Précédente Accueil

40ColDesAravisLEtaleManigodColCroixFry

Étienne : transition de Cotagne vers Manigod. La chaîne des Aravis est encore très enneigée. On distingue bien la grande brèche du col des Aravis, et le Mont-Blanc derrière, très près cette fois...

C'est la fin : je suis fatigué. Jean, qui est le seul à rester devant moi, dit à la radio que les faces Est donnent très bien, et bêtement je bascule à droite du mamelon sur la photo (alors que d'habitude, on passe bien sûr sur la face bien exposée au vent de vallée, à gauche)...

Erreur et sanction immédiate... posé à 18h au col de la Croix Fry, tout près du col de Aravis et le La Clusaz...

6h30 de merveilleuse aventure.

Je suis absolument saoul d'images et d'impressions fortes. Abasourdi, en fait... mais radieux... ça doit se voir sur ma tête et le retour en stop est assez facile... mais la route est longue, vous imaginez...

La voiture est au déco, au dessus de Gresse-en-Vercors... Je n'arriverai qu'à 22h à Grenoble... Heureusement que le Jacques a fait très fort, il va vous raconter ça...

 

Merci au soleil, merci au vent, merci au montagnes et aux vallées, merci aux hommes qui cultivent la Terre et la rendent si belle, merci à mon aile chérie que j'aime, que j'aime, que j'aime !!!!

À bientôt !

Jacques : ... Le retour :

Ça commence bien avec un bonhomme qui me redescend jusqu'au péage du Touvet. Il y a du monde. Je vais pourtant commettre une erreur puisque je vais monter dans la première voiture venue, qui va m'emmener jusqu'à Grenoble.

Heureusement, il va me proposer de m'emmener jusqu'à Vif. Finalement, il me laisse à Varces.

Je ne sais pas si vous avez fait du stop la nuit, mais je commence à être sérieusement inquiet. Il est 8 heures, et je ne suis pas sur la route principale. Il ne passe personne par ici.

À 21h, je vois un fourgon qui hésite, s'arrête un peu loin, puis repart presque. Heureusement pour moi, il va m'attendre lorsqu'il va me voir prendre mon sac. Ce couple va se montrer tout à fait adorable, puisqu'ils vont se détourner, et m'emmener non seulement jusqu'à Gresse, mais encore jusqu'au déco. Il est 21H45…

Étrangement, lorsque le vol se passe bien, le retour se passe généralement bien. C'est avec un plaisir hilare que je vais passer l'info au Etienne qui est redescendu jusqu'à Grenoble. Je monte le chercher, puisque nous aurons à mon avis plus de chance de trouver à manger sur Grenoble que dans la campagne. Il me faudra une bonne heure pour retrouver le Etienne dans Grenoble, comme quoi, le GPS, c'est tout de même bien. Nous allons trouver au Mac Do une pitance quasiment royale, surtout par le fait que nous avions un peu faim, et la tête encore dans les nuages.

Arrivée à la maison à 3H00.

Et parés pour les 15 jours de pluie qui vont suivre…