Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#241 28-07-2008 01:19:22

sam17
Membre
Message n°3890
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Sandy, écoutez plutôt VGE : c'est limpide, ça parait évident et c'est un énorme mensonge. wink
Plus sérieusement, lisez plutôt AJH, il a l'habitude et il est (bien) plus facile à comprendre.

Hors ligne

 

#242 28-07-2008 01:44:58

Sandy
Membre
Message n°3891
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

"La possibilité du prêt direct de la Banque de France au Trésor public a généré partout où il fut appliqué une situation d'inflation monétaire permanente. Vous [...] semblez penser qu'une dette du Trésor public envers la Banque de France ne serait pas décomptée comme faisant partie de la dette de l'administration publique.

"En réalité, il y a dans ce domaine des règles bien connues qui définissent le montant des avances et prêts de l'institut d'émission en faveur du Trésor public, avances et prêts qui ont évidemment vocation à être remboursés et qui figurent de ce fait dans le montant de la dette publique. Ce que vous supposez consiste à dire qu'on aurait pu remplacer un endettement visible et structuré par une simple émission monétaire. Mais ce serait ouvrir les bras au retour à l'inflation des années 1950."

Il y a plusieurs choses à comprendre. Dites moi si j'ai bien tout compris smile

D'abord effectivement il y a risque d'inflation si la valeur de la monnaie diminue, et cette valeur correspond à un rapport entre la masse monétaire et la richesse que cette monnaie est censée représenter.

Le système monétaire qui a été mis en place ( principalement inspiré des théories monétaristes néo libérales de Milton Friedman ) n'est pas forcément le seul et l'unique système qui serait efficace pour contrôler la masse monétaire et ainsi l'inflation issue de la création monétaire
C'est partant du constat que ce système engendrait pour les états et pour les peuples différents problèmes ( dette publique / soumission des peuples / gouvernements aux financiers ) que ce système est remis en cause.

Ce qui est proposé sur ce site Jacques est une alternative qui nous permettrait à la fois d'obtenir les mêmes résultats au niveau de l'inflation, et qui en plus nous permettrait de réduire la dette publique et de retrouver notre souveraineté vis à vis des financiers.

Aujourd'hui il faut comprendre dans quelle idéologie on se trouve, l'UE pense concurrencer les pays émergents en gelant les salaires, en luttant contre l'inflation monétaire grâce au système monétaire et en mettant de la concurrence à tous les niveaux pour faire baisser les prix. Voilà ce qui a réellement changé entre les années 50 et aujourd'hui.

Le but ne serait pas de donner comme dans les années 50 un pouvoir illimité au gouvernement en matière de création monétaire mais un pouvoir limité aux seules dépenses d'investissement.
On sait que durant ces années les différents gouvernements en ont abusé en dévaluant exprès leur monnaie pour réduire artificiellement leur dette ( d'où inflation ), ceci leur serait maintenant interdit.
Cela dit il convient de constater qu'à l'époque ce n'était pas un très gros problème ( sauf pour les riches et les rentiers ) vu que les salaires étaient augmentés en conséquence ( apogée des luttes syndicales ).

Donc limiter ce pouvoir aux seules dépenses d'investissement, c'est s'assurer qu'à chaque augmentation de masse monétaire serait associée une création de valeur, ainsi peu ( ou pas ? ) de risques d'inflation.

Ainsi vous voyez que la réponse de VGE est inapropriée.
D'abord parcequ'il place le débat sur un souci de transparence comptable ce qui est abusif.
Ensuite par ce qu'il tient toute cette problématique sous silence.

Dernière modification par Sandy (28-07-2008 01:45:39)

Hors ligne

 

#243 28-07-2008 01:54:47

Jacques Roman
Membre
Message n°3892
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Inflation

Merci à NingúnOtro et à Sam pour ces deux commentaires convergents qui ont contribué à m'éclaircir les idées.  J'y reviendrai. 

Je suppose qu'AJH est d'accord ? JR

Dernière modification par Jacques Roman (28-07-2008 01:55:59)

Hors ligne

 

#244 28-07-2008 06:56:12

AJH
Membre
Message n°3893
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Jacques Roman                           

Très rapidement, je fignolerai une réponse à VGE plus tard.                                                       
L'argument de l'inflation est spécieux, jugez-en ( en % d'inflation, année par année..)                                                                                           
16,2    1951                                                                       
11,9    1952                                                                       
-1,7    1953                                                                       
0,4    1954                                                                       
1    1955                                                                       
4,2    1956                                                                       
3    1957                                                           
15,1    1958                                                           
6,2    1959                                                           
3,6    1960                                                           
3,3    1961                                                           
4,8    1962                                                           
4,8    1963                                                           
3,4    1964                                                           
2,5    1965                                                           
2,7    1966                                                           
2,7    1967                                                           
4,5    1968                                                           
6,5    1969                                                           
5,2    1970                                                           
5,7    1971                                                           
6,2    1972                                                           
9,2    1973                                                           
13,7    1974                                                           
11,8    1975                                                           
9,6    1976                                                           
9,4    1977                                                           
9,1    1978                                                           
10,8    1979                                                           
13,6    1980                                                           
13,4    1981                                                           
11,8    1982                                                           
9,6    1983                                                           
7,4    1984                                                           
5,8    1985                                                           
2,7    1986                                                           
3,2    1987                                                           
2,7    1988                                                           
3,6    1989                                                           
3,4    1990                                                           
3,2    1991                                                           
2,4    1992                                                           
2,1    1993                                                           
1,7    1994                                                           
1,7    1995                                                           
2    1996                                                           
1,2    1997                                                           
0,7    1998                                                           
0,5    1999                                                           
1,7    2000                                                           
1,7    2001                                                           
                                                               
                                                               
Tiens, tiens, c'est en 73 que redémarre l'inflation...                                                               
Laissez moi penser que VGE, même si on l'imagine de bonne foi, s'est totalement planté ; son "système" n'a pas supprimé  l'inflation, en plus que d'appauvrir collectivement les français !                                                                       
Ceci dit, totalement d"accord avec l'explication précédente de NingunOtro : l'inflation, c'est la mort pour le rentier (on ne parle pas ici d'inflation des prix des actifs, mais d'inflation des prix de la consommation...)

EDIT; je rajoute que je suis également d'accord et avec Sam et avec Sandy... (mais j'y reviendrai)

EDIT2: Pour faire vite, je suis parti des coefficients de transformation de la monnaie d'une année sur l'autre... ces coefficients d'inflations annuelles sont à vérifier

[Édit d'Étienne (29/7-15h) : pour la lisibilité immédiate des chiffres ci-dessus, je reporte ici le message d'AJH affiché sur une autre page :]

Message n°3901 (28 juillet, AJH)

Bon, j'ai refait mes calculs.. voici le graphique

http://www.societal.org/docs/inflation1950-2001.png

et les données que vous pouvez télécharger sur http://www.societal.org/docs/inflation 1950-2001.xls

Dernière modification par AJH (28-07-2008 08:15:53)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#245 28-07-2008 07:12:01

AJH
Membre
Message n°3894
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Je retranscris l'échange complet


Le samedi 19 juillet 2008, 16:39 par A-J Holbecq
Monsieur le Président

Si j'avais trouvé une adresse courriel directe, j'aurais pu éviter de passer par ce blog. J'espère que votre équipe vous transmettra la question qui suit, et que vous pourrez me répondre direcement.

Le 3 janvier 1973, sous la présidence de Georges Pompidou, alors que vous étiez Ministre de Finances, est entrée en application une réforme importante des statuts de la Banque de France, dans lequel nous trouvons ce très court article 25 ; « le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France », autrement dit fut bloqué à ce moment toute possibilité de crédit de la Banque de France au Trésor, et ici se trouve l'origine de la dette des administrations publiques dans notre pays laquelle atteint maintenant plus de 1200 milliards (au seul sens de Maastricht), et nous ponctionne collectivement de plus de 40 milliards d'intérêts par an, payés aux "déjà plus riches".

J'aimerais que vous m'expliquiez, sans langue de bois, quel fut, à l'époque, la justification de ce changement de cap qui nous ligote sous la coupe des banques privées.

Avec ma considération la plus distinguée

Par Valéry Giscard d'Estaing le vendredi 25 juillet 2008, 14:26 - Réponses aux bloggeurs

@ A-J Holbecq : Réforme des statuts de la Banque de France


La réforme des statuts de la Banque de France, adoptée sous le mandat de Georges Pompidou et lorsque j'étais Ministre des Finances, est une réforme moderne qui a transposé en France la pratique en vigueur dans tous les grands pays : il s'agissait à l'époque de constituer un véritable marché des titres à court, moyen et long terme, qu'il soit émis par une entité privée ou publique.


La possibilité du prêt direct de la Banque de France au Trésor public a généré partout où il fut appliqué une situation d'inflation monétaire permanente. Votre remarque sur l'endettement public est inexacte et révélatrice : vous semblez penser qu'une dette du Trésor public envers la Banque de France ne serait pas décomptée comme faisant partie de la dette de l'administration publique. En réalité, il y a dans ce domaine des règles bien connues qui définissent le montant des avances et prêts de l'institut d'émission en faveur du Trésor public, avances et prêts qui ont évidemment vocation à être remboursés et qui figurent de ce fait dans le montant de la dette publique. Ce que vous supposez consiste à dire qu'on aurait pu remplacer un endettement visible et structuré par une simple émission monétaire. Mais ce serait ouvrir les bras au retour à l'inflation des années 1950.

Ma réponse, pour le moment...

Merci pour votre réponse, mais je ne suis évidemment pas du tout d'accord avec vos arguments. Il a bien fallu de l'émission monétaire (par le "crédit" des banques privées (augmentation de M1 sur une pente de 10% annuelle, sans inflation), pour que les prêteurs puissent prêter à l'Etat français. La grosse différence avec un prêt direct de la Banque Centrale aux collectivités, est simplement que dans ce dernier cas les intérêts seraient revenus à la Banque Centrale (et donc, in fine, à la collectivité).

J'ai calculé (mon dernier livre " La dette pubique, une affaire rentable") qu'entre 1980 et 2006, c'est plus de 1100 milliards d'euros (valeur 2006) d'INTERETS que nous avons payés aux déjà plus riches...

Je trouve que votre décision de 1973 a été une trahison - voulue ou non - envers les français... pas tous, il est vrai.

Dernière modification par AJH (28-07-2008 07:13:14)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#246 28-07-2008 08:15:23

sam17
Membre
Message n°3896
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

A AJH,

en découvrant ton message, où tu indiques la courbe historique de l'inflation de 1951 à 2001, j'ai eu trois réactions :

- p... c'est long... : je te propose que demander à Étienne de la passer en graphique, il saura l'insérer dans ton message. Tu es d'accord ?

- c'est tellement parlant que ça mérite de s'étaler... Cela dit, un graphique attirerait aussi bien le regard de ceux qui parcourent cette page.

- ce serait encore bien plus percutant si tu indiquais une source.

Hors ligne

 

#247 28-07-2008 08:20:52

AJH
Membre
Message n°3897
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

sam17 a écrit:

A AJH,

en découvrant ton message, où tu indiques la courbe historique de l'inflation de 1951 à 2001, j'ai eu trois réactions :

- p... c'est long... : je te propose que demander à Étienne de la passer en graphique, il saura l'insérer dans ton message. Tu es d'accord ?

- c'est tellement parlant que ça mérite de s'étaler... Cela dit, un graphique attirerait aussi bien le regard de ceux qui parcourent cette page.

- ce serait encore bien plus percutant si tu indiquais une source.

Salut SAM

Voir mon "edit 2" ci dessus..
La source c'est http://www.insee.fr/fr/themes/indicateu … tfranc.htm (il faut x100 avant 61) et j'ai fait le calcul d'inflation année par année

Je ferai un graphique, mais je n'ai pas le temps maintenant .. si tu veux le faire  wink... faut d'abord aussi que je vérifie les chiffres

Dernière modification par AJH (28-07-2008 08:21:17)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#248 28-07-2008 09:44:55

sam17
Membre
Message n°3898
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Quand on voit la courbe, il apparait que VGE fut le plus mauvais.

Que le mur de l'argent épargne un exécutif de droite alors qu'il serre la vis à la gauche, ce n'est pas une première.

Il apparait une autre tendance remarquable : une baisse régulière de l'inflation, amorcée dans les premières années Mitterrand et soutenue ensuite.

Ce qui ne fait pas pour autant honneur à Mitterrand, au contraire. Car cette rigueur comptable en cache une bien plus palpable.

Puisque le facteur que VGE agite n'est pas le problème, il faut donc chercher du côté d'autres leviers. Cette seule mesure légale (de 1973) ne ferme pas l'équation néolibérale, évidemment. Les autres convergent, avec elle, pour "euthanasier" méticuleusement les syndicats, suivant la directive de Von Hayeck, ou encore lisent "à l'envers" la courbe de Philips, selon l'approche "Friedman". Celle qui consiste à dire qu'il faut choisir entre le chômage et les salaires... si on fixe certains paramètres. Le tout était de transformer des choix politiques en données d'entrées fixes, et si possible immuables. Ainsi, comme dit Friedman, le problème n'est pas que les hypothèses soient justes [mais de faire qu'elles le deviennent].

Ceux qui gagnent leur pain de mois en mois n'ont pas de problème avec l'inflation... sauf que ces mêmes rentiers s'organisent pour ne pas nous actualiser nos salaires correctement. (NingunOtro, message n°3885)

L'un des premiers bouleversements, ensuite, me parait être la suppression de l'indexation des salaires sur l'inflation, peu après leur prise de pouvoir, par les traîtres "socialistes".

Ce qui a dû passer assez en douceur, puisque l'inflation baissait, et puisque les autres barreaux de la cage enfermant les syndicats n'étaient pas encore en place. Au contraire, je gagerais que ça a dû renforcer un temps le pouvoir des syndicats, et que cela a permis d'entretenir l'euphorie des vrais socialistes le temps d'ajouter encore quelques barreaux à la cage.

Mais avec la libre circulation intégrale des capitaux et des biens et la dérèglementation financière, notamment en 1986, le piège était déjà refermé sur les syndicats. Restait encore à ajouter, dans la "constitution", la bride du plafonnement du déficit.

Dernière modification par sam17 (28-07-2008 09:50:34)

Hors ligne

 

#249 28-07-2008 14:31:37

Jacques Roman
Membre
Message n°3900
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

1973, c'est l'année du premier choc pétrolier.

Et 1975/1976, c'est le second choc pétrolier.

Le taux d'inflation a monté brutalement en 1973, mais en toute honnêteté je ne crois pas que VGE en soit responsable. 

Même situation en 2008 - une fois encore : un choc pétrolier.  JR

Dernière modification par Jacques Roman (29-07-2008 02:29:52)

Hors ligne

 

#250 28-07-2008 14:34:51

AJH
Membre
Message n°3901
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bon, j'ai refait mes calculs.. voici le graphique

http://www.societal.org/docs/inflation1950-2001.png

et les données que vous pouvez télécharger sur http://www.societal.org/docs/inflation 1950-2001.xls

Dernière modification par AJH (28-07-2008 14:35:15)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#251 28-07-2008 14:46:38

AJH
Membre
Message n°3903
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Jacques Roman a écrit:

1973, c'est l'année du premier choc pétrolier.

Et 19756/1976, c'est le second choc pétrolier.

Le taux d'inflation a monté brutalement en 1973, mais en toute honnêteté je ne crois pas que VGE en soit responsable. 

Même situationen 2008 - une fois encore : un choc pétrolier.  JR

Bonjour Jacques

Citation W.P.: Les 16 et 17 octobre 1973, pendant la guerre du Kippour, les pays arabes membres de l'OPEP, alors réunis au Koweït, annoncent un embargo sur les livraisons de pétrole contre les États « qui soutiennent Israël ».

Alors je veux bien admettre l'incidence sur l'inflation 1974, mais pour 73, c'est plus difficile pour moi  (n'oublions pas que la mise en application de la modif des statuts BdF est de janvier 1973)

Quand au second choc http://img433.imageshack.us/img433/5517/barileuroajhrs0.png, le prix du pétrole était élevé, mais l'inflation a diminué

Mais si les effet sur l'inflation après 1973 peuvent êtres discutables, on voit sur le graphique du post précédent que "l'excuse" de VGE ( inflation des années 1950) ne tiens pas réellement ( à part pour 1958) , et que de toute façon le reproche principal que je fais (les intérêts reviennent au privé) ne sont pas pris en compte dans sa réponse...

Dernière modification par AJH (29-07-2008 07:02:45)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#252 28-07-2008 22:17:36

sam17
Membre
Message n°3905
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 657

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

A Jacques,

La courbe, sur la période durant laquelle VGE était, il se trouve, le Président, montre qu'il y a eu une forte création monétaire au regard de nos capacités de production et d'échanges. Effet du choc pétrolier ou pas. Et même si on peut considérer que la création de monnaie excédentaire a été une tentative d'amortir le choc. Il est possible que je me trompe sur ce point, je suis loin d'avoir les connaissances techniques pour l'affirmer.

Mais il se trouve que le problème discuté n'était pas là. Prenez garde, je vous ai dit que le propos de VGE se résumait à un "t'as vu l'avion", et effectivement la discussion menace de partir sur l'épouvantail qu'il a agité.

Deux choses sont sûres, c'est que depuis 1973 :
- ce ne sont pas des hommes politiques, pas même le Président de la république, mais une agence indépendante qui a dirigé la politique monétaire
- quel que soit le volume de monnaie créée, 0.00% a été donnée ou même prêtée aux pouvoirs publics.

On peut être impuissant face à un choc pétrolier. Quoique les négociations internationales servent à quelque chose, et que les rapports de force internationaux sont rarement étrangers avec la politique de chacune des nations concernées — dans ce cas, on sait l'importance du rôle du Président de la République, en France.  Mais quand on est le Président, il suffit presque de claquer des doigts pour (re)prendre le contrôle de la création monétaire.

Le Président, en 1974, n'était pas — plus — concerné par les décisions relatives à la création monétaire ou même à la politique monétaire au sens large. Et pour cause. Cela n'enlève pas, au contraire, la responsabilité de la personne de VGE, ex ministre des finances et désormais Président. Double responsabilité, puisqu'il aurait pu sans grande difficulté, vu la constitution, revenir sur cette réforme aberrante dont il assume ouvertement la responsabilité. Quitte à utiliser le référendum... ce qui aurait appris beaucoup aux Français. Non, plus sérieusement, je crois qu'il avait depuis longtemps déjà accepté une cage, l'enfermant lui et les autres.

Je voulais donc dire non pas que VGE fut mauvais gestionnaire en tant que Président, mais qu'il fut mauvais parce qu'il a grandement contribué à réduire le politique, y compris le Président de la République (qu'il fut juste après) au rang de gestionnaire. Et sur ce point, il est entièrement responsable parce qu'il a persisté dans son choix. Ou bien parce qu'en 1973, il savait obéir déjà à une machine qui n'a pas de marche arrière. La vie de conjuré est faite de choix... un temps ; après on n'en revient pas.

Dans mon message précédent, pour le reste, je parlais des raisons qui ont pu faire chuter l'inflation après le "règne" de VGE. Mais mon problème n'est pas l'inflation, je le disais au départ. Je disais, en somme, que ce sont les "socialistes" qui nous ont offert la plupart des barreaux de la cage néolibérale. Désormais, tandis que la création monétaire battait son plein, on voyait un tas de choses que la courbe ne dit pas, ou même, dont elle laisserait penser le contraire : l'État s'endettait, les salaires stagnaient en valeur nominale, la croissance avec, et les financiers voyaient une énorme inflation... de la valeur de leurs actifs financiers. Mais tout ça, ce ne sont que des chiffres.

Dernière modification par sam17 (28-07-2008 22:49:04)

Hors ligne

 

#253 29-07-2008 03:31:51

Jacques Roman
Membre
Message n°3907
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Chocs pétroliers

Merci à AJH et à Sam pour ces nouveaux commentaires.

En ce qui concerne le deuxième choc pétrolier, il remonte à 1979, et non à 1975/1976 (contrairement à ce que j'avais écrit dans mon précédent message).

Voici ce que dit Wikipedia au sujet des deux premiers chocs pétroliers (le troisième étant l'actuel) :

- Premier choc pétrolier : Le 17 octobre 1973, les représentants des pays arabes pétroliers, mis à part l'Iran, réunis à Koweït, décident une réduction mensuelle de 5% de la production pétrolière jusqu'à évacuation des territoires occupés et reconnaissance des droits des Palestiniens. Le 20 octobre, Fayçal décide un embargo total sur les livraisons destinées aux États-Unis, puis aux Pays-Bas. Le prix du baril sur le marché libre passe de 3$ à 18$ en quelques semaines. Fin décembre, les pays de l'OPEP réunifient le prix du baril à 11,65$. Entre le mois d'octobre 1973 et le mois de janvier 1974, le prix du baril du brut de référence qu'est l'Arabe léger, est quadruplé, passant de 2,32$ à 9,00$. Dans ce prix, l'« État producteur » prélève, en 1973, 2,09 USD/baril et 8,7 USD/baril en janvier 1974 soit plus de 4 fois plus.

- Le deuxième choc pétrolier s'est produit en 1979. Sous les effets conjugués de la révolution iranienne et de la guerre Iran-Irak, le prix du pétrole est multiplié par 2,7 entre la mi-1978 et 1981.

Le 8 septembre 1978 ont lieu à Téhéran des émeutes très violemment réprimées, qui sont connues sous le nom de Vendredi noir. C’est le début de la période active de la révolution iranienne, qui s’achèvera par la fuite du Shah le 16 janvier 1979, et c’est donc aussi le début du deuxième choc pétrolier. Le 22 septembre 1980 commence la guerre Iran-Irak. Le prix du baril de pétrole atteint 39 dollars soit, en tenant compte de l’inflation, l’équivalent de 92,50 dollars de septembre 2005. À cette époque, l’arrêt des exportations iraniennes provoque presque instantanément l’annonce de nouvelles hausses de prix officiels, tout d’abord modérées. Avec tous ces bouleversements, les circuits de commercialisation du pétrole sont complètement désorganisés à l’échelle mondiale.

Dans ce nouveau contexte :

- les Japonais sont privés d’une part appréciable de leurs sources d’approvisionnement traditionnelles ;

- après deux années de relative abondance et de quasi stabilité de prix, le niveau des stocks est tombé partout très bas (donc y compris les stocks de réserve).

Une psychose s’empare des pays consommateurs du monde entier et chacun tente à « tout prix » de reconstituer ses stocks. Certains gouvernements contingentent les consommations et d’autres, comme les États-Unis, allouent des subventions aux importations tandis que les « traders » profitent de la situation pour jouer la hausse sur les marchés « spot », ceci malgré l’augmentation de la production saoudienne et la reprise partielle des exportations de bruts iraniens.

À Rotterdam, les prix des produits finis flambent, passant entre fin octobre 1978 et fin juin 1979 de :

200 à 400 $/tm pour le supercarburant ;
130 à 380 $/tm pour le gazole ;
70 à 140 $/tm pour le fuel ordinaire.

Le prix « spot » des bruts suit une ascension encore plus erratique et désordonnée. En effet le prix de l’Arabe Léger qui est de moins de 13 $/bbl (bbl = baril en abrégé) en septembre 1978 atteint 35 $/bbl en mai 1979 et culminera à plus de 40 $/bbl à l’automne de la même année.

Devant cet affolement des prix « spot » sur tous les marchés du monde entier, les prix « officiels » s’emballent à leur tour. C’est devenu une « spirale ascendante » de hausses de prix sans fin. Les hausses des « prix spot » qui, en principe sont « réversibles » entraînent des hausses qui sont « irréversibles » celles-là, des « prix officiels », à partir desquels se développent de nouvelles hausses de « prix spot » et ainsi de suite.

C’est ainsi que le « prix officiel » de l’Arabe Léger se retrouvera, après toutes ces péripéties, à 26 $/bbl au début de l’année 1980 et à 32 $/bbl après l’ouverture des hostilités entre l’Iran et l’Irak le 1er novembre de la même année.

La tension du marché et le bouleversement des habitudes ne se traduisent pas seulement par une hausse considérable du prix des bruts, mais détruisent aussi la « hiérarchie normale » dans l’échelle de prix basée sur la qualité intrinsèque de chacun des bruts.

Sous la pression des pays producteurs les plus intransigeants, il y a eu un étirement anormal dans l’échelle de prix des bruts, non plus selon leurs qualités mais selon leurs origines. Après la réunion de l’OPEP à Bali en décembre 1980, l’écart entre le prix officiel de l’Arabe Léger (brut de référence, en anglais on dit marker crude) et celui du « Mélange Saharien » passe à 8 $/bbl soit 5 à 6 fois son niveau de Décembre 1978 (1,40 $/bbl).

Avec les pays producteurs les plus gourmands, il faut ajouter aussi que ceux-ci exigent, de plus, un certain nombre de « primes » diverses qui peuvent représenter jusqu’à 3 $/bbl à additionner au prix officiel.

Dans ce contexte, l’échelle de prix n’a plus aucun sens économique et n’a donc aucun rapport avec celle des valorisations véritables basée sur la qualité. Il en résulte que les résultats des sociétés de raffinage dépendent largement de leurs sources d’approvisionnement.

Devant cette cherté, les pays consommateurs cherchent tout d’abord des économies d’énergie et ensuite d’autres sources d’énergie, ce qui entraîne un ralentissement très marqué de la consommation de l’or noir. Ce ralentissement de la consommation de la part des pays industrialisés à partir de 1980 devait fatalement entraîner un retournement de la conjoncture pétrolière, qui est devenue très nette à partir du printemps 1981.

Ce retournement met en lumière le caractère anormal de la « nouvelle échelle de prix » établie après la conférence de l’OPEP à Bali. Le déclin de la consommation mondiale affectait prioritairement les bruts les plus chers, c’est-à-dire les bruts venant des pays producteurs les plus intransigeants et les plus gourmands. C’est ainsi que les « primes diverses » instituées par ces pays commencent à disparaître.

En juin 1981, les producteurs de la mer du Nord abaissaient leurs prix de 3 $/bbl. Puis l’échec successif de deux conférences tenues à Genève, par les pays de l’OPEP, en mai puis en août 1981, pour tenter de revenir à une « échelle réunifiée » de prix n’empêchait pas certains pays comme le Mexique et le Nigeria, de procéder à leur tour, à des baisses de prix significatives afin de réaligner leurs prix sur le brut de référence qu’est l’Arabe Léger.

Finalement, à la suite de deux nouvelles réunions, l’une à Genève fin octobre 1981, et l’autre début décembre de la même année à Abu Dhabi, les pays de l’OPEP, procédaient, malgré la réticence de certains, à la remise en ordre attendue, de l’échelle de prix normale. Centrée sur le nouveau prix de référence de 34 $/bbl de l’Arabe Léger, la nouvelle grille de différentiels de prix entre ce brut et des autres bruts se resserrent et se contractent de manière très sensible [...].

Ces nouveaux différentiels de prix mettaient définitivement un terme à la distorsion considérable et erratique imposée par les pays intransigeants et gourmands. C’est ainsi que se terminent les avantages de certaines sources d’approvisionnements aux détriments d’autres sources.

Aujourd’hui, avec du recul, on voit que cette crise pétrolière a des conséquences considérables, non seulement pour les pays industrialisés, mais aussi pour les pays en voie de développement qui n’ont pas de ressources énergétiques propres. On constate en effet :

- pour les pays industrialisés, un renchérissement du coût de l’énergie qui les oblige à investir prématurément dans certaines énergies de substitution ; une mise en veilleuse des investissements hautement rentables dans d’autres branches de l’industrie ; une politique plus ou moins déflationniste et protectionniste, chacun pour son compte, afin de limiter et contrebalancer le déséquilibre de leurs balances de paiements ;

- pour les pays en voie de développement : aux handicaps naturels qui sont déjà très difficiles de les franchir, s’ajoute l’absence de ressource énergétique bon marché.

Tous ces faits entraînent une « désoptimisation globale » de l’économie au niveau mondial pour de longues années et la freinent bien au-delà de ce qu’aurait, en toute hypothèse, exigé une gestion prévoyante des ressources énergétiques de la planète.

On observe également un autre phénomène dû à la nouvelle répartition des revenus entre les pays producteurs et les pays consommateurs. Avec cette nouvelle répartition, les pays producteurs bénéficient d’une rente de situation, où leurs exportations génèrent des recettes considérables. Cette manne financière est en partie injectée dans leur économie locale sous forme d’investissements ou redistribuées plus ou moins à leurs ressortissants. Mais une grande part de ces capitaux nouvellement acquis est mal utilisée. Pour un pays comme l’Arabie saoudite par exemple, les recettes sont telles que les responsables « haut placés » peuvent investir et acheter en Occident des pans entiers de l’industrie du tourisme, de la finance et l’industrie lourde.

Ces citations sont un peu longues, mais j'aimerais bien savoir si elles sont de nature à modifier les précédents commentaires d'AJH et de Sam sur VGE et l'inflation.  En particulier, d'après le graphique donné par AJH, les deux montées de l'inflation au cours de la période 1973-1979 semblent bien correspondre aux deux chocs pétroliers.

Il me semble que la politique monétaire est inséparable de l'économie mondialisée, et que l'économie (inflation comprise) était déjà mondialisée en 1973-1979.  Mais je ne suis pas sûr des conclusions à en tirer quant au rôle de la banque centrale et à la question de prêts directs de la banque centrale à l'État, même si je crois que ce serait effectivement (à supposer que ce soit possible dans les circonstances présentes, mondiales et européennes) l'un des principaux moyens de reprendre le contrôle sur la monnaie.

Comme vous le voyez, mes idées sur la question sont loin d'être claires, mais je suis convaincu de son importance.  JR

Dernière modification par Jacques Roman (29-07-2008 03:41:02)

Hors ligne

 

#254 29-07-2008 07:17:02

AJH
Membre
Message n°3909
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Mais Jacques, comme le dit Sam le problème n'est pas dans l'inflation puisque la monnaie nécessaire à la couverture des déficits publics a de toute façon été émise. Mais avec intérêts à payer par la collectivité à des détenteurs privés, au lieu de "sans intérêts" ... c'est aussi simple que cela.

http://www.societal.org/docs/dettepub2.png

http://www.societal.org/docs/dettepub3.png


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#255 29-07-2008 07:30:45

Jacques Roman
Membre
Message n°3910
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

AJH, pardon, mais je parlais de l'inflation en rapport avec l'échange qui a eu lieu sur le site de VGE.

Quand même, il me semble que l'inflation touche à notre sujet ("reprendre le pouvoir sur la monnaie") dans la mesure où l'inflation peut forcer l'État (= la collectivité) à s'accorder des crédits en émettant de la monnaie ou bien en empruntant auprès du secteur privé sur le marché domestique ou à l'étranger. 

Ou bien est-ce que je déraille (tout à fait possible), et quel est le sujet exactement ?  JR

Hors ligne

 

#256 29-07-2008 07:37:09

Sandy
Membre
Message n°3911
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Y a t il eu un ralentissement économique suite à ces chocs pétroliers ?

Hors ligne

 

#257 29-07-2008 13:35:02

AJH
Membre
Message n°3918
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Voici mes 2 réponses à VGE
http://vge-europe.eu/index.php?post/200 … E#comments

1. Le samedi 26 juillet 2008, 12:44 par A-J Holbecq

Merci pour votre réponse, mais je ne suis évidemment pas du tout d'accord avec vos arguments. Il a bien fallu de l'émission monétaire par le "crédit" des banques privées (augmentation de M1 sur une pente de 10% annuelle, sans inflation), pour que les prêteurs puissent prêter à l'Etat français. La grosse différence avec un prêt direct de la Banque Centrale aux collectivités, est simplement que dans ce dernier cas les intérêts seraient revenus à la Banque Centrale (et donc, in fine, à la collectivité).

J'ai calculé (mon dernier livre " La dette pubique, une affaire rentable") qu'entre 1980 et 2006, c'est plus de 1100 milliards d'euros (valeur 2006) d'INTERETS que nous avons payés aux déjà plus riches...

Je trouve que votre décision de 1973 a été une trahison - voulue ou non - envers les français... pas tous, il est vrai.

et


2. Le mardi 29 juillet 2008, 07:54 par A-J Holbecq

Monsieur le Président,

Reprenons en détail votre réponse

Vous me prêtez des propos que je n’ai pas tenus en écrivant « vous semblez penser qu'une dette du Trésor public envers la Banque de France ne serait pas décomptée comme faisant partie de la dette de l'administration publique. »

Mon propos ne porte pas sur le capital, mais sur les intérêts et je n’ai pas pensé qu'une dette du Trésor public envers la Banque de France ne serait pas – nécessairement - décomptée comme faisant partie de la dette de l'administration publique.. . mais c’est aussi, lorsque nécessaire, un moyen comme un autre d’émission monétaire au fur et à mesure des besoins induits par la croissance.

Vous écrivez également : « : il s'agissait à l'époque de constituer un véritable marché des titres à court, moyen et long terme, «
J’ai effectivement bien compris cette position. Au lieu de faire financer les besoins des collectivités publiques (l cas échéant en faisant la différence entre besoins financiers de fonctionnement et besoins d’investissements) par une augmentation de la fiscalité ou un prêt de la Banque Centrale, on s’adresse au privé et la collectivité paye donc des intérêts à ces prêteurs. Et tant pis si le payement par l’Etat des intérêts, s’il avait été au bénéfice de la Banque Centrale, aurait permis de bénéficier in fine de prêts sans intérêt : comme je le disais dans la réponse précédente, c’est plus de 1100 milliards d’euros en 25 ans que la collectivité aurait économisé si ces intérêts lui avaient été restitués.

Vous me répondez d’autre part « Ce que vous supposez consiste à dire qu'on aurait pu remplacer un endettement visible et structuré par une simple émission monétaire. »

Que le prêt au Trésor Public soit direct par la Banque Centrale ou non, car issu de crédits (demande de monnaie ) par les banques commerciales, il y a bien une émission monétaire équivalente correspondante à l’origine.

On aurait pu (plus précisément, « vous auriez pu »), pour économiser le payement d’intérêts, remplacer un « endettement visible et structuré » auprès des détenteurs de capitaux, par un « endettement visible et structuré » auprès de la banque de France, quitte à encadrer les règles d’émission, par exemple au seuls besoins de financement des investissements, en conservant le financement du fonctionnement de l’Etat et des collectivités (y compris, si on veut, les amortissements) par les recettes fiscales.

Vous auriez pu aussi, lorsque vous avez pris les habits de Président, faire modifier cet article 25 de la loi du 3 janvier 1973 que vous aviez signée et qui interdisait au Trésor public d’être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France. Un calcul simple montre bien que, sans le poids des intérêts sur la dette publique, les soldes des budgets seraient restés positifs pendant toute la période 1980-2005, sauf pour les années 1992 à 1996 et 2002 à 2005, au lieu d’être négatifs.

Quand à l’inflation des années 50, je déduis des données de « déflation par l'indice général des prix à la consommation » de l’INSEE que :
- l’inflation entre 1950 et 1959 à suivi annuellement les taux suivants 9,4 / 16,4 / 12,3 / -1,7 / 0,0 / 0,9 / 4,5 / 2,8 / 15,1 / 6,9
- l’inflation entre 1960 et 1972 à suivi annuellement les taux suivants, très « raisonnables » 3,2 / 3,3 / 4,8 / 4,8 / 3,4 / 2,5 / 2,7 / 2,7 / 4,5 / 6,4 / 5,2 / 5,7 / 6,2 /

Je remarque également qu’à partir de 1973, ces taux augmentent rapidement (près de 14% en 1974) et restent au dessus de 8% jusqu’en 1984 … oh, je sais, la «première crise pétrolière… » … Je ne crois donc pas que votre justification « Mais ce serait ouvrir les bras au retour à l'inflation des années 1950 » soit la bonne.

Avec mes salutatons distinguées

Dernière modification par AJH (29-07-2008 13:36:02)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#258 29-07-2008 13:44:50

Sandy
Membre
Message n°3920
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Pas sûr que vous ayez une réponse wink

Hors ligne

 

#259 29-07-2008 15:15:13

Étienne
Message n°3922
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

C'est déjà bien qu'il publie sur son blog les questions qu'on lui pose sans les trafiquer. C'est loyal.

VGE est-il plus honnête que je ne le pensais ?

Hors ligne

 

#260 29-07-2008 15:52:08

Sandy
Membre
Message n°3928
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Ben, vous vous rappelez déjà son honnêteté concernant le traité de Lisbonne.

Hors ligne

 

#261 29-07-2008 16:14:32

Étienne
Message n°3929
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

On peut penser que personne n'est tout blanc ou tout noir hmm

Mais je me fais l'avocat du diable parce que la construction européenne des multinationales et des banquiers contre les peuples, c'est proprement impardonnable, OK.

Hors ligne

 

#262 29-07-2008 19:40:30

Sandy
Membre
Message n°3935
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Vous l'avez supposé vous même : peut-être que finalement ces hommes politiques n'en avaient pas conscience et se sont fait manipuler ... Ce qui ne les pardonne pas pour autant effectivement wink

Hors ligne

 

#263 30-07-2008 10:18:25

AJH
Membre
Message n°3939
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Jacques Roman a écrit:

AJH, pardon, mais je parlais de l'inflation en rapport avec l'échange qui a eu lieu sur le site de VGE.

Quand même, il me semble que l'inflation touche à notre sujet ("reprendre le pouvoir sur la monnaie") dans la mesure où l'inflation peut forcer l'État (= la collectivité) à s'accorder des crédits en émettant de la monnaie ou bien en empruntant auprès du secteur privé sur le marché domestique ou à l'étranger. 

Ou bien est-ce que je déraille (tout à fait possible), et quel est le sujet exactement ?  JR

Jacques

J'avais "zappé" votre question.

Les monétaristes lient totalement l'inflation à la quantité de monnaie issue évidemment de la création monétaire. Néanmoins, ces 5 dernières années la création de monnaie a dépassé 10% par an, alors que inflation + augmentation du PIB n'aurait justifié que 4,5%...
Et il n'y a pas eu d'inflation: donc les monétaristes sont très "ennuyés" pour expliquer ce fait.

En ce qui concerne la position de VGE, elle est intenable. En effet, si les budgets des Etats sont en déficits, il leur faudra soit augmenter les recettes soit emprunter... s'ils empruntent, deux solutions: soit emprunter sur les marchés financiers en payant des intérêts, soit emprunter sans intérêt auprès de leur Banque Centrale. Ils choisissent la première solution et ça aboutit à ce que, comme par hasard, le montant annuel des intérêts des emprunts est sensiblement équivalent au déficit budgétaire... ca n'étonne personne ?

VGE dit que si nous n'avions pas suivi "sa" voie, nous aurions inconsidérément augmenté la masse monétaire en émettant de la monnaie superflue... mais d'une part elle a bien été émise (par le système bancaire), et "en plus" il a fallu en émettre plus car il a fallu payer des intérêts (plus de 1100 milliards d'euros en 25 ans...)
Rien n'empêchait, comme j'ai essayé d'expliquer sur son blog, qu'il garde la possibilité de financement du Trésor par la banque Centrale, en prenant des mesures légales et constitutionnelles pour limiter cette émission au nécessaire (choix des parlementaires, par exemple... ou investissements seuls)

Vous devriez lire mon livre wink


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#264 30-07-2008 12:57:04

NingúnOtro
Membre
Message n°3940
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

AJH a écrit:

Les monétaristes lient totalement l'inflation à la quantité de monnaie issue évidemment de la création monétaire. Néanmoins, ces 5 dernières années la création de monnaie a dépassé 10% par an, alors que inflation + augmentation du PIB n'aurait justifié que 4,5%...
Et il n'y a pas eu d'inflation: donc les monétaristes sont très "ennuyés" pour expliquer ce fait.

Quelque part ailleurs (désolé, j'ai une connexion si lente que je ne vais pas chercher), j'ai dit qu'une partie de l'inflation est créée quand les investisseurs mettent de côté une partie de l'argent créé comme contrepartie juste au total des biens produits. J'ai pris comme exemple 20%...

Si 20% de l'argent créé comme contrepartie des produits et services offerts est détourné pour satisfaire d'autres besoins de quelques uns... le 100% de l'offre ne peut plus être vendu que pour le 80% de sa valeur, puisque c'est le max d'argent disponible... soit chaque produit se vend 80% de sa valeur, soit seulement 80% des produits se vend 100% de sa valeur, ou quelconque autre combination plus exotique (la pub fait bien vendre des choses 200%... voire 1.000% leur valeur réelle).

Le problème qui se pose ici pour ces monétaristes, c'est le fait qu'une partie de l'argent détourné (les 20% dans mon exemple) l'est directement sur la masse monétaire créée. Pour suivre votre exemple : sur les 10% de monnaie créée, 5,5% ont été directement détournés au moment de la création, et la manque de liquidités créé par le montant total détourné, le reste en le mettant de côté au moment où il est mis en circulation... finissant comme ampliation de capital dans les fonds d'inversion par exemple (les fonds pleins de pétrodollars par exemple).

Ce qui reste à trouver pour aboutir à un modèle économique équilibré, que ces monétaristes ne trouvent pas (ou peut-être sont-ils "ennuyés" parce qu'ils ne savent que trop bien de quel phénomène il s'agit mais qu'ils ne peuvent trahir leurs maîtres en dévoilant ce que ceux-ci veulent garder caché), c'est le pour-quoi de ce mécanisme de détournement d'une partie chaque fois plus grande de toute la masse monétaire produite, et les effets que cela provoque à une échelle mondiale sur l'équilibre entre les détenteurs de différentes "portions" de la masse monétaire totale. Et oui... c'est encore un petit jeu de pouvoirs qui se joue au dessus de nos têtes !

J'ai des théories assez intéressantes là-dessus...

Hors ligne

 

#265 31-07-2008 13:36:22

Étienne
Message n°3956
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

« La Monnaie étudiée par les citoyens sur le blog de Paul Jorion »

Avec son accord, et pour faciliter une impression soignée pour une lecture à tête reposée,
je publie ici une compilation des échanges passionnants consacrés à la monnaie qui ont eu lieu ces derniers mois sur le blog de Paul :

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/m … onnaie.pdf

Si vous le pouvez, imprimez ces 300 pages, elles aident à comprendre progressivement une clef décisive de l’émancipation des hommes.

Étienne.

Hors ligne

 

#266 01-08-2008 04:01:42

Jacques Roman
Membre
Message n°3959
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

AJH, merci de votre 3939.

J'ai noté de me procurer votre livre lors de mon prochain passage en France, et je compte bien y trouver de quoi m'instruire.

Il faudrait créer un jeu du genre "Monopoly" pour aider à comprendre les mécanismes de la monnaie.  J'ai même trouvé un nom : "Picaillons"...  En attendant, j'essaierai de regarder ces 300 pages signalées par Étienne.

Amicalement.  JR

Dernière modification par Jacques Roman (01-08-2008 04:08:44)

Hors ligne

 

#267 01-08-2008 09:00:23

Étienne
Message n°3963
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Cher Jacques,

Les livres d'AJH sont disponibles hors de France, je crois :

La dette publique, une affaire rentable (excellent, je trouve) :
http://www.amazon.fr/dette-publique-une … 2913492568

Les 10 plus gros mensonges de l'économie (excellent aussi) :
http://www.amazon.fr/plus-gros-mensonge … 2703306954

Une alternative de société : l'écosociétalisme : Où l'intérêt particulier rejoint l'intérêt collectif (très intéressant projet de société) :
http://www.amazon.fr/Une-alternative-so … 2913492347

Chez Amazon, le port est gratuit (mais peut-être pas pour la Thaïlande hmm).

Amitiés.

Étienne.

Hors ligne

 

#268 01-08-2008 14:33:49

Instit
Membre
Message n°3968
Date d'inscription: 20-10-2007
Messages: 446

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Étienne, lis cet article : il est long, mais il devrait te passionner !

[Merci Instit, pour ce très beau cadeau smile Je n'ai pas pu m'empêcher de surligner. Pour ceux que ça gêne, l'original est sobre wink Ce texte donne un grand espoir. Merci ! Étienne (2 août, 0h)]

Que les procès commencent : Les banques s'attendent à un déluge de litiges
traduction d'un texte de Ellen H. Brown (juriste), 13 juillet 2008 - Web of debt

Dans un article paru dans The San Francisco Chronicle en décembre 2007, l'avocat Sean Olender a suggéré que la véritable raison du projet de renflouement du subprime (crédit immobilier à risque), proposé par le Ministère des Finances des États-Unis, ne concernait pas tant le maintien des emprunteurs fauchés chez eux que la conjuration d'une vague d'actions judiciaires contre les banques. Le plan à l'époque sur la table était de geler le taux des intérêts sur un nombre limité de prêts risqués. Sean Olender a écrit :

Le seul objectif du gel est d'empêcher les propriétaires de titres adossés à des hypothèques, ou MBS [1], incluant de nombreux étrangers, de poursuivre les banques étasuniennes et de les forcer à racheter des titres à leur valeur nominale : à près de 10 fois leur valeur de marché aujourd'hui. La bombe à retardement dans le système bancaire n'est pas le réajustement du taux des prêts hypothécaires à risques [2]. Le véritable problème est la capacité contractuelle des investisseurs en MBS à exiger des banques qu'elles rachètent les prêts à leur valeur nominale s'il y a eu fraude dans le processus de départ.

. . . Les conséquences catastrophiques de l'action des investisseurs forçant les auteurs des titres à racheter les prêts à leur valeur nominale sont au-delà du discours médiatique actuel. Les prêts en cause éclipsent la somme de la réunion de tous les capitaux disponibles dans les plus grandes banques étasuniennes, et les poursuites judiciaires des investisseurs dévoilerait leur responsabilité accablante, suffisante pour provoquer même la faillite des plus grande banques étasuniennes, entraînant les énormes renflouements, de Fannie Mae et Freddie Mac, et même de FDIC, financés par le contribuable.

La prudence et la logique seraient que les banques qui ont vendu ces déchets empoisonnés les rachètent, et qu'un grand nombre de gens aillent en prison. S'ils connaissaient la fraude, ils devraient racheter les titres.

Cette idée pourrait donner la chair de poule même aux plus puissants banquiers d'affaires, en particulier au Ministre des Finances, Henry Paulson lui-même, qui était le patron de Goldman Sachs à l'âge d'or de l'écriture des documents empoisonnés du subprime, de 2004 à 2006. La tromperie hypothécaire ne s'est pas cantonnée aux déclarations faites aux emprunteurs et aux documents des prêts : elle est dans la conception même des « produits financiers » bancaires. Entre autres défauts de conception, il y a le fait que la dette hypothécaire transformée en titres boursiers (titrisée) est devenu si complexe que la propriété sous-jacente aux titres a souvent été perdue dans le brassage et, sans propriétaire légal, personne n'est qualifié légalement pour procéder aux saisies [3]. C'est le problème procédural qui a incité le juge fédéral de district Christopher Boyko à statuer en octobre 2007 que la Deutsche Bank n'avait pas qualité pour saisir les 14 hypothèques de prêts possédées par un fond commun de détenteurs de MBS. (2) Si un grand nombre de propriétaires défaillants avaient contesté leur saisie en prétextant que les plaignants n'avaient pas qualité pour agir, des milliards de dollars en MBS seraient menacés. Les détenteurs de titres furieux pourraient alors réagir par des litiges qui pourraient vraiment menacer l'existence des Goliaths bancaires.

Les investisseurs en MBS ayant le pouvoir de mener de grandes poursuites judiciaires comprennent l'État et les gouvernements locaux, qui ont des parts substantielles de leurs actifs en MBS et autres investissements similaires. Un signe des choses à venir est la plainte, déposée le 1er février 2008 par l'État du Massachusetts, contre la banque d'affaires Merrill Lynch, pour tromperie et fausses déclarations concernant une valeur d'environ 14 millions de dollars de titres du subprime vendus à la ville de Springfield. La plainte portait sur la vente de « certains effets financiers ésotériques, connus sous le nom de Collateralized Debt Obligations (CDO, obligation de garantie sur dette) inadaptés pour la ville et qui, quelques mois après la vente, sont devenus illiquides [4] et ont perdu la quasi-totalité de leur valeur de marché. »

Le mois précédent, la ville de Baltimore a poursuivi en dommages-intérêts la Banque Wells Fargo pour la débâcle du subprime, alléguant que Wells Fargo avait intentionnellement fait preuve de discrimination en vendant des titres hypothécaires à haut intérêt plus fréquemment à des Noirs qu'à des Blancs, en violation du droit fédéral.

Une autre action en justice novatrice déposée en janvier 2008 a été introduite par le maire de Cleveland, Frank Jackson, contre 21 grandes banques d'affaires, pour avoir autorisé le crédit immobilier à risque et la crise des saisies hypothécaires dans sa ville. Ce procès visait les banques d'affaires qui se sont nourries du marché hypothécaire en rachetant des crédits immobiliers à risques aux prêteurs sur hypothèque pour les « titriser » et vendre ensuite ces titres à des investisseurs. Les fonctionnaires municipaux ont dit espérer recouvrer des banques des centaines de millions de dollars de dommages-intérêts, incluant les pertes d'impôts sur les propriétés dévaluées et l'argent dépensé pour la démolition et la condamnation de milliers de maisons abandonnées. Les accusés comportent les géants bancaires : Deutsche Bank, Goldman Sachs, Merrill Lynch, Wells Fargo, Bank of America et Citigroup. Ils ont été accusés de création de « nuisance publique » en achetant et en revendant de façon irresponsable les prêts au logement à haut intérêt à l'origine des défaillances de remboursement, qui ont réduit l'assiette fiscale de la ville et laissé les quartiers en ruines.

Jackson a déclaré au journal de Cleveland The Plain Dealer : « Pour moi, ce n'est pas différent de la criminalité organisée ou de la drogue. Cela a le même effet que le marché de la drogue dans les quartiers. C'est à bien des égards une forme de criminalité organisée, qui est parvenue à être légalisée. » Il a rajouté lors d'un interview enregistré sur bande vidéo, « Ce procès dit : Vous n'allez plus nous faire ça. »

Le journal The Plain Dealer a aussi interviewé le procureur général de l'Ohio Marc Dann, qui envisage des poursuites judiciaires de l'État contre certaines de ces mêmes banques d'affaires. « Manifestement il y a eu une fausse donne, » a-t-il dit, « et la source est Wall Street. Je suis heureux de devoir traquer quelques-unes de ces compagnies. »

Toutefois, une chose bizarre s'est produite sur le chemin du tribunal. Comme le gouverneur de New York, Eliot Spitzer, le procureur général Dann a démissionné de son poste en mai 2008 après une enquête pour harcèlement sexuel dans son bureau. Avant d'être forcés de démissionner, les deux procureurs étaient sur la piste des banques, essayant de fixer leur responsabilité dans la vague destructrice de saisies de maisons dans leurs juridictions.

Mais les coups continuent à pleuvoir. En juin 2008, le procureur général de Californie, Jerry Brown, a poursuivi Countrywide Financial Corporation, le plus grand prêteur hypothécaire à l'origine de milliers de saisies, pour commercialisation trompeuse de prêts risqués pour les emprunteurs. Entre autres choses, les 46 pages de la plainte alléguait que :

« Les accusés considéraient les emprunteurs comme rien d'autre qu'un moyen pour émettre plus de prêts, mettant ceux-ci en route avec peu ou aucune considération sur les moyens des emprunteurs et à leur capacité à supporter leur accession à la propriété à long terme. . .

La compagnie fermait systématiquement les yeux sur les pratiques trompeuses des courtiers et de ses propres agents de prêt, en dépit de « nombreuses plaintes alléguant que les emprunteurs ne comprenaient pas les conditions de leur prêt. »

Les placeurs qui ont confirmé l'information sur la mise en œuvre du prêt hypothécaire étaient « sous pression intense traitant de 60 à 70 prêts par jour, faisant qu'il leur était pratiquement impossible d'étudier avec soin la situation financière des emprunteurs et le bien-fondé du prêt. »

La haute pression dans la sphère des ventes de Countrywide et dans le système de rémunération des placeurs a encouragé le refinancement en série des prêts dans le pays.

Des poursuites judiciaires similaires contre Countrywide et son directeur général ont été déposées par les États de l'Illinois et de Floride. Ces poursuites ne visent pas seulement des dommages-intérêts, mais aussi l'annulation des prêts, ce qui crée un cauchemar potentiel pour les banques.

Il est aussi possible que d'énormes actions judiciaires par recours collectifs (class action) des emprunteurs escroqués soient en branle. Dans le Wisconsin en 2007, une décision actuellement en appel de la juge de district Lynn Adelman décrétait que Chevy Chase Banque avait violé la Truth in Lending Act (TILA ou loi sur la transparence en matière de prêts) en cachant les clauses du prêt à taux ajustable, et que, pour ce motif, des milliers d'autres emprunteurs de Chevy Chase peuvent se joindre aux plaignants dans une class action.

Selon un rapport de Reuters du 30 juin 2008 :

La juge a transformé une affaire de class action ordinaire en un cauchemar potentiel pour le secteur bancaire étasunien, en constatant aussi que les emprunteurs pourraient obliger la banque à annuler, ou à résilier, leurs prêts. Cette décision a été suspendue dans l'attente d'un appel à la 7ème cour d'appel du travail, dont la décision est prévue dans quelques jours.

L'idée d'annuler les prêts véreux pour endiguer la marée de saisies a fait son chemin : une action judiciaire, déposée la semaine dernière par le procureur général de l'Illinois, demande au tribunal de résilier ou de corriger les hypothèques immobilières de Countrywide Financial, issues de « pratiques déloyales ou frauduleuses. »

Le secteur bancaire de l'hypothèque immobilière a déjà fait face à la pression des autorités régulatrices fédérales et étatiques, qui ont accusé les banques d'avoir abaissé la norme des garanties et d'avoir obligé les emprunteurs, grâce à des supercheries, à signer des prêts coûteux à taux d'intérêt ajustable, que les banques ont plus tard regroupés et vendus au titre de moyens de placement à taux d'intérêt élevé.

La TILA est une loi fédérale de 1968, dont le rôle est de protéger le consommateur contre l'abus dans le crédit, en exigeant la divulgation claire des conditions du prêt et de son coût. Elle permet au consommateur de solliciter l'annulation ou la terminaison d'un prêt, et le remboursement de tous les intérêts et frais quand le prêteur s'avère être en infraction. Le charme de cette loi, dit Cathy Moran, avocate des faillites en Californie, est qu'elle prévoit une stricte responsabilité : les emprunteurs lésés n'ont pas à prouver qu'ils ont été personnellement escroqués ou trompés, ni qu'ils ont subi un véritable préjudice. Le simple fait de défectuosité dans la divulgation des clauses leur donne le droit d'annuler et de priver le prêteur de ses intérêts. Dans la petite enquête de Moran, au moins la moitié des prêts examinés comportaient des violations à la TILA. Si la class action est appropriée pour l'annulation des prêts sur la base de tromperie dans le processus de divulgation des clauses, le résultat pourrait être un déluge de recours collectifs en justice contre les banques dans tout le pays.

La résiliation pourrait être une solution non seulement pour les emprunteurs, mais aussi pour les investisseurs en MBS. Les clauses de nombreux contrats de vente de prêt stipulent que les prêteurs doivent reprendre les prêts qui deviennent très vite défaillants ou qui contiennent des erreurs ou des tromperies. Une avalanche de résiliations serait catastrophique pour les banques. Elles ont sorti les prêts de leurs registres et ont vendu ceux-ci à des investisseurs afin de faire beaucoup plus de prêts que ne l'autorise la réglementation bancaire. Les règles bancaires sont complexes, mais pour chaque dollar du capital propre d'une banque sur son bilan, ses prêts sont censés se limiter à 10 dollars. Le problème pour les banques est que, lorsque le processus est inversé, la règle du 10 à 1 peut travailler dans l'autre sens : mettre un dollar de mauvaise créance irrécouvrable sur un registre de banque peut réduire sa capacité de prêt d'un facteur de 10.

Comme l'expliquait une information de BBC News citant le professeur Nouriel Roubini en qualité d'expert :

« La titrisation était la clef pour aider les banques à éviter la règle du 10 à 1 de la réglementation. Pour faire en sorte que leurs prêts à risques aient un semblant d'attrait pour les acheteurs, les banques ont utilisé la complexité de l'ingénierie financière pour repenser leur emballage afin qu'ils semblent absolument sûrs avec un rendement bien au-dessus des placements vraiment sûrs proposés. Les banques ont même trouvé le moyen de retirer les prêts de leur bilan sans les vendre du tout. Elles ont conçu de nouvelles entités financières étranges, appelée Special Investment Vehicles ou SIV (moyens de placement spéciaux), avec lesquels les prêts peuvent être portés techniquement et juridiquement hors du bilan, hors de vue, et hors d'atteinte des règles des autorités de réglementation. Donc, une fois encore, les SIV ont fait de la place sur les bilans pour que les banques continuent le prêt.

Les banques ont contourné les règles de régulation en écoulant leurs prêts à risques, mais comme bon nombre de prêts titrisés ont été achetés par d'autres banques, les pertes étaient toujours à l'intérieur du système bancaire. Les prêts détenus en SIV étaient techniquement hors bilan bancaire, mais quand la valeur des SIV a commencé à s'effondrer, les banques qui les ont créés ont constaté qu'elles en étaient toujours responsables. De cette manière, les pertes de placement, qui pouvaient sembler en dehors du champ d'application de la règle du 10 à 1 de la réglementation, ont soudainement commencé à arriver sur les bilans bancaires. . . Le problème affronté à présent par de nombreux gros prêteurs est que, quand les pertes figurent sur le bilan bancaire, la règle du 10 à 1 de la réglementation entre en jeu car les pertes réduisent le capital propre de la banque. « Si vous avez une perte de 200 milliards de dollars, ça réduit d'autant votre capital, vous devez réduire vos prêts de 10 fois plus, » explique le professeur Roubini. « De cette manière, vous pouvez devoir réduire de deux billions de dollars le crédit total pour l'économie.

Vous pourriez aussi obtenir la faillite des banques mêmes. Le total des fonds propres des 100 premières banques étasuniennes était de 800 milliards de dollars à la fin du troisième trimestre de 2007. On s'attend actuellement à ce que les pertes bancaires s'élèvent à près de 450 milliards de dollars, assez pour éliminer plus de la moitié des fonds propres des banques, laissant nombre d'entre elles insolvables. Si les débiteurs inondent les tribunaux de défenses valables pour leur dette et si les détenteurs de MBS remettent en question leurs titres, le résultat pourrait être encore pire.

Ainsi, que se passerait-il en cas de faillite des banques qui se sont livré à ces pratiques irresponsables ? Ces banques sont largement reconnues coupables, mais elles s'attendent à être renflouées par la Réserve Fédérale ou les contribuables car elles sont « trop grosses pour couler. » L'argument est qu'en permettant leur banqueroute, l'économie sombrera avec elles.

C'est la crainte, mais c'est faux. Nous avons besoin d'une source de crédit, il nous faut donc des banques ; mais nous n'avons pas besoin de banques privées. C'est un fait peu connu, bien caché, que les banques ne prêtent pas leur propre argent ni même celui de leurs déposants. Elles créent en réalité l'argent qu'elles prêtent et cette création d'argent est justement une fonction publique, et non pas privée. La Constitution délègue le pouvoir de créer l'argent au Congrès et seulement au Congrès. Dans l'octroi de prêts, les banques ne font qu'accorder du crédit et la vraie agence accordant l'« engagement parfait et le crédit des États-Unis » est les États-Unis eux-mêmes.

Ce qui est en jeu ici dépasse le simple traitement équitable des propriétaires et des investisseurs en MBS trompés. Les banques et les maisons d'investissement sont à présent en train de presser les dernières gouttes de sang de la cote de crédit du gouvernement étasunien, « empruntant » de l'argent et fourguant des papiers sans valeur au gouvernement et aux contribuables. Quand la poussière retombera, ce seront les banques, les maisons de courtage et les Fonds Spéculatifs pour investisseurs riches qui seront sauvés. Les gens dont la maison a été saisie seront dépossédés, et à moins que votre fond de pension ait investi dans les Hedge Funds bien branchés politiquement, vous pouvez probablement l'embrasser et lui dire au revoir, comme l'ont déjà fait les enseignants en Floride.

Mais le génie de la banque est une créature de la loi, et la loi peut le renvoyer dans sa lampe. La faillite imminente de quelques très grosses banques pourrait fournir au gouvernement l'occasion de reprendre le contrôle de ses finances. Plus que ça, elle pourrait fournir les fonds pour lutter contre des problèmes autrement insolubles, qui menacent actuellement d'anéantir notre niveau de vie et notre position dans le monde. La seule solution l'emportant sur une solution provisoire serait de confisquer le pouvoir de créer de l'argent aux banquiers privés et de le rendre collectivement au peuple. C'est ainsi que cela aurait dû être de tout temps, et c'est ainsi que c'était à nos origines, mais nous sommes tellement habitués aux fait que les banques sont des entreprises privées, que nous avons oublié les banques publiques de nos ancêtres. Le meilleur modèle bancaire colonial américain a été mis au point dans la province de Pennsylvanie de Benjamin Franklin, où le gouvernement possédait la banque, émettait l'argent et le prêtait aux agriculteurs à 5 pour cent d'intérêt. Les intérêts étaient remis au gouvernement, en remplacement des impôts. Dans les décennies d'exploitation de ce système, la province de Pennsylvanie allait sans impôts, inflation ni dette.

Plutôt qu'acculer les banques à la faillite et les envoyer sur les roses, la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) devrait examiner de près les registres des banques et mettre en règlement judiciaire toutes celles jugées insolvables. La FDIC (contrairement à la Réserve Fédérale) est en fait un organisme fédéral. Elle a la possibilité de prendre les actions d'une banque en échange de son renflouement, en fait de sa nationalisation. Cela se fait en Europe avec les banques en faillite, et ça c'est fait aux États-Unis avec Continental Illinois, la quatrième plus grande banque du pays, quand elle a sombré dans les années 90.

Un système bancaire véritablement national pourrait délivrer l'« engagement parfait et le crédit des États-Unis » à des fins publiques, notamment pour le financement des infrastructures, le développement de l'énergie durable et les soins de santé.  Le crédit émis par l'État pourrait aussi servir à remédier à la crise du subprime. Les autorités locales pourraient l'utiliser pour racheter les prêts hypothécaires en défaut, indemniser les investisseurs en MBS et mettre l'immobilier à la disposition du public. Les propriétés pourraient ensuite être louées à leurs occupants à un tarif raisonnable, laissant les gens dans leur maison sans l'opportunité d'achat d'une maison sans payer. Un programme de location-vente pourrait aussi être institué. Les bénéfices seraient affectés au remboursement du crédit avancé pour acheter les hypothèques, équilibrant la fourniture d'argent et prévenant l'inflation.

En attendant que le gouvernement fédéral agisse, il existe aussi des possibilités privées et locales pour atténuer la crise du subprime. Chris Cook est consultant du marché stratégique britannique et ancien directeur de conformité chez International Petroleum Exchange. Il recommande d'obtenir que toutes les parties s'établissent en formant un groupe constitué comme une LLC (société à responsabilité limitée), dans un cadre de partenariat réunissant des locataires et des financiers à titre de copropriétaires, sous un dépositaire neutre. Les propriétaires originaux payeraient une location abordable, et le fond commun résultant des locations serait réparti dans une unité d'intérêts, semblable à une société de placement immobilier. Entre autres avantages par rapport à l'habituel MBS, il n'y aurait pas de prêt à intérêt, puisque la propriété appartiendrait purement et simplement à la LLC. L'élimination des intérêts réduit sensiblement les coûts. Les anciens propriétaires pourraient occuper la propriété à un prix de location abordable, avec la possibilité d'acheter une participation dans celle-ci. Pour les banques, l'avantage serait qu'elles pourrait trouver à nouveau des investisseurs, puisque les risques seraient éliminés de l'investissement par l'assurance d'une pleine occupation à des prix abordables, et, pour les investisseurs, l'avantage serait un investissement sûr avec un remboursement régulier.

Carolyn Betts, une avocate de l'Ohio ayant servi à Washington comme conseillère de sociétés émettrices de MBS formées par diverses entités gouvernementales fédérales, a représenté Resolution Trust Corporation lors de sa vente aux enchères pour non remboursement d'un emprunt hypothécaire commercial durant la dernière crise immobilière. Elle propose de resserrer le jeu des États, dans le style de ce qui a été intenté contre les compagnies de tabac par un consortium de procureurs généraux des État dans les années 90. Elle note qu'à la fin de 2007, au moins 20% des fonds détenus par Ohio Public Employees' Retirement System (PERS) étaient composés de MBS et d'autres investissements similaires. Cela fait de l'argent public de l'Ohio un investisseur important dans ce genre de titres liés à des créances hypothécaires. Le gouvernement de l'Ohio a intérêt à ne pas avoir de saisies immobilières, puisque les saisies détruisent les marchés immobiliers locaux, contribuent à la baisse des recettes fiscales et aux pertes sur les investissements PERS, et engendrent une contrainte sur le système de logement abordable régional et étatique. Une série d'actions coordonnées intentées par des procureurs généraux pourrait éliminer l'entremise des banquiers coupables et restituer les biens à la maîtrise et au contrôle du pays.

Andrew Jackson aurait déclaré au Congrès en 1829 : « Si le peuple étasunien comprenait seulement l'injustice totale de notre argent et du système bancaire, il y aurait une révolution avant le matin. » Une vague de procès privées, de recours collectifs et de poursuites intentées par le gouvernement, visant à corriger les pratiques bancaire préjudiciables, pourrait déclencher une révolution dans le secteur bancaire, rendre aux États-Unis le pouvoir de proposer l'« engagement parfait et le crédit des États-Unis, » et restituer les biens de la communauté à la maîtrise et au contrôle du pays.

Notes de traduction :

[1] MBS, Mortgage-Backed Security, est un titre boursier garanti par des hypothèques immobilières. Les revenus d'un MBS proviennent du remboursement du capital et des intérêts d'un ensemble de tranches de prêts hypothécaires, chaque prêt étant morcelé en fines tranches dispersées dans une multitude de MBS. Le fractionnement des prêts puis le brassage des tranches servent à répartir les risques (en cas de défaillance d'un emprunteur), et rend le prix des MBS abordables (un titre adossé à un prêt entier serait inabordable pour un investisseur ordinaire). Les paiements sont généralement mensuels sur la durée des prêts. La constance des revenus n'est pas garantie car des prêts inclus dans le MBS peuvent être remboursés par anticipation, ou bien les mensualités peuvent être plus grandes que ce qui a été fixé, ce qui réduit le capital prêté et les intérêts (sans parler des défauts de remboursement avec rejet juridique de la procédure de saisie ou impossibilité de revendre une maison saisie).

[2] On s'attend à ce que la hausse du taux d'intérêt des prêts rende plus difficile les remboursements et entraîne une nouvelle vague de saisies immobilières.

[3] Chaque hypothèque ayant été découpée en fines tranches [1] réparties dans une multitude de titres MBS, chaque hypothèque se trouve aujourd'hui dispersée dans un très grand nombre de titres. La conséquence est que l'acte hypothécaire original, le document officiel qui nomme l'auteur du prêt et lui donne des droits sur le bien immobilier hypothéqué, a été perdu dans ce brassage.

[4] Illiquide : qualifie un actif qui ne peut être aisément transformé en argent, par exemple des titres, des immeubles ou des marchandises difficiles à écouler à cause d'un marché peu actif ; se dit d'un marché dont le faible nombre de transactions conduit à des écarts sensibles de cours ; se dit également d'une entreprise dont la trésorerie est insuffisante pour lui permettre de satisfaire ses besoins d'exploitation courante et de remplir ses engagements financiers.

http://www.alterinfo.net/Que-les-proces … e0cff9b0cd

Hors ligne

 

#269 08-08-2008 01:12:35

Sandy
Membre
Message n°4082
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bonsoir

Un article paru sur Agoravox qui vise à désamorcer les fantasmes de la création monétaire qui se répandent sur la blogosphère ( ce sont ses mots ^^ ) :

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=43026

Hors ligne

 

#270 08-08-2008 05:12:13

Jacques Roman
Membre
Message n°4084
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Article www.vincentperriertrudov.fr  sur Agoravox, concernant la nature de la monnaie

Merci Sandy.

Je crois utile de reproduire ici cet article, le premier de quatre articles annoncés par Vincent Perrier, parce qu'il touche directement aux fondements de la présente discussion.  Sous l'angle adopté par l'auteur, il s'agirait (me semble-t-il) de savoir si les banques font des profits en jouant sur ce que j'appellerai les "différentiels de confiance monétaire".  JR

Les fantasmes de la création monétaire (1/4)

Une fausse idée se répand depuis quelques mois dans la blogosphère, selon laquelle les banques feraient du profit à partir de quelque chose qui n’existe pas. La dématérialisation de la monnaie, le mécanisme du crédit et celui des réserves fractionnaires peuvent rendre l’hypothèse séduisante.

Les excès des banques, dans leur ruée sur les subprimes, fournissent un prétexte "béni" pour confondre, tout d’un bloc, la nature de la monnaie et le laisser-aller des banques dans l’évaluation des risques, le fondement de leur valeur ajoutée et la facturation excessive de leurs services associée à une répartition inéquitable des profits.

Mais cette confusion entre théorie et pratique est la porte ouverte à des conclusions plus ou moins fumeuses qui poussent à mettre à bas le système alors qu’il suffirait de le réformer pour en corriger les failles.

Pour ceux qui n’ont pas suivi le fil de ces discussions, ou qui n’ont pas le temps de s’attaquer à cette longue lecture, en voici le résumé :

"La création monétaire n’est pas du ressort du gouvernement, mais des banques privées, qui ne sont soumises qu’aux règles dites des ’réserves fractionnaires’. Ces règles leur permettent de créer des quantités considérables de monnaie par le jeu du crédit, dans des proportions sans aucune mesure avec les montants de leurs dépôts. Les banques font des profits, par le jeu des intérêts, sur quelque chose qui ’n’existe pas’."

D’autres observent que la dette publique coûte des sommes considérables à l’Etat, notamment en intérêts. "Si l’Etat créait lui-même sa propre monnaie, il n’aurait pas d’intérêts à payer, cela lui coûterait donc moins cher. L’Etat devrait donc retrouver le monopole de la création monétaire et ne pas payer d’intérêts du tout."

Pour vérifier la validité d’un tel raisonnement, il convient d’abord de se pencher sur la question de ce qu’est réellement la monnaie. C’est là que l’on trouve la première faille dans le sophisme selon lequel "les banques font du profit en faisant payer quelque chose qui n’existe pas".

Les articles suivants porteront successivement sur la question du taux d’intérêt, de la croissance et de l’inflation, puis sur le décryptage de la propagande qui est lancée, pour enfin terminer sur les pistes de réformes qu’il faudrait imposer au système bancaire.

Penchons-nous donc tout d’abord sur les éléments constitutifs de la monnaie.

La rôle de la monnaie

Le rôle d’une monnaie est de permettre les échanges de biens et de services. Dans une économie de troc, on échange directement des biens et des services les uns contre les autres, sans intermédiaire. Le troc connaît actuellement un nouvel essor, par le biais de sites web qui proposent soit des échanges temporaires de logements - pour des vacances - soit des échanges directs de biens et/ou de services.

Le problème d’une économie de troc est son manque de fluidité. Il faut du temps et/ou de la chance pour trouver quelqu’un qui acceptera d’échanger son petit bateau amarré dans le Sussex contre une grange dans le Larzac. Ou un sac à main de marque d’occasion contre une peinture à l’aquarelle.

La monnaie assume donc, d’une part, le rôle d’étalon de valeur, qui permet de mesurer la valeur d’un bien, et, d’autre part, le rôle de vecteur de cette valeur, qui permettra à son détenteur d’échanger cette monnaie contre un bien ou un service qu’il désire, immédiatement ou ultérieurement.

L’utilisation d’une monnaie permet donc de rendre les échanges plus fluides, car elle élimine les contraintes d’échange bilatéral induites par le troc. Ensuite, elle élimine la contrainte de l’immédiateté de l’échange, puisque le détenteur de monnaie peut attendre avant d’échanger sa quantité de monnaie contre un autre bien ou service.

Le point central est donc l’assurance, pour celui qui accepte de la monnaie en échange de son bien ou de son service, d’être en capacité d’acquérir d’autres biens et services d’une valeur égale à celle qu’avaient les biens et services qu’il a cédé.

C’est ce qu’on appelle la confiance dans la monnaie.

La nature de la monnaie

Dès lors, on s’aperçoit que la nature de la monnaie est complètement décorrélée de son "support". Qu’il s’agisse de l’or, de l’argent, de papier ou de quelques 0 et 1 dans une mémoire d’ordinateur, ce qui compte c’est la confiance.

Quand la confiance disparaît, la monnaie elle-même disparaît. Ce phénomène de disparition de la monnaie, que l’on appelle "hyper-inflation", a été observé à plusieurs reprises au cours de l’Histoire : les assignats de la Révolution française, le mark allemand des années 1920 ou le dollar zimbabwéen aujourd’hui en sont des exemples d’école.

Au cours de l’Histoire, de nombreux supports ont été utilisés pour la monnaie. Il y a eu bien entendu les métaux (or, argent, cuivre...), mais également d’autres supports tels que des coquillages, ou plus récemment du papier.

Le choix du support était déterminé en fonction de la confiance qu’il était censé véhiculer, et non pas seulement - ou pas du tout - pour sa valeur intrinsèque. C’est évident pour le papier, mais cela est vrai également pour l’or. La valeur intrinsèque de l’or en tant que métal était un des éléments de la confiance dans les pièces de monnaie en or, mais cela n’était pas le seul critère.

Au Moyen Âge, certaines pièces d’or étaient mieux acceptées que d’autres. Pourquoi ? Parce que les systèmes de contrôle de ceux qui battaient cette monnaie étaient de qualité inégale. Certaines pièces étaient moins souvent contrôlées que d’autres et les risques de fraude étaient plus importants (limage des pièces, etc.).

Le système de contrôle de la monnaie est donc un des éléments constitutifs de la confiance dans une monnaie - et par conséquent de sa valeur.

C’est donc une erreur que de croire que la monnaie a une valeur en soi. La seule valeur d’une monnaie se "mesure" au niveau de confiance qui y est attaché.

Si on poursuit le raisonnement jusqu’au bout, on se rend compte que ce qui "existe" vraiment, ce n’est pas la monnaie, c’est la confiance qui est traduite au travers de cette monnaie. C’est pour cela que la monnaie peut être complètement dématérialisée.

Le "tiers de confiance"

C’est là qu’intervient le rôle du "tiers de confiance". Un tiers de confiance est une personne, physique ou morale, qui joue le rôle d’intermédiaire, et qui intervient dans les échanges afin que les parties soient rassurées par les termes et les conditions de l’échange.

Tout cela est un peu théorique, mais en voici des exemples concrets. Si vous passez une petite annonce pour vendre votre voiture sur internet, vous avez tout intérêt à effectuer votre transaction au sein d’une agence bancaire. Le conseiller qui gère votre compte pourra effectuer les contrôles sur les billets, vérifier que le chèque de banque est un vrai, bref, vous assurer que l’acheteur vous donne la valeur réellement annoncée. Un certain nombre de personnes ayant accepté des chèques sans effectuer les vérifications nécessaires se sont retrouvées sans véhicule avec des chèques non provisionnés.

Au Moyen Âge, c’était celui qui pesait et vérifiait les pièces d’or, d’argent, etc. qui assurait ce rôle. Mais le rôle de tiers de confiance est également assuré, d’une autre manière, par ce qu’on appelle les chambres de compensation. Ces organismes sont très utiles pour effectuer transferts et mettre à disposition des fonds à distance.

Imaginez que vous ayez un compte dans la même banque que votre grand-mère. Vous avez 200 euros, votre grand-mère a 200 euros et, pour votre anniversaire, elle vous fait un virement de 50 euros. Votre compte passe donc à 250 euros et le sien à 150 euros.

Tout cela est totalement immatériel, votre banque a simplement modifié les montants de vos comptes en banque respectifs. C’est le principe d’une chambre de compensation. S’il y avait une seule banque au monde, elle serait donc une immense chambre de compensation.

Dans les deux cas, c’est la confiance dans la monnaie qui est en jeu, et non une prétendue valeur intrinsèque de la monnaie.

En quoi cela invalide-t-il la théorie sur la "création monétaire" par les banques privées ?

Les banques ne "créent" donc pas la monnaie, elles constatent ou anticipent des valeurs présentes ou futures. Elles constatent la valeur d’un bien immobilier, ou anticipent la valeur de revenus futurs en fonction d’un emploi salarié.

En fonction de ces données relatives aux valeurs qui sont détenues ou qui seront détenues, elles valident un niveau de confiance quant à la solvabilité du demandeur, et accordent un prêt.

La valeur qui déclenche la création monétaire n’est donc pas du ressort des banques, mais de la personne qui demande le crédit, puisque c’est cette personne, avec ses possessions et son travail, qui est à l’origine de la valeur.

Les banques ne sont donc les dépositaires que de la confiance - et c’est déjà beaucoup, et facturent leurs services autour de cette confiance. Qu’elles fassent des profits sur ces services est tout à fait normal.

Il est donc faux de dire qu’elles font des profits sur quelque chose qui n’existe pas.

Pour finir

Je n’ai pas abordé dans cette partie la question des taux d’intérêts. Je l’aborderai dans un prochain article, mais je pense qu’un débat sur le rôle et la nature de la monnaie sont nécessaires avant d’aborder cette question. Car tout le débat est fondé sur ces définitions et, si l’une ou l’autre sont invalidées, ce sont toutes les déductions qui s’appuient dessus qui s’effondrent.

www.vincentperriertrudov.fr

Dernière modification par Jacques Roman (08-08-2008 05:18:04)

Hors ligne

 

#271 08-08-2008 07:48:28

AJH
Membre
Message n°4089
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

VPT enfonce des portes ouvertes.. il suffit d'ailleurs de voir comment est reçu son article sur Agoravox.
Je ne veux pas perdre mon temps mais:
1 - personne n'a jamais dit que "Les banques font des profits, par le jeu des intérêts, sur quelque chose qui ’n’existe pas’"
2 - "tout le monde" sait bien que "La seule valeur d’une monnaie se "mesure" au niveau de confiance qui y est attaché."
3 - il est le premier à prétendre que  'stricto sensu' les banques ne créent pa la monnaie
4 - etc

Sur son blog il écrit même " C’est un fantasme d’imaginer le grand méchant banquier qui, derrière son écran d’ordinateur, va rajouter quelques zéros sur ses comptes bancaires et va devenir milliardaire par magie. ", ce qui sous entends qu'il y auraient des auteurs s'intéressants à la monnaie qui le pensent:  c'est ridicule...

Ne vous laissez pas enfumer: SI, les banques créent bien la monnaie.. mais personne n'a jamais dit que c'était sans condition, et "ex nihilo" ou le verbe "créer" ne veut pas dire cela.

Jean Jégu l'explique très bien ;

“Ceux qui comprennent que qualifier la création monétaire de “ex nihilo” veut dire qu’un banquier peut se lever le matin en décidant qu’il va créer dix millions d’euros, nous comprennent mal. Tout le monde sait bien que pour prêter il faut trouver un emprunteur. Notre banquier va donc tout au plus pouvoir se dire “ aujourd’hui, je vais m’efforcer de placer 10 millions d’emprunts”. Il faut donc reconnaître que le “ex nihilo” peut prêter à confusion, à beaucoup de confusion. Que diriez-vous d’une formulation qui pourrait être : “ la Banque crée de la monnaie scripturale par le crédit, sans recourir directement à aucune autre monnaie préexistante mais simplement sur l’engagement de l’emprunteur à rembourser le capital et à payer les intérêts convenus. Le remboursement du capital et l’acquittement des intérêts donne lieu à destruction monétaire équivalente, c’est à dire supérieure au capital reçu”.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#272 08-08-2008 08:16:19

Étienne
Message n°4090
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Merci Jacques.

Pour info, le même article est sur le site de l'auteur : http://vincentperriertrudov.wordpress.c … netaire-1/)
et les commentaires y sont très intéressants : 'RST' et quelques autres contredisent l'auteur soigneusement et rigoureusement, le plus souvent.

En fait, le plus gros de cet article est une histoire de la monnaie, mais dans laquelle on aurait "oublié" le plus intéressant : les personnes et les contextes qui ont permis le sabordage historique, dans chaque pays. Et sur le fond, au moment de prouver qu'il n'y a pas de création monétaire par les banques privées, que c'est un fantasme, il ne dit presque rien et ne prouve rien du tout. Son analse de la valeur me fait penser à une superstition.

Si la monnaie n'a pas de valeur, comme il le prétend, qu'il me donne donc la sienne, de monnaie : j'en veux bien et elle ne lui manquera pas puisqu'elle n'a pas de valeur... C'est insane.

Je pense que cet auteur, s'il est intelligent et de bonne foi comme l'est Paul Jorion, ne va pas tarder à reconnaître qu'il s'est trompé, sur presque tous les points hmm , et notamment sur sa certitude qu'on peut faire confiance aux banques privées : un tiers de confiance imposé en douce, sans débat public, par de la corruption au plus haut niveau, des intrigues innombrables et des assassinats quand il le faut (l'auteur a oublié ces menus détails dans son histoire de la monnaie), ce n'est pas du tout un tiers de confiance, c'est un escroc...

Étienne.

Hors ligne

 

#273 19-08-2008 12:09:30

Étienne
Message n°4537
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

La fin du « nouveau consensus monétaire »
La crise financière et l’héritage de Milton Friedman


Un très bon texte de James K. Galbraith [18 août 2008]

Quelles sont les implications théoriques de la crise financière éclatée en 2007 ? Sous son impact, l’héritage de Milton Friedman tombe en ruines, et les avatars du monétarisme tombent dans le ridicule. C’est le cas notamment du « nouveau consensus monétaire », érigé jusqu’à récemment au rang de fondement intellectuel des banques centrales modernes.

Ce texte s’inspire d’une allocution prononcée le 24 juin 2008 au Parlement européen.

Le 8 novembre 2002, à Chicago, Ben Bernanke, alors gouverneur de la Banque centrale américaine, aujourd’hui son président, prononçait un discours en hommage à Milton Friedman, à l’occasion du 90e anniversaire du fondateur de la théorie monétariste. « Comme tout le monde ici présent le sait, Friedman et [Anna Jacobson] Schwartz affirment dans leur Histoire monétaire que l’effondrement économique de 1929-1933 avait été le résultat du dérèglement du mécanisme monétaire du pays. Contredisant la vision acceptée par leurs contemporains, […] Friedman et Schwartz pensaient que ‘la contraction est en réalité une preuve tragique de l’importance des forces monétaires’. […] J’aimerais dire à Milton et à Anna : au sujet de la Grande Dépression, vous avez raison, c’est notre faute. Nous sommes désolés. Mais grâce à vous, nous ne recommencerons pas ».

Moins de six ans après, face à la crise financière éclatée en 2007, le président Bernanke et ses collègues de toutes les grandes banques centrales sont confrontés au dilemme suivant. Ils peuvent s’en tenir aux idées de Friedman, mais alors ils doivent reconnaître que la seule cause possible de la crise en cours a été leur propre politique, à savoir le resserrement monétaire entrepris dans les années 2005-2007. Ils ne peuvent, en bonne logique, se réclamer de Friedman sans reconnaître dans la situation actuelle – ou ils se trouvent obligés de poursuivre l’expansionnisme monétaire – à outrance, l’erreur de leur politique antérieure. Ou bien ils peuvent faire comme si la crise actuelle n’existait pas et espérer qu’elle passe, en suivant les consignes ce que d’aucuns appellent aujourd’hui « le nouveau consensus monétaire » – qui se réclame, lui aussi, de l’héritage intellectuel du monétarisme ! Ces deux choix révèlent, entre eux, la contradiction intellectuelle dans laquelle s’est retrouvée la doctrine de Friedman, qui reste aux fondements de toutes les idéologies des banques centrales. Car ni le monétarisme dans sa version classique, ni le « nouveau consensus monétaire », n’offrent les éléments pour comprendre la crise financière éclatée aux États-Unis en 2007.

Autrement dit, la crise financière actuelle incite à revenir sur l’héritage de Friedman et son impact intellectuel sur les décideurs économiques actuels. Elle incite à le faire sur le terrain propre de Friedman, là où il se sentait « chez lui » et où il a régné pendant plusieurs décennies : la politique monétaire, le « taux naturel de chômage » et l’idée que la lutte contre l’inflation passe avant la lutte contre le chômage. C’est dans ce domaine qu’il a connu son plus fort impact et aussi sa plus grande réussite intellectuelle. C’est sur ce champ de bataille qu’il a vaincu l’establishment keynésien des années 1960, prisonnier de l’idée d’une courbe de Phillips stable [1]. C’est là qu’il a planté le décor de la « contre-révolution » qui domine la microéconomique universitaire depuis une génération et qui continue à influencer la manière dont la plupart des gens conçoivent la politique monétaire et la lutte contre l’inflation. Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?


L’essor et le déclin du monétarisme

D’abord, que fut le monétarisme ? On le sait, Friedman y voyait l’idée que « l’inflation est partout et toujours un phénomène monétaire », ce qui signifie que la monnaie et les prix sont liés. Friedman croyait surtout que la monnaie était une variable politique, une quantité que la banque centrale pouvait créer ou détruire à volonté. Créez-en trop, et vous relancez l’inflation ; créez-en trop peu, et l’économie risque de s’effondrer. Il s’ensuit que le bon dosage entraîne le bon résultat : des prix stables, avec pour corollaire ce que Friedman appelait le taux naturel de chômage. Ce raisonnement avait pour but de soutenir sa proposition clef : un marché libéré de toute entrave est intrinsèquement stable. Dans l’évangile selon Friedman, le gouvernement est le serpent, l’intrus dans le jardin d’Eden, et la politique doit avant tout laisser l’économie suivre son cours. C’était la leçon de son fameux programme télévisé de 1980, Free to Choose, mais c’est aussi le sens profond de sa pensée. Malgré toutes les données statistiques présentées dans Une Histoire monétaire des États-Unis 1867-1960, publié en 1963 par Milton Friedman et Anna Schwartz, ce livre avait un message simple : le marché est infaillible, seul le gouvernement se trompe.

Friedman s’est imposé parce que son travail était suffisamment complexe pour revêtir l’aspect de vérité scientifique, et parce qu’il confirmait les idées reçues d’un certain milieu. On peut comparer avec ce que disait John Maynard Keynes dans sa Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (1936), à propos du succès qu’avait connu David Ricardo :

Une victoire aussi décisive […] a quelque chose de singulier et de mystérieux. Elle ne peut s’expliquer que par un ensemble d’affinités entre sa doctrine et le milieu où elle a été lancée. Le fait qu’elle aboutisse à des conclusions tout à fait différentes de celles qu’attendait le public profane ajoutait, semble-t-il, à son prestige intellectuel. Que son enseignement, appliqué aux faits, fût austère et désagréable lui conférait se grandeur morale. Qu’elle fût apte à supporter une superstructure logique, vaste et cohérente, lui donnait de l’éclat. Qu’elle présentât beaucoup d’injustices sociales et de cruautés apparentes comme des incidents inévita¬bles dans la marche du progrès, et les efforts destinés à modifier cet état de choses comme de nature à faire en définitive plus de mal que de bien, la recommandait à l’autorité. Qu’elle fournît certaines justifications aux libres activités du capitaliste individuel, lui valait l’appui des forces sociales dominantes groupées derrière l’autorité. (Traduit de l’anglais par Laurent Bury. )

Le succès de Friedman est comparable à celui de Ricardo, mais pas jusqu’au bout. Certes, Friedman justifie lui aussi l’injustice et soutient l’autorité. Mais son armature intellectuelle n’est ni vaste ni cohérente. Son raisonnement est d’une simplicité désarmante, et pourtant il peut être assez sibyllin. Il misait sur le court terme pour certains effets, sur le long terme pour d’autres, passant de l’un à l’autre à son gré. Ricardo, c’était Harpagon de Molière ; Friedman ressemblait plutôt au Joueur de flûte de Hamelin. [2]

À la fin des années 1970, la victoire de Friedman fut consolidée par la force explicative des modèles de régression monétaristes et l’échec de la courbe de Phillips. Robert Lucas voyait dans le phénomène de stagflation, qui est apparu à cette époque, « la preuve expérimentale la plus nette que puisse connaître la macroéconomie ». À la même époque, j’ai joué un rôle mineur dans l’irruption des idées monétaristes sur le terrain politique américain. Ma mission consista à préparer, entre 1975 et 1978, la Humphrey-Hawkins Full Employment Act [3] sur la politique monétaire. Dans une alliance pragmatique avec les économistes monétaristes au sein de la commission chargée de préparer le texte de loi, nous insistions pour ce que la Banque centrale fixe et évalue chaque année son objectif de croissance monétaire. Même si notre objectif n’était pas tant de stabiliser la croissance mais d’obliger la Fed à faire preuve de plus de transparence, cet accord donna sans doute du poids politique au monétarisme.

Peu après, c’est sur ce même terrain politique que le monétarisme s’effondra. À partir de 1979, la Fed adopta officiellement des objectifs monétaires à court terme. Le résultat fut une cascade de désastres : taux d’intérêt à 20%, dollar réévalué à 60%, chômage à 11%, récession, désindustrialisation de la région du Middle-West et, en dernière instance, crise de la dette du tiers monde. En août 1982, face à la faillite de l’État mexicain et à une révolte au Congrès – je m’y suis mêlé encore une fois – la Fed abandonna les objectifs monétaires pour ne plus jamais y revenir.

Au milieu des années 1980, le monétarisme rigoureux dont Friedman s’était fait le champion disparut également du monde universitaire. La croissance monétaire devint forte et fluctuante, sans que l’inflation reparaisse. Peut-être l’inflation était-elle « partout et toujours un phénomène monétaire », comme Friedman l’avait affirmé en 1963, mais certains phénomènes monétaires pouvaient se produire sans relancer l’inflation, ce qui rendait profondément problématique l’usage des agrégats monétaires comme instrument de contrôle. À la Banque d’Angleterre, Charles Goodhart en a tiré les conclusion en énonçant sa fameuse loi : Lorsqu’on tente d’utiliser une relation économétrique à des fins de contrôle politique, elle se transforme. En 2003, Friedman lui-même concédait à Simon London, du Financial Times : « Le recours à la quantité de monnaie comme objectif n’a pas été une réussite. Aujourd’hui, je ne suis pas sûr que je le recommanderais aussi vigoureusement que par le passé ».


Les successeurs

Il en est resté une série de doctrines, toutes plus vagues que le monétarisme classique, mais porteuses du même message : la banque centrale devait placer le contrôle de l’inflation au cœur de ses préoccupations, sans se soucier du chômage – sauf dans le cas où celui-ci ne tomberait trop bas. On pensait par ailleurs que l’instabilité dans le secteur financier devait être ignorée par les décideurs macroéconomiques – sauf lorsqu’elle devenait impossible à ignorer.

La première de ces doctrines, le « taux naturel de chômage » ou « taux de chômage qui n’accélère pas l’inflation » (NAIRU), fut élaborée en 1968 par Friedman lui-même et par Edmund Phelps ; son grand attrait tenait à ce que, pour la première fois, on incorporait la prospective à un modèle macroéconomique. Les macroéconomistes l’adoptèrent en masse. Mais à la fin des années 1990, elle se révéla parfaitement inadéquate lorsque Alan Greenspan permit au chômage de tomber en dessous de plusieurs barrières NAIRU successives : 6%, 5,5%, 5%, 4,5% et finalement même 4%. Ce fut une bonne nouvelle pour tout le monde sauf pour les économistes associés au NAIRU – ceux-là furent bien embarrassés, ou du moins auraient dû l’être. Certains renièrent Friedman pour retrouver les théories de l’économiste suédois Knut Wicksell : c’est ainsi que le « taux naturel d’intérêt » connut une vogue éphémère aux États-Unis. Mais cette idée n’était soutenue ni par la recherche empirique, ni par les théories qui ont vu le jour depuis l’abandon de l’étalon-or [4].

Puis vint Ben Bernanke et la doctrine du « ciblage d’inflation ». Cette idée repose sur ce que Marvin Goodfriend, de la Carnegie-Mellon University, appelle « le nouveau consensus en politique monétaire » : un ensemble d’idées conçues au début des années 1980 mais adaptées (en surface, du moins) aux évolutions qui ont eu lieu depuis. Premièrement, « le principal message monétariste était confirmé : seule une politique monétaire […] pouvait réduire durablement l’inflation avec, pour la production et l’emploi, des conséquences substantielles mais bien moins graves que selon les scénarios keynésiens ordinaires ». Deuxièmement : « une banque centrale indépendante peut acquérir une certaine crédibilité pour sa politique d’inflation basse sans mandat institutionnel du gouvernement ». Troisièmement : « s’il intervient au moment opportun, un resserrement agressif des taux d’intérêt peut réduire les attentes d’inflation et éviter une résurgence de l’inflation sans provoquer une récession ». Examinons un par un ces principes.

D’abord, l’idée que la politique monétaire peut réduire durablement l’inflation pour un prix raisonnable est-elle « le principal message monétariste » ? Pas du tout. Le principal message monétariste était que le contrôle de l’inflation passe par le contrôle de la croissance monétaire. Mais cela fait plusieurs décennies que nous n’essayons même plus de contrôler la croissance monétaire ; elle fait ce qu’elle veut. La Fed américaine ne s’y intéresse plus et a même cessé de publier certaines statistiques en la matière. Pourtant, l’inflation n’est pas revenue. Le principal message monétariste est donc évidemment faux.

Quant à la question du coût, personne n’a jamais douté qu’une récession sévère pouvait enrayer l’inflation. Mais Goodfriend oublie de dire que la récession des années 1981-82, lorsque les monétaristes étaient aux commandes, fut de loin la pire de l’après-guerre. Elle fut plus grave que toutes celles qu’avaient subies les régimes keynésiens. En déformant l’histoire, Goodfriend laisse aussi entièrement de côté la catastrophe infligée aux pays en voie de développement par la crise de la dette mondiale.

Ensuite, que vaut au juste la « crédibilité » de la lutte contre l’inflation menée par une banque centrale « déterminée » ? On prétend souvent que cette idée va de soi : en matière de revendication salariale, les travailleurs reverront leurs exigences à la baisse parce qu’ils savent que des demandes excessives seraient sanctionnées par des taux d’intérêt élevés. Ce mécanisme a fait ses preuves dans le cas très spécifique de l’Allemagne d’après-guerre où, pendant plusieurs années, le syndicat de la sidérurgie menait des négociations implicites avec la Bundesbank. Mais la Bundesbank disposait d’une arme puissante : une hausse des taux d’intérêt signifierait un deutsche mark fort, et donc la baisse des exportations allemandes de machines et de produits technologiques. En l’occurrence, la menace était crédible. Aux États-Unis, la situation n’a rien de comparable, et rien n’indique que les syndicats américains prennent en compte la politique monétaire dans leurs stratégies syndicales. Il ne serait pas rationnel pour eux de le faire : dans un système de négociation salariale décentralisé, l’auto-limitation salariale dans un secteur donné créerait simplement des marges de manœuvre dans d’autres. En outre, et de façon plus éloquente encore, les compagnies pétrolières américaines ne se sont jamais privées d’augmenter le prix de l’essence dès que cela était possible, sans craindre les effets ultérieurs d’une hausse des taux d’intérêt.


Bernanke n’a rien vu venir

Enfin, peut-on vraiment affirmer que « s’il intervient au moment opportun, un resserrement agressif des taux d’intérêt » permet d’éviter l’inflation « sans provoquer une récession » ? Cette idée est sans doute le fondement du nouveau consensus monétaire. Elle a été affirmée dans le numéro d’automne 2007 du Journal of Economic Perspectives, voix officielle de l’American Economic Association, dans un article de Goodfriend intitulé « How the World Achieved Consensus on Monetary Policy » (Comment le monde est parvenu à un consensus en matière de politique monétaire). Goodfriend y écrit : « Selon ce ‘principe de ciblage d’inflation’, une politique monétaire qui vise l’inflation apporte la meilleure contribution à la stabilisation de la production […] Cibler l’inflation rend la production réelle conforme à la production potentielle ». Plus loin : « Ce type d’argumentation implique que le ciblage d’inflation entraîne la meilleure adaptation de l’emploi et de la production au cycle économique, que seule la politique monétaire permet d’atteindre. Ainsi, et c’est l’aspect révolutionnaire du consensus théorique moderne, même ceux qui se soucient avant tout de stabiliser l’économie réelle peuvent soutenir un objectif de faible inflation pour la politique monétaire […] La politique monétaire ne devrait donc pas essayer de contrer les fluctuations en matière d’emploi et de production dues aux cycles économiques réels ».

Détail significatif, c’est vers le mois d’août 2007, au moment même où éclate la crise, que ces affirmations ont été publiées. On peut les comparer avec les promesses que la route de Bagdad serait jonchée de fleurs. Puisque à ce moment précis, la Réserve fédérale était au plus fort d’un « resserrement agressif des taux d’intérêt », en cours depuis fin 2004, visant justement à « réduire l’inflation prévue » tout en « évitant la récession ». En juillet 2006, le président Bernanke affirma au Sénat américain : « La récente hausse de l’inflation préoccupe le FOMC [Comité de politique monétaire de la Fed] […] La Réserve fédérale doit œuvrer contre toute psychologie inflationniste qui conférerait une persistance plus grande à ce qui ne serait autrement qu’un accroissement transitoire de l’inflation ». En février 2007, il répéta ce message en le renforçant : « Le FOMC a de nouveau indiqué que son principal souci est le risque que l’inflation ne baisse pas comme prévu » (c’est moi qui souligne). En juillet de la même année, Bernanke réitère : « Le niveau d’utilisation des ressources étant relativement élevé, tant qu’il n’a pas été prouvé que les pressions inflationnistes restent modérées, le FOMC reste fidèle à l’idée que les risques élevés d’inflation sont son principal souci ».

Avant l’automne dernier, le président Bernanke avait fait quelques allusions à l’évolution du secteur financier. En mai 2006, il se montrait enthousiaste : « Les avancées technologiques ont radicalement transformé l’offre de services financiers dans notre économie. Notamment, la sophistication croissante de l’informatique permet aux prêteurs de collecter et de traiter les données nécessaires pour évaluer et chiffrer le risque de façon bien plus efficace que par le passé ». Dans le même style : « La concurrence entre prestataires financiers et des consommateurs informés ; voilà à mes yeux le meilleur mécanisme pour assurer l’offre de produits financiers meilleurs et à moindre coût ». Quant aux consommateurs, Bernanke prônait la formation et la prudence : « Une étude portant sur près de 40 000 prêts hypothécaires abordables, ciblant les emprunteurs à faibles revenus, a montré que le conseil avant l’achat d’une maison réduisait de 19% en moyenne le taux de retard de paiement ».

En février 2007, Bernanke était encore confiant : « Malgré les ajustements en cours dans le secteur du bâtiment, les perspectives économiques d’ensemble restent bonnes. [...] Somme toute, l’économie américaine paraît susceptible de se développer à un rythme modéré cette année et l’année suivante ; la croissance devrait se consolider à mesure que le retard du bâtiment se comble » (c’est moi qui souligne). Un mois plus tard, il se montrait moins joyeux devant la Joint Economic Committee [5] : « Ces derniers mois, nous avons constaté une forte augmentation du taux de retard de paiement sur les prêts à taux variable accordés à des emprunteurs à risque (subprimes), qui représentent un peu moins de 10% de tous les prêts en cours ». Et pourtant : « Il paraît néanmoins possible de maîtriser l’impact de ces problèmes sur l’ensemble de l’économie et sur les marchés financiers ». C’est seulement le 19 juillet 2007, dans son discours au Sénat, qu’il avoue le caractère un peu trop optimiste de ses propos antérieurs : « depuis quelques semaines, les investisseurs s’inquiètent de plus en plus du risque de crédit pour certains types d’instruments financiers ». C’était trois semaines avant que le marché des prêts interbancaires s’écroule, le 11 août 2007.


Retour à Keynes, Galbraith et Minsky

Quels éléments le « nouveau consensus monétaire » offrait-il pour présager l’extraordinaire crise financière qui s’est abattue, à partir du mois d’août 2007, sur le logement et le secteur bancaire américains et qui continue à préoccuper les banques centrales du monde entier ? Aucun. Dans les articles consacrés à la politique monétaire et le « nouveau consensus », il n’est jamais question de crises financières, de prêteur de dernier ressort ou de nationalisation des banques (comme pour la Northern Rock en Grande Bretagne). On y trouve plutôt une profession de foi aveugle et dogmatique qui affirme que la politique monétaire ne doit en aucun cas se soucier de pareils problèmes. C’est en partie pourquoi je considère le prétendu « nouveau consensus monétaire » comme une idée dénuée de toute pertinence. Faisant face à la réalité d’un système financier qui s’effondre, les banques centrales n’y ont trouvé aucun appui ; elles ont dû chercher ailleurs pour repenser leur politique. Elles y sont plus ou moins parvenues, et c’est tout à leur honneur. Mais elles ne l’ont pas avoué.

Qu’est-ce qui est pertinent, alors ? Comme beaucoup de commentateurs l’ont vite redécouvert, ce sont les théories de John Maynard Keynes, de John Kenneth Galbraith et de Hyman P. Minsky qui sont pertinentes pour comprendre la crise économique actuelle.

Voici ce qu’écrivait Keynes en 1931, dans « Les conséquences pour les banques de la chute des valeurs monétaires ». Selon, lui nous vivons

dans une collectivité qui, je le rappelle, est organisée de telle sorte qu’un voile d’argent recouvre un large espace entre les biens eux-mêmes et le propriétaire des richesses. Le propriétaire apparent des biens eux-mêmes s’en est assuré la propriété en empruntant de l’argent au véritable possesseur de la richesse. De plus, c’est surtout par l’intermédiaire des banques que tout cela s’est fait. C’est-à-dire que les banques ont en échange d’un dédommagement fait intervenir leur garantie. Elles tiennent la place entre le véritable emprunteur et le véritable prêteur. […]

C’est pourquoi
une diminution des valeurs monétaires aussi sérieuse que celle qui se produit actuellement, menace de faire s’écrouler toute notre structure financière. Les banques et les banquiers sont aveugles de nature. Ils n’ont pas vu ce qui allait arriver. Certains ont même accueilli avec faveur la chute des prix vers ce qu’ils ont appelé un juste niveau, le niveau « naturel » et souhaitable d’avant-guerre. C’est-à-dire le niveau des prix auquel fut habitué leur esprit dans la période de leur formation. Aux États-Unis, certains d’entre eux emploient de soi-disant « Économistes » qui nous répètent encore aujourd’hui que nos maux proviennent du fait que les prix de certaines marchandises et de certains services n’ont pas encore assez baissé […]. [color=purple]Un banquier sensé n’est hélas point un banquier qui voit venir le danger et l’écarte, mais un banquier qui, lorsqu’il se ruine, le fait d’une manière orthodoxe et conventionnelle, en même temps que ses collègues, de façon à ce qu’on ne puisse rien lui reprocher. [6][/color]

De même, en 1955, dans son livre La Crise économique de 1929, John Kenneth Galbraith rejetait l’idée – adoptée plus tard par Friedman – selon laquelle banquiers et spéculateurs reflétaient simplement le cours antérieur de la politique monétaire. Au cours de l’été 1929, disait-il, « il n’y avait pas de raisons de craindre un désastre. Personne ne pouvait prévoir que la production, les prix, les revenus et tous les autres indicateurs continueraient de se contracter durant trois longues et sombres années. Ce n’est qu’après la catastrophe que l’on vit des raisons plausibles pour supposer que les choses pourraient bien s’aggraver pendant longtemps encore ». […] « Il semble y avoir peu de doute qu’en 1929, l’économie était fondamentalement malsaine […] Beaucoup de choses allaient de travers : […] La mauvaise répartition des revenus […] La structure déficiente des sociétés. […] Un mauvais système bancaire […] L’état incertain de la balance commerciale […] L’insuffisance des connaissances économiques ». À ce dernier sujet, il ajoutait : « Considérer les gens de n’importe quelle époque comme particulièrement obtus ne semble guère valable et cela créerait un précédent que les membres de notre génération pourraient regretter. Toutefois, il semble certain que les économistes et ceux qui donnaient des avis en matière économique vers la fin des années vingt et au début des années trente, se révélèrent presque toujours lamentables ». Sur ce dernier point, on considère aujourd’hui que John Kenneth Galbraith s’est trompé. Je vous renvoie au « nouveau consensus monétaire ».

Enfin, Hyman Minsky professait que la stabilité économique était elle-même créatrice d’instabilité. La logique est simple : en période apparemment stable, les banques, entre autres, prennent des risques exceptionnels. Bientôt, l’instabilité interne qu’elles engendrent menace tout le système. La finance devient spéculative et l’on arrive au schéma de Ponzi [7]. Le système s’écroule et doit être reconstruit. Les gouvernements ne sont pas les seules sources d’instabilité. Les marchés sont beaucoup plus instables, beaucoup plus déstabilisants. Historiquement, ce fait est avéré : l’instabilité du marché précède de beaucoup la croissance du gouvernement lors du New Deal et après, ou même l’existence des banques centrales.

Le comportement de la banque centrale n’était évidemment pas la seule cause de la Grande Dépression. Les défauts intrinsèques de la structure sociale, financière et industrielle, combinés avec une mauvaise politique avant et après le crash, étaient tout aussi responsables du désastre, et la crise elle-même a eu un effet accélérateur. La situation actuelle est bien sûr très semblable. Je ne pense donc pas que la hausse des taux d’intérêt ait à elle seule provoqué l’effondrement actuel, et je ne pense pas qu’il suffise de réduire les taux pour remédier à nos difficultés. D’autres causes doivent être prises en compte : l’incapacité à réguler le marché du subprime, l’attitude permissive face à la titrisation, l’abrogation de la loi Glass-Steagall de 1933 , la dérégulation discrète du marché des avenirs énergétiques (energy futures trading) et des autres marchés de marchandises, et la calamité générale qui consiste à confier aux banques le travail du gouvernement.

Il n’empêche : si Friedman s’est trompé, le « nouveau consensus monétaire » se trompe encore plus. Ce consensus, qui adopte l’attitude de l’autruche face à la spéculation sur les marchandises, et qui n’a rien à dire sur les prêts abusifs, la titrisation spéculative et la fraude d’entreprise, n’a rien à dire des problèmes qu’affronte aujourd’hui la politique monétaire. Respectées à la lettre, ses instructions mèneraient au désastre. Il n’y a par bonheur aucun risque que les banques centrales choisissent de suivre cette voie, quelles que soient les convictions qu’elles affichent en public. Et si aussi bien Friedman que le « nouveau consensus » se trompent, que peuvent faire les banques centrales aux abois ? Il faut qu’elles se rendent à l’évidence : l’instabilité du capitalisme, l’irresponsabilité des spéculateurs rendent la régulation et l’intervention nécessaire plus nécessaire que jamais.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Laurent Bury.

par James K. Galbraith [18 août 2008]

Source : La vie des idées, http://www.laviedesidees.fr/La-fin-du-n … ensus.html




Notes

[1] Ndrl : Dérivée des travaux de l’économiste A. W. Philips, contestée par Friedman et l’école monétariste, cette courbe pose l’existence d’une relation inversée entre le taux de chômage et l’inflation, laissant entendre que la politique publique pouvait baisser le chômage au prix d’un taux d’inflation plus élevé.

[2] Lors d’une réunion de l’American Economic Association à San Francisco, j’ai ainsi assisté à une interview qu’il accordait à une chaîne de télévision :

-Professeur Friedman, demanda le reporter, comment se portera l’économie l’année prochaine ?

  -Eh bien, puisque la monnaie a connu l’an dernier une croissance ralentie, la récession sera terrible.

  -Et à quoi faut-il s’attendre pour les prix ?

  -Puisque la monnaie connaît une croissance rapide depuis plusieurs années, l’inflation sera terrible.

  -Professeur Friedman, poursuivit le reporter, la famille américaine moyenne sera-t-elle mieux lotie l’an prochain, ou moins bien qu’à présent ?

  -La famille américaine moyenne n’existe pas. Certaines familles américaines seront mieux loties, d’autres moins bien.

[3] Ndtr : signé par Jimmy Carter en 1978, cette loi assigne explicitement quatre objectifs nationaux à la politique économique du gouvernement : le plein-emploi, la croissance, la stabilité des prix et équilibre budgétaire et de balance de paiement.

[4] Ndtr : L’étalon-or est un système monétaire dans lequel l’unité de compte correspond à un poids fixe d’or, comme dans le cas du système de Bretton Woods (1946–1971).

[5] Ndtr : réunissant des membres du Congrès et du Sénat américains.

[6] John Maynard Keynes, Essais de persuasion (1931), traduction de l’anglais par Herbert Jacoby, 1933.

[7] Ndtr : Nommé ainsi après Charles Ponzi, l’inventeur d’un système de boule de neige où les promesses de profits inédits entraînant un afflux de capitaux, créant un effet qui n’est pas viable sur le long terme.

Hors ligne

 

#274 21-08-2008 15:04:46

NingúnOtro
Membre
Message n°4609
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Je trouve que toute cette discussion sur la monnaie et la situation économique, tout comme d'ailleurs celle sur la politique... manque de solidité et de solutions possibles parce qu'elle se tient dans le cadre de ce qui est communément  accepté comme l'encadrement habituel de ces domaines...

Or, moi je dis que si, depuis le temps qu'on discute sur ces sujets, on n'a pas fini par trouver la formule optimale pour gérer les incongruences et les déviations qui apparaissent... c'est peut-être parce qu'il y a une force extérieure à celles qu'on tente d'équilibrer dans nos équations qui fait toujours des dégâts considérables. Peut-être avons nous besoin d'un Einstein qui s'invente une théorie de la relativité pour ouvrir des nouveau horizons dans la politique et l'économie. Peut-être une théorie de la saturation, ou une théorie de la non-abondance... quelque chose qui justifierait que les soi-disant lois du marché libre ne fonctionnent plus d'une façon optimale lors qu'on se rapproche de quelques limites... et que ces limites changent la prépondérance de considérations démocratiques pour la convenance d'impositions dictatoriales, tant dans la politique comme dans l'économie.

Identifier l'occurrence de telles conditions serait déjà un bon pas en avant... et peut-être nous inciterait à penser par nous-mêmes au lieu de consulter tant de littérature, qui PEUT être pertinente mais qui, dans la plupart des cas, traite des situations pas tout à fait comparables à celle à laquelle nous faisons face aujourd'hui... Parce que, comme toujours, il y a beaucoup plus de littérature, intéressante parfois, que de temps pour la lire et la comprendre. Et parce que souvent, ces forces obscures qui restent en dehors des équations arrivent bien sûr à rester en dehors de la littérature aussi.

Hors ligne

 

#275 22-08-2008 06:39:12

Jacques Roman
Membre
Message n°4616
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

La monnaie est triste, hélas ! et je ne lirai pas tous les livres...

NingúnOtro (4609) a raison.  C'est souvent le cas depuis quelque temps, je trouve.

Tout ce que je me sens capable de faire pour ma part, c'est d'exposer du mieux que je peux des convictions plus ou moins justes ou erronées mais devenues personnelles au fil des ans.  Elles valent ce qu'elle valent, c'est entendu.

Les seuls livres pertinents (à part Les Essais, comme de juste, et les oeuvres d'imagination) sont les livres de cuisine : et encore, pas tous. 

Étienne, vous lisez trop !  JR

Hors ligne

 

#276 22-08-2008 13:11:34

Sandy
Membre
Message n°4620
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Oui comme tout est verrouillé au niveau des traités européens, la question de la stratégie pour récupérer notre pouvoir de création monétaire n'a toujours pas de solution.

Hors ligne

 

#277 22-08-2008 14:56:19

Jacques Roman
Membre
Message n°4624
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Sandy.

D'abord, il faut comprendre comment fonctionne la monnaie : ce n'est pas mon cas (peut-être bientôt, grâce à AJH ?).

Ce verrouillage des traités européens dont vous parlez n'a rien de définitif - surtout si les traités étaient un jour soumis à l'obligation de référendum.  Le point important, c'est comprendre comment ça marche.  JR

Hors ligne

 

#278 22-08-2008 15:07:20

AJH
Membre
Message n°4625
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bonjour Jacques

Je vais laisser parler "mon" co auteur, sur le blog de paul Jorion il est peut être plus didactique que moi.
Ensuite, je suis prêt à répondre à toutes vos questions wink

+++++++
philippe DERUDDER dit :

12 août 2008 à 22:10
Bonjour à toutes et tous,

Je fais une petite apparition après une longue absence. Je viens de prendre connaissance (rapidement) de vos derniers échanges sur la monnaie, tout à fait passionnants, et je me permets de revenir sur un point apporté par Paul, je crois, qui résume bien la controverse sur le sujet :

je cite  Vincent Perrier-Trudov repris par Paul Jorion :

Tout d’abord, les banques ne créent pas la monnaie, elles constatent ou anticipent des valeurs présentes ou futures. Elles constatent la valeur d’un bien immobilier, ou anticipent la valeur de revenus futurs en fonction d’un emploi salarié.

En fonction de ces données relatives aux valeurs qui sont détenues ou qui seront détenues, elles valident un niveau de confiance quant à la solvabilité du demandeur, et accordent un prêt.

La valeur qui déclenche la création monétaire n’est donc pas du ressort des banques mais de la personne qui demande le crédit, puisque c’est cette personne, avec ses possessions et son travail, qui est à l’origine de la valeur.

Les banques ne sont donc les dépositaires que de la confiance - et c’est déjà beaucoup, et facturent leurs services autour de cette confiance. Qu’elles fassent des profits sur ces services est tout à fait normal.

Il est donc faux de dire qu’elles font des profits sur quelque chose qui n’existe pas.


___________

Ce texte joue sur l’ambiguïté des mots d’une façon extraordinaire et en particulier sur celui de la valeur. Paul, vous nous dites avoir bcp écrit sur le sujet, je m’étonne donc que ce texte, que vous citez, ne vous choque pas.

1 - Valeur réelle – Valeur symbolique

Le pain est une nourriture. La valeur réelle puisque sans nourriture, je ne peux vivre. Ce pain a d’autant plus de « valeur » à mes yeux que j’ai faim et il est juste de dire que c’est le demandeur (moi) qui suis à l’origine de la valeur. Si le pain n’avait aucun intérêt pour les êtres humains, le boulanger n’existerait pas et la « valeur pain » non plus.

Dans la mesure ou ce pain a une valeur pour moi, il va s’instaurer une relation entre moi et le boulanger qui utilise cette valeur réelle pour acquérir de son côté d’autres richesses réelles nécessaires à sa vie.

Pour faciliter les échanges et sortir des contraintes du troc, les êtres humains ont inventé la « monnaie » qui est une représentation SYMBOLIQUE de la valeur RÉELLE dont l’une des fonctions est d’être une échelle de valeur.

Il y a donc la chose : valeur réelle
et le prix de la chose : valeur symbolique.

Le prix fixe sur cette échelle le niveau où l’échange va pouvoir se faire.
Il est donc encore exact de dire que de tout cela, le banquier n’est que spectateur. Il constate. Mais peut-on dire pour autant qu’il ne crée pas la monnaie ?

2 – Création monétaire

Si je suis d’accord pour payer ce pain un euro, cela ne me donne pas pour autant cet euro, qu’il soit sous forme de pièce dans ma poche ou d’écriture sur mon compte. L’unité monétaire qui incarne cette valeur symbolique relève du privilège abandonné au banquier.

Les gens créent la valeur réelle par leur activité,
la banque crée le signe de la valeur symbolique, avec la particularité que sans ce signe, la monnaie, je ne peux avoir accès à la richesse réelle, même si elle existe.

Quand le texte affirme d’entrée « les banques ne créent pas la monnaie » et conclut « elles ne sont que dépositaires de la confiance » cela sous-entend que le banquier ne serait qu’un « entrepôt comptable » ou les gens déposent une monnaie pré-existante, qu’il aurait mission de gérer au mieux des intérêts des déposants. On en revient à la vielle croyance que les banques ne font que prêter l’argent épargné. Je ne vais pas me relancer dans une démonstration qui, de toute façon sera refusée par ceux qui ne veulent/peuvent pas admettre que l’argent aujourd’hui ne pré-existe pas.

Oui les banques prêtent bien l’argent des épargnants, mais d’où vient l’argent épargné ? D’une mosaïque de crédits en amont. Ce qui est trompeur, bien sûr, c’est que l’épargnant n’est pas en règle général celui qui a emprunté. Il faut considérer les choses globalement.

Pour donner une image il faut se représenter le système comme un bassin (la masse monétaire « existante » dans la société) alimenté d’un côté par un robinet d’eau (le crédit consenti à la société), et une évacuation au fond (le remboursement des crédits). Le niveau de l’eau dans le bassin dépend du rapport qui existe entre le débit d’alimentation et celui de l’évacuation. Quand je regarde les choses du pas de ma porte, j’ai l’impression que l’argent existe, car manifestement il y a « de l’eau dans le bassin » ; mais je ne perçois pas qu’il s’agit d’un flux en perpétuel mouvement. S’il n’y avait pas de nouvelles demandes de crédits, le niveau de la masse monétaire baisserait au fil des remboursements effectués. Alors oui, ce sont bien les gens qui sont à l’origine du processus de création monétaire par la demande de crédit, mais ce sont bien les banquiers qui, ayant seul le pouvoir de créer le signe monétaire sous forme d’écriture comptable, consentent les crédits et ont la main mise sur l’alimentation et l’évacuation.

3) Légitimité du pouvoir de création monétaire

Autrement dit, c’est comme si l’humanité devait demander l’autorisation de produire et consommer, comme un enfant demande à ses parents l’autorisation de sortir. Car c’est la banque qui, selon qu’elle va accorder le crédit ou pas, décide en dernier recours de ce qui a le droit de se faire ou non dans le monde.

Oublions un instant l’histoire de création « ex nihilo » et, attachons nous juste à l’aspect de la légitimité de l’autorité qui détient de privilège de l’émission de la monnaie.

Ce sont les peuples qui créent la « valeur réelle » par leur activité. Il semble que sur ce point il n’y ait pas d’avis contraire. De quel droit une des « cellules » de ce « corps », la banque, s’arroge-t-elle le droit de créer les signes qui représentent symboliquement cette valeur ? Car nous ne parlons pas là de haricots verts, de voitures ou de parapluies, nous parlons d’une valeur universelle qui donne accès au haricot, à la voiture ou au pépin….

Puisque le peuple est créateur de la vraie valeur, il est légitimement en droit de gouverner les signes qui la représentent. C’est donc un organisme public représentant les intérêts de la communauté entière qui devrait détenir ce privilège

La différence ?

Si c’est le privé : l’argent est créé de manière sélective, sur des critères de rentabilité et de solvabilité au service prioritaire des actionnaires du système.

Si c’est le public : Il peut être émis sur des critères d’intérêt commun sans nécessité absolue d’être remboursé, et sans nécessité non plus d’être assorti d’un intérêt.

4) L’intérêt

Le texte se termine sur ce morceau de bravoure en affirmant que les banques « facturent leurs services autour de cette confiance. Qu’elles fassent des profits sur ces services est tout à fait normal. Il est donc faux de dire qu’elles font des profits sur quelque chose qui n’existe pas. »

Que les banques, comme tout autre commerçant, recherchent le profit est normal, mais laisser entendre que l’intérêt ne fait que couvrir le risque du prêteur !!!

Si la banque n’est qu’un comptable de la société, comme le laisse entendre ce texte, alors elle devrait être payée par honoraires pour un service justifiable. Tous ceux qui ont acheté une maison on peut-être trouvé un peu exagéré le fait d’avoir à payer plus en intérêts qu’en capital !

Mais de toute façon, et pour tout ce qui a été dit ici et dans bon nombre d’autres articles sur ce blog,

l’intérêt bancaire est :

Cause première de l’inflation par ailleurs dénoncée comme fléau n°1,
Cause première de la course à la croissance si dommageable à l’environnement pour la raison que ce qui est dû aux banques est supérieur à ce qu’elles ont prêté
Cause première de l’appauvrissement des nations par la dette publique
Cause première de l’appauvrissement des plus pauvres (qui paient l’intérêt) et de l’enrichissement des plus riches (qui encaissent l’intérêt)
et tout cela en rémunération d’un service qui découle d’un privilège illégitime ?

Oui la banque a une utilité sociale, mais ce texte cherche à masquer, volontairement ou non, l’indécence et l’illégitimité des privilèges qu’elle a su arracher malheureusement à ceux qui étaient en devoir de protéger les intérêts de la communauté. Le problème est moins du côté de la banque qui, en bon commerçant voit midi à sa porte, qu’au niveau du politique qui au fil du temps s’est mis lui même en situation de marionnette avec pour conséquence que le peuple qui l’a élu devient lui même suspendu aux mêmes fils.

Il est essentiel que les peuples reprennent le pouvoir de création monétaire, mais il est tout aussi essentiel que le politique reprenne une position dominante sur l’économique et le financier.

++++++

Voilà... je vous écoute, Jacques

Dernière modification par AJH (22-08-2008 15:10:57)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#279 22-08-2008 17:41:03

NingúnOtro
Membre
Message n°4627
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

1 - Valeur réelle – Valeur symbolique

Le pain est une nourriture. La valeur réelle puisque sans nourriture, je ne peux vivre. Ce pain a d’autant plus de « valeur » à mes yeux que j’ai faim et il est juste de dire que c’est le demandeur (moi) qui suis à l’origine de la valeur. Si le pain n’avait aucun intérêt pour les êtres humains, le boulanger n’existerait pas et la « valeur pain » non plus.

Dans la mesure ou ce pain a une valeur pour moi, il va s’instaurer une relation entre moi et le boulanger qui utilise cette valeur réelle pour acquérir de son côté d’autres richesses réelles nécessaires à sa vie.

Pour faciliter les échanges et sortir des contraintes du troc, les êtres humains ont inventé la « monnaie » qui est une représentation SYMBOLIQUE de la valeur RÉELLE dont l’une des fonctions est d’être une échelle de valeur.

Il y a donc la chose : valeur réelle
et le prix de la chose : valeur symbolique.

Le prix fixe sur cette échelle le niveau où l’échange va pouvoir se faire.
Il est donc encore exact de dire que de tout cela, le banquier n’est que spectateur. Il constate. Mais peut-on dire pour autant qu’il ne crée pas la monnaie ?

C'est après avoir établi la distinction entre "valeur réelle" et "valeur symbolique"... que vous vous égarez en suivant les pas logiques de la théorie conventionnelle. Vincent Perrier-Trudov dit évidemment des choses qui ne sont pas vraies... mais le merit (ou démerit) de sa démarche ne se trouve pas dans le fait de dire des choses vraies ou fausses, mais dans la CERTAINTÉ de vous faire suivre, tant si vous êtes d'accord avec elles comme si pas... les axiomes de sa propre hypothèse dans la discussion qui s'en suit. Parce-que tant que vous discuterez sur SES termes, ou ceux du développement classique de la théorie monétaire... vous n'irez pas chercher des possibles explications ailleurs, et il gagne du temps pour ces mandataires (mais il faut peut-être croire qu'il est de bonne foie et qu'il ne fait que exposer ses propres convictions, toute coïncidence avec des intérêts d'autrui étant fortuite ).

La raison des problèmes monétaires se trouve pourtant dans toute sa simplicité déjà devant vos yeux... et n'est autre que la perte du lien direct entre la valeur réelle et la valeur symbolique. La cause du problème de l'inflation, la stanflation, et encore quelques autres comme les subprime, etc... est comme on dit bien une CRISE DE CONFIANCE dans la monnaie. POURQUOI?

Parce-que quelques-uns, dans leur compétition folle qui à besoin de marchés libres et non-faussées... se sont livrées à une course folle de création "ex-nihilo" de "valeur symbolique"... et que ils ont besoin justement de ces marchés libres et non-faussées pour se garantir "le droit" d'échanger leurs "valeurs symboliques bidon" contre des "valeurs réelles", en concurrence avec les "valeurs symboliques pas bidon"... c'est de la que vient la crise de confiance dans les "valeurs symboliques" qui cause l'inflation... les gens n'en veulent plus parce-que ils ne peuvent plus savoir quelle sera la dévaluation finale des valeurs symboliques qu'ils possèdent, toutefois que la "valeur symbolique" RÉELLE d'une "valeur symbolique" quelconque qu'ils possèdent s'exprime comme: VSr = VR / VS+VSb et qu'ils n'ont aucun contrôle sur la quantité que représente "Valeur Symbolique Bidon" dans cette équation.

Reste à savoir QUI à crée tant de "VSb" et pourquoi (j'ai mes idées la dessus, mais elles reposent sur tant de valeurs d'analyse en dehors de la théorie habituelle, que les exposer n'est pas du tout facile).

Hors ligne

 

#280 02-09-2008 15:53:33

Étienne
Message n°4756
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

« Michel Rocard : nous n'aurions jamais dû céder sur la Banque de France »

http://www.solidariteetprogres.org/article4505.html

C’est beau comme une graine qui germe… smile

Michel Rocard mâche de moins en moins ses mots lorsqu’il s’agit de parler de la crise financière que nous subissons actuellement et des causes qui en sont à l’origine. Très présent à l’Université d’été du Parti socialiste à La Rochelle ce weekend, Michel Rocard a prononcé quelques paroles lourdes au cours de son intervention dans l’atelier consacré à ce que doit être aujourd’hui la politique économique et sociale.

Prenant la parole à la fin d’un panel de sept intervenants parmi lesquels Vincent Peillon, Michel Sapin, Gérard Colomb et Jean Marc Eyrault, Michel Rocard a d’abord insisté sur la gravité de la crise, estimant que ses prédécesseurs qui avaient tous pourtant traité de la crise, n’en avaient pas assez insisté sur sa gravité.

Il s’en est pris à l’immoralité du capitalisme financier qui a mis fin aux « trente glorieuses » d’après guerre, comme étant à l’origine de cette crise. L’ancien Premier ministre n’a pas hésité à dénoncer « l’ordure morale » de cette forme de capitalisme qui endette délibérément des personnes incapables de tenir leurs engagements hypothécaires, se disant qu’il suffira de saisir leur bien pour se rembourser, en cas de pépin.

À ce capitalisme financier prédateur à l’origine de crises spéculatives de plus en plus graves tous les cinq ans et qui portent désormais atteinte à l’ensemble du système, Michel Rocard a opposé la stabilité des « Trente glorieuses », une période de plein emploi qui n’a pas connu de crise financière et où la croissance oscillait entre 3 et 5.5%.

Michel Rocard, qui avait cosigné un texte paru dans Le Monde du 11 mars, avec quatorze anciens chefs de gouvernement et responsables de grandes institutions, appelant à une conférence internationale de chefs d’Etat pour poser les bases d’un nouveau système monétaire et économique international, a évoqué le rôle nécessaire du crédit à bon marché dans le développement économique.

Il ne peut y avoir de création de richesses sans anticipation monétaire, a dit l’ancien Premier ministre en substance, soulignant que les critères de Maastricht nous ont poussé vers une économie extrêmement malthusienne. Nous n’aurions pas du céder nos instruments d’intervention dans l’économie, a dit Michel Rocard, nous n’aurions pas du céder sur la Banque de France qui permettait à l’Etat d’émettre du crédit, alors qu’aujourd’hui il est contraint de l’emprunter aux banques privées… Michel Rocard a battu sa propre coulpe sur cette question où lui-même avait joué un rôle à l’époque, soulignant qu’il avait alors considéré que la création de l’euro, face au dollar, valait bien ce compromis et que l’Allemagne, de toutes façons, n’aurait jamais accepté de concessions sur l’indépendance de l’institut d’émission.

Face à l’urgence de la crise, Michel Rocard a estimé que plutôt que de poser immédiatement la question du statut de la Banque centrale européenne, car cela exigerait de revoir les traités, il fallait utiliser, dans l’urgence, la Banque Européenne d’Investissement (BEI) à laquelle aucun statut n’interdit de faire du crédit pour des investissements dans d’importants projets d’infrastructures ou en faveur des PMI/PME innovantes. Selon ses statuts, la BEI dont les capitaux sont souscrits par les Etats, peut prêter à hauteur de 250% ses capitaux propres qui atteignent actuellement, près de 165 milliards d’euros. Elle aurait donc, en principe, un trésor de guerre représentant un peu plus de 400 milliards d’euros, ce qui est bien loin de ce qui est requis pour sortir de la crise que nous connaissons.

Il n’a pas, cependant, précisé si elle a les moyens d’émettre du crédit public, à bas taux d’intérêt afin de rendre ces investissements intéressants, ou si elle est obligée d’emprunter sur les marchés aux taux élevés pratiqués par ceux-ci, cas dans lequel ces investissements ne pourraient pas représenter une sortie à la crise actuelle.

Étant nous-mêmes à l’origine des propositions en faveur d’un nouveau Bretton Woods que nous avons très largement diffusées depuis des années dans tous les milieux politiques concernés, en France et au niveau international, nous attendons impatiemment des explications supplémentaires de l’ancien Premier ministre sur le mécanisme qu’il envisage.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr