Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#1 25-10-2012 15:34:49

AJH
Membre
Message n°22142
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Le S.M.A.R.T.

Proposition SMART
(Système Monétaire À Réserves Totales)


Le terme «100% monnaie» utilisé par de nombreux auteurs depuis 1936  n’est ni porteur ni explicite; nous proposons ici de renommer cette proposition «SMART»

ACTUELLEMENT:

De plus en plus de gens savent maintenant que TOUTE la monnaie est produite par les banques commerciales, en particulier lors de l’émission de crédits aux particulier, aux entreprises et aux administrations.[1]

Les banques sont en principe tenues à des règles qui limitent leurs capacités d’émission de crédits par rapport à leurs fonds propres et à leurs capacités d’obtention de monnaie centrale, mais, par exemple, la titrisation et le shadow banking leur permettent de sortir des limites prudentielles. Les banques détiennent sur l’économie plus de 10 fois la disponibilité de monnaie de banque centrale.

La monnaie de crédit créée par une banque commerciale lorsqu’elle donne une suite favorable à la demande d’un emprunteur est ensuite détruite lors du remboursement correspondant. La masse monétaire est en fait la représentation instantanée du solde des crédits entre l’émission et le remboursement (l’image du niveau dans une baignoire est très parlant en considérant le «robinet du crédit» et la «bonde du remboursement».)

De ce fait la monnaie émise par les réseaux des banques commerciales est:

-       «payante» (du fait des intérêts demandés).

-       non régulée car soumises aux «esprits animaux» (Allais) des banquiers et des emprunteurs.

-       La monnaie scripturale n’est donc garantie que par des entreprises commerciales le plus souvent privées auquel il faut ajouter la garantie des dépôts à hauteur de 100000 € par compte. Face à une crise bancaire systémique, le fonds serait largement insuffisant (le Fond de Garantie des Dépôts ne peut garantir que 20 000 comptes à la hauteur maximale prévu par la loi.)

PROPOSITION

Les propositions de garantie totale de la monnaie, ou «100% monnaie», remontent au 19ème siècle, et ont été proposées sous forme pure ou équivalente par des économistes aussi connus que Walras, Ricardo, Von Mises, Fisher, Friedman, Allais, Minsky, ou Tobin, qui sont néanmoins des économistes considérés comme «libéraux» et préconisent:

1 – une différenciation nette entre la monnaie proprement dite(les moyens de paiement totalement «liquides» c’est-à-dire disponibles instantanément) et «l’épargne» qui dans ce cas n’est plus de la monnaie, n’étant disponible qu’à terme ou sous condition (l’épargne étant le M3 – M1 des actuelles «masses monétaires»).

2 – l’interdiction de création monétaire par le système des banques commerciales [2]

Pour obtenir ce résultat ils arrivent à la conclusion qu’il faut un éclatement des banques en 2 (ou 3) entités totalement indépendantes:

2.1 – Les CSM (Compagnies de Sécurité Monétaires ou banques de dépôts) comptables des dépôts de la clientèle et des échanges économiques. Ces dépôts doivent être garantis par un équivalent en Banque Centrale (réserves obligatoires égales au montant des dépôts) sous forme de titres éligibles «gelés».

2.2 –  Les banques de prêts dont le rôle est limité à l’intermédiation entre épargnants et emprunteurs

2.3 – Éventuellement, les banques d’investissement qui utilisent leurs fonds propres ou des prêts d’épargnants très informés sur les risques [3]

CONSÉQUENCES

Ainsi le système bancaire ne peut plus créer de nouvelle monnaie et toute augmentation de la masse monétaire ne peut être que le fait d’une émission monétaire de la banque centrale au bénéfice du Trésor Public [4]. Une simple séparation des banques de dépôts / banques d’investissements (Glass Steagall) ne permet pas ceci)

Ainsi les objectifs d’augmentation de la masse monétaire peuvent être déterminés par l’exécutif et le législatif et la Banque Centrale (qui garde un rôle de tenue des comptes de l’État, de conseil et de supervision du système bancaire) obéira aux injonction de ceux ci.

Les bénéfices pour la collectivité sont les suivants:

1. l’augmentation de la masse monétaire émise annuellement de 3% à 5% [5] est stricto sensu une recette budgétaire . On peut donc l’estimer de 60 à 100 milliards par an.

2. c’est une option  «politique», mais en imposant aux CSM le dépôt de l’équivalent de la monnaie actuelle (dépôts à vue) plus une partie de l’épargne courte actuelle qu’on peut estimer au total à 1200 milliards, c’est 2/3 de la dette publique actuelle (1800 milliards) qui pourrait être «gelée» en quelques années [6]. Ceci permettrait d’éviter une dépense annuelle d’intérêts de 30 à 40 milliards d’euros par an, qui, il est vrai, sont systématiquement empruntés avec pour conséquence l’augmentation de la dette .

3. Une meilleure efficacité de l’économie.

a) des taux d’intérêt véritablement représentatifs des préférences des agents économiques
b) le paiement du prix des services monétaires au juste prix concurrentiel
c) l’interdiction de la transformation financière.

4. La fin des distorsions dans la répartition des revenus ; aujourd’hui toute création monétaire ex nihilo par un système bancaire privé et commercial donne un droit sur la production qui n’a pas été acquis par un produit ou un service vendu.

5. Un contrôle aisé par l’opinion publique et par le Parlement de la création monétaire et de ses implications.

Dans le «SMART» l’État récupèrerait les gains de la création monétaire mais pas le contrôle. Celui-ci serait confié à la Banque Centrale agissant sous un mandat impératif protégé par la Constitution, mais plusieurs types de décision et de contrôle citoyen sont envisageables; la discussion sur la forme de l’organisation politique est ouverte. Il reste que c’est la banque centrale qui, en achetant des titres d’emprunt du gouvernement ou en lui faisant des avances sans échéance, provoque la création monétaire. Néanmoins le Trésor Public doit pouvoir décider d’émettre ou non des bons ou des obligations et la Banque Centrale est là pour prendre acte, les financer et tenir les comptes. [7]

PRÉCISIONS

1) le «SMART» permettra – de la même manière qu’actuellement – de faire face aux besoins imprévus de liquidité dans un système complètement sécurisé. Simplement, les lignes de crédit, qui continueraient bien entendu à exister, seraient gérées différemment.

2) il n’y aura aucun changement dans la masse de crédits en place au moment de la réforme et ces crédits pourront être renouvelés sans problème.

3) La masse monétaire en circulation continuera à augmenter selon le rythme souhaité, dont une partie (que l’on peut estimer à 15% de l’accroissement) accroitra l’épargne existante,

4) Les taux d’intérêt ajusteront l’offre et la demande sur les différentes échéances, créant ainsi les conditions d’une véritable efficience dans l’économie. Si l’offre de crédit disponible (compte épargne + capital des banques) est moins importante que la demande de crédit, les taux d’intérêt vont monter. Si l’offre de crédit est moins importante que la demande, les taux d’intérêt vont baisser. Les taux d’intérêt joueront à plein leur rôle de régulateur entre épargne et investissement. Mais en cas de besoin (tension trop forte sur les taux) la Banque de France pourra toujours procéder à des apports directs aux banques de prêts.

5) Les besoins d’épargne financière peuvent aussi être régulés à travers les mouvements de capitaux internationaux, sachant que la Banque centrale – sous contrôle et sur ordre du Parlement – devra veiller à ce que la masse monétaire en circulation, égale par définition à la monnaie de base dans le nouveau système, reste sur la pente requise (qui devrait être de l’ordre de 4 à 5 % du PIB l’an)

6) La mise en place du nouveau système serait pratiquement transparent pour les agents économiques (changements très marginaux dans leurs habitudes et les coûts) et n’entrainerait de véritables changements que pour les banques, sachant que, sur le plan interne, les activités à séparer sont déjà largement sectorisées.

7) Le « 100% monnaie » n’empêcherait pas totalement les mouvements spéculatifs (boursiers ou immobilier) mais il les atténuerait car : a) les achats ne pourraient être financés que sur les fonds disponibles et l’épargne courante, de telle sorte qu’un emballement spéculatif entraînerait immédiatement une montée des taux d’intérêt, b) les fluctuations violentes de la bourse n’ont que peu d’impact sur l’économie  si elles ne déstabilisent pas le système financier, ce qui serait le cas dans le «100% monnaie».

8)  A l’ objection erronée, qu’il n’y aura pas assez d’argent à prêter à l’économie nous pouvons répondre que les Banques de Prêts pourront prêter a) leur capital, b) l’argent déposé sur les comptes épargne, c) de l’argent emprunté sur les marchés financiers.

9)  Après la transition, le montant des comptes courants et des billets et pièces en circulation n’aura évidemment pas varié.

10) De la même manière qu’aujourd’hui, les comptes courants des entreprises et des particuliers, ainsi que les échanges commerciaux, seront gérés par les CSM qui tiendront les comptes de chacun. Les épargnants quant à eux pourront transférer le montant de leurs disponibilités en Banques de Prêts et choisir les taux et la durée auxquels ils acceptent de prêter.

CONCLUSION

Une nouvelle crise financière nous amènera nécessairement à la conclusion que les règles prudentielles (nécessité de fonds propres) sont totalement inopérantes. Seule la « nationalisation » totale de la monnaie, permise par le « SMART » permettra d’éviter la répétition constante des crises, comme l’avait déjà noté Irving Fisher en 1936.



André-Jacques Holbecq et le C.E.C.

NOTES
[1]            – Précisons le «toute», car l’objection immédiate va être « mais pas les billets, produits par la Banque Centrale». Cette objection est erronée car on ne peut se procurer de nouvelle monnaie fiduciaire que par un débit sur un compte scriptural bancaire (DAV) lui-même ne pouvant avoir d’existence que par une création initiale de monnaie scripturale de crédit. La circulation commerciale de cette monnaie ne lui permets que de passer de main en main.

[2]            – il est important de parler du système bancaire et non d’un réseau bancaire en particulier; en effet la capacité de création de monnaie par un seul réseau bancaire est limitée par la nécessité de garder un rapport entre les crédits accordés et les dépôts collectés, qui dépends de la part de marché de chaque banque vis à vis de ses concurrentes « Les banques doivent marcher au même pas», disait Keynes

[3]            – cette troisième catégorie bancaire est celle proposée par Allais afin d’éviter le risque de l’utilisation des épargnes par les banques de prêts pour des opérations risquées

[4]            – rappelons que nous avons la chance que la Banque de France soit en totalité propriété de l’État, ce qui n’est pas le cas dans tous les pays de l’U.E.

[5]            – Allais proposait 4,5% du PIB annuellement en considérant le total prévisible inflation plus croissance

[6]            – les CSM pourraient bénéficier de «garanties» de la part de la  banque centrale pendant les années de transition, garanties qu’elles devraient transférer progressivement en bons du trésor ou OAT; attention, c’est un «one shot»

[7]            -  Si l’on admet que le Trésor Public peut être obligé de se financer sur l’épargne – donc sur le marché et avec charge d’intérêts- c’est lui remettre les menottes ; mais il doit décider de le faire s’il le juge utile .


_____________________

Références :

- Maurice Allais «la crise mondiale d’aujourd’hui»  (Juglar 1998)
- Article de Christian Gomez «Une «vieille» idée peut-elle sauver l’économie mondiale?»
Un réexamen de la proposition d’une réforme radicale du système bancaire: L’imposition d’un coefficient de réserves de 100%» (présenté lors du colloque «la crise: trois ans après quels enseignements?» )
http://osonsallais.files.wordpress.com/ … ez-100.pdf
- Article de Gabriel Galand «Une monnaie à garantie totale, une vieille idée qui fait son chemin» (présenté lors du colloque monnaie – économistes atterrés – Mars 2012) sur http://osonsallais.wordpress.com/2012/0 … el-galand/
- F.M.I. : « The Chicago Plan Revisited » Jaromir Benes and Michael Kumho (August 2012) sur http://www.imf.org/external/pubs/ft/wp/2012/wp12202.pdf et
http://osonsallais.wordpress.com/2012/0 … sited-fmi/

Dernière modification par AJH (26-10-2012 19:47:27)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#2 25-10-2012 17:31:44

bernarddo
Membre
Message n°22143
Date d'inscription: 18-12-2008
Messages: 618

Re: Le S.M.A.R.T.

Il me semble qu'il faut expliciter ce que sous-entend interdiction de créer de la monnaie par les "banques de  prêts", à partir du distinguo fait ici entre prêt et investissement lequel je comprends comme l'existence pour le prêteur de la garantie de récupérer au moins son capital, qui n'existerait plus dans la cas de l'investisseur "averti" du risque qu'il prend pour son capital.
Pour moi, cela reviendrait de fait à dire que ce rôle d'intermédiaire devient un rôle de mutuelle, avec interdiction de fait de réclamer des intérêts supérieurs à la somme (de ce qui est nécessaire pour réaliser un remboursement intégral des prêteurs en cas de défaut des emprunteurs + la rémunération du travail de l'intermédiaire), et ce pour deux raisons
- la première, pratique,  puisque, dès qu'une de ces banques appliquait ce système, elle se verrait en position de prêter à des taux d'intérêts moindres que si elle se créait une "pelote".
- la seconde plus fondamentale, car elle pourrait alors sélectionner cette "pelote" pour prêter elle-même aux créanciers qui n'ont que peu de risque d'être en défaut tout en demandant alors des intérêts supérieurs au risque réellement perçu. Ou à l'inverse, de se lancer elle-même dans des investissements risqués. D'ailleurs elle ne serait plus alors un intermédiaire stricto-sensu.

Mon interprétation est-elle erronée, et dans la négative, pourquoi n'appellerait-on pas ces organismes par ce qu'ils seraient réellement: établissement de prêts mutualistes ?

Dernière modification par bernarddo (25-10-2012 17:34:51)

Hors ligne

 

#3 25-10-2012 17:48:22

AJH
Membre
Message n°22145
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

@Bernarddo
C'est une bonne remarque, mais "mutualiste" fait plutôt référence à la forme juridique d'une banque. Je préfère dans ce cas "Etablissement d'intermédiation" (sauf que c'est un mot qui n'est pas bien compris).

Cependant, la "banque de prêt" ne peut prêter que ce que les préteurs lui confie, elle n'est qu'un intermédiaire et ce n'est donc pas à elle de déterminer les taux d'intérêts qui sont (dans l'esprit d'Allais et dans le mien) un équilibre entre l'offre et la demande, tout en sachant que la Banque Centrale peut, en prêtant à ces banques, modifier l'équilibre du marché dans le sens d'une baisse des taux (désolé de parler ici comme un "libéral", mais c'est bien comme ça que ca fonctionne dans la réalité: on ne peut pas forcer un détenteur de disponibilités / liquidités à prêter s'il trouve que les taux sont trop bas)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#4 25-10-2012 18:24:44

bernarddo
Membre
Message n°22146
Date d'inscription: 18-12-2008
Messages: 618

Re: Le S.M.A.R.T.

Alors, je ne comprends plus.
Cela veut dire que les taux sont imposés par le marché? Sans aucun examen des cas particuliers de prêt ?
Je pensais qu'on responsabilisait ces banques par la nécessité d'avoir un équilibre "moyen" au niveau de CHAQUE établissement, mais en leur laissant leur liberté, et en laissant faire le marché, avec les nouvelles règles.

Et tant mieux si les détenteurs de fonds ne trouvent pas à prêter parce que cela leur rapporte insuffisamment. Il leur faudra dépenser!!

Cela nous montrerait que le système actuel, qui fonctionne comme ça, n'est pas viable.

C'est bien le problème actuel, le taux d'intérêt ne sera jamais suffisant pour un particulier dès lors qu'il y a un risque (cf la Grèce). Alors, ne peut-on pas stopper cette prétention à "aider" les gens qui n'en ont pas besoin, alors qu'en fait ce sont eux qui sont dans la position de faiblesse du julot qui trouve que sa protégée n'en fait pas assez?

Le risque du "prêt/investissement" , (c'est la même musique sauf que l'investisseur attend des dividendes en plus des intérêts) ne peut être pris que par un "collectif" étatique (prêteurs et emprunteurs). C'est l'investissement institutionnel, qui ne se soucie pas d'intérêt qui le peut. Car il sait qu'il a droit à un taux d'erreurs correspondant à une l'inflation monétaire qu'il pourra adapter à l'équilibre international par une dévaluation.

Tous outils qu'on a perdu depuis longtemps

Hors ligne

 

#5 26-10-2012 03:54:23

Jacques Roman
Membre
Message n°22153
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: Le S.M.A.R.T.

@AJH

Deux questions :

1) "1. L’augmentation de la masse monétaire émise annuellement de 3% à 5% [5] est stricto sensu une recette fiscale."

Il ne s'agirait pas plutôt de recette financière ? (Il me semble que la fiscalité n'a rien à voir avec cette question.)

2) Le  système proposé peut-il être adopté sans  inconvénient au seul niveau national, ou bien suppose-t-il  que les autres économies l'adoptent aussi ?

JR

Hors ligne

 

#6 26-10-2012 07:17:01

AJH
Membre
Message n°22155
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

@Jacques
1 - Non, il s'agit bien d'une recette fiscale puisque versé au compte du trésor public .. mais "budgétaire" pourrait être un mot adéquat également
2 - Oui dans le cas d'une monnaie nationale souveraine (ce qui n'est pas le cas de l'euro) ... ou alors au niveau de la zone euro


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#7 26-10-2012 19:33:37

Jacques Roman
Membre
Message n°22164
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: Le S.M.A.R.T.

AJH,

1) Versé au compte du trésor public ne signifie pas forcément recette  fiscale. "Fiscal" voudrait dire, dans le contexte, provenant de l'impôt ; bien sûr, ce ne serait pas le cas.  "Budgétaire" me paraît en effet beaucoup plus exact.

2) Une économie qui suivrait les règles monétaires que vous proposez ne risquerait-elle pas d'être pénalisée par rapport aux autres, par exemple, sous la forme d'un taux d'inflation chroniquement beaucoup plus fort et donc d'un appauvrissement relatif à long terme (on achète cher, on vend bon marché) ?  Le rôle fiduciaire joué actuellement par les banques amortit l'inflation : si l'État et lui seul imprimait de la monnaie à  volonté, ça se  saurait immédiatement et la monnaie se déprécierait très vite.  JR

Hors ligne

 

#8 26-10-2012 19:44:53

AJH
Membre
Message n°22166
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

J.R.

1 - oui, plus adéquat..
2 - je ne comprends pas ... pourquoi l'Etat émettrait-il plus de monnaie que ne le font les banques commerciales ? Qui a dit qu'il devait en émettre "à volonté ?
" Dans le «SMART» l’État récupèrerait les gains de la création monétaire mais pas le contrôle. Celui-ci serait confié à la Banque Centrale agissant sous un mandat impératif protégé par la Constitution, mais plusieurs types de décision et de contrôle citoyen sont envisageables; la discussion sur la forme de l’organisation politique est ouverte. Il reste que c’est la banque centrale qui, en achetant des titres d’emprunt du gouvernement ou en lui faisant des avances sans échéance, provoque la création monétaire. Néanmoins le Trésor Public doit pouvoir décider d’émettre ou non des bons ou des obligations et la Banque Centrale est là pour prendre acte, les financer et tenir les comptes."
En plus on en a déjà parlé 10 fois: au contraire l'intérêt demandé par les banques augmente l'inflation.

Dernière modification par AJH (26-10-2012 19:45:15)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#9 21-11-2012 18:20:36

lanredec
Membre
Message n°22615
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: Le S.M.A.R.T.

2) D'ailleurs le SMART est indépendant des relations entre l'État et la BC et tout à fait applicable en conservant les relations actuelles. La différence qu'il introduit est seulement que le coefficient multiplicatif entre la masse de monnaie centrale et la masse monétaire est fixé à 1 au lieu de fluctuer au gré de l'humeur des marchés financiers. La question du financement du Trésor Public et celle de l'intérêt sont complètement déconnectées du SMART.


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

#10 22-11-2012 07:47:55

AJH
Membre
Message n°22617
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

Ceci dit je me sens aussi de plus en plus proche des néochartalistes et des circuitistes (voir par exemple http://ecodemystificateur.blog.free.fr/ … %A9siennes ) et je rêve d'un système intégrant l'organisation bancaire du SMART et les propositions de certains de ces post keynésiens pour lesquels "toute nation dotée d’une monnaie souveraine sera capable « d’offrir » le plein-emploi. ".

Dernière modification par AJH (22-11-2012 07:48:15)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#11 22-11-2012 08:06:16

AJH
Membre
Message n°22618
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

Jean Jégu, dans les commentaires de l'article d'écodémistificateur explique une position fort saine:

"En fait je ne veux pas dire qu'il n'y a pas de contraintes d'émission mais plutôt que la contrainte n'est pas de l'ordre de l'avoir ( j'ai ou je n'ai pas la monnaie ) mais de l'ordre de la valeur. Moi, l'Etat, j'ai toujours la monnaie puisque qu'elle sort de ma signature, mais je dois préserver sa valeur, la valeur de ma signature. Il ne s'agit plus de monnaie d'endettement ( intérêts dus ) , mais de monnaie d'engagement ( obligations ( du verbe "s'obliger à") à respecter ). Dans cette optique, on peut très bien distinguer le rôle d'un Trésor Public et celui d'une Banque Centrale. C'est une question d'organisation et non pas de principe. Le Trésor Public pourrait être l'organisme comptable de l'état pour tout ce qui est de la gestion interne de l'économie nationale. La Banque Centrale serait alors l'organisme représentant l'état face aux autres économies , autrement dit l'organisme chargé de gérer la valeur de la devise nationale face aux autres devises. Dans cette perspective, la quantité totale de monnaie nationale serait un paramètre qui serait à ajuster par la Banque Centrale et encadrerait les activités du Trésor Public. Ce ne sont là que deux aspects d'une même réalité nationale ( aspects internes, aspects externes ) qui sont à placer l'un comme l'autre sous la responsabilité de l'état. C'est là qu'il y a une réelle unification et que l'indépendance de la BC est inacceptable. Cependant, si la fusion institutionnelle avec le Trésor Public est possible, elle n'en résulte pas nécessairement. C'est et ce n'est qu'une question d'organisation. "

Dernière modification par AJH (22-11-2012 08:06:43)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#12 22-11-2012 10:01:27

lanredec
Membre
Message n°22620
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: Le S.M.A.R.T.

Ce concept d'indépendance de la banque centrale mériterait d'être explicité par tous les gens qui veulent en dire du bien ou du mal. Parle-t-on d'indépendance du contrôle de la Nation ? d'indépendance de l'État (et qu'entend on par là) ? ou de séparation des pouvoirs (et si on veut associer la BC à un des autres pouvoirs, lequel) ?

Pour moi la BC doit rester sous le contrôle de la Nation. C'est une administration publique (un organisme qui administre un aspect du bien public) donc une branche de l'État. Par contre son rôle est suffisamment clair, ou du moins peut être défini de façon suffisamment claire par une charte, et nécessite des politiques à suffisamment long terme pour que cette charte soit de niveau constitutionnel. Elle ne doit donc pas dépendre du parlement (qui ne devrait s'occuper que de la loi et non de la constitution : "Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir"). Elle ne doit pas non plus dépendre de l'exécutif dont le rôle, qui est d'administrer au mieux les dépenses, dans le cadre des recettes définies (ou au moins ratifiées) par le pouvoir législatif, le placerait en conflit d'intérêt avec les objectifs de la BC.


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

#13 22-11-2012 10:22:11

AJH
Membre
Message n°22621
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

Une émission monétaire de la BC  est une recette budgétaire puisqu'elle est mise à disposition du Trésor Public.

Comme le rôle primordial du Parlement est de déterminer (et voter) le Budget, la Banque de France doit être aux ordres du Peuple (pour le moment via le Parlement élu en attendant une chambre tirée au sort).

La BC est une administration, et son Directeur doit pouvoir exprimer librement son avis devant les représentants du Peuple, mais ce n'est pas à lui de décider la politique monétaire du pays.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#14 22-11-2012 11:11:45

lanredec
Membre
Message n°22623
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: Le S.M.A.R.T.

AJH a écrit:

Une émission monétaire de la BC  est une recette budgétaire puisqu'elle est mise à disposition du Trésor Public.

C'est une des possibilités.

AJH a écrit:

Comme le rôle primordial du Parlement est de déterminer (et voter) le Budget, la Banque de France doit être aux ordres du Peuple

Les deux affirmations sont vraies. L'implication peut être discutée.

AJH a écrit:

(pour le moment via le Parlement élu en attendant une chambre tirée au sort).

La BC est une administration, et son Directeur doit pouvoir exprimer librement son avis devant les représentants du Peuple, mais ce n'est pas à lui de décider la politique monétaire du pays.

Déterminer une politique monétaire n'est pas à la portée de tout le monde. Or les représentants, élus ou, à plus forte raison, tirés au sort, sont tout le monde.
Leur donner cette responsabilité c'est rendre irresponsable un gouverneur de la BC qui a tous les moyens d'enfumer ces représentants. Ceux ci porteront toute la responsabilité morale des erreurs/fautes du gouverneur. Et qui devra supporter les conséquences de ces erreurs/fautes ?
Je préfère largement laisser le gouverneur de la BC déterminer la stratégie et la tactique monétaire (dans le cadre d'une charte suffisamment contraignante, à valeur constitutionnelle, donc votée par le peuple et s'imposant également au parlement et au gouvernement) et qu'il porte directement et personnellement la responsabilité civile et pénale du respect de cette charte (en permettant au peuple l'initiative révocatoire et l'action de groupe).

Dernière modification par lanredec (22-11-2012 11:31:25)


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

#15 22-11-2012 12:27:02

AJH
Membre
Message n°22624
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

@Landerec
Sur le troisième point (laisser le Gouverneur de la BC déterminer la stratégie et la tactique monétaire) ce n'est pas mon avis.
Sur l'émission monétaire la BC doit (c'est mon avis) suivre les ordres du Parlement (le Parlement peut avoir d'autres avis que celui du Gouverneur, ceux d'experts, d'économistes, de la Cour des Comptes, du Conseil de la Politique Monétaire, de l'Agence France Trésor, etc..)
Sur la gestion courante le Gouverneur est bien évidemment responsable, que nous nous mettions dans le cas du SMART ou dans l'actuel système (réserves fractionnaires) qui n'empêcherait pas la BC de financer directement l'Etat en augmentant les Réserves Obligatoires pour limiter la capacité des banques commerciales de créer trop de monnaie supplémentaire.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#16 22-11-2012 12:58:02

bernarddo
Membre
Message n°22625
Date d'inscription: 18-12-2008
Messages: 618

Re: Le S.M.A.R.T.

J'ai un petit souci de fond dans le système SMART

Si on parle de gestion de la masse monétaire par le Trésor, quid du contrôle des monnaies étrangères injectées dans le système: il faut probablement prévoir un mécanisme nouveau de contrôle de changes.
Ma préoccupation est-elle sans objet, ou quel serait le mécanisme déjà envisagé ?

Hors ligne

 

#17 22-11-2012 15:13:41

AJH
Membre
Message n°22629
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

Un dépôt de devise par un client (exportateur par exemple) en banque de dépôt (CSM dans le cas du SMART)  est nécessairement transféré à la Banque Centrale, à l'actif de celle ci . Elle créera, au bénéfice de l'exportateur l'équivalent en monnaie nationale en contrepartie de cette créance.
J'avoue que je ne vois pas la nécessité d'un contrôle des change qui serait consécutif à ça, mais je n'ai peut être pas bien compris la question ?


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#18 22-11-2012 15:43:14

Ana Sailland
Membre
Message n°22630
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: Le S.M.A.R.T.

#1 -> paragraphe "précisions"  >>> 8b

Les banques de prêt pourraient prêter l'épargne de leurs clients ?

Droits du client ?

___________

En tout cas, hors peut être le détail ici ou là,  le SMART me semble être de nature à réduire/supprimer la folie, les blocages, et le hold up sur la vie, du système présent.

Hors ligne

 

#19 22-11-2012 15:49:00

AJH
Membre
Message n°22631
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

@Ana
Oui, c'est même la raison d'être des banques de prêts, intermédiaires entre l'offre de monnaie (épargne) et la demande de monnaie (emprunteurs), de la même manière qu'actuellement par les sociétés financières (NEF par exemple), sauf qu'actuellement on ne sait pas - dans le cas des banques - si la monnaie prêtée est de l'épargne antérieure ou de la nouvelle création monétaire.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#20 22-11-2012 16:15:37

AJH
Membre
Message n°22632
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

"Droits du client ?" peux tu préciser ?


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#21 22-11-2012 20:17:16

Ana Sailland
Membre
Message n°22633
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: Le S.M.A.R.T.

disponibilité de ses fonds 

participation à la prise de décision  (à qui prête-t-on son argent)

sa part du revenu

(c'est le deuxième point qui m'intéresse le plus, d'un point de vue démocratie réelle)

Hors ligne

 

#22 23-11-2012 07:43:31

AJH
Membre
Message n°22638
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

Bonjour Ana
Il n'y a aucune raison qu'il n'existe pas, exactement comme maintenant, de multiples produits d'épargne et c'est ensuite à la loi de déterminer les règles qui s'appliquent aux relations entre prêteur, intermédiaire, emprunteur)

La petite différence est qu'un prêteur déterminera la durée à laquelle il veut prêter (de 1 jour à X années) et qu'un changement d'avis en cours de contrat ne sera possible qu'avec pénalité, ceci afin d'éviter que les intermédiaires (banques de prêts) puissent jouer sur les termes
Comme l'écrivait Allais :

La réforme du mécanisme de crédit doit ainsi rendre impossibles à la fois la création de monnaie ex nihilo et l’emprunt à court terme pour financer des prêts à plus long terme, en ne permettant que des prêts à des échéances plus rapprochées que celle correspondant aux fonds empruntés.

Cette double condition implique une modification profonde des structures bancaires et financières reposant sur la dissociation totale des activités bancaires telles qu’elles se constatent aujourd’hui et leur attribution à trois catégories d’établissements distincts et indépendants :

1. des banques de dépôt assurant seulement, à l’exclusion de toute opération de prêt, les encaissements et les paiements, et la garde des dépôts de leurs clients, les frais correspondants étant facturés à ces derniers, et les comptes des clients ne pouvant comporter aucun découvert ;

2. des banques de prêt empruntant à des termes donnés et prêtant les fonds empruntés à des termes plus courts, le montant global des prêts ne pouvant excéder le montant global des fonds empruntés ;

3. des banques d’affaires empruntant directement au public ou aux banques de prêt et investissant les fonds empruntés dans les entreprises

Sur ta seconde question, il n'y a pas de raison (sauf à légiférer) que ça soit différent d'aujourd'hui: tu as le choix de ton intermédiaire financier (par exemple la NEF) qui te garantira la qualité éthique de ton placement, mais d'autres ne le feront surement pas... c'est à l'épargnant à l'imposer.

Pour le troisième point ... c'est l'accord entre épargnant et emprunteur, mais il restera des produits d'épargne tels ceux existant actuellement (livret A,  LDD, livret d'épargne populaire, livret jeune, etc ...) ... les décrêts d'applications détermineront les durées de détention minima.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#23 23-11-2012 07:52:25

AJH
Membre
Message n°22639
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

Michael Kumhof: The Chicago Plan Revisited - The Advantages of 100% Money
Présentation vidéo en anglais
http://www.youtube.com/watch?v=tnehf-U5 … e=youtu.be

ou
http://tinyurl.com/c6uvczg

Article F.M.I. : « The Chicago Plan Revisited » Jaromir Benes and Michael Kumho (August 2012) sur http://www.imf.org/external/pubs/ft/wp/2012/wp12202.pdf et
http://osonsallais.wordpress.com/2012/0 … sited-fmi/


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#24 23-11-2012 14:59:42

bernarddo
Membre
Message n°22643
Date d'inscription: 18-12-2008
Messages: 618

Re: Le S.M.A.R.T.

AJH a écrit:

Un dépôt de devise par un client (exportateur par exemple) en banque de dépôt (CSM dans le cas du SMART)  est nécessairement transféré à la Banque Centrale, à l'actif de celle ci . Elle créera, au bénéfice de l'exportateur l'équivalent en monnaie nationale en contrepartie de cette créance.
J'avoue que je ne vois pas la nécessité d'un contrôle des change qui serait consécutif à ça, mais je n'ai peut être pas bien compris la question ?

Mon inquiétude ne concerne pas le commerce réel, mais la spéculation financière qui, selon moi, a la possibilité de créer (ou détruire) de la monnaie nationale, est-ce que je me trompe ?

Hors ligne

 

#25 23-11-2012 16:30:15

lanredec
Membre
Message n°22646
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: Le S.M.A.R.T.

Avec le SMART, si j'ai compris, il y a une seule façon de créer de la monnaie nationale, l'émission par la BC, et deux façons de la détruire, le retrait par la BC et la destruction physique d'un support fiduciaire (le billet de 500 F de Gainsbourg). La spéculation peut amener la BC à choisir de le faire pour la contrer mais ce sera toujours une décision de la BC et non un événement subi. Enfin, toujours si j'ai compris.

Dernière modification par lanredec (23-11-2012 16:33:10)


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

#26 23-11-2012 17:42:31

AJH
Membre
Message n°22648
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

@Bernarddo : non il devient impossible de créer de la monnaie puisque aucun des trois types de banques n'a la possibilité de le faire, puisque toute la monnaie doit avoir sa contrepartie en Banque Centrale (ou alors ça serait littéralement de la fausse monnaie)

@Landerec : oui c'est ça mais le Trésor Public est le maître du jeu de la destruction (s'il semble opportun de réduire la masse monétaire) en ne remettant pas en circulation une partie des recettes fiscales (en réduisant les dépenses des administrations publiques), sans qu'il n'y ait effectivement de "destruction" ... juste un "gel"..


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#27 23-11-2012 17:46:00

Ana Sailland
Membre
Message n°22649
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: Le S.M.A.R.T.

Loyer de l'argent

Le fait de maintenir ce concept ne conduirait il pas à la reconduction de certains ennuis actuels, même atténués ?

Dans cette optique :

Je sais que AJH n'est pas favorable à la monnaie fondante, mais moi si wink
Et :  une  fonte annulée/compensée dans le cas du fiduciaire prêté ... ?  ... juste une idée ...

Hors ligne

 

#28 23-11-2012 18:05:32

AJH
Membre
Message n°22651
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

Non Ana, je ne suis pas favorable à la monnaie fondante car je ne considère pas qu'il faille augmenter d'une manière artificielle la vitesse de circulation de la monnaie (et donc "forcer la consommation" par ce biais): il y a un problème de répartition dans la société, pas de quantité.

Pour le "loyer" de l'argent, tu connais ma position qui est loin d'être extrême, mais je considère qu'un prêteur (outre une assurance de remboursement payée par l'emprunteur) doit bénéficier d'un juste dédommagement de l'inflation, de son effort d'épargne et du fait qu'il se prive de consommer, et d'une part du "bénéfice" que va retirer l'emprunteur.
Une "juste" rémunération consiste à mon sens de : inflation + x% (fonction de la durée où il va bloquer son épargne) + % de croissance de l'économie.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#29 24-11-2012 03:26:48

Ana Sailland
Membre
Message n°22654
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: Le S.M.A.R.T.

Comment se fait il que le prêteur possède tant de ce dont d'autres ont besoin pour créer ? wink

Dernière modification par Ana Sailland (24-11-2012 03:27:32)

Hors ligne

 

#30 24-11-2012 09:03:04

bernarddo
Membre
Message n°22656
Date d'inscription: 18-12-2008
Messages: 618

Re: Le S.M.A.R.T.

AJH a écrit:

@Bernarddo : non il devient impossible de créer de la monnaie puisque aucun des trois types de banques n'a la possibilité de le faire, puisque toute la monnaie doit avoir sa contrepartie en Banque Centrale (ou alors ça serait littéralement de la fausse monnaie)

Cela suppose à non sens que toutes les transactions doivent être réelles, et cela n'est pas compatible avec les transactions financières virtuelles actuelles qui ne concerneraient plus la monnaie nationale, puisque la question de la contrepartie empêcherait les banques d'entrer dans ce système qui va beaucoup trop vite pour la gérer.
Ai-je bien compris?

Hors ligne

 

#31 24-11-2012 09:23:05

Sandy
Membre
Message n°22657
Date d'inscription: 28-11-2006
Messages: 2421

Re: Le S.M.A.R.T.

dans les faits un prêteur ne se prive pas de consommer, il a simplement de l'argent en trop dont il ne sait pas quoi faire, il ne fournit en réalité aucun effort c'est de la rente et non pas du travail, il n'y a rien qui justifie que la rente soit rémunérée
au contraire plus elle se développe et plus elle est rémunérée, plus cela génère le problème de répartition qui est bel et bien en effet le problème central en France

Hors ligne

 

#32 24-11-2012 09:24:27

AJH
Membre
Message n°22658
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

@Bernarddo
Désolé, ce n'est pas de la mauvaise volonté, mais je ne comprends pas
(c'est quoi pour vous "  les transactions doivent être réelles "  ?)

Les transactions financières actuelles ne sont pas "virtuelles" mais scripturales/électroniques .. ce n'est pas pareil. A la sortie il y a des gagnants et des perdants en monnaie "réelle" (scripturale), et cette monnaie a toujours été initialement produite (créée) par le système bancaire, même si c'est pour "compte propre".


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#33 26-11-2012 04:13:44

Jacques Roman
Membre
Message n°22671
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: Le S.M.A.R.T.

Comme je le vois, la monnaie scripturale n'est que la promesse de remettre la vraie monnaie, ou alors c'est de la fausse monnaie officiellement autorisée. C'est tout ce qui la distingue de la vraie fausse monnaie telle que définie par AJH dans son système (monnaie non garantie par des dépôts équivalents à la Banque centrale).

Ce que le système bancaire crée ne peut être dans tous les cas que de la fausse monnaie. Appelez-la virtuelle si vous voulez, en ce sens qu'il s'agit de monnaie qui n'existe pas, ou pas encore. Les produits financiers dérivés sont des instruments indirects de circulation de fausse monnaie. JR

Dernière modification par Jacques Roman (26-11-2012 04:36:42)

Hors ligne

 

#34 26-11-2012 08:05:04

AJH
Membre
Message n°22675
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

Et on rejoint Allais

" Une telle réforme aurait l’avantage de la clarté et de la transparence. Aujourd’hui, les revenus provenant de la création monétaire sont distribués de façon anonyme entre une foule de parties prenantes, sans que personne ne puisse réellement identifier qui en profite. Ces revenus ne font que susciter iniquité et instabilité et, en favorisant les investissements non réellement rentables pour la collectivité, ils ne font que susciter un gaspillage de capital. Dans son essence, la création de monnaie ex nihilo actuelle par le système bancaire est identique, je n’hésite pas à le dire pour bien faire comprendre ce qui est réellement en cause, à la création de monnaie par les faux monnayeurs, si justement condamnée par la loi. Concrètement, elle aboutit aux mêmes résultats. La différence est que ceux qui en profitent sont différents.

Dernière modification par AJH (26-11-2012 08:05:45)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#35 26-11-2012 17:09:14

bernarddo
Membre
Message n°22681
Date d'inscription: 18-12-2008
Messages: 618

Re: Le S.M.A.R.T.

J'essaye d'imaginer l'aspect pratique sous un exemple simple.

Un spéculateur achète 10000 Wons (ou 100 litres d'huile de palme) avec 100 Fr, et parvient à les revendre 120 F.

Qu'est-ce qui a changé par le SMART?
Est-ce considéré comme une augmentation de la masse monétaire ?
Comment est que celà devient une "recette fiscale" ?
La richesse réelle n'ayant pas changé, (rien n'a été produit, ni perdu), il en résulte normalement une dévaluation de fait de la monnaie qui a crû en volume, comment le système SMART la prend-elle en compte?

Que se passe-t-il s'il y a perte ?




C

Hors ligne

 

#36 26-11-2012 17:34:22

AJH
Membre
Message n°22682
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

@Bernarddo
Pas plus qu'aujourd'hui il n'y a d'augmentation de la masse monétaire lors d'une transaction de ce type: les 120 F existaient dans la "poche" de l'acheteur, ils changent de poche et le commerçant (ou le spéculateur) fait un bénéfice de 20.

Aujourd'hui: les banques créent la monnaie par monétisation de créances lors d'un crédit (un prêt)
Dans le SMART: les banques ne peuvent prêter que de la monnaie existante qui aura été introduite dans l'économie par le Trésor Public uniquement.


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#37 28-11-2012 11:33:43

AJH
Membre
Message n°22685
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: Le S.M.A.R.T.

Un article de Gaël Giraud sur la "Revue Banque"


Rendre le monopole de la création monétaire aux banques centrales ?


Dans les années 1930, un groupe d’économistes de l’université de Chicago, associé à Irving Fisher, a proposé un plan de retour au monopole public de la création de monnaie. Qu'impliquerait aujourd'hui la mise en place de cette règle dite du 100% money ?
Ayant perdu le pouvoir de création monétaire, les banques deviendraient ce que le grand public croit qu'elles sont : de purs intermédiaires entre épargnants et emprunteurs.

Cet article est extrait de
Revue Banque n°752

On a pu croire résolue la question du contrôle de la masse monétaire en circulation par la Banque Centrale, mais l'expérience récente montre qu'il n'en est rien. Si, au cours des années 1990, la règle de Friedman (qui portait uniquement sur la croissance d'un agrégat monétaire de référence) a été abandonnée – partiellement seulement du côté européen, complètement du côté américain –, c'est après que les banquiers centraux se sont rendu compte que la manipulation de M0 ne leur permettait plus d'agir efficacement sur l'évolution de M1 et des autres agrégats [1]. Le trop faible impact des politiques de quantitative easing adoptées depuis 2008 et d'abaissement des taux courts à leur plancher (ZIRP [2]) rappelle que la manipulation du taux d'intérêt n'est pas nécessairement plus couronnée de succès que celle de la masse monétaire : tout comme nous avons assisté à un découplage de M1 et de M0, nous observons depuis quelques années un découplage de M1 et du taux de refinancement de la Banque Centrale. C'est dans ce contexte qu'une réflexion autour des réserves fractionnaires des banques de second rang est menée à frais nouveaux, notamment au FMI.

La fin des réserves fractionnaires ...

La suite sur  http://www.revue-banque.fr/risques-regl … anques-cen


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#38 29-11-2012 00:06:04

Patrick Flécheux
Membre
Message n°22691
Lieu: Vitry s/Seine (94)
Date d'inscription: 21-12-2011
Messages: 497

Re: Le S.M.A.R.T.

Bonjour AJH

Veuillez m'excuser si je dis une grosse connerie où une impossibilité de fait. Mais, même si je ne sais pas vraiment comment, mon esprit tordu subodore une possible manipulation des taux ou une possible fragilité, voir même déstabilisation possible du système SMART.

1/ Je suppose que plus l'argent est prêté longtemps, plus le taux du prêt sera élevé ? ...
Les taux d'intérêts étant aussi fonction de la durée du prêt, il se passe quoi si l'emprunteur rembourse toute la somme dut beaucoup plus tôt que prévu ?

En aura t-il le droit ? - La question est peut-être stupide et la réponse évidente mais ... - Si oui sous quelles conditions ? Car :

2/ Imaginons qu'un consortium de multinationales et de banques spéculatrices veuille foutre en l'air le SMART. (Car, je crois comprendre que les spéculateurs vont perdre beaucoup d'argent vu qu'ils ne pourront plus ou difficilement spéculer sur l'argent public et/ou sur les taux d'intérêts.)

Consortium qui emprunteraient plusieurs centaines de milliards d'un seul coup sous couvert de financements pour une transition écologique massive par exemple.

Si la durée du prêt influe sur les taux d'intérêts, il doit être possible pour de très gros emprunteurs (banques, multinationales) d'emprunter à un un fort taux par exemple 10% sur vingts ans. Et de tout rembourser à 2% au bout de 3 mois.

Les sommes empruntées par ce consortium pouvant être énormes, (certaines boites aillant quand même un CA supérieur au PIB de certains pays) elles ne seraient pas forcement disponibles à la BC.
Donc la BC avec l'accord des "représentatifs", à qui l'ont ferai miroiter un super taux de croissance pendant 20 ans, devrait fabriquer de l'argent pour honorer ce prêt, tout en prévoyant (je suppose pour des histoires d'inflation ou de déflation) une injection dans l'économie sur vingts ans des recettes supplémentaires induites par les intérêts à 10%.   

La BC et l'Exécutif ont donc prévu que X milliards d'intérêts supplémentaires devraient alimenter l'économie du pays pendant 20 ans.
Mais paf, les mecs remboursent tout en 3 mois. Et les X milliards prévus pour une longue période se transforment X milliards injectés instantanément dans l'économie.

On se retrouverai donc en peu de temps avec une masse considérable de monnaie imprévue qui dévaluerai la monnaie existante je suppose ? Et qui métrait donc en péril le système.

Je sais que ça fait théorie du complot. Mais le contrôle sur les "représentatifs" et sur l'économie européenne et mondiale des prédateurs montre bien que les spéculateurs sont capables et ont le potentiel pour déstabiliser tout un continent si ça peut servir leurs intérêts. Donc, je paranoïe sans complexe ... smile

Dernière modification par Patrick Flécheux (29-11-2012 09:25:50)


“Le jour où l’idée même de détenir ou de prendre le “Pouvoir” sur autrui sera devenue exécrable au plus grand nombre, alors les hommes qui ne rêvent que de pouvoir n’auront plus de pouvoir sur rien, car plus personne sur qui l’exercer.” A Men

Hors ligne

 

#39 29-11-2012 05:45:19

Jacques Roman
Membre
Message n°22693
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: Le S.M.A.R.T.

AJH a écrit:

Et on rejoint Allais

" Une telle réforme aurait l’avantage de la clarté et de la transparence. Aujourd’hui, les revenus provenant de la création monétaire sont distribués de façon anonyme entre une foule de parties prenantes, sans que personne ne puisse réellement identifier qui en profite. Ces revenus ne font que susciter iniquité et instabilité et, en favorisant les investissements non réellement rentables pour la collectivité, ils ne font que susciter un gaspillage de capital. Dans son essence, la création de monnaie ex nihilo actuelle par le système bancaire est identique, je n’hésite pas à le dire pour bien faire comprendre ce qui est réellement en cause, à la création de monnaie par les faux monnayeurs, si justement condamnée par la loi. Concrètement, elle aboutit aux mêmes résultats. La différence est que ceux qui en profitent sont différents.

Allais était un grand homme.  JR

Hors ligne

 

#40 29-11-2012 09:18:56

lanredec
Membre
Message n°22696
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: Le S.M.A.R.T.

Patrick Flécheux a écrit:

il se passe quoi si l'emprunteur rembourse toute la somme dut beaucoup plus tôt que prévu ?

Il semble que vous n'ayez jamais emprunté d'argent à une banque. Et je vous en félicite.

Le taux ne dépend pas que de la durée. Et en fait la plupart du temps le taux est plus élevé pour des emprunts courts (sinon on n'emprunterait qu'à court terme en réempruntant pour rembourser).

En général le remboursement anticipé est prévu dans les contrats de prêt. Non seulement le taux ne change pas mais même l'emprunteur doit dédommager la banque du manque à gagner. J'ai eu à le faire il y a peu, le contrat prévoyait que je paye six mois d'intérêts supplémentaires.

Quoi qu'il en soit tout ceci est relativement indépendant du taux de couverture, et ne concerne que la banque commerciale et pas la banque centrale. Je dis relativement parce que la banque commerciale va être plus incitée à faire varier ses taux en fonction de l'offre et de la demande (en couverture fractionnaire l'offre est virtuellement illimitée, en couverture totale elle est strictement bornée), et si de gros emprunteurs arrivent pour demander un montant qui risque d'assécher ses réserves, le taux proposé va être dissuasif.


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr