu accomplis des efforts méritoires pour sortir d'un masochisme de l'universalisme abstrait, cela va venir, et que ton but ultime est de jeter cette vieille défroque pour aller vers des réponses concrètes, vois-là au-delà du lien hyper-texte, un exemple de projet concret d'affiche qui appelle à organiser un repas fraternel dans mon quartier.



http://files.myopera.com/anamorphose/fi … lie_re.png


Ami, Déhel, que comme tes rêves, tes luttes soient festives et colorées.

Hors ligne

 

#315 08-07-2009 16:35:58

Déhel
Membre
Message n°7359
Lieu: Le Havre, France
Date d'inscription: 27-07-2008
Messages: 543

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Cher Gilles,
           revenons à ce qui nous oppose et à ce qui subsiste du débat sur ce fil. Tu as clairement cédé à la flagornerie et AUX GROS MOTS avant de me chambrer gentiment alors je me sens autorisé à la riposte, la réplique, à la mise au point. Faut qu'ça saigne!
La sortie de l'UE n'est pour moi envisageable qu'à long terme après une multiplication de tentatives d'en modifier la course et la preuve par l'exemple que nous ne sommes pas capables d'en réformer la logique. Ce dont nous sommes encore très loin.
         La dimension symbolique de l'UE t'échappe et tu nous replaces les habitués, la Poste et l'hôpital, que je ne dois pas bien connaître vu que... là je ne t'ai pas très bien suivi mais l'usage dans un débat plutôt à gauche de l'argument je suis plus pauvre que toi donc je sais mieux sent la réplique usée d'un 20 heures à l'ORTF. En plus, si tu as remarqué, j'habite Casa et la Poste et l'hôpital dont tu souffres, en effet je ne les connais plus bien mais je les regrette et mes hôtes ici, ils les rêvent. La France c'était la référence. Aujourd'hui c'est l'Europe, ses multiplicités et ses investissements: la semaine dernière on annonçait l'aboutissement de projets de coopération en vue de la création de l'espace méditerranéen et le Maroc a obtenu une station d'épuration des eaux usées destinée à une nouvelle zone touristique, 300 000 personnes vont enfin obtenir l'accès à une eau courante satisfaisant aux critères d'hygiène moderne et une région toute entière va en profiter. Des décennies que la France promettait sans pouvoir en assurer l'investissement. C'est l'UE qui l'a fait.
         Un peu plus au sud, l'Afrique sub-sahélienne, en équilibre alimentaire difficile, prise entre deux feux: une Politique Agricole Commune mortifère et les aides au développement pour mal compenser. Si la PAC subsiste, le problème aussi. Ce problème relève de l'UE. Un pays ne peut pas aujourd'hui infléchir seul les logiques du marché international, fût-il la France. La France peut remettre en question sa logique de défense de l'autosuffisance alimentaire et modifier sa politique commerciale. Sans l'UE, on perd en efficacité pour ne pas dire pire. Si tu parviens à saisir aussi que pour tous ces pays il est préférable d'avoir à faire à l'Europe plutôt qu'à l'ancien colon alors ta pensée aura dépassé l'horizon que tu maintiens abusivement en Gaule.
          Comme tu l'as déjà sans doute compris, ce qui se passe en Amérique du sud en ce moment avec Chavez et Morales - qui s'empressent d'ailleurs de faire un marché commun bolivarien - ce qui se passe donc là-bas ne me laisse pas indifférent au point de rêver qu'un jour une coopération puisse se construire entre nos continents. Et bien, dans ce contexte espéré, si la France agissait seule, il en serait de même que pour les relations entre l'Iran et l'Irak ou bien la Chine et la Mongolie, noyées dans le tintamarre que font les puissants. L'Europe pourrait elle faire la différence et créer un pendant aux États-Unis et au monstre Indo-Chinois.
          Je pourrais te parler de la Turquie aussi, de son intégration et de l'aide que cela apporte aux démocrates turques et aux laïques. Un pays musulman, de plus de 70 millions d'âmes, ça en pose des questions!   
          Alors oui cette UE je la hais. Oui elle détruit en profondeur, elle sape et elle afflige mais je ne prendrai pas le risque des idées de repli, pas avant d'avoir essayé d'en découdre.
          Nous en sommes là par paresse collective, par hédonisme pervers, et aujourd'hui nous nous avilissons encore par notre  inquiétude de perdre davantage alors même que le sud subsiste de nos restes et de salaires que nous fixons -nous grassouillets consommateurs - par notre obsession du vouloir posséder en même temps que d'être protégés. Chacun d'entre nous sur ce forum a plus de responsabilités dans le merdier mondial que ceux qui en sont les véritables victimes, même si nous nous consacrons à la résistance et même si nous essayons personnellement et sincèrement, que ça change. Nous tous ici en profitons et pas sûr qu'on pourrait s'en passer, alors se mettre en posture de sécession est pour moi un dangereux symbole, une périlleuse concession à la logique universaliste à laquelle nous a mené notre instruction.


La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples, Machiavel.
Le risque de la liberté: texte collégial d'insurection morale, ici.

Hors ligne

 

#316 08-07-2009 17:32:11

Déhel
Membre
Message n°7361
Lieu: Le Havre, France
Date d'inscription: 27-07-2008
Messages: 543

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

J'allais oublier: la délocalisation est une plaie sociale dont les médias abusent pour maintenir la soumission générale à l'angoisse et la peur. Pourtant, en Roumanie, la grève des ouvriers de Renault pour une revalorisation des salaires a abouti il y a plusieurs mois et le fabricant français a été contraint de payer ses ouvriers spécialisés bien au dessus du salare minimum, ce qui ne l'a pas fait boiter et a très nettement participé à l'amélioration générale des conditions d'existence. Après Ceaucescu, personne ne s'en est plaint là-bas.
       Mais en France qui pour relayer cette information d'un point de vue positif? Peu. Pourtant Renault vend des autos dans le monde entier à des prix qui sont les mêmes à La Havanne ou à Bali, prix qui sont fixés par un marché dont les règles sont ajustées par les bénéficiaires eux-mêmes et qui donc leur garantissent le meilleur, peu importe qu'il faille cent ans à un malgache pour s'acheter une Dacia. Et dans ce contexte-là, difficile d'être aussi manichéen. Faut-il protéger l'emploi français parce que Renault est français? Tout est donc fixé à la naissance et le ticket gagnant on ne le lâche pas?
       Je participe de près à mon deuxième plan social d'envergure, cette fois-ci c'est à La Redoute où plus de 400 quinquagénaires vont se retrouver sur le carreau au profit de tunisiens et tunisiennes. Entre le siège social de Roubaix et celui de Tunis, on s'en doute, l'ambiance est à l'opposé. Dans un groupe il y a ma mère qui a peur de demain et dans l'autre une femme qui peut élever ses cinq enfants dans les meilleures conditions avec espoir d'un avenir radieux et d'une émancipation collective. Et bien je ne sais pas choisir mon camp. Ou plutôt, je ne veux pas choisir. Mais -crois-je- la problématique ne s'argumente pas autour de la simple question de la protection ou de la préservation parce qu'elle aboutit systématiquement au seul argument national, historique. D'ailleurs c'est l'argument que forcent les médias au point d'en éluder la problématique, et, de façon plus inattendue, jusque ici...


La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples, Machiavel.
Le risque de la liberté: texte collégial d'insurection morale, ici.

Hors ligne

 

#317 09-07-2009 13:33:00

sam17
Membre
Message n°7364
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

@ Gilles,

merci pour la pub.... wink Je veux parler du message dans ta signature -- j'ai noté, depuis, quelques petites corrections à apporter à ce document, mais rien de flagrant. 

Pour le beau symbole d'un drapeau bleu à douze étoiles... J'avais pondu cette petite chanson l'an dernier, à l'occasion du "fameux" Congrès du 4 février 2008, que j'avais postée ici et que je m'offre le plaisir de reprendre sur ce fil.
J'avais aussi écrit une grosse moitié du thème et de la grille d'accords. Puis j'ai laissé ça en plan... c'était l'heure de monter à Versailles.

Chanson sur le congrès du 4 février 2008 à Versailles. Samedi

On mit la République en vente                                Dans cette machine à faire des lois
Dans le château des rois Louis,                               Qu'on ne pourra jamais écrire,
Presque en secret. Cinq cent soixante                     D’initiative ils n’en ont pas :
Félons et traitresses ont dit oui ;                             À quoi sert-il de les élire,
Bien d'autres ont choisi l'abstention,                        Les godillots du continent ?
Délaissant la Constitution.                                      Et celui-ci, de Parlement ?
Nos sénateurs, nos députés                                    Il ne sait tell' ment plus dire non
Nous ont ôté le droit d' voter.                                 Qu'il veut nous passer son bâillon !

C’est qu’elle est douce, la muselière, quand on vous prépare le cerveau.
Entre deux pages publicitaires, les experts jouent avec les mots.
Un jour ils diront qu’ les droits d’ l’homme c’est la stabilité des prix
Pour qu’ la fanfare des gramophones ait toutes les chances d’avoir compris !

Elle nous apprend à obéir                                       Alors voyons : « au 2) du F
A coup de mariages forcés ;                                   Du quatorzième alinéa
Les Nations qu’elle disait unir                                  Article 257,
Elle les maintient bien isolées,                                 Traité instaurant… – c’est quoi ça ? –
Celle qu’ils ont baptisée Union,                                Les mots "dans le délai fixé,
Qui pour un oui ou pour un non                               Paragraphe 11, pour la vacance"
Ne veut mêm’ pas lever son voile,                           Sont remplacés par "éviter
Son drapeau bleu aux douze étoiles.                        Les distorsions de concurrence" » !   (2)

En liberté conditionnelle on voit filer les capitaux,
L'égalité, par d' sus l' marché, entre les joueurs d’un casino,
La fraternité des pillards – tant que la bulle se gonflera !
Et après l’ dernier coup d’ billard, qui sait encore c' qu'on invent’ra ?

Ce serait tout de même un comble                          Si cette chimère ne veut pas d’ nous,
Que cette Europe de financiers,                               Qu’elle se rassure... on n’ veut pas d’elle.
A se construire contre des ombres                           Avec ses cliques et leurs gros sous,
Réussisse à les ranimer.                                         Qu’elle aille saluer Machiavel.
On la fait passer pour l’Europe                                 Depuis le premier chèque en blanc
Et on l'érige comme un sweat shop.                         Elle nous sermonne et elle nous ment.
Après la guerre économique,                                  Cette utopie de commissaires,
Qu’offrira-t-elle aux fanatiques ?                             C’est le marché totalitaire !

(1) A 6/8. Au premier refrain, on peut introduire les thèmes du refrain et du couplet de la Carmagnole respectivement au premier et troisième vers ; au second refrain on peut présenter de même le thème de l’hymne à la joie, superposé à 3/4, ce qyu le rend tout... boiteux.

(2) Qui connaît le texte du traité "modificatif" dit de Lisbonne m’excusa peut-être cette formule abusive et vilaine... Je tenais à faire une courte référence à cette "plaisanterie" littéraire, mais je n’ai pu y trouver de clause qui respecte, outre le BA-Ba des principes constitutionnels, une métrique en huitains et quelques rimes associées… La disposition en vers provient, en fait, du point 79) stipulant : « À l'article 93, à la fin, les mots "... dans le délai prévu à l'article 14." sont remplacés par "... et éviter les distorsions de concurrence.". »

Hors ligne

 

#318 09-07-2009 14:19:24

sam17
Membre
Message n°7365
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Xénophobie, menaces et "désobéissance" : l'Union européenne confrontée aux peuples

@ Déhel,

soit. Mais la tyrannie -- subtile -- qu'est l'Union européenne réellement existante, comment on la changera ?

Comment va-t-on, en pratique, renégocier les traités UE ? Les analyses qui s'abstiennent de considérer cette question sont des couvercles sur une marmitte.

Le Parti de Gauche -- en particulier, mais on peut en dire autant de presque tous les partis -- s'interdit d'évoquer même l'idée d'une sortie de l'Union européenne, au motif que cela "ferait le jeu des nationalismes". Le problème est que cela mériterait un débat et qu'on ne l'a pas. Car justement, on peut défendre la thèse inverse -- ce que je fais.


En pratique, le Front national est le seul parti qui s'autorise à parler de cette idée -- et encore, à demi-mots. Pour le dire honnêtement, s'ils n'ont pas fait un plus gros score à ces dernières élections, outre le fait que les électeurs concernés sont sans doute en bonne part concernés par l'abstentionnisme de circonstance, il y a que, justement, le FN a été relativement peu clair dans son discours anti-UE, "trop réglo" si je puis dire.

Dans les autres organisations politiques, parmi les seules qui pourraient le faire, la plupart explosent ou sont retournées commes des crêpes : exemple, DLR (Debout la République), avec des dirigeants qui font des campagnes pro-UE. Inutile de dire qu'il a fait un score minable. Même De Villiers a fait campagne sur le thème "prenons notre Europe en main" ; il s'est ramassé.
Au PCF, une motion parmi les deux dissidentes appelle ouvertement à sortir de l'Union européenne : elle a fait 25% au plan national ; 40% dans le Rhône, où je vis, soit 3000 adhérents, alors que le meeting du front de gauche sur Lyon a fait 300 personnes... Le type qui conduit cette motion (André Gérin) s'est fait éjecter de la direction nationale.

La xénophobie est clairement monté dans plusieurs pays d'Europe. Ce qui alimente une immigration de plus en plus massive et désespérée. Et les conditions de cette immigration et de la répression ne sont pas près de baisser en intensité, en violence, en misère, en violations. Et en effets secondaires, tels la xénophobie.

Contrairement à ce que chante la doxa de tant de partis qui, à l'évidence, n'ont rien pu empêcher dans l'avancée du monstre néolibéral, ce qui fait et fera, dans les temps à venir, le jeu des nationalismes, ce n'est pas le fait d'envisager l'idée d'une sortie de l'Union européenne, c'est le fait d'empêcher que ceux qui l'assument puissent en parler publiquement.

Cette idée ne doit surtout pas être réduite à une perspective. On doit prendre conscience, sans passion, que le seul moyen pour un pays de renégocier les traités UE dans un sens positif, social et démocratique, c'est d'employer la menace. Puisqu'il suffit aux lobbies d'acheter le gouvernement d'un seul pays membre, fut-il petit comme Malte ou le "riche" Luxembourg, pour empêcher toute renégociation de clauses "sensibles", il faudra fatalement qu'un seul gouvernement résolu et soutenu par une base populaire résolue, regarde ces marchands dans les yeux et mettent fin au chantage en en posant un autre : c'est ça (tel ou tel changement) ou merde (notre sortie de l'UE).

A un niveau intermédiaire, on peut et on devra pratiquer la "désobéissance" européenne. Contre une puis plusieurs directives ciblées. En refusant de donner suite aux injonctions consécutives de la CJCE puis de payer les astreintes, etc.
Il est intéressant de noter que le même texte fondateur du Parti de gauche qui exclut l'idée d'évoquer celle d'une sortie de l'Union européenne, reconnait la nécessité de cette désobéissance européenne.

Un intérêt majeur est que ce sera alors aux gouvernements des autres pays membres de se mouiller en demandant publiquement l'exclusion du pays désobéissant. En effet, il ne leur suffira pas du tout d'agir en coulisse (au sens où le peuple l'ignore) auprès des juridictions, de la CJCE, de la Commission, pour contraindre le pays désobéissant à rentrer dans le rang, puisque précisément celui-ci ne se pliera pas aux menaces, jugements, condamnations financières -- il remettra ainsi l'institution internationale et le traité à leur place, celle du "droit international" ou la force fait le droit, qu'on le veuille ou non. Non, il faudra oser affronter les peuples. Le cauchemard pour ce régime.

Et les gouvernement de ces autres pays sauront que, s'ils obtenaient l'exclusion du pays désobéissant (ce qu'ils ne veulent évidemment pas, mais supposons que les lobbies qui les tiennent s'attachent à ce point à défendre telle clause de traité ou telle directive), les peuples de ces pays seraient évidemment informés, ça ferait scandale et on ne pourrait pas cacher les raisons de l'exclusion, ni l'identité des plaignants : il suffirait de se référer à l'arrêt d'exclusion de la CJCE. Rien de plus simple.

Ces peuples sauraient ainsi au nom de quoi on a fichu dehors un pays, et il s'agira à coup sûr d'une ou quelques directives odieuses... et donc impopulaire également dans les pays dont les gouvernements auront porté plainte...

Vous voyez un peu le renversement de la logique du cliquet liée à la règle d'unanimité dans la ratification des traités -- une logique implacable sinon.

Hors ligne

 

#319 09-07-2009 20:53:12

Déhel
Membre
Message n°7372
Lieu: Le Havre, France
Date d'inscription: 27-07-2008
Messages: 543

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Sam, la logique que tu développes là est celle que je défends.
        Quand on a publié la proposition de désobéissance du MPEP, j'ai clairement prononcé mon soutien à cette idée, mais il ne s'agit pas de fédérer autour de la volonté de sortie de l'UE mais bien de désobéir en gardant en tête que la sortie de l'UE est une éventualité.
       Je suis aussi d'accord avec toi quand tu pointes que le débat sur la sortie de l'UE est occulté. Fonde un parti ou une association qui pose la question  et j'adhère, de la même façon que je participe à ce fil. Tu m'y trouveras sur la rive opposée à la tienne tout en sachant que ce que nous avons en commun est plus important, en quantité comme en qualité.
       Le débat selon moi doit être poursuivi ici, les noms d'oiseaux en moins et les vexations oubliées -je parle pour ceux qui ne veulent plus échanger depuis quelques mois et qui manquent cruellement.
       Merci pour ta ritournelle. Peut-être qu'un couplet ou deux plus radicaux et moins savants feraient l'affaire de beaucoup plus?


La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples, Machiavel.
Le risque de la liberté: texte collégial d'insurection morale, ici.

Hors ligne

 

#320 10-07-2009 17:16:03

gilles
Membre
Message n°7385
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1268

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Une conférence de François ASSELINEAU sur l'Union Européenne


François ASSELINEAU par une conférence, reprise en 17 extraits sur le site openvideo.dailymotion, explique la genèse de l'Union Européenne, ses instigateurs, ses buts. Les liens url de cette conférence sont à la fin de cet article.


I ] Extrait  du N° 13 du bi-mensuel le Plan B :

Au sortir de la la Seconde Guerre mondiale, le projet de créer des « États-Unis d'Europe » soulève l'enthousiasme de Washington et d'une nébuleuse hétéroclite composée de lobbys patronaux, d'anciens de Vichy, de socialistes réformistes et de catholiques sociaux. Leur point commun : la haine du communisme. En 1948 est créé le Mouvement européen, une association qui comptera parmi ses présidents d'honneur plusieurs chefs de gouvernement tel que le britannique Winston Churhill, l'allemand Konrad Adenauer et le français Robert Schuman. Dès ses débuts, ce groupuscule jouit du soutien discret mais inconditionnel de la CIA. Par le biais d'un organisme baptisé « American Committee On United Europe » (ACUE), elle va injecter des millions de dollars dans les activités de propagande du « mouvement », en direction notamment de la jeunesse et des milieux politiques. Washington place à sa tête l'homme politique belge Paul-Henri Spaak, un ex-sympathisant du III ème Reich promu porte-serviettes des intérêts américains.

Cette intervention s'insère dans la stratégie d'influence des États-Unis en Europe, marquée en 1947 par le plan Marshall. Avec le début de la Guerre Froide, l'unification militaire de l'Europe Occidentale devient pour l'administration Truman un élément  crucial de sa lutte d'« endiguement » du communisme. C'est le Traité de Bruxelles de mars 1948 puis le pacte atlantique d'avril 1949, qui conduit à la création de l'OTAN.

Mais le « rêve européen » n'est pas seulement géo-stratégique. Le gouvernement américain réclame une union douanière entre ses partenaires européens ainsi que l'ouverture de leurs marchés afin d'y déverser marchandises et capitaux. L'Organisation Européenne de Co-opération et de Développement Économique (OECE) http://fr.wikipedia.org/wiki/OECE qui gère les vannes du plan Marshall, contraint les pays à abaisser leurs protections et à instaurer une Union européenne des paiements (1950). Dans une note interne, un haut fonctionnaire du Quai d'Orsay crie au chantage : « Si les États-unis exercent une pression sévère sur les pays européens pour que ceux-ci libèrent leurs échanges, c'est que l'intégration économique de l'Europe correspond aux intérêts américains. »

Le Plan B – Service Abonnements
BP N° 1
59361 Avesnes sur Helpe Cedex        courrier électronique : abonnements@leplanb.org


II ] Présentation de l'ouvrage « L'idéologie européenne » :
http://files.myopera.com/anamorphose/politique/L-ide_ologie_europe_enne.gif
• Par Benjamin Landais, agrégé d’histoire, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure
• Aymeric Monville, l’auteur de « Misère du nietzschéisme de gauche »  aux Editions Aden et directeur de collection des Editions Delga.
• Pierre Yaghlekdjian,  militant politique. C’est son premier livre.



À la poubelle la victoire du « Non » à la constitution européenne ? Le 4 février 2008 marquera sans doute dans l’Histoire de France le premier coup d’Etat politique du XXIe siècle. Avec la bienveillance du Parti Socialiste, la nouvelle gouvernance à l’américaine aura montré que la volonté souveraine exprimée par plus de 15 millions de Français en mai 2005 peut être violée par 560 parlementaires moins de trois ans plus tard. Qu’importe ! « L’Europe est sortie de l’impasse ! ». Sic !
Il était donc urgent de reprendre l’offensive dans les luttes comme dans l’analyse de ce que sous-tend réellement la « construction » européenne. Car force est de constater que même la « Gauche du NON », qui prétend « réorienter » l’UE et lui donner un contenu « social », a déserté ce terrain.

La rédaction collective de ce livre a donc été guidée par ces idées directrices :
• Identifier les conséquences réelles de la « construction » européenne. Où l’on verra qu’en fait de « construction », il s’agit essentiellement d’un démantèlement de la capacité de résistance des peuples face à la domination du capitalisme mondialisé.
• Retracer la généalogie de l’Europe en tant que mythe politique et culturel. Où l’on constatera le parallélisme entre les défaites du mouvement ouvrier et l’hégémonie croissante de l’Europe
• Face aux impasses théoriques de l’alter-mondialisme, tenter de comprendre dans quelle logique impérialiste l’Europe s’inscrit.

Sommaire

Chapitre 1 : SUR QUELQUES ASPECTS DE L’IDÉOLOGIE EUROPÉENNE AU XXE SIÈCLE
Chapitre 2 : L’EUROPE ANTIDÉMOCRATIQUE
Chapitre 3 : LES POLITIQUES EUROPÉENNES AU SERVICE DU CAPITAL
Chapitre 4 : L’IMPÉRIALISME EUROPÉEN
Chapitre 5 : LA QUESTION NATIONALE DANS LE COMBAT INTERNATIONALISTE
Chapitre 6 : LE MYTHE DE L’EUROPE SOCIALE ET LES AVATARS DE LA «GAUCHE» EUROPÉENNE
Chapitre 7 : DE L’IDEOLOGIE A LA PROPAGANDE
Annexe : EUROPE, L’ETENDUE DU DESASTRE

Ouvrage à commander ici :
http://www.rezolibre.com/detail.php?article=1891

III ] Les liens url de la conférence de François ASSELINEAU


Première vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/user/t … rait1_news

Deuxième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/user/t … ait-2_news

Troisième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/user/t … ait-3_news

Quatrième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/user/t … ait-4_news

Cinquième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/user/t … ait-5_news

Sixième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/popula … ait-6_news

Septième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/popula … ait-7_news

Huitième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/popula … ait-8_news

Neuvième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/popula … ait-9_news

Dixième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/popula … it-10_news

Onzième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/popula … it-11_news

Douzième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/popula … it-12_news

Treizième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/popula … ait13_news

Quatorzième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/popula … it-14_news

Quinzième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/popula … it-15_news

Seizième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/popula … it-16_news

Dix-septième vidéo : http://openvideo.dailymotion.com/popula … 17-et_news

Dernière modification par gilles (10-07-2009 17:25:27)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr