Prochain atelier constituant
à Romans-sur-Isère,
jeudi 28 nov. 2013, 19h

C'est à Romans-sur-Isère, dans la Drôme (...) :
http://www.uncllaj.org/location/rhonealpes/romans/residence-chaze-romans/index.html


Pensez à prendre de quoi écrire :)

Au plaisir de vous y retrouver.

Étienne.

______

PS : j’ai retrouvé (et je copie ci-dessous) un résumé de mes thèses que j’avais préparé juste avant la conférence de Genève avec Myret (860 000 vues depuis, incroyable internet) :

L'antienne d'Étienne :)

Pour m’en tenir aux grandes lignes, il me semble que les peuples du monde, après avoir été privés à la fois du CONTRÔLE PUBLIC DE L’ÉTAT et du CONTRÔLE PUBLIC DES BANQUES (et notamment de la création monétaire), se sont laissé imposer une RARETÉ généralisée, une PÉNURIE SYSTÉMIQUE, non nécessaire et aliénante.

Je pense que nous ne viendrons pas à bout des prédateurs aujourd’hui parvenus aux manettes sans un antidote astucieux, radical, appliqué aux racines du mal : il me semble que la procédure de l’élection —ce faux « suffrage universel » dans cette fausse « démocratie » qui réduit les citoyens au rang dégradant d’électeurs, tout juste bons à désigner (sans les avoir choisis) des maîtres politiques qui vont tout décider à leur place sans aucun moyen de résister à d’éventuels abus de pouvoir, même scandaleux— cette procédure de l’élection, donc, a progressivement, en deux cents ans à peine, donné 100% du pouvoir politique aux 1% ultra-riches de la cité : les marchands et principalement les marchands d’argent.

Cette concentration des tous les pouvoirs, économiques et politiques (et donc aussi médiatiques, ce qui redouble encore la puissance du piège) est inédite dans l’histoire des hommes et tient, je crois à un mode d’attribution des postes politiques qui est lui aussi inédit, et qui a rendu possible rien moins que ce qu’on appelle gentiment le capitalisme, mais qui est en fait une association de malfaiteurs pour mettre la planète en coupe réglée en utilisant les techniques bien rôdées de la maffia historique : terroriser ses victimes et se présenter ensuite comme le protecteur, faux choix imposé en échange de la plus parfaite docilité.

J’analyse donc ce faux « suffrage universel » comme une escroquerie politique majeure qui a TOUJOURS donné le pouvoir aux plus riches (200 ans d’expériences concrètes) et qui constitue aujourd’hui la cause des causes de notre impuissance politique et donc, la cause des causes de nombreuses injustices sociales qui n’en sont que des conséquences. Je suggère donc que les différents militants humanistes se réunissent autour de ce noyau dur de résistance, véritable pierre de touche du capitalisme, mais aussi son Talon d’Achille : il est plus intelligent de s’en prendre aux causes des problèmes qu’à leurs conséquences. Hippocrate : « cherchez la cause des causes ». Ce conseil est le meilleur conseil du monde.

Il me semble que les peuples du monde entier (enfin indignés de tant d’injustices sociales), en se réappropriant à la fois la maîtrise du processus constituant et la procédure du tirage au sort — véritable clef de voûte de la seule démocratie à peu près digne de ce nom qui a vu le jour sur terre, il y a 2500 ans à Athènes — ces peuples prendraient les injustices sociales à leur racine commune et découpleraient enfin la puissance économique de la puissance politique (comme cela a été le cas à Athènes : pendant deux cents ans, les citoyens pauvres ont gouverné toujours ET LES CITOYENS RICHES JAMAIS, n’oubliez pas ce point fondamental, que les élus voudraient bien nous aider à oublier…).

Le seul suffrage universel digne de ce nom est le vote direct par les citoyens des lois auxquelles ils consentent à obéir ; vote direct du peuple en corps dans les Assemblées locales des Communes libres organisées en Fédération de communes.

On peut naturellement accepter des compromis, et organiser, par exemple, un régime mixte avec à la fois une chambre élue, la Chambre des Partis, des professionnels, et une autre tirée au sort, la Chambre des Citoyens, des amateurs, mais il faut savoir que ce sont des compromis et refuser d’appeler démocratie ce qui est souvent son strict contraire.

Alors, COMMENT une vraie démocratie peut-elle advenir ? Jamais un élu n’instituera une vraie démocratie (qui le mettrait au chômage), parce que l’élu, dans cette occurrence précise du processus constituant, est en CONFLIT D’INTÉRÊTS, il fixe des règle pour lui-même, il a un intérêt personnel contraire à l’intérêt général : pour préserver son pouvoir d’élu, il a intérêt à ce que la démocratie n’advienne pas. Ce n’est donc évidemment pas aux élus de décider si nous devons continuer à élire nos maîtres : ce n’est pas aux parlementaires d’écrire ou de modifier la Constitution, ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire eux-mêmes les limites de leurs propres pouvoirs.

IL FAUT ÉVITER À TOUT PRIX QUE L’ASSEMBLÉE CONSTITUANTE SOIT ÉLUE PARMI DES CANDIDATS : c’est ça, la cause des causes, le conflit d’intérêts originel qui débouche forcément, logiquement, sur notre impuissance politique.


Pour conclure en un mot :

POUR REPRENDRE LE POUVOIR POLITIQUE AUX BANQUIERS, LES PEUPLES DU MONDE DEVRAIENT EXIGER, tout à fait prioritairement et toutes affaires cessantes, UNE ASSEMBLÉE CONSTITUANTE DÉSINTÉRESSÉE DONC TIRÉE AU SORT.


(La conférence historique :) http://www.youtube.com/watch?v=TLjq25_ayWM )