Signes de vie d'une Europe des citoyens - décembre 2012 - Blog du plan C, pour une Constitution Citoyenne, écrite par et pour les citoyens

Blog du plan C, pour une Constitution Citoyenne, écrite par et pour les citoyens


C'est notre Constitution qui est notre seule arme (et c'est aussi la meilleure) pour contrôler les pouvoirs. À nous d'en parler, entre simples citoyens, pour devenir des millions à l'avoir compris : ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.

Bienvenue :o)


Étienne Chouard
Je cherche ici à mettre en débat ouvert ce dont on ne parle nulle part : les plus grands principes institutionnels dont tous les citoyens (gauche, centre, droite) ont besoin pour se protéger des abus de pouvoir.

Je vous propose d'aller voir le FORUM et de suivre le SOMMAIRE, point par point (un principe par jour pour une digestion facile ?), et de réfléchir à votre propre position : Pour ? Contre ? Partagé ?

Et si personne (ni moi, ni d'autres ici) n'a encore défendu les arguments qui vous semblent importants, formulez-les vous-même : nous progressons ensemble en combinant nos réflexions, démocratiquement et positivement :o)

Suggestion :
pour parler nombreux
sur de nombreux sujets :
. soyons brefs,
. dans le sujet,
. et patients :-)

Une fois les principes bien débattus sur le FORUM, vous pouvez, dans la partie WIKI, écrire vous-mêmes les articles qui vous semblent importants dans une Constitution, aussi bien nationale qu'européenne.

Sur cette partie BLOG, je vous propose de nous parler plutôt des problèmes qui ne sont pas spécifiquement institutionnels (économie, histoire, philosophie, sociologie, société, actualité, technique, littérature, etc.), mais qui tournent quand même autour des sujets évoqués sur le forum : on cherche à imaginer ensemble un outil intellectuel, robuste et durable, contre les abus de pouvoir.

J'ai hâte de vous lire :o)

Étienne Chouard


Retour à la page centrale :
Le site d'origine s'appelle AEC : "Arc-en-Ciel" (après la pluie le beau temps) :o)


Présentation du PLAN C :


Rouages fondateurs d'une vraie démocratie :


Citoyens Européens Contre le Régime Illégitime :


Malformation congénitale de l'Union européenne :


Liberté d'expression :


Vote blanc = protestation légitime:


Henri Guillemin


Jean-Jacques ROUSSEAU


Cornélius Castoriadis


Gentils virus






Commentaires récents (de la partie blog ; voir aussi le forum et le wiki) :

Articles récents :




lundi 31 décembre 2012

La démocratie représentative est-elle une imposture ? (Entretien avec DLR n°2, déc. 2012) (96)

La démocratie représentative est-elle une imposture ?

Un entretien qui résume assez bien ma thèse centrale,
pour le journal de DLR ("La France Debout", n°2, nov-déc 2012) :


La démocratie représentative est-elle une imposture ?
Entretien avec Etienne Chouard
La France debout, n°2, nov. déc. 2012.


1) En quoi votre définition de la démocratie diffère-t-elle du sens courant ?

La démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple.
Or, notre système est une ploutocratie : un gouvernement des riches, par les riches et pour les riches.
Pourquoi ? Il faut chercher « la cause des causes » (Hippocrate):
l'élection sans contrôle délègue à des maîtres,
alors que le tirage au sort (avec ses multiples contrôles) vise à désigner des serviteurs du bien commun.


2) Est-ce le principe même de la représentation qui est vicié ?

Nous employons à contre-sens certains mots essentiels : « représentant » a deux sens en français , maître ou serviteur. Actuellement, c'est en tant que maîtres qu'agissent nos élus, sous prétexte de nous servir.

On utilise le terme «suffrage universel» pour désigner des maîtres alors qu'on devrait parler du vote direct des lois par le peuple : ce faux «suffrage universel» permet aux plus riches de mettre la main sur le pouvoir politique. Henri Guillemin rappelle cette phrase saisissante de Mauriac en 1966 :

« Ce que le général n'a pas fait et ce qu'il ne dépendait pas de lui de faire, c'est d'obliger à lâcher prise ces mains, ces quelques mains, oui ce petit nombre de mains qui tiennent les commandes secrètes de l'État, qui assurent les immenses profits de quelques-uns et qui font de chacun de nous les têtes d'un troupeau exploitable, exploité » (Bloc-notes de François Mauriac, 23 septembre 1966, à propos du général de Gaulle) (1).

« Constitution », devrait être une protection : c'est en fait, aujourd'hui, une prison. Nous ne votons pas les lois auxquelles nous acceptons de nous soumettre, nous ne votons que pour désigner des maîtres choisis par les plus riches soutenus par leurs médias. L'électeur n'est pas cet « adulte politique » qu'est le citoyen authentique qui ne saurait obéir qu'aux lois qu'il a lui-même discutées et votées.

Quand je remonte à la cause des causes, j'observe partout le conflit d'intérêts des personnes qui écrivent les constitutions : ce sont des professionnels de la politique qui composent les assemblées constituantes, car elles sont toujours élues parmi des candidats des partis qui, puissamment médiatisés, sont les seuls à pouvoir être élus. Or, ces gens-là, une fois élus constituants, ont un intérêt personnel évident à instituer leur puissance et notre impuissance.

Mais le corps social en train de prendre conscience : quand nous voudrons enfin une vraie constitution, nous l'écrirons nous-mêmes.


3) Quel régime permettrait d'incarner cette démocratie ?

Ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir : l'assemblée constituante doit être tirée au sort

ou, autre possibilité, elle peut être composée de tous les citoyens qui désirent participer à l'écriture de leur contrat social, commune par commune.

Ensuite, cette Assemblée constituante, débarrassée de ses conflits d'intérêts, pourra enfin choisir un bon régime.
Aucune institution ne peut travailler pour le bien commun sans contrôle permanent et sourcilleux des citoyens.
Le pouvoir doit être constamment inquiété, par des institutions de contrôle tirées au sort ou par la société civile.
Ceci ne se fera que par une réappropriation populaire de l'écriture de la Constitution.

On doit pouvoir révoquer ses représentants, surveiller leur vertu et contrôler leurs comptes.
Les élus ne doivent jouir d'aucun privilège.
L'institution-pivot de toute «démocratie représentative» digne de ce nom, est le référendum d'initiative citoyenne (RIC), qui permet une expression directe et autonome de la volonté populaire. Par exemple, c'est par RIC que les Suisses ont récemment abrogé — de leur propre initiative ! — la loi de privatisation de leur électricité nationale. Il y a en Suisse cent autres exemples frappants d'une puissance populaire en action. C'est à nous de le vouloir et de l'imposer.

Notre société connaît en ce moment une réactivation politique, grâce notamment à l'outil formidable (et nouveau) d'éducation populaire qu'est l'Internet : les électeurs peuvent s'informer entre eux, à la base, sans subir la censure de leurs maîtres, et aspirer à devenir enfin citoyens.


4) L'amateurisme de ces nouveaux élus va renforcer le pouvoir de la haute fonction publique ?

Reprendre le contrôle de la Constitution, c'est reprendre le contrôle des élus et des fonctionnaires, notamment des plus puissants. Il s'agit encore une fois de ne mettre au pouvoir que des serviteurs du bien commun, et de le garantir grâce à la surveillance et à la révocabilité (tout en protégeant ces serviteurs contre l'arbitraire, bien sûr).

Nous devrions imposer comme critère de sélection « l'importance donnée au regard des autres ». Dans l'Athènes antique, cela s'appelait la « VERGOGNE » : avoir de la vergogne était nécessaire pour être un bon citoyen ; et celui qui en était privé devait être mis à mort, selon Platon, car il était dangereux pour le corps social.

Aujourd'hui, ce levier de vertu est oublié : les professionnels de la politique et les chefs de grandes entreprises sont souvent sans vergogne ; ils peuvent sans honte tricher, trahir, mal faire, sans souffrir le moins du monde du climat de détestation qui peut régner à leur égard.


5) Quelles pourraient être les modalités techniques du référendum d'initiative citoyenne ?

Il devrait exister 4 types de RIC, soumis à des modalités intelligentes, afin d'éviter l'instabilité institutionnelle et les erreurs graves :

• Un référendum législatif, permettant d'imposer nous-mêmes les lois que nous voulons.
•Un référendum abrogatoire, permettant d'abroger une loi dont nous ne voulons pas.
• Un référendum révocatoire, permettant de révoquer n'importe quel acteur public.
• Un référendum constituant, permettant de modifier nous-mêmes notre Constitution.

Un RIC doit pouvoir être déclenché par un petit nombre de citoyens, 1 % par exemple, et être accompagné d'un débat riche, contradictoire et honnête, sans aucune possibilité de blocage ou de détournement par les pouvoirs en place.

Pour faire face à un grand nombre de propositions individuelles, nous pourrions instituer une « Chambre du référendum » composée de 200 ou 300 personnes tirées au sort. Cette chambre aurait pour fonction d'examiner les différents projets, en permettant à leurs promoteurs de défendre leurs arguments. Deux fois par an, un jour férié chômé serait consacré au vote populaire sur la liste des projets en cours, individuels filtrés et collectifs non filtrés.

En Suisse, où cette institution existe depuis longtemps, 8/10e des propositions s'avèrent non primordiales. Reste néanmoins que, pour les 2/10e de propositions utiles et décisives, cette institution se révèle d'une très grande importance et les Suisses y tiennent plus qu'à toute autre.


6) Croyez-vous que cela puisse remédier au désengagement civique dont souffre la démocratie française ?

Le désengagement civique provient de ce que les citoyens se rendent compte de l'escroquerie : la « démocratie représentative » est un oxymore.

Toute élection d'un petit nombre est pour le plus grand nombre un renoncement à la politique et une source d'apathie, qui doit être équilibrée par des assemblées tirées au sort.
Lorsque les citoyens sentent enfin que ce qu'ils font est important, ils reprennent goût à la vie politique, comme en 2005.

Dans De la démocratie en Amérique, Tocqueville a écrit des lignes formidables sur l'importance pédagogique des jurys populaires tirés au sort (2) :

« Le jury est donc avant tout une institution politique.

J'entends par jury un certain nombre de citoyens pris au hasard et revêtus momentanément du droit de juger.

Le jury, et surtout le jury civil sert à donner une partie des habitudes du juge ; et ces habitudes sont précisément celles qui préparent le mieux le peuple à être libre.

Il répand dans toutes les classes le respect pour la chose jugée et l'idée du droit.
Ôtez ces deux choses et l'amour de l'indépendance ne sera plus qu'une passion destructive.
Il enseigne aux hommes la pratique de l'équité. Chacun, en jugeant son voisin, pense qu'il pourra être jugé à son tour.

Le jury apprend à chaque homme à ne pas reculer devant la responsabilité de ses propres actes ; disposition virile, sans laquelle il n'y a pas de vertu politique.
(...)
En forçant les hommes à s'occuper d'autre chose que de leurs propres affaires, il combat l'égoïsme individuel, qui est comme la rouille des sociétés. »


Avons-nous en France des candidats suffisamment démocrates pour partager VRAIMENT le pouvoir avec leurs électeurs ?
Nicolas Dupont-Aignan a certainement une réponse à cette question.


Entretien mené par Pierre-Yves Rougeyron, directeur de rédaction de la Revue Perspectives Libres et analyste en intelligence économique.

Notes : (1) Voir cette passionnante vidéo de la RTS, à la minute 27 : http://www.rts.ch/archives/tv/culture/dossiers-de-l-histoire/3448829-caid-respectueux-6.html
(2) De la démocratie en Amérique, Partie II, chapitre VII, pages 406 à 410, folio histoire

vendredi 14 décembre 2012

Grenoble, 7 déc. 2012 : un atelier populaire constituant, sur le RIC (26)

Grenoble, 7 décembre 2012 :
un atelier populaire constituant, sur le RIC

Voici les premières traces de notre rencontre à Grenoble, le 7 décembre 2012, sous la neige.


• Première partie - Exposé de présentation :

http://www.causetoujours.fr/video.php?v=y64KF2_FwTo


Le PLAN de cette (toujours trop longue) intervention à Grenoble, a été rédigé par Sylvain ; merci Sylvain :)

1. 0' : Concernant la liste de points à surveiller pour écrire des constitutions qui nous protègent des abus de pouvoir
2. 3'30 : l'objectif et le fonctionnement de l'atelier
3. 4'30 : 2005 la réaction d’Étienne Chouard au projet d'anti-constitution européenne.
4. 6'03 : Les effets du regard des autres, la Vergogne.
5. 7'15 : Bâtir une alternative, qu'est-ce qu'une bonne constitution ? Comment expliquer que jusqu'ici on n'a pas de bonnes contitutions ?
6. 7'55 : Chercher la cause des causes. (Hippocrate). Être radical. L'importance des controverses.
7. 9'55 : L'arbre des Conséquences.
8. 10'45: Les résistants qui résistent valeureusement sur des conséquences et qui ont les solutions sur chaque problème.
9. 11'35: l'impuissance politique fondamentale
10. 12'03 : La fausse démocratie d'aujourd'hui.
11. 12'56 : Un problème de mots.
12. 14'37 : La mauvaise qualité du processus constituant. Ceux qui écrivent la constitution sont en conflit d'intérêt.
13. 15'18 : Les principes premiers d'une constitution. Notre erreur fondamentale. Hypothèse de cause des causes.
14. 17'27 : Lucidité sur les vices et vertus de l'espèce humaine. Vertu du tirage au sort. Contrôles. Principes de défiance. Révocabilité. Mandats courts. Reddition des comptes.
15. 18'40 : L'élection est aristocratique par nature. Notre inculture. Centralité du tirage au sort en démocratie.
16. 20'00 : Définition d'un peuple.
17. 22'06 : La cause des causes. Écrivons nous-même notre constitution.
18. 24'27: Le faux désintérêt actuel sur la constitution construit par les voleurs de pouvoir.
19. 24'52 : Une ferveur qui grandit. Démystifier, dédramatiser plein de choses, notamment les erreurs. Un texte évolutif.
20. 28'13 : Ce qu'on prouve (et se prouve) en écrivant un article de constitution. Naissance d'une vraie constitution. Bénéfice pour la lecture de constitution.
21. 29'50 : On nous traite comme des enfants. Devenir adulte.
22. 30'37 : Autonomie / Hétéronomie.
23. 30'54 : Le référendum d'initiative populaire.
24. 37'50 : Le référendum césariste
25. 40'11 : le P.S. ("L'homme est comme le lapin, il s'attrape par les oreilles" Mirabeau)
26. 41'06 : Henri Guillemin
27. 41'48 : Mathiez, sur la Révolution française (importance de la révolution française pour comprendre le régime oligarchique d'aujourd'hui)
28. 43'05: Chomsky sur l'État
29. 44'17 : Retour sur le référendum d'initiative populaire. Il suffit de l'écrire. Notre impuissance politique est écrite.
30. 45'49 : Montesquieu : "tout pouvoir va jusqu'à ce qu'il trouve une limite".
31. 47'16 : Sur les banquiers (mêmes conflits d'intérêts concernant l'écriture des limites)
32. 48'24 : La Réserve fédérale
33. 55'00 : Retour sur Cause/conséquence. Être radical. Écrire notre constitution.
34. 56'16 : Stratégie virale exponentielle avant insurrection.
35. 58'47 : Principe de la Fédération de communes.
36. 59'20 : Continuer en parralèle d'étudier les conséquences (Cf travail sur le nucléaire).
37. 1h00'28 : Les médias appartiennent aux riches.
38. 1h00'35 : Retour sur les coquins du PS et rappel du "centre-gauche" historique de Thiers.
39. 1h01'58 : Hollande rassure La City
40. 1h03'11 : le PS et l'UMP sont de droite dure.
41. 1h03'24 : L'importance des médias et de la télévision pour fabriquer le consentement.
42. 1h04'04 : Les riches achètent les médias pour maîtriser le pouvoir politique.
43. 1h04'46 : corrélation entre passages à la télé et résultats électoraux.
44. 1h05'17 : Les élections sont faites pour donner le pouvoir aux riches.
45. 1h05'30 : Guillemin à propos de Thiers.
46. 1h07'11 : Retour sur la stratégie virale ou dite : en rhizomes.
47. 1h08'04 : La métaphore de la Chenille.
48. 1h09'40 : Plus de maîtres : des serviteurs. Contrôle, défiance.
49. 1h10'20 : Retour sur le référendum d'initiative populaire
50. 1h10'47 : Question sur le régime Suisse. Recentrage. Liberté fondamentale des peuples. Être démocrate c'est quoi ? Le sujet des chiffons rouges et le mépris pour les décisions populaires des faux démocrates. La compétence supposée des Élus.
51. 1h15'12 : La guerre est l'apanage des États, des oligarques, des riches (1%), et des démagogues, des médias-mensonges, pas des peuples et des citoyens.
52. 1h17'30 : Intervention concernant "le jeu de dupes", une "entente", entre maîtres et électeur incapable d'assumer sa liberté.
53. 1h18'58 : La page "en vrac" d’Étienne Chouard (relevé de pépites). Local / Global. Présent / Générations futures.
54. 1h20'45 : Retour sur l'écriture de la constitution concernant le référendum d'initiative populaire.
55. 1h21'12 : La cause animale. Le parlement des animaux. Le lien entre la cruauté humaine et la cruauté envers les animaux.



• Deuxième partie - Questions, et puis l'atelier populaire constituant, par groupes :


Un chaud merci à Olivia, Valentin et toute leur bande de copains, pour avoir voulu et organisé ce bon moment :)

J'espère que ces graines d'idées démocratiques germeront, grandiront et se répandront à Grenoble (comme à Toulon, à La réunion, et ailleurs...), et que les gentils virus nous tiendront au courant (ici par exemple, ou sur Facebook) de leurs travaux et de leur progression.

Amicalement.

Étienne.

mercredi 5 décembre 2012

Take the square - Prendre la place - un film à aider (14)

Take the square
Prendre la place

un film à aider


Take the square par OXYGENPROD

Place Tahrir, Puerta del Sol, Syntagma Square, Wall Street… Le Caire, Madrid, Athènes, New-York… Autant de villes, autant de lieux où les différents peuples se sont mis à camper pour reprendre la rue, se réapproprier l’espace public, se réapproprier la démocratie…

Ce documentaire raconte l’histoire d’un mouvement qui a pris naissance sur le bord du Nil pour s’étendre à travers le monde et tenter de changer les rapports démocratiques.

Documentaire de Rodney PASSAVE-2013


Pour les aider, voici la page TOUSCOPROD (sympa, le nom) :
http://www.touscoprod.com/project/produce?id=423


The revolution will not be televised...




À part ça (mais c'est de la même veine), c'est après-demain que je vais rencontrer des Grenoblois, pour écrire ensemble quelques articles d'un exemple de Constitution d'origine populaire :)

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2012/11/25/279-rendez-vous-a-grenoble-le-7-decembre-pour-ecrire-nous-memes-quelques-articles-de-constitution

Si vous voulez voir (un peu) à quoi peut ressembler ce genre d'atelier populaire constituant, voyez ce montage qui résume notre dernière rencontre, à Toulon, elle aussi sur le RIC :

See you soon.

Étienne.


Parse error: syntax error, unexpected '&' in /mnt/111/sda/5/c/etienne.chouard/Europe/forum/ecrire/tools/bbclone/var/access.php on line 2037