Journal de bord - novembre 2013 - Blog du plan C, pour une Constitution Citoyenne, écrite par et pour les citoyens

Blog du plan C, pour une Constitution Citoyenne, écrite par et pour les citoyens


C'est notre Constitution qui est notre seule arme (et c'est aussi la meilleure) pour contrôler les pouvoirs. À nous d'en parler, entre simples citoyens, pour devenir des millions à l'avoir compris : ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.

Bienvenue :o)


Étienne Chouard
Je cherche ici à mettre en débat ouvert ce dont on ne parle nulle part : les plus grands principes institutionnels dont tous les citoyens (gauche, centre, droite) ont besoin pour se protéger des abus de pouvoir.

Je vous propose d'aller voir le FORUM et de suivre le SOMMAIRE, point par point (un principe par jour pour une digestion facile ?), et de réfléchir à votre propre position : Pour ? Contre ? Partagé ?

Et si personne (ni moi, ni d'autres ici) n'a encore défendu les arguments qui vous semblent importants, formulez-les vous-même : nous progressons ensemble en combinant nos réflexions, démocratiquement et positivement :o)

Suggestion :
pour parler nombreux
sur de nombreux sujets :
. soyons brefs,
. dans le sujet,
. et patients :-)

Une fois les principes bien débattus sur le FORUM, vous pouvez, dans la partie WIKI, écrire vous-mêmes les articles qui vous semblent importants dans une Constitution, aussi bien nationale qu'européenne.

Sur cette partie BLOG, je vous propose de nous parler plutôt des problèmes qui ne sont pas spécifiquement institutionnels (économie, histoire, philosophie, sociologie, société, actualité, technique, littérature, etc.), mais qui tournent quand même autour des sujets évoqués sur le forum : on cherche à imaginer ensemble un outil intellectuel, robuste et durable, contre les abus de pouvoir.

J'ai hâte de vous lire :o)

Étienne Chouard


Retour à la page centrale :
Le site d'origine s'appelle AEC : "Arc-en-Ciel" (après la pluie le beau temps) :o)


Présentation du PLAN C :


Rouages fondateurs d'une vraie démocratie :


Citoyens Européens Contre le Régime Illégitime :


Malformation congénitale de l'Union européenne :


Liberté d'expression :


Vote blanc = protestation légitime:


Henri Guillemin


Jean-Jacques ROUSSEAU


Cornélius Castoriadis


Gentils virus






Commentaires récents (de la partie blog ; voir aussi le forum et le wiki) :

Articles récents :




samedi 23 novembre 2013

Hackathon "Assemblée virtuelle", à Paris, vendredi 29 novembre 2013 (19)

HACKATHON "Assemblée Virtuelle"

Les (jeunes et pétillants) organisateurs du site ASSEMBLÉE-VIRTUELLE.ORG m'ont proposé de les rejoindre à Paris, vendredi prochain, et à réfléchir avec eux à leur projet de programmation d'outils informatiques pour aider une société moderne à faire de la politique. J'y serai.


Je suis à la fois :

1) attiré par toutes les possibilités qu'offrirait un traitement informatique (vraiment) sécurisé de la collecte et de l'organisation (rationnelle, intuitive et souple) des opinions de tous :

- voir toutes les qualités qu'on pourrait attendre d'un projet épatant comme DEMEXP (voir le site http://demexp.net/dokuwiki/),

- et voir aussi tous nos enjeux et exigences pour explorer l'inaccessible et essentielle "volonté générale" ,

et 2) repoussé par l'évident et terrible danger de corruption et de fraude que permet l'outil informatique, littéralement incontrôlable :

- voir le billet du blog qui évoque et travaille ce point décisif.


Mais je n'ai pas renoncé à réfléchir à cet outil, et j'ai de nombreuses questions (épineuses) et suggestions à formuler auprès de programmeurs qui s'occuperaient de nous aider à faire de la (vraie et fiable) politique assistée par ordinateur, POLAO.


• La page qui présente le "Hackathon Assemblée virtuelle" de Paris :
http://assemblee-virtuelle.org/drupal/Hackathon

• La page Facebook d'Assemblée virtuelle :
https://www.facebook.com/AssembleeVirtuelle

• La page Facebook du Hackathon :
https://www.facebook.com/events/671092682909995/

• Voici enfin leur présentation du "hackathon" (marathon de hackers) :

« Un petit mail pour te convier au hackathon que nous organisons en collaboration avec Stample, notre partenaire technique, et la fondation Mozilla. Il se déroulera dans les locaux de cette dernière du lundi 25 au vendredi 29 novembre 2013.

Objectif :

- Développer et expérimenter les potentialités du web social sémantique libre (linked datas / web 3.0 / web distribué), une nouvelle génération de technologies web dont l'impact devrait être majeur dans les années qui viennent.

- Inviter les acteurs de la société civile à se saisir de ces nouveaux outils

- Poser les premières briques de l'Assemblée Virtuelle


Les travaux s'articuleront autour de 3 axes : Émancipation, intelligence & action collective et démocratie.

Déroulement :

- 25 -> 28 novembre : 4 jours d'ateliers rassemblant une trentaine de développeurs / designeurs (dont certains issus du MIT / W3C / ENS), mais aussi des acteurs de la société civile, du monde de l'entreprise ainsi que des institutionnels.

- Vendredi 29 novembre : Journée portes ouvertes : Les réalisations de la semaine seront présentées, elles donneront lieu à des tables rondes et à des débats ouverts.


Pour s'inscrire aux portes ouvertes, c'est ICI

Pour les ateliers, nombre de places limitées : Nous contacter en écrivant à contact@assemblee-virtuelle.org »

Au plaisir d'y retrouver des chercheurs de démocratie pacifiée :)

Étienne.

vendredi 22 novembre 2013

Prochain atelier constituant à Romans-sur-Isère, jeudi 28 nov. 2013, 19h (4)

Prochain atelier constituant
à Romans-sur-Isère,
jeudi 28 nov. 2013, 19h

C'est à Romans-sur-Isère, dans la Drôme (...) :
http://www.uncllaj.org/location/rhonealpes/romans/residence-chaze-romans/index.html


Pensez à prendre de quoi écrire :)

Au plaisir de vous y retrouver.

Étienne.

______

PS : j’ai retrouvé (et je copie ci-dessous) un résumé de mes thèses que j’avais préparé juste avant la conférence de Genève avec Myret (860 000 vues depuis, incroyable internet) :

L'antienne d'Étienne :)

Pour m’en tenir aux grandes lignes, il me semble que les peuples du monde, après avoir été privés à la fois du CONTRÔLE PUBLIC DE L’ÉTAT et du CONTRÔLE PUBLIC DES BANQUES (et notamment de la création monétaire), se sont laissé imposer une RARETÉ généralisée, une PÉNURIE SYSTÉMIQUE, non nécessaire et aliénante.

Je pense que nous ne viendrons pas à bout des prédateurs aujourd’hui parvenus aux manettes sans un antidote astucieux, radical, appliqué aux racines du mal : il me semble que la procédure de l’élection —ce faux « suffrage universel » dans cette fausse « démocratie » qui réduit les citoyens au rang dégradant d’électeurs, tout juste bons à désigner (sans les avoir choisis) des maîtres politiques qui vont tout décider à leur place sans aucun moyen de résister à d’éventuels abus de pouvoir, même scandaleux— cette procédure de l’élection, donc, a progressivement, en deux cents ans à peine, donné 100% du pouvoir politique aux 1% ultra-riches de la cité : les marchands et principalement les marchands d’argent.

Cette concentration des tous les pouvoirs, économiques et politiques (et donc aussi médiatiques, ce qui redouble encore la puissance du piège) est inédite dans l’histoire des hommes et tient, je crois à un mode d’attribution des postes politiques qui est lui aussi inédit, et qui a rendu possible rien moins que ce qu’on appelle gentiment le capitalisme, mais qui est en fait une association de malfaiteurs pour mettre la planète en coupe réglée en utilisant les techniques bien rôdées de la maffia historique : terroriser ses victimes et se présenter ensuite comme le protecteur, faux choix imposé en échange de la plus parfaite docilité.

J’analyse donc ce faux « suffrage universel » comme une escroquerie politique majeure qui a TOUJOURS donné le pouvoir aux plus riches (200 ans d’expériences concrètes) et qui constitue aujourd’hui la cause des causes de notre impuissance politique et donc, la cause des causes de nombreuses injustices sociales qui n’en sont que des conséquences. Je suggère donc que les différents militants humanistes se réunissent autour de ce noyau dur de résistance, véritable pierre de touche du capitalisme, mais aussi son Talon d’Achille : il est plus intelligent de s’en prendre aux causes des problèmes qu’à leurs conséquences. Hippocrate : « cherchez la cause des causes ». Ce conseil est le meilleur conseil du monde.

Il me semble que les peuples du monde entier (enfin indignés de tant d’injustices sociales), en se réappropriant à la fois la maîtrise du processus constituant et la procédure du tirage au sort — véritable clef de voûte de la seule démocratie à peu près digne de ce nom qui a vu le jour sur terre, il y a 2500 ans à Athènes — ces peuples prendraient les injustices sociales à leur racine commune et découpleraient enfin la puissance économique de la puissance politique (comme cela a été le cas à Athènes : pendant deux cents ans, les citoyens pauvres ont gouverné toujours ET LES CITOYENS RICHES JAMAIS, n’oubliez pas ce point fondamental, que les élus voudraient bien nous aider à oublier…).

Le seul suffrage universel digne de ce nom est le vote direct par les citoyens des lois auxquelles ils consentent à obéir ; vote direct du peuple en corps dans les Assemblées locales des Communes libres organisées en Fédération de communes.

On peut naturellement accepter des compromis, et organiser, par exemple, un régime mixte avec à la fois une chambre élue, la Chambre des Partis, des professionnels, et une autre tirée au sort, la Chambre des Citoyens, des amateurs, mais il faut savoir que ce sont des compromis et refuser d’appeler démocratie ce qui est souvent son strict contraire.

Alors, COMMENT une vraie démocratie peut-elle advenir ? Jamais un élu n’instituera une vraie démocratie (qui le mettrait au chômage), parce que l’élu, dans cette occurrence précise du processus constituant, est en CONFLIT D’INTÉRÊTS, il fixe des règle pour lui-même, il a un intérêt personnel contraire à l’intérêt général : pour préserver son pouvoir d’élu, il a intérêt à ce que la démocratie n’advienne pas. Ce n’est donc évidemment pas aux élus de décider si nous devons continuer à élire nos maîtres : ce n’est pas aux parlementaires d’écrire ou de modifier la Constitution, ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire eux-mêmes les limites de leurs propres pouvoirs.

IL FAUT ÉVITER À TOUT PRIX QUE L’ASSEMBLÉE CONSTITUANTE SOIT ÉLUE PARMI DES CANDIDATS : c’est ça, la cause des causes, le conflit d’intérêts originel qui débouche forcément, logiquement, sur notre impuissance politique.


Pour conclure en un mot :

POUR REPRENDRE LE POUVOIR POLITIQUE AUX BANQUIERS, LES PEUPLES DU MONDE DEVRAIENT EXIGER, tout à fait prioritairement et toutes affaires cessantes, UNE ASSEMBLÉE CONSTITUANTE DÉSINTÉRESSÉE DONC TIRÉE AU SORT.


(La conférence historique :) http://www.youtube.com/watch?v=TLjq25_ayWM )

vendredi 15 novembre 2013

15 nov. 2013 : "#Rencontres Capitales" de Marseille : "comment sortir de la crise ?" (105)

Pour les Provençaux,
rendez-vous demain, vendredi 15 novembre 2013,
aux #Rencontres Capitales de Marseille,
Palais du Pharo, 16h, sur le thème :

Société, économie, environnement :
COMMENT SORTIR DE >LA CRISE< ?

http://www.rencontrescapitales.com/les-debats/societe-economie-environnement-comment-sortir-de-la-crise.html

Au plaisir d'y retrouver plein de virus :)

Étienne.


PS : ce n'est pas une "crise", bien sûr :

http://www.noesunacrisis.com/







[Edit 16 novembre (le lendemain à l'aube) :]

Si vous n'étiez pas là hier (à Marseille), vous n'avez pas raté grand-chose, j'en sors déçu. Quatre oligarques (ou équivalents) contre un trublion >populiste<, avec un >journaliste< comme muselière (*)...

Résultat effrayant, par moments : ces gens (très bien habillés) parlent de "la crise" comme d'un concept philosophique éthéré, une idée abstraite, un jouet pour réfléchir en l'air, un accident imparable, venant des USA, une fatalité, comparant la "crise financière" aux "crises d'adolescence" (je vous jure qu'ils ont dit ça), aux "crises de l'âge mûr" ou au "crises d'acné" (sic)... Affligeant de platitude (et d'habile diversion pour ne pas parler des vraies responsabilités de la catastrophe économique et sociale dans laquelle se débattent des millions de victimes bien réelles). Et sans réelle possibilité de réagir, de bondir, de contredire... Ces intellectuels ne servent à rien.

Ce qu'il aurait fallu dire, de mon point de vue, si l'on avait voulu (vraiment) répondre à la question posée : COMMENT SORTIR DE LA CRISE ? :

D'abord, il faut remettre les mots à l'endroit : ce n'est pas "une crise", c'est un coup d'État (bancaire), une entreprise terroriste, une stratégie du choc.

La précarisation et l'inquiétude de la population active (99%) sont des OUTILS DE TERREUR pour rendre les travailleurs bien dociles et perpétuer le régime "libéral" des travaux forcés à bas salaires au profit de la classe oisive (1%).

La cause de la catastrophe qui vient, ce sont nos parlementaires et nos ministres ; la cause de la crise, ce sont les décisions de dérégulation bancaire, de sabordage de la souveraineté nationale et de >libre-échange< depuis 40 ans PAR LES ÉLUS. La solution ne viendra DONC évidemment PAS d'eux : c'est eux qui ont créé cette "crise" !

1) C'est eux qui votent depuis 40 ans des budgets en déficit (première pince de la tenaille antirépublicaine), c'est donc eux qui ont créé de toutes pièces "la dette publique" avec LEURS décisions personnelles, leurs votes au Parlement ou leurs actes au gouvernement (il l'ont fait en baissant les impôts des riches et en gelant les taux de cotisations sociales, et pas du tout en augmentant les dépenses publiques qui sont STABLES depuis 30 ans),

2) et c'est eux qui ont interdit à la puissance publique de créer la monnaie publique dont elle a besoin (deuxième pince de la tenaille antirépublicaine) en nous enfermant dans les griffes des "marchés financiers" (qui sont en fait les plus riches (les 1%), précisément ceux dont on venait justement de baisser les impôts et qui avaient donc beaucoup d'argent à placer, sans prendre de risques de préférence, et qui sont également ceux qui font élire LEURS "élus" avec LEURS "médias").


3) Donc, "la crise" n'en est pas une : elle n'est pas accidentelle, au contraire, TOUT SE PASSE COMME PRÉVU. Il est donc illusoire de penser que ceux-là mêmes qui prétendent nous représenter et qui en fait nous ont volontairement ruinés, il est illusoire de penser, donc, que ce sont ces gredins qui vont nous sortir du pétrin ! Cela n'arrivera pas. La solution ne viendra pas des "élus" (totalement au service de ceux qui les font élire c'est-à-dire des banques).

Nous n'avons pas de constitution (notez que les banquiers, eux, ont une Constitution : moins bêtes que nous, ils l'ont écrite eux-mêmes, c'est l'anticonstitution européenne).
Et si on veut une constitution, il faudra l'écrire nous-mêmes.

La solution ne peut venir que de nous-mêmes, des simples citoyens, mais je désespère, je dois vous l'avouer.

Étienne.

____________

Le modérateur du débat d'hier, "journaliste" dont j'ai oublié le nom, m'a d'abord donné la parole une ou deux fois, puis, voyant ce que je disais avec une sorte d'effroi outré, ne me l'a plus du tout donnée, n'invitant à parler que les satisfaits...

Ça m'a fait penser à ce Journal de Paris qui, le 28 octobre 1789 relatait les débats à l'Assemblée nationale : "Hier, Monsieur Robespierre est encore monté à la tribune. On s'est rapidement aperçu qu'il voulait encore parler en faveur des pauvres, et on lui a coupé la parole." (cité par Henri Guillemin). Vieille affaire, donc.

PPS : merci à Bruno qui, dans un commentaire, m'a aidé à comprendre ma frustration.

Amitiés à tous.

Étienne.



[Mise à jour 17 janvier 2014 :

la VIDÉO de l'échange est disponible :

http://www.rencontrescapitales.com/videos-2013/debat-12.html.

ÉC.]