[Les ménages] sont inégalement concernés par les arbitrages publics entre impôts et endettement public. Les baisses d’impôts ont en effet favorisé systématiquement les détenteurs de revenus du capital et les plus hauts revenus. De ce point de vue, les contre-réformes fiscales successives ont représenté un transfert de revenu vers ces catégories sociales. Mais ce sont elles aussi qui disposent des capacités d’épargne nécessaires pour souscrire aux emprunts d’État. Ils gagnent donc sur les deux tableaux : moins d’impôt et accès à un placement rentable et sûr. (…)

Voilà pourquoi les baisses d’impôt ne relancent pas la consommation. Le supplément de revenu disponible que ces baisses procurent aux plus hauts revenus est pour l’essentiel épargné. La croissance de la dette publique tend donc à auto-entretenir un cercle vicieux de faible activité qui contribue à son tour au creusement des déficits. (…) Une baisse d’impôts accordée aux "rentiers" sera en grande partie épargnée sous forme d’obligations du Trésor, de telle sorte que la consommation n’en sera pas augmentée. (…)

Le déficit et la rente

Pour résumer : la montée de la dette de l’État n'est pas le résultat d'une croissance immodérée des dépenses (à l'exception des intérêts sur cette dette). Elle découle du choix consistant à faire payer de moins en moins d’impôts à une couche sociale auprès de laquelle il faut ensuite s’endetter à des taux d’intérêt prohibitifs (et non révisables).

Si cette analyse est correcte, elle permet d'abord de mieux comprendre la nature sociale du déficit, qui est l’instrument d’un transfert de ressources de la masse des contribuables vers ceux qui bénéficient le plus de baisses d’impôts trop rapides. Cette présentation permet de mieux décrypter les discours alarmants dénonçant le report de la charge de la dette sur les générations futures, afin de justifier la discipline budgétaire.

En réalité, le transfert ne se fait pas entre générations, mais entre couches sociales : ce sont les contribuables d’aujourd’hui (et pas les générations futures) qui paient les rentes d’Etat versées aujourd’hui à ceux qui en bénéficient. Comme on l’a montré, ce mécanisme fait rapidement boule de neige : les charges d’intérêt de la dette publique exercent une pression constante sur le déficit : il faut emprunter à nouveau pour payer les intérêts de la dette publique, de telle sorte que celle-ci ne cesse d’augmenter. (…) »

 

Courte et forte démonstration du mensonge d’État à propos de la dette publique :
le choix public d’endetter l’
État auprès des rentiers au lieu d’augmenter l’impôt ces rentiers
explique largement l’augmentation de la dette publique.

C’est un choix inique, un choix de classe, très éloigné de l’intérêt général, mais concrètement très proche de quelques intérêts particuliers, un vrai sabordage de l’État par des "représentants" hors contrôle qui ne représentent plus qu’eux-mêmes et leurs amis.

Tout ça est parfaitement cohérent avec les projets de l’OMC, de l’AGCS, du FMI, de l’UE


Il est temps que les citoyens reprennent à la fois
l’initiative de leurs institutions
et le contrôle de leurs représentants politiques.