Jean-Michel Quatrepoint :
Mourir pour le yuan ?
Comment éviter la guerre mondiale.

Mourir pour le yuan? Comment éviter la guerre mondiale..

Jean-Michel Quatrepoint étudie le problème de la dette en rapport avec la souveraineté.

Il commence par citer :

- « Il y a deux manières de conquérir une nation : l'une par l'épée, l'autre par la dette. » John Adam (second Président des USA).

- « Les capitalistes nous vendront jusqu'à la corde pour les pendre. » Lénine.

JM Quatrepoint rappelle :

- L'importance des déséquilibres dans les échanges commerciaux pour comprendre la formation des dettes : les grands gagnants sont la Chine, qui a accumulé 2000 milliards d'excédents, et l'Allemagne, avec 1400 milliards d'excédents !

- L'enjeu des terres rares (contrôlées à 95% par la Chine, et qui les garde pour sa propre production), appelées à devenir aussi importantes que le pétrole aujourd'hui.

- Importance de l'encadrement du crédit, très strict en Chine, qui représente un atout important dans la compétition commerciale internationale.

L’Allemagne ("la petite Chine"), dont la politique mercantiliste lui permet d'accumuler des excédents considérables, et que les conditions de négociation de l'euro ont beaucoup avantagée. Un deal a été passé entre la classe ouvrière allemande, les PME et le patronat : salaires bas et assistance sociale dégradée mais pas de délocalisations lointaines et pas de chômage de masse (choix plus nationaux que ceux qu'ont fait les multinationales "françaises").

C'est le complexe industriel qui gouverne l'Allemagne. Siemens négocie directement avec Poutine, par exemple. La géostratégie de l'Allemagne est la géostratégie des grands groupes industriels : prédation sur les voisins et liquidation de la concurrence. L'Europe est en train de devenir un boulet pour l'Allemagne qui a pillé quasiment tout ce qu'elle pouvait à ses voisins et se demande maintenant s'il faut payer pour la Grèce.

L'arnaque de la taxe Hollidays suggérée à nouveau par les multinationales US pour se goinfrer toujours plus de bonus aux frais des contribuables.

La finance est devenue un objectif de la Chine.

Le mouvement "Occupy Wall Street", selon JMQ, n'est pas de même nature que les Indignados espagnols (plus déterminés, plus mécontents, plus ciblés, sans doute) et sera sans doute plus durable.

Rappel historique de la première globalisation (1860-1914) et de la guerre qui a suivi, et similarité des conditions : montée des émergents, mise en coupe réglée des colonies, exportation du capital anglais et français vers l'extérieur, sous-investissement chronique, (emprunt russe) (perte des deux tiers de l'épargne à l'occasion de la guerre), enrichissements éhontés, inégalités croissantes, mystère des vraies causes de la guerre mais intuition que c'était la seule façon de sortir des spirales inégalitaires insensées et de la surproduction chronique (à cause de salaires insuffisants), paupérisation massive en occident, non pas des ouvriers à l'époque, mais des paysans car on importait des produits étrangers à bas prix et on a transformé les paysans en esclaves, avec montée des socialistes et du communisme... Et l'Allemagne, déjà à l'époque, menait une stratégie mercantiliste, égoïste, avec un deal passé par Bismarck avec les syndicats pour combattre les socialistes : cogestion et sécurité sociale ; objectif : plus d'exportations que d'importations...

Une très intéressante conférence, où le contrôle public de la monnaie voit son importance stratégique soulignée.