Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#1 19-12-2012 18:52:27

AJH
Membre
Message n°22829
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

97 - Ecosociétalisme

Je démarre ici une nouvelle discussion, mais j'aimerai que les modos veuillent bien transférer ici les échanges antérieurs sur "reprendre le pouvoir sur notre monnaie"

frigouret a écrit:

En attendant le forum sociétal.

Je continue avec mes tomates.
J'ai bossé 400 heures pour produire 10 tonnes (on suppose que je produit mes semences pour simplifier ), donc mes tomates se vendrons 4000 mercis + la CES, c'est ça ?
Toujours pour simplifier l'univers se resume à 100 personnes ( moi et 99 inactifs).
L'idée c'est que la richesse soit équitablement répartie, donc que chacune des 100 personnes aient accès à 100 kilos de tomate. Donc nous devrions être crédité de 40 mercis chacun, qui se détruisent au fur et à mesure des achats.
Mon raisonnement est bancal car je ne dégage pas de RA, où que ça cloche ?

Le raisonnement est effectivement "bancal" car le RA est prioritaire et s'il n'y a pas de production il n'y a pas de RS: dis autrement, non, la production n'est pas égalitairement répartie
Il y a 4000 "mercis" (Me)  pour toi; c'est ton RA puisque tu as bossé 400 heures
Admettons que la CES soit de 50% , donc de 2000 Me .
Chacun des 100  recevra 20 Me (en admettant qu'il n'y ait donc aucun RA "non marchand") et toi 4020.
Le prix de vente sera bien de 6000 Me pour 10000 kg, soit 0,6 Me le kg... 3300 kg pourront être achetés par les bénéficiaires du seul RS (33,3 kg chacun) et toi tu pourra en acheter 6700.
Il est probable que dans cette hypothèse où plus personne ne travaille (sauf 1) l'Etat interviendrait pour offrir un RA plus élevé "motivant" des activités sociétalement utiles et rémunérés.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#2 19-12-2012 21:32:04

frigouret
Membre
Message n°22832
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 97 - Ecosociétalisme

Mais quand et comment l'émetteur de monnaie perçoit-il qu'il y a eu création de richesse ? Je dois passer un coup de fil en disant " holà , je mets 10 T de tomate en circulation, lâchez le fric " ou bien c'est lors de l'acte d'achat que l'information remonte ?

Dernière modification par frigouret (19-12-2012 21:33:35)


cool

Hors ligne

 

#3 19-12-2012 23:03:07

AJH
Membre
Message n°22833
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 97 - Ecosociétalisme

frigouret a écrit:

Mais quand et comment l'émetteur de monnaie perçoit-il qu'il y a eu création de richesse ? Je dois passer un coup de fil en disant " holà , je mets 10 T de tomate en circulation, lâchez le fric " ou bien c'est lors de l'acte d'achat que l'information remonte ?

Je pense qu'il faudrait quand même que tu lises le livre, tu ne poserai pas cette question.
J'y réponds quand même: il n'y a pas d'émetteur (centralisé) de monnaie; toute la monnaie est scripturale (électronique) et le "travailleur" crédite lui même son compte du temps de son travail (multiplié par son CUS), directement sur son "portefeuille électronique"  ( http://wiki.societal.org/tiki-index.php?page=PIP ) . Ce qui n'empêche pas les éventuelles vérifications, évidemment.
N'oublie pas que nous sommes sur un modèle théorique qui nécessiterait d'être approfondi; nous n'avons pas résolu tous les problèmes d'un système qui n'existe pas pour le moment où la monnaie est "auto créée" lors de la production et littéralement détruite (elle n'existe plus pour personne) lors de l'achat-consommation.

Sur la détermination des prix, je reviens sur quelques détails (on a écrit ce livre en 2003/2004, il y a des choses que j'avais un peu oubliées)

5.1. Les prix

Les prix, dans l’écosociétalisme, se calculent à partir du temps de travail humain utilisé pour fabriquer un bien ou apporter un service. L’idéal théorique, que nous avons vu dans ce qui précède, est de sommer les Rémunérations d’Activité amonts à une fabrication. Néanmoins une forte simplification est possible en prenant la moyenne nationale des Rémunérations d’Activité.

Donc pour la détermination d’un prix, le temps de travail est multiplié par l’indice moyen de Rémunération d’Activité de la population nationale. Par ce biais, le prix brut de production est immédiatement dérivé du temps de travail nécessaire pour assurer la production, et la valeur de production des produits et services consommables est égale au nombre de monnaies/heure émises pour assurer cette même production.

Les Prix de Vente au Public (PVP) sont cependant supérieurs aux Prix de Production (PP), du fait de la ventilation sur les prix de production de la masse monétaire émise (la Contribution Eco Sociétale / C.E.S.) pour assurer les Revenus Sociaux (R.S.) et les Rémunérations d’Activité non_marchands (RA.nm).

On a donc : PVP= PP + C.E.S.

Le taux de base de la C.E.S. est égal au complément à 100 du facteur d’impact de la production (donc base %= 100 – facteur d’impact).

Cependant, l’équilibre monétaire implique que la masse monétaire détruite par la C.E.S. soit égale à la somme des RS (Revenus Sociaux) et RAnm (Rémunération d’Activité non_marchand).

Pour atteindre cet équilibre, la base de la C.E.S. sur chaque produit vendu est multipliée par un facteur d’équilibrage, défini nationalement sur la base des statistiques de la période précédente, et après projection des tendances passées sur l’avenir.

Ce travail incombe par exemple à un Bureau des Statistiques Économiques.

Ainsi, le Prix de Vente au Public d’un bien ou service est calculé comme suit :

PVP= Temps de travail * RA horaire moyen * (1 + (1-facteur d’impact/100) * facteur d’équilibrage)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#4 20-12-2012 09:14:01

frigouret
Membre
Message n°22836
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 97 - Ecosociétalisme

J'avais compris que la monnaie était électronique, le truc qui m'échappe , et pour reprendre l'exemple des 10 tonnes de tomate vendues 6000 Me, c'est comment le système est informé qu'il y a cette somme qui rentre dans l'économie.
Je crois que je suis incapable d'aborder seul ton ouvrage (je t'assure que j'essaie) , d'ailleurs j'ai un peu honte car je me rend compte de l'effort de vulgarisation et de simplicité et de pédagogie que tu as fourni. Par exemple je ne saisi pas l'ensemble des notions qui sont abordées dans le complément sur les prix que tu affiches ci -dessus. Merci pour ta patience. Je crois quand même que je progresse un peu.
Malgré mon manque de facilités à comprendre les choses de l'économie , je considère que les principes éthiques qui guide cette réflexion ecosocietale méritent que j'aborde un domaine qui ne me correspond pas naturellement. Mais je vais essayer de faire le max par moi même.

Par exemple les utopistes du XIX ème évoquaient "la prise au tas" ( le distributisme j'imagine ) mais n'évoquaient pas la mise au tas. Ce qui est intéressant c'est que l'ecosocietalisme se base  justement sur la production.

Dernière modification par frigouret (20-12-2012 10:03:13)


cool

Hors ligne

 

#5 20-12-2012 11:46:54

AJH
Membre
Message n°22837
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 97 - Ecosociétalisme

frigouret a écrit:

J'avais compris que la monnaie était électronique, le truc qui m'échappe , et pour reprendre l'exemple des 10 tonnes de tomate vendues 6000 Me, c'est comment le système est informé qu'il y a cette somme qui rentre dans l'économie.

Celui qui travaille entre chaque jour par exemple dans son "porte feuille électronique" (mais ca pourrait être sur un carnet) le montant de ses heures. Ce système est connecté mensuellement à un serveur qui centralise. Ce n'est donc pas le prix de vente qui rentre dans l'économie (en fait il n'y a rien qui "entre") mais le prix d'achat dont une partie a déjà été payée en amont (le producteur et ses fournisseurs) et une autre partie corresponds à la participation du consommateur au paiement des revenus non marchands ( RS et RAnm)
L'idée de base de tout cela c'est que la nature ne se fait pas payer (en monnaie) et que toute production n'est qu'une somme de travail humain en amont.


frigouret a écrit:

Je crois que je suis incapable d'aborder seul ton ouvrage (je t'assure que j'essaie) , d'ailleurs j'ai un peu honte car je me rend compte de l'effort de vulgarisation et de simplicité et de pédagogie que tu as fourni.

N'essaye pas nécessairement d'aborder l'aspect "mathématique" des choses .. c'est la philosophie production - consommation - taxation , ainsi que l'aspect création - destruction de "monnaie" qui est intéressante outre l'aspect éthique que tu signales  . Et pour les remerciements, j'en aurai autant, ca me force à me replonger dans ces années où nous avions travaillé le sujet avec toute un bande de gars qui faisaient les mêmes objections ou posaient les mêmes questions que toi, ce qui nous a forcé à fignoler" un peu le modèle.

Le distributisme bloque (à mon avis et bien qu'il soit intéressant par de nombreux cotés) sur 2 problèmes :
- la création-destruction de monnaie
- l'égalitarisme pur,  qui a mon avis,  ne peut pas fonctionner compte tenu de ce qu'est l'homme


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#6 20-12-2012 14:33:14

frigouret
Membre
Message n°22838
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 97 - Ecosociétalisme

Il a été évoqué précédemment la notion de subsidiarité. Je pense que ce forum n'est pas le lieu pour disserter sur nos différences d'opinion à ce sujet ( doit elle être définie par la base suivant le principe federatif, ou par l'état par le mécanisme de décentralisation ) . Par contre essayer de définir les marges d'autonomie que permet le système pourrait être intéressant pour tout le monde.
Je propose pour aborder ce sujet de prendre pour exemple deux entités démocratique qui voudraient s'unir pour former un territoire ecosocietal ( le canton A et le canton B).
Première question : le RA de base de A et de B doit il être unifié ? ( je soupçonne que oui et que la marge d'autonomie de A et B serait de définir l'échelle du coefficient multiplicateur ). Avec cette conséquence que si A choisit d'avoir un RA unique, et B un RA variant de 1 a 4 , la production de A serait en moyenne moins chere , n'est ce pas ?

En fin de compte mes élucubrations m'amène à réfléchir sur la question de la concurrence dans l'ecosocietalisme, même dans un système ecosocietal unifié une marchandise qui ne se vend pas ( trop chère ou mal conçue) n'est pas sanctionnée par le marché, je me trompe ?

Autre chose, tu dis " l'égalité économique ( l'égalitarisme) ne peut fonctionner compte tenu de ce qu'est l'homme" , je ne sais pas si nous devons nous lancer dans un débat philosophique, mais moi je ne verrais aucun inconvénient à l'égalité des revenus , l'important c'est de participer comme disait l'autre.

Dernière modification par frigouret (20-12-2012 16:27:25)


cool

Hors ligne

 

#7 20-12-2012 19:47:15

AJH
Membre
Message n°22839
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 97 - Ecosociétalisme

Je commence par la fin.

Si nous avions pris l'option de l'égalitarisme nous ne nous serions pas donné tant de mal:  pas RA mais un simple RS identique pour tous. Mais c'est effectivement un autre débat.

De fait, une marchandise trop chère ou mal conçue ne se vendra pas => donc le RA des producteurs (de la chaîne) diminuera,  mais il n'y a pas de sanction "directe" du marché tout en ayant un effet négatif sur l'ensemble des RS et des RA de toute la population pour maintenir l'équilibre production/masse monétaire calculées: nous sommes tous solidaires y compris de ceux qui font des erreurs.

Cas d'une nouvelle entité voulant rejoindre le territoire sociétal. Nous n'avons pas pensé spécialement à ce cas, c'est une question intéressante. A mon sens le nouveau venu doit adapter ses règles à l'ensemble du territoire qu'il rejoint. L'exemple que nous avions pris d'une commune ayant besoin d'un boulanger et qui offre donc un RA plus conséquent pose effectivement le problème du risque de "concurrence".


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#8 20-12-2012 20:02:35

frigouret
Membre
Message n°22840
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 97 - Ecosociétalisme

Dans l'orde.

Je peux concevoir qu'il y est un RA et un RS, l'effort à peut être mérité d'être récompensé. C'est plutôt le fait que le RA soit le même pour tous.

Le RA ne diminue pas en fonction du succès de la marchandise puisqu'il est basé sur l'heure, je pige pas là.

Tu parlais de subsidiarité plus avant, comment ?


cool

Hors ligne

 

#9 21-12-2012 08:34:08

AJH
Membre
Message n°22842
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 97 - Ecosociétalisme

Nous avons laissé "ouvert" la détermination des critère amenant au "RA de base" en proposant trois pistes (regarde en 3.3 sur http://www.ecosocietal.org/articles.php … &pg=10 ) . Pour nos calculs nous avons pris le RA de base = RS, et une échelle de RA de 0 à 3 RS .... qui nous semblait équitable en fonction des multiples  critères dont nous avons essayé de faire la liste certainement incomplète.
Mais le peuple peut très bien décider l'échelle des RA de 0 à X ou limité entre 0 et 1 ... ca va changer les répartition, mais ca ne va rien changer sur le principe  même de l'écosociétalisme

Le RA de base (1 Me par 6 minutes) ne varie pas en fonction du succès de la marchandise, mais le Coefficient d'Utilité Sociétale (multiplicateur du RA de base) peut évidemment varier : si la population n'est pas contente elle changera le curseur du CUS du producteur

La Rémunération d’Activité obtenue s’établit donc comme suit :
= k+ (X * (Indice Personnel  * Indice d’Impact sociétal (CUS)* Indice de Satisfaction de la clientèle))

Note : dans lequel « k » représente le plancher de Rémunération d’Activité admis par la société (il est imaginable que cet indice soit de 0, afin de ne pas rémunérer, en plus du Revenu Social, des activés anti sociales) et dans lequel « X » représente le choix de la société concernant la Rémunération d’Activité maximale.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#10 21-12-2012 08:39:57

AJH
Membre
Message n°22843
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 97 - Ecosociétalisme

A propos de la subsidiarité.
Je pense qu'elle est importante dans un système écosociétal. Il s'agit simplement de laisser à chaque niveau administratif le soin de régler les problèmes qui sont de sa compétentence (ce n'est pas à une commune de s'occuper de gérer l'armée, mais ce n'est pas à l'Etat de décider si une commune a besoin ou non d'une bibliothèque).
Un bon régime politique écosociétal intégrerait une forte dose de tirage au sort et des RIC à tous les niveaux.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#11 21-12-2012 08:48:05

AJH
Membre
Message n°22844
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 97 - Ecosociétalisme

http://www.ecosocietal.org/articles.php … &pg=81
La vision de l'organisation politique par Brieuc Le Fèvre ...


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#12 22-12-2012 11:16:31

frigouret
Membre
Message n°22848
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 97 - Ecosociétalisme

Dans un projet où le travail est à ce point soumis au politique , l'organisation de la société doit atteindre un niveau démocratique de la meilleur qualité possible. Je te laisse imaginer un tel système piloté par une dictature et les moyens de pression sur les collectivités et les personnes que cela lui donnerait.
De ce point de vue le thème de la subsidiarité est de toute première importance.
Je te propose de prendre pour exemple une organisation politique du type suisse et pour chaque question d'attribuer la compétence au canton ou à la fédération (helvétique).

- réglementation du travail ( horaire, sécurité, congés.....)

- multiplicateur du RA

- taux de CES

- étude des dossiers d'entrepreneurs

- montant du RS

- perception de la location des terrains à bâtir

- étude des dotations  Ranm


cool

Hors ligne

 

#13 22-12-2012 14:32:43

AJH
Membre
Message n°22850
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 97 - Ecosociétalisme

Il serait, je pense, déraisonnable d'arriver dans une société telle que j'ai aimé l'imaginer qui pratiquerait une concurrence ou compétition importante entre des "zones": nous risquerions d'arriver à une situation comme l'Irlande comparée à la France, ou de la concurrence entre communes par l'intermédiaire de subventions ou autres "zones franches".

Je pense donc que l'économique n'est pas "subsidiarisable"... 

La  réglementation du travail, le taux de CES, le montant du RS, les RAnm, les "dotations" doivent être identiques pour tous. J'admets une fourchette étroite (10% par exemple) de variation locale qui concernerait le CUS pour une commune qui aurait besoin de main d'oeuvre.
Le problème du "loyer" des terrains à bâtir est un peu différent et doit être laissé au choix  des communes afin que l'écologie locale reste supportable ("loyer" entre guillemets puisque la commune ne touche pas l'argent de ce loyer: il est seulement détruit sur le compte du locataire)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#14 22-12-2012 16:59:19

frigouret
Membre
Message n°22851
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 97 - Ecosociétalisme

Je me demande comment ma commune automne pourrait négocier sont adhésion à un territoire ecosocietal.

En premier lieu je souhaiterais qu'elle puisse se retirer du territoire ecosocietal de façon unilateral sur majorité simple de son assemblée générale.

Je voudrais aussi qu'elle possède un droit de veto dans l'instruction des projets économiques sur son territoire.

Je voudrais qu'elle est entière maîtrise sur l'utilisation des ressources naturelles de son territoire ( ?)

Je voudrais qu'elle puisse entraver la libre distribution des marchandises sur son territoire.

Je voudrais ben mutualiser avec le territoire ecosocietal le montant du RS , mais je crois que je voudrais garder la maîtrise du coef multiplicateur de RA.


cool

Hors ligne

 

#15 22-12-2012 17:23:18

AJH
Membre
Message n°22852
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 97 - Ecosociétalisme

@Frifouret
Tout ensemble, c'est totalement en dehors de la "philosophie sociétale" qui est avant tout "coopérative" ; Il n'y a qu'une solution: c'est de faire de votre commune un pays ... mais peut-elle être relativement autonome ?


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#16 22-12-2012 19:00:00

frigouret
Membre
Message n°22854
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 97 - Ecosociétalisme

Pays : du latin "pagus" , subdivision territoriale de quelques centaines de kilomètre carré.


cool

Hors ligne

 

#17 22-12-2012 19:06:46

AJH
Membre
Message n°22855
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 97 - Ecosociétalisme

OK, mais vous avez compris ce que je veux dire .. il faut des règles communes, et leur absence c'est justement la raison pour laquelle l'UE ne fonctionne pas.
L'écosociétalisme ne peut se concevoir qu'avec des règles commune et une "subdivision territoriale" qui soit relative autonome sur tous ses besoins, car qui voudra d'une devise qui n'existe pas. Les seules possibilités pour une Nation (un Pays, un Territoire) écosociétale de se procurer ce qu'il ne peut produire sont les devises reçues de ses exportations.

Ceci mis à part, je ne veux pas aboutir à scinder un territoire en de petits territoires qui appliquent chacun leur loi ou leur système économique: autant rester dans notre système actuel dans ce cas  ;-)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#18 23-12-2012 12:25:11

frigouret
Membre
Message n°22856
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 97 - Ecosociétalisme

Les exportations ne seraient pas les seules sources de devise , en mutualisant le RS ( et donc une partie de la gestion de la CES) chaque communes auraient de quoi survivre à un problème de son économie.

Le but de la démocratie c'est la liberté ( être maître chez soi ), et cela commence dans notre environnement habituel ( disons la commune), et les quelques revendications d'ordre politique qui me semblent souhaitable de conserver ne me paraissent pas inconciliables au fonctionnement du système.

Dernière modification par frigouret (23-12-2012 12:26:55)


cool

Hors ligne

 

#19 23-12-2012 12:36:57

AJH
Membre
Message n°22857
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 97 - Ecosociétalisme

frigouret a écrit:

Les exportations ne seraient pas les seules sources de devise , en mutualisant le RS ( et donc une partie de la gestion de la CES) chaque communes auraient de quoi survivre à un problème de son économie.

Je ne comprends pas ... si, les exportations seraient la seule source de devises (le terme devise s'applique aux monnaies d'échange internationaux)
Les RS sont "mutualisés" puisque identiques sur tout le territoire E-S

frigouret a écrit:

Le but de la démocratie c'est la liberté ( être maître chez soi ), et cela commence dans notre environnement habituel ( disons la commune), et les quelques revendications d'ordre politique qui me semblent souhaitable de conserver ne me paraissent pas inconciliables au fonctionnement du système.

Le but de la démocratie c'est le gouvernement par le peuple, à la majorité; il n'y a pas de notion de de subsidiarité là dedans, bien qu'elle puisse être introduite en considérant que chaque entité règle les problèmes pour lesquels elle est le plus compétente.
Mais le système économique doit être globalisé pour éviter les "concurrences"


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#20 23-12-2012 19:56:45

frigouret
Membre
Message n°22859
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 97 - Ecosociétalisme

J'en viens à penser au système des AMAP, un groupe de consommateurs passe contrat, avec un jardinier par exemple. Un contrat et alors établi, est le groupe s'engage à fournir un RA au jardinier contre sa production.
À partir de ce contrat , et dans une comptabilité à partie double ( c'est ça ?)  la comptabilité peut détruire et crédité les comptes des contractant.
Le système de la comptabilité à partir de ces contrats aurait je pense l'avantage d'être garanti par la responsabilité personnelle des contractants.


cool

Hors ligne

 

#21 23-12-2012 20:07:04

AJH
Membre
Message n°22860
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 97 - Ecosociétalisme

Oui, pourquoi pas. Mais il ne faut pas que cet accord permette d'échapper à la CES (sociétaxe)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#22 24-12-2012 12:19:18

frigouret
Membre
Message n°22869
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 97 - Ecosociétalisme

Un autre mécanisme m'échappe encore. Tu dis que l'infrastructure nécessaire pour entreprendre serait mise à disposition par le système sociétal.
Supposons qu'il me faille une pioche pour pouvoir gagner mon RA de terrassier, mais le fabricant de pioche à besoin d'un RA lui aussi ( qui serait mutualisé celui la ?), c'est un peu comme si les charges de structures des entreprises étaient " socialisés " ?
Serait il possible aussi d'inclure dans le prix de vente final ces memes chargés de structure ?


cool

Hors ligne

 

#23 24-12-2012 13:54:29

AJH
Membre
Message n°22870
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 97 - Ecosociétalisme

Je suis indisponible quelques jours (Noël) ... tu trouves les réponses ici: http://ecosocietal.org/articles.php?lng=fr&pg=14
Bonne fin d'année


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#24 26-12-2012 11:21:25

frigouret
Membre
Message n°22880
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 97 - Ecosociétalisme

Si je prend la vie humaine comme base de réflexion sur l'économie.

Je divise ce temps de vie en trois phases, une phase de formation, une phase d'activité et une phase de repos ( et une possible phase maladie qui peut survenir aléatoirement).

Mon idée étant que durant la phase d'activité on assume les deux autres phases, ce qui pour un niveau de vie constant doit signifier que la phase d'activité représente la moitié.
Pour un âge moyen de 80 ans, 20 ans de formation, 20 ans de repos et 40 ans d'activité ( plus une variable maladie).
Arbitrairement je choisis l'égalité des revenus pour tous et à tout âge .
Nous avons donc une CES de 100% sur les revenus d'activité ( qui finance les deux autre phases de vie).
Nous devons aussi tous et à tous les ages cotiser au "pot du malheur" pour permettre aux malades l'égalité .
Pour que le système fonctionne il faut que tous les personnes en phase d'activité soient au moins capables de fournir la CES et le "pot du malheur", donc assurer à une personne n'étant ni en phase de formation, ni en phase de repos, ni en phase de maladie au moins de quoi doter ces obligations. Pour moi ce serait cela le RS .
Donc la CES seraient : 100% du RA + x% pot du malheur + x% de contribution au RS ( le revenu de la phase de formation et de la phase de repos n'étant pas soumis à la CES).

La philosophie globale de ce système étant : nous fournissons d'abord nos jeunes nos vieux et nos malades puis si il nous reste du temps, on mange.

Dernière modification par frigouret (26-12-2012 11:55:40)


cool

Hors ligne

 

#25 26-12-2012 12:33:38

Sandy
Membre
Message n°22883
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: 97 - Ecosociétalisme

Mon idée étant que durant la phase d'activité on assume les deux autres phases, ce qui pour un niveau de vie constant doit signifier que la phase d'activité représente la moitié.

Non.

1) Car la productivité que l'on peut avoir pendant la phase d'activité n'est évidemment en rien équivalente à ce que nous allons consommer.

2) Car nous ne produisons pas que pour nous même, mais c'est toute la magie de la société, coopérer ( la division du travail ) nous permet d'être bien plus efficaces et de produire bien plus que pour une seule personne.

3) Car en période de retraite, nous ne cessons pas d'être productifs. Nous cessons juste d'être salariés.

Donc tu es dans le simplisme. Ce genre de choses ne peuvent pas se calculer aussi simplement, je ne pense pas que cela puisse se calculer de toute façon, les activités humaines sont toutes différentes et trop complexes.

A partir d'un certain âge, on ne peut plus faire certaines tâches, parce qu'elles sont physiques par exemple et que nos aptitudes physiques déclinent, ou tout simplement parce que la vieillesse nous rend beaucoup plus sujet aux maladies et notamment aux risques de développer une maladie à cause du travail.

Ce sont ces critères qui doivent servir d'indicateurs pour la retraite.

De même, une société ne peut se perpétuer que si elle transmet tout ce qu'elle a acquis aux générations suivantes. Il faut du temps pour transmettre l'essentiel. C'est là encore ce genre de critère qui doit servir d'indicateur pour la formation.

Dernière modification par Sandy (26-12-2012 12:43:44)

Hors ligne

 

#26 26-12-2012 12:52:09

frigouret
Membre
Message n°22884
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 97 - Ecosociétalisme

Il y a un gâteau produit en phase d'activité ( la productivité intervient dans la grosseur de gâteau) , on coupe le gâteau en deux, pour doter les phases de formation et de repos, puis chacun sur sa part on enlève la dotation des malades et la contribution sociétale des actifs sans activités.


cool

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr