Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#161 31-03-2008 12:26:51

Étienne
Message n°3454
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

« Et si je devenais oisif ?
Qu’y a-t-il de pire qu’un patron ?
Ou la réflexion du banquier »

par B@@L sur oulala.net :

http://www.oulala.net/Portail/article.p … ticle=3328

C’est drôle et pédagogique… Intéressante présentation de l’escroquerie inhérente au nouveau métier des banquiers.

Hors ligne

 

#162 08-04-2008 17:56:31

Étienne
Message n°3469
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

N’est-ce pas pour cela que je suis sur terre ?!...
Par Ghislaine Saint Pierre Lanctôt
http://www.altermonde-sans-frontiere.co … rticle6309


Ghislaine Saint Pierre Lanctôt est une doctoresse et clinicienne québécoise, auteure des best-sellers "La Mafia Médicale", "le Procès de la Mafia Médicale" et plus récemment du livre "Que diable suis-je venue faire sur cette terre ?".

Un mandat d’arrestation a été prononcé le 3 mars 2008 pour défaut de comparaître à l’encontre de Ghislaine Lanctôt. Le 6 juin 2007, l’Agence du revenu du Canada avait signifié une sommation de comparaître le 18 juin 2007 en cour du Québec de Granby pour répondre à sept chefs d’accusation relatifs à l’impôt et pour omission de produire des déclarations de revenus.

QUE SE PASSE-T-IL ?

Jusqu’en 1994, j’ai accepté de payer les impôts pour l’entité fictive appelée "contribuable", une corporation que le gouvernement a créée, qui lui appartient et qui porte le nom de LANCTÔT, Ghislaine. Je croyais contribuer ainsi au bien public et je le faisais avec entrain. Que s’est-il passé pour que je stoppe complètement cette pratique ?

C’est par obéissance à mon "âme et conscience" que j’ai pris cette décision, depuis que je sais que :

1 - Les impôts ne servent pas au bien public. Ils vont directement dans les coffres des banquiers internationaux — propriétaires de la Banque du Canada — qui les utilisent pour financer les armes et les guerres, entre autres...

2 - La Banque du Canada n’appartient pas au Canada. Elle est un cartel de banques privées internationales qui créent la monnaie canadienne. Ce pouvoir de création de la monnaie était exclusif au gouvernement canadien. Il l’a cédé à la Banque du Canada en 1913. Depuis lors, le gouvernement emprunte (avec intérêt composé) de l’argent qu’il pouvait créer lui-même, sans coûts. C’est ainsi qu’une dette s’est constituée et que le peuple, les "contribuables" donnés en garantie, se saignent à blanc pour en payer uniquement les intérêts.

3 - Les services fournis par le gouvernement ne sont pas payés par les impôts. Ils sont financés à même de nouveaux emprunts encourus régulièrement. D’où la croissance constante de l’inflation et de la dette - capital et intérêts -.

4 - La dette est fictive, virtuelle. C’est une fausse dette. Aucun argent n’a été prêté par les banquiers propriétaires de la Banque du Canada. Ce sont des écritures sans aucune réserve qui sont enregistrées et utilisées. C’est de l’argent fictif, créé à partir de rien. Il n’y a pas de vraie dette !

5 - Les impôts sont à contribution volontaire pour les particuliers. Il n’y a pas de loi qui impose aux femmes et aux hommes vivants - des êtres humains en chair et en os - de payer l’impôt sur leurs revenus. Seules les corporations - des personnes fictives - sont tenues de payer l’impôt sur leurs profits (revenus moins dépenses).

EN PAYANT LES IMPÔTS :

Je me fais complice de tromperie et escroquerie publiques.

Je participe au financement des guerres et génocides dans le monde. Les Principes de Nuremberg n’interdisent-ils pas toute forme de collaboration, directe ou indirecte, avec un "crime contre la paix, un crime de guerre, un crime contre l’humanité" ?

J’endosse la dépossession des petits par les gros, je crée l’injustice sociale. Devant ce constat, mon âme m’interdit formellement de contribuer aux impôts.

D’ailleurs, même chez les autorités, le message est ambivalent quant au comportement à adopter. C’est établi, il faut toujours obéir aveuglément aux ordres des autorités. Sauf que, parfois, il faut obéir à sa conscience plutôt qu’aux ordres des autorités...

Je suis consciente de la perturbation qu’occasionne, pour les systèmes établis, l’obéissance à mon ’âme et conscience’. Peu importe le prix à payer, je demeure fidèle à mon ’âme et conscience’. C’est elle qui gère ma vie et je lui ai donné carte blanche. Quelle que soit l’issue de cette aventure, je me réjouis de contribuer à l’évolution de la conscience humaine. Après tout, n’est-ce pas pour cela que je suis sur terre ?!

Ghislaine Lanctôt

Hors ligne

 

#163 08-04-2008 18:50:31

AJH
Membre
Message n°3470
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bonjour

Un intéressant débat actuellement sur le blog de Paul Jorion
(qui est Paul Jorion ?: http://www.pauljorion.com/ )

3 articles avec des commentaires ... dans l'ordre:
1 - http://www.pauljorion.com/blog/?p=470 : Le scandale des banques qui « créent » de l’argent – Le retour ! (06/04)
2 -  Bonne question et mauvaise hypothèse (07/04)
3 - La monnaie : projet de réforme (08/04)

Amitiés

AJ

EDIT: le "3" avance fort : http://www.pauljorion.com/blog/?p=488

Dernière modification par AJH (10-04-2008 09:45:27)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#164 08-04-2008 18:52:23

AJH
Membre
Message n°3471
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Étienne a écrit:

N’est-ce pas pour cela que je suis sur terre ?!...
Par Ghislaine Saint Pierre Lanctôt
http://www.altermonde-sans-frontiere.co … rticle6309

Aux dernières nouvelles, elle est incarcérée...


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#165 12-04-2008 11:37:48

AJH
Membre
Message n°3482
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Voilà, le débat est clos sur le blog de Paul Jorion http://www.pauljorion.com/blog/?p=488 et les intervenants espèrent, comme il l'a promis, qu'il pourra intégrer la dernière mouture dans un article

Une réforme de la manière dont la monnaie est créée est indispensable. Cette réforme devrait prendre la forme suivante.

Toute création de monnaie doit relever de l’État et de l’État seul par l’intermédiaire de la Banque Centrale indépendante du pouvoir politique mais oeuvrant dans le cadre de la démocratie.

La monnaie créée et prêtée par la Banque Centrale à l’Etat ou aux collectivités publiques ne peut financer que des dépenses d’investissement, d’aide à des secteurs à vocation d’intérêt collectif tels que l’éducation, la santé et la protection de l’environnement, et en cas de crise ou de catastrophe naturelle. A l’exception de cela, les dépenses de fonctionnement et d’amortissement doivent être financées par les recettes fiscales.

La Banque Centrale détermine, afin de contenir l’inflation dans des limites raisonnables, de viser un objectif de plein emploi et de faciliter le développement durable de l’économie, la quantité de monnaie proposée et les taux d’intérêt auxquels les banques commerciales peuvent emprunter entre elles et auprès d’elle-même.

Le réseau des banques privées comporte 3 types de banques :
1. - Banques de dépôts : encaissements, paiements, garde de dépôts de leurs clients.
2. - Banques de prêts : le montant global des prêts ne peut excéder le montant global des fonds empruntés (épargne préalable ou émission monétaire de la Banque Centrale). Les financements proposés par les banques de prêts doivent être assurés par des emprunts dont le terme est au minimum de même durée.
3. - Banques d’affaires : investissent dans les entreprises les fonds empruntés au public ou aux banques de prêts.

Dans une perspective assurantielle, les banques ont le droit de couvrir leurs positions mais les positions nues, équivalentes à des paris directionnels sur l’évolution des marchés, leur sont interdites.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#166 12-04-2008 17:55:17

alainguillou
Membre
Message n°3483
Lieu: Nantes
Date d'inscription: 19-02-2006
Messages: 432
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Le deuxième alinéa me semble incompréhensible.

Est-ce lié à mes "à priori" idéologiques ? je ne le crois pas :

• Soit la "démocratie" concerne la BC , et alors, elle y est "soumise" d'une façon ou d'une autre, donc "non indépendante",
• soit rien ne change dans le système faussement "démocratique" actuel.

J'aurais souhaité un "pôle public de financement", donc un système mixte de création financière :

D'une part, une "monnaie commune européenne" pour donner du crédit-développement aux entreprises créatrices d'emplois durables et intégrant dans leurs critères de gestion "la modernité de la responsabilité sociale, environnementale et sociétale",

d'autre part, une "monnaie nationale" frappée par un État ayant la seule légitimité démocratique possible pour le faire au nom d'un peuple... et pour son usage.

... Mais les rêves des uns et des autres sont si vite catalogués dans le registre des "idéologies dépassées"...


... une « arme miraculeuse » (Aimé Césaire) pour la Résistance(...)contre ce qui endeuille l’être, souille, mutile, brise, l’élan de l’individu vers le « Champ des possibles »...(site de "poesie urgente")

Hors ligne

 

#167 12-04-2008 18:12:10

AJH
Membre
Message n°3484
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

En lisant les 56 réponses/débats/commentaires, tu t'aperçois qu'arriver à un consensus (qui satisfasse déjà celui qui écrira l'article et le publiera, probablement dans une grande "tribune") n'a pas été facile. Nous savons tous que c'est loin d'être parfait, mais déjà tellement loin de ce qui existe actuellement.

Je pense que la BC peut être indépendante tout en oeuvrant dans le cadre de la démocratie (imparfaite, évidemment) ... ex: la justice...


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#168 12-04-2008 18:25:04

AJH
Membre
Message n°3485
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Je reviens sur ce souhait d'une double monnaie...

Si la proposition était intégrée dans l'UE ou la zone euro (ne révons pas, tout au plus pourra t-elle faire réfléchir quelques personnes sur la nécessité de repenser un nouveau système monétaire), il n'y aurait plus besoin de double monnaie. Chaque Etat pouvant décider, sans que ca ne lui coûte d'intérêts, les investissements qu'il souhaite et les entreprises pouvant se financer de la même manière que maintenant (seulement, les intérêts reviennent à la collectivité).

