octobre 2012 - Blog du plan C, pour une Constitution Citoyenne, écrite par et pour les citoyens

Blog du plan C, pour une Constitution Citoyenne, écrite par et pour les citoyens


C'est notre Constitution qui est notre seule arme (et c'est aussi la meilleure) pour contrôler les pouvoirs. À nous d'en parler, entre simples citoyens, pour devenir des millions à l'avoir compris : ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.

Bienvenue :o)


Étienne Chouard
Je cherche ici à mettre en débat ouvert ce dont on ne parle nulle part : les plus grands principes institutionnels dont tous les citoyens (gauche, centre, droite) ont besoin pour se protéger des abus de pouvoir.

Je vous propose d'aller voir le FORUM et de suivre le SOMMAIRE, point par point (un principe par jour pour une digestion facile ?), et de réfléchir à votre propre position : Pour ? Contre ? Partagé ?

Et si personne (ni moi, ni d'autres ici) n'a encore défendu les arguments qui vous semblent importants, formulez-les vous-même : nous progressons ensemble en combinant nos réflexions, démocratiquement et positivement :o)

Suggestion :
pour parler nombreux
sur de nombreux sujets :
. soyons brefs,
. dans le sujet,
. et patients :-)

Une fois les principes bien débattus sur le FORUM, vous pouvez, dans la partie WIKI, écrire vous-mêmes les articles qui vous semblent importants dans une Constitution, aussi bien nationale qu'européenne.

Sur cette partie BLOG, je vous propose de nous parler plutôt des problèmes qui ne sont pas spécifiquement institutionnels (économie, histoire, philosophie, sociologie, société, actualité, technique, littérature, etc.), mais qui tournent quand même autour des sujets évoqués sur le forum : on cherche à imaginer ensemble un outil intellectuel, robuste et durable, contre les abus de pouvoir.

J'ai hâte de vous lire :o)

Étienne Chouard


Retour à la page centrale :
Le site d'origine s'appelle AEC : "Arc-en-Ciel" (après la pluie le beau temps) :o)


Présentation du PLAN C :


Rouages fondateurs d'une vraie démocratie :


Citoyens Européens Contre le Régime Illégitime :


Malformation congénitale de l'Union européenne :


Liberté d'expression :


Vote blanc = protestation légitime:


Henri Guillemin


Jean-Jacques ROUSSEAU


Cornélius Castoriadis


Gentils virus






Commentaires récents (de la partie blog ; voir aussi le forum et le wiki) :

Articles récents :




mercredi 31 octobre 2012

La Véritable Démocratie (un extrait choisi - parmi les nombreux possibles - de Castoriadis) (6)

La Véritable Démocratie (un extrait choisi - parmi les nombreux possibles - de Castoriadis)

un billet Facebook bien intéressant, posté par Sylvain Rochex :

CASTORIADIS parle de la DÉMOCRATIE

http://www.facebook.com/notes/sylvain-rochex/la-v%C3%A9ritable-d%C3%A9mocratie-un-extrait-choisi-parmi-les-nombreux-possibles-de-castor/431239330257811

Voici un extrait du livre : « La Cité et les Lois », un recueil de séminaires par Castoriadis (1983-1984).

Il faut, si l'on peut, lire TOUT Castoriadis. Il démonte point par point tous les enfumages sur les deux derniers siècles d'une part, mais aussi sur l'ensemble des 25 derniers siècles après la chute de la démocratie athénienne.

Tous les textes castoriadiens se recoupent entre eux. Celui que j'ai choisi ci-dessous offre un assez bon résumé de bon nombre de points. Et d'une manière générale, le livre « La Cité et les Lois » est en lui-même un bon résumé des autres.

Sylvain Rochex

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LA DÉMOCRATIE

Il s'agit du pouvoir du peuple et non celui de ses représentants - l'idée de représentation politique, spécifique de la société et de l'aliénation d'aujourd'hui, est là totalement absente ; ensuite, le peuple ne saurait être remplacé par les experts, qui sont certes reconnus comme tels dans leurs domaines respectifs, mais sans qu'ils puissent prétendre à une expertise politique générale, qui n'existe pas : il n'y a pas de science de la politique ou du gouvernement ; enfin, il s'agit bel et bien de la communauté politique et non d'un État au sens moderne du terme, séparé de la société, qui lui fait face et la gouverne.

Tout cela implique aussi que les membres de la communauté participent effectivement à l'activité politique. Non pas, bien-sûr, que 100% d'entre eux prennent part à tout instant aux délibérations ou aux décisions ; mais tout simplement qu'une majorité substantielle du peuple est présente et se manifeste activement chaque fois qu'il s'agit de délibérer et de décider. Cette participation n'est pas un droit abstrait, mais une pratique effective ; et elle n'est pas laissée au hasard ou au bon vouloir des citoyens. C'est toute la vie de la cité, toute l'éducation des citoyens, la paideia pros ta koina, l'éducation en vue des affaires communes, qui conditionne cette participation effective. Et cela est manifeste, dans la vie politique d'Athènes, pratiquement de la révolution de Clisthène à la fin de l'indépendance d'Athènes (bataille de Chéronée, domination macédonienne, etc.), c'est-à-dire à peu près pendant deux siècles. Parmi les composantes du dispositif qui rend possible cette pratique de la démocratie, il y a la création d'un espace public, (...), à savoir la publicité des affaires, par opposition radicale au secret - monarchique, étatique ou bureaucratique - (...), la création aussi d'un temps public, (...), par temps public, j'entends une mémoire qui, là encore, n'est pas la possession privée de prêtres, de fonctionnaires, du monarque ou d'une bureaucratie, mais est explicitement mise en commune et publiquement élaborée, (...).

Dès qu'il s'est institutionnalisé, le monde politique moderne, (...), a commencé par reconnaître les principes, les significations imaginaires politiques constitutives du monde grec, tout en affirmant que ces principes sont inapplicables dans les sociétés modernes. (...), il est absolument clair, en tout cas chez Ferguson, dans l'Essai sur la société civile, mais déjà avant chez Montesquieu, que la véritable démocratie signifie la participation de la communauté entière ; c'est évidemment aussi l'idée centrale de Rousseau. Et dans la mesure où une théorie libérale de la constitution politique s'élabore et prévaut à partir de la fin du XVIIIe siècle, elle s'appuie sur l'affirmation explicite de l'impossibilité de cette participation dans les sociétés contemporaine et sur l'acceptation de l'État comme distinct de la communauté politique, étranger à elle. (...) Cette philosophie politique se trouve face à une quadrature du cercle : on maintient un État séparé dont on essaie de limiter le pouvoir, on tient pour acquis que les citoyens ne peuvent ou ne veulent pas, sauf exception passagère, s'occuper des affaires publiques, et en même temps on prétend fonder là-dessus un régime qui se réclame de la souveraineté du peuple et qui se donne le nom de démocratie. On aboutit à l'autoorganisation de la société dite civile à travers le marché - la dimension essentielle de la société étant ici la dimension économique -, processus avec lequel la communauté politique devrait donc s'abstenir d'interférer.

La grande question de la démocratie, est de savoir qui fait la loi et comment. Autrement dit, dans le langage de Rousseau, qui est le souverain. Réponse évidente : le peuple ; c'est « nous » qui faisons la loi, et c'est dans ce « nous » qui se trouvent impliquées l'égalité, la liberté et la communauté comme réalité concrète sans laquelle ce « nous » ne serait pas. (...) C'est en ce sens que la démocratie grecque antique instaure vraiment l'autonomie : en disant que la loi est faite par nous et pour nous, et en définissant ce nous comme la collectivité des citoyens libres, adultes, mâles, etc. (...) Il y a donc là, (...) auto-institution explicite de la société. Ce qui, bien entendu, pose immédiatement le problème des limites de cette auto-institution. (...) Nous pouvons tout faire ; mais évidemment, nous ne devons pas tout faire : c'est la question de l'autolimitation. Y répondent, d'abord, un certain nombre d'institutions formelles, dont j'ai donné un exemple avec la graphè paranomôn. (...) Il y a un extraordinaire développement à Athènes de ce que nous appellerions le pouvoir judiciaire, qui n'est qu'une autre forme du pouvoir que le peuple exerce aussi à travers l'agora et l'Ekklèsia. Il y a aussi des institutions qui, sans être politique au sens strict, apparaissent comme une réponse à cette question de l'autolimitation, en particulier la tragédie.

Tout cela sera étouffé par la contre-révolution platonicienne, et par la constitution, à sa suite, d'une philosophie politique qui va s'édifier en opposition frontale avec ce qui avait été créé au cours du VIe et du Ve siècle (avant J.C.).

(...) Ce chœur de l'Antigone de Sophocle où il est dit explicitement que c'est l'homme lui-même (c'est-à-dire l'humanité) qui invente, crée, pose les lois qui constituent les cités. (...) C'est la communauté qui forme l'individu tel qu'il va devenir. On reconnaît l'idée de la paideia explicité par Aristote, mais qui est là bien avant lui, pratiquement depuis toujours. (...) polis andra didaskei, c'est la cité qui éduque l'homme, qui fait de lui un homme. (...) Chez les humains le nomos devient phusis, c'est-à-dire que leur nature, c'est ce qui leur a été imposé et inculqué par l'institution de la cité dans laquelle ils ont grandi.

(...) C'est bien évidemment à partir du moment où l'ont reconnaît, (...), cette autocréation de l'humanité, autoconstituante et auto-instituante, que la question du nomos et de la doxa surgit avec toute sa profondeur. Il n'y a plus lieu, alors, de penser à une naturalité ou à une quelconque origine divine ou transcendante des dispositions qui règlent la vie sociale des êtres humains : tout cela, c'est du nomos ; et quant aux vues de ces mêmes humains sur le monde, c'est de la doxa, de l'opinion.

Cornelius Castoriadis


Source : http://www.facebook.com/notes/sylvain-rochex/la-v%C3%A9ritable-d%C3%A9mocratie-un-extrait-choisi-parmi-les-nombreux-possibles-de-castor/431239330257811

mardi 30 octobre 2012

Rendez-vous à La Réunion, du 4 au 9 novembre 2012, avec le Parti Pirate Réunionnais et le Repaire 974 de Là-bas si j'y suis (4)

Série de rencontres prévues à l'île de LA RÉUNION
du dimanche 4 novembre au vendredi 9 novembre 2012,
avec le Parti Pirate Réunionnais
et le Repaire 974 de Là-bas si j'y suis

L'ANNONCE :
http://www.partipirate.re/#actualiteRUN

LE PROGRAMME des rencontres et ateliers :
http://www.partipirate.re/doc/tlchrgmnt/EC-RUN2012.pdf

CONTRE LA CRISE : LA CRÉATION MONÉTAIRE ET LE REVENU DE BASE
Lundi 5 novembre à 20h
Les Récréateurs (Saint Denis)
Conférence et débat

La crise économique et financière actuelle résulte de la combinaison entre l'abandon de la création monétaire publique (loi de 1973, puis article 104 de Maastricht, puis article 123 du TL) et la dette colossale de l'État creusée depuis des décennies par les ministres et les parlementaires, qui aujourd'hui tentent d'imposer une "nécessaire austérité".

La reprise du contrôle de la création monétaire implique des changements majeurs de politique et permet de concevoir une économie plus juste et durable instaurant le revenu de base. Ce modèle économique garantissant des conditions de vie dignes à chacun établirait l'égalité et la fraternité au sein de la société en libérant les êtres humains de leur asservissement au travail.

Plus d'informations :
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/monnaie.php
http://repaire974.blogsite.org/themes/revenu-de-base

POUR LA DÉMOCRATIE : LE POUVOIR CONSTITUANT AUX CITOYENS
Mardi 6 novembre à 20h
Le Repaire 974- Noméovildes (Saint Louis)
Conférence et débat

Le système politique et économique actuel dérive vers une impasse. Pour changer de cap, nous devons remonter à la cause des causes des injustices : notre Constitution est mauvaise chaque fois que ceux qui l'ont écrite avaient un intérêt personnel contraire à l'intérêt général.

En effet, ce n'est pas à ceux qui exercent le pouvoir d'écrire les règles qui doivent protéger les citoyens des abus de pouvoirs.

Seule une Assemblée constituante désintéressée, donc forcément tirée au sort, sera un jour capable d'écrire une bonne Constitution proclamant les principes d'une véritable démocratie et instaurant les mécanismes de la souveraineté de chaque citoyen.

Plus d'informations :
http://etienne.chouard.free.fr/wikiconstitution

LE RÉFÉRENDUM D'INITIATIVE POPULAIRE
Mercredi 7 novembre à 18h
Espace Leconte de Lisle (Saint Paul)
Conférence et débat

Mercredi 7 novembre à 20h00
Le Repaire 974 - La Cerise (Saint Paul)
Atelier et débat

Selon l'article 3 de notre Constitution, la souveraineté nationale, c'est à dire le "Pouvoir", appartient au peuple. Mais seule l'instauration du référendum d'initiative populaire, lui permettrait de véritablement l'exercer en gardant en permanence le pouvoir d'être à l'initiative d'une loi nouvelle ou d'en abroger une. De l'Europe à votre commune, comment cet outil démocratique peut changer l'avenir ?

Plus d'informations : http://etienne.chouard.free.fr/Europe/RIC.php

lundi 29 octobre 2012

Entretien (à la maison) : le pouvoir antisocial de l'argent (33)

Entretien (à la maison)
avec "avantgardeeconomique.fr" :


le pouvoir antisocial de l'argent

J'ai reçu à la maison, il y a quelque temps, un jeune homme venu de Paris pour la circonstance, et voici la trace de notre conversation (ça se sent un peu, que je commence à être crevé), après un gros travail de montage de sa part, je le remercie :

Voici LE PLAN détaillé de ce film, tel que le présente ce jeune journaliste :

« Étienne Chouard nous montre comment le mécanisme de l'élection politique est intimement lié au pouvoir de l'argent.
Une explication qui met en lien la création monétaire et la concentration des richesses avec la nécessité d'écrire nous-même notre constitution pour se protéger des abus de pouvoir des plus riches.


I/ Introduction
•Le tirage au sort
•L'accusation de "complotisme".

II/ Le pouvoir économique
•Comment fonctionne la création monétaire
•Les plus riches auto-proclamés indispensables aux processus de création de richesse
•La nécessité de limiter les plus hauts revenus
•Les jeunes générations qui se tournent vers la finance
•Les retraites
•La question de la propriété privée
•La fin du capitalisme ?
•Comparaisons avec la crise de 1929.

III/ Rendre le pouvoir politique au peuple
•Le principe du tirage au sort : contrôler les personnes exerçant le pouvoir pendant toute la durée des mandats
•Ecrire nous-même la constitution
•Quel cadre géographique idéal ?
•La question du protectionnisme.

IV/ Propos sur les temps à venir
•Comment tenir le rapport de force face aux puissances d'argent
•Les guerres à venir
•La question de l'étalon-or
•Proposer le revenu de base.

Interventions :
•Christophe Deloire
•René Girard
•Nicolas Dupont-Aignan
•Bernard Maris
•Marion Sigaut
•Michel Collon
•Thierry Meyssan »

Vendredi 2 nov. de 17h à 19h, pour le forum "Octobre Verre" (à Meisenthal), téléconférence avec Bernard Friot (1)

Vendredi 2 novembre, de 17 à 19h,
pour le forum social local et rural "Octobre Verre" (à Meisenthal),
téléconférence avec Bernard Friot


http://www.artopie-meisenthal.org/templates/templateArtopie/pages/home.php?action=act&id=177


J'ai un souvenir ému de la conférence commune que Bernard et moi avions tenue devant des étudiants de la région de Bordeaux. Bernard était en pleine forme, et j'ai 20 pages de notes passionnantes sur ses interventions qu'il faut absolument que je retranscrive ici pour vous. Mais bon, je suis plus qu'en retard : je suis débordé.

Vendredi prochain, 2 novembre 2012, de 17 h à 19h, je tâcherai de retrouver Bernard Friot au forum "Octobre Verre" à Meisenthal (entre Metz et Strasbourg), mais de façon dématérialisée (par Skype) pour cause de départ le lendemain pour l'île de La Réunion (il faut que je vous parle de ça aussi).

C'est une première, de retrouver ainsi des militants et un ami chercheur à la fois publiquement et à distance. J'espère que ça se passera bien, techniquement.

Sur le fond, comme vous savez, je considère Bernard Friot comme un des chercheurs les plus stimulants et prometteurs qui soient : son travail sur l'enjeu des retraites, sur l'enjeu du salaire, sur la distinction entre propriété d'usage et propriété lucrative, et sur les puissances (méconnues) du salariat (son dernier livre, réédité et augmenté), ce travail, donc, est absolument stratégique, radical, pour nous libérer des maîtres-chanteurs, pour libérer le corps social du double chantage de la dette et du chômage.

Je tâcherai de résumer tous les ponts, connexions et atomes crochus que j'observe entre nos deux domaines de recherche.

Il faut absolument que Bernard écrive (au moins pour me faire plaisir :) ) les quelques articles d'une Constitution Nationale d'origine Citoyenne (la CNOC comme il dit en riant) qui serviront à définir et à protéger durablement — au plus haut niveau du droit — les droits sociaux essentiels qu'il identifie si bien : qualification et salaire à vie, financements publics par cotisations, généralisation de la propriété d'usage et interdiction de la propriété lucrative, etc.

Sacrée tranche de vie, je peux vous dire... trépidante, et passionnante.

Mille mercis pour tous vos mails adorables (tous les jours, comme en 2005) auxquels, comme un affreux jojo, je ne réponds pas toujours, faute de temps. Pardonnez-moi. Mais vraiment, MERCI ! Vos encouragements sont littéralement un carburant.

Amicalement.

Étienne.

dimanche 28 octobre 2012

Jeudi 1er nov. 2012, rendez-vous à Aix-en-Provence, avec le M'PEP, pour un débat avec Florence Gauthier : le tirage au sort, une procédure démocratique ? (11)

1er nov. 2012, à 14 h, rendez-vous à Aix-en-Provence,
avec le M'PEP, pour un débat
avec l'historienne Florence Gauthier :
"le tirage au sort, une procédure démocratique ?"

L'annonce.

Le tract.

LE PROGRAMME DÉTAILLÉ DE L'UNIVERSITÉ D’AUTOMNE DU M’PEP

La Baume-lès-Aix (Bouches-du-Rhône)
DU JEUDI 1ER NOVEMBRE AU DIMANCHE 4 NOVEMBRE

Restaurer la souveraineté nationale pour construire un nouvel internationalisme,
Vers un socialisme du XXIe siècle.

http://www.m-pep.org/

[...]

14h-16h : Filière 6 : État, nation, République, souveraineté nationale
Une constituante ? Quelles modalités ? Le tirage au sort ?


Débat entre Étienne Chouard et Florence Gauthier.

Étienne Chouard : Après une (éventuelle et rapide) description du lien fondamental que je perçois entre les injustices sociales triomphantes du capitalisme et la méconnaissance populaire de la création monétaire et du processus constituant, j’aimerais interroger Florence Gauthier (au choix) :
- sur les modalités du suffrage universel et les contrôles populaires des pouvoirs voulus par Robespierre ;
- sur ce qu’on peut répondre aux accusations contre Robespierre à propos de la Vendée ;
- sur la prétendument nécessaire « contextualisation » des positions sciemment antidémocratiques de l’abbé Sieyès, fondateur de notre prétendue République ;
- sur la position (actuelle) de FG sur le tirage au sort et les usages qu’elle imagine d’en faire en politique ;
- sur la façon dont nous pourrions instituer et protéger le droit naturel si nous écrivions (et si nous surveillions) nous-mêmes notre constitution ;
- sur le lien entre élections et capitalisme ;
- etc.
(il faudra sans doute choisir un ou deux thèmes.)
Une controverse constructive pourrait aussi se développer avec les auditeurs pour confirmer/étayer/compléter mes thèses iconoclastes.

Étienne Chouard est professeur d’Économie et Gestion à Marseille. Depuis le référendum sur le traité anticonstitutionnel européen en 2005, il cherche de façon indépendante la cause des causes des injustices sociales, et il travaille particulièrement sur deux priorités populaires : le processus constituant et la création monétaire (qui, selon lui, devraient être placés tous les deux sous un contrôle citoyen sourcilleux et quotidien). Il nous invite à prendre conscience de la centralité du tirage au sort dans toute démocratie digne de ce nom, ainsi qu’à remettre à l’endroit les mots les plus importants pour résister : démocratie, suffrage universel, constitution, citoyen, etc.
http://etienne.chouard.free.fr/Europe

Florence Gauthier est historienne de l'époque dite "moderne" (XVIe-XVIIIe siècles) à l’Université Paris 7.
Elle débattra avec Étienne Chouard, notamment sur la pertinence du tirage au soir.
Parmi ses publications :
- La Guerre du blé au XVIIIe siècle. La critique populaire du "libéralisme économique", Paris, 1988.
- Triomphe et mort du droit naturel en révolution, 1789-1795-1802, Paris, PUF, 1992.
- L'Aristocratie de l'épiderme. Le combat des Citoyens de couleur, 1789-1791, CNRS, 2007.
- Elle vient de rééditer avec Yannick Bosc Albert MATHIEZ, La Révolution française, (1922-1927), Bartillat, 2012.
- Et du même, La Réaction thermidorienne, La Fabrique, 2010.

Florence Gauthier anime avec quelques historiens le site :
http://revolution-francaise.net/

• Animation : Michèle Dessenne, porte-parole du M’PEP

Notez que ce débat sur la meilleure façon (pour le peuple) de nommer l'Assemblée constituante sera suivi par une conférence sur la dette publique, donnée par mon bon copain de résistance André-Jacques Holbecq :

16h30-18h30 : Filière 1 : Crise de et dans l’Union européenne
Où en est-on de la dette publique ? Avec André-Jacques Holbecq.


Né en 1942, pilote de ligne retraité, depuis plus de 10 ans André-Jacques Hobecq se bat pour faire apparaître au grand jour les mensonges et les non dits sur l'économie, en particulier sur les sujets souvent oubliés tels l'origine réelle de la dette publique et la vulgarisation de la création monétaire. « Économiste citoyen » il nous propose un changement de paradigme dans les six ouvrages qu'il a écrits, seul ou en collaboration avec Philippe Derudder :

- Un regard citoyen sur l'économie, 2002
- Une alternative de société: l'écosociétalisme (préface de Patrick Viveret), 2005
- Les 10 plus gros mensonges sur l'économie, en collaboration avec Philippe Derudder - 2007 (2e édition 2010 et 3e édition juin 2012)
- La dette publique, une affaire rentable, en collaboration avec Philippe Derudder (préface d'Étienne Chouard), 2008 (2e édition février 2011).
- Argent, dettes et banques, 2010 (2e édition avril 2012)
- Une monnaie nationale complémentaire, en collaboration avec Philippe Derudder (préface de Pierre Rabhi), 2011
- Manifeste pour que l'argent serve au lieu d'asservir ! (parution en octobre 2012 en collaboration avec Philippe Derudder).


• Animation : Patrice Hemet, Fédération du M’PEP 77, membre du Bureau national.


[Mise à jour (8 mai 2013) : les vidéos de cette rencontre viennent d'être publiées. ÉC]

1) Mon intervention :


Filiere 6 - Etat, nation, République... par M-PEP


2) L'intervention de Florence Gauthier :


Filiere 6 - Etat, nation, République... par M-PEP


3) Ma conclusion :


Filiere 6 - Etat, nation, République... par M-PEP


4) La conclusion de Florence Gauthier :


Filiere 6 - Etat, nation, République... par M-PEP

lundi 22 octobre 2012

Proposition de rencontre informelle entre gentils virus (GV) parisiens :o) (84)

Proposition de rencontre (informelle mais chaleureuse)
entre gentils virus (GV) parisiens :o)

Chers amis,

Je viens à Paris pour plusieurs rencontres cette fin de semaine.
La grève de la SNCF m'oblige à venir mercredi après-midi plutôt que jeudi matin.
Je vois aussitôt dans cet incident une opportunité pour nous rencontrer vraiment (mercredi soir) après tant de rencontres cybernétiques (dites "virtuelles").

J'arrive à Paris mercredi 24 octobre à 17 h, et je propose de nous retrouver (le temps d'aller poser ma valise) à 18 h à l'entrée du jardin du Luxembourg, côté "entrée RER B". Apparemment, il va faire beau.

Je suis naturellement incapable d'organiser l'intendance d'une telle rencontre, et il faudra être tous souples et compréhensifs face au gentil bordel qui ne va pas manquer de régner au moment de prendre des décisions (démocratiques) :o)

Un gentil virus m'a téléphoné pour proposer une salle de restaurant (vers Montreuil, je crois, à confirmer) où nous pourrions nous diriger pour discuter au calme et manger un bout (après s'être baladés un peu au Luxembourg, non ?).

Je ne prends aucun rendez-vous ce soir-là : on refera le monde jusqu'à pas d'heure :o)

On fera du mieux qu'on peut, ensemble ; on tâchera de s'adapter. N'espérez rien d'organisé => comme ça, vous ne serez pas déçus :o)

Au plaisir de vous rencontrer (c'est après-demain ; bon sang, ça file vite, le temps, en ce moment).

Étienne.

PS : on peut convenir que ce fil de blog nous servira d'endroit commun pour signaler (et pour venir chercher) les nouvelles des décisions prises ensemble, pour que ceux qui arrivent plus tard puissent éventuellement nous rejoindre.

vendredi 19 octobre 2012

26 octobre 2012 : après-midi d'échanges avec politoscope.tv (39)

26 octobre 2012, à Paris :
après-midi d'échanges avec politoscope.tv

J'ai rencontré Fabrice Épelboin à Montpellier cet été, à l'occasion des Rencontres de Pétrarque, et j'ai découvert un bonhomme passionnant. On a passé un bon moment, et on s'est dit qu'il fallait faire quelque chose ensemble : ça se précise :)

La semaine prochaine, le 25 octobre, je viens à Paris pour enregistrer un échange avec deux personnes dont je trouve le travail admirable : Yves Sintomer et Jacques Testart, deux brillants défenseurs du tirage au sort.

Le lendemain, vendredi 26 octobre, profitant de cette occasion d'être à Paris, je retrouve Fabrice et ses amis pour une après-midi d'échanges mémorisés/diffusés par Politoscope.tv :

http://politoscope.tv/event/67/libertes-et-devoirs-numeriques/politique-s--2.0/politoscope.tv-recoit-etienne-chouard

C'est encore une occasion de rencontrer ceux parmi vous que je ne vois (presque) jamais pour-de-vrai ; je m'en réjouis d'avance :)

On pourrait d'ailleurs essayer d'organiser "une rencontre informelle des gentils virus parisiens", non ? Le 24 en fin d'après-midi ? À moi de venir assez tôt (la grève prévue le 25 m'oblige à avancer mon voyage). Je vous en reparle si ça se confirme :)

Étienne.

[Mise à jour 31 octobre 2012 => le film de cette émission est sorti :]

jeudi 18 octobre 2012

Rendez-vous à Bruxelles ce week-end : 20 et 21 octobre 2012, pour le Festival des libertés et pour la 3ème Assemblée citoyenne (7)


Après Dublin la semaine dernière (et avant Paris la semaine prochaine),
rendez-vous ce week-end à Bruxelles :

• 20 octobre 2012, 18 h : Festival des libertés
http://festivaldeslibertes.be/fase6.php?event=577#577


• 21 octobre 2012, 14 h : 3ème Assemblée Citoyenne
http://www.constituante.be (voir le programme).

Au plaisir d'y retrouver certains d'entre vous :)

Étienne.
____________

PS : vous pouvez consulter l'agenda du père Chouard (pour les annonces, mais aussi pour les traces après coup, quand il y en a) sur la page d'accueil :
http://etienne.chouard.free.fr/Europe/index.php#agenda

PPS : Franck Lepage est en tournée dans le midi et il passe quelque temps à la maison=> ça pétille à Trets ! Il vous embrasse :)

lundi 8 octobre 2012

Cette semaine, DUBLIN : The Lottery as a Democratic Institution: A Workshop (42)

Ça se complique pour le père Chouard : maintenant, faut expliquer et discuter... en anglais.

Alors je bosse dur, grâce à Michael ; adorable Michael qui m'aide à préparer un oral (à peu près) fluide.

La rencontre est annoncée là :

The Lottery as a Democratic Institution: A Workshop

http://www.tcd.ie/policy-institute/events/Lottery_workshop_Oct12.php


Quand ce sera passé (et avant de filer à Bruxelles, Paris, La Réunion — agenda de fou), je vous passerai le texte (bilingue) que j'ai préparé pour mes hôtes.

Ne m'en veuillez pas de ne pas beaucoup participer à vos échanges en ce moment : je suis à fond.

Bien amicalement.

Étienne.

_______

PS : en tournée dans le midi, Franck (Lepage) devrait passer à la maison la semaine prochaine ; on vous prépare un truc :)

mardi 2 octobre 2012

Interruption momentanée de notre rendez-vous hebdo 'Opinews' (105)

Interruption du rendez-vous hebdo 'Opinews' pour quelque temps.

Chers vous tous :)

je suis de plus en plus débordé, en ce moment
=> je vais un peu lever le pied avec nos rendez-vous hebdomadaires sur Opinews
(qui marchait d'ailleurs assez mal ces derniers temps)
et on en reparlera en décembre, OK ?

Ces discussions vivantes vont me manquer, mais la perspective de mes déplacements lors des deux prochains mois me donne le tournis ; il me faut du temps.

Qui veut voyager loin ménage sa monture.

On continue à se causer sur le forum, sur le blog, sur Facebook... et sur le forum d'@SI... => Nus ne serons quand même pas totalement démunis pour communiquer :)

Amitiés à tous.

Étienne.


Parse error: syntax error, unexpected '&' in /mnt/111/sda/5/c/etienne.chouard/Europe/forum/ecrire/tools/bbclone/var/access.php on line 2037