septembre 2011 - Blog du plan C, pour une Constitution Citoyenne, écrite par et pour les citoyens

Blog du plan C, pour une Constitution Citoyenne, écrite par et pour les citoyens


C'est notre Constitution qui est notre seule arme (et c'est aussi la meilleure) pour contrôler les pouvoirs. À nous d'en parler, entre simples citoyens, pour devenir des millions à l'avoir compris : ce n'est pas aux hommes au pouvoir d'écrire les règles du pouvoir.

Bienvenue :o)


Étienne Chouard
Je cherche ici à mettre en débat ouvert ce dont on ne parle nulle part : les plus grands principes institutionnels dont tous les citoyens (gauche, centre, droite) ont besoin pour se protéger des abus de pouvoir.

Je vous propose d'aller voir le FORUM et de suivre le SOMMAIRE, point par point (un principe par jour pour une digestion facile ?), et de réfléchir à votre propre position : Pour ? Contre ? Partagé ?

Et si personne (ni moi, ni d'autres ici) n'a encore défendu les arguments qui vous semblent importants, formulez-les vous-même : nous progressons ensemble en combinant nos réflexions, démocratiquement et positivement :o)

Suggestion :
pour parler nombreux
sur de nombreux sujets :
. soyons brefs,
. dans le sujet,
. et patients :-)

Une fois les principes bien débattus sur le FORUM, vous pouvez, dans la partie WIKI, écrire vous-mêmes les articles qui vous semblent importants dans une Constitution, aussi bien nationale qu'européenne.

Sur cette partie BLOG, je vous propose de nous parler plutôt des problèmes qui ne sont pas spécifiquement institutionnels (économie, histoire, philosophie, sociologie, société, actualité, technique, littérature, etc.), mais qui tournent quand même autour des sujets évoqués sur le forum : on cherche à imaginer ensemble un outil intellectuel, robuste et durable, contre les abus de pouvoir.

J'ai hâte de vous lire :o)

Étienne Chouard


Retour à la page centrale :
Le site d'origine s'appelle AEC : "Arc-en-Ciel" (après la pluie le beau temps) :o)


Présentation du PLAN C :


Rouages fondateurs d'une vraie démocratie :


Citoyens Européens Contre le Régime Illégitime :


Malformation congénitale de l'Union européenne :


Liberté d'expression :


Vote blanc = protestation légitime:


Henri Guillemin


Jean-Jacques ROUSSEAU


Cornélius Castoriadis


Gentils virus






Commentaires récents (de la partie blog ; voir aussi le forum et le wiki) :

Articles récents :




vendredi 30 septembre 2011

COMPRENDRE LA DETTE PUBLIQUE EN QUELQUES MINUTES (76)

COMPRENDRE LA DETTE PUBLIQUE EN QUELQUES MINUTES
CETTE VERSION 2 EST FORMIDABLE : IL FAUT LA FAIRE CONNAÎTRE


Mon commentaire :

À cette explication technique très pédagogique et très complète, il manque pourtant, à mon avis, LA RESPONSABILITÉ DES ÉLUS qui, depuis 40 ans, votent des budgets en déséquilibre (font dépenser l'État plus qu'il ne gagne en baissant les impôts des riches, et le forcent ainsi à emprunter, de plus en plus), ce qui est une des pinces de la tenaille qu'il ne faut pas négliger.


Cette lacune, je l'explique dans la troisième vidéo des entretiens que je viens d'avoir à la maison avec Sylvain Durain :

http://www.sylvaindurain.fr/chouard/


Tout se passe COMME SI les élus de nombreux pays étaient, depuis 40 ans EN MISSION (une mission pour le compte de ceux qui financent leurs campagnes électorales et à qui ils doivent leur pouvoir et leur statut social renouvelé), la mission d'endetter l'État, progressivement, insensiblement, mais dans des proportions finalement asphyxiantes.

Et cet endettement progressif n'est pas du tout créé par augmentation des dépenses, il est essentiel de le rappeler fortement : DEPUIS 30 ANS, LES DÉPENSES PUBLIQUES SONT GLOBALEMENT STABLES : CE SONT LES RECETTES QUI BAISSENT (sabordage, trahison...), ET PAS N'IMPORTE QUELLES RECETTES : DEPUIS 30 ANS LES ÉLUS FONT BAISSER LES IMPÔTS DES RICHES.

(D'ailleurs, J. K. Galbraith souligne, dans son formidable petit livre où il explique la crise de 1929, que la baisse des impôts des riches est un marqueur fiable pour prévoir une prochaine catastrophe : quand le niveau de corruption des élus a atteint un tel point que les riches arrivent à faire baisser leurs impôts, c'est que ça va bientôt péter.)

C'est ça, la cause véritable de la dette publique : l'assèchement des ressources de l'État par nos prétendus "représentants", de "droite" comme de "gauche", (ils sont tous de droite, en fait, tous au service des privilégiés), pendant des décennies : on retrouve là le mode opératoire universel et éternel de L'ASSERVISSEMENT PAR LA DETTE.

Mais ça ne tombe pas du ciel, c'est le résultat d'une politique : une politique antisociale, une politique de droite.

Et je pense que les mécanismes qui sont au cœur du gouvernement représentatif, en donnant progressivement 100% du pouvoir politique à ceux qui ont déjà 100% du pouvoir économique (via le financement des campagnes électorales qui fait des élus des débiteurs), est une cause plus importante encore (en amont).

Finalement, si on remonte encore plus loin, en cherchant la source, la racine du mal, on tombe sur l'absence de vraie Constitution et, in fine, sur un processus constituant minable (où les hommes au pouvoir écrivent des règles pour eux-mêmes et programment toujours notre impuissance politique).

Mais au bi du bout, tout ça vient de NOTRE PROPRE NÉGLIGENCE AU SUJET DU PROCESSUS CONSTITUANT, C'EST NOUS QUI LES LAISSONS FAIRE : LA VOILÀ, LA CAUSE DES CAUSES.

Et la solution ne passera pas par un "élu"... C'est L'ÉDUCATION POPULAIRE, ENTRE NOUS, À LA BASE, QUI PEUT FAIRE RECULER CETTE NÉGLIGENCE POPULAIRE.

Il faudrait que l'éducation populaire visant à remettre la qualité du processus constituant en première priorité pour le plus grand nombre devienne une activité VIRALE : un virus bienfaisant, un virus de justice sociale, en essayant de ne plus laisser le droit du droit (la Constitution) nous échapper.

Étienne.

mardi 27 septembre 2011

SEPT 2011 : CONFÉRENCES ET CONTROVERSES SUR LA MONNAIE ET SUR LE TIRAGE AU SORT EN POLITIQUE (9)

Bonjour à tous,

Je suis complètement débordé et je ne vais signaler ici que des liens vers plusieurs traces remarquables de mon marathon de septembre : en pleine rentrée scolaire, j'ai été invité à travers le pays à plusieurs conférences et entretiens qui m'ont poussé à mieux organiser mes idées, et, par ailleurs, j'ai été emmené dans des controverses qui m'ont, comme d'habitude avec les controverses, fait beaucoup progresser.

Merci à tous ceux qui m'aident à défendre l'idée démocratique authentique. On ne sortira pas des griffes des plus riches si nous restons dans la cage politique du gouvernement représentatif. Il faut nous réapproprier le processus constituant, sans nous le faire voler à nouveau par les professionnels politiques et par les partis.

Étienne.


14 juillet 2011 : Rencontre avec les "Indignés" de Marseille :
"Et si vous écriviez vous-même quelques articles de votre Constitution, ceux que vous trouvez importants ?"


Etienne Chouard, rencontre avec les Indignés... par TheRoolz

commentaires sur AGORAVOX :
http://www.agoravox.tv/actualites/citoyennete/article/etienne-chouard-rencontre-avec-les-31745


JEUDI 22 SEPTEMBRE À MONTPELLIER,
extraits choisis par le caméraman (qu'il faut remercier, quel boulot !).
Cette conférence-là, elle va bien vous plaire, je crois — j'espère ;-)

Conférence Étienne Chouard Montpellier 22 septembre 2011
"La démocratie représentative est malade. Quels problèmes, quelles pistes à explorer ?"
Conférence pour les Amis du Monde Diplomatique :


Conférence Etienne Chouard Montpellier 22... par Tostain2010


Conférence Etienne Chouard Montpellier 22... par Tostain2010


Etienne Chouard, conférence à Montpellier 22... par Tostain2010


conférence Etienne Chouard Montpellier 22... par Tostain2010


ET SAMEDI 24 SEPTEMBRE À CHAMBÉRY...
Extraits de nos échanges... ça ne traîne pas, le net :

Le Forum Social Local invite Étienne CHOUARD :
"Contre le capitalisme et les injustices sociales :
la démocratie directe, protégée par le tirage au sort
et la création monétaire publique, sous contrôle citoyen."


Le Forum Social Local invite Étienne CHOUARD par tvnetcitoyenne

Dans la vidéo résumée de l'entretien de Chambéry (ci-dessus), j'attire votre attention sur le passage qui va de la minute 17:35 à la minute 22:20 :

C'est la première fois, je crois, que j'utilise comme ça l'image de la TENAILLE ANTI-ÉTAT, où l'on voit bien LES DEUX PINCES INDÉPENDANTES (l'une ne crée pas l'autre, attention) mais COMPLÉMENTAIRES (l'une n'a pas d'effet sans l'autre) : 1) abandon de la création monétaire et 2) votes de dizaines et dizaines de budgets de plus en plus en déséquilibre, COMME SI les députés, de droite comme "de gauche" !, étaient en MISSION, en mission pour le compte de ceux qui les ont fait élire (les très riches) !

Mission d'endetter l'État : après l'avoir 1) privé de la création monétaire, CE QUI NE SUFFIT PAS EN SOI POUR ENDETTER UN ÉTAT, ET QUI DOIT ÊTRE COMPLÉTÉ ENSUITE PAR 2) UN TRAVAIL DE SAPE OPINIÂTRE ET TRAÎTREUX POUR CRÉER LA DETTE DE TOUTES PIÈCES.

Cette image me semble utile pour bien faire comprendre que la dette publique est sans doute le résultat d'un PLAN D'ASSERVISSEMENT DE LA PUISSANCE PUBLIQUE AUX MARCHÉ FINANCIERS (TRÈS PRIVÉS).

Cette vidéo de passages choisis à Chambéry est aussi commentée sur AGORAVOX :
http://www.agoravox.tv/actualites/economie/article/etienne-chouard-la-creation-de-31859

• Toujours à Chambéry, un journaliste m'a pris à part pour faire une petite ITV, que voilà (ça se voit que je commence à être complètement crevé ; il filme trop près ; et comme un journaliste télé "moderne" (qui attribue à ses auditeurs la faculté d'attention d'une mouche et qui change donc de plan et de thème sans arrêt de peur qu'ils ne zappent) il est trop pressé et il interrompt tout le temps, et il coupe des tas de trucs au montage... Alors bon, ça vaut ce que ça vaut :


Etienne Chouard répond aux questions de la TVNET par tvnetcitoyenne

Entretien commenté sur AGORAVOX :
http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/etienne-chouard-repond-aux-31858


Il y a ça aussi :

Débat entre Étienne Chouard et François Asselineau sur le tirage au sort
"OBJECTIONS AU TIRAGE AU SORT EN POLITIQUE, ET PROPOSITIONS DE RÉFUTATIONS RATIONNELLES"

par Étienne Chouard, vendredi 23 septembre 2011, 23:02

http://www.enquete-debat.fr/archives/debat-entre-etienne-chouard-et-francois-asselineau-sur-le-tirage-au-sort

Il y a d'autres fils de commentaires intéressants à propos de cette controverse :

• sur AGORAVOX : http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/tirage-au-sort-etienne-chouard-vs-101279

• sur FACEBOOK : http://www.facebook.com/notes/etienne-chouard/objections-au-tirage-au-sort-en-politique-et-propositions-de-r%C3%A9futations-rationn/10150398358067317

Il y en a d'autres, je crois, mais je n'arrive pas à les suivre toutes, ça germe partout... :)

Mise à jour 2 octobre 2011 : DEUXIÈME VAGUE D'ARGUMENTS ENTRE M. ASSELINEAU ET MOI :
http://www.facebook.com/note.php?note_id=10150411060262317



Et puis ça aussi (c'est bien, je crois) :

« Enquête&Débat » Étienne Chouard : “Nous ne sommes pas en démocratie !”


Etienne Chouard : sommes-nous en démocratie ? par enquete-debat

Avec des commentaires passionnants derrière... :
http://www.enquete-debat.fr/archives/etienne-chouard-nous-ne-sommes-pas-en-democratie

Sur ce fil (et d'autres fils voisins), j'apprécie particulièrement la pensée de "Virgile", qui me pousse à réfléchir toujours plus, et à préciser ce qui ne colle pas encore et qui doit être corrigé, dans l'outil original de lutte sociale que je suis en train de concevoir avec vous tous.

Encore merci à tous ceux qui me soutiennent dans les controverses, car, bien sûr, je ne suis pas de taille à tenir seul dans un tel débat général.

S'il vous plaît, signalez-moi les éventuelles résurgences qui pourraient apparaître par-ci par-là au-sujet de ces récentes conférences.

Étienne.

______________

PS : et consultez de temps en temps la partie Facebook de mon site, c'est un endroit très actif et réactif : http://www.facebook.com/profile.php?id=600922316.

mercredi 21 septembre 2011

Prochaines conférences (3)

Après l'entretien avec Jean Robin à Paris (vendredi 16 septembre 2011),
la visite aux Indignés de Paris (vendredi 16 septembre 2011),
et les trois conférences de Vendôme (samedi 17 septembre 2011),
voici un état des quelques conférences à venir :

• Jeudi 22 septembre 2011, à Montpellier, pour les Amis du Diplo :
à 19 h 30, salle Guillaume de Nogaret (espace Pitot) :
"La démocratie représentative est malade. Quels problèmes, quelles pistes à explorer ?"
http://montpellier.demosphere.eu/node/500

• Samedi 24 septembre 2011, à Chambéry, à l'initiative du Forum Social Local Savoie :
14 h 30 - 18 h 30 salle P COT, quai des Allobroges.
"Contre le capitalisme et les injustices sociales :
la démocratie directe, protégée par le tirage au sort
et la création monétaire publique, sous contrôle citoyen."

http://local.attac.org/savoie/spip.php?article53

• Samedi 1er octobre 2011, à Puget-Théniers, à l'initiative de l'UPRAB, Université Populaire Rurale Auguste Blanqui :
18 h à la Médiathèque de Puget-Théniers (près de Nice).
"La création monétaire et la dette publique."
http://grimaldifm.free.fr/spip.php?article1628

MAJ : dimanche 2 octobre : conférence en ligne, donc accessible à tous où que vous soyez, sur le libre Teamspeak à 21h.
Thème proposé (pour lancer les discussions) :
DISTINGUONS LES DIFFÉRENTS USAGES DU TIRAGE AU SORT EN POLITIQUE
Vous pourrez y poser des questions, à l'écrit ou bien directement à l'oral si vous avez un micro.
Pour participer, suivez le guide : http://lelibrets.blogspot.com/p/rejoignez-nous_29.html

• Samedi 22 octobre 2011, à Paris, pour l'association des amis de Maurice Allais (AIRAMA) :
(le matin, à l'Assemblée nationale, à préciser) (REPORTÉ)

• Samedi 22 octobre 2011, à Metz, pour Attac :
18 h, Grand grenier des Récollets, rue des Récollets, Metz
"L’Europe, et si c’était à refaire ?"
http://www.superno.com/blog/2011/09/debat-leurope...

• Samedi 29 octobre 2011, vers Sisteron :
MAJ : 18 h, Salle Montebelle, à Valbelle, dans la vallée du Jabron (une très belle et odorante vallée, au pied nord de la magnifique montagne de Lure)

• Mercredi 16 novembre 2011, en Avignon :
À préciser.

lundi 19 septembre 2011

Entretien avec Jean Robin : PAS DÉMOCRATIE SANS TIRAGE AU SORT (78)

Entretien avec Jean Robin :
PAS DÉMOCRATIE SANS TIRAGE AU SORT

Quelques mots importants (selon moi) échangés avec Jean Robin lors de mon voyage dans le grand nord de ce week-end (visite aux Indignés de Paris et trois conférences débats à Vendôme).

www.enquete-debat.fr/archives/etienne-chouard-nous-ne-sommes-pas-en-democratie


Etienne Chouard : sommes-nous en démocratie ? par enquete-debat

Nous n'avons que le net pour exprimer les opinions dissidentes, mais heureusement, nous l'avons.

Je trouve le site de Jean Robin (Enquêtes et débats) très utile, surtout dans le contexte actuel de "chasse aux opinions dissidentes" (chasse très contraire à la plus élémentaire pratique démocratique).

Ce serait bien que les militants de gauche, au lieu de le fuir parce qu'il s'y trouve des gens de droite, acceptent les invitations répétées de Jean, et viennent débattre publiquement avec ceux qu'ils disent combattre.

Étienne.

jeudi 15 septembre 2011

DÉBAT SUR L'UE, AVEC LIÊM HOANG-NGOC : METZ, 22 OCTOBRE 2011 (9)

DÉBAT SUR L'UE, AVEC LIÊM HOANG-NGOC,

vous savez, l'auteur du petit livre passionnant récapitulant les travaux sur la courbe de Phillips (qui constate que chômage et inflation sont souvent inversement proportionnels).

Échange public organisé par Attac Metz, le 22 octobre prochain.

http://www.superno.com/blog/2011/09/debat-leurope-et-si-cetait-a-refaire-etienne-chouard-et-liem-hoang-ngoc-a-metz-samedi-22-octobre/

Pour la biblio de Liêm Hoang-Ngoc, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Li%C3%AAm_Hoang-Ngoc

Voir aussi son blog : http://www.liemhoangngoc.eu/

Étienne.

------------------


Mise à jour 21 septembre 2011 :
LIÊM HOANG-NGOC S'EST DÉSISTÉ
(pour cause de réunion imprévue).

C'est vraiment dommage ; je me faisais une joie de rencontrer cet homme dont je lis les livres avec grand plaisir.

Il faut décidément beaucoup de courage pour résister aux pros de la calomnie. Je comprends Liêm. Ce n'est pas grave.

On fera une conférence-débat sans lui, tant pis.

Le fascisme n'est pas assimilable à l'antisémitisme (1010)

Le fascisme n'est pas assimilable à l'antisémitisme

Décidément, les autoproclamés "antifascistes" m'ont placé dans leur collimateur de calomnie et continuent à appliquer à mon sujet leur méthode privilégiée du PROCÈS EXPÉDITIF PAR AMALGAME AD HOMINEM, méthode qui s'en prend systématiquement aux PERSONNES (en bloc), sans jamais distinguer les IDÉES.

Leur méthode consiste à rendre chacun RESPONSABLE DES PENSÉES DES AUTRES, au lieu de s'en tenir aux discours personnels tenus par chacun.

Dans un nouvel article (http://conspishorsdenosvies.wordpress.com/2011/09/14/etienne-chouard-et-ses-inspirateurs-dextreme-droite/), des gens qui veulent rester anonymes et qui s'appellent eux-mêmes "conspis hors de nos vies" s'en prennent à certaines de mes lectures sous prétexte que leurs auteurs sont, par ailleurs, des antisémites notoires.

Cette attaque personnelle, que je trouve particulièrement injuste — et complètement à fronts renversés —, est pour moi l'occasion de préciser ma réflexion contre les abus de pouvoir.

• Un mot d'abord de l'antisémitisme. À mon sens, l'antisémitisme est, comme le racisme — mais aussi comme l'antiracisme, ou même l'antifascisme, je m'en aperçois aujourd'hui à l'occasion de cette calomnie —, UNE ERREUR DE JUGEMENT QUI CONSISTE À TOUT MÉLANGER, AMALGAMER, simplifier à l'excès : on considère que tous les juifs, ou tous les noirs, ou tous les phallocrates, ou tous les racistes, sont LES MÊMES et méritent LE MÊME TRAITEMENT. C'est manichéen, c'est bête, car le monde n'est pas noir ou blanc.

Certes, portée au fanatisme, chacune de ces erreurs devient une véritable plaie, un fléau, cela va sans dire. Les antisémites fanatiques, comme tous les fanatiques, sont dangereux, c'est une évidence.

Mais TOUS LES RACISTES NE SONT PAS DES FANATIQUES. Si l'on veut pacifier le monde, il me semble important de garder son sens du DISCERNEMENT et éviter de diaboliser tout le monde : la plupart des racistes, des antisémites, des phallocrates, des homophobes, etc. le sont modérément et peuvent encore changer d'avis, si on prend le temps de parler, d'argumenter, de démontrer (au lieu d'agresser et d'insulter).

J'ai trouvé très pertinente la devise de Morihei Ueshiba, fondateur de l'aïkido (postée sur le site "anticonspis", mais elle n'y est plus, je ne sais pas pourquoi) :

SI TU VAINCS UN ENNEMI, IL SERA TOUJOURS TON ENNEMI.
SI TU CONVAINCS UN ENNEMI, IL DEVIENDRA TON AMI.

Il me semble que nous avons plus de chances de pacifier notre société avec DES INSTITUTIONS QUI NOUS OBLIGENT À DISCUTER AVEC LES GENS QUE NOUS N'AIMONS PAS DU TOUT (ET SURTOUT AVEC EUX) AVANT DE DÉCIDER QUOI QUE CE SOIT ; c'est le cœur de l'idée démocratique, telle que je la comprends en tout cas.

Manifestement, les "antifas", eux, considèrent qu'il y a des gens avec qui il ne faut parler —ou qu'il ne faut lire— à aucun prix.

Assez clairement, c'est une différence de conception de la politique. Mais ça ne fait pas de moi un fasciste…

• À propos de Mullins, j'ai découvert effectivement que cet auteur est devenu violemment antisémite, mais le livre qui m'intéresse (je n'en ai pas d'autres) et dont je recommande la lecture n'est pas lui-même antisémite (cela ne m'a pas frappé en tout cas) et je trouve, effectivement, son enquête sur la Réserve Fédérale particulièrement intéressante et utile, même s'il faut la recouper avec d'autres lectures, cela va sans dire.

Me rendre responsable de tout ce que dit cet auteur par ailleurs, c'est un procès en sorcellerie. JE SUIS RESPONSABLE DE CE QUE JE DIS MOI-MÊME, PAS DAVANTAGE.

ET ENCORE ! ON PEUT SE TROMPER, SANS DEVENIR UN DIABLE POUR AUTANT. J'ai l'impression que les "antifas" sont des inquisiteurs intégristes, des fous de dieu à leur manière, intransigeants et intolérants, complètement fermés à l'idée que, peut-être, c'est eux qui se trompent.

• Je voudrais ensuite souligner que la "chasse à l'antisémite" que nous vivons aujourd'hui en France est toute récente et qu'il n'y a pas si longtemps, toute la société était animée par un antisémitisme banal et qu'il n'était donc, à l'époque, pas du tout répréhensible de l'être. Comme en d'autres domaines, il est donc ANACHRONIQUE (ET DONC INJUSTE) de juger les acteurs d'une époque passée avec les valeurs d'aujourd'hui.

• Par ailleurs, JE NE FAIS PAS, MOI, DE L'ANTISÉMITISME OU DE L'ANTIRACISME L'ALPHA ET L'OMÉGA D'UNE POLITIQUE DE GAUCHE ; JE NE RÉDUIS PAS LA RECHERCHE DE LA JUSTICE SOCIALE À LA DÉFENSE DES FEMMES ET DE QUELQUES COMMUNAUTÉS PARTICULIÈREMENT MALTRAITÉES (les étrangers, les juifs, les homosexuels, etc.) : JE CHERCHE (DÉMOCRATIQUEMENT) À DÉFENDRE L'INTÉRÊT GÉNÉRAL, SANS COMMUNAUTARISME.

Et il me semble que, si ma façon de voir les choses prend le dessus, si les citoyens arrivent à reprendre le contrôle direct et quotidien de la politique, si nous arrivons à sortir de la cage politique du gouvernement représentatif, TOUT LE MONDE sera protégé contre les abus de pouvoir (y compris les femmes et les communautés actuellement maltraitées).

Donc, en étant démocrate (radicalement), je ne suis évidemment pas l'ennemi des femmes et des communautés maltraitées, mais — objectivement — leur meilleur allié.

Il me semble, en tout cas.

Donc, puisque je ne considère pas l'antisémitisme comme un crime en soi (car je fais attention au DEGRÉ, je prends garde à l'époque, je prends en compte tout le reste autour…), je suis capable de lire des auteurs qui sont PAR AILLEURS antisémites, sans avoir des poussées d'urticaire, oui. Ainsi, je lis Joseph Proudhon avec un vif intérêt, malgré son antisémitisme. Va-t-on m'interdire de travailler Proudhon sous prétexte qu'il était animé (aussi) d'une misogynie révoltante ? Le racisme est une errance mentale, certes, mais ÇA SE SOIGNE ET CE N'EST PAS SI GRAVE QUE ÇA.

Cette aptitude à chercher le meilleur dans les idées de chacun même si un auteur s'égare sur certains sujets, CETTE APTITUDE À LIRE TOUT LE MONDE EN DISTINGUANT LES IDÉES DE L'AUTEUR NE FAIT PAS DE MOI UN ANTISÉMITE.

Le fait de ne pas faire la chasse à l'antisémite ne fait pas de moi un antisémite.

De la même façon, je peux lire des auteurs de droite et y trouver certaines réflexions très utiles, sans être moi-même de droite.

Je lis et travaille sur (aujourd'hui) plus de 1 500 livres, de façon active, dynamique, quotidienne ; je me sers de ces livres (qui traitent tous, de près ou de loin, du pouvoir et des abus de pouvoir) comme d'un outil formidable pour concevoir et mettre au point une alternative solide et durable aux injustices sociales. Je m'alimente avec ces milliers de livres (en plus des milliers de documents que je trouve sur le net et des milliers de lignes de controverses auxquelles je participe sur les forums).

Parmi ces milliers de livres et de documents, il y en a quelques uns qui sont à droite et même à l'extrême droite, évidemment (je lis ce salaud de Joseph de Maistre, par exemple) : JE SERAIS AVEUGLE SI JE NE LISAIS QUE LES AUTEURS AVEC LESQUELS JE SUIS PARFAITEMENT D'ACCORD ; CE SERAIT, À MON SENS, LE COMBLE DE LA BÊTISE.

Et puis surtout, il y a des gens que je n'aime pas ou que je redoute qui ont pourtant eu quelques idées géniales. Je veux connaître ces idées géniales ; ce qui me conduit à lire comme un goinfre tout azimut. Et je ne me laisserai pas intimider par quelques Torquemada qui voudraient décider arbitrairement de mes lectures.

SUR MES 1500 LIVRES DE TRAVAIL, N'EN RETENIR QU'UN OU DEUX, SOUS PRÉTEXTE QUE LEUR AUTEUR EST PAR AILLEURS ANTISÉMITE, POUR ME FAIRE UN PROCÈS EN ANTISÉMITISME, C'EST À LA FOIS DE LA BÊTISE ET DE LA DIFFAMATION.

Et encore une fois, c'est à fronts renversés puisque ce pour quoi je me bagarre (la justice sociale) est probablement LA MÊME CAUSE que celle que les "antifas" prétendent défendre. Tout ça est absurde.

• Enfin, il me semble tout à fait fautif de réduire le fascisme à l'antisémitisme : à mon sens, le fascisme est la prise de contrôle de la puissance publique au profit (privé) d'un petit groupe de privilégiés. Et ce qui a rendu possible les fascismes, ce n'est pas du tout le racisme ou l'antisémitisme (qui n'ont été QUE DES OUTILS, des pulsions mauvaises INSTRUMENTALISÉES pour emporter l'opinion à la guerre).

Je crois que ce n'est pas le racisme (ni le nationalisme) qui cause les guerres. Je pense que ce sont les privilégiés du moment qui déclenchent les guerres, au moment où ils en ont besoin, pour sauver ou pour amplifier leurs privilèges.

JE ME PENSE MOI-MÊME, NATURELLEMENT, COMME "ANTIFASCISTE", MAIS SANS ASSIMILER DU TOUT LE FASCISME À L'ANTISÉMITISME : pour moi, la cause des fascismes, sa vraie cause DÉTERMINANTE, ce sont les personnes qui ont financé les pensées fascistes. Autrement dit (de façon un peu provocante peut-être mais fondée, je crois), NOTRE PROBLÈME, CE N'EST PAS HITLER, NOTRE PROBLÈME C'EST QUI A FINANCÉ HITLER : sans ces financements, Hitler et sa bande de salauds seraient restés au fond de ruelles glauques, sans le moindre pouvoir, inoffensifs.

Et il se trouve que ceux qui ont financé Hitler (cartels, industriels et banquiers) sont les mêmes que ceux qui ont financé l'Union européenne et le fascisme financier moderne. Moi, ça me semble une clef de lecture utile pour organiser la résistance sociale. Je considère l'époque actuelle comme le triomphe du "fascisme financier" et j'en cherche les VRAIES causes.

Je peux me tromper, bien sûr, mais c'est ce que je pense aujourd'hui.
Suis-je si loin du combat des "antifas" quand je vois une autre cause qu'eux au même mal qu'ils combattent aussi ?

Et si certains de ceux qui financent le fascisme et la guerre sont juifs — objectivement, factuellement —, il ne faut pas que cette judéité nous empêche de les accuser, n'est-ce pas ? Il n'y a pas de raison pour que le fait d'être juif serve de protection à ceux des juifs qui sont des salauds (car il y en a quelques uns qui le sont évidemment, ce serait quand même aberrant de le nier).

Mais en France, de plus en plus, on dirait qu'on ne peut pas prononcer le mot juif sans être déjà suspect d'antisémitisme, c'est complètement déconnant.

Peut-être pas si déconnant pour tout le monde, finalement : c'est comme "un bouclier anti-critique". C'est plutôt astucieux.

Je n'ai pas de certitude, je cherche. Il faut continuer à y réfléchir.

Quant aux personnes que ce nouvel article des "anticonspis" étiquette "extrême droite" (Meysan, Cheminade, Soral…) je les laisse se défendre elles-mêmes, mais je trouve l'accusation "fasciste" à leur endroit tout à fait diffamatoire et infondée.

Pour conclure, J'INVITE LES ANTICONSPIS À ME RENCONTRER ET À ME PARLER, publiquement ou pas, comme ils le préfèrent : ils se rendront vite compte qu'ils se trompent complètement sur moi, à cause de leur méthode (fautive), je pense, qui ne rapproche que les personnes, en bloc et sans nuances.

Étienne.

lundi 12 septembre 2011

Qui est d'extrême droite ? (133)

Qui est d'extrême droite ?

Comme tous ceux qui voient dans les attentats criminels du 11 septembre la POSSIBILITÉ (et pas du tout la certitude) d'un coup d'État destiné à réduire les libertés publiques et à légitimer un état de guerre permanent, je deviens apparemment le "fasciste" des chiens de garde de la vérité officielle.

Un papier assez venimeux, plutôt bête et surtout très calomnieux, vient de paraître, là :
conspishorsdenosvies...faux-ami-etienne-chouard-en-tournee/

Il y est dit que je suis désormais "un conspirationniste d'extrême droite" (sic), que l'"on doit" (re sic) considérer comme un "ennemi politique" (re re sic)…

Je dois aller en cours ce matin et je n'ai pas le temps de développer, mais je peux dire rapidement quelques choses simples et fortes : je suis prêt à débattre (mais pas à me battre) avec n'importe qui :

1) de ce qui CARACTÉRISE la pensée d'extrême droite (on en profitera pour caractériser ce qu'est une vraie pensée de gauche),

2) de ce qui constitue ma propre pensée, pour savoir si, finalement, je suis de droite ou de gauche.

En deux mots, si c'est possible :

• De ce que j'en sais, le projet d'extrême droite est un projet de domination d'une bande de riches privilégiés, au moyen d'un chef unique pas ou peu contrôlé par "son" peuple : l'extrême droite veut un homme fort, un leader maximo, un duce, un führer, un roi, un dieu.

La maîtrise de l'État (c'est-à-dire du monopole de l'usage de la force) par ces privilégiés leur permet de rendre éternels leurs privilèges, et l'une des missions du chef d'extrême droite, c'est de faire régner l'ordre des propriétaires par la terreur inspirée aux travailleurs, à qui l'extrême droite rêve d'interdire les syndicats et les associations, et, finalement, de priver les pauvres de toute possibilité de résistance politique aux riches du moment.

• La vision que j'ai de la société, qui est radicalement démocratique (au sens strict et honnête du terme, et pas au sens "moderne" dévoyé par les élus) est diamétralement opposée à celle de l'extrême droite : JE NE VEUX PAS DE CHEF (c'est d'extrême droite, ça ? Il faut arrêter de dire des bêtises) ; je cherche à mettre tous les aspirants chefs sous le contrôle quotidien de ceux qu'ils prétendent dominer ; je cherche les conditions d'un processus constituant honnête qui donnera aux peuples des institutions leur permettant — à tout moment et de leur propre initiative — de résister contre tout projet de domination, quel qu'il soit ; je prétends que toutes les décisions importantes pour la société doivent être débattues et prises par les citoyens eux-mêmes, sous leur propre contrôle, effectif et quotidien ; je conteste toute vérité officielle, quelle qu'elle soit, et je défends l'iségoria, droit de parole publique pour tous, à tout moment et à tout propos…

Sauf à être de mauvaise foi, on ne peut pas dire que ces convictions soient le marqueur de l'idéologie d'extrême droite. Il faut être sacrément inculte (ou un fieffé menteur) pour le prétendre.

Quand je dis que les nouveaux étendards de la prétendue "gauche" socialiste sont secondaires, je sais très bien ce que je dis : SECONDAIRE NE SIGNIFIE PAS SANS INTÉRÊT, SECONDAIRE SIGNIFIE QU'IL Y A DES CHOSES PLUS IMPORTANTES (et ça ne fait pas de moi un "fasciste") :

- je suis évidemment pour l'égalité politique et sociale entre les hommes et les femmes ; mais je ne considère pas ceux qui pensent le contraire comme des ennemis ;

- je suis évidemment pour la plus grande liberté sexuelle entre adultes consentants (comme le dit fort bien Michel Onfray) et, bien sûr, pour la liberté de se marier entre homosexuels (les gens font bien ce qu'ils veulent) ; mais je ne considère pas ceux qui pensent le contraire comme des ennemis ;

- je suis contre la peine de mort (une barbarie n'en justifie pas une autre) ; mais je ne considère pas ceux qui pensent le contraire comme des ennemis ;

- je ne suis pas raciste et je pense que le racisme LA PLUPART DU TEMPS est une erreur, une peur mal fondée, une opinion politique qui peut être changée par un débat respectueux et approfondi — alors que cette pensée politique (raciste) s'endurcit quand elle est sottement caricaturée et criminalisée par des Torquemada arborant frauduleusement l'étendard "antiraciste" ; mais je ne considère pas ceux qui pensent le contraire comme des ennemis.

Sur tous ces sujets, mes idées sont sans importance et je prétends que nous devrions d'abord beaucoup débattre entre nous (plutôt qu'entre "représentants") et surtout décider par RÉFÉRENDUM POINT PAR POINT sans nous déchirer à leur sujet car là n'est pas l'essentiel.

Alors, où est l'essentiel ? Je pense qu'en remplaçant la résistance des pauvres contre les projets de domination des riches par la résistance des immigrés contre le racisme, les nouveaux "hommes de gauche" ont vidé la gauche de son sens et de sa force, ils ont trahi et désarmé ceux qui travaillent : je pense effectivement que ceux qui confisquent aujourd'hui l'étiquette "socialiste" ne sont pas de gauche. Je pense que, à quelques détails secondaires près, les prétendus "socialistes" font la même politique que l'extrême droite, à commencer par la construction de l'Union européenne, projet de domination politique épouvantable, de mon point de vue.

Dire cela fait de moi peut-être l'ennemi de ces faux socialistes, mais ça ne fait pas de moi un fasciste :)

L'essentiel, à mon sens, c'est de savoir comment ceux qui travaillent peuvent résister aux projets de domination de ceux qui font travailler les autres. Le vrai clivage gauche droite, à mon sens, il est là.

Mais pour en revenir à ma première impression, je pense que la raison réelle de ces accusations fantaisistes de "fascisme" n'a rien à voir avec le fond de ce que je pense : il s'agit de salir, par la vieille technique de la calomnie, ceux qui résistent aux projets de domination du moment. La liberté de penser sur les attentats du 11 septembre est un marqueur très intéressant, et je commence à identifier ceux qui traitent les autres de "conspirationnistes" comme des COMPLICES objectifs du système en formation.

Ce qui devrait conduire à se poser cette question : les auteurs de telles calomnies sont-ils bien "de gauche" ? Ou ne sont-ils, pas précisément, des faux-nez des privilégiés s'affublant de l'étiquette frauduleuse "antifasciste" ?

En tout cas, ma devise reste : BIEN FAIRE ET LAISSER BRAIRE.

J'attends sereinement les prochains débats sur le fond de toutes ces accusations.

Étienne.

______________

"Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose." Talleyrand.