Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#1521 03-03-2011 21:35:56

gilles
Membre
Message n°10242
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

En fait André-Jacques, je lis chacun des articles de Sapir comme ayant un but différent. Le premier, celui mis en ligne par « Mémoire des luttes » décrit comment forcer la main aux autres partenaires pour potentiellement aller jusqu'à leur faire dissoudre la zone euro, tandis que le second publié par « Marianne » décrit comment forcer la main aux autres partenaires pour abandonner la monnaie unique et aller vers une monnaie commune.

Hors ligne

 

#1522 04-03-2011 09:15:26

AJH
Membre
Message n°10245
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

@Gilles

Tout à fait.. il faut dissoudre la zone euro pour pouvoir aller vers une nouvelle monnaie commune beaucoup plus "intelligente"..
Je suis tout à fait en phase avec Sapir avec qui j'ai parfois des échanges directs intéressants...

Il faut que tous les partis politiques fassent leur révolution  => http://engagement2012.wordpress.com/


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1523 09-03-2011 17:41:20

AJH
Membre
Message n°10266
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

http://www.debout-la-republique.fr/L-eu … et-la.html

Dans L’arnaque du siècle, Nicolas Dupont-Aignan dresse un portrait au vitriol de la monnaie unique, conçue selon lui contre les peuples et au service des banquiers. À l’aide de données économiques éloquentes, il prouve que l’euro est une impasse dont il faut sortir au plus vite : vie chère, chômage et délocalisations sont en effet la conséquence directe d’une monnaie surévaluée de 30 % et mal adaptée à l’économie française.
L'auteur nous raconte des anecdotes stupéfiantes sur la façon dont la classe politique s'est soumise au dogme de la monnaie unique. Il dénonce l'enchevêtrement des intérêts de la banque et des politiques, et lève au passage le voile sur un scandale d'État : l'affaire France Trésor.
Au-delà de la dénonciation, cet ouvrage est un véritable mode d’emploi de la sortie de crise. C'est aussi un message d’espérance : Nicolas Dupont-Aignan voit dans la sortie de l’euro une occasion unique pour les Français de retrouver l’usage de leur liberté, de renouer avec un projet politique enfin tourné vers la croissance et de bâtir une vraie Europe des nations.
Nicolas Dupont-Aignan est député de la nation depuis 1997. Il est le maire le mieux élu de France (79,70% des voix au premier tour de mars 2008). Compagnon de route de Philippe Séguin, il est aujourd’hui président du parti gaulliste Debout la République, avec lequel il combat pour l’indépendance de la France et la liberté des Français. Il est l’auteur, notamment, de J’aime l’Europe, je vote Non (F-X de Guibert, 2005) et de Français, reprenez le pouvoir (L’Archipel, 2007).




L'euro, les banquiers et la mondialisation
L'ARNAQUE

Dernière modification par AJH (09-03-2011 17:45:11)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1524 09-03-2011 19:41:18

Sandy
Membre
Message n°10267
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bon après avoir vraiment écouté toutes les positions sur le sujet, en toute ame et conscience, personellement j'ai pris position, et désolé les amis, je ne vois aucunement l'utilité de sortir de l'euro et de retourner à une monaie nationale, vous ne m'avez pas convaincu sad

Nicolas Dupont Aignan qui met toute la faute sur l'euro se trompe à mon avis. Il se trompe parce qu'il a totalement intégré l'idée qu'il fallait que la france soit compétitive dans une guerre économique mondiale.
Sauf qu'à partir du moment où on admet cette idée, alors on choisit d'abandonner tout espoir de démocratie et de souveraineté.

Nicolas Dupont Aignan s'aperçoit fort justement que les gouvernements européens ont choisi en construisant l'Union européenne d'abandonner les outils, comme le contrôle de la monnaie, permettant les dévaluations, qui permettraient de lutter à armes égales avec les autres pays dans cette compétition mondiale. Il pense donc que récupérer ces outils est la clé pour restaurer la démocratie, la prospérité etc.

Mais il suffit de regarder autour de nous, précisément vers les pays qui n'ont justement pas abandonné ces outils, par exemple qui ont gardé une monnaie nationale, pour s'apercevoir qu'ils sont loin d'être les paradis sur terre d'emploi et de prospérité que son programme politique promet grâce à la sortie de l'euro.

Vouloir copier ces pays ne peut pas être une ambition pour nous, s'ils ont certes des excédants commerciaux par exemple, ce n'est pas pour autant que leurs populations ont des emplois en retour ou que leur pays prospère, tout comme nous ils subissent eux aussi des régressions sociales.

Si leur taux d'emploi est moins élevé comme en Angleterre, le chomage de masse demeure, et les taux de pauvreté et de précarité explosent.

Il n'y a en réalité guère d'espoir dans cette compétition économique mondiale, si on se croit plus malin que les autres et pouvoir prospérer plus que les autres par des dumpings de toutes sortes, comme des dumpings monétaires suite à des dévaluations comme le propose Nicolas Dupont Aignan, alors c'est à mon avis se fourrer un gros doigt dans l'oeil.

Cette guerre économique, cette concurrence généralisée, ne peut qu'inciter les différents pays à surenchérir dans les dumpings, les dumpings des uns entrainent forcément les dumpings des autres, et en cela, tous les pays seront toujours obligés de mettre en oeuvre des politiques allant toujours dans le même sens, celui du moins disant social. Bref toujours dans le sens des exigences des prédateurs qui dirigent l'économie.

Et c'est bien pour cela qu'ils ont organisé cette guerre économique mondiale, cette "mondialisation".

Bref, ce n'est pas en changeant de monnaie qu'on résoudra quoi que ce soit, aussi bonnes nos intentions soient-elles.

Et j'entends bien votre volonté, louable, de sortir du système européen, pour pouvoir appliquer des nouvelles politiques sans les verrous qu'elle met en place. Mais là encore je vois bien que nous n'avons pas besoin d'en arriver à de telles extrémités, vous surestimez ces verrous.

Nous pouvons ignorer les règles européennes qui s'opposeront aux politiques que nous voudront mettre en place tout simplement parce que ces traités sont illégitimes. Et ça fait ptet un peu revenchard, mais je pense que d'un point de vue historique, ça serait bien de réutiliser contre eux le crime qu'ils ont commis après le référendum de 2005.

Plus précisément, je trouve que vous vous rendez trop esclaves de la loi, et du fameux "état de droit" alors que vous devriez au contraire comprendre que quand les lois sont injustes il n'y a plus d'état de droit.

C'est ce qui vous pousse aussi par exemple à vouloir rembourser l'intégralité de la dette publique alors que vous avez pourtant brillament démontré à quel point elle était illégitime et à quel point c'était de l'usure.

Sortir de l'Euro ou de l'UE ne va rien régler, on peut faire avec sans que cela soit plus difficile, et ce sera même beaucoup plus intéressant de faire avec.

Dernière modification par Sandy (09-03-2011 19:44:50)

Hors ligne

 

#1525 09-03-2011 20:36:22

AJH
Membre
Message n°10268
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bonsoir Sandy

Un peu fatigué pour argumenter (et puis, je vois bien que c'est inutile), je laisse juste un extrait d'une réponse de Laurent Pinsolle ce soir sur son blog



Il est vrai que Jean-Luc Mélenchon s'oppose très fermement au néolibéralisme et aux conséquences de la globalisation néolibérale. Il a également fait campagne contre le TCE. J'ai noté qu'il devient de plus en plus critique vis-à-vis de l'Europe et qu'il semble perdre l'espoir d'en faire quoique ce soit.

Néanmoins, je crois qu'il n'a pas encore articulé le besoin de retour aux nations pour défendre l'intérêt général et à quel point la globalisation et les constructions supranationales défendent intrinsèquement les idées néolibérales. Il défend encore l'euro (qui est pourtant un outil de régression sociale absolument terrifiant). Je pense qu'il n'est pas loin de suivre les idées de Sapir et Lordon, des hommes de gauche qui ont compris que les nations sont le seul moyen pour l'homme de domestiquer à nouveau l'économie.

Pour l'instant, nous partageons la même analyse mais je crois que sur certaines questions, il lutte contre les conséquences délétères du système mais pas assez sur certaines causes (les transferts de pouvoir à l'UE par exemple).

Bien sûr, il est un alternatif économique, mais je crois qu'il a encore un peu de chemin à faire sur l'idée de supranationalité et sur l'Europe. C'est pour cela que je ne classe pas tout à fait sur le même plan que JPC ou NDA.

De toute façon il me semble que nous n'allons pas quitter l'euro.. c'est l'euro qui va nous quitter  ;-)

Dernière modification par AJH (09-03-2011 20:38:04)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1526 09-03-2011 21:22:09

gilles
Membre
Message n°10269
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bonsoir Sandy, qui met en place ces verrous ? C'est principalement le FMI, l'OCDE, l'UE et les États-Unis qui insistent pour faire avancer le cycle de négociations commerciales et de libéralisation de Doha. L'UE et les États-Unis qui signent des accords de libre-échange bi-latéraux avec d'autres pays ou d'autres zones du monde. Le FMI qui n'accorde ses prêts, nous l'avons vu récemment en Grèce, sous les conditions de privatiser les services et entreprises publiques, de baisser les rémunérations des salariés, d'allonger la durée la durée de cotisation pour les retraites, de repousser l'âge de la retraite, de diminuer les droits des salariés.

Il n'y a pas que l'euro comme monnaie, la Suisse qui utilise le franc suisse, ne fait pas de dumping monétaire, s'en sort bien et a repoussé une réforme des retraites par référendum d'initiative populaire en mars 2010


Tiens, André-Jacques puisque tu évoques un livre de Nicolas Dupont-Aignan, je vais évoquer celui d'Aurélien Bernier du M-PEP :

http://files.getwebb.org/files/8f/1a/82/536bdf2ef5f7cc222be209a238c397d1f7/miniature_infos.png

Extrait de la présentation du livre que je viens de commander :

Délocalisations, destruction méthodique des droits sociaux, incapacité à protéger l'environnement, refus de la démocratie...
Après l'adoption du traité de Lisbonne en 2008, on pouvait croire que l'Union européenne avait atteint le fond du trou libéral. Erreur ! Depuis la crise financière, elle creuse ! Même l'idéal de solidarité entre États vole aujourd'hui en éclat. Une vague d'austérité sans précédent déferle sur l'Europe, qui place elle-même ses peuples sous la tutelle des marchés financiers.
Faut-il attendre que l'extrême droite tire les bénéfices de l’incompétence des « élites » européistes, converties à l’ultralibéralisme ? Certainement pas. La gauche doit assumer la désobéissance à l'ordre juridique instauré avec l’Union européenne : non pas seulement lorsqu'il s'agit de faucher des OGM ou d’accueillir des sans-papiers, mais aussi et d’abord lorsqu’il est question de sortir concrètement de l’ultralibéralisme à l’européenne.
La quasi-totalité des mesures proposées par la « vraie » gauche sont incompatibles avec le droit européen. Mais personne n’ose le dire ! Il ne sert à rien de s’indigner des menaces sur les services publics et le programme du Conseil national de la Résistance si nous ne brisons pas cette omertà et ne restaurons pas la primauté du droit national sur le droit communautaire. Sans désobéissance européenne, pas de politiques écologique et sociale.
Le choix est donc simple : soit il faut dissoudre une fois pour toute la gauche dans l’Europe, soit il faut assumer la rupture. Cette rupture a un nom : la désobéissance européenne !
Le livre d’Aurélien Bernier pose le débat interdit, en montrant qu'il ne nous conduira pas à l'apocalypse, mais à une véritable révolution progressiste par les urnes.


En librairie le 9 mars 2011

Hors ligne

 

#1527 09-03-2011 22:14:55

Étienne
Message n°10270
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Accumulation de monnaie et maladie mentale : nuisance des ultra-riches à travers le monde

Pour illustrer les plus graves nuisances dont les ultra-riches sont capables pour devenir encore plus riches (tels de véritables malades mentaux au comportement prédateur antisocial) — spéculations ruineuses, corruption, pollutions, désinformation, assassinats, guerres, etc. —, je vous propose une vraie belle saloperie : la façon dont Goldman Sachs & Co affament des centaines de millions de personnes pour gagner toujours plus de pognon :

Une courte vidéo à voir absolument :

http://www.dailymotion.com/video/xfiukg … monde_news


Voir aussi :
http://frederickkaufman.typepad.com/fre … -here.html

et

http://frederickkaufman.typepad.com/fil … le-pdf.pdf


Étienne.

Hors ligne

 

#1528 10-03-2011 02:40:52

Jacques Roman
Membre
Message n°10271
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Reprendre le pouvoir sur la monnaie ne se fera pas en démantelant la solidarité internationale et en encourageant la concurrence économique sauvage entre nations opérant chacune de son côté avec son seul intérêt en vue, comme le proposent en particulier les partisans des dévaluations de convenance.

Tout le monde sait ou sent qu'une manipulation monétaire opérée unilatéralement par un État 1) est un aveu d'échec sur le plan de la gestion économique, et 2) nuit à d'autres nations.

Il ne faut pas sortir de l'euro et de l'Europe, mais  travailler ensemble à améliorer les institutions internationales existantes, en commençant par les institutions européennes. JR

Hors ligne

 

#1529 10-03-2011 08:49:41

AJH
Membre
Message n°10273
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

@Jacques Roman

Quelle solidarité internationale ? 1% du PIB ? http://www.robert-schuman.eu/question_e … num=qe-164

Je hais ce raisonnement.

Il n'y a pas dévaluation "de convenance pour encourager la concurrence sauvage entre nations" .. il y a seulement la volonté d'équilibrer les balances des échanges commerciaux en mettant chaque monnaie à parité juste avec ses voisins (ce que devraient faire la Grèce et le Portugal pour le moment).

Une dévaluation est un acte de gestion national : tous les pays (dans la zone euro) n'ont pas les même "capacités" (au sens large).. leurs monnaies ne doivent donc pas avoir les mêmes parités. La zone euro ne pourra pas devenir une zone monétaire même faiblement optimale: la quitter - pour certains pays - est un acte de sauvegarde nationale.

La seule alternative en gardant l'euro unique serait d'accepter de perdre totalement la gestion de NOTRE pays et de transférer à une instance supra nationale (un gouvernement fédéral) une bonne partie de nos recettes fiscales (comme aux USA) qui seront ainsi équitablement redistribuées... qui veut de cette formule, à part les Grecs et ceux qui en profiteraient le plus?..

Rien n'empêche actuellement des pays de coopérer (Ni Ariane, ni Airbus, ni le CERN - par exemple - ne sont des émanation de l'UE; tous les pays de l'UE n'y participent pas)

Dernière modification par AJH (10-03-2011 09:54:12)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1530 10-03-2011 09:38:31

gilles
Membre
Message n°10274
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

à Jacques Roman, la Suisse et la Norvège ne pratiquent pas les dévaluations à répétition, ni le dumping monétaire, d'autre part comme André-Jacques l' a expliqué et il n'est pas tout seul, il propose de mettre simplement par exemple la monnaie grecque à la parité en accord avec sa situation économique et non de pratiquer des dévaluations à répétition.

Jacques, vous parlez de solidarité internationale, mais de quelle solidarité internationale s'agit-il ? Celle des puissants économiquement qui dictent par leurs lobbies la politique de la Commission ? Regardons, nous l'avons vu récemment en Grèce votre solidarité internationale, sous les conditions de privatiser les services et entreprises publiques, de baisser les rémunérations des salariés, d'allonger la durée la durée de cotisation pour les retraites, de repousser l'âge de la retraite, de diminuer les droits des salariés.


Je suis d'accord avec André-Jacques, rien n'empêche de coopérer souplement sans le carcan UE. À condition qu'un au départ et peut-être plusieurs pays sortent de l'UE afin que le carcan UE ne s'applique pas partout en Europe et que ce carcan ne finisse pas par récupérer d'une manière ou d'une autre Airbus, Ariane ou le CERN.
Pour le CERN, comme la gangrène de la « construction » s'étend de plus en plus, de plus en plus de membres du CERN sont devenus membre de l'UE.


Liste des États membres du CERN en anglais …


Hors ligne

 

#1531 10-03-2011 09:52:28

AJH
Membre
Message n°10276
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Le taux de chômage en Grèce a encore grimpé en décembre sur un an, à 14,8% contre 10,2% un an auparavant, le plus haut niveau depuis au moins cinq ans, affectant particulièrement les 15-24 ans dont près de 40% sont touchés, a indiqué mercredi l'Autorité statistique grecque (Esa).
Et l'emprunt à 10 ans approche les 13% http://noir.bloomberg.com/apps/quote?ti … 10YR%3AIND


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1532 10-03-2011 20:26:50

NingúnOtro
Membre
Message n°10278
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Étienne a écrit:

Accumulation de monnaie et maladie mentale : nuisance des ultra-riches à travers le monde

Pour illustrer les plus graves nuisances dont les ultra-riches sont capables pour devenir encore plus riches (tels de véritables malades mentaux au comportement prédateur antisocial) — spéculations ruineuses, corruption, pollutions, désinformation, assassinats, guerres, etc. —, je vous propose une vraie belle saloperie : la façon dont Goldman Sachs & Co affament des centaines de millions de personnes pour gagner toujours plus de pognon :

Une courte vidéo à voir absolument :

http://www.dailymotion.com/video/xfiukg … monde_news


Voir aussi :
http://frederickkaufman.typepad.com/fre … -here.html

et

http://frederickkaufman.typepad.com/fil … le-pdf.pdf


Étienne.

Des prisonniers d'un problème logique (on peut dire des malades mentaux, oui) qui vont jusqu'au sang, opposés à des idéalistes avec un défaut de fabrication dans la logique  (on peut dire aussi des malades mentaux, oui) qui aiment trop la guillotine comme solution finale qui évite toute logique (et donc le même problème logique).

Ceux qui osent penser sont démocratiquement minoritaires et n'ont d'autre solution que subir, tout comme le Dalai Lama pour le Tibet.

Vivement qu'un confrère plus évolué nous prenne en charge depuis l'Andromeda, au lieu de déclarer le Système Solaire zone d'exclusion à cause de contamination logique inévitable wink . Je suis sur que s'ils ne le font pas c'est parce-qu'ils n'osent pas prendre le risque de rapatrier le problème chez eux wink .

Et si on devenait adultes, finalement ?

Dernière modification par NingúnOtro (10-03-2011 20:27:35)

Hors ligne

 

#1533 13-03-2011 19:16:40

Sandy
Membre
Message n°10291
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

AJH a écrit:

@Jacques Roman

Quelle solidarité internationale ? 1% du PIB ? http://www.robert-schuman.eu/question_e … num=qe-164

Je hais ce raisonnement.

Il n'y a pas dévaluation "de convenance pour encourager la concurrence sauvage entre nations" .. il y a seulement la volonté d'équilibrer les balances des échanges commerciaux en mettant chaque monnaie à parité juste avec ses voisins (ce que devraient faire la Grèce et le Portugal pour le moment).

Une dévaluation est un acte de gestion national : tous les pays (dans la zone euro) n'ont pas les même "capacités" (au sens large).. leurs monnaies ne doivent donc pas avoir les mêmes parités. La zone euro ne pourra pas devenir une zone monétaire même faiblement optimale: la quitter - pour certains pays - est un acte de sauvegarde nationale.

La seule alternative en gardant l'euro unique serait d'accepter de perdre totalement la gestion de NOTRE pays et de transférer à une instance supra nationale (un gouvernement fédéral) une bonne partie de nos recettes fiscales (comme aux USA) qui seront ainsi équitablement redistribuées... qui veut de cette formule, à part les Grecs et ceux qui en profiteraient le plus?..

Rien n'empêche actuellement des pays de coopérer (Ni Ariane, ni Airbus, ni le CERN - par exemple - ne sont des émanation de l'UE; tous les pays de l'UE n'y participent pas)

Vous savez très bien que sans accord pour équilibrer les balances commerciales, tout ce que les dumpings vont entrainer c'est d'autres dumpings en réponse. Pour une fois Jacques Roman a raison, ce n'est pas en encourageant et en se jettant dans une guerre économique féroce qu'on résoudra quoi que ce soit.

Vous savez très bien aussi que ces histoires d'économies différentes est une tarte à la crème. Nos régions aussi ont une économie différente, cela ne nous empêcherait pas d'avoir une monnaie unique pour toutes les régions. Le problème tient plus comme vous l'avez souligné du fait que les régions se font concurrence ou que les pays se font concurrence entre eux au lieu de s'entraider, et donc il y a aussi le problème du budget européen alloué à cette entraide.
Ceci n'implique absolument pas comme vous le dites la perte de notre souveraineté, l'entraide n'a jamais été conditionnée au fédéralisme, elle peut très bien s'opérer sans perte de souveraineté politique, c'est juste de l'argent.
On l'a déjà fait avec l'irlande, l'espagne, le portugal etc ... au tout début de l'union européenne.
Vous le dites vous même, rien n'empêche actuellement des pays de coopérer.

Le mieux, c'est de sortir de l'idéologie de la guerre économique et de passer pour cela des accords de coopération avec les autres pays européens pour équilibrer nos balances commerciales et mettre en place un co-développement. En lieu et place de la concurrence non faussée il faudrait mettre en place cette coopération.
Dévaluer notre monnaie ne peut pas constituer une ambition, regardez autour de nous AJH, en quoi la situation des autres pays est enviable ?
Chez nous les multinationales s'enrichissent grâce aux importations, chez d'autres les multinationales s'enrichissent grâce aux exportations, chez eux comme chez nous les perdants ce sont les travailleurs qui se font exploiter à mort dans tous les cas, ya aucun avenir dans cette guerre économique, ya rien à gagner pour nous ( les travailleurs / citoyens ). C'est pas une question de dévaluation ou pas. C'est se tromper de cible que de cibler la valeur de la monnaie !

Au niveau monétaire, le problème c'est surtout la perte de la création monétaire, et cette question est indépendante de la valeur de la monnaie !

Vous faites de l'idée d'arriver à une balance commerciale équilibrée un but sans vous soucier des moyens, ne vous rendant pas compte que si arriver à ce but consiste à se faire des guerres de dumpings de toute sortes, ce ne sera pas les peuples qui en sortiront gagnant.
Au contraire l'équilibre des balances commerciales n'a de sens que si il s'agit d'y arriver par des coopérations, c'est uniquement dans ce contexte que cet équilibre nous apportera qqchose de bien !

Dernière modification par Sandy (13-03-2011 19:21:26)

Hors ligne

 

#1534 13-03-2011 19:24:44

Sandy
Membre
Message n°10292
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

gilles a écrit:

Bonsoir Sandy, qui met en place ces verrous ? C'est principalement le FMI, l'OCDE, l'UE et les États-Unis qui insistent pour faire avancer le cycle de négociations commerciales et de libéralisation de Doha. L'UE et les États-Unis qui signent des accords de libre-échange bi-latéraux avec d'autres pays ou d'autres zones du monde. Le FMI qui n'accorde ses prêts, nous l'avons vu récemment en Grèce, sous les conditions de privatiser les services et entreprises publiques, de baisser les rémunérations des salariés, d'allonger la durée la durée de cotisation pour les retraites, de repousser l'âge de la retraite, de diminuer les droits des salariés.

Il n'y a pas que l'euro comme monnaie, la Suisse qui utilise le franc suisse, ne fait pas de dumping monétaire, s'en sort bien et a repoussé une réforme des retraites par référendum d'initiative populaire en mars 2010


Tiens, André-Jacques puisque tu évoques un livre de Nicolas Dupont-Aignan, je vais évoquer celui d'Aurélien Bernier du M-PEP :

http://files.getwebb.org/files/8f/1a/82 … _infos.png

Extrait de la présentation du livre que je viens de commander :

Délocalisations, destruction méthodique des droits sociaux, incapacité à protéger l'environnement, refus de la démocratie...
Après l'adoption du traité de Lisbonne en 2008, on pouvait croire que l'Union européenne avait atteint le fond du trou libéral. Erreur ! Depuis la crise financière, elle creuse ! Même l'idéal de solidarité entre États vole aujourd'hui en éclat. Une vague d'austérité sans précédent déferle sur l'Europe, qui place elle-même ses peuples sous la tutelle des marchés financiers.
Faut-il attendre que l'extrême droite tire les bénéfices de l’incompétence des « élites » européistes, converties à l’ultralibéralisme ? Certainement pas. La gauche doit assumer la désobéissance à l'ordre juridique instauré avec l’Union européenne : non pas seulement lorsqu'il s'agit de faucher des OGM ou d’accueillir des sans-papiers, mais aussi et d’abord lorsqu’il est question de sortir concrètement de l’ultralibéralisme à l’européenne.
La quasi-totalité des mesures proposées par la « vraie » gauche sont incompatibles avec le droit européen. Mais personne n’ose le dire ! Il ne sert à rien de s’indigner des menaces sur les services publics et le programme du Conseil national de la Résistance si nous ne brisons pas cette omertà et ne restaurons pas la primauté du droit national sur le droit communautaire. Sans désobéissance européenne, pas de politiques écologique et sociale.
Le choix est donc simple : soit il faut dissoudre une fois pour toute la gauche dans l’Europe, soit il faut assumer la rupture. Cette rupture a un nom : la désobéissance européenne !
Le livre d’Aurélien Bernier pose le débat interdit, en montrant qu'il ne nous conduira pas à l'apocalypse, mais à une véritable révolution progressiste par les urnes.


En librairie le 9 mars 2011

Ce que je dis c'est justement que ces verrous ne peuvent fonctionner que si docilement vous vous y soumettez, ces verrous n'ont de force que grâce à votre obéissance, et ce que je dis rejoins totalement l'idée de désobéissance européenne pour laquelle milite le m'pep. Il est légitime de désobéir quand les verrous sont illégitimes.

Hors ligne

 

#1535 13-03-2011 19:29:20

AJH
Membre
Message n°10293
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Oui Sandy, j'ai (aussi) fait la promo du livre d'Aurélien  sur facebook..  et je l'ai (aussi) commandé ;-)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1537 17-03-2011 15:05:15

Étienne
Message n°10323
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Salut à tous.
Pour info, quatre petites vidéos pour faire
un point sur le travail du père Chouard
,
tournées la semaine dernière à la maison.
Ce serait gentil de me donner votre avis smile
Amitiés.
Étienne.
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/t … u_sort.php
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/En_Vrac.pdf
________________________________________

1 L'argent-dette :
http://www.dailymotion.com/video/xhiymd … dette_news

2 Complots et impôts :
http://www.dailymotion.com/video/xhjgrq … impot_news

3 Le système électif (le gouvernement représentatif) :
http://www.dailymotion.com/video/xhm97w … ectif_news

4 Le tirage au sort :
http://www.dailymotion.com/video/xhm99c … -sort_news

Hors ligne

 

#1538 18-03-2011 05:01:38

Jacques Roman
Membre
Message n°10325
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bonjour. Étienne,

Comment faire p;our éviter les interruptions de la vidéo toutes les trois secondes ?Le seul moyen est-il de faire passer la vidéo une première fois en entier pour télécharger puis remettre au début pour l'écouter ? JR

Hors ligne

 

#1539 18-03-2011 09:25:52

gilles
Membre
Message n°10327
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bonjour Étienne, je suis d'accord avec Jacques, trop de saccades. Résolu avec Firefox 4





Le niveau sonore est trop faible. Y-a-t-il une version uniquement audio qui permettrait d'être actif en même temps que d'écouter ?


Étienne, je pense qu'il serait pertinent de mettre les fichiers ogg directement sur ton site hébergé par free comme sur ce site  :      Ou celui-là    Matieu




Si votre ordinateur ne lit pas encore les fichiers ogg ou FLAC, utilisez VLC ou suivez les conseils de cette page web.

Dernière modification par gilles (21-03-2011 08:45:29)

Hors ligne

 

#1540 26-03-2011 12:23:38

AJH
Membre
Message n°10391
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Proposition de financements innovants des économistes de la Fondation Nicolas Hulot

http://www.fondation-nicolas-hulot.org/ … -dette.pdf


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1542 01-04-2011 21:45:44

NingúnOtro
Membre
Message n°10475
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

On ne fait plus la guerre avec des canons (entre ceux du club MAD -Mutually Assured Destruction- DMA -Destruction Mutuelle Assurée-), mais on fait bien encore la guerre sur les territoires tiers. Les cannons -jawohl Mein Fuhrer- ne sont plus qu'accessoires, mais il faut bien mettre la populace à régime pour financer les meilleures armes si l'on ne veut pas que ce soit l'ennemi qui gagne.

Vous semblez ne rien y connaitre... sur la guerre. Parce-qu'on est en pleine bataille!

Hors ligne

 

#1543 01-04-2011 22:01:57

gilles
Membre
Message n°10476
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1274

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Frédéric Lordon via Le Monde Diplomatique via BA via Plume de Presse






Jeudi 31 mars 2011 :
Euro : extension du domaine de la régression.
par Frédéric Lordon.

Pacte pour l’euro, impact sur les salaires.

Comme dans un rêve de Naomi Klein qui rattraperait les malfaçons de sa thèse initiale, le néolibéralisme européen met un soin particulier à se conformer à la  » stratégie du choc  » – mais d’un choc qu’il a lui-même largement contribué à produire.

On croyait déjà avoir vu du pays avec la  » réponse  » à la crise (financière privée) sous la forme de plans d’austérité (publique) sans précédent. Mais le prolongement du  » pacte de compétitivité  » nous emmène pour un autre voyage dont on ne voit même plus le terme. Jusqu’où le paradoxe de l’acharnement néolibéral en réponse à la crise néolibérale peut-il aller ?, c’est une question dont la profondeur devient insondable.

Dans cet invraisemblable enchaînement où un choc séculaire n’entraîne aucune révision doctrinale mais bien la réaffirmation étendue de ce qui a si parfaitement échoué, la case  » réduction des déficits  » a logiquement donné lieu à une de ces  » déductions  » bizarres conduisant de l’échec prévisible des politiques d’austérité à l’impérieuse nécessité de les constitutionnaliser.

En dépit du matraquage qui répète ad nauseam que la rigueur est une stratégie de retour à la croissance et quoiqu’il nous ait valu quelques épisodes savoureux comme la  » rilance  » (1) de Mme Christine Lagarde, on voit mal comment les politiques économiques européennes – coordonnées pour la première fois, mais hélas pour le pire – pourraient ne pas produire l’exact contraire de ce qu’elles prétendent rechercher.

Car si des épisodes d’ajustement budgétaire, dans le passé, ont pu rencontrer quelque succès …
  Lire la suite en achetant le Monde Diplomatique chez votre marchand de journaux …

Dernière modification par gilles (04-04-2011 21:11:38)

Hors ligne

 

#1544 04-04-2011 20:37:04

AJH
Membre
Message n°10492
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

http://www.lemonde.fr/economie/article/ … _3234.html

Zone euro : le remède va-t-il tuer le malade ?


L'ironie de l'histoire s'est invitée au sommet européen des 24 et 25 mars. Celui-ci devait mettre un point final à la défiance envers les dettes souveraines des pays fragiles de la zone euro.

Au même moment, cependant, le gouvernement portugais est tombé à la suite du rejet d'un quatrième plan d'austérité par le Parlement. Des élections sont convoquées au moment où l'Etat doit refinancer 7 milliards d'euros de dettes d'ici à fin juin et où il refuse l'assistance européenne et celle du Fonds monétaire international (FMI).

Malgré la potion amère servie à ses citoyens, le déficit public du Portugal a dérapé en 2010 et affiché un niveau de 8,6 % de son produit intérieur brut (PIB) au lieu des 7,3 % promis. L'Etat doit emprunter à plus de 8 %, que ce soit à cinq ans ou à dix.

Pour seulement réussir à stabiliser sa dette à 100 % du PIB, il faudrait que le pays réussisse à conjuguer, à partir de 2013, une croissance de 3 %, un excédent budgétaire (hors charge d'intérêts) de 3 % et qu'il paie un taux d'intérêt limité à 6 %, selon les calculs d'ING...

L'IRLANDE POURRA PUISER

Que faire ? Le secours financier mis en place pour les pays fragiles sera pérennisé par un Mécanisme européen de stabilité (MES) permanent, à partir de 2013. L'Irlande, qui a annoncé, jeudi 31 mars, que quatre de ses banques avaient besoin d'une nouvelle recapitalisation de 24 milliards d'euros, pourra puiser dans l'enveloppe de 85 milliards d'euros de financement négociée en novembre 2010 avec l'Union européenne et le FMI.

Mais le paquet européen s'accompagne d'un renforcement de la rigueur budgétaire et salariale - le pacte pour l'euro - afin d'améliorer la compétitivité. De plus, la Banque centrale européenne (BCE) s'apprête à relever ses taux d'intérêt, jeudi 7 avril, ce qui va soutenir le cours déjà surévalué de l'euro et va peser sur la croissance.

L'équation, de plus en plus insoluble, incite à réfléchir à un changement de cap.

La zone euro a-t-elle choisi la bonne stratégie ? Entériné à Bruxelles les 24 et 25 mars, le schéma européen étale dans le temps le problème du financement des pays fragiles, dans le but de leur permettre de rétablir leurs équilibres budgétaires et commerciaux en comprimant leur demande interne : les dépenses publiques et la consommation - donc les importations.

Pendant cette période, des financements leur sont fournis à un taux inférieur à celui des marchés financiers (4,2 % pour la Grèce). "Au début de la prochaine décennie, la quasi-totalité de la dette détenue par les investisseurs privés aura été remboursée, et la quasi-totalité de la dette publique des pays en difficulté sera dans les mains des prêteurs publics (Fonds européen de stabilité financière (FESF) et son successeur, Union européenne, FMI...)", prévoit Patrick Artus, chef économiste de Natixis, dans une note du 24 mars.

LE SYSTÈME RESTE FRAGILE

Mais le système est fragile, car il suppose que la signature de l'Allemagne, de la France, des Pays-Bas, de l'Autriche ou de la Finlande, qui garantissent le FESF, puis son successeur en 2013, le MES, reste excellente.

Cela est "possible" s'il ne faut financer que les dettes du Portugal, de la Grèce et de l'Irlande, mais "plus difficile" si l'Espagne et la Belgique sont en difficulté. Et "le montage exploserait bien sûr si la France perdait un jour son AAA" (la meilleure note de solvabilité décernée par les agences de notation), conclut M. Artus.

Or la diète budgétaire, sociale et salariale prescrite à la zone euro, la flambée des prix des matières premières et la surévaluation de l'euro risquent de plomber l'activité. "Graver la rigueur dans le marbre mène à une impasse dans la mesure où, comme cela devient manifeste en Grèce, en Irlande et en Grande-Bretagne, la rigueur augmente le déficit public au lieu de le réduire. Et elle n'empêchera pas la restructuration de la dette souveraine d'un pays de la zone euro d'ici à 2014", prévient Gaël Giraud, chercheur au CNRS, membre de l'Ecole d'économie de Paris et professeur associé à l'ESCP-Europe.

De plus, dit-il, "un Etat qui s'endette à des taux d'intérêt réels (défalqués de l'inflation) supérieurs à son taux de croissance finit par ne plus pouvoir assurer le service de sa dette, sauf à dégager des excédents budgétaires, ce qui est hors de notre portée pour la décennie à venir : c'est l'effet boule de neige", qui risque de frapper, au-delà de la Grèce et de l'Irlande, le Portugal et l'Espagne.

"INVIVABLE"

"Par-delà les pays périphériques, ajoute M. Giraud, c'est l'ensemble de la zone euro qui est engagé désormais sur un sentier d'accroissement des dettes publiques invivable à terme, sauf à imaginer que l'Allemagne consente à financer entièrement les déficits des autres par sa seule croissance."

La réponse appropriée passe donc d'abord par un virage dans la politique monétaire de la zone. Ses règles condamnent les Etats et le FESF à se refinancer sur les marchés par des emprunts auprès des épargnants ou, à défaut, en augmentant la fiscalité.

Par conséquent, dit M. Giraud, "il n'y a guère d'autre issue que d'autoriser les Etats européens à se refinancer au moins en partie directement auprès de la BCE, ce qui suppose de réviser le traité de Lisbonne. Mieux vaut prévoir tout de suite cette faculté plutôt que d'être mis au pied du mur par un défaut de paiement d'un pays fragile, qui pourrait provoquer un nouveau krach financier analogue à celui qui a suivi la faillite de Lehman Brothers en 2008. Si le Portugal, l'Irlande, la Grèce ou l'Espagne font défaut, je ne donne pas cher de la zone euro. Négocié à l'échelle européenne, un financement par la banque centrale, à l'exemple des Etats-Unis, permettrait de préserver les dépenses sociales et d'investir dans des industries vertes".

Un tel choix hétérodoxe ferait baisser l'euro - comme il a fait reculer le dollar -, ce qui favoriserait les exportations. L'économiste Antoine Brunet, président d'AB Marchés, rappelle que la méthode des parités de pouvoir d'achat est "la référence en matière de loyauté des cours de change" et donne 1 euro à 1,18 dollar et à 4,67 yuans. Or la monnaie unique vaut plus de 1,40 dollar et 9,20 yuans.

"On ne peut résoudre le problème du déficit budgétaire sans résoudre celui du déficit commercial. Dans des pays agricoles et désindustrialisés comme la Grèce et le Portugal, résorber le déficit budgétaire sans redresser les échanges commerciaux, c'est mission impossible, explique M. Brunet. A la naissance de la zone euro, il était anticipé que le Portugal devienne l'usine de l'Europe. Il n'en a rien été. C'est la Chine qui, de façon déloyale, l'est devenue, au détriment du Portugal, de l'Espagne, de l'Italie mais également du Maghreb...", ajoute-t-il.

"Qu'attend la BCE pour intervenir ? Si elle avait bloqué le cours de l'euro à 1,20 dollar, auquel il était revenu au printemps 2009, cela aurait beaucoup aidé les pays d'Europe du Sud. La BCE est maintenant la seule banque centrale à ne jamais empêcher ou limiter l'appréciation de sa monnaie. Les investisseurs le savent et ils arbitrent trop souvent les monnaies faibles en les vendant contre l'euro... L'attitude même de la BCE contribue à un euro de plus en plus fort", s'insurge M. Brunet.

DEVISE INTERNE NON CONVERTIBLE

En l'absence de dépréciation de l'euro, ajoute M. Giraud, "une possibilité alternative serait de permettre à la Grèce et à d'autres pays fragiles d'émettre une devise interne, non convertible, ce qui leur permettrait de procéder à une dévaluation intérieure". Mais cette solution d'un "euro interne faible" - prônée aussi par Dimitrios Tsomocos, professeur à l'université d'Oxford - serait plus compliquée à mettre en oeuvre.

Pour éviter le marasme économique et social et la montée des extrémismes, un virage politique européen devrait être étudié. "La vraie sortie de crise pour la zone euro serait de combiner un protectionnisme douanier européen à des interventions de change de la BCE. De la sorte, le commerce extérieur se redresserait, ce qui doperait l'activité et permettrait enfin aux efforts budgétaires de se traduire effectivement par un redressement des finances publiques", estime M. Brunet.

Une telle politique devrait tolérer davantage d'inflation, qui allège le coût de la dette, tout en veillant à préserver le pouvoir d'achat salarial. Des mesures protectionnistes, comme cela est envisagé outre-Atlantique, cibleraient les pays accumulant de forts excédents par le dumping monétaire - telle la Chine.

La zone euro, plutôt que de punir ses "mauvais élèves", ferait bien de remettre ses dogmes en question.
Adrien de Tricornot


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1545 06-04-2011 06:35:13

Étienne
Message n°10504
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Prochaine conférence-débat sur les enjeux de la création monétaire,
à Paris, samedi 9 avril, 16 h


Salut à tous.

Juste un mot pour vous signaler, après la conférence-débat sur le tirage au sort de 2010, un nouveau rendez-vous, cette fois sur… les enjeux de la création monétaire smile
                                                                                                                                                             
Ce sera à Paris, ce prochain samedi, 9 avril, à 16 h, au café Le Lieu-dit, 6 rue Sorbier, à l’initiative du Repaire de La-bas si j’y suis du 20ème arrondissement.
                                                                           
Voici l’affiche et le programme :

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/20110409_Conf_MonnaieParis.jpg

Je ne suis pas très content de mon plan, dont certaines parties (celle sur le mécanisme de base, par exemple) sont encore assez mal articulées/structurées, je trouve ; mais le sujet est si vaste que j’ai du mal à trouver une progression naturelle, évidente, pédagogique et… complète.
Mais bon, on cherche, on progresse, ensemble.

Au plaisir d’y retrouver, peut-être, certains d’entre vous.



LES ENJEUX DE LA CRÉATION MONÉTAIRE POUR UNE SOCIÉTÉ.
CHÔMAGE ET MONNAIE ; MONNAIE, DÉMOCRATIE ET PROSPÉRITÉ.


CHÔMAGE ? Bas salaires ? Misère ?

- Pourtant, 1) il y a beaucoup de travail à faire, de nombreux grands chantiers urgents.
- 2) On a aussi des hommes, nombreux, prêts à travailler.

Alors ?

- Alors, 3) tout ce qui manque pour venir à bout du chômage, c'est DE L'ARGENT.

Ah bon ?

Et c'est compliqué de créer de l'argent ?

Au fait, qui crée l'argent ? Comment ? Et pour qui ?

Pour une société, l'argent est un peu ce que serait le sang pour un corps vivant : il en faut LA BONNE QUANTITÉ DISPONIBLE, ni trop ni trop peu, pour permettre à l'organisme d'effectuer tous les échanges qui lui sont nécessaires.

Eh bien, le croirez-vous, notre système actuel régule cette quantité en fonction de NOTRE HUMEUR ! Si nous sommes optimistes, confiants dans l'avenir, nous en créons beaucoup (trop, on va voir comment), et si nous sommes pessimistes, nous en détruisons (alors que nous en avons besoin plus que jamais) et nous nous anémions complètement (on va voir comment).

Ce système est idiot.
(Pas pour tout le monde.)

L'idée de cet échange public est de parler entre nous, simples citoyens, des mécanismes — actuels vs souhaitables —  de la création monétaire, pour cesser de nous faire promener par de prétendus "experts" dont la pensée est manifestement prostituée.

Plan :

Introduction
La monnaie est le sang de notre société active ; sa quantité disponible conditionne la prospérité ou la misère, et aujourd'hui, elle dépend (stupidement) de l'humeur du moment ; étudions les mécanismes, leurs nuisances et quelques alternatives :

I -      LA PRISON DE L'ARGENT-DETTE
        (le coup d'État permanent de LA MONNAIE PRIVATISÉE)


A – Le mécanisme de base :

Nos deux monnaies : la monnaie centrale et la monnaie des banques privées.
Le crédit avec réserves fractionnaires,
le seigneuriage (revenu de la création monétaire), d'abord partagé puis abandonné, la loi de 1973, l'art. 104 TM et 128 TL.
L'exemple de la Fed.
Rappel de ce qui relie la quantité de monnaie au niveau des prix : pas la quantité de monnaie, mais la rareté des biens et services. Donc on peut créer beaucoup de monnaie sans inflation, si on le fait progressivement et si on la met dans les bonne poches (Jean-Marcel Jeanneney) et en suivant l'intérêt général plutôt que l'intérêt des privilégiés.
La thèse libérale, dite "standard" : la monnaie neutre, simple "voile" sans conséquence sur les échanges…
L'humeur du temps comme stimulus (ultra critiquable) de la quantité de monnaie en circulation (Juglar et Allais)…

B – La soi-disant nécessité (à cause de la prétendue incurie de l'État) :

La "planche à billets" (au sens large puisque les banques commerciales ne créent pas du tout les billets de banque, bien sûr) privatisée est-elle plus en sécurité qu'aux mains de l'État ?
Le honteux mensonge de la très prioritaire lutte contre l'inflation, qui cache la priorité inavouable donnée au… chômage de masse ! (Fitoussi)

C – Les prétendus garde-fous :

L'obligation de refinancement (alors que nous sommes "hors banque" et que les BC refinancent sans rien refuser),
le besoin d'emprunteurs (alors que l'on prête bientôt aux clochards (cf. subprimes) et que, par ailleurs, le prêt aux États et aux collectivités publiques est devenu, de ce point de vue méconnu, une vraie corne d'abondance),
la concurrence entre banques (sans effet si elles s'entendent entre elles pour avancer de plus en plus vite mais au même pas),
des "professionnels du risque" (qui n'en prennent EN FAIT AUCUN et qui s'ingénient avec succès à sortir tous les risques de leurs bilans),
l'autorégulation (qui est évidemment un foutage de gueule révoltant),
le respect des lois (alors que les élus des banques leur écrivent des lois sur mesure)…

Il reste les fuites (besoin de monnaie fiduciaire et besoin de devises pour financer le déficit des transactions courantes) qui, c'est vrai, limitent encore la création monétaire par les banques privées, mais pas assez, et ces fuites ne règlent nullement le coup d'État .

D – les vraies nuisances, la soumission de tous (même l'État) aux porteurs d'argent (et a fortiori aux créateurs) :

L'exemple des pays sous-développés, jetés dans le piège de la dette odieuse. (Éric Toussaint, CADTM, aveux de Perkins assassin financier)

L'État ruiné :
  1. les ressources confisquées (les impôts des riches annulés),
  2. les dépenses inutiles imposées (l'emprunt aux riches imposé),
  3.les budgets (volontairement) déséquilibrés ==> l'État soumis aux dieux cruels des "marchés financiers" qui réclament des "sacrifices",

L'État corrompu : la classe politique aux ordres de ceux qui financent son élection, politiciens menant des politiques antisociales et antirépublicaines (guerres, destruction des services publics, libre échange, liberté des capitaux, politique monétaire chômagène, immigration massive pour dumping social, injustice fiscale favorable aux oisifs…), pour toujours plus de soumission des individus atomisés,

Et la Société affaiblie : les crises provoquées (par les banques), les entreprises alors achetées pour une bouchée de pain, et le chômage généralisé (par manque de monnaie) pour une docilité maximum (au lieu d'une inflation modérée qui aurait rendu la monnaie fondante).


Le conflit fondamental oppose les travailleurs aux rentiers oisifs.


II –       Quelques SOLUTIONS POUR FINANCER L'ÉCONOMIE : prendre le mal à la racine

A – Les solutions économiques :

Monnaie fondante (Gesell) (ou inflation (Keynes), avec indexation générale (Allais) des salaires, des loyers et des emprunts) ;
nationalisation des banques et Glass-Steagall Act (Keynes, Allais)  ;
"100 % money" (Fisher) ;
"reflation" (Jean-Marcel Jeanneney) par injection directe de monnaie permanente et gratuite (publique et indépendante de tout crédit)(Granjean, Galand, Major Douglas, Louis Even...) ;
fermer la bourse (Lordon, Généreux) ;
et généraliser la technique révolutionnaire et non étatiste des cotisations sociales (Bernard Friot).
Expériences monétaires passionnantes (Holbecq, Derudder, Cornu)(presque toujours sabotées par les banquiers) : le principal effet de la création monétaire reprise en main par les citoyens est, toujours et partout, la disparition (en quelques SEMAINES !) du chômage.


B – Les solutions politiques :

Sortir de l'élection (Chouard) (qui permet aux riches d'acheter le pouvoir politique et de bloquer le progrès social)
et imposer le tirage au sort (Chouard) (qui a bien fonctionné pendant 200 ans, soit autant que l'élection qui, elle, trahit ses promesses depuis 1789).


Conclusion

Finalement, 1) les citoyens ne font pas le lien entre le chômage (leurs difficultés personnelles) et la façon de créer la monnaie, donc ils n'en font pas un sujet politique majeur ; 2) le tirage au sort des représentants (et de leurs contrôleurs) serait la seule procédure incorruptible capable de rendre au peuple le contrôle public de la création monétaire, et là encore, personne ne fait le lien entre ses difficultés quotidiennes et son impuissance politique entretenue par l'élection des constituants :

1) Pas de prospérité avec une monnaie privée.
2) Pas de monnaie publique sans démocratie.
3) Pas de démocratie sans tirage au sort (de l'Assemblée constituante, d'abord).


En matière d'abus de pouvoir, si on veut être "à l'os", à la vraie cause des causes, comme le résumait bien Montesquieu : tout pouvoir est porté à en abuser, tout pouvoir va jusqu'à ce qu'il rencontre UNE LIMITE. Il est donc inutile de s'en prendre aux pouvoirs qui abusent (ils sont programmés comme ça, on pourrait presque dire que ce n'est pas de leur faute), il faut plutôt s'en prendre à l'indifférence de tous ceux qui devraient rester VIGILANTS ET IMPOSER DES LIMITES. Quelle limite imposez-vous, vous-même ?

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir, ce n'est pas aux ministres, ni aux parlementaires, ni aux juges, ni aux hommes de partis, d'écrire ou modifier la Constitution : l'Assemblée constituante doit être tirée au sort.

Mais il est inutile d'attendre que les élus décident ÇA : ils ne le feront JAMAIS.

C'est aux citoyens eux-mêmes d'imposer que l'Assemblée constituante soit tirée au sort.

Tout le reste suivra, naturellement : démocratie et prospérité.
Sans cela, les pires continueront à gouverner.

                                                   *****

Bibliographie : je vous parlerai des réflexions de :

•    Clément Juglar, "Des crises commerciales et de leur retour périodique" (1862).
•    Silvio Gesell, "L'ordre économique naturel : monnaie franche et sol franc" (1911).
•    Major Douglas (1879-1952) et Louis Even (1885-1974), "Le crédit social. Sous le signe de l'abondance".
•    John Maynard Keynes, "Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie" (1935).
•    Irving Fisher, "100% Money. La couverture intégrale." (1935).
•    Eustace Mullins, "Les secrets de la réserve fédérale (1952).
•    John Kenneth Galbraith, "La crise économique de 1929" (1954), "L'argent" (1975).
•    Jean-Marcel Jeanneney, "Écoute la France qui gronde" (1996).
•    Maurice Allais, "Pour l'indexation" (1990), "La crise mondiale aujourd'hui" (1999).
•    Pierre-Noël Giraud, "Le commerce des promesses" (2001).
•    John Perkins, "Les confessions d'un assassin financier" (2004).
•    Jean-Paul Fitoussi, "La politique de l'impuissance" (2005).
•    Éric Toussaint, "Banque mondiale, le coup d'État permanent" (2006) et "50 questions, 50 réponses sur la dette, le FMI et la Banque Mondiale" (2002).
•    Marie-Louise Duboin, "Mais où va l'argent ?" (2007).
•    Frédéric Lordon, "Jusqu'à quand ?" (2008), "La crise de trop" (2009), "Et si on fermait la bourse ?" (2010).
•    Matt Taibbi, "Goldman-Sachs, la grande machine à bulles" (2010).
•    André-Jacques Holbecq et Philippe Derudder, "La dette publique, une affaire rentable" (2008), "Argent, dettes et banques" (2010).
•    Christian Tutin, "La pensée monétaire de l'âge classique à nos jours" (2010).
•    Jean-Michel Cornu, "De l'innovation monétaire aux monnaies de l'innovation" (2010).
•    Bernard Friot, "L'enjeu des retraites" (2010).
•    Christian Gomez, "Une vieille idée peut-elle sauver l'économie mondiale ?" (2010).
•    Alain Soral, "Comprendre l'empire" (2011).

_________________

Je profite de ce message pour vous signaler une très intéressante citation de John Law (injustement calomnié pour des excès que le roi lui-même —et pas Law du tout— a commises, en contradiction expresse avec tous ses conseils explicites de prudence : John Law savait très bien qu’il ne fallait surtout pas créer trop de monnaie-papier au risque de tuer la poule aux œufs d’or) :

Chômage et monnaie

« Le commerce est intérieur ou étranger. [...]

Le commerce intérieur dépend de la monnaie ; une plus grande quantité emploie plus d'individus qu'une moindre quantité. Une somme bornée ne peut faire travailler qu'un nombre d'individus proportionné ; et c'est avec peu de succès qu'on fait des lois pour employer l'oisif et le pauvre dans les pays où le numéraire est rare.

De bonnes lois peuvent porter le numéraire au plus haut degré de circulation dont il est susceptible, et le contraindre aux emplois qui sont les plus profitables au pays ; mais aucunes lois ne sauraient aller plus loin, et l'on ne peut pas faire travailler un plus grand nombre d'individus sans une plus grande quantité de numéraire mis en circulation pour payer les salaires de ce plus grand nombre. On peut les amener à travailler à crédit ; mais cela n'est point praticable, à moins que le crédit n'ait assez de circulation pour fournir aux besoins des ouvriers ; dans cette hypothèse, le crédit est une monnaie, et produira les mêmes effets que la monnaie sur le commerce intérieur et étranger. »

John Law, Considérations sur le numéraire et le commerce (1705), in E. Daire, Économistes financiers du XVIIIe siècle, Paris, Guillaumin, 1843.

Bien sûr, j’ai mis ça en bonne place dans ma (précieuse) page ‘En vrac’.

Tout un chapitre, je crois inédit, est consacré à Law dans le précieux livre de Christian Tutin, "La pensée monétaire de l'âge classique à nos jours" (2010) (signalé en biblio).

Amicalement.

Étienne.

Hors ligne

 

#1546 06-04-2011 12:43:10

NingúnOtro
Membre
Message n°10505
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Deux commentaires, pour vous aider Étienne:

"Le conflit fondamental oppose les travailleurs aux rentiers oisifs."

Ce sont toujours vos préjugés "de gauche" qui vous font opposer les travailleurs et les rentiers "oisifs". Il ne faut JAMAIS prendre "les symptômes" qu'on croit identifier dans leur faits et leur nature à travers le filtre qu'on à acquis par une éducation pas du tout neutre dans la plupart des cas pour "les causes" réelles des faits. Ce qu'on croit être la cause est bien plus souvent ce qu'on à besoin de croire que ce qu'elle est réellement. Les rentiers ne doivent pas être si oisifs quand leurs stratégies nous écrasent si aisément. Ce n'est pas leur faute s'ils peuvent se permettre d'apparenter ne rien faire (ce qui n'est pas du tout le cas, mais cela leur sert que vous le croyez).


Il n'y à qu'une bonne solution pour le piège de la monnaie dans son état actuel: RENONCER à lui donner de la valeur. Des que les gens de base s'arrangent pour ne plus dépendre des 1.000€ de salaire mensuel... les 10.000 millions qu'impriment la FED ou la BCE dans leur guerre folle... ne vaudront plus rien du tout non plus. C'est la seule façon de se débarrasser de toutes ces tonnes de papier monopoly existantes qui pourissent n'importe quelle alternative.

Des qu'on renonce à l'argent reconnu aujourd'hui... tous ceux qui sont riches parce-que ils l'ont accumulé quand ils pouvaient perdent leurs avantages sur tous les autres citoyens et redeviennent tout aussi normaux que les autres. Ils partageront bien leurs propriétés physiques énormes quand ils ne pourront plus les nettoyer avec leurs seuls bras, n'ayant plus d'argent accepté pour payer le travail d'autrui.

Je pourrais continuer à vous donner des pistes, mais si je fais tout tout seul vous allez me prendre pour le bon Dieu smile .

Hors ligne

 

#1547 06-04-2011 13:45:48

beo
Membre
Message n°10506
Date d'inscription: 08-01-2009
Messages: 384

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bah, t'es déjà un très bon canal sur le cosmos, on est content de t'avoir parmi nous.

Par contre attention. en France 1000 personnes qui se débarassent de leur addiction à l'argent, c'est bien.

Par contre un million c'est dangereux. Pour eux.

Hors ligne

 

#1548 06-04-2011 13:55:55

AJH
Membre
Message n°10507
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Etienne
C'est trop abrupt... On peut être travailleur ET rentier (la plupart des travailleurs français qui ont une épargne)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1549 06-04-2011 19:45:59

Étienne
Message n°10508
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Jugé ou préjugé ?

NingúnOtro,

Ce ne sont pas des préjugés : ce sont des jugés.

Ce sont (peut-être) vos préjugés à vous roll qui vous font prendre mes jugés pour des préjugés hmm

Non ?

Étienne.

Hors ligne

 

#1550 06-04-2011 21:16:15

NingúnOtro
Membre
Message n°10509
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

C'est possible, Étienne. En tout cas subjectivement tout est possible.

Vous êtes libres de croire et juger ce que vous estimerez pertinent. Je respecte même votre droit à vous tromper.

Seulement je vois que vous cherchez toujours, souvent sans la moindre idée pertinente, en passant du piège démocratique au piège de l'argent, toujours aveuglé par la lumière d'un concept dont on vous à convaincu qu'il était parfait et que vous voulez donc forcément voir inclus dans la solution.

Le concept correct est l'humanisme. Le marxisme fut un expériment bourgeois conçu comme un cheval de Troie pour briser le pouvoir seigneurial de Nicolas, Tzar de Russie. Un expériment qu'ils ne réussirent pas à maitriser après les mutations qu'il accumula pendant son développement. La plupart des guerres et tout le McCarthisme qui ont eux lieux après la chute du Tzar ont été des manœuvres pour essayer de remettre ce génie (avec déviation génétique) dans sa boite à Pandora.

Bien sur, les neoliberaux (ce sont surtout les WASP -White Anglo-Saxon Protestants-, mais il faut inclure les Hollandais) ne sont pas des enfants de cœur, ils sont prisonniers de leurs propres logiques, mais surtout ils sont très conscients des caractéristiques du virus qu'ils avaient crée ET ACUTEMENT atterrés par le potentiel destructeur de la mutation (goulag, Pol Pot, Mao, Sendero Luminoso, Tian-am-men, ...). Surtout que l'égalité extrême que ceux qui ont été contaminés jugent être la solution finale ne peut être obtenue qu'avec l'obligation de la même lobotomie pour tous. Le retour à l'époque des cavernes.

Cela ne rend pas plus acceptables les mesures extrêmes (et tout aussi malades) des neo-libéraux pour se barricader derrière des défences à outrance, mais n'importe qui d'intelligent peut conclure, à condition de ne pas être aveuglé par le chant de sirènes d'un des deux, que la meilleure solution est de se débarrasser des deux extrémismes. Cela ne peut être fait qu'en étant conscient de la situation et en maintenant les deux dans un équilibre balancé pendant qu'on dégonfle petit à petit, ou grand à grand mais surtout en maintenant l'équilibre entre les deux, les sources de leur pouvoir... les exactions qu'ils imposent à leurs peuples pour armer leurs cannons.

Vous devriez faire l’effort de superposer des cartes du monde avec la distribution des différentes religions, avec l'EU et avec l'EFTA... vous trouveriez peut-être des raisons pour comprendre la situation de l'Islande, et savoir pourquoi la Grande Bretagne et l'Hollande, et précisément eux, jouent un rôle dans l'affaire ICESAVE. Cela vous donnerait peut-être des idées qui vous mèneraient à trouver pourquoi la révolution des Islandais est banni des médias mainstream pendant que les révolutions arabes reçoivent plus d'attention qu'elles n'en veulent.

Moi, avec mes jugés (ou mes préjugés, je respecte votre droit à avoir une opinion discrépante bien que je n'y voie pas l'utilité), je semble bien savoir ou je me trouve, même si tout seul je n'ai pas le pouvoir d'exercer une grande influence sur la situation parce-qu'il faut que d'autres veuillent bien faire la part qu'on ne peut pas gérer pour eux.

C'est vous qui ne semblez pas arriver à comprendre ou vous vous trouvez avec les pièces du puzzle que vous croyez génuines mais que vous n'arrivez pas à mettre toutes ensemble pour compléter l’œuvre.

Moi, il me manque juste les gens pour agir comme je sais qu'il faut agir. Dommage que je n'arrive à convaincre personne.

Dernière modification par NingúnOtro (06-04-2011 21:30:37)

Hors ligne

 

#1551 07-04-2011 08:16:33

beo
Membre
Message n°10510
Date d'inscription: 08-01-2009
Messages: 384

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Ben t'as qu'à apprendre l'espéranto. Ca élargira ton audience.

Hors ligne

 

#1552 07-04-2011 08:52:18

Étienne
Message n°10512
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Court et intéressant discours de Jacques Généreux (professeur d’économie à Sciences Po, dont les manuels sont limpides et passionnants) :

http://www.dailymotion.com/video/xhwt7f … from=embed

Abolir le pouvoir de l'argent, dans l'entreprise, dans la finance, dans le financement public, dans la gestion de la dette publique, dans la banque publique ; reprendre le contrôle public des mouvements de capitaux ; rester dans l'Union européenne (au secours !) mais violer radicalement toutes les directives européennes scélérates qui empêchent la justice sociale, puisque rien n'est prévu dans les traités pour punir les pays désobéissants...

Au passage, je vous recommande les livres de cet homme, qui sont parmi les meilleurs livres que je connaisse : « La dissociété » et « La grande régression », notamment, sont d’une intelligence encyclopédique rare.

Jacques Généreux porte bien son nom. Je trouve cet homme remarquable ; ce serait un formidable Président.
Voyez http://jacquesgenereux.fr/

Étienne.

Hors ligne

 

#1553 07-04-2011 09:01:41

AJH
Membre
Message n°10513
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Étienne a écrit:

ce serait un formidable Président.


Étienne.

Ses chances sont faibles dans une hypothèse de tirage au sort wink

Dernière modification par AJH (07-04-2011 09:02:00)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1554 07-04-2011 09:05:31

Étienne
Message n°10514
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

AJH a écrit:

Etienne
C'est trop abrupt... On peut être travailleur ET rentier (la plupart des travailleurs français qui ont une épargne)

Cher André-Jacques,

Tu as raison, mais il n'y a aucune contradiction avec ce que je dis : effectivement, on peut être travailleur ET rentier, et dans ce cas, on est alors partagé entre des intérêts contraires (cela arrive à tout propos dans bien d'autres domaines), mais il reste que la multitude des travailleurs est littéralement exploitée, rançonnée, maltraitée, désinformée, manipulée, par une poignée de rentiers oisifs dont le seul travail est d'inquiéter les travailleurs qui les font vivre (et de repérer et neutraliser les éventuels résistants).

Les FAITS qui corroborent cette synthèse-là se multiplient tous les jours.

Étienne.

Hors ligne

 

#1555 07-04-2011 09:11:06

Étienne
Message n°10515
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

AJH a écrit:

Étienne a écrit:

ce serait un formidable Président.
Étienne.

Ses chances sont faibles dans une hypothèse de tirage au sort wink

C'est tout à fait exact, mais il est aussi vrai que, avec le tirage au sort, les chances de se débarrasser de toutes les actuelles canailles politiciennes sont fortes. smile

Étienne.

Hors ligne

 

#1556 07-04-2011 09:34:42

AJH
Membre
Message n°10516
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Il est évident que je suis d'accord avec Etienne ( c'était un peu une manière de le "titiller" wink )


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1557 07-04-2011 09:52:49

beo
Membre
Message n°10518
Date d'inscription: 08-01-2009
Messages: 384

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bien d'accord, les autres ne lui arrivent pas à la cheville. Mais moi de toute façon je voterai blanc: marre de la monarchie présidentielle !

Hors ligne

 

#1558 07-04-2011 10:35:50

NingúnOtro
Membre
Message n°10519
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

beo a écrit:

Bien d'accord, les autres ne lui arrivent pas à la cheville. Mais moi de toute façon je voterai blanc: marre de la monarchie présidentielle !

Le vote blanc ne fait que renforcer leur pouvoir!

Même si ces votes ne sont attribuées à aucun parti, comme votes valides ils grossissent le montant des votes minimum que les petits partis doivent obtenir pour avoir droit à leur premier représentant. Moins les petits réussissent à entrer, plus les grands se partagent tout.

Ces jours-ci, en Espagne, ce sont les élections municipales et beaucoup d'élections régionales qui se préparent.

Sur le web, suite à l'adoption d'une loi scélérate qui vise le contrôle du net, la LOI SINDE (ou BIDEN-SINDE après avoir constaté la considérable influence des Ëtats Unis par le Cablegate de nos amis de WikiLeaks) par le Parti Socialiste, le Parti Populaire et Convergénce et Union (des régionalistes catalans), quelques-uns (dont je n'arrive pas à savoir leurs allégeances ou leur niveau d'intelligence) ont lancé viralement la campagne #nolesvotes (#nelesvotezpas) qui ne demande qu'une chose: voter n'importe quel autre parti, surtout pas un de ces trois la.

Lógiquement, cela peut sembler utile...

... mais mathématiquement... C'EST UN PIÈGE À CONS !!!

Il faut obtenir minimum 5% des votes pour avoir droit au premier représentant!

Cela veut dire, MATHÉMATIQUEMENT que... en procédant ex-absurdo...

En supposant par exemple que 20 petits partis se présentent et fassent leur campagne jusqu'au désespoir (c'est à dire qu'ils considèrent que c'est l'occasion ou jamais et mettent tout le paquet)...

... IL SUFFIRAIT QUE LA PLUPART D'ENTRE EUX OBTIENNENT PRÈS DE 5% (mais pas plus de 4,99%) POUR QUE jusqu’à  99,8% DE TOUS LES VOTES VALIDEMENT EXPRIMÉS... TERMINENT _LÉGALEMENT_, je repète... _LÉGALEMENT_ dans la poubelle. Même si les grands partis voyous n'obtenaient que 7, 10 ou 12% des votes... ILS SE DISTRIBUERAIENT ENTRE EUX TOUS LES REPRÉSENTANTS.

Avouez que comme blague... ELLE EST BONNE!


Alors, je me demande... ceux qui ont lancé #nolesvotes... est-ce que ce sont des gens à nous TROP STUPIDES? Ou est-ce que ce sont des gens à eux TROP INTÉLLIGENTS?

Bien sur, dans la populace (de bonne foi, sans doute, mais ou est donc passé l'intelligence -on dirait qu'on leur à servi la lobotomie chimique-) personne ne veut m'écouter... je suis le con qui ne veut pas faire l'idiot avec eux, ceux qui vont enfin mettre à genoux ces politichiens de merde qu'ils abominent.


Quelqu'un peut me dire ou se trouve l'arrêt du bus pour Andromède?

Dernière modification par NingúnOtro (07-04-2011 10:37:18)

Hors ligne

 

#1559 07-04-2011 10:46:18

beo
Membre
Message n°10520
Date d'inscription: 08-01-2009
Messages: 384

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Je ne parlais pas des législatives où le peuple doit bien sûr voter pour élire ses représentants.

Hors ligne

 

#1560 07-04-2011 11:04:39

NingúnOtro
Membre
Message n°10522
Lieu: Motril - Espagne
Date d'inscription: 18-05-2008
Messages: 579
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

beo a écrit:

Ben t'as qu'à apprendre l'espéranto. Ca élargira ton audience.

Tu as raison. l'espéranto est nécessaire.

Seulement je ne peu tout faire à la fois. Pour l'instant j'apprends à manier l’épée Pirate. Est-ce que les espérantistes ne considèreraient pas l'option de renforcer les rangs Pirates? Nous sommes humanistes (être des nerds informatiques n'est que transitionnel, à cause de la facilité pour établir des relations dans la distance), nous sommes déjà presque partout (embrionairement), nous avons des élus locaux (surtout dernièrement en Allemagne) et nous avons deux parlementaires européens (dont la plus jeune, Amelia Andersdötter, n'à que 22 ans.). Cela nous aiderait beaucoup de pouvoir nous débarrasser de la nécessité de faire la coordination en anglais. Je sais qu'il y à des espérantistes partout qui pourraient très bien s'en charger.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr