Le vote blanc reconnu à partir du 1er avril :
avancée démocratique ou poisson d'avril ?