WESLEY CLARK, patron de l'OTAN de 1997 à 2000,
dénonce spectaculairement le COUP D'ÉTAT de septembre 2001 :
Mais il n'identifie pas de la cause des causes...

• Première conférence :


http://www.ubest1.com/?page=video/32524/Wesley-Clark-7-Pays-à-Détruire-2-Conférence

• Et une autre conférence :

Et nos prétendus "journalistes" français, fidèles serviteurs du projet de domination en cours, toujours prompts à dénoncer une très commode « théorie du complot », vont encore nous dire que tout ça est « une dérive populiste, poujadiste, un antiparlementarisme aux relents d'extrême droite, une réminiscence convergente rouge-brune qui montre bien que le ventre humide de la bête immonde est toujours fécond...» (Couillonnades !)

Bref, les chiens de garde du système vont continuer à nous prendre pour des imbéciles.

Ce que ce général d'armée dénonce (courageusement), c'est une des conséquences LOGIQUES d'un régime — le régime du gouvernement prétendument "représentatif" fallacieusement étiqueté "démocratie" — qui consiste à ne donner au peuple QUE de faux choix entre des maîtres qu'il n'a jamais choisis et contre lesquels il ne pourra jamais rien.

Progressivement, depuis 200 ans, grâce au "gouvernement représentatif" et à ses campagnes électorales ruineuses à financer, les ultra-riches ont pris 100% du contrôle du pouvoir politique.

Si le peuple veut reprendre le pouvoir aux cyniques cupides qui ont pris le contrôle de la force publique, il faut qu'il RENONCE au FAUX "suffrage universel" (qui le réduit à désigner des maîtres qui vont tout décider à sa place sans avoir aucun compte à rendre réellement), et qu'il IMPOSE le VRAI suffrage universel (qui permet à chaque citoyen de voter lui-même, directement, les lois auxquelles il consent à obéir, dans le cadre d'une fédération de communes libres).

On ne sortira pas de ce merdier sans le tirage au sort des prochaines Assemblées constituantes ; partout dans le monde.

C'est contre la cause des causes des injustices sociales (la corruption du pouvoir constituant) que devraient se concentrer tous les "Indignés" du monde, car cette priorité universelle leur permettrait 1) d'être unis (donc forts) sur une idée simple et puissante , et 2) efficaces car bien placés (puisque la disparition de la cause première entrainera logiquement d'un coup la disparition des mille conséquences secondes).

- Pas de prospérité sans monnaie publique.

- Pas de monnaie publique sans démocratie.

- Pas de démocratie sans tirage au sort.

Étienne.