Si je dois défendre une monnaie "secondaire", alors ce que je défends c'est la "monnaie sociétale" dans le cadre de financements d'Espaces Complémentaires Sociétaux http://tiki.societal.org/tiki-index.php … S-18points


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#169 25-04-2008 10:53:42

Étienne
Message n°3493
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Frédéric Lordon ouvre enfin un blog :
"La nouvelle pompe à phynance"
http://blog.mondediplo.net/La-pompe-a-phynance

Vous y trouverez un article très intéressant :

« Quatre principes et neuf propositions pour en finir avec les crises financières »
http://blog.mondediplo.net/2008-04-22-Q … ns-pour-en

Hors ligne

 

#170 25-04-2008 11:07:50

AJH
Membre
Message n°3494
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Je précise que la réponse de Frédéric Lordon à "Utopia" (qui citait le blog de Paul Jorion) , en me citant,  ne me "satisfait" absolument pas et j'espère que nous pourrons avoir un réel débat sur les motifs qui font rejeter à Frédéric le principe de "100% de réserves"

Dernière modification par AJH (25-04-2008 11:08:41)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#171 25-04-2008 18:55:41

Sandy
Membre
Message n°3497
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Le texte est vraiment trop technique, je trouve cela dommage, difficile d'y comprendre quelque chose, mais l'idée qui me semble intéressante c'est celle du dédoublement du taux d'intérêt au niveau des banques et de la banque centrale, créer un taux d'intérêts s'appliquant uniquement aux crédits destinés à financer l'économie réelle, et un taux d'intérêts s'appliquant uniquement aux actions financières

Mais qu'en serait-il dans un tel système de l'idée développée ici de rendre à l'état la possibilité de financer lui-même ses investissements ?

Hors ligne

 

#172 25-04-2008 19:25:11

AJH
Membre
Message n°3499
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Sandy a écrit:

Mais qu'en serait-il dans un tel système de l'idée développée ici de rendre à l'état la possibilité de financer lui-même ses investissements ?

Je n'ai pas encore réussi à avoir de F.L.  son argumentation sur ce qui me semble pour le moment de sa part un rejet de cette proposition.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#173 27-04-2008 07:20:45

Jacques Roman
Membre
Message n°3508
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Pétition http://www.stop-finance.org

J'ai signé la pétition, même si le texte ne me convient pas à 100 % : l'essentiel y est.

À cette occasion, je rappelle le texte figurant dans le projet préliminaire CIPUNCE Rév. 14 de "constitution de la Confédération européenne"  (http://www.cipunce.net) :


Article [82] : Principes socioéconomiques à caractère constitutionnel

1.  Principe socioéconomique général.  La Confédération a pour principe que l’économie est au service de la société et de ses membres.

2.  Libertés économiques

a)  La liberté d’entreprise est garantie.

b)  La liberté de circulation des personnes, des biens  et des services et la liberté d’établissement sont garanties à l’intérieur de la Confédération et en conformité avec son droit.

c) Les points [a) et b)] du présent article s’entendent sous réserve des autres dispositions de la Constitution et de la faculté pour la Confédération de prendre des mesures d’exception dans son intérêt, celui des États membres et celui des populations.

3.  Biens publics.  Est bien public tout bien que la loi range dans le patrimoine commun.  Un bien public n’est aliénable que par la loi.

4.  Services publics.  Tout service d’intérêt économique général impliquant égalité d’accès, continuité et adaptabilité et tout monopole de fait constituent des services publics.  Il appartient à chaque État membre de fixer par la loi les modalités de prestation de ces services, notamment de décider dans chaque cas s’il convient de recourir à l’expropriation pour cause d’utilité publique.

5.  Modalités d’application des principes socioéconomiques.  La loi organique précise les modalités d’application des principes énoncés au présent article.


JR

Hors ligne

 

#174 29-04-2008 19:25:09

Étienne
Message n°3510
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

« Les Quatre principes et neuf propositions pour en finir avec les crises financières de Frédéric Lordon »

Un débat alléchant s’engage sur le blog de Paul Jorion :

http://www.pauljorion.com/blog/?p=525

Étienne

Hors ligne

 

#175 14-05-2008 18:16:52

Sandy
Membre
Message n°3524
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

bonjour AJH, votre graphique sur la dette semble reposer sur l'idée qu'avant la réforme des statuts de la banque de france en 1973 l'état avait recours à des emprunts sans intérêts

était-ce réellement le cas ?

selon ce lien :
http://www.banque-france.fr/fr/stat_con … tresor.htm

les emprunts sans intérêts ont seulement eu lieu de 1936 à 1940 et de 1972 à 1973 non ?

Hors ligne

 

#176 16-05-2008 10:58:11

Étienne
Message n°3530
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

La dette publique est une affaire très rentable, mais pour qui ?
un nouveau livre d'André-Jacques, passionnante synthèse.



André-Jacques Holbecq et Philippe Derudder publient ces jours-ci un livre que j'ai trouvé excellent et que je vous recommande chaleureusement :

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Couverture_dette_publique_affaire_rentable_AJHPD922x500.jpg


Préface :

Tous les citoyens devraient parfaitement connaître les mécanismes élémentaires de la création monétaire et de la dette publique : notre émancipation politique et économique dépend directement — et inévitablement — de notre émancipation monétaire. À ce simple titre, ce livre est important et pourra sans doute changer votre compréhension du monde, comme il a changé la mienne.

J’étais, en 2005, tout entier consacré à l’analyse de nos institutions (françaises et européennes) ; j’avais compris, cette même année, que ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir, que tous les abus de pouvoir étaient rendus possibles par la malhonnêteté des processus constituants. Je discutais sur mon forum des grands principes d’une bonne Constitution, et nous écrivions sur le wiki une Constitution d’origine Citoyenne, ce que j’appelle le site du «Plan C».

J’avais donc commencé à construire un outil — que je crois inédit et prometteur — pour une prochaine émancipation générale. Mais je négligeais complètement, par ignorance, un point absolument essentiel, un point à cause duquel toute solution politique semble effectivement interdite. André-Jacques Holbecq est venu un jour sur le forum du Plan C et a créé un fil étrange dont le titre était «Reprendre la création monétaire aux banques privées»…

La réaction fut rapide et le fil de discussion est devenu un des plus actifs et riches du site : nous progressons tous ensemble assez vite sur ce sujet décisif et méconnu: ce sont les banquiers privés qui maîtrisent le pouvoir politique, et la maîtrise privée de la création monétaire est un verrou diabolique qui interdit en profondeur tout droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Par habitude, par ignorance, par négligence, nous acceptons sans le savoir une profonde servitude non nécessaire: il n’y a rigoureusement aucune raison d’abandonner la création monétaire aux banques privées.

Ainsi, des sommes considérables, celles des intérêts de toute cette création monétaire privée, sont retirés depuis des décennies à la collectivité française, dans la plus grande discrétion et sans la moindre justification politique ou économique, et sans le moindre débat public sur le sujet.

De plus, une dette publique extravagante, annuellement renouvelée, complètement asphyxiante pour les services publics et pour le bien-être général est née de cette invraisemblable ponction. Cette dette est très injustement imputée à la prétendue incurie de l’État : il n’en est rien, puisque les dépenses publiques restent assez stables en France depuis des décennies. Non, c’est bien d’un racket privé de la richesse publique qu’il est question à la source de la dette publique, depuis 1973 en France, et partout dans le monde ; à l’évidence, l’internationale des banques existe déjà bel et bien, et il est plus que temps de la repérer et d’en décrire les méfaits.

Comprendre cette servitude injuste et la faire connaître à tous les citoyens, c’est déjà préparer notre prochaine libération.

Puisqu’on m’en donne ici l’occasion, je vais remercier André-Jacques Holbecq et Philippe Derudder du fond du cœur : ils ont, dans leurs différents livres, écrits seuls ou en commun, considérablement enrichi mon analyse politique des abus de pouvoir en me rendant sensible un rouage déterminant dans l’oppression des hommes (nés libres) par le travail forcé. Tous deux cherchent honnêtement, ils écoutent tout le monde, ils passent des milliers d’heures à expliquer et expliquer encore ce qu’ils ont compris.

Et, puisqu’il est presque mon voisin, André-Jacques devient un ami ; et je le vois progresser à toute vitesse, en nous emmenant avec lui.

Il est généreux et pragmatique, il reconnaît tout naturellement ses erreurs, son action est utile, très utile, pour le bien public. Je suis heureux de l’avoir rencontré et je vous engage à le découvrir à votre tour.

Étienne Chouard

Hors ligne

 

#177 16-05-2008 19:51:58

AJH
Membre
Message n°3531
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Sandy a écrit:

bonjour AJH, votre graphique sur la dette semble reposer sur l'idée qu'avant la réforme des statuts de la banque de france en 1973 l'état avait recours à des emprunts sans intérêts

était-ce réellement le cas ?

selon ce lien :
http://www.banque-france.fr/fr/stat_con … tresor.htm

les emprunts sans intérêts ont seulement eu lieu de 1936 à 1940 et de 1972 à 1973 non ?

Bonjour Sandy

Depuis l'après guerre la Banque de France a toujours été un établissement public. Quand la BdF avait l'autorisation de faire des "avances au Trésor" les intérêts que payait l'Etat à la Banque de France, lorsqu'il en payait (vous avez raison de souligner ces deux périodes), revenaient d'une manière ou d'une autre (dividendes ou impôts) à l'Etat.
Malheureusement l'article 25 de la loi du 3 janvier 1973 précise "Le trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France", ce qui signifie que le trésor public ne peut présenter les garanties que lui, l'Etat ou les collectivités publiques auraient émis, à l'escompte de la Banque de France.
Donc, l'Etat finance ses besoins (excédant les recettes fiscales) sur divers marchés... en payant des intérêts aux détenteurs d'épargne...

Cordialement
AJH


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#178 17-05-2008 23:24:58

Étienne
Message n°3533
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

« Demain, C’est l’An 2000 ! »
un livre apparemment passionnant de Jean-Gaston Bardet (1907-1989), écrit en 1950,
et signalé par ‘Rumbo’ sur l’excellent blog de Paul Jorion,
dans le billet « Surplus et masse monétaire » :
http://www.pauljorion.com/blog/?p=544


« En réponse à cette question primordiale du surplus et de la masse monétaire, voici, ci-dessous, un extrait du livre prophétique de l’architecte Jean-Gaston BARDET (1907-1989) - Demain, C’est l’An 2000 ! - écrit en 1950. Les 58 ans écoulés depuis sa parution ne font que confirmer, chaque année, chaque jour, la justesse de cette approche du modèle historique bancaire qui s’exerce sans pitié sur le monde dit “moderne”.

Aussi je ne saurait trop recommander l’étude (hélas pour le moment seulement en anglais) du major Clifford Hugh DOUGLAS (1879-1952) qui a démontré que les intérêts bancaires de l’argent mis en circulation, aujourd’hui trouvant [leur] origine à peu près à 100% dans la création monétaire ex-nihilo par les banques commerciales, alourdissaient irrémédiablement et stérilement les prix que nous payons au quotidien d’un gros 1/3 (à son époque). Actuellement, Magrit KENNEDY, qui est aussi architecte et très avancé(e) en économie, contrôle que la proportion des intérêts dans la composition des prix monte en moyenne jusqu’à 40%. De même les impôts que nous payons servent à rembourser les intérêts bancaires des dettes publiques, impôts qui, en grande partie, finissent dans les poches des actionnaires des banques commerciales et autres fonds privés, etc.

Les actionnaires, mêmes richissimes, une fois qu’ils ont réinvesti, ne pourront jamais acheter et absorber personnellement toute la production des biens et des services, tandis que les salariés ne peuvent en aucune façon acheter la proportion réelle de toute la production qui leur revient, leur revenus se trouvant d’autant diminués par les intérêts bancaires écrasants dans leur ensemble. Les producteurs des biens et des services sont et seront toujours frustrés (même et surtout s’ils ne savent pas pourquoi, ce qui est le cas) de ne pouvoir obtenir les revenus correspondant exactement à la valeur monétaire de ce qu’ils produisent.

Voici un extrait du livre, plus actuel que jamais, de Jean-Gaston BARDET, architecte et urbaniste :

« (…) L’homme ne peut rien créer ex-nihilo. L’argent-négatif ou dette peut, et doit, être détruit par un jeu d’écritures sur le grand Livre : la colonne Avoir équilibrant la colonne Doit. Mais subsiste l’intérêt à payer, qui ne le peut être que grâce à une nouvelle création — ex-nihilo — d’argent-négatif et ainsi de suite… Il se produit une boule de neige de dettes, une marée d’argent-négatif, de néant, qui augmente sans cesse et entraîne la destruction obligatoire des biens réels.

Le chaos économique qui conduit chaque pays à l’alternative : révolution ou guerre, provient d’une méconnaissance de vérités élémentaires, tant des marxistes d’ailleurs, que des économistes libéraux. Marx, en effet, n’a nullement soupçonné le mécanisme de l’argent-négatif, et a reporté ses attaques contre le profit et la propriété. Ces derniers ayant toujours été defendus — dans de justes limites — par l’Église, mère des Pauvres, la sagesse commandait de chercher une autre explication.

La voici. Pour qu’il n’y ait pas coexistence de surproduction et de sous-consommation, il faut que le revenu national puisse acheter la production nationale donc lui soit égal, la soupape des exportations étant de plus en plus réduite dans un monde qui s’unifie .

Or tout prix comporte deux parts : l’une de travail, l’autre de capital, l’une A) de salaires personnels (directs ou indirects mais versés à des personnes pour leur consommation), l’autre B) de rémunération des capitaux engagés, qui sont des capitaux d’argent-négatif en majeure partie — la monnaie légale servant à peine à 5% des échanges (avoua lors de l’enquête précitée M. C. Towers, gouverneur de la Banque du Canada). Tel est le phénomène A + B découvert expérimentalement par le major Douglas en 1920 et au sujet duquel M. de Valera déclarait en 1942 : “Malgré mes demandes réitérées, aucun économiste n’a pu me démontrer la fausseté de ce théorème”.

Si donc les producteurs touchent un total a, ils ne peuvent, en aucune façon, acheter un total A + B ; le revenu national reste toujours - inférieur - à la production nationale. Il y aura toujours des surplus et les consommateurs seront toujours en état de sous-consommation. Telle l’origine du phénomène surabondance-misère qu’aucun dirigisme ne peut réduire.

Faut-il souligner que plus la structure productrice est concentrée, plus les investissements dans d’énormes machines sont gigantesques, plus B croît aux dépens de A dans l’équation, moins les salarié peuvent acheter leur production, plus la misère augmente, ce qui se vérifie depuis un siècle, quelle que soit l’augmentation continue des salaires.

Le remède financier — dont nous avons déjà montré dans nos autres chapitres la valeur économique — consiste d’une part dans le micro-machinisme et la décentralisation diminuant B. Et d’autre part, dans le retour à l’État de son droit régalien de battre monnaie, enfin dans l’utilisation de crédit public retrouvé, sans intérêt, pour la construction des services publics nationaux, régionaux (routes et hôpitaux, écoles et forêts, etc) où la part de salaires personnels est maxima et qui sont en dehors du circuit : Production, dans lequel doit jouer seulement la monnaie légale.

Faut-il faire remarquer que, quelle que soit la Distribution : structure du commerce et répartition des biens parmi les citoyens, cela ne joue qu’à l’intérieur de A . Il peut y avoir des injustices, des bénéfices scandaleux ou un gaspillage dû à une cascade d’intermédiaires, mais les Salaires totaux, plus ou moins bien répartis, doivent d’abord permettre d’acheter la Production totale.

Le système bancaire actuel, autrement dit l’usure-à-l’argent-négatif ne peut rien créer de positif, il est très axactement inverti. Il prospère en temps de guerre, s’épanouit, apporte la prospérité matérielle aux ouvriers requis en usine, aux fournisseurs de l’État et aux fabriquants de munitions, pendant que la fleur de la nation est tuée ou mutilée. Il languit en temps de paix, se contracte, apporte le rétrécissement du pouvoir d’achat, les faillites, banqueroutes, le chômage et toutes les misères à la clé. Pourquoi ce paradoxe?

Il y a toujours assez de pouvoir d’achat pour les buts de guerre PARCE QUE les biens créés sont détruits. Ainsi la sous-consommation peut être ordonnée au nom du patriotisme, tandis que la surproduction est liquidée.


Il ne s’agit point de mettre au pilori les banquiers actuellement inconscients, mais de considérer les faits. Les faits sont les suivants, ils crèvent les yeux : l’usure-à-l’argent négatif conduit à fournir toujours assez d’argent pour la guerre, la mort et la destruction, et jamais assez pour la paix, la vie et la construction. Plus la guerre est terrible, dévastatrice, plus de pouvoirs d’achat sont créés, plus le flot d’argent-négatif s’enfle ainsi que les bénéfices des usuriers.

Mais ce gonflement ne peut avoir lieu avec des biens qui encombreraient le marché, puisque les salaires sont toujours insuffisants pour les acheter, et ne peut avoir lieu que dans un seul cas, celui de la destruction délibérée des stocks. Le système ne fonctionne avec - efficiency - que si l’on détruit des biens réels. Il conduit implacablement à la guerre. »

Jean-Gaston BARDET (1950)

Hors ligne

 

#179 17-05-2008 23:59:21

Sandy
Membre
Message n°3534
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

AJH a écrit:

Sandy a écrit:

bonjour AJH, votre graphique sur la dette semble reposer sur l'idée qu'avant la réforme des statuts de la banque de france en 1973 l'état avait recours à des emprunts sans intérêts

était-ce réellement le cas ?

selon ce lien :
http://www.banque-france.fr/fr/stat_con … tresor.htm

les emprunts sans intérêts ont seulement eu lieu de 1936 à 1940 et de 1972 à 1973 non ?

Bonjour Sandy

Depuis l'après guerre la Banque de France a toujours été un établissement public. Quand la BdF avait l'autorisation de faire des "avances au Trésor" les intérêts que payait l'Etat à la Banque de France, lorsqu'il en payait (vous avez raison de souligner ces deux périodes), revenaient d'une manière ou d'une autre (dividendes ou impôts) à l'Etat.
Malheureusement l'article 25 de la loi du 3 janvier 1973 précise "Le trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l'escompte de la Banque de France", ce qui signifie que le trésor public ne peut présenter les garanties que lui, l'Etat ou les collectivités publiques auraient émis, à l'escompte de la Banque de France.
Donc, l'Etat finance ses besoins (excédant les recettes fiscales) sur divers marchés... en payant des intérêts aux détenteurs d'épargne...

Cordialement
AJH

Et c'est bien ce que j'ai du mal à comprendre, pourquoi faire payer des intérêts à l'état si ces intérêts reviennent intégralement à l'état ensuite ?
Vous dites que cela revenait dans les caisses de l'état soit par des paiements d'intérêts soit par les impôts, pouvez-vous ètre plus concret svp ?

Hors ligne

 

#180 18-05-2008 08:43:17

AJH
Membre
Message n°3535
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

A propos de l'extrait de Jean-Gaston BARDET cité par Étienne...

Je suis évidemment d'accord sur le fond du problème et plus globalement les idées défendues par les défenseurs du "crédit social" ... le développement que nous avons fait de l'écosociétalisme ( http://wiki.societal.org/ ) intègre une bonne part de ces idées .

Juste un point.... si je suis tout à fait d'accord avec la proposition " mais les Salaires totaux, plus ou moins bien répartis, doivent d’abord permettre d’acheter la Production totale." je m'oppose à l'idée d'une forte relation avec la quantité de monnaie qui est exprimée dans cet extrait. En effet, les créditistes et Bardet ne tiennent pas compte de la vitesse de circulation de la monnaie ( voir par exemple l'apologue "la Dame de Condé" sur http://wiki.societal.org/tiki-index.php … eParadigme ).


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#181 18-05-2008 08:55:09

Étienne
Message n°3536
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Cher André-Jacques,

Si on n'a pas assez de signes monétaires en circulation, on peut augmenter la vitesse de circulation pour échanger plus de richesses, ok, (pourtant, est-ce cette vitesse se décrète ? il me semble que non) ; mais ce qui est ici souligné c'est que la monnaie distribuée doit être suffisante pour acheter les richesses produites, non ?

Et cette idée-là semble très pertinente, je trouve.

hmm

Est-ce que tu as du nouveau sur les paramètres qui déterminent la vitesse de circulation de la monnaie (aujourd'hui environ 1, sans qu'on sache trop pourquoi, apparemment) ?

Étienne.

Hors ligne

 

#182 18-05-2008 09:28:08

AJH
Membre
Message n°3537
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Sandy a écrit:

Et c'est bien ce que j'ai du mal à comprendre, pourquoi faire payer des intérêts à l'état si ces intérêts reviennent intégralement à l'état ensuite ?
Vous dites que cela revenait dans les caisses de l'état soit par des paiements d'intérêts soit par les impôts, pouvez-vous ètre plus concret svp ?

Oui, c'est vrai, pourquoi le Trésor Public payait-il des intérêts à la Banque de France ? J'avoue que je n'en sais trop rien...  peut être (mais sans aucune certitude) pour de simples problèmes comptables ?

Pour la seconde question, c'est plus simple. Comme la Banque de France est une institution dont le capital appartient à l'Etat, les intérêts payés entrent dans son bilan (chiffre d'affaire). La BdF, comme toute société doit payer des frais, des loyers, des salaires, des cotisations sociales,  des investissements,  etc. Reste son  bénéfice brut qui est soumis à l'impôt sur les sociétés. Le bénéfice net est distribué aux actionnaires (nonobstant les réserves que la société peut décider) et comme le seul actionnaire est l'Etat...

On trouve page 7 des comptes annuels de la BdF  http://www.banque-france.fr/fr/publicat … F_2007.pdf " Le dividende versé à l’État s’élève à 1 739 millions d’euros. Le solde, soit 0,1 million d’euros, a été laissé en report à nouveau." et page 9 "Impôts sur les bénéfices : 1 396 millions d'euros "

Cordialement

AJH


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#183 18-05-2008 09:47:15

AJH
Membre
Message n°3538
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Étienne a écrit:

Cher André-Jacques,

Si on n'a pas assez de signes monétaires en circulation, on peut augmenter la vitesse de circulation pour échanger plus de richesses, ok, (pourtant, est-ce cette vitesse se décrète ? il me semble que non) ; mais ce qui est ici souligné c'est que la monnaie distribuée doit être suffisante pour acheter les richesses produites, non ?

Et cette idée-là semble très pertinente, je trouve.

hmm

Est-ce que tu as du nouveau sur les paramètres qui déterminent la vitesse de circulation de la monnaie (aujourd'hui environ 1, sans qu'on sache trop pourquoi, apparemment) ?

Étienne.

Mon cher Étienne
Tu as raison, "la monnaie distribuée doit être suffisante pour acheter les richesses produites " et c'est bien pour cela que j'approuve l'expression  " mais les Salaires totaux, plus ou moins bien répartis, doivent d’abord permettre d’acheter la Production totale " .... mais ce que je veux dire, c'est que c'est évidemment le cas dans notre société (je ne vois pas de surplus qui ne peuvent être achetés "globalement") .. il y a assez de monnaie, avec une vitesse de circulation sensiblement de 1 comme tu le soulignes (il y a ensuite un problème de répartion évident des revenus, mais c'est un autre sujet).

Il y avait entre 1980 et 2000 une Vitesse de Rotation de la Monnaie (pour ceux qui l'ignorent, c'est le PIB divisé par la masse monétaire M1)  de 4,  et tu as raison, la VRM ne se decrete pas, c'est une conséquence de choix individuels ... la seule explication (me semble t-il) c'est l'inflation ou le sentiment d'un risque d'inflation ... "la monnaie "brule les doigts"" et les gens achètent au lieu de "placer" ... Tiens, ça serait une question à poser à Frédéric (tu le fais ?)... il y a peut être une explication que je ne connais pas ...

AJ

Dernière modification par AJH (18-05-2008 09:47:57)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#184 31-05-2008 09:05:27

Étienne
Message n°3595
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

« La dette prend aux pauvres pour donner aux riches »

Avec France Inter, la chronique de Bernard Maris, journaliste et écrivain :

http://www.marianne2.fr/La-dette-prend- … 87685.html

« La dette publique doit être réduite, surtout parce que les intérêts perçus par les banques privées qui prêtent à l'État, viennent des impôts, en particulier de la TVA.

Retour sur la dette publique : Bruxelles vient de demander à la France d'être un peu plus rigoureuse.

La sempiternelle affaire de la dette publique ! 1 180 milliards d'euros. «Déficit public, le mal français» titrait Le Monde. Et bien, revenons une fois de plus sur ce «mal».

1) d'abord, l'État accuse les collectivités territoriales, qui sont en effet les responsables de l'augmentation de la dette. C'est d'un cynisme invraisemblable: L'État a transféré ses charges aux collectivités territoriales, par exemple la gestion du Rmi ou encore les politiques d'aides aux personnes âgées, et 70% des investissements publics sont réalisés par les collectivités territoriales. C'est énorme. C'est aussi la preuve que l'État ne fait plus son travail, c'est un choix.

2) Qu'est-ce qu'une dette ? Quand vous empruntez pour contruire votre maison, vous êtes endettés. Etes-vous coupable pour autant ? Pas du tout ! Vous espérez, par votre travail dans les années futures, rembourser votre dette et payer votre maison.

On peut imaginer que la dette publique aussi, sera remboursée par du travail futur.

Réponse : non, parce que les dépenses publiques sont des dépenses de fonctionnement.

Un transfert des pauvres vers les riches

Autrement dit, les dépenses publiques ne sont pas faites pour constuire une maison. Et si les dépenses publiques étaient faites pour construire une maison, la maison publique. Les policiers ? Inutiles ? Ils gardent la maison. Les professeurs. Inutiles ? Ils construisent la maison. Les chercheurs, les infirmiers, etc.

Et une maisons construite par le privé ne serait pas mieux construite. Le privé construit en papier, à court terme. Il construit pour lui, et non pour la collectivité. Il ne regarde ni l'environnement, ni la beauté, ni la recherche désintéressée. Et pourtant, il faut réduire la dette... Pourquoi ? Parce que nous payons les intérêts de la dette aux banques privées qui nous prêtent. L'impôt paye les intérêts de la dette. Or l'impôt, en France, est largement proportionnel. La grande part de l'impôt est la TVA, payée par les pauvres autant que par les riches. En revanche, les intérêts de la dette sont perçus par les personnes les plus aisées. La dette réalise dont un transfert fiscal des plus démunis vers les plus aisés. C'est uniquement pour cette raison que la dette doit être réduite.

Non pas une phrase mais un livre : La dette publique, une affaire rentable par André-Jacques Holbecq et Philippe Derudder, Editions Yves Michel. »

Bernard Maris

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/Couverture_dette_publique_affaire_rentable_AJHPD922x500.jpg



Pour écouter le son de cette chronique :
http://www.radiofrance.fr/franceinter/c … p?id=68199

Hors ligne

 

#185 03-06-2008 23:24:51

Étienne
Message n°3597
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

« La macroéconomie étudiée librement par Jean Bayard »
Un site étonnant, fourmillant d’idées et de formulations originales et séduisantes ; à travailler…
http://www.bayard-macroeconomie.com/macroeconomie.htm

« Aujourd'hui retraité, Jean Bayard a achevé sa carrière professionnelle dans une multinationale en qualité de directeur des études financières. En 1980, il s'est intéressé à l'économie et, utilisant essentiellement ses connaissances comptables et financières, s'est livré à des travaux de recherche concentrés sur les comptes nationaux et effectués à partir d'une expression mathématique (que l'on trouve dans la plupart des manuels d'économie) démontrant l'égalité existant entre l'épargne et l'investissement. On doit cette égalité au célèbre économiste anglais John Maynard Keynes.

Ainsi, la même année, en créant de toutes pièces une comptabilité nationale, il a découvert une loi macro-économique qui commande l'allure de marche de toute activité nationale. Il a consacré les premières années qui ont suivi, à la mise au point et à la vérification de cette loi. Il a ensuite orienté ses travaux vers l'étude et la recherche des causes de phénomènes économiques qui agissent trop souvent sur notre vie quotidienne à notre corps défendant et dans l'impuissance générale. Pour pénétrer dans le maquis des circuits de la monnaie, il a dû retracer les schémas d'écritures comptables complexes, seul moyen de démonter les mécanismes monétaires. Enfin, praticien de formation il a écrit non sans peine la théorie de cette loi. Sous l'angle de cette découverte et à l'écart des sentiers battus, les pistes empruntées peuvent expliquer un résultat en totale contradiction avec les théories qui jalonnent le parcours de notre incapacité à affronter les réalités économiques de notre époque.

Plus de vingt-cinq années de travail ne serviraient à rien si les résultats obtenus n'étaient diffusés. Toutes les tentatives de publication faites jusqu'à présent ont échoué. Pourtant, un économiste éminent : le professeur Alain Cotta s'est intéressé à ses travaux, au point d'en proposer spontanément le manuscrit à son éditeur, malheureusement sans succès. Il est en effet difficile de faire passer un message qui se situe en marge des dogmes reconnus, qui bouleverse l'ordre établi et surtout menace des institutions monétaires et statistiques aussi solides que celles qui nous dirigent.

Grâce à Internet, il n'y a plus de politique éditoriale de l'éditeur ou de ligne politico-dogmatique du rédacteur en chef pour s'opposer à la publication d'oeuvres ou d'articles de presse. Le public devient sans entrave aucune le seul juge. »

Téléchargez ici son livre au format pdf

Voici l’introduction, ça donne vraiment envie de lire la suite !

« La croissance, ça se décrète ! Tout simplement parce que l'activité nationale de production se finance comme n'importe quelle activité d'entreprise et qu'un financement, ça s'organise. Mais, comme à l'heure actuelle on ne le sait pas, son financement s'opère de manière anarchique parce qu'il obéit à des effets d'ensemble non ordonnés, donc conjoncturels.

La croissance, ça se décrète ! Mais pour l'admettre, il faudrait s'affranchir tout spécialement des théories monétaristes de l'inflation qui paralysent tout essor économique. La pensée économique contemporaine, dominée par des théoriciens à cent lieues des réalités de ce monde, est littéralement envahie par l'inflation. On est en présence d'une erreur collective monumentale due à un syndrome généralisé. Partout dans le monde on a réussi l'exploit insensé de vaincre l'inflation par un sévère blocage du développement économique et social dont l'emploi et le pouvoir d'achat font les frais.

Non, la croissance ne relève pas de formules incantatoires ainsi qu'on pourrait fort bien le croire si l'on en juge par les propos et l'attitude des spécialistes lorsqu'ils sont en quête de reprise économique. La croissance n'est rien d'autre que la différence existant entre les mesures d'activité de production nationale de deux périodes successives, ayant pour unité de compte la monnaie. Elle relève donc des mathématiques. La quantité de monnaie consacrée à l'activité nationale varie naturellement d'une période à l'autre en fonction d'une multitude d'éléments qui déterminent la conjoncture, mais c'est cette quantité de monnaie qui fait la différence et qui oriente l'activité à la hausse ou à la baisse. La maîtrise de cette masse monétaire conduit à la maîtrise de l'économie nationale.

La conjoncture n’est rien d’autre qu’une économie libérale livrée à l’influence désordonnée, parce que non régulée, des facteurs endogènes opposés que sont l’épargne et le crédit.

Il existe une loi macroéconomique qui démontre que la sphère de l'activité de production, dite sphère réelle, connaît l'expansion ou la récession selon qu'elle est alimentée plus ou moins en monnaie. Dans la dynamique économique, l'épargne joue le rôle du frein tandis que le crédit joue celui de l'accélérateur, si bien que l'on passe de l'activité d'une période à celle de l'autre par simple addition du crédit et soustraction de l'épargne, tous agents confondus. La différence entre les deux activités, ou entre le crédit et l'épargne, correspond très précisément à une création ou une destruction de monnaie, selon qu'elle est positive ou négative. Et si l'on veut obtenir la croissance, il ne reste qu'à éliminer l'érosion monétaire de ces deux facteurs.

Les instituts de statistiques obtiennent en théorie le même résultat, mais empruntant des voies beaucoup plus tortueuses où cohabitent difficilement statistique et comptabilité, ils se privent de la clarté indispensable à une bonne compréhension du phénomène et obtiennent en définitive un résultat faussé par une méthodologie inadaptée. De plus, usant de son autorité tutélaire, l'État y trouve son compte puisqu'il peut infléchir chaque fois qu'il le juge nécessaire des résultats (croissance et inflation notamment) obtenus par une approche statistique, que tous les experts s'accordent à qualifier d'approximatifs.

Non, il n'y a pas de croissance sans monnaie et sans monnaie il n'y a pas d'inflation. La monnaie nourrit à la fois la croissance et l'inflation, la première parce qu'elle ne peut s'en passer et la deuxième parce qu'il y a longtemps que les gens ont compris qu'il fallait augmenter les prix pour s'en accaparer les fruits. C'est aussi simple que cela.

En fait, la croissance et le chômage, on en parle beaucoup, mais on s'occupe d'abord de la lutte contre l'inflation pour protéger le capitalisme monétaire, et dans cette lutte perpétuelle, on a découvert un allié de poids par la capacité étonnante qu'il possède à faire baisser les prix : le libre-échange. D'où son succès. Mais, en pesant sur les prix il pèse tout autant sur les revenus, et dans un environnement économique libéral, il avantage naturellement les plus forts. C’est pourquoi le fossé qui sépare les nantis des démunis ne cesse de s’agrandir. Aussi, comment avons-nous pu nous laisser prendre au piège de la mondialisation ? Comment avons-nous pu nous laisser entraîner dans la plus fantastique course aux chimères de tous les temps, que les progrès de la communication ont étendu à la planète tout entière ?

C'est d'abord un véritable défi lancé aux mathématiques : comment supposer un instant qu'en agissant sur une fraction (le solde des échanges extérieurs) non seulement variable en plus ou en moins, mais aussi tout au plus égale à 2 ou 3 centièmes, on allait obtenir la croissance de l'ensemble ? C'est ensuite oublier que cet ensemble, c'est-à-dire le produit national (PIB), est représenté pour près ou plus de 100% par la consommation et l'investissement, les échanges extérieurs faisant la différence.

La priorité des échanges doit être réservée à l’économie nationale : consommation et investissement.

On ne parle que de commerce international et de conquêtes de marchés à l'étranger, sans jamais parler des conséquences de l'importation sur l'économie intérieure. Personne ne semble connaître l'existence d'une loi fondamentale en matière d'échanges internationaux : il n'y a pas d'exportateur dans un pays sans un importateur dans un autre pays, ce qui veut dire qu’au niveau de la planète les exportations sont égales par définition aux importations. On peut en déduire sans risque d'erreur qu'il n'y a pas d'autre croissance qu'intérieure.

Les statistiques, qui sont à la disposition de tout un chacun, montrent que sur 35 ans le développement du commerce international s'est traduit, dans tous les pays de l'OCDE sans exception, par une hausse considérable (du simple au double, voire au triple) de la part des exportations et de celle des importations dans leur PIB, sans que pour autant le solde de ces échanges n'ait dépassé, en plus ou en moins, plus de 3% dans la majorité des cas sur toute la période. Seulement voilà, pour le savoir, il faudrait extraire des statistiques d'autres informations que celles qui ne gênent personne ou qui flattent les courants de la pensée à la mode.

Ce qui est sûr, c'est que par l'interdépendance qu'elle a créée dans les échanges entre les pays, la mondialisation a considérablement fragilisé nos économies nationales. Comment ignorer ce que démontrent des événements encore tout proches ? L'économie japonaise, déjà mal en point, a été terrassée par l'effondrement de l'activité des pays asiatiques voisins, tandis que l'Europe et les Etats-Unis ont été menacés à leur tour par la chute des économies nipponne, russe et brésilienne. En étendant le libre-échange à la planète entière, on a créé de nouvelles sources de désordre au détriment des économies nationales et des populations.

Pendant plusieurs années, des économistes français parmi les plus réputés se sont élevés contre cette politique et en ont dénoncé les méfaits. Bien que les statistiques leur aient donné raison, ils n’ont pas été écoutés. En fait, ils ont prêché dans le plus grand désert parce qu'ils se sont heurtés à l'aveuglement incommensurable d'une volonté politique qui a sacrifié l'intérêt collectif sur l'autel de la mondialisation, véritable miroir aux alouettes !

La compétitivité, fille naturelle de la concurrence, excitée au plus haut point par le libre-échange, est devenue en période de ralentissement économique une espèce de machine infernale à produire soit du chômage (Europe) soit des salaires de misère (USA), soit les deux à la fois, mais conduisant de toute façon à des pertes massives de pouvoir d'achat, surtout parmi les populations laborieuses. C'est la politique sociale de l'emploi, dirigiste en Europe et libérale aux États-Unis, qui fait la différence.

L’argument largement employé pour faire admettre les bienfaits du libre-échange consiste à dire que les premiers bénéficiaires des baisses de prix sont les consommateurs. Mais ce que l’on oublie de dire, c’est que les prix faisant les revenus puisque le produit national est égal au revenu national, les baisses de prix conséquence de la concurrence entraînent mécaniquement des baisses de revenus. Mais, pas pour tout le monde !

C’est qu’en effet, les hommes politiques, les chefs d’entreprise et d’une manière générale tous ceux qui ont le pouvoir de fixer les prix et ceux qui les servent ne sont évidemment pas concernés par la baisse des revenus puisqu’ils sont les premiers à se servir. Ceux-là et ceux-là seulement gagnent sur les deux tableaux ! Leur pouvoir d’achat s’améliore à la fois par la hausse de leur revenu et par la baisse de leurs dépenses.

Il n'est donc pas surprenant de constater que ce sont les plus nombreux qui sont les plus touchés, c'est-à-dire les revenus les moins élevés, ceux des masses laborieuses, ce qui explique largement le creusement du fossé qui sépare à nouveau les riches et les pauvres.

À quoi cela sert-il d'offrir sur le marché des produits de consommation à des prix de plus en plus bas s'il faut sacrifier pour y parvenir le pouvoir d’achat d’une large partie de la population ainsi privée des ressources nécessaires pour se les payer ?

Enfin, si la mondialisation des échanges productifs s'avère incapable de conduire l'ensemble des pays du monde vers le progrès, celle des échanges financiers engendre par ses excès des effets beaucoup plus graves car elle crée de dangereuses perturbations dans la sphère de l'activité de production. Pour combattre l'inflation que l'on voit partout et favoriser la croissance que l'on a toujours tendance à voir s’échapper, on fait appel aux capitaux étrangers. On semble ignorer qu'un pays n'a aucun besoin de concours extérieurs, excepté si sa balance commerciale est déficitaire.

Si les entrées massives de capitaux dans un pays peuvent être utiles à son développement, c'est indubitable, les sorties sont pour le moins dévastatrices, ainsi qu'en témoignent les exemples successifs du Mexique, des pays d’Extrême-Orient, de la Russie et plus récemment du Brésil. On oublie tout simplement que les entrées de devises ont pour effet de créer de la monnaie nationale, tandis que les sorties au contraire ont pour effet de la détruire. Les sorties provoquent donc une sorte de dépression monétaire interne dont les pays concernés ont bien du mal à se remettre.

Sans que l'on cherche véritablement à en mesurer les effets néfastes sur l'activité de production, le secteur des placements financiers et de la spéculation prospère outrageusement. Par des taux réels d'intérêt élevés, dans un environnement où l'inflation est quasiment éliminée, ce secteur capte la monnaie qui fait tant défaut à l'activité de production. Mais qui donc s'en préoccupe ?

Comme toujours la priorité est donnée à la protection du capital et dans ce domaine, l'apanage revient sans nul doute aux gardiens du temple de la monnaie qui ont réussi à élever des barrières pratiquement infranchissables, aidés en cela par des tabous soigneusement entretenus dans l'opinion publique.  On protège le capitalisme monétaire contre toute atteinte extérieure et on dispose d'une autre alliée avec la théorie quantitative de la monnaie.
   
Cette théorie, qui définit le niveau des prix en fonction de la masse monétaire et de sa vitesse de circulation, conserve une influence prépondérante sur la politique monétaire des banquiers centraux qui n’ont rien d’autre pour justifier leur lutte contre l’inflation. Principalement fondée sur des situations de pénurie, elle a été généralisée aveuglément à toutes les circonstances de la vie économique, alors qu'elle ne trouve pas à s'appliquer en période d'abondance, même relative comme c'est le cas dans nos pays industrialisés, lorsque l'appareil de production bien rôdé est capable de répondre dans de très courts délais à la demande des agents économiques. On semble oublier que c'est la rareté d'un produit qui fait son prix. Son succès tient au fait qu'elle sert à nulle autre pareille le capitalisme monétaire dans sa lutte perpétuelle contre l'inflation.

C'est ainsi que s'est développé un syndrome, celui de l’inflation, qui a envahi petit à petit le corps économique tout entier.

La monnaie est le carburant de l’économie. Comme un moteur a besoin d’essence, l’activité de production a besoin de monnaie pour marcher. Personne n'est capable de dire quelle est la quantité de monnaie nécessaire à une économie déterminée pour fonctionner. Personne ne sait ou ne veut savoir dans quelles conditions précises s'opère l'émission monétaire et comment se mesure sa masse. Aucun expert n'est capable d'expliquer les variations erratiques auxquelles elle est sans cesse soumise. Personne ne connaît les rapports existant entre les deux sphères d'activité (production et finance). Mais tout le monde est sûr que la masse monétaire a un effet certain sur les prix, et seulement sur ceux de la sphère réelle. C'est inouï !

Tout d'abord, il est curieux de constater que dans la mesure de la masse monétaire, on ne cherche pas à isoler les banques des établissements financiers, alors qu'une différence fondamentale les oppose:

- les banques créent et détruisent de la monnaie dans toutes leurs opérations avec le secteur non bancaire pour la bonne et simple raison qu'elles ne disposent pas d'un compte en banque comme tout un chacun pour payer ou encaisser,

- les établissements financiers, eux comme tout le monde, doivent disposer d'un compte alimenté ou de lignes de crédit dûment autorisées pour fonctionner,

ce qui change tout dans la mesure de la masse monétaire en circulation.

Ensuite, on ne cherche pas à savoir comment cette masse circule, car autrement on connaîtrait l'existence de parkings monétaires, véritables capteurs d'épargne, et on verrait que la monnaie ne circule pas du tout comme on le croit. En banque, en effet, l'épargne ne circule pas pour la bonne raison qu’elle n'a pas de contrepartie en monnaie ; elle en a déjà une à l'actif de son bilan : ce sont notamment les crédits qu'elle a accordés. Dans un établissement financier, il en va tout autrement précisément parce que celui-ci doit disposer au préalable des fonds épargnés pour pouvoir les prêter. En banque, l'épargne est morte. Dans un établissement financier, elle est vive ou active. C'est toute la différence, elle est fondamentale.

La monnaie scripturale ne quitte jamais les banques, lesquelles prises ensemble n'ont aucun besoin de monnaie puisqu'elles la créent et la détruisent à volonté, mais comme elle passe sans cesse d'une banque à l'autre on peut avoir l'illusion qu'elle leur est nécessaire. Et les banquiers, pour la plupart, se laissent prendre au piège, ce qui est un comble !

Et puis, on est sûr que la masse monétaire est à l'origine de l'inflation des prix dans la seule sphère réelle, alors que celle-ci n'a pas l'exclusivité de l'émission de monnaie. On se garde bien de nous dire notamment que les crédits accordés par le système bancaire sur les marchés à terme de bourse et de change, conduisent à la multiplication des signes monétaires. Il y a donc bien deux sources d'émission et par voie de conséquence deux masses qui obéissent à des nécessités distinctes.

Enfin, on ne cherche surtout pas à séparer les deux sphères d'activité pour ne pas avoir à vérifier la théorie qui ne prévoit qu'une vitesse de circulation. La sphère financière est en effet composée d'au moins deux flux monétaires indépendants qui fonctionnent à leur vitesse propre. D'un côté les transactions de l'activité de production, de l'autre celles de l'activité purement financière, l'une et l'autre respectivement dans le rapport énorme de 1 à 40 environ, rapport qui n'a cessé de croître au cours des trois dernières décennies avec l'arrivée des produits dérivés.

Quant aux discours abstraits sur la dichotomie existant entre les deux sphères d'activité, ils ne font qu'entretenir la confusion dans les esprits. Il existe cependant un moyen simple de connaître, sans erreur possible, les relations existant entre la sphère réelle et la sphère financière en s'inspirant des méthodes comptables en usage dans les grands groupes. Par la consolidation des comptes de résultat de toutes les entreprises on peut obtenir le produit national et par celle de leurs comptes de bilan on peut disposer de son financement. Mais cela conduirait à reconnaître le principe du financement de l'activité nationale, là où il n'existe pas de théorie sur le sujet.

Ainsi, de facto, la monnaie se trouve protégée dans l'enceinte d'une bastille qui ne cesse de se fortifier. C'est qu'en effet, les banques centrales les unes après les autres copient le modèle américain de la Fed, véritable centre du capitalisme mondial, et acquièrent leur indépendance. Les gouvernements perdent ainsi tour à tour le dernier lien d'autorité et en définitive le pouvoir absolu que donne la monnaie sur l'économie d’un pays.

Si l'on veut réellement régler, enfin et une fois pour toutes, le douloureux problème du chômage et de la misère humaine, il est capital de se débarrasser des dogmes monétaires et des tabous qui cernent la monnaie de toutes parts, et urgent de remplacer le libre-échange, facteur de paralysie de l'économie, par la libre concertation des échanges entre les pays, car la priorité des échanges doit être réservée à l'économie nationale : consommation et investissement.

La monnaie peut et doit devenir l'outil démocratique du développement du bien-être des populations et non l'instrument de leurs souffrances. On pourra alors, et alors seulement, choisir une autre politique économique que le capitalisme. » (Fin de l’introduction)

La suite dans son livre au format pdf

Hors ligne

 

#186 04-06-2008 07:31:51

AJH
Membre
Message n°3598
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bonjour

Jean bayard est très intéressant d'une manière générale .. il s'exprime aussi souvent sur le bog de Paul Jorion http://www.pauljorion.com/

Je relève quand même une erreur dans son introduction " - les banques créent et détruisent de la monnaie dans toutes leurs opérations avec le secteur non bancaire pour la bonne et simple raison qu'elles ne disposent pas d'un compte en banque comme tout un chacun pour payer ou encaisser,"

SI... et j'ai sous les yeux un chèque crédit coopératif d'Aix (chèque de banque) . Renseignements pris à l'agence, chaque Agence dispose de son propre "compte"...


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#187 05-06-2008 06:04:12

Jacques Roman
Membre
Message n°3600
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Croissance - Jean Bayard

Il me semble que Jean Bayard part du principe que la croissance est une bonne chose.

Est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux s'occuper de réorganiser la production et la consommation aux niveaux local et mondial?  JR

Hors ligne

 

#188 05-06-2008 08:11:08

AJH
Membre
Message n°3601
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Jacques Roman a écrit:

Croissance - Jean Bayard

Il me semble que Jean Bayard part du principe que la croissance est une bonne chose.

Est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux s'occuper de réorganiser la production et la consommation aux niveaux local et mondial?  JR

Jean Bayard a beaucoup de qualités et de connaissances, plusieurs raisonnements intéressants, mais c'est quand même un "libéral bon teint". Mais je n'ai hélas pas le temps (ni le courage) d'argumenter sur ses propositions.
Globalement en ce qui concerne la monnaie  je reste sur les idées que j'ai développées dans mon dernier bouquin (très proches de celles d'Allais) et que je défends sur le blog de Paul Jorion ( et particulièrement ici http://www.pauljorion.com/blog/?p=597 sous le pseudo "stilgar" que j'avais pris lors des premiers échanges ne sachant pas "où" je mettais les pieds.)

En ce qui concerne les échanges économiques, je suis totalement en accord avec vous , Jacques: je suis en train d'écrire une analyse de la mise à jour 2002 du livre de Meadows "limits to growth - the 30-years update" (c'est en anglais et donc je ne vais  pas vite), qui fera suite à l'article d'analyse de son premier rapport de 1972 ( http://www.societal.org/docs/cdr1.htm )... mais il y a vraiment de quoi être pessimiste!


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#189 06-06-2008 07:26:04

Instit
Membre
Message n°3605
Date d'inscription: 20-10-2007
Messages: 446

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

The Irish Times : pour la première fois, le NON passe en tête dans un sondage (publié vendredi 6 juin 2008).

NON : 35 %.
OUI : 30 %.
Indécis : 28 %.
N’iront pas voter : 7 %.

http://www.ireland.com/newspaper/frontp … 36403.html

Hors ligne

 

#190 06-06-2008 09:11:27

Candide
Membre
Message n°3606
Date d'inscription: 17-03-2006
Messages: 244

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

À Instit...

Oui, c'est une très grande nouvelle et un très grand espoir. Mais il y a un hic...

Déjà en 2001 les irlandais avaient rejeté le Traité de Nice par voie référendaire, pour y adhérer environ un an plus tard.

Espérons que, si le non l'emporte cette fois-ci aussi, ils ne changeront pas d'avis/on ne les fera pas insidieusement changer d'avis/on ne leur volera pas leur victoire comme ce fut le cas en France (au choix)...

À suivre de très près, en croisant les doigts.


Si une nation espère pouvoir rester à la fois ignorante et libre, elle espère ce qui n'a jamais été possible et ne le sera jamais.
(Thomas Jefferson)

Hors ligne

 

#191 06-06-2008 10:12:53

Étienne
Message n°3608
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Chers amis,

ce fil est consacré à la monnaie et, si je comprends bien que cette nouvelle vraiment sympa donne envie d'aller le crier sur tous les toits smile, ce serait bien de poursuivre cet échange-là plutôt sur ce fil ("08 Le projet de TRAITÉ MODIFICATIF") qui correspond mieux : http://etienne.chouard.free.fr/forum/vi … 3604#p3604

Merci pour tout ce que vous faites, je vous trouve formidables hmm

Étienne.

Hors ligne

 

#192 06-06-2008 16:39:03

Étienne
Message n°3612
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

SPECULAND

Un site qui met la spéculation sous les projecteurs de la moquerie :

http://speculand.com/

Une initiative amusante (et intéressante) d'Attac.

hmm

Hors ligne

 

#193 07-06-2008 22:00:13

Étienne
Message n°3620
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

L’ARGENT EST ESSENTIELLEMENT UN TITRE AUX PRODUITS ET AUX SERVICES

Un texte passionnant, un bijou, dans un style limpide, de Louis Even,
signalé par Rumbo, sur le blog de Paul Jorion
(qui devient chaque jour davantage un outil quotidien indispensable de réflexion) :

L’ARGENT EST ESSENTIELLEMENT UN TITRE AUX PRODUITS ET AUX SERVICES

Secouer le non-sens financier

Fabriquer l’argent qui manque

Les piastres ne sont point des ordonnances du ciel

L’argent est fait pour payer, pour acheter. C’est essentiellement un titre donnant droit à des produits ou des services au choix. Ce titre est fait de chiffres. Chiffres gravés sur du métal, ou imprimés sur du papier, pour l’argent de poche. Chiffres inscrits dans des comptes de banque, pour le commerce et l’industrie.

La solution saute aux yeux. C’est de mettre l’argent au même pas que les produits : production abondante, argent abondant ; production facile, argent facile ; produits existant devant les familles en besoin, argent dans les familles devant les produits.

Lorsqu’on a tout ce qu’il faut, excepté l’argent, pour produire les biens, privés ou publics, demandés par la population, la solution logique, puisque seul l’argent fait défaut, c’est de faire l’argent qui manque et de procéder à la production. Mais entendre ainsi dire de faire l’argent quand il en manque, voilà un langage que beaucoup de gens trouvent encore étrange. On admet bien que si l’on manque de maisons il faut en bâtir, si l’on manque de vêtements il faut en fabriquer. Mais fabriquer de l’argent, cela paraît inouï. Il y a je ne sais quoi de sacré autour du mot argent — la chose ‘pourtant la plus simple à produire quand ceux qui en ont l’autorité le décident. Aucune difficulté technique, simple question de décision.

On en a eu l’exemple en 1939. Depuis dix années, toutes les nations civilisées étaient dans ce qu’on appelait la crise. Pas une crise de produits, ni de bras, on avait trop de tout cela. Pas une crise de température ni de Providence : rien n’avait changé de ce côté-là. Mais une crise d’argent. Individus, compagnies, gouvernements, manquaient d’argent. On chômait, faute d’argent pour payer le travail. On n’achetait pas, faute d’argent pour payer les produits. Pourtant, tous ces pays-là embarquaient dans une guerre majeure, et une guerre moderne majeure demande des milliards.

La magie de l’argent

C’est alors qu’on vit disparaître la magie de l’argent. Dans tous les pays en guerre, on fabriqua tout l’argent qu’il fallait pour conduire la guerre, au fur et à mesure qu’on en avait besoin, tant qu’on avait des hommes et du matériel pour faire la guerre. Le « pas d’argent », qu’on entendait tous les jours avant la guerre, ne fut pas prononcé une seule fois pendant la guerre. Quand l’Allemagne capitula, ce ne fut pas à cause du manque d’argent, mais à cause du manque d’hommes et de matériel pour continuer.

Comment donc le monde passa-t-il ainsi, subitement, de la crise d’argent à l’abondance d’argent pour la guerre ? Comment ? Mais en fabriquant l’argent qui manquait. Au Canada, dès la déclaration de guerre par un gouvernement à coffres_ vides, ce gouvernement se fit faire 8o millions de dollars, et ça ne prit pas cinq minutes. D’autres millions suivirent, et l’on eut des milliards, tous les milliards voulus pour changer les chômeurs en soldats ou en fabricants de munitions, d’avions, de vaisseaux et autre attirail de guerre. Aux États-Unis, après Pearl Harbour, le président Roosevelt déclara qu’il ne permettrait pas au non-sens financier d’empêcher la nation de mettre tous ses hommes valides et tous ses moyens de production au service de la guerre.

Le non-sens financier, disait Roosevelt. Le non-sens financier, c’est la paralysie de la production et de la distribution de richesse pour manque de ces petites choses qu’on appelle piastres. Des piastres, qui ne sont point des ordonnances du ciel ; des piastres qui ne sont point une affaire compliquée à produire, puisqu’elles sont venues du jour au lendemain quand on a secoué le non-sens financier pour entrer hardiment dans la grande tuerie mondiale.

Pour avoir l’argent, ni le gouvernement canadien, ni aucun autre gouvernement en guerre n’envoya les hommes dans les mines d’or. Les hommes, c’était pour l’armée, pour les munitions, et un grand nombre de femmes aussi. Pour avoir l’argent, le gouvernement n’engagea même pas d’imprimeurs pour imprimer des dollars. C’est beaucoup plus simple que cela. Il demanda aux banquiers de lui faire de l’argent. En faire, mais oui. Depuis longtemps, les gens n’en avaient pas, ils ne pouvaient donc pas en épargner et en porter à la banque. Les coffres des banques étaient donc passablement à plat. Et pourtant il fallait des millions, il fallait des milliards. Pas d’autre solution que d’en faire.

Le compte de banque

Pour faire l’argent voulu, les banques n’eurent pas à inventer une nouvelle méthode. Elles employèrent simplement la même technique qu’elles emploient toutes les fois qu’elles prêtent de grosses sommes d’argent à des industriels ou à des corps publics. Dans ces occasions-là, elles font l’argent qu’elles prêtent ; elles créditent l’emprunteur sans débiter personne.

Vous savez tous ce que c’est qu’un compte de banque. Quand vous en avez un, vous pouvez payer sans sortir de l’argent de votre poche. Vous faites un chèque. Celui qui reçoit votre chèque peut le déposer à sa propre banque. Qu’arrivera-t-il ? Votre compte sera diminué, et le sien sera augmenté. Il n’y aura eu besoin ni d’or, ni d’argent blanc, ni de nickel, ni de piastres en papier — rien qu’une addition dans un compte et une soustraction dans un autre compte, et c’est aussi bon. C’est avec cela que marchent les grosses affaires. C’est avec cela qu’on a financé la guerre.

Mais, direz-vous, pour avoir un compte de banque, il faut épargner et déposer. C’est une méthode. Mais il y en a une autre, celle des emprunts.

Supposons que je sois un gros industriel. Je veux agrandir mon usine. Il me faudrait tout de suite $100,000. Je vais à la banque. Je m’arrange avec le gérant pour un emprunt de $100,000. Il me demande des garanties, évidemment. Mais je n’apporte pas un sou à la banque. Le gérant me signe un papier. Je vais au caissier. Je dépose ce papier. Le caissier ouvre son livre, à mon compte, et il inscrit à mon crédit $100,000. Je sors de la banque avec un compte de $100,000, sur lequel je pourrai tirer des chèques au fur et à mesure que j’aurai des paiements à faire. Voyez-vous : je n’ai pas fait ce compte-là par la méthode des épargnants. Sans apporter un sou à la banque, je sors quand même avec un compte de $100,000, tout comme si j’avais apporté et déposé cette somme. Ce qui est remarquable encore là-dedans, c’est que pour me prêter cet argent-là, le banquier n’a pas sorti un sou de son tiroir ; et il n’a pas diminué d’un seul sou le compte d’un seul autre client. Tout le monde en a autant qu’auparavant, et moi j’ai $100,000 de plus. Un beau $100,000 enlevé à personne, sorti de nulle part, et maintenant dans mon compte. C’est un $100,000 d’argent tout neuf, tout en chiffres, mais aussi bon que de l’or pour payer n’importe quoi. Ce $100,000 a été fabriqué par le banquier, avec sa plume et une goutte d’encre, après qu’il a consenti à le faire. Une décision, un peu d’encre, et c’est tout. C’est là la fabrication de l’argent moderne; et seule la banque fait cela. Le gouvernement, qui manque toujours d’argent, ne fait pas cela; il est inférieur au banquier.

Évidemment, j’aurai à rembourser le $100,000 au banquier ; même un peu plus à cause de l’intérêt. Quand je rembourserai, j’aurai retiré l’argent de la circulation; le fonds total à chèque dans le pays aura diminué de $100,000 et un peu plus.

L’argent commence donc quand le banquier prête ce qu’il appelle des crédits, et qui est le principal argent moderne. Puis l’argent finit quand on le rembourse à la banque. Comme il faut que les remboursements soient plus gros que les prêts, il faut qu’il y ait continuellement des emprunts nouveaux, autrement il n’y aurait bien vite plus du tout d’argent. On vit donc avec de l’argent emprunté quelque part dans le système bancaire, donc parce que des individus ou des compagnies ou, des corps publics s’endettent. Quand les prêts sont plus rapides que les remboursements, l’argent devient plus abondant. Quand les prêts deviennent plus difficiles et qu’il faut rembourser quand même, l’argent en circulation diminue, on appelle cela restriction du crédit. Si la restriction du crédit est aiguë et se prolonge, on appelle cela une crise, et le monde souffre devant une production possible abondante.

L’argent, un titre

L’argent est fait pour payer, pour acheter. C’est essentiellement un titre donnant droit à des produits ou des services au choix. Ce titre est fait de chiffres. Chiffres gravés sur du métal, ou imprimés sur du papier, pour l’argent de poche. Chiffres inscrits dans des comptes de banque, pour le commerce et l’industrie.

Vous connaissez d’autres chiffres, qui s’appellent prix. Eux sont inscrits sur les étiquettes qui accompagnent les produits. Les chiffres qui sont des prix viennent aussi vite que les produits et en rapport avec les produits. Mais les chiffres qui sont de l’argent, dans nos poches ou dans nos comptes de banque, ne viennent point du tout aussi vite que les produits ni en rapport avec eux. C’est pour cela que tout le monde se plaint. C’est pour cela que des gens se privent devant des produits abondants ; ou bien qu’ils s’endettent et prennent des années à payer ce qui se fabrique pourtant en quelques jours, parfois en quelques heures. C’est pour cela que les municipalités et les commissions scolaires et d’autres corps publics sont toujours aux prises avec du manque d’argent ou avec des dettes, ne pouvant pas taxer davantage des gens qui manquent déjà, d’argent pour faire vivre convenablement leurs familles. C’est pour cela que des maisons sont vendues pour les taxes. C’est pour cela que des produits agricoles se vendent mal ou pas du tout, alors qu’ils sont bons et désirés, parce que ceux qui les voudraient n’ont pas de quoi les payer. C’est pour cela qu’il y a des chômeurs, qui aimeraient pourtant bien travailler — et il y a tant de choses à faire mais on n’a pas de quoi les payer. C’est pour cela que les gens se chicanent partout, qu’ils cherchent à s’arracher les uns des autres l’argent qui est trop rare, alors qu’ils ne se chicanent jamais autour des produits dans les magasins, parce que ces produits sont abondants.

La solution saute aux yeux. C’est de mettre l’argent au même pas que les produits : production abondante, argent abondant ; production facile, argent facile ; produits existant devant les familles en besoin, argent dans les familles devant les produits.

Argent social

Pour cela, il faut que le volume de l’argent et sa mise en circulation soient une affaire sociale, non pas une affaire dépendant de profiteurs, de banques qui maintiennent l’argent difficile et conditionné par elles, de sorte qu’on soit toujours obligé d’aller à leurs portes s’endetter et les engraisser d’intérêts.

C’est pourquoi nous demandons que l’argent soit mis au monde, selon les besoins et selon la production, par une banque nationale, ou un organisme national, existant pour le service et non pour le profit ; tout comme la justice et les autres ministères publics existent pour le service de la nation et non pas pour le profit personnel des ministres ou des juges

Mais les contrôleurs actuels de l’argent et du crédit tiennent à garder leurs privilèges et leur pouvoir. Ils exercent de grosses pressions contre tout changement. Tant qu’il n’y aura pas de la part du peuple une pression plus forte, ça ne changera pas. C’est pourquoi nous demandons à tous les citoyens, de n’importe quels partis, de s’unir et de faire sur les gouvernements des pressions croissantes et répétées pour que, sentant la force du peuple plus que celle des financiers, ils fassent sauter une fois pour toutes le non-sens financier, pour que l’argent soit rendu conforme à la production et serviteur des individus, des familles, des corps publics. Ce sera la plus grande réforme de tous les temps, et elle vaut tous nos efforts.

LOUIS EVEN

Hors ligne

 

#194 14-06-2008 17:05:39

jean bayard
Nouveau membre
Message n°3643
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 7

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bonjour,
Un grand merci à Etienne Chouard pour avoir ouvert sur son site une place de choix à la présentation de mon ouvrage sur la macroéconomie. Merci aussi pour les compliments qui l'accompagnent, auxquels j'ai été très sensible.
Actuellement absent de mon domicile jusqu'à lundi, je n'ai pas sous la main les éléments qui me permettont de répondre à M. Holbecq.
A bientôt, donc.
jean bayard

Hors ligne

 

#195 14-06-2008 19:28:00

AJH
Membre
Message n°3644
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

J'espère que Jean Bayard ne me tiendra pas rigueur de l'expression utilisée "libéral bon teint".  ... Jean pourra s'en défendre si j'ai mal compris ses positions, mais ce n'est de toute façon pas une "vacherie" dans ma bouche  (je n'ai pas écrit ultra libéral smile ) .. le libéralisme n'a pas que de mauvais côtés...
En tous les cas, bienvenue sur ce forum...

Dernière modification par AJH (14-06-2008 19:30:14)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#196 16-06-2008 16:54:06

jean bayard
Nouveau membre
Message n°3650
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 7

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Voici mes réponses aux observations de M. Holbecq :

a) il est un peu trop facile et quelque peu léger de réfuter un court passage de l’introduction de mon ouvrage, sans avoir pris le temps et la peine de le lire, peut-être dans la crainte d’y trouver la confirmation de ses erreurs,

b) je maintiens la phrase contestée : « les banques créent et détruisent de la monnaie dans toutes leurs opérations avec le secteur non bancaire pour la bonne et simple raison qu'elles ne disposent pas d'un compte en banque comme tout un chacun pour payer ou encaisser », j’aurais dû toutefois ajouter « et parce qu’elles tirent des chèques sur elles-mêmes »,

c) il y a 3 ou 4 ans déjà, un ami, Alain Grandjean (Chômage et Monnaie) a voulu vérifier ce que j’avançais en matière bancaire, et a découvert un bouquin (qu’il m’a fait découvrir moi-même) intitulé « La comptabilité bancaire » de Jean-Marie Gélain à La revue Banque Editeur ; on y trouvera à la page 173, le texte suivant :
« La banque a intérêt à remplacer au maximum les chèques tirés sur la Banque de France par des chèques tirés sur elle-même (chèques de banque crédités en « 162 » - Provisions pour chèques à payer) ».

Je crois savoir que les banques ne délivrent plus de chèques certifiés, qu’elles ont remplacés par des chèques de banque, tirés sur leurs propres caisses. A présent, on ne distingue plus les chèques de banque émis pour le compte de leurs clients de ceux émis pour leur  propre compte (acquisition d’actifs par exemple), mais le processus comptable est le même.

Ainsi le chèque crédit coopératif d'Aix (chèque de banque), que tient M. Holbecq n’est rien d’autre qu’un chèque tiré sur un compte interne (chaque agence a le sien) à la banque. Il en serait tout autrement si le chèque de banque était tiré comme autrefois sur la banque centrale, car comme tout un chacun il aurait alors fallu à la banque la provision ou bien une ligne de crédit pour que le chèque soit honoré.

Dans ce même ouvrage, une autre information intéressante que l’on peut trouver à la page 127, comme suit :
« Pratiquement, la paie mensuelle est assurée par un service central de la banque qui débite chaque agence des frais de personnel et qui crédite directement les comptes du personnel tenus généralement dans la même agence ».
Ainsi, la banque crée la monnaie qu’elle met à la disposition de ses agents.
Ce qui confirme (en partie) ce que j’avance par ailleurs : la banque monétise ses actifs et ses dépenses (en créditant les comptes de ses agents et autres fournisseurs, par exemple) et démonétise ses passifs et ses recettes (en débitant les comptes de ses clients, intérêts, agios et autres prestations, par exemple). On peut dire également que la banque monétise ses pertes et démonétise ses profits. Il existe bien entendu des limites imposées par la réglementation bancaire (ratio Cooke, notamment).

d) enfin, je n’ai pas du tout apprécié le sens péjoratif que M. Holbecq donne au mot libéral, lorsqu’il me traite de « libéral bon teint » ; se trompe, celui qui croit rehausser son image en ternissant celle de son voisin.

Hors ligne

 

#197 16-06-2008 16:56:01

jean bayard
Nouveau membre
Message n°3651
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 7

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Voici mes réponses aux observations de M. Holbecq :

a) il est un peu trop facile et quelque peu léger de réfuter un court passage de l’introduction de mon ouvrage, sans avoir pris le temps et la peine de le lire, peut-être dans la crainte d’y trouver la confirmation de ses erreurs,

b) je maintiens la phrase contestée : « les banques créent et détruisent de la monnaie dans toutes leurs opérations avec le secteur non bancaire pour la bonne et simple raison qu'elles ne disposent pas d'un compte en banque comme tout un chacun pour payer ou encaisser », j’aurais dû toutefois ajouter « et parce qu’elles tirent des chèques sur elles-mêmes »,

c) il y a 3 ou 4 ans déjà, un ami, Alain Grandjean (Chômage et Monnaie) a voulu vérifier ce que j’avançais en matière bancaire, et a découvert un bouquin (qu’il m’a fait découvrir moi-même) intitulé « La comptabilité bancaire » de Jean-Marie Gélain à La revue Banque Editeur ; on y trouvera à la page 173, le texte suivant :
« La banque a intérêt à remplacer au maximum les chèques tirés sur la Banque de France par des chèques tirés sur elle-même (chèques de banque crédités en « 162 » - Provisions pour chèques à payer) ».

Je crois savoir que les banques ne délivrent plus de chèques certifiés, qu’elles ont remplacés par des chèques de banque, tirés sur leurs propres caisses. A présent, on ne distingue plus les chèques de banque émis pour le compte de leurs clients de ceux émis pour leur  propre compte (acquisition d’actifs par exemple), mais le processus comptable est le même.

Ainsi le chèque crédit coopératif d'Aix (chèque de banque), que tient M. Holbecq n’est rien d’autre qu’un chèque tiré sur un compte interne (chaque agence a le sien) à la banque. Il en serait tout autrement si le chèque de banque était tiré comme autrefois sur la banque centrale, car comme tout un chacun il aurait alors fallu à la banque la provision ou bien une ligne de crédit pour que le chèque soit honoré.

Dans ce même ouvrage, une autre information intéressante que l’on peut trouver à la page 127, comme suit :
« Pratiquement, la paie mensuelle est assurée par un service central de la banque qui débite chaque agence des frais de personnel et qui crédite directement les comptes du personnel tenus généralement dans la même agence ».
Ainsi, la banque crée la monnaie qu’elle met à la disposition de ses agents.
Ce qui confirme (en partie) ce que j’avance par ailleurs : la banque monétise ses actifs et ses dépenses (en créditant les comptes de ses agents et autres fournisseurs, par exemple) et démonétise ses passifs et ses recettes (en débitant les comptes de ses clients, intérêts, agios et autres prestations, par exemple). On peut dire également que la banque monétise ses pertes et démonétise ses profits. Il existe bien entendu des limites imposées par la réglementation bancaire (ratio Cooke, notamment).

d) enfin, je n’ai pas du tout apprécié le sens péjoratif que M. Holbecq donne au mot libéral, lorsqu’il me traite de « libéral bon teint » ; se trompe, celui qui croit rehausser son image en ternissant celle de son voisin.

jean bayard

Hors ligne

 

#198 16-06-2008 17:21:42

AJH
Membre
Message n°3652
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bonjour

Rien à ajouter à ce que qu'écrit Jean Bayard. Je n'ai pas l'intention de m'épuiser dans des débats stériles. Et je prends acte que Jean Bayard ne se considère pas comme un libéral : avec mes excuses, donc.

Dernière modification par AJH (16-06-2008 17:27:10)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#199 19-06-2008 12:17:49

jean bayard
Nouveau membre
Message n°3667
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 7

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Je suis vraiment désolé d’être à l’origine de l’interruption des débats qu’Etienne Chouard se réjouissait d’animer sur un sujet inépuisable : la monnaie. Et je le regrette profondément.
Vous me feriez le plus grand plaisir, si vous acceptiez tous sans exception, de revenir sur ces pages afin de poursuivre des discussions bien entamées.
En ce qui me concerne, je souhaiterais donner l’exemple et répondre à la remarque de Jacques Roman qui ne s’est pas trompé en supposant que je pars du principe que la croissance est une bonne chose. Voici, à mon avis, pourquoi :
Il existe une égalité dont on parle peu, c’est celle du Produit National et du Revenu National. Tous nos revenus dépendent du Produit Intérieur Brut (PIB) et nos revenus représentent notre pouvoir d’achat. Quand le PIB croît, le revenu croît d’autant. On peut dire dans ces conditions que la croissance, qui est un supplément de pouvoir d’achat pour l’ensemble de la population, est une bonne chose.
Le problème central du pouvoir d’achat est celui de sa répartition qui résulte naturellement de conflits sociaux plus ou moins aigus. Ceux-ci sont plus ou moins tendus selon que la croissance est faible, inexistante ou au contraire soutenue.
L’augmentation des prix, source d’inflation, est le premier moyen pour celui qui en décide (notamment l’entrepreneur) d’améliorer son pouvoir d’achat, tant que la hausse générale n’atteint pas en moyenne celle de sa propre hausse. Ensuite, grâce à une forte croissance, je pense que les conflits s’apaisent.
jb

Hors ligne

 

#200 19-06-2008 19:25:36

AJH
Membre
Message n°3672
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 07 Reprendre le pouvoir sur notre monnaie

Bonjour
J'ai passé le débat sur le PIB sur le fil suivant: http://etienne.chouard.free.fr/forum/vi … 3671#p3671
Je sais que c'est lié avec la monnaie, mais il me semble qu'il est important de savoir d'abord "ce que l'on souhaite"
AJH

Dernière modification par AJH (19-06-2008 19:26:09)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr