Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#1 03-01-2009 15:57:59

bernarddo
Membre
Message n°5920
Date d'inscription: 18-12-2008
Messages: 559

Et si on parlait de la Devise de la République

Sauf erreur de ma part, il n'existe pas de sujet spécifique sur la "devise" de la République Française, bien que beaucoup d'interventions tournent autour des concepts recouverts par les mots qui la constituent.

Il me semble que beaucoup des problèmes de notre constitution sont cristallisés par les ambiguïtés, les insuffisances et même (je mets des guillemets au terme), l'inadéquation des termes actuels.

On peut par exemple trouver que toutes les discussions philosophico-politiques autour des conceptions historiques de la "liberté" suffisent pour que son utilisation soit source d'ambiguïté. Idem pour l'égalité, qui, d'ailleurs est le plus souvent accompagnée des termes de « chances" ou de « droits » dès que la discussion s’engage.

Et le terme de "fraternité" me paraît tout aussi discutable, sinon antinomique, appliqué à ce qui est en définitive une autorité.

Par ailleurs, les notions inscrites au fronton sont censées être octroyées et garanties par la République en tant qu’autorité, ce qui tend à ravaler le citoyen au rang de sujet passif, en état de « dépendance ».

Je propose donc tout à trac quelque chose de tout à fait différent, en trois points, et qui, outre qu’il implique le citoyen lui-même dans la devise, prend en compte la problématique que la vision d’une terre « finie » devrait nous imposer comme une ardente obligation.

HUMANITE

Ce premier terme pour rappeler que l'autorité s’exerce sur des gens soumis à la "condition "humaine", et que, à ce titre, les règles du "vivre ensemble" doivent donner la priorité à la satisfaction des contraintes et nécessités permettant la permanence générationnelle de la vie.   

RESPONSABILITE

Ce terme me semble nécessaire à la fois pour rappeler à tous, que la permanence de la vie est chose fragile, et que, chacun à sa place a une parcelle de responsabilité sur l'avenir de celle-ci, au delà même du respect de la Constitution. Celà signifie, corrélativement pour l'autorité, de donner l'information la plus exacte sur les enjeux du comportement citoyen.

REVERSIBILITE

Ce terme un peu technique est là pour rappeler que la permanence de la vie repose sur la perpétuation des cycles du vivant dans un monde destiné à lui survivre et à la transcender.

Il a, à mes yeux, une importance fondamentale: cela veut dire en quelque sorte que le citoyen doit considérer sa vie comme vécue « en temps réel », et que placé devant toute alternative de choix, il doit privilégier les solutions s’approchant le plus  de la réversibilité vis-à-vis du vivant comme de la matière.

Hors ligne

 

#2 04-01-2009 06:27:23

Jacques Roman
Membre
Message n°5933
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4043

Re: Et si on parlait de la Devise de la République

Bernarddo,

La devise actuelle me convient très bien, et je ne suis pas choqué que le terme "fraternité" aille avec "république". 

Par contre, je vois mal "humanité, responsabilité, réversibilité" figurer en haut de mon acte de naissance.  JR

Dernière modification par Jacques Roman (04-01-2009 23:35:30)

Hors ligne

 

#3 04-01-2009 22:22:12

bernarddo
Membre
Message n°5946
Date d'inscription: 18-12-2008
Messages: 559

Re: Et si on parlait de la Devise de la République

Jacques

Pour être franc, moi aussi...

Il s'agissait d'amorcer une discussion formelle sur la devise qui n'a aucune raison d'échapper à l'examen critique.

Mais je maintiens que l'utilisation de ces termes est ambiguë, et j'ajouterai que la République n'est pas une lessive, et n'a pas forcément besoin de "réclame".

Hors ligne

 

#4 04-01-2009 23:46:30

Jacques Roman
Membre
Message n°5949
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4043

Re: Et si on parlait de la Devise de la République

Bernarddo,

Il ne s'agit pas vraiment de réclame, mais de rappel d'objectifs sociaux à mon avis tout à fait valables.  Mais je ne suis pas hostile à ce qu'on parle de la devise : comme vous dites, il n'y a aucune raison qu'elle échappe à l'examen critique.

On trouvera difficilement mieux que la devise actuelle, d'une grande logique :

La liberté de l'individu doit être mise en balance avec la liberté des autres individus. d'où reconnaissance de l'égalité des individus (devant la loi) ; et l'équilibrage devrait toujours se faire sur la base d'une amité fraternelle.  JR

Hors ligne

 

#5 05-01-2009 00:54:27

orbi
Membre
Message n°5951
Lieu: brest
Date d'inscription: 24-05-2006
Messages: 504
Site web

Re: Et si on parlait de la Devise de la République

avez vous lu l'article du Monde d'aujourdhui page opinion

la crise et la devise  par JM DUMAY.

"Liberté, égalité, fraternité", la devise républicaine aurait du plomb dans l'aile. Dans un récent sondage réalisé par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) (pour La Croix), les trois piliers de la République, testés sur leur pertinence actuelle, sont en net recul. Moins de la moitié des personnes interrogées (45 %) estiment que la fraternité "s'applique bien à la société française d'aujourd'hui", une proportion bien moins grande encore (32 %) pense qu'il en va de même pour l'égalité. Ce sont sept à huit points de chute par rapport à 2004 - en fait, un retour aux bas niveaux de 2002. La dégringolade de la valeur "liberté" est, elle, plus nouvelle : elle caractérisait la France pour les trois quarts des sondés en 2003. Elle ne le fait plus que pour 60 % en 2008.

la suite .......... http://www.lemonde.fr/opinions/article/ … _3232.html

Mais pour trouver mieux que "Liberté, Egalité, Fraternité", ce sera difficile.

Hors ligne

 

#6 19-01-2009 10:00:04

pseudodiese
Nouveau membre
Message n°6162
Date d'inscription: 16-01-2009
Messages: 3

Re: Et si on parlait de la Devise de la République

16  janvier 2009

Proposition d'une devise nationale

Bonjour,

Connaissance : Pilier du débat

Patience : Temps agricole

Conscience : Moment de délibération

Réponse de Jacques Roman

Bonjour, pseudodiese.

Et qu'est-ce que vous pensez de "Liberté, égalité, fraternité" ?   JR

Merci Jacques de prêter attention à ce message. Je m'efforce de répondre à votre question . HD

Hors ligne

 

#7 19-01-2009 11:15:46

Jacques Roman
Membre
Message n°6163
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4043

Re: Et si on parlait de la Devise de la République

pseudodiese, du simple point de vue euphonique, pour en rester à votre idée, j'aurais plutôt dit " "Science, Patience, Conscience" : il me semble même que ça améliore le fond !  JR

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr