Forum du plan C : pour une Constitution écrite par et pour les Citoyens

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.
Les membres de l'Assemblée constituante doivent être tirés au sort
et, bien sûr, inéligibles aux fonctions qu'ils instituent eux-mêmes.

Vous n'êtes pas identifié.

Bienvenue :o)

Bonjour :o)
Ici, depuis le 1er janvier 2006, nous parlons d'un sujet que les politiciens de métier voudraient bien garder pour eux : nous parlons de la Constitution, de ce texte absolument fondamental pour tous les citoyens (et pourtant complètement négligé par eux), de ce texte qui pourrait nous protéger tous contre les abus de pouvoir si nous le faisions nôtre au lieu d'en abandonner la maîtrise à ceux-là mêmes qu'il est censé contrôler.
Nous discutons principe par principe, méthodiquement. Nous avons d'abord suivi le plan de mon document "Les grands principes d'une bonne Constitution", mais nous avons ensuite élargi nos thèmes à partir de vos réflexions, critiques et suggestions. C'est simplement passionnant. Ce que nous avons mis au clair sur la monnaie, sur le vote blanc, sur les vertus méconnues du tirage au sort et sur le référendum d’initiative populaire, par exemple, est enthousiasmant.
Le prolongement de cette réflexion constituante, c’est d’écrire enfin nous-mêmes un exemple de constitution, article par article. C’est ce qui se passe sur la partie wiki-constitution de ce site. Je vous invite à venir y participer également, ne serait-ce que sur un article ou deux. Vous verrez, c’est passionnant ; on sent vite qu’on est là sur l’essentiel, sur la seule vraie cause (et aussi la solution !) de nos impuissances politiques.
C’est un projet pédagogique en quelque sorte, un objet concret, réel, qui montre que 1) c'est possible : des hommes dont ce n'est pas le métier peuvent écrire une Constitution, et 2) c'est beaucoup mieux : quand ils n'écrivent pas des règles pour eux-mêmes, quand ils n'ont pas un intérêt personnel à l'impuissance des citoyens, les délégués constituants écrivent les règles d'une authentique démocratie. Merci à tous pour ce travail formidable.
Amitiés. Étienne.
[19 août 2012 : ATTENTION : pour cause de spam ultra-actif mi 2012, je FERME la possibilité aux nouveaux venus de créer un compte sans moi : il faut m'écrire à etienne.chouard@free.fr (EN ME DONNANT LE PSEUDO QUE VOUS VOULEZ) et je créerai votre compte à votre place. Il faudra ensuite venir ici pour définir un nouveau mot de passe. Désolé, mais les spammeurs deviennent infects et je n'ai pas le temps de gérer les spams (je préfère vous aider un à un à nous rejoindre). Au plaisir de vous lire. ÉC]

#1321 06-03-2012 08:48:08

gilles
Membre
Message n°15435
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1354

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/ba/Flag_of_Germany.svg/125px-Flag_of_Germany.svg.png


Les citoyens contre l'euro-manie
Bürger gegen den Euro-Wahn

En Allemagne aussi, on ne supporte plus l'euro et des mouvements d'éducation populaire expliquent les mécanismes monétaires :
Auch in Deutschland, nicht mehr unterstützt den Euro, der Volksbildung Bewegungen erklären Währungsregelungen:

Annonce de la conférence : http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=3116

Une intervention d'Oliver Janich, ancien éditorialiste à FOCUS Money : http://www.youtube.com/watch?v=qVt7t8V_x6M



Modification du 11 mai 2012 : Mise en gras des liens hypertexte

Dernière modification par gilles (11-05-2012 12:35:17)

Hors ligne

 

#1322 06-03-2012 09:22:29

lanredec
Membre
Message n°15436
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Ana Sailland a écrit:

Une monnaie unique ne peut fonctionner que dans le cadre d'une économie unique, avec une dette unique et une richesse uniques.

Et avant tout une protection sociale unique, et donc une fiscalité unique.


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

#1323 06-03-2012 11:19:48

Ana Sailland
Membre
Message n°15437
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

En effet.

Plus  aucune souveraineté nationale ?

C'est peut être là que le bas blesse : trop tôt dans l'Histoire, le mécanisme d'union (centraliste ou fédéraliste) devait ménager les susceptibilités et donc intégrer d'énormes potentialités de distorsion. (?)

Dernière modification par Ana Sailland (06-03-2012 11:50:08)

Hors ligne

 

#1324 07-03-2012 00:56:07

frigouret
Membre
Message n°15445
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Je ne sais pas ce que va vaut mais ne pourrait on pas imaginer que les systèmes de protections social soit privées , des mutuelles , et pourquoi pas en concurrence MAIS que l'on y adhere collectivement au niveau communal, par voie démocratique évidemment, pour conserver la solidarité ?


cool

Hors ligne

 

#1325 07-03-2012 03:35:23

Jacques Roman
Membre
Message n°15448
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Ana Sailland a écrit:

Une monnaie unique ne peut fonctionner que dans le cadre d'une économie unique, avec une dette unique et une richesse uniques.

ou bien ?

Pourriez-vous nommer un pays où la monnaie unique fonctionne ou a fonctionné dans les conditions que vous dites ?

Dans la négative, il faudrait conclure qu'aucune monnaie unique n'a jamais fonctionné, c'est bien ça ? JR

Hors ligne

 

#1326 07-03-2012 06:43:03

Ana Sailland
Membre
Message n°15453
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

La France, autrefois.

Hors ligne

 

#1327 07-03-2012 08:51:41

lanredec
Membre
Message n°15456
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

frigouret a écrit:

Je ne sais pas ce que va vaut mais ne pourrait on pas imaginer que les systèmes de protections social soit privées , des mutuelles , et pourquoi pas en concurrence MAIS que l'on y adhere collectivement au niveau communal, par voie démocratique évidemment, pour conserver la solidarité ?

Les mutuelles ne relèvent pas de la propriété privée mais de la propriété commune : vous ne pouvez pas vendre votre part d'une mutuelle.

A part ce détail (!) oui, bien sûr : tout ce qui est faisable à l'échelle d'un État (dans le domaine organisationnel) est faisable à l'échelle d'une commune. C'est le sens contraire qui pose problème.

Mais le périmètre sur lequel agit le système de protection sociale doit être le même que celui sur lequel agit le système monétaire : à l'intérieur de ce dernier, en l'absence de redistribution sociale et fiscale, la mécanique économique fait que les régions les plus pauvres deviennent de plus en plus pauvres et les régions les plus riches deviennent de plus en plus riches. Un système d'assurance chômage ne peut pas fonctionner dans une région où tout le monde est au chômage, et ne sert à rien dans une région qui connaît le plein emploi.


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

#1328 07-03-2012 09:22:54

frigouret
Membre
Message n°15457
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Par privée je voulais dire non étatique. Pour le chômage je me dis que c'est une invention capitaliste, il y a toujours à faire en vérité. Que dans une fédération de communes il est besoin de solidarité je veux bien le concevoir, catastrophe naturelles, besoin d'équipement, défense....c'est même le but de l'alliance. Alors oui je vasouille, j'explore, mais j'essaye d'imaginer ce que pourrait être un système de protection sociale qui ne soit pas contracté à titre individuel mais par sa commune, je vais essayer de faire un tableau avantages/inconvénients . À plus.


cool

Hors ligne

 

#1329 12-03-2012 00:00:37

Étienne
Message n°15553
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Trois prochaines conférences SUR INTERNET,
avec Opinews, en mars


http://etienne.chouard.free.fr/Europe/f … ws-en-mars


• Première conférence sur Internet, mardi prochain 13 mars, de 20 h à minuit, sur l'Union européenne.
• Seconde conférence, sur la monnaie, mardi suivant, 20 mars à 20 h.
• Troisième, sur la démocratie et le processus constituant, mardi suivant, 27 mars à 20 h.

Plus pressé que moi, tu meurs wink

Bonne nuit à tous.

Étienne.

Hors ligne

 

#1330 01-04-2012 22:04:25

gilles
Membre
Message n°16081
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1354

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

L’emploi est en panne, les candidats aussi.


http://files.getwebb.org/files/b3/f6/a9/35e6540118b77ff5d6cb7e11a43d48234b/source.jpeg



En cinq ans, le chômage en France a beaucoup augmenté. C’est un fait indubitable. Pensez-vous, cependant, que si Ségolène Royal avait été élue en 2007 en lieu et place de Nicolas Sarkozy, la France aurait aujourd’hui retrouvé le niveau d’emploi des années 1960 et vendrait des machines-outils à l’Allemagne ? Si c’est le cas, autant arrêter votre lecture ici, car on va tenter de traiter sérieusement un sujet sérieux. La question est donc la suivante : dans les circonstances particulières des quatre dernières années, avec des crises en cascade dans la plupart des économies développées, quelle est la part de responsabilité de Nicolas Sarkozy dans les chiffres incontestablement mauvais du chômage ? Une deuxième question découle logiquement de la première : qu’aurait dû faire le président de la République pour que notre économie crée plus d’emplois et en détruise moins ?

Puisque l’Allemagne est devenue, pour presque toute la classe politique, le « modèle » à imiter, rappelons à son sujet quelques vérités. Si l’économie allemande, notamment son industrie et ses exportations, vont bien, c’est en grande partie parce que les Allemands vont mal et acceptent d’aller mal. En effet, sans les réformes de Gerhard Schroeder et la création du système dit « Hartz » (du nom de Peter Hartz, ministre social-démocrate de l’économie dans le gouvernement Schroeder), qui se sont traduites par la précarisation et la paupérisation d’un grand nombre de ci-devant membre des classes moyennes, il n’y aurait point d’excédents commerciaux ni de « plein emploi » outre-Rhin.

On estime aujourd’hui que le nombre de bénéficiaires de l’aide sociale dite « Hartz IV » s’élève à 6,6 millions. La réalité du marché du travail allemand, c’est aussi cinq millions de travailleurs pauvres, autant de petits boulots (en augmentation de presque 50%) et une explosion de l’intérim qui atteint 134%. Quant aux retraités ils sont de plus en plus nombreux (presque 700 000) à devoir, comme beaucoup d’Américains, compléter leurs petites pensions avec les revenus d’un mini-job. Ça fait envie, non ? Ajoutons que le taux d’emploi des femmes de 15 à 64 ans est de 45 % outre-Rhin contre 53 % en France et que les moins de 20 ans représentent 18,3 % de la population allemande et un quart de la nôtre : il est tout de même plus facile d’avoir un faible taux de chômage des jeunes quand on n’a pas de jeunes….

Dans ces conditions, on peut effectivement se poser des questions sur le sens du terme « plein emploi » voire sur la signification du taux officiel de chômage chez nos cousins germains. Force est de reconnaître que la France a échappé à cette thérapie-là et que le président sortant y est pour quelque chose. Certains de ses électeurs pourraient même légitimement le lui reprocher, car il a été élu pour reformer l’économie française en s’inspirant de tout ce qui marche ailleurs, outre-Rhin ou outre-Atlantique. Or il ne l’a pas fait ou très mollement. On imagine aisément les critiques de la gauche si le prix d’une baisse du chômage avait été le démantèlement du SMIC, la suppression du RSA et la généralisation du CDD comme contrat de travail standard…

On pourrait donc se féliciter, a priori, que les deux prétendants majeurs à l’Elysée soient d’accord sur ce qu’il ne faut pas faire, en l’occurrence importer les thérapies appliquées en Allemagne. On sera en revanche plus inquiet sur ce que l’un et l’autre se proposent de faire pour relancer l’emploi. À ma gauche on se propose de rouvrir en grand les guichets d’embauche de fonctionnaires et de multiplier les emplois semi-publics aidés pour les jeunes, les vieux, les femmes et les divers. À ma droite on préfère chercher la formule magique qui permettra de réduire le coût du travail sans toucher à la fiche de paie : si Nicolas Sarkozy est réélu, on peut donc s’attendre à ce que les embauches de jeunes, de vieux, de femmes et de divers bénéficient de nouvelles exonérations de charges.

L’ennui, c’est que ces deux politiques ont déjà fait la preuve de leur inefficacité. Voilà pourquoi même si tout change, rien ne changera vraiment. Ce repli de Nicolas Sarkozy et de François Hollande sur de vieilles recettes pour électeurs déjà convaincus (ou n’ayant guère d’autre choix in fine) est d’autant plus dommageable qu’ils avaient l’un et l’autre la possibilité d’innover réellement en matière d’emploi. Il suffit d’observer l’enthousiasme qui saisit l’électeur, et notamment l’électeur ouvrier ou chômeur, dès qu’on lui parle de protectionnisme. Et peu lui chaut, à l’électeur que ce protectionnisme soit de droite, à la Guaino, ou de gauche, à la Montebourg. Ce qu’il veut, notre électeur, c’est qu’on arrête d’ériger le libre-échangisme en fondement de nos valeurs républicaines et qu’il ne soit pas aussi difficile d’acheter une jolie robe made in France à un prix raisonnable que de trouver du cassoulet au confit d’oie dans une gargote pékinoise.

Reste une question : si l’option « protectionnisme intelligent » peut à la fois rapporter moult voix et aider à résorber le chômage pourquoi nos deux larrons ne s’en emparent-ils pas ? La réponse à cette excellente question est que les deux candidats qui font la course en tête sont d’accord sur l’essentiel, c’est-à-dire le cadre général : la monnaie unique et une Union européenne gérée plus ou moins selon le Traité constitutionnel rejeté en 2005 et renforcé depuis par des mesures anti-dette qui ont amené encore plus de contrôle européen sur les budgets des Etats membres. Hors de la Règle d’or, point de salut, la messe est dite.

Dans ces conditions, en matière économique et sociale, nous avons le choix entre un gendre idéal et un mauvais garçon ou, si vous préférez, entre le candidat de Jacques et celui de Bernadette. Excitant, non ?



http://files.getwebb.org/files/26/95/f1/76e3a1333a0227fae0d89a385108052f02/source.jpeg

Un article de Gil Mihaely, directeur en Histoire à l'École des Hautes Éudes en Science Sociale, président et directeur de la rédaction de « Causeur »


Site original :

http://www.causeur.fr/l’emploi-est-en-panne-les-candidats-aussi,16843

Modification du 11 mai 2012 : Rectification du lien hypertexte qui avait été déplacé par le site Causeur

Dernière modification par gilles (11-05-2012 12:37:16)

Hors ligne

 

#1331 02-04-2012 09:53:37

lanredec
Membre
Message n°16088
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

gilles a écrit:

les Allemands vont mal

C'est même l'INSEE qui le dit. Espérance de vie en bonne santé : http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.a … ;reg_id=98


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

#1332 03-04-2012 10:05:20

gilles
Membre
Message n°16103
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1354

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Merci lanredec de ces précisions. L'Allemagne est le pays qui a compris le premier qu'avec le traité de Maaastricht, les leviers monétaires et budgétaires étant retirés aux États-membres, il ne restait que la déflation salariale pour pouvoir augmenter les parts de marché. Cela a été la politique ( Lois Hartz ) de Gerhard Schröder. D'où maintenant simultanément, la mauvaise santé de ses salariés et la relative bonne santé de ses entreprises présentée comme un modèle, alors que si celui-ci se généraliserait dans les pays voisins, les entreprises allemandes perdraient une grosse partie de leurs clients. Et que la récession ferait encore plus boule de neige.

Dernière modification par gilles (03-04-2012 10:06:19)

Hors ligne

 

#1333 05-04-2012 16:23:21

gilles
Membre
Message n°16143
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1354

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Les salariés avec un soutien qui n'implique pas un renoncement au sens critique, peuvent-ils peser à partir de leurs intérêts sur les orientations du Front de Gauche ?



Il y a consensus au Parti de Gauche pour rejeter toute idée explicite de sortie de l'Euro, et pour essayer de nous convaincre qu'on peut résoudre le problème de la dette publique sans y avoir recours. Il suffit, nous dit Jacques Généreux, que la BCE prête aux états à taux nul. Il ne vous échappera pas que cela nécessite une modification des traités européens…

Article 123-1 de la version consolidée du traité sur le fonctionnement de l'Union Européenne : Il est interdit à la Banque Centrale Européenne (BCE) et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédits aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la BCE ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. 



Voir page 53 de la version consolidée du traité sur le fonctionnement de l'Union Européenne :

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:C:2008:115:0047:0199:FR:PDF

Pas de problème nous dit Généreux: si le Front de Gauche arrive au pouvoir, il posera à nos partenaires européens un ultimatum. Ou bien ils acceptent de modifier les statuts de la BCE, ou alors nous ferons cela nous même en modifiant les statuts de la Banque de France pour qu'elle prête à l'Etat à taux nul. Car, Généreux déclare sous les applaudissements de la salle : « les traités ne sont pas faits pour être respectés, ils sont faits pour être signés et violés ensuite ».

Admettons. Mais si la salle avait applaudi un peu moins et réfléchi un peu plus, elle se serait posée la question qui met par terre tout ce bel édifice. Et la question est la suivante: d'où sortira l'argent que la Banque de France prêtera à l'Etat ? Car pour que la Banque de France prête, il ne suffit pas de l'obliger, il faut aussi qu'elle ait de l'argent à prêter. Si la Banque centrale a la capacité d'être prêteur en dernier ressort - c'est à dire, avec une capacité de prêt théoriquement illimitée - c'est parce qu'elle peut battre monnaie. Mais justement les banques centrales des pays de la zone euro n'ont plus ce privilège. Pour pouvoir faire ce que Généreux - et donc le Front de Gauche - propose, il faudrait rétablir le droit de la Banque de France de battre monnaie. Mais quelle monnaie, justement ? Pas l'euro: autoriser la Banque de France a émettre des euros sans la permission de la BCE revient à légaliser le faux monnayage. Et si Généreux a raison de dire que l'Union Européenne ne va pas nous envoyer l'armée parce qu'on refuse d'appliquer les traités, l'UE dispose tout de même de puissants moyens de sanction si par hasard on s'amusait à émettre de la monnaie unique de manière indépendante. Les "faux euros" émis par la France ne seraient en tout cas certainement pas acceptés par le reste de l'Union. En les émettant, on serait de facto sorti de l'union monétaire, puisque ces "faux euros" (qu'on pourrait rebaptiser "francs", puisqu'on y est) constitueraient une monnaie nationale. Ce que propose Généreux ne peut fonctionner sans aboutir à une sortie de l'euro déguisée.

Hors ligne

 

#1334 05-04-2012 16:55:26

AJH
Membre
Message n°16145
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Allez, Gilles, je poste la suite de l'article de "Descartes" sur ce sujet

http://descartes.over-blog.fr/article-l … 85528.html

.../..
Reste à comprendre pourquoi Généreux continue à défendre une proposition dont il ne peut pas ignorer la faiblesse. Car je ne peux pas croire un instant que Généreux n'ait pas vu cette objection. Le fait qu'il n'y réponde pas me plonge dans un abîme de perplexité entre deux options: soit Généreux n'y croit pas lui même,  et sa proposition de faire de la Banque de France un prêteur un dernier ressort n'est qu'un rideau de fumée, ou bien il propose en fait une sortie de l'euro déguisée pour ne pas effaroucher l'électorat europhile. Je penche plutôt pour la deuxième option, parce que le discours du Front de Gauche enfourche le discours europhile sur un autre domaine, qui est celui de la dévaluation: Le discours est schématiquement le suivant: la sortie de l'euro pourrait se justifier pour permettre la dévaluation. Mais la dévaluation compétitive est une arme de guerre contre nos partenaires commerciaux, et nous sommes contre la guerre, ergo, pouvoir dévaluer est inutile.

Ce qui est drôle dans ce raisonnement, c'est qu'il suppose donc que la parité entre les différentes monnaies retenue lors de la création de la monnaie unique non seulement est "juste", mais le restera pour les siècles de siècles. Car si elle n'était pas "juste", pourquoi toute retouche de cette parité serait un acte de guerre ? On peut se demander comment, après voir critiqué l'idée même de "loi" de l'économie, peut on trouver une "loi" qui nous dise quelle est la "vraie" parité, la parité "juste"...

En fait, la question de la dévaluation dépasse, et de beaucoup, la question de la "dévaluation compétitive". Il s'agit aujourd'hui moins de doper les exportations par une politique agressive de dévaluation, que de permettre aux parités monétaires de s'ajuster pour tenir compte des inflations sous-jacentes qui sont différentes dans les différents pays. L'ajustement des parités monétaires est le "stabilisateur automatique" qui permet à des économies aux productivités très différentes de coexister sans que les unes écrasent les autres et sans aboutir à une crise. Sans ce levier, le seul "ajustement" de la compétitivité possible est l'austérité et la déflation salariale. Avec la dévaluation, vous pouvez simultanément faire baisser les salaires et les prix exprimés en monnaie étrangère. Sans dévaluation, vous êtes obligé de baisser les salaires nominaux en priant que les prix suivent...ce qu'ils ne font qu'avec un retard tel que le système aboutit à la crise. C'est exactement ce qu'on est en train de voir en Grèce.


On ne peut que supputer pourquoi le Front de Gauche, qui est si "radical" dans certains domaines, épouse la position fédéraliste sur l'Europe. Ma théorie est que cela répond à la sociologie du Front de Gauche, fermement ancrée dans les classes moyennes, qui sont les grandes gagnantes de l'Euro et de la construction européenne. Il y a peut-être aussi un refus individuel, au niveau des dirigeants ex-socialistes du FdG d'admettre qu'ils se sont fait berner ou de rompre avec la doxa mitterrandienne...

Bien évidemment la seule solution (sauf éclatement complet) est de faire évoluer l'euro "monnaie unique" vers un "euro commun",  avec simultanément des "euros-nationaux" (que certains préfèreront appeler francs, mark et pesetas, etc)

Dernière modification par AJH (05-04-2012 16:59:04)


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1335 05-04-2012 17:23:12

Ana Sailland
Membre
Message n°16146
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Un système de poupées russes :

Monnaies locales citoyennes < Monnaies régionales < Monnaies nationales < Monnaies continentales < Monnaie mondiale

Chaque étage servant de tampon d'échange pour l'étage qu'il contient.

La gestion démocratique réelle, voire directe, étant maximalisée pour chaque étage, et en particulier pour ceux qui concernent un territoire réduit.

?

Hors ligne

 

#1336 05-04-2012 17:30:17

lanredec
Membre
Message n°16147
Lieu: goueled Leon
Date d'inscription: 21-10-2011
Messages: 1814

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Retour au SME et à l'ECU ? Quelles leçons a-t-on tiré des attaques spéculatives de 1993 (en dehors de passer à la monnaie unique, bien sûr) ?


" Le problème est la solution "

Hors ligne

 

#1337 05-04-2012 17:36:49

AJH
Membre
Message n°16148
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

lanredec a écrit:

Retour au SME et à l'ECU ? Quelles leçons a-t-on tiré des attaques spéculatives de 1993 (en dehors de passer à la monnaie unique, bien sûr) ?

On peut très bien décider que les monnaies nationales seront non convertibles si ce n'est en "euro commun"et que leurs parités seront politiquement établies et annuellement révisés. Il n'y a plus de spéculation possible, si ce n'est contre l'euro commun

De toute façon l'euro explosera sauf à accepter un fort fédéralisme et des transferts importants des pays riches du nord vers ceux du sud: ca n'en prends pas le chemin...


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1338 05-04-2012 18:42:10

gilles
Membre
Message n°16150
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1354

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

lanredec a écrit:

Retour au SME et à l'ECU ? Quelles leçons a-t-on tiré des attaques spéculatives de 1993 (en dehors de passer à la monnaie unique, bien sûr) ?

Les attaques spéculatives étaient du au fait que les unionistes-centralistes n'avaient pas tirés les leçons de la fin de l'étalon or et des accords de Bretton-Woods et ne voulaient pas laisser flotter les monnaies => d'où des parités contenues dans des limites, le fameux serpent monétaire européen, le SME. => les monnaies de certains pays n'étant pas au cours de change correspondant à la situation économique => d'où les attaques spéculatives pour profiter de l'écart entre le cours de change forcé et le cours de change réaliste par rapport à la situation économique.


Pour la plupart des agents économiques : les salariés et les agents économiques nationaux, agriculteurs, artisans, professions libérales, commerçants, petits entrepreneurs : La leçon des attaques spéculatives de 1993 et des 10 ans de l'euro est : des monnaies nationales libres de s'apprécier ou de se déprécier suivant la situation économique sont préférables à une monnaie unique rigide comme un couperet. La souplesse et l'ajustement des parités monétaires sont les stabilisateurs automatiques qui permettent à des économies aux productivités très différentes de coexister sans que les unes écrasent les autres et sans aboutir à une crise. Sans ce levier, le seul "ajustement" de la compétitivité possible est l'austérité et la déflation salariale. Avec la dévaluation, vous pouvez simultanément faire baisser les salaires et les prix exprimés en monnaie étrangère. Sans dévaluation, vous êtes obligé de baisser les salaires nominaux en priant que les prix suivent...ce qu'ils ne font qu'avec un retard tel que le système aboutit à la crise. C'est exactement ce qu'on est en train de voir en Grèce.

Hors ligne

 

#1339 05-04-2012 22:18:29

Téhach
Membre
Message n°16155
Date d'inscription: 05-09-2011
Messages: 185

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

il est peut-être temps d'y réfléchir...
après la Grèce, l'Espagne ?

Hors ligne

 

#1340 06-04-2012 11:38:22

AJH
Membre
Message n°16165
Lieu: Aix en Provence
Date d'inscription: 18-08-2006
Messages: 1559
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

http://www.marianne2.fr/Europe-les-trad … 16822.html
(Jacques Sapir)

EXTRAIT

Quatre candidats, chacun à leur manière, tentent de ramener le débat là où il devrait être.
• François Bayrou est l’un d’entre eux, mais il ne propose rien que rigueur, rigueur et encore rigueur, alors que l’on sait que face aux problèmes de l’heure, celle-ci est non seulement inefficace mais en réalité contre-productive. Qu’il médite donc sur la politique menée par le chancelier Brüning en Allemagne de 1930 à 1932.
• Marine Le Pen agite aussi ce problème, mais elle le fait sans méthode. Elle propose un référendum sur l’euro alors que c’est sur le Mécanisme européen de stabilité (MES) qu’il faudrait impérativement voter.
• Nicolas Dupont-Aignan a pour lui la cohérence, et le fait d’avoir anticipé de longue date les problèmes que nous connaissons. Mais il se heurte au mur de la crédibilité politique.
• Reste Jean-Luc Mélenchon, dont le programme logiquement ferait exploser la zone euro, mais qui se garde bien d’évoquer cette perspective. Ce faisant, il laisse planer une ambiguïté. Ira-t-il jusqu’au bout ou, devant les conséquences évidentes de l’application des mesures qu’il avance, reculera-t-il au dernier moment, tout comme le fit François Mitterrand en 1983 ?


L'utopie, c'est ce qui n'a pas encore été essayé (T. Monod)
http://www.societal.org

Hors ligne

 

#1341 08-04-2012 19:26:52

Étienne
Message n°16226
Lieu: Trets (France, 13)
Date d'inscription: 28-01-2006
Messages: 1660
Site web

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

...



tic tac tic tac tic tac...


...

Comme les Grecs, comme les Palestiniens, comme les Africains,
on va passer au hachoir du fléau du peuple (les riches),
on va y passer, comme les autres (pour la même cause des causes) :


La France sera mise à genoux
par les marchés financiers,
juste après les élections



http://www.youtube.com/watch?v=OwA2RxG3 … r_embedded


Saloperie de "gouvernement représentatif"...

La démocratie, vite !!!



...



tic tac tic tac tic tac...



...

Hors ligne

 

#1342 09-04-2012 22:19:25

gilles
Membre
Message n°16268
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1354

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Apparemment, Étienne pour un traitement ressemblant à celui de la Grèce.






Pourquoi la majorité des citoyens Suisses ne veulent pas adhérer à l'UE. 

http://www.voltairenet.org/Pourquoi-la-majorite-des-citoyens

Hors ligne

 

#1343 17-04-2012 17:07:59

Lamude
Membre
Message n°16517
Date d'inscription: 13-10-2011
Messages: 18

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Bonjour, je reçois ce message à l'instant, est ce que quelqu'un en sait plus long sur la question? Voici le texte:
Silence radio sur l'Islande !      Je fais suivre, c'est très intéressant ! Silence radio sur l'Islande ? Sans nouvelles d'Islande : Pourquoi ?      Si quelqu'un croit qu'il n'y a pas de censure actuellement, qu'il nous dise pourquoi on a tout su au sujet de ce qui se   passe en Égypte, en Syrie ou en Lybie et pourquoi les journaux n'ont absolument rien dit sur ce qui se passe en Islande :   En Islande, le peuple a fait démissionner un gouvernement au complet, les principales banques ont été nationalisées et il a   été décidé de ne pas payer la dette qu'elles avaient contractée auprès de banques de Grande Bretagne et de Hollande, dette   générée par leur mauvaise politique financière - une assemblée populaire vient d'être créée pour réécrire la Constitution.   Et tout cela, pacifiquement.   Toute une révolution contre le pouvoir qui a conduit à cette crise. Voilà pourquoi rien n'a été publié pendant deux ans.   Que se passerait-il si les citoyens européens en prenaient exemple ?   Brièvement, voici l'histoire des faits :   - 2008 : La principale banque du pays est nationalisée. La monnaie s'effondre, la bourse suspend son activité. Le   pays est en banqueroute.   - 2009 : Les protestations citoyennes contre le Parlement font que des élections anticipées sont convoquées et qu'elles   provoquent la démission du Premier Ministre et, en bloc, de tout le gouvernement.    La situation économique désastreuse du pays persiste.   Par le biais d'une loi, il est proposé à la Grande Bretagne et à la Hollande le remboursement de la dette par le paiement de   3.500 millions d'euros, montant que paieront mensuellement toutes les familles islandaises pendant les 15 prochaines années   à un taux d'intérêt de 5%.   - 2010 : le peuple descend à nouveau dans la rue et demande que la loi soit soumise à référendum.   En janvier 2010, le Président refuse de ratifier cette loi et annonce qu'il y aura une consultation populaire.   En mars, le référendum a lieu et le NON au paiement de la dette remporte 93% des voix.   Pendant ce temps, le gouvernement a entamé une investigation pour régler juridiquement les responsabilités de la crise.   Les détentions de plusieurs banquiers et cadres supérieurs commencent.   Interpol lance une enquête et tous les banquiers impliqués quittent le pays.   Dans ce contexte de crise, une assemblée est élue pour rédiger une nouvelle Constitution qui reprend les leçons apprises   de la crise et qui se substitue à l'actuelle qui est une copie de la constitution danoise.   Pour ce faire, on a recours directement au peuple souverain. On élit 25 citoyens sans filiation politique parmi les 522 qui se   sont présentés aux candidatures. Pour cela, il faut être majeur et recueillir le soutien de 30 personnes.   - L'assemblée constituante commence ses travaux en février 2011 afin de présenter, en partant des avis collectés   dans les diverses assemblées qui ont eu lieu dans tout le pays, un projet de Grande Charte.   Elle doit être approuvée par l'actuel parlement ainsi que par celui qui sera constitué après les prochaines élections   législatives.   Voici, en bref, l'histoire de la Révolution Islandaise :    - Démission en bloc de tout un gouvernement   - Nationalisation de la banque   - Référendum pour que le peuple puisse se prononcer sur les décisions économiques fondamentales   - emprisonnement des responsables de la crise et   - réécriture de la constitution par les citoyens      Nous a-t-on parlé de cela dans les médias européens ? En a-t-on parlé dans les débats politiques radiophoniques ?   A-t-on vu des images de ces faits à la TV ? Bien sûr que non !   Le peuple islandais a su donner une leçon à toute l'Europe en affrontant le système et en donnant une leçon de   démocratie au reste du monde.      SI CE MESSAGE VOUS PARAIT INTÉRESSANT, DIFFUSEZ-LE A   BEAUCOUP DE GENS QUI NE LE SAVENT PAS !   (En fait c'est pour ceux qui en savent déjà un peu, ceux qui n'en savent rien ne veulent pas savoir.)   INTERESSANT NON !!

Je n'ai rien vérifié mais ça m'intéresse, si quelqu'un peu entériner ou démentir, compléter éventuellement...


Je cherche le début.

Hors ligne

 

#1344 17-04-2012 20:45:46

Déhel
Membre
Message n°16521
Lieu: Le Havre, France
Date d'inscription: 27-07-2008
Messages: 543

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Bonjour Lamude et merci pour la transmission de cette info. D'autres l'ont déjà évoquée et les informations que vous livrez se révèlent confirmées par toutes les sources. Les journalistes français eux se taisent, ce qui confirme encore la collusion entre pouvoir et médias. Seulement, je reste surpris par le silence à ce propos de Mélanchon, Dupont-Aignan, Le Pen, Poutou et consorts ou est-ce que je manque d'infos?


La meilleure forteresse des tyrans c’est l’inertie des peuples, Machiavel.
Le risque de la liberté: texte collégial d'insurection morale, ici.

Hors ligne

 

#1345 17-04-2012 21:28:37

Lamude
Membre
Message n°16523
Date d'inscription: 13-10-2011
Messages: 18

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Bien, je suis déjà contente d'apprendre que ce n'est pas de l'intox. Ce qui m'interresse c'est l'analyse que l'on pourrait en tirer, bien décortiquer le processus, le contexte etc... qui ont fait qu'une telle chose a pu se faire. C'est important de comprendre pour pouvoir expliquer et reproduire. Si Etienne pouvait nous donner son avis sur la question...?


Je cherche le début.

Hors ligne

 

#1346 17-04-2012 21:45:06

frigouret
Membre
Message n°16524
Date d'inscription: 10-10-2011
Messages: 1954

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

L'Islande 310000 habitants ( trois fois moins que le var ) ça devrait déjà donner une indication sur la capacité de groupes médiocres à réagir comparé à des dinosaures comme la fRance.


cool

Hors ligne

 

#1347 21-04-2012 10:11:01

gilles
Membre
Message n°16698
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1354

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Un gérant de fonds de marché s'exprime : « Les choix qui seront laissés à Hollande par l'appartenance à la zone euro. »



Source : Texte intégral ici : http://www.fakirpresse.info/Le-plan-de-bataille-des-marches,359.html


François Ruffin : Vous avez publié un papier là, dont le titre est, en anglais, « François Hollande and France’s labour-market rigidity : the market will rock both ». François Hollande et la rigidité du marché du travail : le marché va chahuter, bousculer les deux.

Nicolas Doisy : Tout à fait. Quand on regarde un petit peu la façon dont se déroulent les élections, dont les marchés perçoivent le problème européen, on se rend compte qu’il y a des chances non négligeables que François Hollande se trouve pris entre deux forces contradictoires : les marchés qui attendent de lui un certain nombre de réformes dites structurelles, qui vont porter sur l’assainissement des comptes publics évidemment, mais aussi des réformes qui sont appelées à rendre l’économie française plus performante. Or, c’est le type de réforme dont très vraisemblablement une partie de l’électorat de François Hollande se méfie, et si vous regardez bien, pour l’instant, François Hollande s’est abstenu de clarifier de façon nette sa position sur ce sujet. 
Et pour cause : il sait qu’il sera pris à terme, à un moment, entre la pression de ses électeurs et la pression des marchés. Déjà on a des investisseurs qui s’étonnent du faible détail des candidats dans leurs programmes, les anglo-saxons que je rencontre me demandent souvent : « Où est le programme ? » Je leur dis : « Il n y en a pas ! », et pour cause, c’est un jeu tactique pour l’instant, le programme on le saura une fois l’élection finie. Et en fait on le connaît déjà, il sera imposé par l’appartenance à la zone Euro.

La fin du CDI


François Ruffin : Vous dites non seulement François Hollande ne va pas tenir ses promesses, mais en plus c’est lui qui va devoir flexibiliser le marché du travail, c’est lui qui doit remettre en cause ce que vous appelez « the famous CDI » le fameux CDI, contrat à durée indéterminée.

Nicolas Doisy : C’est lui qui va devoir le faire dans la mesure où c’est lui qui sera élu. En d’autres termes, de toute façon, qui que soit le prochain président de la république française, c’est un travail qu’il va devoir faire, parce que tout simplement il y aura la pression des pairs dans la zone euro, c’est-à-dire de l’Italie, de l’Allemagne, de tous les autres pays. Quand vous regardez bien l’Allemagne au milieu des années 2000 a fait ce genre de réformes, l’Italie, l’Espagne sont obligés de le faire aujourd’hui, la Grèce aussi. Pourquoi la France pourrait-elle s’en dispenser ?

François Ruffin : Quel type de réforme ?

Nicolas Doisy : Quelles réformes ? J’y viens. C’est le package typique de réformes qui a été imposé à la Grèce, qui est demandé aussi à l’Italie, qui est demandé aussi à l’Espagne, et c’est, si vous voulez, si on fait référence aux années 80, c’est ce qu’on appelle l’économie de l’offre, c’est ce qu’avaient fait en leur temps Reagan et Thatcher. L’Europe continentale a estimé qu’elle pouvait ne pas adopter ce modèle, c’est un choix de société, c’est un choix politique. Il se trouve qu’aujourd’hui le modèle traditionnel français, le modèle du CDI que vous mentionnez est en train d’arriver en bout de course. Il est à bout de souffle, quelque part. Et donc ce qu’il faut faire maintenant, c’est tout simplement le genre de réformes qui a été faite en Espagne récemment.

François Ruffin : Vous avez un encadré pour dire, en gros, le Royaume Uni et l’Irlande ont flexibilisé leur marché du travail, et ça a marché. En revanche, en Europe continentale, et notamment en France on a fait de la résistance, et finalement, on obtient des moins bons résultats.

Nicolas Doisy : Oui, tout à fait. En Europe continentale, on a voulu s’épargner l’idée de faire un contrat de travail unique qui soit suffisamment flexible, et tout est dans le « suffisamment », c’est une question de bon dosage de la flexibilité, mais l’important c’est un contrat de travail unique, donc le CDI tel que nous l’avons connu, nous ne le connaîtrons plus normalement, ça c’est clair.

François Ruffin : Alors vous dites, « ça ne s’est pas fait en Europe continentale, alors que ça s’est fait au Royaume-Uni et en Irlande, donc aujourd’hui le moment est venu de flexibiliser le marché du travail en Europe continentale, on le voit en Espagne, on le voit en Italie, on le voit en Grèce… La France ne peut pas être le seul ilot à maintenir une rigidité sur son marché du travail dans une Europe qui flexibilise. »

Nicolas Doisy : L’idée c’est de permettre aux entreprises d’avoir une plus grande flexibilité dans la gestion de leurs ressources humaines, de façon à ajuster au mieux leur personnel, leur force de travail, de façon a être les plus performantes. En d’autres termes, ça revient finalement à réduire substantiellement un certain nombre de garanties dont bénéficient, dont ont bénéficié jusqu’à présent les titulaires de CDI notamment. Et donc à imposer plus de flexibilité aussi sur les travailleurs. C’est là que ça va coincer, c’est là que ce sera problématique, parce que je ne suis pas certain qu’on pourra maintenir le modèle français tel qu’il est. C’est ça le point important. C’est que le conflit d’objectifs que va avoir François Hollande, c’est rester dans la zone euro et satisfaire les demandes de son électorat naturel. Les deux ne sont plus compatibles maintenant, on le voit depuis la crise grecque, il faudra qu’il fasse un choix. C’est pourquoi il est resté très prudent jusqu’à présent dans son expression publique.

Hors ligne

 

#1348 21-04-2012 11:58:25

Ana Sailland
Membre
Message n°16705
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Nicolas Doisy : L’idée c’est de permettre aux entreprises d’avoir une plus grande flexibilité dans la gestion de leurs ressources humaines

Je rabâche peut être un peu mais face au matraquage délobotomisant peut être faut il le faire, même auprès de ses amis wink : >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>  Remettre le monde à l'endroit

L'idée (de la démocratie réelle), c'est de permettre aux êtres humains d'avoir une plus grande flexibilité dans la gestion de leurs entreprises


((( ce matin, j'avais posté ça, qui est connexe :http://etienne.chouard.free.fr/forum/viewtopic.php?pid=16691#p16691 )))

Hors ligne

 

#1349 21-04-2012 13:29:58

Jacques Roman
Membre
Message n°16717
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Nouvelle constitution islandaise

@Lamude (1343)

À tout hasard je vous signale notre fil

http://etienne.chouard.free.fr/forum/vi … php?id=299

JR

Hors ligne

 

#1350 21-04-2012 14:10:53

gilles
Membre
Message n°16719
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1354

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Bonjour et bienvenue Lamude, des informations sur l'Islande : http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=2659

Les articles récents d'Horizons et Débats sur l'Islande …



Une nouvelle monnaie nationale pour sortir de la crise.



Salut Ana, je n'ai pas commenté plus haut le texte précédent, je ne reprends pas à mon compte les idées exprimées par Nicolas Doisy, je tiens simplement à souligner les conséquence qu'entraînent les choix de la monnaie unique et des traités d'intégration européenne retirent aux États les politiques monétaire et budgétaire => le seul levier qu'il leur reste pour avoir des prix compétitifs sur les marchés mondiaux, c'est les restrictions sur les droits et les avantages des salariés.

L'euro par construction, est adossé à la Banque Centrale de l'intégration européenne, dont les statuts précisent qu'elle est indépendante des représentants élus des peuples, de plus ces statuts interdisent le prêt de cette Banque Centrale de l'intégration européenne sans intérêts aux budgets des États => Les États sont obligés d'emprunter et de se plier aux conditions des marchés financiers.

Ce n'est pas la dictature par les armes, mais bien la dictature par le biais de la monnaie. C'est ce que veulent faire oublier les candidats qui ne veulent rien changer aux reculs des droits démocratiques et aux reculs des droits et avantages salariaux.
Pour retrouver des marges de manoeuvre et remettre le monde à l'endroit, c'est à dire arrêter vraiment les reculs sociaux, il est nécessaire que le pouvoir politique reprenne son influence sur notre monnaie, notre budget et ne la laisse plus faire la pluie et le beau temps par les marchés. Ce qui entraîne le changement pour une nouvelle monnaie pour notre pays autre que l'euro.


Modification du 11 mai 2012 : Amélioration du lien de recherche Google vers les articles d'Horizons et débats sur l'Islande

Dernière modification par gilles (11-05-2012 12:43:36)

Hors ligne

 

#1351 21-04-2012 14:41:41

Ana Sailland
Membre
Message n°16726
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

je relevais un point et un seul d'un non membre smile

"la dictature par la monnaie" >>> nous sommes bien d'accord

"C'est ce que veulent faire oublier les candidats"  >>> Ce matin je me suis prise de bec avec un ami qui va voter FB en lui expliquant que Jean Peyrelevade lui a sûrement expliqué de quoi il retourne. Et donc que ne pas en parler est un mensonge. Et donc que présenter la voie des économies comme seule valable est meurtrier.

Il faut absolument lire au cœur de la monnaie de B.Liétard (un pavé) pour saisir la différence entre les monnaies agressives et génératrice d'anonymat et les monnaies douces génératrices de convivialité.
La territorialité nationale est peut être déjà trop grande pour faciliter la convivialité, malgré le chouette bouquin de AJH&Philippe D. ( monnaies nationales complémentaires )

Je pense plutôt comme dit ailleurs à un système de monnaies enboîtées : en gros Planète/Continents/Nations/Régions/Bassins de vie/Villages, les deux derniers échelons étant gérés en démocratie rigoureusement directe. (N'oublions pas les SEL)

En l'état de la conscience globale, ce n'est qu'à l'échelon local que peuvent fonctionner des systèmes originaux tels que l'argent-don.
Qui ne servent pas qu'à résoudre des questions techniques mais peuvent aussi favoriser des transitions psychologiques, indispensables au futur.

Dernière modification par Ana Sailland (Aujourd'hui 14:34:37)

Dernière modification par Ana Sailland (21-04-2012 14:43:55)

Hors ligne

 

#1352 21-04-2012 14:55:57

gilles
Membre
Message n°16730
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1354

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Ana a écrit:

La territorialité nationale est peut être déjà trop grande pour faciliter la convivialité, malgré le chouette bouquin de AJH&Philippe D. ( monnaies nationales complémentaires )

Ana, je suis d'accord avec ce que tu exprimes, tant et si bien que je considère que l'île de la Réunion est littéralement asphyxiée par le taux de change et les règles de l'euro et que même pour cette île utiliser la même monnaie qu'une monnaie nationale métropolitaine est néfaste, l'ensemble { Métropole; Île de Réunion } n'est pas une zone monétaire optimale. Les réunionnais s'en sortiraient mieux avec une monnaie propre.



Sur la monnaie planétaire, je vais expliquer ma position :

Notre souhait moral le plus légitime est que tous les êtres humains de cette planète bénéficient de droits égaux. Ce point moral universel ne souffre pas de contestation, mais comme l'enfer est pavé de bonnes intentions, c'est la réalisation de ce souhait moral qui pose problème.

La monnaie mondiale qui par certains aspects de co-opération seraient positifs est largement contre-productive par les larges aspects négatifs qu'elle entraîne. Si elle existait, son centre de décision serait en peu de temps parasité envahi par les lobbies, mais en raison de l'éloignement, complètement étanche aux souhaits des simples citoyens => cela serait rapidement le nouveau centre d'une nouvelle dictature par la monnaie.

Il n'y a qu'à examiner les pouvoirs mondiaux déjà en place : Fédération Mondiale de Football FIFA, Comité International Olympique CIO, Église Catholique Romaine pour voir qu'ils sont l'objet de corruptions, de malversations, détournement de fonds et de scandales en tout genre, il n'y a pas de contre-pouvoir à l'extérieur de ces instances pour arrêter les abus de pouvoir et comme tout pouvoir est porté à abuser, c'est ce que tôt ou tard, il fera et que fera ta Banque Centrale d'Intégration Mondiale.

Hors ligne

 

#1353 21-04-2012 16:33:23

Ana Sailland
Membre
Message n°16734
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Poupées russes ...  Monnaies concentriques.

Dans mon idée ,une monnaie contenante n'aurait pas pouvoir sur la monnaie contenue. Sauf peut être au "bureau de change".
Elle n'aurait cours que dans une "couronne" (disque évidé)


Cela éviterait d'utiliser la même monnaie pour le commerce des biberons normands et le commerce des mines antipersonnel afghanes. ..........

Hors ligne

 

#1354 22-04-2012 16:41:55

gilles
Membre
Message n°16753
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1354

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Merci Ana, je vais essayer de bousculer mon emploi du temps pour lire :


http://www.scribd.com/tesasilvestre/d/32007247-Bernard-Lietaer-Creer-des-monnaies-regionales-pour-traiter-la-crise-globale#archive

Modification du 4 octobre 2012 : Ajout du mot « Bernard » et du mot « Lietaer » et de l'expression "Bernard Lietaer"
Modification du 11 mai 2012 : Changement du lien hypertexte pour un lien où le même texte est plus visible

Dernière modification par gilles (04-10-2012 18:44:47)

Hors ligne

 

#1355 22-04-2012 23:26:02

Ana Sailland
Membre
Message n°16760
Date d'inscription: 10-11-2011
Messages: 1549

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Ah ben ... à mon tour de dire merci pour le lien.
Que je lirai plus tard (pfffffffffff c'est dur la retraite wink)

J'ai envie de rajouter deux choses :

-Les monnaies locales ne sont pas qu'un outil technique de résolution de certains problèmes : elle sont aussi potentiellement un porte avion pour une nouvelle façon de penser, pour passer de la défiance entre humains à la confiance solidaire et conviviale.

-dans l'esprit du thème ouvert maladroitement ici : http://etienne.chouard.free.fr/forum/vi … php?id=304 :
La monnaie est typiquement un de ces éléments du cadre, qui encadrent la psyché, les usages et coutumes, mieux que ne le ferait la loi. Son organisation et sa forme constituent typiquement un terrain de la bataille millénaire qui se joue entre domination et convergence. C'est pourquoi il est nécessaire de leur apporter une attention soutenue : elles peuvent être le boot strap (amorce) d'une vraie démocratie.

Dernière modification par Ana Sailland (23-04-2012 08:54:34)

Hors ligne

 

#1356 23-04-2012 09:46:48

Téhach
Membre
Message n°16774
Date d'inscription: 05-09-2011
Messages: 185

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Gilles, merci pour le lien, très intéressant tongue
que j'ai mis de côté wink

Hors ligne

 

#1357 24-04-2012 22:21:14

gilles
Membre
Message n°16894
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1354

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

Un article intéressant lié à l'interview de Doisy sur http://blogdenico.fr/?p=1055

On y trouve des extraits de journaux de l'époque (juin 1997) qui retracent chronologiquement la façon dont Jospin a renoncé à renégocier Amsterdam juste après son élection, après avoir dénoncé depuis l'année précédente le "Pacte de stabilité" signé par Chirac, jugé trop tourné vers la rigueur, et avoir promis sa renégociation pendant toute la campagne. Il s'en est sorti exactement comme Hollande espère s'en sortir, en faisant ajouter un pseudo volet complémentaire sur l'emploi et la coordination économique...On trouve notamment dans cet article une vidéo de Strauss Kahn à Amsterdam qui nous vend ce renoncement, avec talent et le sourire, en nous expliquant que ce sera mieux la prochaine fois, que l'europe sociale est pour demain et que grâce à la coordination économique, il y aurait un contrepoids politique à la BCE...c'était quand même il y a 15 ans...ce qui est terrible pour moi est qu'à l'époque j'y croyais...

Dernière modification par gilles (11-05-2012 11:10:22)

Hors ligne

 

#1358 28-04-2012 21:43:27

gilles
Membre
Message n°17051
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1354

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

L’attaque frontale contre les salaires est silencieuse.



Source secondaire : Un article du projet Éconosphères, un projet conjoint du syndicat de salariés belge FTGB ( Fédération Générale du Travail de Belgique )=> http://www.fgtb.be/web/guest/home-fr , du syndicat de salariés CSC ( La Confédération des syndicats chrétiens ),=> http://www.csc-en-ligne.be/et d'Attac Bruxelles-Wallonie


http://www.econospheres.be/spip.php?article234






Cet article a été publié dans la revue Politique de novembre-décembre 2011 suite au midi d’Econosphères n°9 dédié à la question de l’intégration « économique » européenne. http://politique.eu.org/spip.php?article2137
La « gouvernance économique », euphémisme désignant dans l’euro-jargon les politiques d’austérité soufflées par la Banque centrale européenne, a fait des salaires son nouveau cheval de bataille. C’est une expropriation en règle des syndicats. Mise en perspective d’une « révolution silencieuse » de facture néolibérale.

Erik Rydberg
Article mis en ligne le 3 février 2012

Pour brosser la toile de fond des heurts à répétition entre forces de l’ordre et population en Grèce, pour éclairer la clameur populaire qui s’élève en Espagne et ailleurs, il peut être utile de se mettre à l’écoute du Tiers-monde. Le message sera abrupt. Lors d’un séminaire en avril 2011 à Paris consacré au sort fait aux peuples par les hyperpuissances de l’argent dans un monde globalisé, Firoze Manji s’est tourné vers la salle et, le sourire en coin, lui a adressé ses condoléances. Manji est un vétéran africain de la mise sous coupe réglée du continent noir et il sait de quoi il parle. Là, tout à trac, il s’est dit heureux de voir les Européens en faire à leur tour l’expérience. « Vous vous demandiez peut-être ce qu’a signifié pour nous les fameux plans d’ajustements structurels imposés par l’Occident. Mes amis, vous allez vivre cela en direct. »
Il y a en effet plus qu’un air de ressemblance. A commencer par cette « troïka » qui dicte désormais la politique d’austérité que se voit imposée Athènes. D’aucuns, jusqu’ici, jugeaient peu légitimes – d’une faible assise démocratique – les choix que, de manière fort opaque, la Commission européenne édictait au nom et en lieu et place des États membres. Ce reproche paraît presque dérisoire depuis que, formant triumvirat, la Commission s’est vue épaulée dans sa tâche par la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international, l’une et l’autre réputés pour leur imperméabilité à tout contrôle démocratique.
Cette réorganisation autoritaire de la chose publique a reçu un nom officiel : « gouvernance économique ». Comme le plan d’ajustement structurel, son frère cadet conçu dans les années quatre-vingt pour le Tiers-monde, il prend prétexte d’une « crise de l’endettement » pour imposer un traitement de choc fait de coupes claires dans les budgets des États et – la chose est neuve en Europe – dans la formation des salaires.


Collusion frontale

C’est neuf et c’est inédit. Le président de la Commission, José Manuel Barroso, l’a exprimé ainsi en juin 2010, cela vaut d’être cité en entier : « Ce qui se passe actuellement est une révolution silencieuse – une révolution silencieuse, à petits pas, vers une gouvernance économique plus forte. Les États membres ont accepté – et j’espère qu’ils l’ont bien compris – d’octroyer aux institutions européennes d’importants pouvoirs en matière de surveillance, et un contrôle beaucoup plus strict des finances publiques. » Cette « petite phrase » insolite qui n’a pas eu le don de faire la manchette des journaux a été exhumée par Bérangère Dupuis, du service d’études de la CSC. Aux côtés d’Anne Dufresne, sociologue, professeur à l’UCL, elle en a recadré la machinerie politique et légistique au cours de la conférence-débat organisée sur le sujet par le réseau Econosphères le 23 septembre 2011. De cette révolution silencieuse, de cette machinerie portée par un paquet de six directives approuvé (et durci) par le Parlement européen voici peu, on ne retiendra ici que l’élément le plus inquiétant, celui qu’Anne Dufresne qualifie sans ambages d’ « attaque frontale contre les salaires » et de « déclaration de guerre aux syndicats ».
C’est que la formation des salaires serait désormais subordonnée à des objectifs dits de compétitivité qui imposent de contenir les coûts salariaux nominaux, non corrigés de l’inflation, dans les limites des gains de productivité, sous peine de fortes amendes (jusqu’à 0,1% du Produit intérieur brut, en Belgique, cela fait environ 400 millions d’euros). Et cela sous couvert de lutte contre les « déséquilibres macroéconomiques » dans la zone euro et bétonné par une censure cette fois préalable des budgets nationaux soumis à la Commission européenne par les gouvernements des États membres. C’est véritablement, comme les deux oratrices y insistent, une première. Jusqu’ici, pour l’Europe, les salaires étaient complètement « hors champ », chose que d’ailleurs consacre le Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne puisque, en son article 135(5), il énonce que les salaires ne sont pas de la compétence de l’Union. Exclus du champ de sa compétence mais, donc, ciblés par la bande.
Voilà qui, sur papier, met hors jeu toutes les constructions du « compromis social », de la négociation collective entre interlocuteurs sociaux jusqu’aux conventions de l’Organisation internationale du travail, dont le droit de négocier, de conclure et de mettre en œuvre des conventions collectives est un des axes fondateurs. La révolution silencieuse mérite bien son nom.


Vice de forme ?

Par un glissement progressif du langage, les salaires ont évolué de « variables d’ajustement » laissées à la libre appréciation des Etats vers, comme le dit si bien Bérangère Dupuis, de simples « leviers économiques » de compétitivité encadrés par la Commission européenne. Passé à la trappe, le « dialogue social » se mue – concept en cours de construction ? – en monologue économique.
Ce n’est pas tout à fait pour surprendre. Comme rappelle Anne Dufresne, ce n’est pas par hasard qu’on trouve ici la Banque centrale européenne dans les habits du grand modérateur salarial, elle a préparé le terrain en demandant aux services statistiques de l’Union européenne de calculer et de lui fournir régulièrement des données sur l’évolution du « coût salarial unitaire ». Libre à chacun, ensuite, de chercher à quel moment ce qu’Anne Dufresne nomme le « vice de forme initial » a fait dérailler le projet européen : le Traité de Maastricht de 1992-1993 qui a jeté les bases de la monnaie unique et de la Banque centrale européenne, « pure production de la finance triomphante » pour reprendre l’expression de François Chesnais [1] ?
Ou l’Acte Unique de 1986 qui, avec ses quatre « libertés » (circulation sans entraves des biens, des services, des personnes et des capitaux), a instauré la primauté absolue du marché ? Voire encore le « Marché commun » himself dont on voudra bien se rappeler que Jean Monnet, père fondateur de l’Union européenne, le décrivait en 1953 comme un espace de « libre concurrence » économique censé faire jaillir, sur cette base-là, les « Etats-Unis d’Europe », fédération « indispensable à la sécurité et à la paix du monde libre » [2] ?
Déjà, c’était l’axe Washington-Bruxelles.

Rebondir...

On peut s’interroger sans pour autant lâcher des yeux la « révolution » en cours. Les arguments pour contester le mouvement généralisé d’écrasement des salaires et des dépenses publiques ne manquent pas, à commencer dans la presse économique qui, pour qualifier la position de la Banque centrale européenne parle, ici, d’une politique monétaire « souvent absurde, entraînant un ‘génocide’ de notre industrie » et, là, d’une « obsession pour l’inflation qui n’est que le énième exemple de généraux livrant une bataille du passé » – mieux : le dernier rapport annuel de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (Cnuced) ne vient-il pas de rappeler que le « niveau d’endettement public est une conséquence de la crise et non sa cause », qu’avant de devenir des déficits publics, ces derniers étaient largement des dettes privées (bancaires et spéculatives) et qu’une sortie de l’impasse exige non pas plus d’austérité, mais au contraire « une politique budgétaire de soutien à la croissance » [3] ?
Reste, bien sûr, à définir les formes de la riposte. Pour Anne Dufresne, le diktat de « gouvernance économique » pourrait avoir l’effet salutaire de provoquer un sursaut syndical transnational, le simple fait d’introduire les salaires dans l’arène européenne et, donc, le loup dans la bergerie, obligeant les syndicats à répondre du tac au tac en « européanisant » le combat salarial. Mais ce combat peut aussi, à l’inverse, réaffirmer le droit démocratique consacré par l’Organisation internationale du travail, celui de négocier, conclure et mettre en œuvre des conventions collectives au niveau que le rapport de forces va considérer comme approprié. Le débat est ouvert.


Source originale : Erik Rydberg, L’attaque frontale contre les salaires est silencieuse, Revue Politique n°72, nov.déc.2011 ( http://politique.eu.org/spip.php?article2137

Notes
[1] Dans son petit ouvrage lumineux « Les dettes illégitimes – Quand les banques font main basse sur les politiques publiques », éditions Raisons d’agir, juin 2011 – lequel fait sienne la double revendication de mobilisation populaire d’une annulation des dettes publiques européennes et, pour en identifier l’origine privée, de leur audit.
[2] Jean Monnet, « Les États-Unis d’Europe ont commencé », 1955, (Discours et allocutions 1952-1954).
[3] Les citations sont respectivement d’Yves de Kerdel, chroniqueur au journal Les Échos (23 novembre 2010), de Samuel Brittan du Financial Times (13 mai 2011) et, pour le rapport Cnuced, du journal L’Écho (7 septembre 2011) – et, gourou de la finance, Martin Wolf de surenchérir dans le Financial Times du 30 septembre 2011 : « Le temps est venu de refaire fonctionner la planche à billets ».

Dernière modification par gilles (28-04-2012 21:53:43)

Hors ligne

 

#1359 04-05-2012 12:39:46

gilles
Membre
Message n°17171
Date d'inscription: 16-07-2008
Messages: 1354

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

La plupart des citoyens voudront se dégager des deux mâchoires politiques : conservatrice et socialiste, de l'oppression austéritaire.




Nous étouffons. C’est ce que ressentent, dans plusieurs pays de l’Union européenne (UE), de nombreux citoyens étranglés par tant de restrictions, de réductions et de coupes claires. Un sentiment accentué par la constatation que l’alternance politique ne modifie pas la fureur austéritaire des gouvernants. En Espagne, par exemple, la société avait été durement brutalisée par les remèdes de cheval ordonnés, dès mai 2010, par le président du gouvernement (socialiste) José Luis Rodriguez Zapatero. Aussi, lors des élections législatives du 20 novembre dernier, Mariano Rajoy, candidat du Parti populaire (PP, conservateur), promit-il le « changement » et le « rétablissement du bonheur ». Rien de moins. Mais dès le lendemain de son élection, la hache à la main, il se lança à son tour dans la plus dévastatrice destruction d’acquis sociaux de l’histoire d’Espagne.

On peut citer d’autres exemples, le Portugal notamment. Dans ce pays, en juin 2011, après avoir imposé quatre programmes très impopulaires de discipline fiscale et avoir dû se soumettre à un « plan de soit-disant sauvetage » du triumvirat UE-BCE-FMI », le premier ministre socialiste José Socrates perdit logiquement les élections. Bien qu’ayant violemment critiqué les mesures d’ajustement des socialistes, le nouveau premier ministre conservateur, Pedro Passos Coelho, affirma pourtant, dès son élection, qu’il respecterait les exigences de l’UE et appliquerait « une dose encore plus forte d’austérité »...

À quoi servent alors les élections si, dans des domaines essentiels - les questions économiques, financières et sociales -, les nouveaux gouvernants font la même politique que leurs prédécesseurs ? Comment ne pas en venir à douter du système démocratique lui-même ? Car chacun constate que, dans le cadre de l’UE, il n’y a pas de contrôle citoyen sur toute une série de décisions qui déterminent la vie des gens. Et que les exigences - considérées comme prioritaires - des marchés, des agences de notation ou des spéculateurs limitent sérieusement les principes de base de la République. Trop de gouvernants (de droite comme de gauche) sont désormais convaincus que les marchés ont toujours raison, quelles qu’en soient les conséquences pour les citoyens. À leurs yeux, les marchés sont la solution, c’est la démocratie le problème.

Les gens sont de plus en plus convaincus qu’il existe, au sein de l’UE, une sorte d’agenda caché, dicté par les marchés, avec deux objectifs concrets :
1) réduire au maximum la souveraineté des États (en matière budgétaire et fiscale) ;
2) démanteler ce qui reste de l’État providence (pour transférer au secteur privé éducation, santé et retraites). Preuve de l’existence d’un tel  agenda, les récentes déclarations de Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE) : « Le modèle social européen est mort - affirme-t-il - et quiconque ferait marche arrière dans la réduction des budgets sociaux serait immédiatement sanctionné par les marchés... Quant au Pacte budgétaire européen, il s’agit en réalité d’une avancée politique majeure parce que, grâce à ce Pacte, les États perdent une partie de leur souveraineté nationale. »  Impossible d’être plus clair.
En fait, nous vivons sous régime de despotisme éclairé. Telle qu’elle fonctionne, la démocratie se définit moins par le vote ou la possibilité de choisir que par le respect obligatoire de règlements et de traités (Maastricht, Lisbonne, MES, Pacte budgétaire...) adoptés depuis longtemps ou en voie de ratification dans l’indifférence quasi générale. Ces textes sont devenus de véritables prisons juridiques d’où s’évader devient quasiment impossible. À quoi cela sert-il donc de voter si nous sommes condamnés à élire des gouvernants dont la mission se borne à appliquer des consignes et des traités définis une fois pour toutes ?

Nous avons sous les yeux un cas de dissimulation démocratique : celui précisément du Pacte budgétaire européen. Pourquoi n’y a-t-il pas un large débat public sur le contenu de ce Pacte (actuellement en voie de ratification dans le huis clos parlementaire) qui va conditionner notre vie ? Même chose pour le Mécanisme européen de stabilité (MES), dont il dépend. Ces deux dispositifs constituent pourtant des attaques frontales contre les droits des citoyens. Ils contraindront pour toujours les pays signataires, dont la France, à réduire encore le périmètre de l’État (en matière de budgets sociaux, d’aide aux services publics ou de montant des pensions de retraite). Ils placeront sous l’autorité de l’UE les politiques budgétaires des États membres. Et raboteront les compétences des Parlements nationaux, transformant parfois des pays en crise en simples protectorats européens.

Voilà le bilan de ce projet politique d'intégration, de centralisation, d'imposition du marché dans tous les aspects de la vie sociale et d'oligarchisation de la vie politique. Comment peut-on, avec un tel bilan, encore croire que l'on puisse transformer ce projet en quelque chose d'autre de plus bénéfique pour les citoyens sans se mentir à soi-même pour les plus naïfs ou mentir aux autres pour les plus cyniques ? Écoutons bien les partisans de ce projet : L'Europe n'avance jamais mieux que lors des périodes de crise. », ce qui indique que ce projet nous est imposé de force par des méthodes qui s'apparentent à des méthodes de maîtres-chanteurs. Le soit-disant sauvetage de la Grèce,  par le trio BCE-UE-FMI, qui n'est que le sauvetage des banques ayant prêté à la Grèce est l'illustration de cette méthode de gangster : « Nous vous sauvons qu'à condition que vous réformiez votre marché du travail, que vous diminuiez le montant des pensions de retraite, des salaires, que vous privatisiez et que le Parlement grec n'ait plus son mot à dire sur le budget. »


Les traités de soit-disant « construction » européenne aboutissent au déclassement de fait de la situation de nombreux citoyens qui se retrouvent au chômage, en faillite ou en situation difficile et au recul de leur droits à la prise en compte effective de leurs choix politiques. De plus, au siècle de l'Internet et des réseaux décentralisés, le centralisme politique tel que l'a pratiqué cette construction politique est périmé. Retarder le moment de la sortie d'un tel projet en croyant ou en feignant de croire qu'il est encore viable n'est que la vision égoïste et à courte vue de la minorité de ceux qui profitent de ce système au détriment de l'immense majorité de ceux qui en pâtissent.
Le deuxième tour de des élections présidentielle française ouvre-t-elle des perspectives tangibles de récupération d'un peu de pouvoir de décision par les simples citoyens ?

Nous pouvons nous réjouir que François Hollande réclame d’ajouter au Pacte budgétaire un volet de mesures en faveur de la croissance, mais François Mitterrrand avait demandé en vain pendant deux ans en 1981 et 1982 des mesures de ce type avant d'être obligé d'y renoncer, Jospin avait lui aussi demandé un volet croissance soit rajouté au Traité d'Amsterdam idem, Georges Papandréou l'avait aussi promis à ses électeurs en 2009, l'expérience que nous avons de ce ce projet politique d'intégration, de centralisation, d'imposition du marché dans tous les aspects de la vie sociale et d'oligarchisation de la vie politique, nous apprend que l'articulation de ses pouvoirs est organisée de telle manière que ces propositions légèrement plus favorables aux citoyens sont régulièrement éjectées.

L'économiste Nicolas Doisy du fonds d'investissement Chevreux déclarant récemment : « Il serait politiquement intelligent que ses pairs de l’eurozone, ses partenaires allemands, belges italiens et ainsi de suite, permettent à François Hollande de prétendre qu’il leur a arraché quelques concessions, même si c’est faux en réalité. La demande de renégociation du traité serait alors utilisée pour tromper le public français, en lui faisant accepter des réformes convenables, dont celle du marché du travail. »

Dans ces conditions pourquoi voter pour un homme qui se dit de gauche, mais qui du fait de l'inscription de son projet politique à l'intérieur du cadre pré-cité se retrouvera tôt ou tard à trahir les espérances qu'auront mises en lui les électeurs ? Pour faire revenir la droite 5 ans plus tard, qui elle aussi décevra et fera revenir la gauche … À quoi riment ces alternances présidentielles, qui sur bien des aspects n'en sont pas ? On ne change pas un système en gardant le mode de pensée qui l'a engendré.


Au contraire du premier tour, le deuxième tour des élections présidentielles, malgré tout le battage médiatique qui en est fait, n'offre aucune perspective politique, ce qui m'amène à prôner l'abstention. Par contre les candidats voulant créer un autre cadre politique se présentent aux élections législatives et méritent le déplacement jusqu'au bureau de vote.


La voie d'avenir pour nous simples citoyens, n'est pas de rester dans les deux mâchoires, conservatrice et socialiste du présent cadre, mais d'imaginer le démontage et la dissolution du cadre d'intégration, de centralisation actuel. Nous devons débattre, comprendre, analyser, proposer des solutions qui nous permettent de sortir de ce cadre et en proposer un autre.

Hors ligne

 

#1360 05-05-2012 06:48:42

Jacques Roman
Membre
Message n°17195
Date d'inscription: 06-02-2006
Messages: 4259

Re: 32 Sortir de l'Union Européenne

La reproduction d'un texte sous un autre nom que celui de son auteur, sans guillemets et sans attribution de source, est contraire à la loi.  JR.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB 1.2.12
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr